Avril (assez long)

536Report
Avril (assez long)

April est une jeune femme à succès. Ne manque pas d’argent et, à toutes fins utiles, est allumé et à l’écoute. Mais elle a un côté plus sombre, un abandon inconsidéré qui menace de ruiner sa santé et sa vie. Tôt ou tard, April se retrouvera dans une situation qui s'avérera être un pas de trop… ou elle sera sauvée d'elle-même par exactement la même situation mais avec un résultat bien meilleur.



Avril.

Chapitre un.


Sa première pensée consciente fut que je suis réveillé. Elle n’avait pas encore ouvert les yeux, mais elle était consciente des bruits et du fait qu’elle avait froid. La deuxième pensée consciente était qu'elle avait un forgeron utilisant l'intérieur de sa tête comme une enclume et qu'il frappait un morceau de métal particulièrement dur avec un marteau de quatre livres.

Elle gémissait et maudissait l'alcool, en particulier le vin rouge. Elle avait toujours une énorme gueule de bois après avoir bu du vin rouge et se rappelait la promesse souvent faite de s'en tenir au voddy.

April réalisa alors qu'elle était nue. Ce n’était pas une condition inhabituelle le matin, mais en plus de sa nudité, elle se rendait compte qu’elle n’était pas dans son propre lit. En fait, elle n’était pas dans un lit, mais par terre avec une sorte de tapis en fourrure sous elle. Elle ouvrit les paupières et fut immédiatement désolée de l'avoir fait. Le forgeron commença réellement à s'attaquer à l'enclume à l'intérieur de son crâne. Elle ferma à nouveau les yeux et gémit encore une fois. Mais pas avant qu’ils aient réalisé qu’elle était en fait allongée sur un tapis en peau de mouton, face contre terre, les poignets attachés ensemble et attachés à une queue de radiateur.

Pour la plupart des gens, cela aurait provoqué la panique, mais April était presque habituée à se réveiller dans des situations étranges, dans des endroits étranges, après une nuit de débauche. Son style de vie lui dictait de se retrouver souvent dans des positions qui pourraient être interprétées comme délicates. Elle devait vraiment renoncer à ces « soirées d’une nuit ». Un de ces jours, elle se retrouverait vraiment en difficulté.

Il est temps d'effectuer un diagnostic du système, pensa-t-elle. April remuait ses orteils et était heureuse de sentir qu'ils étaient tous là et non limités. Les jambes étaient dans un état similaire, brillantes, jusqu'ici tout va bien. L'intérieur de ses cuisses était collant et humide. Rien de nouveau là-bas donc, ça a dû être une sacrée nuit, car elle avait également conscience d'une mare d'humidité sous son os pelvien. Soit elle s'était pissée dessus, soit son partenaire de la nuit dernière avait laissé son sperme couler de son corps et se coaguler sous elle. Son examen du reste de son corps n’a révélé aucun dommage et semblait pleinement fonctionnel.

Elle entendit une porte s'ouvrir à voix basse et le pas lourd de pieds nus d'hommes s'approcher.

"Alors tu es réveillé". Sa voix rauque à son oreille comme une lime frottant du fromage à pâte molle.

"Euh". Il ne s'attendait sûrement pas à ce qu'elle soit capable d'articuler des mots cohérents si peu de temps après s'être réveillée dans une situation comme il l'a fait ?

Soudain, un éclair blanc parcourut sa colonne vertébrale tandis que son cerveau enregistrait le coup inattendu d'un fouet sur ses fesses.

«Qu'est-ce que c'est, putain! Jessuzzzz !!! c'était pour quoi, putain ? Elle a crié dans la fourrure du tapis.

"Juste ton réveil matinal, je pensais que je t'emmènerais jusqu'au reste du monde. Bonjour. Longue journée devant toi”

Un nez froid et humide la fit tressaillir alors qu'il se pressait contre son coccyx. Puis une langue chaude lui caressa la fente, mais ne parvint pas à aller trop loin car elle serrait ses muscles en signe de confusion et comme mécanisme de défense protecteur.

"Mieux vaut ouvrir les jambes, à moins bien sûr que vous souhaitiez un autre réveil." Sa voix était calme, rassurante, mais en même temps autoritaire, ne lui laissant aucune illusion sur sa sincérité.

"Qu'est-ce qui se passe, bordel ?" Ses synapses confuses lui criaient de faire quelque chose, elle était à peine réveillée et elles étaient maltraitées.

"Ce n'est que Max qui fait le ménage."

« Max ? Qui et c'est quoi Max ? Mais elle le savait déjà.

"Max est ton amant d'hier soir. Mon Dieu, vous étiez géniaux tous les deux. Il l'a informée par conversation. Avait-elle vraiment baisé un chien ? Elle connaissait également la réponse à cette question, mais n'avait aucun souvenir de l'événement. Avait-elle été si ivre la nuit dernière ?

"Je dois faire pipi." Docilement, elle avait ouvert les pattes et le chien la lavait, mais le seul effet était de lui donner envie d'aérer sa vessie. "Mon Dieu, j'ai mal à la tête."

« Probablement le GHB, ça attire certaines personnes comme ça. Si tu veux pisser, fais-le. Cela ne dérangera pas du tout Max… » Son ton de conversation ne parvint pas à la calmer.

« C'est quoi, le GHB, et peux-tu empêcher ce chien de faire ça ? Je dois me lever et aller aux toilettes.

«…Autrement connue sous le nom de drogue du viol. Cela prive le preneur de volonté et le rend totalement conforme. Il ignora le reste de sa question.

Sa vessie se lâcha involontairement et un jet d'urine s'échappa d'elle. April commençait vraiment à s'inquiéter de sa situation difficile. Bien sûr, elle avait déjà connu des éraflures incroyables auparavant, mais celle-ci était un peu trop loin, même pour son esprit aventureux. Le chien a lapé ses lèvres et l'a nettoyée. April gémit et décida que plaider pourrait l'aider.

« S'il te plaît, je ne connais pas ton nom, laisse-moi partir, hein ? Je promets que je ne le dirai à personne, je veux dire, comment puis-je ? Je ne sais pas qui tu es ni où je suis. Laisse-moi partir et nous pourrons tout oublier, mettre cela sur le compte de l’expérience, qu’en dis-tu ?

«Avril…» murmura sa voix calme à son oreille tandis que le chien continuait à lui lécher le sexe. « …Je vous promets que rien ne vous fera de mal ici. Si, à la fin de la journée, tu veux y aller et ne plus jamais nous revoir, ça me va, mais tu seras là pour la journée et tu te feras baiser jusqu'à ce que nous soyons tous les deux satisfaits. Alors pourquoi ne pas simplement vous détendre et profiter de l’expérience ? » Il avait l'air si réaliste et elle était certaine qu'il pensait chaque mot, mais cela ne contribuait toujours pas à apaiser ses craintes.

