Esclave Étudiant_(0)

610Report
Esclave Étudiant_(0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents chauds que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises moulantes sans soutiens-gorge et minijupes. Elle a 16 ans.

Vendredi, après un examen de maths, le dernier cours de la journée, elle s'est approchée de moi après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte.

"Monsieur. Smith, je dois te parler de mon examen de mathématiques. Elle a dit.

« Super », pensai-je sarcastiquement. J'étais fatigué et je voulais rentrer à la maison et me reposer. J'ai dû noter ces papiers tout le week-end. Après quelques secondes, j'ai finalement dit "Qu'est-ce que c'est?"

"Eh bien... je n'ai pas eu le temps d'étudier correctement et je pense que je pourrais avoir une mauvaise note."

"Et…?" dis-je avec lassitude.

"Eh bien, si j'obtiens quoi que ce soit sous un B, ma mère me tuera, et je ne comprends vraiment pas ce stu-"

"Alors" je l'ai interrompue "ne penses-tu pas que tu aurais dû penser quand tu as décidé de ne pas étudier?"

Une longue pause, et finalement elle a dit "Eh bien, je voulais, mais mon petit ami n'arrêtait pas de m'embêter."

« Vous déranger ? » J'ai demandé.

"Eh bien, il n'arrêtait pas de vouloir que je fasse des trucs avec lui… de toute façon, je me demandais juste s'il était possible que tu puisses m'aider une fois et me donner une bonne note."

J'ai ignoré la deuxième partie. "Truc?" Je demande.

« Eh bien… je ne veux pas vraiment entrer là-dedans. » Elle a dit.

« Eh bien, c'est vous qui avez décidé d'en parler comme excuse. »

« Oui, mais tu es mon professeur. Juste… des trucs de sexe. Pouvons-nous parler de ma note ? » dit-elle nerveusement.

Encore une fois, j'ai ignoré la deuxième partie. « Des trucs sexuels ? » J'ai demandé. Je n'avais pas décidé si j'étais juste en train de baiser avec elle ou si j'étais vraiment intéressé.

« Umm... » Elle est devenue un peu rouge, ce qui m'a surpris compte tenu de la façon dont elle s'habille toujours. "Tu sais." Il était évident qu'elle ne voulait pas en parler.

« Allez, tu parles de relations sexuelles, orales, quoi ? » J'ai dit. Elle est devenue encore plus rouge.

« Euh, je me réserve pour le mariage. Je suis chrétien." dit-elle embarrassée.

« Et orale ?

« Eh bien… parfois. Pouvons-nous revenir à l'examen ? »

"D'accord" dis-je finalement. « Alors, que veux-tu que je fasse à ce sujet ? Je ne peux pas faire d'exception pour toi. Ce ne serait pas juste pour tout le monde maintenant, n'est-ce pas ? »

"Non." dit-elle en regardant vers le sol. Après une courte pause, sa tête s'est relevée « mais n'y a-t-il rien que je puisse faire ? » dit-elle désespérément.

"Comme quoi? Ce serait de la triche. Tu aurais dû y penser avant de faire des « trucs » avec ton petit-ami au lieu d'étudier comme tout le monde. Elle baissa les yeux vers le sol. Elle était visiblement très gênée. Elle avait l'air d'être au bord des larmes. « Ne pleure pas. Peut-être que nous pouvons trouver quelque chose. dis-je avec hésitation. Son visage s'est immédiatement relevé et elle avait un grand sourire sur son visage.

"Merci!" cria-t-elle et enroula ses mains autour de moi, me serrant dans ses bras. Elle l'a tenu pendant environ 5 secondes complètes. J'ai senti ses cheveux. Ça sentait bon. Après avoir finalement été libérée, elle a dit « alors que dois-je faire ? » J'ai réfléchi un instant. Je ne savais pas vraiment. J'ai juste dit ça pour qu'elle arrête de pleurer. Je pourrais me faire virer si je ne marquais pas correctement son papier.

"Je ne suis pas sûr." J'ai dit. "Qu'est-ce que tu penses?" Après une longue pause, dit-elle enfin.

"Je ne sais pas. Je ferais ce que tu veux. Je serai ton esclave. Elle gloussa.

