Pain et beurre

602Report
Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; "Autumn" appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année.

Pain et beurre

Beagle9690

Septembre 2019

Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les Marines ont trempé John aussi dur et dur que du fer forgé. Il était respectueusement connu par la plupart sous le nom d'Iron McCord et moins affectueusement par d'autres personnes présentant des dysfonctionnements majeurs avec des noms moins élogieux, car il méprise les menteurs, les lâches et les fanfarons ayant passé la majeure partie de sa carrière dans des zones de combat.

John est un minimaliste et économe avec lui-même. Il a planifié, épargné et bien investi pour vivre confortablement pour le reste de sa vie grâce à sa pension et aux dividendes de ses investissements substantiels.



Pendant ses jours dans le Corps, et toujours un gentleman, il considérait la plupart des femmes célibataires dans les milieux sociaux comme des problèmes à éviter autant que possible, mis à part pour satisfaire les besoins câblés d'un homme.

Il se contentait de cet arrangement et jouissait de la liberté d'être célibataire. Il a eu de nombreux rendez-vous à l'amiable ; avec dirons-nous « bonnes filles » et avons évité la relation à long terme avec les types de femmes qui se marient.

À la retraite, John est retourné chez lui dans la ferme familiale pour réparer, rénover et moderniser le bâtiment de l'ancienne ferme. La tâche la plus laborieuse consistait à décaper et poncer, teindre et vernir les planchers de bois large, les boiseries et les boiseries à l'intérieur de la ferme. Le remodelage était presque terminé, à l'exception du câblage mineur et de la peinture dans trois des quatre chambres à l'étage.

Les pièces peu meublées qu'il utilisait étaient la cuisine, la salle de bain et sa chambre ; le reste était vide. Dans sa chambre se trouvait un lit king-size, et pour John, c'était un luxe décadent, bien que très apprécié. Le nouveau lit en chêne, les commodes assorties ; Des couvertures en laine de la baie d'Hudson, ainsi qu'une couette en duvet épais et moelleux étaient un cadeau de pendaison de crémaillère de sa sœur. Il y avait aussi une chaise de réalisateur en chêne et en toile rouge pour vente de garage qu'il avait ramassée pour une chanson. Il avait une lampe de lecture d'occasion à côté d'une radio à ondes courtes à la pointe de la technologie sur une table de chevet en érable en parfait état que quelqu'un a laissée au bord du trottoir. Il y avait un vieux panier à linge en osier près du radiateur.

La table et les chaises de la cuisine coloniale en érable de sa grand-mère étaient dans la cuisine. La plupart de ce qu'il possédait, ce qui n'est pas grand-chose, était entreposé dans la petite grange.

Malheureusement, l'élément chauffant du nouveau ballon d'eau chaude était défectueux, nécessitant des douches froides et de l'eau bouillante sur la cuisinière pour faire la vaisselle. John a décidé de retourner le réservoir, toujours sous garantie, et d'installer de l'eau chaude à la demande.

John était agité en mars, et il ne savait pas pourquoi. Il était enfin chez lui et de retour à ses racines. Il a renoué avec plusieurs de ses anciens camarades de classe, amis et voisins qui vivaient encore dans la région.

John a décidé qu'il avait besoin d'une femme. Son dernier était il y a un mois à Erie, PA, avec un agent immobilier roux, plantureux et sexy, au début de la trentaine; Janet Stone, récemment divorcée. Janet était un bien immobilier de premier ordre à labourer. Il a labouré Janet tout le week-end. Janet était aussi une sacrée cuisinière et discrète. Ils ont tous les deux obtenu ce qu'ils voulaient. je ne dis pas; vous ne le dites pas, et aucune condition n'est attachée. Ils avaient un accord mutuel. "Appelle-moi quand tu es en ville, John", et il l'a fait, il l'a appelée mardi, a confirmé leur rendez-vous et a prévu de s'y rendre pour un week-end de plaisir charnel.

Malheureusement, les routes du comté ont fermé jeudi en raison d'une intense tempête de neige à effet de lac soufflant du lac Ontario. Il faisait plus froid que le ventre de la sorcière proverbiale, et la visibilité était parfois réduite à quelques centimètres à cause des blancs. Selon le radar météorologique de la NOAA, il y aurait trois pieds ou plus de poudrerie et de poudrerie au cours des trois prochains jours.