« Maintenant, pourquoi ne vous agenouillez-vous pas et ne laissez-vous pas Max nettoyer correctement ? »

April, pensant qu'elle ferait mieux de suivre le courant, a eu du mal à mettre ses genoux sous elle. Cela n'a pas été facilité avec une langue qui clapotait sur son sexe et ses mains restreintes par les attaches du tuyau du radiateur. Finalement, elle réussit à se mettre à genoux, la tête baissée, ce qui donna à Max un angle dégagé par rapport à elle. Sa langue frappa et lécha directement son clitoris, produisant un frisson. La sensation de la surface légèrement rugueuse de la langue du chien commençait à opérer sa magie. April ne pouvait jamais résister à l'envie d'une langue de faire son travail, sa détermination fondait toujours à ce stade et cette fois ne ferait pas exception. Une chaleur familière commença à s'accumuler dans son aine. Si ce chien n’arrêtait pas de parler et bientôt, elle viendrait ; dur. Max semblait sentir son excitation croissante, car ses soins passaient à la vitesse supérieure et il léchait plus vite et plus longtemps, voyageant de son clitoris, sur les lèvres de sa chatte et jusqu'à son anus plissé.

April haleta et essaya de respirer à travers la fourrure du tapis où elle appuyait son visage dans un effort pour ne pas laisser son corps se relâcher. Elle serra les fesses en pensant que cela pourrait aider à contrôler l'envie de jouir, mais cela ne servit à rien. La chaleur avait atteint un crescendo puis avait soudainement débordé dans une vague de pur plaisir. Elle a trempé le nez du chien avec ses sécrétions et un orgasme fracassant l'a traversée.

Max fut éloigné d'elle. Elle l'entendit être traîné sur le sol et la porte se fermer. Son ravisseur revint et lui murmura à l'oreille une fois de plus.

« Ce n’était pas si grave, n’est-ce pas ? Je t'apporterai de l'eau et des serviettes pour que tu puisses te nettoyer. Tu veux un petit-déjeuner ? Sans attendre de réponse, il la laissa prosternée sur le sol.

Le temps passé seul a donné à April l'occasion de réfléchir. Elle essaya de se remémorer les événements de la nuit dernière, mais la plupart étaient flous. Un souvenir marquant du verrouillage de la porte du bureau semblait être un bon point de départ pour travailler. Joe, le barman de son point d'eau local, avait hoché la tête en signe de reconnaissance à son entrée. Elle se souvenait de sa vodka et de son orange habituelles et elle se souvenait d'avoir parlé à Lynne qui exerçait le même métier, qui consistait à vendre des cosmétiques aux grands magasins. Ils travaillaient pour des entreprises rivales, mais s’entendaient toujours très bien.

April se souvenait d'être allée à « Flamingos » ; une boîte de nuit qu'elle fréquentait en tant que paroissienne dévouée va à l'église. Chaque samedi soir, elle tenait le bar pendant qu'elle surveillait l'afflux de partenaires probables à court terme. April n’avait aucun intérêt pour quoi que ce soit à long terme. Quelques jours et le mec lui mettait les seins. Pourquoi ils sont toujours devenus des petits garçons exigeants a laissé April perplexe. Elle avait perdu le compte des fois où un triste salaud lui avait déclaré un amour éternel pour ne plus jamais rappeler quand elle les avait jetés dehors. Tant pis pour l’amour, c’était nul.

Aller chercher des gars au club était devenu une chose fréquente. Sa beauté naturelle et son corps mince ont pleinement profité de l’atmosphère chargée de testostérone du club. Cela avait conduit à des nuits folles et à des moments assez poilus. Plusieurs fois, sa formation en arts martiaux était venue à son secours. Sa mère devait la remercier pour cela.

La nuit dernière n’avait pas été différente, aussi loin qu’elle se souvienne. Le défilé habituel de voyous au visage tacheté, la lorgnant et lui faisant des insinuations suggestives. Mais personne de spécial ne m'est venu à l'esprit. April ne se souvenait cependant pas d’avoir quitté le club. Un fragment de conversation entre dames était la dernière chose dont elle se souvenait de la nuit dernière. Le visage d’une bimbo trop maquillée lui vint à l’esprit et quelque chose sur l’emprunt de rouge à lèvres. April n'a jamais utilisé ce truc. Elle l’a vendu et savait ce qu’il fallait faire pour le fabriquer. Mais après cela, elle n’en avait plus aucun souvenir.

La porte qui s'ouvrit à nouveau interrompit ses pensées. Du coin de l’œil, elle pouvait voir des pieds nus s’approcher d’elle. Elle était toujours agenouillée dans la même position.

« Vous pouvez vous lever maintenant, avril. Je vais lâcher un peu de chaîne pour que vous puissiez vous nourrir et vous laver. Un bol en céramique a été posé sur le sol près de sa tête et une serviette a glissé de son bras couvert de cheveux. April, réprimant un frisson, détestait les hommes poilus. Elle le sentit lâcher une partie de la chaîne qui était attachée à ses bracelets et au tuyau du radiateur.

"Merci. Qu'est-ce que je vous appelle?"

"Ce n'est pas Jésus comme tu m'as appelé plus tôt." Il rit de sa propre blague et se tourna pour la laisser en disant par-dessus son épaule : « Je reviendrai. » Il rit encore de sa tentative d'imiter la voix de Terminator dans le film. Avril gémit. La porte se ferma, elle ne l'avait toujours pas complètement vu.

L'eau était belle et chaude avec de l'huile parfumée flottant au dessus. Une flanelle était pliée sur le côté du bol. Elle se lavait du mieux qu'elle pouvait, le bracelet s'avéra être un véritable encombrement et un handicap. La serviette était douce et chaude sur sa peau.

Lavée et rafraîchie, April a fait le point sur son environnement. Elle était dans une pièce au sous-sol. Une fenêtre de haut niveau permettait à un peu de soleil de pénétrer à travers le filtre d'un rideau floral. C'était la seule forme de lumière dans la pièce. Un lit occupait la moitié de la surface au sol et une armoire avait été aménagée dans une alcôve. Le sol était recouvert de planches de bois stratifié. Elle était assise sur un tapis en peau de mouton teint en orange. La chaleur venait du radiateur. Les murs avaient été peints avec ce qui ressemblait à de la peinture à émulsion de magnolia. Il n’y avait aucune photo dans la pièce peu décorée. On avait l'impression d'être une chambre d'amis, comme une chambre d'amis ou quelque chose du genre.

La porte s'ouvrit à nouveau. Son ravisseur l'a poussé avec son pied. Elle pouvait voir qu'il était grand, puissant et large d'épaules comme un joueur de rugby. Son jean était serré et un tee-shirt blanc était tendu sur son torse. Ses pieds étaient encore nus et il avait des poils sur le dessus de son gros orteil. Max, ou du moins, c'est celui qu'elle pensait que c'était, entrant dans la pièce derrière lui. Le grand chien s'assit docilement aux ordres de son maître, mais ses yeux brillèrent alors qu'il observait April. Elle voyait le bout rose de son sexe dépasser de son fourreau. Elle détourna le regard avec dégoût. Tout cela n’a pris qu’une seconde ou deux.

"April, permettez-moi de faire quelques présentations, voici Max." Les oreilles du chien se dressèrent à la mention de son nom. "Je m'appelle Dave et tu es notre esclave du jour."

