Esclave Étudiant_(0)

1.9KReport
Esclave Étudiant_(0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents chauds que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises moulantes sans soutiens-gorge et minijupes. Elle a 16 ans.

Vendredi, après un examen de maths, le dernier cours de la journée, elle s'est approchée de moi après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte.

"Monsieur. Smith, je dois te parler de mon examen de mathématiques. Elle a dit.

« Super », pensai-je sarcastiquement. J'étais fatigué et je voulais rentrer à la maison et me reposer. J'ai dû noter ces papiers tout le week-end. Après quelques secondes, j'ai finalement dit "Qu'est-ce que c'est?"

"Eh bien... je n'ai pas eu le temps d'étudier correctement et je pense que je pourrais avoir une mauvaise note."

"Et…?" dis-je avec lassitude.

"Eh bien, si j'obtiens quoi que ce soit sous un B, ma mère me tuera, et je ne comprends vraiment pas ce stu-"

"Alors" je l'ai interrompue "ne penses-tu pas que tu aurais dû penser quand tu as décidé de ne pas étudier?"

Une longue pause, et finalement elle a dit "Eh bien, je voulais, mais mon petit ami n'arrêtait pas de m'embêter."

« Vous déranger ? » J'ai demandé.

"Eh bien, il n'arrêtait pas de vouloir que je fasse des trucs avec lui… de toute façon, je me demandais juste s'il était possible que tu puisses m'aider une fois et me donner une bonne note."

J'ai ignoré la deuxième partie. "Truc?" Je demande.

« Eh bien… je ne veux pas vraiment entrer là-dedans. » Elle a dit.

« Eh bien, c'est vous qui avez décidé d'en parler comme excuse. »

« Oui, mais tu es mon professeur. Juste… des trucs de sexe. Pouvons-nous parler de ma note ? » dit-elle nerveusement.

Encore une fois, j'ai ignoré la deuxième partie. « Des trucs sexuels ? » J'ai demandé. Je n'avais pas décidé si j'étais juste en train de baiser avec elle ou si j'étais vraiment intéressé.

« Umm... » Elle est devenue un peu rouge, ce qui m'a surpris compte tenu de la façon dont elle s'habille toujours. "Tu sais." Il était évident qu'elle ne voulait pas en parler.

« Allez, tu parles de relations sexuelles, orales, quoi ? » J'ai dit. Elle est devenue encore plus rouge.

« Euh, je me réserve pour le mariage. Je suis chrétien." dit-elle embarrassée.

« Et orale ?

« Eh bien… parfois. Pouvons-nous revenir à l'examen ? »

"D'accord" dis-je finalement. « Alors, que veux-tu que je fasse à ce sujet ? Je ne peux pas faire d'exception pour toi. Ce ne serait pas juste pour tout le monde maintenant, n'est-ce pas ? »

"Non." dit-elle en regardant vers le sol. Après une courte pause, sa tête s'est relevée « mais n'y a-t-il rien que je puisse faire ? » dit-elle désespérément.

"Comme quoi? Ce serait de la triche. Tu aurais dû y penser avant de faire des « trucs » avec ton petit-ami au lieu d'étudier comme tout le monde. Elle baissa les yeux vers le sol. Elle était visiblement très gênée. Elle avait l'air d'être au bord des larmes. « Ne pleure pas. Peut-être que nous pouvons trouver quelque chose. dis-je avec hésitation. Son visage s'est immédiatement relevé et elle avait un grand sourire sur son visage.

"Merci!" cria-t-elle et enroula ses mains autour de moi, me serrant dans ses bras. Elle l'a tenu pendant environ 5 secondes complètes. J'ai senti ses cheveux. Ça sentait bon. Après avoir finalement été libérée, elle a dit « alors que dois-je faire ? » J'ai réfléchi un instant. Je ne savais pas vraiment. J'ai juste dit ça pour qu'elle arrête de pleurer. Je pourrais me faire virer si je ne marquais pas correctement son papier.

"Je ne suis pas sûr." J'ai dit. "Qu'est-ce que tu penses?" Après une longue pause, dit-elle enfin.

"Je ne sais pas. Je ferais ce que tu veux. Je serai ton esclave. Elle gloussa.

"Un esclave? Je ne sais pas à ce sujet. Elle avait l'air légèrement déçue.

"S'il te plaît!" supplia-t-elle. «Ma mère ne peut pas voir une mauvaise note. J'ai vraiment besoin de ça ! Elle s'agenouilla et joignit les mains. "S'il te plaît." dit-elle encore. Trop dramatique ?