Les habitants sont habitués à ces tempêtes. Ils ont essayé de se surpasser avec des exagérations telles que : « Il neigeait et soufflait si fort que je pouvais à peine voir le compteur de vitesse sur le chemin du travail. »

Il était environ 1h00 du matin. John était profondément endormi quand il se réveilla à sa porte, sonnant encore et encore. Il a bondi de son lit en maudissant le fou, idiot, qui était sorti une nuit comme celle-ci, sans parler de le réveiller et de le sortir de son lit chaud. Il enfila une paire de jeans et se dépêcha de descendre les escaliers en allumant les lumières et en criant : ouvrit sa porte et elle trébucha dans ses bras.

La jeune femme frissonnait et marmonnait quelque chose à propos de conduire dans un fossé et semblait confuse et désorientée. Il a remarqué que sa respiration était un peu superficielle et qu'elle montrait des signes d'hypothermie.

Il n'y a pas de mystère ici. Cette jeune femme n'a pas à sortir une nuit comme celle-ci en conduisant dans une visibilité proche de zéro, en conjonction avec des routes non déneigées. Compte tenu de ces indices, il était facile de conclure qu'elle avait roulé dans un fossé de drainage ou un ponceau en bordure de route rempli d'eau partiellement gelée avec une fine pellicule de glace recouverte de neige.

Il la souleva doucement et ferma la porte, ignorant les micro amas de neige poudreuse duveteuse qui soufflait avec elle. Il l'a ensuite portée dans sa chambre pour enlever tous ses vêtements froids et humides.

La fermeture éclair était collée sur son manteau, et il a dû la détruire pour l'enlever, ses années d'entraînement à la survie et son expérience imposaient que sa modestie était secondaire pour la réchauffer.

Ne comprenant pas ses intentions, Rachel le combattit maladroitement et lui adressa un coup à l'aine. John ignora la douleur mineure et sa lutte et la déshabilla, faisant attention à ne pas la blesser. Il l'a épinglée sur le lit, réalisant qu'elle avait une certaine familiarité avec les arts martiaux grâce à ses tentatives de frappes et de coups de pied.

Il a ensuite tiré la couverture et la couette sur eux et l'a tenue contre lui, partageant la chaleur de son corps tout en tenant et en bloquant ses bras et ses jambes. Il parlait calmement et d'une manière apaisante, rassurant qu'elle était en sécurité. Au fur et à mesure qu'elle se réchauffait, la respiration de Rachel devenait profonde et régulière. Elle se détendit, rassembla ses pensées, se résigna à sa situation inhabituelle et dit fermement : « Je vais bien ; tu peux me lâcher maintenant.

John ramassa ses vêtements mouillés et ses baskets et la laissa seule pendant un certain temps pour s'habituer à son environnement pendant qu'elle était tranquillement allongée sur le lit enveloppée dans la couverture et la couette douillette, réalisant qu'il était beaucoup plus fort qu'elle. Rachel a également souri en contemplant la façon dont il lui parlait alors qu'elle se débattait comme s'il réconfortait un patient effrayé.

Ses pensées furent interrompues par deux yeux verts brillants qui la fixaient depuis le panier en osier sur le sol. Elle s'assit et tira la couverture et la couette plus près d'elle pour se protéger jusqu'à ce qu'elle réalise que les yeux verts appartenaient à un grand tabby bleu.

"Oh, bonjour," dit-elle doucement, "Quel chaton mignon tu es", et le tigré a sauté sur le lit à côté d'elle, s'asseyant sur le côté du lit de John, agitant sa queue avec curiosité. Quand elle tendit la main pour le caresser, il ronronna et se frotta contre elle.

John revint avec une tasse de chocolat chaud et de barres énergétiques à la vanille et aux amandes et les lui donna. Il ramassa son chat dévoué, s'assit dans le fauteuil du directeur, observant de près Rachel pendant qu'il caressait le tigré, tandis que son chat frottait affectueusement son visage contre lui. Elle but tranquillement sa boisson chaude et grignota les barres énergétiques riches en protéines, le regardant attentivement avec son compagnon félin.

John a observé que Rachel est une femme attirante avec un teint clair et des yeux noisette ; opales jumelles de brun-vert changeant et d'or. Son visage rond et son nez boutonné complimentent ses lèvres pleines et généreuses pour lui donner une apparence jeune, ce qui rend difficile de deviner son âge avec précision.