« Dave, c'est ça ? Eh bien, Dave… »Sa voix dégoulinait de sarcasme; «Je ne trouve pas ça du tout drôle. S'il vous plaît, libérez-moi de ces menottes et laissez-moi partir. Ce que j’ai dit plus tôt est valable. Je n'en parlerai à personne, putain ! Qui le croirait de toute façon ?

"Tu as dit que tu dirais ça." Il sourit pour la première fois et cela rayonnait dans ses yeux. « Vous avez dit que je devais ignorer vos demandes et que je devais vous traiter comme un captif. Eh bien, votre souhait est mon ordre. Voici votre petit-déjeuner.

"Que veux-tu dire, j'ai dit que tu devrais me traiter de cette manière?" La confusion d’avril régnait. « Je ne me permettrai jamais de devenir l’esclave d’un homme, encore moins de vous et de vos chiens ! »

"Tu as dit que tu dirais ça aussi." Il sourit à nouveau. "Pourquoi ne te tais-tu pas et ne manges-tu pas?" Il se détourna d'elle et fit signe à Max de le suivre alors qu'il quittait la pièce, sans fermer la porte cette fois.

Le plateau qu'il transportait contenait des toasts beurrés et deux œufs durs dans un double coquetier. Une tasse de thé était posée d'un côté et un bol de sucre avec une cuillère de l'autre côté. April s'est rendu compte qu'elle était affamée et a tout mangé avec délectation.

Dave est revenu un peu plus tard et a tout rangé. Il n'a rien dit ni proposé de réponses à ses questions. C'était comme si sa relation avait changé, passant du statut d'hôte sympathique à celui de geôlier discret. April commença à s'inquiéter d'être au-dessus de sa tête. Le fait que son imagination se déchaîne ne l’aidait pas. Lorsque Max a été amené dans la pièce et attaché à l’autre tuyau du radiateur, April a vraiment commencé à s’inquiéter. Dave une fois de plus, sans un mot, quitta la pièce à April et à son nouveau compagnon, le chien.

Max l'observait avec des yeux presque noirs. Sa tête pencha d'un côté à l'autre comme pour avoir une meilleure perspective. Il s'assit tranquillement, mais elle remarqua la pointe rose qui sortait de sa gaine poilue. C'était un croisement évident avec plus qu'un petit Labrador en lui, ce qui donnait au chien l'apparence douce, typique de la race, mais il avait quelque chose d'autre en lui qui le rendait beaucoup plus grand et plus mince qu'un pur Labrador.

"Eh bien, et maintenant Max Eh?" Elle avait besoin d’entendre le son de sa voix comme une influence apaisante, mais elle échoua lamentablement. Son corps avait encore un souvenir vivace de ce que la langue du chien pouvait faire.

La queue de Max cogna contre les murs et le sol. Elle pourrait presque jurer qu'il lui souriait d'une manière lascive, comme s'il s'attendait à ce qu'elle frémisse sous lui alors qu'il enfonçait sa bite en elle. April imaginait des choses qu'elle savait, mais en même temps, elle sentait cette chaleur familière s'accumuler dans ses tripes et elle pouvait sentir son cœur commencer à cogner contre ses côtes.

Il y avait suffisamment de jeu sur sa chaîne pour qu'April se dirige vers le chien, qui s'est avancé vers elle jusqu'à ce que sa laisse l'empêche de s'approcher. C'était suffisamment proche pour qu'elle puisse caresser le chien, ce qu'elle fit. April n'était pas trop habituée aux animaux, son style de vie chargé ne lui permettait pas d'avoir des animaux de compagnie et son enfance avait été passée comme une gamine de l'armée, ne restant jamais assez longtemps dans un endroit pour s'enraciner ou autoriser des animaux de compagnie. C’est peut-être ce qui a rendu sa vie presque nomade.

Elle caressa la tête de Max, jouant avec ses oreilles et lui grattant l'arrière de la tête. Un air de bonheur l'envahit alors qu'il se détendait et se prêtait contre elle. Un calme et un lien mutuels se développaient entre la femme et le chien et un moment d'anticipation partagé passa alors que ses mains parcouraient son manteau élégant vers ce centre du désir, qui commençait à sortir de son fourreau.

Lentement, April baissa la tête et, avec quelques difficultés, réussit à mettre sa bite dans sa bouche. April l'a sucé jusqu'à ce que sa queue devienne dure comme de la pierre et que son nœud glisse de son refuge poilu. Elle a réussi à faire passer la majeure partie des neuf pouces environ que l'organe du chien avait atteint au fond de sa gorge, faisant travailler sa langue avec avidité et poussant l'animal à jouir dans sa bouche. Elle a été récompensée par un mince filet de pré-venu qui était plus chaud que sa propre chaleur corporelle et se sentait merveilleusement salé alors qu'il coulait sur ses papilles gustatives avant de le boire avidement. C'est alors qu'elle réalisa ce qu'elle faisait et un frisson de répulsion l'envahit. April avait déjà eu beaucoup de bites dans la bouche, elle avait sucé tellement d'hommes jusqu'à l'orgasme et avalé leur sperme, mais n'avait jamais pensé, une seule seconde, à le faire avec une autre espèce. Elle n’y avait pas pensé non plus maintenant, c’était juste arrivé, comme une progression naturelle.

Max lécha sa bite palpitante pour la nettoyer avant qu'elle ne recule. Son regard était rempli d'un désir inassouvi et plus qu'un peu de chagrin qu'elle s'arrête avant l'événement principal.

Dave est revenu peu de temps après son arrêt. Elle avait le sentiment qu'il regardait peut-être depuis l'obscurité de la porte, car il avait un sourire sur son visage et ses paroles lorsqu'il parlait avaient pour elles un sens entendu.

«Je vois que Max et toi êtes en train de devenir de bons amis. C’est bien, car vous et lui allez plutôt faire connaissance. Lève-toi, avril.

April se leva avec quelques difficultés, ses mains, même si elles n'étaient pas étroitement menottées, rendaient les manœuvres difficiles. Finalement, elle réussit à se relever. Sa nudité, pour une raison quelconque, lui causa un moment d'embarras. Il l'avait vue dans toute sa splendeur, mais pas lorsqu'elle était sobre ou debout. Elle essaya de couvrir son mont avec sa ligne de cheveux bien coupés. Dave a ri de ses tentatives de modestie. Il relâcha la chaîne qui traversait les menottes et la conduisit au lit.

"Allonge-toi sur le dos, je veux te regarder pleinement." Elle obéit, mais couvrit toujours son monticule, se sentant plus qu'un peu mal à l'aise. "Très gentil... Tu es très gentil." Elle accepta le compliment sans un mot.

« Que s'est-il passé hier soir, Dave ? Je n’ai aucun souvenir de vous avoir rencontré ni de quoi que ce soit que j’aurais pu dire. Elle le regarda dans les yeux et attendit une réponse.