"Un esclave? Je ne sais pas à ce sujet. Elle avait l'air légèrement déçue.

"S'il te plaît!" supplia-t-elle. «Ma mère ne peut pas voir une mauvaise note. J'ai vraiment besoin de ça ! Elle s'agenouilla et joignit les mains. "S'il te plaît." dit-elle encore. Trop dramatique ?

"D'accord, ça devient un peu-"

"S'il te plaît s'il te plaît s'il te plaît!" interrompit-elle. Elle se pencha et commença à embrasser mes chaussures. Quand elle s'est penchée, j'ai remarqué qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. J'ai vu tout son décolleté. Elle s'est relevée et s'est contentée de me regarder, avec un peu de chance.

« Eh bien, qu'est-ce qu'un esclave implique exactement ? »

"Je ferai ce que vous voulez. Lavez votre voiture. Faites briller vos chaussures. Tout ce que tu veux." Je ne faisais pas vraiment attention. Je ne pouvais pas arrêter de regarder sa poitrine. En pensant au décolleté que je viens de voir. "Bonjour?" dit-elle après quelques secondes. Je suis sorti de ma rêverie.

"Désolé" dis-je. "Alors quelque chose, hein ?"

"N'importe quoi." Je ne pouvais pas sortir le sexe de mon esprit.

« Umm… » Je luttais pour trouver des idées. "Nettoyer le sol dans la classe."

"Sûr!" Je ne pensais pas qu'elle irait pour ça. J'allais rentrer à la maison, mais je suppose que je pourrais rester ici et noter mes devoirs pendant un moment. « Où est la serpillière ? »

« Il y en a un dans le placard. » Je montre la porte au fond de la classe. Elle s'approche rapidement et ouvre la porte. "Je vais juste noter les papiers."

"D'accord" dit-elle. Elle prend une serpillière et un seau. Elle quitte la classe pour la remplir d'eau. Je retourne à mon bureau et commence à noter les devoirs. 2 minutes plus tard, elle revient et se met au travail. 5 minutes passent. Elle retourne au placard.

"Déjà fait?" Je dis.

"Non, il y a juste une tache sur le sol, je prends une éponge". J'acquiesce. Elle revient et trempe l'éponge dans l'eau et se met à quatre pattes, pas face à moi. Je remarque tout de suite, puisqu'elle porte une minijupe, que sa culotte rose dépasse. Je suis immédiatement hypnotisé alors qu'elle frotte le sol, secouant son cul d'avant en arrière. J'étais extrêmement excitée. Encore 2 minutes ont dû s'écouler avant qu'elle n'ait fini, et elle s'est levée et a ramassé la vadrouille et s'est remise à passer la vadrouille.

"Donc." Je dis. « Vous êtes chrétien ? »

"Oui, toute ma famille aussi".

« Donc, il n'y a rien dans la Bible sur l'oral avant le mariage ? » Je rigole. Elle arrête de passer la serpillière une seconde, puis recommence.

« Eh bien, cela ne dit rien sur le fait de ne pas le faire. » Elle dit.

« Donc, vous pouvez le faire à n'importe qui et ce n'est pas un péché ? »

"Je suppose."

"Même moi?" dis-je en plaisantant. Elle arrête complètement de s'éponger maintenant, me tournant le dos.

"Je ne fais pas ça." Elle dit.

"Eh bien, tu es mon" esclave ", n'est-ce pas?" Une longue pause.

« Eh bien, je suppose que vous avez raison. » Elle se retourne.

"Je rigole, c'est tout." Je dis.

« Non, tu avais raison. Je veux une bonne note et si tu le veux vraiment. Je ne dis rien. Elle laisse tomber la serpillière et s'approche de moi. Elle va derrière mon bureau et retourne ma chaise et met ses mains sur mes genoux. "C'est ce que tu veux?" elle demande. Je ne dis rien. Je pense qu'elle prend mon manque de parole pour un "oui" parce qu'elle attrape ma fermeture éclair. Elle le ferme et je sens ma bite commencer à durcir. Elle descend mon jean, puis mon boxer. Son visage devient blanc quand elle voit ma bite de 15 pouces, qui n'était que d'environ 9 pouces et demi molle quand elle l'a vu. Elle a mis une main dessus et a dit "Wow. C'est…"

"Je connais. Désolé." Je ne sais pas si j'aurais dû m'excuser ou non. Je veux dire que ce n'est pas de ma faute. Il ne faisait que grandir. Juste sa main était suffisante, et 10 secondes plus tard, j'étais complètement dur. "Ainsi je dis.