Rachel mesure 5 pi 7 po et a une belle silhouette. Elle a des seins coquins avec des mamelons retroussés. Son cul est bien rond et ferme. Ses cheveux auburn rouge foncé et épais étaient dans un petit carré classique au niveau du menton, séparé - centre.

Il fut le premier à briser le silence. « Je m'appelle John McCord, jeune fille, et vous avez présenté des symptômes évidents d'hypothermie. « Vous étiez confus et désorienté. Ce que j'ai fait était dans votre meilleur intérêt », a-t-il affirmé. "Je ne m'en excuserai pas, même si j'admire votre ténacité à essayer de me repousser.

Je n'ai pas d'eau chaude. C'était mon seul plan d'action raisonnable, et cela a fonctionné. Il semble que nous soyons enneigés les uns avec les autres pendant les prochains jours jusqu'à ce que les routes rouvrent. » John posa son chat Buddy sur le sol, se leva et se dirigea vers une commode. Rachel regarda Buddy sauter dans son panier à linge en osier et se blottir dans ses surplus de couvertures en laine terne olive en les regardant.

"Je suis Rachel Buchanan." Elle a dit, souriant au chat, "Je."

" John interrompit, d'un ton calme et autoritaire, avertissant de ne pas insubordination, " Je me lève cinq heures précises et j'ai besoin de dormir pour terminer le câblage. Vous devez être calme et rester au chaud jusqu'au matin. Voici un tee-shirt que vous pouvez porter, même s'il est peut-être un peu grand, et cette chemise en flanelle fera office de chemise de nuit. Oh oui, des chaussettes en laine », et il les sortit de sa commode et la jeta sur le lit. « Il n'y a qu'un seul lit, pas de canapé, et nous devrons partager la couette et la couverture en duvet.

Vous pouvez choisir entre les deux. La plupart de mes affaires sont entreposées dans la petite grange. Nous sommes tous les deux adultes, et je te donne ma parole, je ne te toucherai pas.



"Je suis désolé d'avoir essayé de te faire du mal." Rachel s'est excusée. « J'ai vu des patients sortant de l'anesthésie qui sont confus et frappent violemment. Tournez-vous s'il vous plaît », et quand il l'a fait, Rachael a commencé à s'habiller. « Vous promettez à M. McCord ? »

« Oui, j'ai déjà dit que je le ferais, et vos vêtements et vos baskets sèchent près des radiateurs. Il a fallu casser la fermeture éclair de votre manteau. Vous ne vous habillez pas convenablement pour le temps. Et détournant les yeux, John se mit au lit, portant son jean : « Oh oui, je vais payer un nouveau manteau ou faire remplacer la fermeture éclair. La salle de bain est la porte au bout du couloir, à moins que vous ne préfériez utiliser les toilettes extérieures », et en un rien de temps, John s'endormit profondément.

Rachael était encore un peu refroidie par son expérience alors qu'elle était allongée à côté de lui, contemplant tout ce qui lui était arrivé, et elle réfléchissait. «Je me souviens peu d'avoir marché ici aussi froid qu'un Popsicle, sauf d'être tombé face la première dans l'eau froide et de la neige fondante dans le fossé où j'ai laissé mon mini-fourgon. J'aurais dû m'arrêter plus tôt dans la journée et ne pas continuer.

Je grelottais de froid et désorienté quand je suis arrivé ici. Mes vêtements étaient trempés et j'aurais pu mourir de froid. Il m'a porté à l'étage comme si j'étais un enfant, m'a déshabillé et m'a mis au lit. Il me tenait, partageant sa chaleur corporelle jusqu'à ce que j'aie chaud et que j'arrête de trembler. Il n'a pas profité de moi ou s'est imposé à moi quand il en avait l'occasion. Bien sûr, il a fait la chose médicalement appropriée pour moi compte tenu des circonstances. Il semble être un type d'homme sans fioritures.



Mais bonté, il est si rudement beau avec sa tête pleine de cheveux blond miel foncé et ses yeux bleus imposants. Ses cheveux auraient besoin d'une bonne coupe cependant. Il est grand et musclé à environ six-trois ans avec des muscles bien sculptés. M. McCord a une poitrine large et bien définie et un ventre de planche à laver dur. Il est délicieux, et il aime les chats, et j'adore les chats. Pour la première fois de ma vie, je suis dans le même lit qu'un homme.' Et elle bailla, 'et John dort déjà. Il doit plaisanter au sujet d'avoir une toilette extérieure. ' et en tant que femme pratique et surtout absurde, elle aussi s'est rapidement endormie.

