Stepson Fantasies - Chapitre 8, le lendemain matin

775Report
Stepson Fantasies - Chapitre 8, le lendemain matin

Chapitre 8 : Le lendemain matin C'est une œuvre de fiction. Tous les personnages fictifs ont 18 ans et plus. Merci de commenter après lecture.

Peggy a dormi tard. Elle était épuisée après sa journée avec Wanda puis la nuit dernière avec Hubby. Elle ne se souvenait même pas s'être endormie. Son corps était ravagé et maltraité, mais en même temps spectaculaire. Elle ressentait encore un pincement au cœur de ses parties féminines alors qu'elle se rappelait tout ce qu'elle avait fait et ce qu'on lui avait fait subir. Un sourire de salope se dessina sur son visage.

Elle dormait profondément quand mon mari s'est réveillé et s'est dirigé vers le bureau. Elle était surprise qu'il puisse se lever et sortir si tôt, mais ce grand projet qui lui a été décerné l'avait très énergisé. Elle est sortie du lit et a attrapé la chemise de Hubby de la veille et s'est glissée dedans. Elle n'a pris la peine de fermer qu'un seul bouton, juste pour le garder. Elle tituba dans la cuisine en espérant que le café était encore chaud. Elle en avait besoin. Elle se versa une grande tasse fumante, puis décida d'en verser une aussi pour Dana.

Quand elle est arrivée dans la chambre de Dana, ses mains étaient pleines, elle ne pouvait donc pas frapper. La porte était légèrement entrouverte, alors elle la poussa juste avec son genou et poussa à travers l'ouverture. La pièce était sombre, mais il semblait bien que trop de bras et de jambes dépassaient des couvre-lits. Peggy posa les tasses à café et alluma les lumières. C'est alors qu'elle réalisa qui était au lit avec sa fille. "Que diable? Se lever! Vous tous! Joey... Steve... Dana ! se réveiller!"

Les trois enfants étaient nus et en désordre. On aurait dit qu'ils avaient lutté avec des alligators toute la nuit. Au bout d'un moment, ils ont ramené une certaine conscience dans leur cerveau et ont réalisé qu'ils avaient été pris. Ils ont tous essayé de s'expliquer en même temps, mais Peggy a levé les mains et a dit « Stop ! Je ne veux pas en entendre parler ! Mets tes vêtements et rentre chez toi, Joey. Et toi, Steve, qu'est-ce que c'est ? Enfoncer ta demi-soeur ? Sortir! Va dans ta propre chambre. Alors que les garçons s'habillaient, Peggy leur a également dit : « Vous savez que c'est super secret, n'est-ce pas ? Personne ne ferait mieux d'apprendre à ce sujet si vous comprenez ma dérive ». Les garçons se regardèrent rapidement et ne purent retenir un sourire narquois. Ils avaient tous les deux déjà entendu ces mots.

Après qu'ils furent seuls, Peggy tendit son café à Dana et s'assit sur le bord du lit. Dana était toujours enveloppée dans les draps, les cheveux en désordre et avec un regard endormi dans les yeux. Ils prirent tous les deux des gorgées du breuvage à peine tiède avant que quelqu'un ne parle. Peggy a brisé le silence en demandant simplement « Eh bien, comment c'était ? Deux gars? À la fois? Vraiment?" Elle était un peu jalouse et cela ressortait dans sa voix. "Eh bien, c'est juste arrivé", a craché Dana. "Nous avons eu une très mauvaise chose qui a failli se produire la nuit dernière, mais les deux garçons m'ont gardé en sécurité." "Au cinéma?" « Non, maman, nous ne sommes pas allés au spectacle. Rien de bon ne jouait », a expliqué Dana. Elle a ensuite raconté à Peggy qu'elle s'était rendue à la salle de billard «juste pour jouer au billard», lorsqu'elles ont couru dans le trou dans le trottoir et ont rencontré les gars à l'air rugueux à l'intérieur. Et comment Joey est venu avec le camion et les a sortis et ils sont rentrés chez eux aussi vite qu'ils le pouvaient. Dana a laissé de côté la partie de se déshabiller sur la table de billard.

« Wow, c'était toute une histoire. Vous auriez pu être blessé. Ou pire. Heureusement que les garçons étaient là. « Oui », a admis Dana. "J'ai eu très peur. Mais Steve et Joey sont tous les deux amoureux et m'ont protégé. C'est ainsi que nous nous sommes tous retrouvés au lit... en guise de remerciement.

« Je vois », dit Peggy. « Mais avez-vous utilisé une protection ? » "Euh non." admit Dana d'un air penaud. « D'accord, une fois que vous vous êtes douché et habillé, nous vous amènerons à la pharmacie pour une pilule du lendemain. Et puis vous mettre sur le contrôle des naissances. Si tu veux baiser, tu dois prendre des précautions.