« Vous étiez assez ivre lorsque nous avons rencontré April. Je pense que tu venais d'aller aux toilettes quand tu es tombé sur moi dans le couloir. Je t'ai calé contre un mur pendant que j'allais pisser, tu étais toujours là à mon retour, alors on a commencé à parler. Tu devrais vraiment faire attention à combien tu bois, parce que tu m'as demandé de te ramener à la maison et de te baiser. J'aurais pu être n'importe qui, un fou de hache, un violeur ou quelque chose du genre. Bref, je t'ai amené ici et je t'ai donné du café pour essayer de te dégriser un peu. Dieu sait ce que vous transportez dans votre sac à main, mais vous avez sorti de la poudre et l'avez versée dans votre café, puis vous avez bu le tout. Tu m'as dit que c'était du GHB et que je devais faire de toi ce que je voulais. Que je devrais te traiter comme une pute. Battez-vous, baisez-vous le cul et foutez-vous la gueule. Vos mots, pas les miens. Je t'ai mis au lit, mais ensuite les choses sont devenues un peu incontrôlables et nous nous sommes retrouvés comme nous sommes maintenant. Mais, juste pour mémoire, je ne t'ai pas baisé, quand tu as vu Max… eh bien c'était tout, j'allais toujours être le deuxième. Tu as aussi dit que je devrais t'ignorer le matin. Que tu n'aurais aucune mémoire et que je devrais te traiter comme un esclave. Ce qui se passe maintenant, ce sont vos souhaits, mais si vous voulez changer d’avis, ça me va. Il fit une pause et un air d'inquiétude apparut sur ses traits.

"Écoute April, je ne sais pas quel est ton problème, mais je n'ai généralement pas beaucoup de succès avec les femmes, ou du moins je ne les ramasse pas, mais tu t'es jeté sur moi et je profiterai pleinement de la situation si je peux. .»

Il s'assit sur le bord du lit pendant qu'il expliquait et posa son énorme main sur sa cuisse droite. Le contact de sa peau chaude provoqua un frisson et raviva la chaleur dans ses entrailles.

"Dave..." commença avril. « …Je suis généralement assez prudent quant au fait de draguer des hommes. Je trouve ça très difficile quand je suis sobre, mais avec quelques verres, c’est comme si un alter ego prenait le dessus et je me suis retrouvé dans des situations horribles. C'est l'un des pires que je dois dire. Est-ce que j'ai vraiment baisé le chien ?

«J'ai bien peur que ce soit le cas. Max n'était pas très enthousiaste au début, mais après que vous l'ayez sucé presque à mort, il avait hâte de vous sauter dessus. Je connais mon chien et il espère un retour. C'est peut-être une sorte de désir subconscient ou quelque chose comme ça, mais honnêtement, vous étiez comme un pro et sembliez aimer chaque seconde.

April réfléchit un moment, se taisant. Elle passa en revue sa vie jusqu'à présent, certains des hommes dont elle se souvenait et un ou deux des exploits dans lesquels elle s'était retrouvée engagée. Ce n'était pas une belle image et il y avait un filon de consommation d'alcool et de drogues qui la traversait. D’une part, elle était une femme d’affaires très prospère. Son magasin de cosmétiques a fait plus que ce à quoi on pouvait s'attendre et lui a offert confort et excellence. L’autre main représentait une femme qui semblait déterminée à s’auto-dévaloriser, voire à se détruire. Elle savait que boire comme elle le faisait et associer ces crises à des barbituriques ou à tout ce qu'elle pouvait obtenir la tuerait d'une manière ou d'une autre. Ce qu’elle ne parvenait pas à comprendre, c’était pourquoi. Elle ne parvenait pas non plus à comprendre pourquoi elle se laissait sombrer dans la dépravation dans ces états détrempés, ni pourquoi elle devrait en ressentir le besoin.

"Je suppose que je suis foiré Dave." Elle l'avait finalement avoué à quelqu'un. Sa vie était une imposture et une confluence d’émotions mélangées qui nécessitaient probablement un analyste qualifié pour les démêler. Elle a commencé à pleurer. Dave dégrafa doucement les poignets et tint ses épaules lourdes, la laissant libérer ses émotions.

Ils restèrent dans une étreinte de réconfort pendant un certain temps jusqu'à ce que, enfin, ses sanglots s'apaisent et qu'elle renifle tout en essayant de s'excuser.

"Je vais te ramener à la maison en avril, je pense que tu as besoin de faire une pause, de prendre un peu de temps pour réfléchir, hein ?" Il tapota son épaule nue, savourant la douceur de sa peau et l'éclat frais de l'albâtre. "Voudrais-tu du thé? Je vais en faire. La salle de bain est par là, pourquoi ne pas me nettoyer et me rafraîchir pendant que j'allume la bouilloire ?

Il se leva et quitta April pour se débrouiller seule. Elle ressentait de la gratitude pour sa gentillesse tout en s'apitoyant sur son sort. Le regard indifférent et indifférent du chien lui donnait une expression comique. April éclata de rire, mais son rire se transforma rapidement en hurlements de dégoût de soi et elle enfouit son visage dans les draps.

Dave revint avec deux tasses sur un plateau et s'assit à côté d'elle, posant soigneusement le plateau sur le sol. Il se sentait perdu et ne savait pas comment gérer cette femme tourmentée qui avait clairement besoin d'un ami, de réconfort ou même d'un peu d'amour. Il lui caressa le dos entre les omoplates, passant légèrement le bout de ses doigts en motifs circulaires. La lumière du soleil montrait les poils blonds duveteux recouvrant sa peau, presque invisibles. Il remarqua un grain de beauté brun sur son épaule et des taches de rousseur résiduelles d'enfance qui s'étaient presque estompées. Sa peau était fraîche au toucher et sa douceur le fascinait. Il regarda ses cheveux correctement pour la première fois. Même s'il était échevelé à cause des efforts de la nuit dernière, il restait propre et montrait qu'elle prenait soin de son apparence. Il vit qu'elle était naturellement blonde foncée et remarqua la coupe astucieuse réalisée par un coiffeur qui masquait l'épaisseur. Un soudain sentiment de désir insupportable envahit Dave, suivi de près par la culpabilité pour cette pensée.

Les sanglots d’April s’apaisèrent ; elle s'est mouchée sur le drap et a fini par se redresser. Ses yeux rouges et gonflés par la profondeur de son désespoir regardaient Dave. Il prit son visage dans ses mains et embrassa doucement ses lèvres brièvement, avant de se pencher vers le plateau et de lui offrir le thé, qu'elle prit et sirota.

"Qu'est-ce que tu vas faire en avril?" Il se sentait en quelque sorte responsable d'elle. C'était une émotion totalement nouvelle pour lui, jusqu'à présent, il n'avait que des sentiments d'empathie pour Max et sa mère qui vivaient encore dans une maison de retraite.

"On peut encore baiser si c'est ce que tu veux."

" Ce n'est pas ce que je voulais dire en avril et tu le sais. Je veux dire, qu'est-ce que tu vas faire de ta vie ? Tu ne peux pas continuer comme ça. Regarde-toi, tout battu et malheureux, tu mérites bien mieux que cette misère.