L'horloge interne de John l'a réveillé quelques minutes avant que l'alarme de sa radio à ondes courtes ne se déclenche. Il pouvait sentir Rachel pressée contre lui. Elle respirait profondément et paisiblement alors qu'il roulait vers elle pour la regarder dormir.

Il écarta doucement une mèche de cheveux de son visage, puis le regretta immédiatement, se souvenant de sa promesse et pensant: "Je n'ai pas le droit de toucher Rachel si intimement."

Il se glissa prudemment hors du lit, désactiva l'alarme de la radio et enfila sa chemise à carreaux en flanelle à carreaux rouges et noirs avant de se diriger vers la fenêtre et d'écarter les rideaux. Buddy a sauté sur le rebord de la fenêtre pour le rejoindre en voulant attirer l'attention, alors il l'a pris dans ses bras et l'a caressé pensivement.

Il neigeait et soufflait toujours alors qu'il regardait où se trouvait le jardin d'herbes sous la neige. Alors qu'il regardait dehors, John voit Rachel debout au soleil par une chaude journée d'été, vêtue d'une robe d'été vert d'eau clair avec des bordures en dentelle blanche. Les cheveux de Rachael étaient beaucoup plus longs et relevés dans un élégant chignon. Elle était dans le jardin d'herbes de sa grand-mère envahi par les mauvaises herbes, sauf que maintenant le jardin était désherbé, organisé et bien rangé. Elle cueillait de la lavande et mettait les fleurs parfumées dans un panier en osier, et il pouvait sentir cette odeur familière. John s'est souvenu des nombreuses utilisations de la lavande par sa grand-mère et de l'huile essentielle qu'elle a préparée pour elle, "En plus d'une myriade d'utilisations, la lavande détend l'esprit et apaise l'âme", disait-elle. "C'est un cadeau du ciel."

La Rachel éthérée leva les yeux et le vit la regarder à travers la fenêtre.

Elle sourit, lui baisa la main et lui envoya un baiser. John baissa les yeux sur sa main, voulant lui rendre ce baiser soufflé. Il a de nouveau regardé par la fenêtre et la réalité est revenue à un paysage froid, stérile et blanc de poudrerie et de soufflage de neige, et John se disait : « Est-ce que mon cerveau s'est détraqué ou ai-je fait un rêve éveillé ? »

La réalité revint et lui fit réaliser que Rachel dans son lit était une distraction tentante ; un délice féminin chaleureux et doux d'un problème imminent qu'il aurait à affronter fermement pendant les prochains jours. Il ne savait rien de cette jeune femme, sauf qu'elle manquait de bon sens pour s'habiller correctement par temps froid et qu'elle conduisait pendant une violente tempête de neige.

"Monsieur. McCord », et il se tourna pour voir Rachel debout derrière lui, enveloppée dans la couette en duvet. « Pouvons-nous parler maintenant ? Je veux vous remercier."

« Il n'y a pas besoin de me remercier, jeune fille, et je dois dire que vous avez été très raisonnable et mature au sujet des arrangements de sommeil. »

« C'est la deuxième fois que vous m'appelez une jeune ou une jeune femme ? » commenta-t-elle en souriant. « Cela ne me dérange pas, mais quel âge pensez-vous que j'ai ? » demanda-t-elle alors que John posait Buddy sur le sol.

« La fin de l'adolescence jusqu'au début de la vingtaine », a-t-il insisté, l'étudiant de plus près et pensant : « Elle est trop jeune pour moi. Si les choses s'étaient bien passées, j'aurais peut-être eu une fille proche de son âge à ce stade de ma vie, eh bien.

— J'ai trente-sept ans, dit Rachel, toujours souriante. « Il est évident que vous avez servi dans l'armée ? »

« Oui, comment le saviez-vous ? » demanda Jean.

"Vous êtes debout au repos de parade avec vos mains derrière votre dos, répondit Rachel d'un air entendu. « Êtes-vous toujours si raide et formel avec les gens, donnant des ordres, interrompant ou si brusque ?