"D'accord, ça devient un peu-"

"S'il te plaît s'il te plaît s'il te plaît!" interrompit-elle. Elle se pencha et commença à embrasser mes chaussures. Quand elle s'est penchée, j'ai remarqué qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. J'ai vu tout son décolleté. Elle s'est relevée et s'est contentée de me regarder, avec un peu de chance.

« Eh bien, qu'est-ce qu'un esclave implique exactement ? »

"Je ferai ce que vous voulez. Lavez votre voiture. Faites briller vos chaussures. Tout ce que tu veux." Je ne faisais pas vraiment attention. Je ne pouvais pas arrêter de regarder sa poitrine. En pensant au décolleté que je viens de voir. "Bonjour?" dit-elle après quelques secondes. Je suis sorti de ma rêverie.

"Désolé" dis-je. "Alors quelque chose, hein ?"

"N'importe quoi." Je ne pouvais pas sortir le sexe de mon esprit.

« Umm… » Je luttais pour trouver des idées. "Nettoyer le sol dans la classe."

"Sûr!" Je ne pensais pas qu'elle irait pour ça. J'allais rentrer à la maison, mais je suppose que je pourrais rester ici et noter mes devoirs pendant un moment. « Où est la serpillière ? »

« Il y en a un dans le placard. » Je montre la porte au fond de la classe. Elle s'approche rapidement et ouvre la porte. "Je vais juste noter les papiers."

"D'accord" dit-elle. Elle prend une serpillière et un seau. Elle quitte la classe pour la remplir d'eau. Je retourne à mon bureau et commence à noter les devoirs. 2 minutes plus tard, elle revient et se met au travail. 5 minutes passent. Elle retourne au placard.

"Déjà fait?" Je dis.

"Non, il y a juste une tache sur le sol, je prends une éponge". J'acquiesce. Elle revient et trempe l'éponge dans l'eau et se met à quatre pattes, pas face à moi. Je remarque tout de suite, puisqu'elle porte une minijupe, que sa culotte rose dépasse. Je suis immédiatement hypnotisé alors qu'elle frotte le sol, secouant son cul d'avant en arrière. J'étais extrêmement excitée. Encore 2 minutes ont dû s'écouler avant qu'elle n'ait fini, et elle s'est levée et a ramassé la vadrouille et s'est remise à passer la vadrouille.

"Donc." Je dis. « Vous êtes chrétien ? »

"Oui, toute ma famille aussi".

« Donc, il n'y a rien dans la Bible sur l'oral avant le mariage ? » Je rigole. Elle arrête de passer la serpillière une seconde, puis recommence.

« Eh bien, cela ne dit rien sur le fait de ne pas le faire. » Elle dit.

« Donc, vous pouvez le faire à n'importe qui et ce n'est pas un péché ? »

"Je suppose."

"Même moi?" dis-je en plaisantant. Elle arrête complètement de s'éponger maintenant, me tournant le dos.

"Je ne fais pas ça." Elle dit.

"Eh bien, tu es mon" esclave ", n'est-ce pas?" Une longue pause.

« Eh bien, je suppose que vous avez raison. » Elle se retourne.

"Je rigole, c'est tout." Je dis.

« Non, tu avais raison. Je veux une bonne note et si tu le veux vraiment. Je ne dis rien. Elle laisse tomber la serpillière et s'approche de moi. Elle va derrière mon bureau et retourne ma chaise et met ses mains sur mes genoux. "C'est ce que tu veux?" elle demande. Je ne dis rien. Je pense qu'elle prend mon manque de parole pour un "oui" parce qu'elle attrape ma fermeture éclair. Elle le ferme et je sens ma bite commencer à durcir. Elle descend mon jean, puis mon boxer. Son visage devient blanc quand elle voit ma bite de 15 pouces, qui n'était que d'environ 9 pouces et demi molle quand elle l'a vu. Elle a mis une main dessus et a dit "Wow. C'est…"

"Je connais. Désolé." Je ne sais pas si j'aurais dû m'excuser ou non. Je veux dire que ce n'est pas de ma faute. Il ne faisait que grandir. Juste sa main était suffisante, et 10 secondes plus tard, j'étais complètement dur. "Ainsi je dis.