"Droit". Elle dit. Elle pose son autre main dessus et commence à les déplacer de haut en bas. Ses deux mains en couvrent à peine la moitié. Ça fait tellement de bien. Je regarde juste son corps, je peux à nouveau voir son décolleté alors qu'elle travaille ma bite. Au bout d'une minute ou deux, elle crache dessus pour du lubrifiant. Elle crache encore quelques fois avant de baisser la tête dessus. Elle lèche le devant de la hampe plusieurs fois pendant que ses mains descendent jusqu'à mes couilles. Je suis sur le point de souffler ma charge, mais ensuite elle s'arrête pendant une seconde et déplace ses lèvres jusqu'à ma tête. Elle essaie d'enrouler ses lèvres autour, mais elles ne vont pas tout à fait. Cela n'a pas d'importance parce que là, je peux sentir le sperme venir. Elle suce un peu le bout et déplace ses mains vers ma hampe et commence à me caresser.

« Ahh » je grogne. "Attendez-" juste là, le sperme commence à jaillir. Mon premier coup est allé droit dans sa bouche. Elle ne s'y attendait pas. Ses yeux se sont agrandis et elle a retiré sa bouche de ma bite, mais ses mains sont restées, toujours en train de caresser. Le deuxième coup est allé partout sur son débardeur. Le troisième et le quatrième aussi. Comme ma bite est si grosse, il y a généralement une grosse charge pour l'accompagner. C'était partout. Son débardeur était abîmé. Je m'en fichais, je me rassis sur ma chaise en extase. Après une minute de convulsions, elle libère enfin mon sexe. Je lève les yeux et je remarque que son débardeur blanc est un peu transparent et ses mamelons sont durs et visibles car elle ne porte pas de soutien-gorge. Je la fixe quelques secondes avant qu'elle ne réalise. Elle pousse un cri rapide et couvre avec ses mains. "Timide?" Je dis.

"Même mon petit ami n'a pas vu mon nu." s'exclame-t-elle.

« Tu lui suces la bite, mais il ne te voit pas nue ? Ce sont des règles assez étranges. Elle ne dit rien pendant quelques minutes, se contentant de regarder autour d'elle. Cela devient un peu gênant. Elle brise le silence.

« Alors, comment suis-je censé rentrer à la maison comme ça ? »

"Nous pouvons vous trouver quelque chose dans les objets perdus et trouvés." Je dis. Je remets ma bite dans mon boxer et ferme mon jean et quitte la salle de classe. Je reviens une minute plus tard avec une boîte remplie principalement de vêtements et d'autres choses diverses. "Allez-y et enlevez votre chemise". Elle rougit.

"Mais-"

« Je sais que je sais, mais je suis ton professeur. Croyez-moi, tout va bien. Elle enlève à contrecœur sa chemise. "Pas de soutien-gorge?" Je dis. Elle rougit encore plus. Je remarque qu'une partie du sperme a coulé sur sa jupe. « Et la jupe ? Elle baissa les yeux et remarque le sperme. Elle regarde juste. « Quel est le problème, vous avez une culotte, n'est-ce pas ? »

"Oui!" dit-elle, légèrement agacée. Elle se penche et dénoue ses chaussures pour pouvoir enlever sa jupe. Elle enlève ses chaussures. Chaussettes blanches. Elle baisse sa jupe, révélant son string rose. Elle se tenait juste là, ne portant rien d'autre que des chaussettes et des culottes. À ma grande surprise, sa culotte était complètement mouillée, avec un léger bout de chameau. Même si cela ne faisait pas plus de 10 minutes, je me sentais recommencer à durcir.

"Qu'est-ce que c'est?" Je dis.

"Rien. Cela arrive parfois quand je donne mon petit ami oralement aussi.

« Eh bien, tu ferais mieux de les changer aussi, n'est-ce pas ? » Elle me regarde juste.