"Non, bien sûr que non," dit John, glissant ses pouces dans les poches avant de son jean essayant d'avoir l'air détendu mais toujours en contrôle.

« Bien, puis-je vous remercier maintenant ? » demanda-t-elle, remarquant sa nouvelle posture et se rappelant à quel point il était doux avec son chat.

"Ce ne sera pas nécessaire, moi." et il n'a pas fini sa phrase parce qu'elle a laissé tomber la couette par terre. Elle le serra dans ses bras et l'embrassa sur la joue. "Merci. Je peux dire que vous êtes un homme bon. et elle le ramassa dans la couette et l'enroula autour d'elle, impatiente d'être enneigée avec lui.

« Recommençons. » John a dit en souriant, et heureux qu'elle soit proche de son âge, "Bienvenue dans ma maison telle qu'elle est." et il lui offrit sa main et elle la serra. Il était content de sa ferme poignée de main. « Cette ferme appartient à ma famille depuis 1817, et bien que je ne sois pas agriculteur, je sais cultiver.

Je suis également fier de dire que les hommes du McCord ont répondu à l'appel au devoir de notre pays et se sont battus pour le défendre depuis la guerre de 1812. J'ai pris ma retraite des Marines, madame, et je suis retourné à mes racines. Je vis ici plutôt clairsemée depuis 16 mois pendant que je réparais et rénovais. D'abord l'extérieur, puis j'ai vidé l'intérieur ; l'a amené au code, lent mais régulier comme on dit avec l'aide de vieux amis et voisins.

Je n'ai pas besoin de grand-chose et je suis désolé du manque de commodités auquel une gentille dame comme vous est habituée aussi. Si le temps le permet, je vais sortir à la grange et apporter quelques choses pour vous mettre plus à l'aise. Je ne suis pas le plus grand cuisinier du monde, mais que pensez-vous des œufs, du bacon et des muffins anglais ?

« Cela semble délicieux, monsieur, quel rang occupiez-vous ? Je parie que vous étiez un officier », et elle était ravie car elle avait peu à manger ces derniers jours, et était ravie d'être appelée une gentille dame.

« J'ai pris ma retraite en tant que colonel, madame, Rachel, puis-je vous appeler Rachel ? S'il vous plaît appelez-moi John. Êtes-vous une dame du Sud ? »

« Oui et oui », a-t-elle répondu en souriant, ce qui lui a rendu son sourire. « J'étais en route pour les chutes du Niagara lorsque la tempête de neige a frappé. Je n'ai jamais rien vécu de tel auparavant. Je suis né et j'ai vécu toute ma vie à Savannah, en Géorgie. Ma famille fait remonter nos racines en Amérique au début des années 1800, et notre maison en briques est un monument historique.

"Nous avons quelque chose en commun", a répondu John en hochant la tête d'un air approbateur, "des racines familiales profondes et un sentiment d'appartenance."

"Oui." elle était d'accord plus intriguée avec lui maintenant. « Je suis infirmière praticienne de profession. Je recherche un nouveau départ et un dépaysement total.

Est-ce qu'il fait toujours aussi froid dans cette partie de l'État de New York ? S'agit-il de chutes de neige normales pour cette période de l'année ? »

« Et si on terminait cette conversation dans la cuisine ? Mesdames d'abord », il lui offrit son bras, Buddy le suivant de près. Quand ils arrivèrent à la cuisine, il tira sa chaise et elle s'assit à la table de la cuisine.

« Je suppose qu'on s'y habitue. De telles tempêtes de neige en mars se produisent mais ne sont pas la règle. Les crocus, les jonquilles et les tulipes attendent de fleurir sous la neige, et en plus, les tempêtes de neige me font apprécier les mois d'été, et j'attends avec impatience les couleurs d'automne », a-t-il expliqué en ouvrant un nouveau sac de nourriture sèche pour chat pendant que son chat dansait. et se frottait contre lui.



"Nous avons aussi des hivers doux", a-t-il déclaré en remplissant un petit bol ébréché de nourriture pour chats. « Tout dépend des conditions météorologiques au-dessus du lac Ontario. La neige ou les mois d'hiver ne me dérangent pas. J'apprécie la solitude tranquille et la beauté paisible de celui-ci après des années de sable chaud et sec du désert; le sable pénètre dans tout », a-t-il dit en mesurant sincèrement le café dans la cafetière avec ses pensées errant vers Rachel avec ses cheveux relevés, vêtue d'une robe d'été vert pâle et voulant l'embrasser.