« Désolé, je suis stupide, n'est-ce pas ? Je pense que j’aimerais rentrer à la maison, si tu es d’accord. Je suis désolé que les choses ne se soient pas déroulées comme je l’avais annoncé. Je ne sais pas ce qui m’a pris et je suis désolé.

Son visage était si pathétique que Dave fondit et la prit dans ses bras, renversant le thé sur lui-même. Il voulait la serrer dans ses bras, la protéger et simplement l'aimer. Il ne voulait jamais la laisser partir. Le thé chaud le brûlait et il se leva d'un bond en criant. Ils rirent alors, son jean dégoulinant de thé sur le sol alors qu'il essayait d'empêcher le tissu chaud de brûler son aine tendre. Cela a dû paraître assez comique parce qu'elle a éclaté de rire et l'ambiance sombre précédente a été brisée.

Max se leva d'un bond et le frappa dans le dos avec excitation, captant le soudain soulèvement de l'atmosphère. Cela a fait tomber Dave face contre terre sur le lit et ils ont tous deux fini par rire fort tout en partageant un câlin. Lorsqu'ils furent finalement sous contrôle, Dave se leva, lui tendit la main et aida April à se lever du lit. Ils s'étreignirent avant qu'il ne lui montre la salle de bain.

Après qu'April se soit lavée, ait récupéré ses vêtements et s'est habillée. Ils prirent un autre thé, tous deux parvenant à le boire cette fois. Ils discutèrent autour des bords des tasses à thé et firent un peu connaissance. April n'avait toujours aucun souvenir de la nuit dernière. L'ignorance la brûlait intérieurement, mais demander ce qui s'était passé et ne pas vraiment attendre la réponse la faisait hésiter jusqu'à ce que ; Finalement, elle inspira profondément et demanda catégoriquement.

"Dave, je ne me souviens de rien de la nuit dernière, mais je ne suis pas sûr non plus de vouloir vraiment savoir. Dis-moi que je n'ai pas fait le chien.

«J'ai bien peur que ce soit le cas. Mais tu étais complètement hors de propos. Je t'ai vu mettre quelque chose dans ton verre, mais on aurait dit que tu avais décidé que j'étais ta note pour la nuit précédente. Au moins, tu as dit très clairement que je devais te ramener à la maison. Mais après avoir pris ce truc, vous avez complètement changé, presque aussitôt que vous aviez fini votre verre ; tu exigeais que je te traite comme une salope. Tu m'as supplié de te battre, de t'attacher, de te faire foutre et de t'utiliser comme je le voulais. Je pensais que tu disais ça juste pour être sûr que je te ramène à la maison. J'avoue que te ramener à la maison et t'utiliser comme tu le demandais était très attrayant, ce n'est pas souvent qu'une belle femme dit "baise-moi, utilise-moi" et le pense vraiment. Mais ensuite, quand tu as vu Max… eh bien, c'était tout, tu étais hors de contrôle.

"Oh mon Dieu! Qu'est-ce que j'ai fait?"

« Voulez-vous vraiment des détails graphiques ? »

"Je ne suis pas sûr, mais je suppose… Ouais, tu ferais mieux de me le dire, peut-être que cela pourrait me donner une leçon."

« April, je t'ai regardé plus tôt avec Max. Il n’y a pas de quoi avoir honte, tu sais. Des milliers de personnes sont à l'écoute des animaux, même s'il s'agit principalement de chiens, car ils sont plus proches de nous. Max a déjà eu une ou deux amantes. Je pense que cela a quelque chose à voir avec sa nature amicale. Certaines personnes sont naturelles, vous semblez en faire partie et vous ne devriez pas vous en vouloir. Je ne suis pas du tout choqué. Il fit une pause et rafraîchit le thé dans sa tasse.

Se rasseyant à la table de la cuisine, il continua de lui raconter les événements de la nuit dernière.

«Quand je t'ai ramené à la maison, tu es tombé sur le lit et tu as arraché tes vêtements. Je suis surpris qu'ils ne soient pas ruinés. Tu me criais de te baiser. Je n'ai jamais vu quelqu'un comme ça. Mais ensuite Max est entré dans la pièce et c'était tout. Il a sauté sur le lit et tu l'as sucé comme s'il avait été moi. Puis, quand il t'a donné un avant-goût comme tu l'avais dit, tu t'es mis par terre, tu m'as supplié de t'attacher les mains et Max a fait le reste.

"Qu'est ce qu'il a fait?" Elle connaissait déjà la réponse, mais elle devenait très chaude en écoutant la description, comme si c'était arrivé à quelqu'un d'autre. Déjà, la chaleur montait et sa chatte devenait très humide.

"Max a fait ce que Max fait de mieux, il a sauté sur ton dos et a essayé de te baiser, mais il n'a pas tout à fait réussi, j'ai dû l'aider, mais une fois qu'il est entré en toi, c'était comme regarder un pro faire ça. .» Dave fit une pause avant de continuer son histoire.

"Tu le voulais dans ton cul. Vous l'avez compris, mais il a fini avec son nœud au fond de vous. Vous en vouliez toujours plus et vous l'avez sucé jusqu'à ce qu'il soit prêt à repartir, il vous a injecté une autre charge avant que vous ne vous effondriez dans le coma jusqu'à ce matin. Je n’ai pas jeté un coup d’œil, mais ce n’est pas grave parce que te regarder, toi et Max, était quelque chose que je n’oublierai jamais.

April soupira, secoua la tête et sirota son thé pendant qu'elle rassemblait ses pensées.

« Avril, tu dois faire le tri dans ta vie. La façon dont vous étiez la nuit dernière entraînera votre mort. Un de ces jours, vous allez vous retrouver dans une situation que vous ne pourrez pas gérer. J'aurais pu être n'importe qui ; tu ne semblais pas te soucier de ce qui t'arrivait. Il faut que tu arranges ça, et en plus, j'aimerais beaucoup te revoir. Il baissa les yeux timidement, ne sachant pas quelle serait sa réponse.

"Ce serait bien." April regarda le haut de sa tête et attendit qu'il lève les yeux, puis le regarda dans les yeux en disant avec un sourire.

"J'aimerai ça vraiment beaucoup." Dave rougit comme un écolier. Elle a aimé sa réaction et a pensé que peut-être elle avait trouvé quelqu'un avec qui elle pourrait aimer et s'impliquer.

"Voudriez-vous me ramener à la maison s'il vous plaît ou m'appeler un taxi. J'ai vraiment besoin de faire le ménage et de réfléchir. Puis-je t'appeler demain?"

"Bien sûr, je vais te conduire et ce serait peut-être une bonne idée de prendre du temps pour toi.

April a donné un coup d'amour à Max alors qu'ils quittaient son appartement.












La poursuite du développement d’April.


Avril.

Chapitre deux.


Dimanche matin, April était de retour dans son appartement de Chelsea après avoir passé une bonne nuit et dormi sans rêves. Son corps était douloureux à cause des événements de la nuit précédente avec Max. Dave l'avait ramenée chez elle et s'était respectueusement retiré devant sa porte d'entrée, la laissant seule. Il lui avait laissé un numéro de téléphone et lui avait demandé de l'appeler quand elle voulait ou avait besoin de quelque chose. April s'était avancée pour lui donner un bisou sur la joue, mais il s'était déjà retiré hors de sa portée.