"Non c'est bon." Elle dit.

"Non allez" dis-je. "Ce n'est pas grave, il y a plein de vêtements ici." Je montre la boîte. "Vous pouvez les garder aussi, personne ne réclame jamais leurs affaires de toute façon." Elle hoche la tête et baisse lentement sa culotte. Elle est complètement rasée à l'exception d'une petite tache. "Fantaisie." dis-je en plaisantant. « C'est une belle chatte. C'est dommage que vous ne l'utilisiez pas de sitôt. À ce stade, je suis à nouveau complètement dur. « Tu es toujours mon esclave, n'est-ce pas ? »

"Oui." dit-elle lentement.

« Et les rapports sexuels ne sont pas sur la table, n'est-ce pas ? »

"Oui." dit-elle fermement.

« Eh bien, qu'en est-il juste, vous savez, de me laisser le voir d'un peu plus près ? »

"Que veux-tu dire?" dit-elle nerveusement.

« Lève-toi ici et écarte les jambes. » Je désigne mon bureau.

"Dois-je-"

"Oui! Tu es mon esclave." dis-je haut et fort. Elle a l'air un peu choquée par mon ton. Je suis en train de me lancer dans toute cette histoire d'esclave. Elle saute sur mon bureau et commence à écarter les jambes. Je peux dire qu'elle est serrée. Je m'approche et touche son clitoris. Elle gémit un peu. « Et les doigts ? »

"Je ne sais pas." Je continue quand même. Je prends un doigt et commence à le mettre dans sa chatte rose serrée. Je le pousse soudainement jusqu'au bout. Elle gémit bruyamment. "Aïe." Elle dit. J'ignore et prends un deuxième doigt et le pose aussi. Je commence à la doigter rapidement avec deux doigts pendant environ 30 secondes et elle continue de gémir. Je commence à voir du sang. Elle le remarque et attrape ma main et retire mes doigts. "Quoi-"

"Je pense que j'ai brisé ton hymen."

"Oh mon Dieu." Elle dit.

"Eh bien, voilà ta" virginité "." Je dis.

"Vous n'avez pas besoin d'être un crétin à ce sujet!"

« C'est le « maître » pour vous. » dis-je en sortant ma bite dure. J'essaie d'enfoncer ma bite dans sa chatte. Cela ne lui va pas tout à fait et elle se met à crier. Peu importe, tout le monde rentre tôt le vendredi. Nous étions probablement les deux seules personnes dans le bâtiment.

« Arrête ça, qu'est-ce que tu fais ? » crie-t-elle. Je ne fais pas attention. J'essaie de forcer ma tête. C'est tellement serré que ça me fait même mal, mais je ne peux pas vraiment le dire parce que je suis trop excitée. Elle commence à se tortiller de façon incontrôlable. Je la frappe au visage et elle s'arrête. « Restez immobile. Faites ce que dit votre maître. Je dis.

« S'il vous plaît, ne faites pas ça », dit-elle alors que je force ma bite plus loin. Finalement, je n'en peux plus et d'une simple pression, j'ai mis mes 15 pouces entiers à l'intérieur d'elle. Elle crie fort. Le sang s'épuise. Cela fonctionne très bien comme lubrifiant. Je commence à pousser d'avant en arrière, et le sang facilite les choses. Les bords de sa chatte sont coupés de mon énorme bite. Chaque poussée demande trop d'efforts à cause de sa taille, alors je finis par sortir ma bite. J'attrape sa tête. « Laissez-moi partir ! » crie-t-elle, alors que je force sa bouche sur ma bite. Malheureusement, il ne rentre pas non plus là-dedans, alors j'appuie avec ma main sur sa mâchoire pendant quelques secondes aussi fort que possible. Se casser! Sa mâchoire s'est détachée. Je peux enfin mettre ma bite à l'intérieur ! Elle s'évanouit presque de douleur, et je ne perds pas de temps. Je force son cou en arrière et enfonce toute ma bite dans sa gorge. Elle est à bout de souffle, essayant de me frapper avec ses bras. Toujours en train de se tortiller. Chaque respiration qu'elle essaie de faire me fait me sentir beaucoup mieux sur ma bite. Son tortillement ralentit. Alors qu'elle essaie de respirer une dernière fois, je jouis dans ses poumons. Je le tiens là pendant 30 secondes et je sors enfin ma bite. Je la laisse partir, elle tombe par terre. Je reste là, à regarder son corps sans vie pendant quelques minutes.