« Avez-vous déjà épousé John ? » » demanda-t-elle en le regardant placer la cafetière à percolateur émaillée bleu moucheté, très usée et ébréchée, sur la cuisinière à gaz.

Elle regarda autour d'elle la cuisine récemment rénovée et les placards d'origine, à l'ancienne, remis à neuf avec les portes vitrées encadrées ; la plupart étaient vides.

« Non, je n'ai jamais été marié. J'ai proposé à une fille une fois. Elle a décliné ma proposition, et après, la Marine m'a occupé, répondit-il en pensant : "Il n'y a pas de mal à être honnête, parce que dans quelques jours je ne la reverrai plus et ma vie redeviendra normale. "

Il a poursuivi: «J'ai une sœur mariée plus jeune, Sarah. Même si Sarah et moi avons huit ans d'écart, nous sommes très proches. Notre grand-mère, la mère de mon père, nous a élevés ici quand c'était une ferme en activité », a-t-il déclaré en sortant le bacon de son réfrigérateur et en le disposant ensuite dans une vieille poêle en fonte bien assaisonnée. « Grand-mère semblait savoir quand les choses arriveraient avant qu'elles n'arrivent ; elle n'a dit aux gens que les bonnes choses, cependant. La date exacte à laquelle un bébé naîtrait, par exemple. De nombreux habitants pensaient qu'elle avait une seconde vue. Grand-mère était aussi sage-femme, pas avec un diplôme en médecine. Elle était également herboriste et avait la main verte en ce qui concerne les plantes et leurs utilisations.

"Votre grand-mère ressemble à une dame très spéciale", a-t-elle proposé.

« Oui, elle l'était », a-t-il convenu, « La ferme a prospéré quand elle était en vie. Sarah vit maintenant dans un ranch de bétail dans le Montana où il y a des tornades. Leurs orages et leurs éclairs rendent ceux d'ici mauviettes en comparaison. Quand elle était petite, Sarah était terrifiée par le tonnerre et les orages, et maintenant elle claque des doigts sur eux."

Rachel n'a pas manqué de remarquer à quel point son expression s'adoucit et ses yeux semblaient briller d'affection et d'amour lorsqu'il parlait de sa sœur et de ses neveux. Elle a également remarqué que John avait des fossettes sur les joues quand il souriait.

« C'est une cavalière accomplie maintenant », a poursuivi John, « Ma grand-mère nous a laissé la ferme. Sarah me l'a cédé pour un dollar pour que j'aie toujours un endroit pour accrocher mon chapeau. Comment aimez-vous votre bacon ? »

« Côté croustillant et ensoleillé pour les œufs ; est-ce que je peux faire quelque chose pour aider ?

« Oui, vous êtes en charge des muffins, mais pas encore », il les a sortis du placard et les a mis près du grille-pain, « Comme je disais, en contrepartie, Sarah avait le premier choix parmi les objets de famille. J'ai les rocking-chairs de ma grand-mère et cette vieille table et chaises de cuisine. Il posa deux assiettes et tasses sur la table, suivies d'argenterie et aucune d'entre elles ne correspondait. « J'ai toutes ses bouilloires, casseroles et poêles en fonte ; cette cafetière et quelques affaires rangées dans la petite grange. Vous êtes-vous déjà mariée, Rachel ?

"Je n'ai jamais été marié non plus, John", et après avoir fini de manger, Buddy s'est frotté contre Rachel pour qu'elle le caresse. "Mon demi-frère, Samuel vit avec ma belle-mère dans la maison familiale", et Rachael a ramassé Bubby, il a ronronné pendant qu'elle le frottait, appréciant l'attention, "Samuel est un garçon à maman. Quand ma belle-mère décède, nous récupérons la maison. S'il passe le premier, ça va à moi, et ainsi de suite.

Je me fiche de la maison. Ce n'est plus pareil depuis la mort de mon père. Comme on dit, la maison est là où se trouve le cœur. Tout ce que je veux, c'est l'ancienne montre de chemin de fer Elgin de mon père. Mon grand-père était cheminot ; il était ingénieur, tout comme son père avant lui.