Le temps seul avait permis à April de réfléchir. À bien des égards, sa vie a été très réussie. Elle gagnait largement assez pour subvenir à ses besoins. Assez pour lui permettre d’avoir le pouvoir d’achat lui permettant de s’offrir presque tout ce qu’elle voulait. Il a fallu beaucoup de temps et beaucoup de travail pour développer l'entreprise. Papa l'avait aidé au début avec de l'argent, mais maintenant, elle l'avait remboursé et avait un pécule bien croissant en banque pour sa retraite.

C'était à son autre vie qu'elle devait penser. Celui qui signifiait qu’il était peu probable qu’elle puisse passer sa retraite. Il y avait un mécanisme d’autodestruction à l’œuvre, qu’elle ne parvenait pas à comprendre. Sa vie nocturne du week-end l'avait amenée à se retrouver dans des situations parmi des hommes fous de sexe en groupe, seuls ou avec des femmes. Cela lui avait aussi donné des rencontres très satisfaisantes, mais elle n'était jamais revenue sur aucune d'entre elles, même si l'offre lui avait été faite à plusieurs reprises. Une fois qu'elle était bonne et qu'elle avait bu de l'alcool ou peut-être de la drogue, elle s'adonnait à tout, du moment que c'était le sexe. Sexe brut, tendre ou sauvage, elle s'en fichait, du moment qu'elle se faisait royalement baiser tout le week-end. Le comment, le qui ou le où n’avaient que peu d’importance.

Elle se souvient avoir été violée sous la menace d'un couteau. That had been one of the worst experiences, but when she eventually got away from the three guys, it was as if it had not happened and she was back at the same club the very next weekend and getting picked up by some new stranger. Perhaps it was the element of danger she craved. Perhaps it was the abuse she wanted, or perhaps, she was looking for love, but in the classic way, went about it the wrong way, having nothing to base her search upon. To a point, she blamed the Army life of her father for this. She had never been anywhere long enough to form attractions or relationships with boys.

April visited an often-recalled memory, her first time of abandoned and reckless sex. It had been with a couple of squaddies in Iraq. This was while civilians were still allowed into the country as Military attachments and families. The two young guys were scared shitless, knowing they were to go into battle for the first time and not knowing quite what to expect or if they would survive. April had just turned twenty then and had only gone to see her father and let him know that she had passed her exams with honours. He seemed indifferent and it was that indifference that scored a direct hit. April got totally wasted for the first time in her life in the NAAFI. It was purely out of spite and in reaction to her father’s indifference.
The two young soldiers took advantage of her condition, although she consented readily to sex with these two guys, her two soldier lovers were none too gentle about springing her cherry as they called it. A couple of hours later she found her quarters and tried to tell her Father what had happened. He said it was not rape, she had consented and was all the fault of her own; he refused to take it further and again, showed an indifference to her, that she found difficult to reconcile.

That episode had been the beginning of her Jekyll side where she sunk into a depravity that had not yet been tested fully and had the options of being fatal if she didn’t do something about it.

April shook her self out of the memories of those dark times, taking a deep breath as if to purge the hurt and harm from her body.

She ran a hot bath and dropped an aromatic bath bomb in. Petals and leaves floated away from the effervescent maelstrom the ball of purple made. April turned on her CD and put an album in the changer, something a colleague had bought for Christmas. She relaxed into the steaming water and drifted on strains of Barbers ‘Adagio’ followed by ‘Moonlight Sonata’ and ‘Toccata without the fugue by Bach. Music had always been her salvation in troubled times. The heat of the water and aroma of essential oils lulled her into a relaxed and calm condition. The aches and pains of her encounter with Max floated away and were replaced with nothing but well-being.

April thought about Dave, his sensitivity and the way he had acted after he realised that she did not really want to be used as a fuck toy by him. April was unused to someone being quite so considerate of her feelings or wants and she thought that that was nice… Yes nice and maybe, just maybe, he would turn out to be a nice guy too.

Later, she called Dave to invite him over for Lunch, but it was his answer phone that picked up. April went out and ate in a local restaurant and watched the people living their lives. She walked in the park and observed weekend dads with their kids. April had no maternal instincts, but the children looked happy and the dads all had a universal lost appearance about them and a shared helplessness that was recognised by other dads in the same predicament.

She found herself studying the various breeds of designer dog that frequented the park. It is something of a fashion statement in West London, to have designer dog to go with the four by four vehicles that were totally inept in the busy town. The spoilt animals all had one thing in common; they had all been neutered and seemed too well fed and probably all had their own shrink on hand for the neurosis of their owners.

She called Dave again when she got home. This time he answered on the third ring and suddenly, she didn’t know what to say. She clammed up, just holding the earpiece to her head.

“Hello… hello... is that you April?.. Is everything alright?”

“S…sorry Dave, I just wanted to um…I don’t know. Can I come over?”

Twenty minutes later, she fell into Dave’s arms as he opened his front door and her cab drove away from the curb. She kissed him as if she would devour him from the head down. Her arms enveloped him and they ended up flat on the carpeted entrance hall.

“Whoa April; I need to breath.” He laughed and squeezed her back and laughed.

“What brought this on?”

April suddenly became serious “I have been doing some thinking. You and Max have made me realise that I have to change. I don’t know if I can settle down with anyone, but thank you, I will never forget what you have done.” She pecked his cheek and rose from the floor, her blouse had come undone, a breast peeked out, but it seemed not to matter.

“I would like to fulfil my promise to you, if that’s alright. I got some wine and took the liberty in ordering a pizza. Hope you like chicken.” She buttoned up her blouse and walked through to the kitchen, not waiting for his answer. Max got a pat on the head as she passed him.

Later, when they had eaten the pizza and finished the wine, April and Dave settled on a sofa to continue talking, following the earnest conversation over the food. They chatted and just like the movies, gradually moved closer as their body language called to each other. Dave’s arm circled April’s shoulder and then travelled between her shoulder blades. He gently stroked the soft downy skin in the middle of her back. His touch was electric and her breathing very quickly told him he was doing the right thing.

She lent back, trapping his hand and slowly undid the buttons of her blouse. She wore no bra, her breasts didn’t need supporting, having tits that had an upturned shape. April wriggled out of her jeans and twisted to kiss Dave, her arms encircling his neck and drawing him forward. His free hand cupped her left breast and his thumb rubbed her hardening nipple. April gasped, his touch evoked tingles in her skin that transmitted to her sexual receptors. April became hotter as he pinched and teased her darkened and, by now, achingly hard nipple.

“Oh god!” She whispered breathlessly in his ear, “Take me to bed please?”

He picked her up as if she weighed nothing and carried her into a different bedroom to the one she had woken up in previously. His double bed had a soft duvet thrown over. She sunk into the mattress and relaxed. Dave’s tongue flicked her lips. He traced her chin and throat with the moist tip then continued between her breasts and down to her navel. The sensation produced a shiver of pure delight and anticipation.