"Qu'est-ce que j'ai fait?" Je pense à moi-même. Du sang coule de sa chatte. Je me dirige vers mon bureau, ouvre le tiroir avant et prends mon arme. Je l'ai mis sur ma tempe droite et j'ai appuyé sur la gâchette.

La fin.

Articles similaires

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

346 Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

473 Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

594 Des vues

Likes 0

Chapitre Les Aventures de Jenny et Tory. 2

**Dernier avertissement! Si vous n'êtes pas amateur de sports nautiques ou de pipi, LISEZ PLUS LOIN ! Jenny attrapa la main de Tory, gloussa et la conduisit un peu plus loin sur le chemin vers une zone isolée où Tory pourrait faire ses affaires. Alors que Tory abaissait son bas de bikini, Jenny s'est détournée, mais pas avant d'apercevoir la belle bite de Tory de neuf pouces. Elle s'imagina envelopper ses lèvres juteuses autour de cette magnifique bite de fille et sentit son bas de bikini redevenir crémeux. Tory a laissé couler son flux et Jenny s'est souvenue de toutes les conversations...

522 Des vues

Likes 0

Amour tendre II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la première partie de Tender Love. Désolé, cela a pris si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée de l'orgasme puissant qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris contre...

509 Des vues

Likes 0

Fête du 4 juillet

REMARQUE : Pour ceux qui ne vivent pas en Amérique, j'ai ajouté un tableau de conversion des histoires à la fin. +++++ Fête du 4 juillet Ma femme et moi avons décidé d'organiser une fête familiale Forth of July dans notre ferme. Nous avons plusieurs centaines d'acres de terrain et pouvons faire à peu près tout ce que nous voulons faire. C'était prévu plusieurs mois à l'avance afin que j'aie eu tout le temps de préparer un terrain dans les années 40 pour organiser la fête. Comme le quatrième était un mercredi cette année, nous avons invité tous ceux que nous connaissions...

483 Des vues

Likes 0

Infirmière Kate pt2

Quand j'ai rencontré la personne avec qui je voulais passer ma vie, je ne m'attendais pas à ce que ce soit avant de quitter l'école, une personne plus âgée, mariée et encore moins une femme. Quand j'ai quitté l'Angleterre avec ma mère à l'âge de 16 ans pour vivre en Italie afin d'essayer de m'aider avec les problèmes que j'ai acquis lorsque mes parents ont divorcé. Je n'ai jamais pensé que ce serait la meilleure décision de ma vie. Je n'avais passé que quelques heures sous la garde de l'infirmière Kate après avoir été lapidé sur le toit de ma nouvelle...

321 Des vues

Likes 0

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA Quel Noël cela allait être ! Emily rentrait à la maison pour les vacances et je devais supporter qu'elle me harcèle constamment. Elle serait sur mon cas à propos de deux choses, 1) je n'étais pas végétalien, et 2) j'étais vierge et en terminale au lycée, ce qui, dans l'esprit d'Emily, ressemblait à une ironie totale et complète. Aucune fille aussi jolie que moi ne pourrait être vierge à moins qu'elle ne soit sérieusement gâchée. Et bien sûr, Emily pensait que j'étais sérieusement foiré. Premièrement, j'allais à l'église tous les dimanches et jouais même dans le...

354 Des vues

Likes 0

The Hitchhiker Chapitre 15 - Home Sweet Home

Il était juste 23 heures passées lorsque nous sommes entrés dans mon garage, j'ai attrapé le sac de choses que j'avais apporté et je l'ai laissée entrer. J'ai dit à Alexa d'allumer les lumières du bar pendant que nous entrions et May Ann a dit: Jésus Tony, c'est magnifique . « Faites comme chez vous pendant que je range tout. » Elle s'est promenée en bas, est allée dans la véranda et a allumé la lumière extérieure pour qu'elle puisse voir la grande cour, la terrasse et la piscine. Puis elle est revenue, a regardé quelques photos et est montée...

576 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

573 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.