"Droit". Elle dit. Elle pose son autre main dessus et commence à les déplacer de haut en bas. Ses deux mains en couvrent à peine la moitié. Ça fait tellement de bien. Je regarde juste son corps, je peux à nouveau voir son décolleté alors qu'elle travaille ma bite. Au bout d'une minute ou deux, elle crache dessus pour du lubrifiant. Elle crache encore quelques fois avant de baisser la tête dessus. Elle lèche le devant de la hampe plusieurs fois pendant que ses mains descendent jusqu'à mes couilles. Je suis sur le point de souffler ma charge, mais ensuite elle s'arrête pendant une seconde et déplace ses lèvres jusqu'à ma tête. Elle essaie d'enrouler ses lèvres autour, mais elles ne vont pas tout à fait. Cela n'a pas d'importance parce que là, je peux sentir le sperme venir. Elle suce un peu le bout et déplace ses mains vers ma hampe et commence à me caresser.

« Ahh » je grogne. "Attendez-" juste là, le sperme commence à jaillir. Mon premier coup est allé droit dans sa bouche. Elle ne s'y attendait pas. Ses yeux se sont agrandis et elle a retiré sa bouche de ma bite, mais ses mains sont restées, toujours en train de caresser. Le deuxième coup est allé partout sur son débardeur. Le troisième et le quatrième aussi. Comme ma bite est si grosse, il y a généralement une grosse charge pour l'accompagner. C'était partout. Son débardeur était abîmé. Je m'en fichais, je me rassis sur ma chaise en extase. Après une minute de convulsions, elle libère enfin mon sexe. Je lève les yeux et je remarque que son débardeur blanc est un peu transparent et ses mamelons sont durs et visibles car elle ne porte pas de soutien-gorge. Je la fixe quelques secondes avant qu'elle ne réalise. Elle pousse un cri rapide et couvre avec ses mains. "Timide?" Je dis.

"Même mon petit ami n'a pas vu mon nu." s'exclame-t-elle.

« Tu lui suces la bite, mais il ne te voit pas nue ? Ce sont des règles assez étranges. Elle ne dit rien pendant quelques minutes, se contentant de regarder autour d'elle. Cela devient un peu gênant. Elle brise le silence.

« Alors, comment suis-je censé rentrer à la maison comme ça ? »

"Nous pouvons vous trouver quelque chose dans les objets perdus et trouvés." Je dis. Je remets ma bite dans mon boxer et ferme mon jean et quitte la salle de classe. Je reviens une minute plus tard avec une boîte remplie principalement de vêtements et d'autres choses diverses. "Allez-y et enlevez votre chemise". Elle rougit.

"Mais-"

« Je sais que je sais, mais je suis ton professeur. Croyez-moi, tout va bien. Elle enlève à contrecœur sa chemise. "Pas de soutien-gorge?" Je dis. Elle rougit encore plus. Je remarque qu'une partie du sperme a coulé sur sa jupe. « Et la jupe ? Elle baissa les yeux et remarque le sperme. Elle regarde juste. « Quel est le problème, vous avez une culotte, n'est-ce pas ? »

"Oui!" dit-elle, légèrement agacée. Elle se penche et dénoue ses chaussures pour pouvoir enlever sa jupe. Elle enlève ses chaussures. Chaussettes blanches. Elle baisse sa jupe, révélant son string rose. Elle se tenait juste là, ne portant rien d'autre que des chaussettes et des culottes. À ma grande surprise, sa culotte était complètement mouillée, avec un léger bout de chameau. Même si cela ne faisait pas plus de 10 minutes, je me sentais recommencer à durcir.

"Qu'est-ce que c'est?" Je dis.

"Rien. Cela arrive parfois quand je donne mon petit ami oralement aussi.

« Eh bien, tu ferais mieux de les changer aussi, n'est-ce pas ? » Elle me regarde juste.

"Non c'est bon." Elle dit.

"Non allez" dis-je. "Ce n'est pas grave, il y a plein de vêtements ici." Je montre la boîte. "Vous pouvez les garder aussi, personne ne réclame jamais leurs affaires de toute façon." Elle hoche la tête et baisse lentement sa culotte. Elle est complètement rasée à l'exception d'une petite tache. "Fantaisie." dis-je en plaisantant. « C'est une belle chatte. C'est dommage que vous ne l'utilisiez pas de sitôt. À ce stade, je suis à nouveau complètement dur. « Tu es toujours mon esclave, n'est-ce pas ? »

"Oui." dit-elle lentement.

« Et les rapports sexuels ne sont pas sur la table, n'est-ce pas ? »

"Oui." dit-elle fermement.