Ils continuèrent tous les deux à siroter du café sans parler. Puis Peggy a rompu le silence en demandant « Je dois juste savoir. Comment ça s'est passé avec deux gars en même temps ? Est-ce que ça fait mal? C'était bien ? Dana était soulagée par la question puisqu'elle mourait d'envie d'en parler. « Oh, maman, c'était la meilleure chose qui soit ! Je ne me suis jamais senti aussi rassasié ou aussi satisfait. C'était génial! Un dans ma chatte et un dans mon cul. Cela ne ressemblait à rien de ce que j'avais imaginé !

« Mais Joey est... tellement gros ! Comment est-ce que... » Puis Peggy s'est rendu compte qu'elle venait de sortir son chat « super secret » du sac. « Maman, comment sais-tu pour la grosse bite de Joey ? Était-il l'un des gars sur les photos que j'ai vues sur le terrain de basket ? » « Tu as vu des photos de ça ? Oh merde. Je me demande qui d'autre les a vus. « Ne t'inquiète pas, maman. Je suis sûr que personne d'autre ne les verra.

Peggy posa sa tasse vide et se pencha et fit un gros câlin affectueux à sa charmante fille. Elle pouvait encore sentir l'arôme enivrant de la sueur d'un homme sur Dana. Elle s'attarda. Et puis caressa légèrement le dos nu de Dana avec ses paumes. « Tu es devenue une si jolie fille. Les garçons seront partout sur vous à partir de maintenant. Peggy se recula et regarda le visage de Dana, puis se pencha inexplicablement et lui donna un baiser sur les lèvres. Ils restèrent enfermés ensemble pendant plusieurs instants, puis Dana ouvrit la bouche, et ils commencèrent à s'embrasser passionnément.

Dana tendit la main et prit le visage de Peggy dans ses mains alors qu'elles continuaient toutes les deux à s'embrasser profondément. Peggy sortit de sa chemise et déchira les draps qui couvraient sa fille nue. Elle se glissa dans le lit et chevaucha Dana, puis continua à l'embrasser. Leurs corps nus étaient pressés l'un contre l'autre. Cela a duré plusieurs minutes. Les deux étaient bouillants et haletant alors qu'ils s'exploraient l'un l'autre. Peggy a descendu le cou de sa fille jusqu'à sa poitrine. Elle ne pouvait pas croire à quel point les seins de Dana étaient gros et parfaits. Beaucoup plus gros que celui de Peggy. Tellement amusant de jouer avec.

Elle embrassa et lécha méthodiquement le ventre de Dana jusqu'à ce qu'elle atteigne son vagin fraîchement baisé. L'odeur érotique du sperme était évidente alors que sa langue écartait les lèvres délicates de la chatte de sa fille. Peggy imaginait l'érection de Joey, étant ici, il y a quelques heures à peine. Sa chatte brillait d'humidité à l'idée qu'elle léchait son sperme de la chatte de sa fille. Elle a enfoncé quelques doigts dans la chatte de Dana alors qu'elle léchait délicatement son clitoris. Elle pouvait sentir le sperme gluant recouvrir ses doigts. Elle les a retirés et les a aspirés pour les nettoyer. Elle a roulé Dana sur le côté pour avoir accès à son trou du cul. Elle voulait aussi goûter au sperme de ce trou.

Dana gémit qu'elle avait besoin de jouir. "S'il vous plaît lécher mon clitoris!". Peggy s'exécuta rapidement. Son visage était enfoui entre les cuisses de sa fille et ses odeurs combinées, et les garçons se déversaient d'elle. Dana a penché son abdomen contre le visage de Peggy pour accélérer son orgasme. Elle était tellement excitée qu'elle pensait qu'elle allait exploser si elle ne venait pas bientôt. Peggy a enfoncé plusieurs doigts dans la chatte vacante de Dana alors qu'elle suçait son clitoris. Cela a poussé Dana au bord d'un énorme orgasme éjacule. Elle a aspergé le visage de Peggy de son jus alors qu'elle criait d'extase. Dana a doucement tenu le visage de sa mère contre sa chatte jusqu'à ce que les sensations s'estompent, puis elle s'est détendue. « Oh, mon Dieu, maman ! C'était incroyable ». Tu fais ça mieux que n'importe quel garçon. « C'est parce que les femmes savent ce que l'on ressent là-bas, Hon. »

Ils gisaient, enlacés ensemble, peau à peau, jusqu'à ce que Dana récupère et pousse Peggy. C'était à son tour de faire jouir sa mère. Elle a commencé de la même manière, suçant ces jolis nichons de maman et travaillant les mamelons jusqu'à ce qu'ils soient gonflés et durs. Puis elle est partie vers le sud. Au moment où elle était à l'entrejambe de Peggy, elle était dans un monde à part. Elle réalisa soudain qu'elle aimait encore plus être avec une femme qu'être avec un homme. C'était une nouvelle révélation pour elle, et elle savourait la découverte. Elle a soigneusement utilisé ses lèvres pour jouer avec le clitoris de Peggy. Il grossissait au fur et à mesure qu'elle le caressait. Peggy guida sa tête pour que Dana reçoive exactement le toucher. Dana a adoré le goût. Puis elle s'est rendu compte qu'elle léchait le sperme que son père avait déposé chez sa mère la nuit dernière. C'était extrêmement érotique pour elle.