He pushed her knees apart and ran his tongue over her inner thigh. The wait for what was inevitable, was becoming unbearable while being delicious at the same time as he paused to prolong the sweet agony of anticipation. She was so wet and her internal heat was running at boiling point. Then he traced her lips and flicked her clit with the tip of his tongue. April screamed in surprise, shock and delight. Dave gently sucked her lips into his mouth and savoured her taste. She knew she had never been quite so excited before or treated to such exquisite pain and longing.

She came hard and slicked his tongue. Dave didn’t seem to mind at all. He drank her in and lapped at her box with renewed fervour. April began to climb again, her nerves building into a crescendo of lust and desire. She came again, but the sensation of being held at orgasm was starting to become unbearable. It was Dave’s turn to get naked and for her to return the favour.

April pushed him off of her, flipping over so that she could kneel and have a little leverage for what she intended to do. She pushed him onto his back.

She undressed him, kissing flesh as it appeared. Soon she had the tip of his cock between her lips, teasing him and relishing the prospect of sinking his shaft down her throat. April couldn’t remember making love sober. In fact she couldn’t remember making love, fucking, yes, but not actually making love. She loved it. Slowly, she slipped him into her mouth and inched him into her throat before expelling him only to swallow him again. She could feel the throb of his pulse on her tongue and taste his natural lubrication.

So intent on what she was doing, April didn’t hear Max silently slip into the room or feel him climb onto the bed. She was blissfully unaware of the dog until his cold wet nose planted it’s self on her exposed pussy. She yelped and shot forward, getting more of Dave’s cock in her mouth than she bargained for. She gagged and jumped up.

“Sorry about that, I’ll get rid of him shall I?”

April was about to say yes when she had one of those rare moments when a picture, so evocative, passes across the minds eye that it cannot be ignored. Her answer, when it came was to be a negative. The dog should stay. April got straight back into sucking on Dave’s saliva slicked cock, but made sure that Max had full access to her sex while she savoured the delicate fragrance of Dave’s groin.

Dave shifted his position a little so he could get a better view of what Max was doing. It gave April an uninterrupted view via a mirror. She had never seen herself in action before, had done most things, but not that. The scene she was looking at and feeling drove her to new heights of an inexperienced passion. Dave’s cock disappeared down her throat and she sucked with all of her being until, Max’s rasping tongue slid over her clit and searched her opening. The double pleasure took April over the limit; she climaxed noisily and then soaked the dog’s muzzle. He licked all the more and drove her to another climax that shattered the last. In her excitement, she took all of Dave’s cock into her throat and felt him begin to twitch.

Although April had no problems with the taste of come, she didn’t want this to stop just yet. She pushed Max away with her foot and lifted her face off Dave.

“Oh my God! That was fucking wonderful.” She gushed. “Why don’t you finger fuck me while Max performs the wonders he does with his magic tongue?”

Dave wriggled down until he was parallel with her. His leg crossed over her and pulled her legs apart while she lay on her back. His fingers quested for her sex, rubbing lightly over her swollen clit and sinking into her body. Max was now an integral part of the trio and played his part to the utmost. His tongue lubricated Dave’s fingers as they frigged April then slipped between her lips and deep into her vagina while Dave teased her clit. April felt the delicious heat mounting in her guts until it boiled over in a gush of come and a massive climax. She relaxed as did both Max and Dave. The smell of her emissions wafted up to her. April had never felt so screwed and secure.

“I could do with a break.” She needed the toilet.

“Tea?”

“Great.”

Over the tea April Said, “Dave, I just realised that it’s me that’s having all the fun here, when we’ve had the tea, it’s your’s and Max’s turn. I would love to suck him off while you screw me from behind, what do ya say?”

Later, after stripping the bed of the soaked sheets, they coaxed Max up onto the bed and got him to lie on his side. April wanted to be able to see in the mirror, she had discovered that this gave her such a buzz, not that she needed any more stimulation.

She teased Max’s cock from his sheath and took the tip into her mouth. She was rewarded when it began to fill with blood and swell. Pretty soon, his knot and the whole of his dick were now fully out in the open. Purple veins stood out along its length. He tasted sweeter than she remembered. Dave watched for a little while, just fingering her sex and rubbing her clit with his thumb. The sensations it realised were pleasant, but not too much that it made her lose control of the situation. C'était confortable.

Dave eased his cock into April, sinking himself into her depths then slowly, he fucked her while he watched April suck the dog. Max was humping her face now; spasms rocked his haunches as he drove his cock into her mouth. His rhythm increased as he neared his climax. Dave tried to keep pace with the dog, but it wasn’t possible, instead, he timed himself to every other thrust of the dog. April’s sex gushed as a climaxed ripped through her, but she was not going to give in to the overwhelming sensation until Max and Dave had got what they deserved.

She almost lost it when Dave decided that he should fuck her in her anus. He asked the question of her by placing the tip of his dick at her puckered anus, waiting to see what her reaction would be. When she didn’t complain or stop the gentle pressure he was applying, he took it as assent and pushed harder. His already slick, throbbing cock slipped past her sphincter and plunged into the depths of her arse and was immediately gripped by her muscles is a warm embrace that welcomed and encouraged.

He reached around with one hand finding her clit, the other tweaking a swinging nipple. It was too much, April jabbed Max’s cock into her throat and was gratified to feel a long hot stream of dog cum flood her guts. He streamed spurt after spurt, coming so much more than a guy, the temperature of his semen was a lot hotter and it burned slightly as it went past her tonsils. She didn’t get to taste him, being past her taste buds, but wasn’t too disappointed.

April lifted her face from the dog and wiped cum from her lips. Suddenly, the taste of the dog filled her mouth. She liked it, but wanted more.

“Dave, I want to swallow your cum, fill my mouth with your love juice…do it now please…please do it now.”

Dave pulled out of her ass and with a handy wet-wipe, wiped off her secretions that stuck to his helmet in a light brown corona. She flipped over and lay on her back, ready to take him as she had Max. Dave knelt over her and slowly rubbed himself, increasing the pace until he gasped and directed his spend into her open mouth, coating her tongue. April wanted a little more and grabbed his balls, pulling him down until she had both his cock and cum in her mouth. April swallowed his cum, showing him her clean mouth by poking her tongue all the way out. Then, she took him into her throat again and proceeded to give Dave, the blow job of his life. To both of their surprise, he quickly shot a second load that felt as if it nearly took out the back of her head and blew off his helmet. The feeling of his balls emptying took her over the edge, April gushed a climax had had nothing to do with her clit or being fucked. She had never had an orgasm without her sex being abused before. It blew her mind.

Exhausted, April knelt and began to get up, but Max had other ideas. He had watched the human bitch and his master, it had affected him and he was primed, ready to fuck the slut. His front legs wrapped around her waist, scratching and gouging skin from her, but neither of them noticed. He pulled her to him and quested to find her opening. He missed and sank into her arsehole, but April was too sore for that, so she reached around and re-directed the dog’s cock. When his tip found her opening, he gave an almighty thrust forward, while pulling her into his stomach. It drove every inch of his cock and knot straight into her. The knot forced its way past her taut muscles and lodged in her body. Max humped her, his hips thrusting and fore legs, pulling. April humped him back until she screamed and screamed. She was past any climax, orgasm or any other feeling of sexual peek she had ever experienced before in her career of depraved liaisons.