« Eh bien, qu'en est-il juste, vous savez, de me laisser le voir d'un peu plus près ? »

"Que veux-tu dire?" dit-elle nerveusement.

« Lève-toi ici et écarte les jambes. » Je désigne mon bureau.

"Dois-je-"

"Oui! Tu es mon esclave." dis-je haut et fort. Elle a l'air un peu choquée par mon ton. Je suis en train de me lancer dans toute cette histoire d'esclave. Elle saute sur mon bureau et commence à écarter les jambes. Je peux dire qu'elle est serrée. Je m'approche et touche son clitoris. Elle gémit un peu. « Et les doigts ? »

"Je ne sais pas." Je continue quand même. Je prends un doigt et commence à le mettre dans sa chatte rose serrée. Je le pousse soudainement jusqu'au bout. Elle gémit bruyamment. "Aïe." Elle dit. J'ignore et prends un deuxième doigt et le pose aussi. Je commence à la doigter rapidement avec deux doigts pendant environ 30 secondes et elle continue de gémir. Je commence à voir du sang. Elle le remarque et attrape ma main et retire mes doigts. "Quoi-"

"Je pense que j'ai brisé ton hymen."

"Oh mon Dieu." Elle dit.

"Eh bien, voilà ta" virginité "." Je dis.

"Vous n'avez pas besoin d'être un crétin à ce sujet!"

« C'est le « maître » pour vous. » dis-je en sortant ma bite dure. J'essaie d'enfoncer ma bite dans sa chatte. Cela ne lui va pas tout à fait et elle se met à crier. Peu importe, tout le monde rentre tôt le vendredi. Nous étions probablement les deux seules personnes dans le bâtiment.

« Arrête ça, qu'est-ce que tu fais ? » crie-t-elle. Je ne fais pas attention. J'essaie de forcer ma tête. C'est tellement serré que ça me fait même mal, mais je ne peux pas vraiment le dire parce que je suis trop excitée. Elle commence à se tortiller de façon incontrôlable. Je la frappe au visage et elle s'arrête. « Restez immobile. Faites ce que dit votre maître. Je dis.

« S'il vous plaît, ne faites pas ça », dit-elle alors que je force ma bite plus loin. Finalement, je n'en peux plus et d'une simple pression, j'ai mis mes 15 pouces entiers à l'intérieur d'elle. Elle crie fort. Le sang s'épuise. Cela fonctionne très bien comme lubrifiant. Je commence à pousser d'avant en arrière, et le sang facilite les choses. Les bords de sa chatte sont coupés de mon énorme bite. Chaque poussée demande trop d'efforts à cause de sa taille, alors je finis par sortir ma bite. J'attrape sa tête. « Laissez-moi partir ! » crie-t-elle, alors que je force sa bouche sur ma bite. Malheureusement, il ne rentre pas non plus là-dedans, alors j'appuie avec ma main sur sa mâchoire pendant quelques secondes aussi fort que possible. Se casser! Sa mâchoire s'est détachée. Je peux enfin mettre ma bite à l'intérieur ! Elle s'évanouit presque de douleur, et je ne perds pas de temps. Je force son cou en arrière et enfonce toute ma bite dans sa gorge. Elle est à bout de souffle, essayant de me frapper avec ses bras. Toujours en train de se tortiller. Chaque respiration qu'elle essaie de faire me fait me sentir beaucoup mieux sur ma bite. Son tortillement ralentit. Alors qu'elle essaie de respirer une dernière fois, je jouis dans ses poumons. Je le tiens là pendant 30 secondes et je sors enfin ma bite. Je la laisse partir, elle tombe par terre. Je reste là, à regarder son corps sans vie pendant quelques minutes.

"Qu'est-ce que j'ai fait?" Je pense à moi-même. Du sang coule de sa chatte. Je me dirige vers mon bureau, ouvre le tiroir avant et prends mon arme. Je l'ai mis sur ma tempe droite et j'ai appuyé sur la gâchette.

La fin.

Articles similaires

...

203 Des vues

Likes 0

Bas de pyjama à pois

Bonjour à tous! Ceci est ma première histoire, j'espère qu'elle vous plaira et j'apprécie sincèrement tous les commentaires, commentaires, questions, opinions, demandes, etc... ma seule humble demande est que vous le fassiez avec respect. Je peux continuer cette histoire si les gens l'aiment. Merci d'avoir lu, profitez-en ! _________________________________________________________________________________________ Son appartement sentait l'assouplissant, l'encens Om Nagchampa et le cannabis sucré. Les portes du balcon étaient toutes ouvertes et la chaleur de son anxiété s'infiltrait régulièrement dans le froid tropical de la nuit de janvier. Elle portait moins que d'habitude, c'était la première fois qu'il voyait ses longues jambes galbées. Ses yeux suivirent...