Peggy a commencé à imaginer qu'elle était en train de baiser Joey et sa grosse bite. Elle murmura son nom inconsciemment. Dana a saisi le signal et a dit: "Fais semblant que c'est la bite de Joey" et elle a commencé à travailler plus de ses doigts dans la chatte affamée de Peggy. Peggy a commencé à suinter un flux constant de jus à la pensée de Joey étant à l'intérieur d'elle. Dana avait maintenant tout son poing dans l'arraché de sa mère, tout en continuant l'attention sur son clitoris. Elle a tapé du poing dans et hors. Aller plus loin à chaque fois. Elle ne savait pas jusqu'où ou durement pousser son poing, mais sa mère délirait de plaisir, alors elle a continué à pousser plus fort. Bientôt, un déclencheur s'est déclenché dans la tête de Peggy alors qu'elle imaginait le sperme gicler de Joey, et elle a eu un énorme orgasme. Sa chatte a eu des spasmes et a serré le poing de sa fille alors qu'elle jouissait. C'était une finition fantastique.

Dana a soigneusement retiré sa main de la chatte de sa mère et a doucement embrassé sa chatte. C'était une belle chose à regarder alors que ses lèvres commençaient à se refermer après le fisting. Dana rampa jusqu'à Peggy et les deux femmes s'embrassèrent comme des amants le font. Ils se blottirent l'un contre l'autre jusqu'à ce que le sommeil les submerge.

Articles similaires

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

474 Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

595 Des vues

Likes 0

La première nuit où elle a essayé l'anal

Tu es entré avec le trousseau de clés que je t'ai donné il y a quelques mois. Vous les jetez sur la table, avec votre sac à main, en essayant de vous taire. Vous ne savez pas si je dors ou non. Vous laissez tous vos vêtements sales près de la machine à laver et vous vous précipitez devant la chambre, nu, dans la salle de bain. Vous vous admirez dans le miroir en pensant même couvert de la crasse de la journée, vos cheveux en désordre, vous vous sentez sexy. Vos seins sont gais, avec de beaux mamelons au bon...

220 Des vues

Likes 0

Le médaillon - Chapitre 7

Lundi soir - Partie 1 Jack Winters était assis dans sa voiture devant la maison de sa sœur. Elle n'était pas encore rentrée du travail, mais il savait qu'Emily et les deux autres filles étaient déjà là. Il sortit le médaillon de sous sa chemise et lui jeta un coup d'œil dur, pensant à ce que David lui avait dit plus tôt. Je ne sais pas si tu me changes vraiment, mais si tu le fais, j'ai besoin que tu ne me casse pas la tête ce soir, dit-il à la pierre de jade. Avec un soupir, il ouvrit la porte...

504 Des vues

Likes 0

Amour tendre II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la première partie de Tender Love. Désolé, cela a pris si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée de l'orgasme puissant qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris contre...

511 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

424 Des vues

Likes 0

Kelsey -

Veuillez noter et commenter Avant: Kelsey - Pas d'arrêt papa. Avant : Kelsey - Papa, ça ne peut plus se reproduire Avant : Kelsey - Payer le loyer Avant : Kelsey - Papa, comment as-tu pu laisser cet homme me faire ÇA. Avant : Kelsey - Papa - c'est vraiment MALADE. Avant : Kelsey - C'est fou. Nous ne pouvons pas le faire ici. Avant : Kelsey - Papa. S'il vous plaît, PAS la ceinture. Avant : Kelsey - PAPA, QU'EST-CE QUE TU FAIS AVEC MA PETITE AMIE ? Avant : Kelsey - PAPA, ne me force pas à entrer dans ce magasin de vidéos effrayant. Avant : Kelsey...

409 Des vues

Likes 0

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

350 Des vues

Likes 0

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA Quel Noël cela allait être ! Emily rentrait à la maison pour les vacances et je devais supporter qu'elle me harcèle constamment. Elle serait sur mon cas à propos de deux choses, 1) je n'étais pas végétalien, et 2) j'étais vierge et en terminale au lycée, ce qui, dans l'esprit d'Emily, ressemblait à une ironie totale et complète. Aucune fille aussi jolie que moi ne pourrait être vierge à moins qu'elle ne soit sérieusement gâchée. Et bien sûr, Emily pensait que j'étais sérieusement foiré. Premièrement, j'allais à l'église tous les dimanches et jouais même dans le...

356 Des vues

Likes 0

Domination papa noir

Scott Clair détestait sa blancheur. Il n'était pas capable de l'articuler exactement de cette façon; il prétendait accepter sa nature soumise et son désir irrésistible de servir la race noire. S'il avait été un peu plus conscient de lui-même, un peu plus introspectif, il aurait pu décrire avec précision sa haine de soi comme découlant de son besoin inhérent de se sentir supérieur. La blancheur était sa maladie, amplifiée par un complexe napoléonien aux proportions énormes compte tenu de sa taille de 5'1. Il souffrait d'un narcissisme extraordinaire. Dans son esprit délirant, l'univers lui devait des excuses pour sa taille et...

192 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.