Suddenly, Max stiffened and drove his cock further into her than it had been before. Her cervix opened to accept the sharp, wedge shaped tip and they locked. Long streams of red hot spend flooded into her. Max growled his climax in a guttural rumbling that came from a long way down.

“Dave…Dave…quick! I want your cock now…quickly, get over here.”

He couldn’t wait. The sight of her and Max locked had rekindled his ardour. It took no time for him to be flooding her mouth again with his cum.

At last, Max’s erection softened and he pulled out of her. Dog sperm shot from her body, soaking the bed yet again. Max had the grace to clean her before he retired to a corner to clean himself.
“I’m afraid the mattress is fucked.” April looked at the pool of hers and Max’s cum. Her comment seemed completely inane and it appealed to her sense of silly. She laughed and descended into gut wrenching guffaws. There seemed a sense of the ridiculous or farce. Dave held her head and shoulders while she laughed uncontrollably.

Eventually, she calmed down from what had been hysteria. “Dave…” She managed at last, “That is the best sex I have ever had and no drugs! I’m totally and royally fucked.” She nodded her head, emphasising each syllable.

They slept in exhausted and satiated mutual trust. Dave held her throughout until they woke. Pressure on her bladder pulled her from the deep sleep she had been enjoying. Dave watched through the open bathroom door as she crouched and peed. He found it strangely erotic, but hadn’t the energy to do anything about it.

Eventually, after a shower, they dressed and went out to eat after taking Max to the local park for a run.

“Can we do this again?” She asked, hoping he would say yes, feeling desperate to hear him agree.

“Anytime you like.” He kissed her mouth and slipped an arm around her waist as they watched the boundless energy of Max as he raced across the clipped grass.

April’s excursions into the abyss were not to be repeated, she had found a haven, a safe place from which she was able to rebuild, using the relationship she shared with Dave and Max as a platform, a foundation from which she had the luxury to be able to make the right choices.

They married eventually, both successful in their work and both happily successful in their shared life with Max.

Articles similaires

...

203 Des vues

Likes 0

Bas de pyjama à pois

Bonjour à tous! Ceci est ma première histoire, j'espère qu'elle vous plaira et j'apprécie sincèrement tous les commentaires, commentaires, questions, opinions, demandes, etc... ma seule humble demande est que vous le fassiez avec respect. Je peux continuer cette histoire si les gens l'aiment. Merci d'avoir lu, profitez-en ! _________________________________________________________________________________________ Son appartement sentait l'assouplissant, l'encens Om Nagchampa et le cannabis sucré. Les portes du balcon étaient toutes ouvertes et la chaleur de son anxiété s'infiltrait régulièrement dans le froid tropical de la nuit de janvier. Elle portait moins que d'habitude, c'était la première fois qu'il voyait ses longues jambes galbées. Ses yeux suivirent...

1K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

957 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour thomas

Non, Thomas est chaud. Jake est juste mignon. Tu sais, comme le garçon d'à côté, rien de spécial. J'ai dit à Heather alors que nous marchions vers le vestiaire. Nous sommes passés devant le terrain de basket, et là, il était le gars le plus magnifique que je connaisse. Il mesurait environ 5 pi 11 po, avait des cheveux bruns, des yeux verts qui pouvaient faire fuir une fille et le plus beau des sourires. J'ai fait un signe de la main et il m'a répondu. C'est vrai, nous sommes les meilleurs amis depuis toujours. Heather et moi nous sommes promenés...

849 Des vues

Likes 0

Gâteau au chocolat et Fuck You Friday

Gateau au chocolat J'ai pris mon téléphone pendant que je conduisais et j'ai composé le numéro. Bonjour dit-il. Je suis en route Bien fut sa réponse. J'ai tourné dans sa rue et dans son garage ouvert. Il a fermé la porte derrière moi alors que je sortais de ma voiture. J'ai marché vers lui et il a tendu la main et m'a tapoté les fesses alors que nous entrions ensemble dans sa maison. Ce temps enneigé est nul, et écoute ce vent lui ai-je dit. Oui acquiesça-t-il c'est une bonne nuit pour rester et baiser, tu ne penses pas ? J'ai...

832 Des vues

Likes 0

CALCUTTA 1888

CALCUTTA. L'Inde est un beau pays. C'était encore plus le cas lorsque la Compagnie des Indes orientales dominait sa côte des trois côtés. J'étais un petit garçon à l'époque, peut-être une dizaine d'années. Calcutta était une ville animée et était importante par le commerce. maintenant Calcutta est tristement célèbre pour les puissantes moussons. il pleut presque tous les jours à midi. c'était un après-midi humide et pluvieux à Calcutta où notre histoire commence. à cause des pluies, j'avais passé beaucoup de temps à regarder par la fenêtre. de petites gouttes de pluie jouaient une musique inhabituelle sur l'inclinaison de l'étain au-dessus...

761 Des vues

Likes 0

L'amour de lucas 2_(1)

Alors je me suis mis à genoux et j'ai pris la bite de Jason dans ma bouche et je l'ai sucé. C'était si bon que je ne voulais pas que ça se termine, mais environ 15 minutes plus tard, Jason m'a rempli la bouche de son sperme et il a dit Puis-je te sucer Alors je me suis relevé et j'ai dit Non tu ne peux pas et je sortis de sa chambre et de sa maison et je retournai chez moi. Quand je suis arrivé, j'ai reçu un appel de Jason. quand j'ai répondu, il a dit Qu'est-ce que c'est...

834 Des vues

Likes 0

Ancienne flamme 2

Pour tous ceux qui ont raté l'histoire précédente, il s'agit de mon ancienne petite amie Dana que j'ai rencontrée à Vegas lors d'un enterrement de vie de garçon avec mes copains. Dana est une blonde mariée sexy du milieu des années 30, avec les plus belles jambes et le plus beau cul que vous ayez jamais vu. Elle est très jolie avec de grands yeux bleus et prend très bien soin d'elle. Nous nous sommes rencontrés la nuit précédente et je lui ai fait faire des choses qu'elle dit n'avoir jamais faites……….. Après notre séance à l'hôtel, Dana et moi sommes...

676 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses s'abattant sur mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis - même les plus âgés - enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent...

540 Des vues

Likes 0

L'esprit de Marissa

Marissa obtenait toujours ce qu'elle voulait, avec tout. L'école, la maison, les garçons, les garçons de Melissa, peu importe, elle l'avait probablement. Les filles étaient jumelles. Marissa est née différemment. Elle avait le pouvoir de contrôler les esprits, et Melissa ne le savait pas. La mère de la fille ne le savait pas. Seule Marissa le savait. Et maintenant, comme les deux filles étaient en terminale, Melissa avait quelque chose que Marissa avait TOUJOURS voulu, le capitaine de l'équipe de football comme petit ami, avec tous les autres gars qui bavaient après elle. C'était la dernière semaine d'école et Marissa voulait...

459 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.