Elle a pris une profonde inspiration et s'est arrêtée en fermant les yeux, "Puis-je me confier à vous ?" demanda-t-elle en les ouvrant et en regardant dans ses yeux bleus chaleureux. Rachel se sentait à l'aise et avait confiance en ce bel homme. Après six mois sur la route, et presque sans argent de voyage dédié, elle a décidé de lui demander de l'aide.

« Samuel et moi nous sommes brouillés. Ma belle-mère a pris le parti de Samuel et lui a donné la montre alors qu'il n'y avait pas droit, et n'a montré aucun intérêt jusqu'à ce que je la demande. Bien, j'accepte cela et je suis mieux que beaucoup de gens. J'ai ma santé et mon indépendance.

J'ai mon métier et je n'ai pas de dettes. J'ai de l'argent en rentes que mon père a investi pour moi que je déteste toucher. J'ai voyagé pendant un long congé sabbatique. J'ai campé à la belle étoile et j'ai rencontré toutes sortes de gens intéressants, et maintenant, je n'ai presque plus d'argent pour voyager.

« Est-ce que vous me demandez un prêt ? » demanda John en pensant : "Je le savais, problème."

« Oh, non, rien de tel. Je crains que mon minibus soit endommagé. Pourriez-vous, s'il vous plaît, me permettre de le garder ici jusqu'à ce que je trouve un travail pour le réparer ? »

"Laisse moi y réfléchir; cependant, en attendant, le petit déjeuner est presque prêt. Il est temps de griller les muffins.

Après le petit-déjeuner, John sortit vers la grange portant un manteau Mackinaw en laine épaisse et des bottes Pac bien usées. Il pensait à ce qu'elle lui avait dit. Il est revenu peu de temps après avec un bac de rangement plein de sacs de couchage militaires et un lit pliant.

« S'il te plaît, mets-les tous les deux dans la chambre à côté de la salle de bain, Rachel, et je dormirai là-bas. Il neige toujours comme un fou. Te souviens-tu dans quelle direction tu es venu ? Il a demandé, en montrant la route, "La gauche est le nord, et la droite est le sud."

« Je ne me souviens pas. C'est très gentil de ta part, John, dit-elle en souriant, tu es vraiment un homme bien, mais je peux dormir sur le lit de camp.

Ignorant le compliment bien qu'il soit content, John a dit: "Non, tu vas dormir dans ma chambre, et c'est un ordre." « Tout ce que vous dites, monsieur », a-t-elle convenu.

« Bon, c'est réglé alors, j'estime que vous avez quitté la route pas trop loin d'ici.

Si je peux trouver votre véhicule après avoir parcouru un kilomètre dans l'une ou l'autre direction, j'en informerai le shérif et j'organiserai qu'une dépanneuse le fasse venir ici lorsque le temps se brisera. Y a-t-il quelque chose dont vous avez besoin si je le fais ? »

« Oui, ma petite valise verte, s'il vous plaît, et mon sac à main sur le siège passager », a-t-elle répondu en lui tendant les clés. C'est un mini-van blanc. Je te ferai un café chaud à ton retour.

John est revenu avec de bonnes et de mauvaises nouvelles pour découvrir que le porche avait été pelleté et déneigé lorsqu'elle l'a rencontré à la porte avec une tasse de café. « J'ai trouvé votre mini-fourgonnette Toyota et je suis désolé de vous dire qu'il y a une fuite de liquide de transmission ; probablement de la casserole, et la moitié arrière du système d'échappement est arrachée. Il fait plus froid que celui d'une sorcière, eh bien, il fait très froid dehors et ce café chaud fait mouche, merci Rachael. Si je reste ici plus longtemps, le café gèlera si vite que la glace sera chaude », a-t-il plaisanté en souriant en entrant et en fermant la porte derrière lui.

"De rien. J'étais dehors il y a quelques minutes, et je suis d'accord. Vous ne plaisantiez pas à propos des toilettes sèches, et il n'y a presque plus de papier toilette ; bien sûr, je plaisante. Votre sœur Sarah a appelé pendant votre absence.

« Que lui as-tu dit ? demanda John en prenant une gorgée de café.

« Sarah a appelé pour vérifier si vous alliez bien, et je lui ai dit que vous alliez bien. Elle m'a demandé si j'étais la nouvelle dame de votre vie et avait hâte de me rencontrer. Est-elle toujours aussi ouverte à propos de vos amies ?