1K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

957 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour thomas

Non, Thomas est chaud. Jake est juste mignon. Tu sais, comme le garçon d'à côté, rien de spécial. J'ai dit à Heather alors que nous marchions vers le vestiaire. Nous sommes passés devant le terrain de basket, et là, il était le gars le plus magnifique que je connaisse. Il mesurait environ 5 pi 11 po, avait des cheveux bruns, des yeux verts qui pouvaient faire fuir une fille et le plus beau des sourires. J'ai fait un signe de la main et il m'a répondu. C'est vrai, nous sommes les meilleurs amis depuis toujours. Heather et moi nous sommes promenés...

849 Des vues

Likes 0

L'amour de lucas 2_(1)

Alors je me suis mis à genoux et j'ai pris la bite de Jason dans ma bouche et je l'ai sucé. C'était si bon que je ne voulais pas que ça se termine, mais environ 15 minutes plus tard, Jason m'a rempli la bouche de son sperme et il a dit Puis-je te sucer Alors je me suis relevé et j'ai dit Non tu ne peux pas et je sortis de sa chambre et de sa maison et je retournai chez moi. Quand je suis arrivé, j'ai reçu un appel de Jason. quand j'ai répondu, il a dit Qu'est-ce que c'est...

834 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses s'abattant sur mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis - même les plus âgés - enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent...

540 Des vues

Likes 0

L'esprit de Marissa

Marissa obtenait toujours ce qu'elle voulait, avec tout. L'école, la maison, les garçons, les garçons de Melissa, peu importe, elle l'avait probablement. Les filles étaient jumelles. Marissa est née différemment. Elle avait le pouvoir de contrôler les esprits, et Melissa ne le savait pas. La mère de la fille ne le savait pas. Seule Marissa le savait. Et maintenant, comme les deux filles étaient en terminale, Melissa avait quelque chose que Marissa avait TOUJOURS voulu, le capitaine de l'équipe de football comme petit ami, avec tous les autres gars qui bavaient après elle. C'était la dernière semaine d'école et Marissa voulait...

459 Des vues

Likes 0

Luxure dans l'espace S1E4 : Dérivium trouvé

Maurine était excitée. Elle avait découvert que non seulement le navire avait déjà recherché le Derivium dont ils avaient besoin pour alimenter les moteurs, mais qu'il y avait également une unité d'extraction modulaire déployable (MDE) dans la cale. Tout ce qu'elle avait à faire était de rechercher les données d'analyse dans les journaux et elle serait en affaires. Elle se sentait un peu coupable que la tâche des gars et de Judy soit si difficile. ********************** Wow, Don. C'est tellement dur. Judy passa ses mains le long de son manche avant de mettre la tête dans sa bouche et de faire...

505 Des vues

Likes 0

Un retournement de situation

Un retournement de situation C’est drôle comme, en un instant, toute une programmation peut être bouleversée. Dans de bonnes circonstances, tout ce à quoi vous avez toujours cru, tout ce à quoi vous avez combattu, craint et résisté peut être déformé et transformé en la chose dont vous rêvez le plus. Tel a été le cas de Taja Crawford, qui a entrepris un voyage effrayant qui la laisserait à bout de souffle, satisfaite d’une manière dont elle ignorait l’existence et désireuse de bien plus encore. Tout a commencé assez innocemment, lorsque Taja est rentrée chez elle tard dans la nuit après...

457 Des vues

Likes 0

Le jouet de baise de l'hermaphrodite - Chapitre 1

Il était midi et je n’avais pas encore trouvé ma proie pour la nuit. Je grognai alors que mes longs ongles rouge sang s'enfonçaient dans le volant de la mini-fourgonnette noire dans laquelle j'étais actuellement assis, la frustration bouillonnant en moi ne demandant qu'à être libérée sur un passant innocent. Juste au moment où j'allais abandonner ma chasse, un éclair de blonde a obstrué ma vision, me faisant pencher la tête sur le côté pour voir une beauté blonde avec une silhouette à la fois un peu petite et des cruches généreuses marchant seule, regardant son téléphone avec elle. écouteurs. Je...

489 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.