« Non, elle ne l'est pas. "Que lui as-tu dit?" Il but une autre gorgée de café, de nouveau distrait pendant une milliseconde en pensant à Rachel dans la robe d'été verte avec de la dentelle blanche et l'embrassant.

«Je lui ai dit qui j'étais et que j'avais quitté la route hier soir dans un fossé. J'ai dit que tu m'avais gracieusement accueilli jusqu'à ce que la tempête se calme, laissant de côté la plupart des détails. Voulez-vous que je vous aide pour le câblage? Mon père m'a tout appris sur les outils.

Il a également insisté pour que je prenne des cours d'arts martiaux dès mon plus jeune âge. Je manque peut-être un peu d'entraînement, mais les bases restent.

« Je peux le croire », a-t-il reconnu, « votre père devait être un homme très pratique et raisonnable. »

«Oui, il l'était, et spécial, et il me manque. Je suis très autonome et toujours en congé sabbatique, je vous aiderai donc à apprêter et à peindre les chambres lorsque nous aurons terminé le câblage. Je monte me changer. Tu devrais appeler ta sœur, et c'est un ordre.



Rachel monta à l'étage avec sa valise, le laissant assis à la table de la cuisine avec son café, et il réfléchissait. «Elle est tellement sacrée, jolie. Je ne recommencerai plus sans son consentement. Rachael est du genre à se marier terre-à-terre, en supposant qu'elle vous donne son cœur et qu'elle me rappelle tellement ma sœur. Rachel n'est pas le saut au lit, les bonnes filles à qui je suis habitué. C'est une petite Spartiate ordinaire, et si je ne fais pas attention, elle risque de me botter le cul entre les oreilles », et cela le fit rire à haute voix. «Apparemment, elle connaît son esprit et apprécie la liberté d'être célibataire. C'était un moment de faiblesse en écartant les cheveux de son visage, pourtant, elle a un accent méridional doux et raffiné qui me caresse quand elle parle.

Si j'étais un Tomcat, rien que de l'écouter me ferait ronronner de plaisir, et Buddy l'aime bien, et il se cache quand j'ai des visiteurs. Qu'est-ce que ça lui fera de mal de la laisser garder son véhicule ici ? Il est rempli et organisé avec des pots en plastique étiquetés ; il y a même un coffre d'espoir en cèdre là-dedans. Voyons ce qu'elle sait du métier d'électricien, puis nous partirons de là.

John a téléphoné directement à un ami d'enfance, Skip Thompson, maintenant le shérif du comté, pour s'assurer qu'aucun billet ne serait émis, puis a pris des dispositions pour le remorquage. Il a alors téléphoné à sa sœur. Sarah, qui a insisté pour qu'il parle de sa Belle du Sud.

Il s'est avéré que Rachael était plus que compétente avec les outils. Elle est revenue vêtue d'une salopette à bretelles délavée et d'un tee-shirt rouge. Ses baskets étaient encore humides, alors elle portait ses pantoufles roses en forme de lapin. Ils ont fini de câbler les chambres et ils ont commencé à apprêter les murs le même jour. Ils ont installé ses unités d'eau chaude à la demande quelques jours plus tard. Ils ont ensuite déplacé quelques meubles dans la maison depuis la petite grange, y compris le lit jumeau de sa grand-mère pour qu'elle ait son propre lit.

Dix jours plus tard, un front chaud s'est installé et, comme John l'avait prédit, les têtes colorées des crocus pointaient à travers la neige fondante. Il aimait que Rachel s'affaire et ait quelqu'un à qui parler pendant qu'ils travaillaient dans les granges. Il n'était pas pressé qu'elle parte et elle insista pour travailler pour le gîte et le couvert. Elle s'est chargée du projet de désherber le jardin d'herbes aromatiques. Ils s'installèrent dans une compréhension silencieuse et tacite de l'amitié, et cela suffisait pour le moment.

Par une chaude journée de printemps de mai, John clouait la dernière rangée de bardeaux sur le grand toit de la grange pendant que Rachel travaillait dans le jardin d'herbes aromatiques. En descendant l'échelle pour un verre de son délicieux thé glacé sucré, son pied droit a glissé sur un barreau à mi-chemin et il est tombé au sol. Il a subi le choc de la chute sur son pied gauche tout en se tordant d'un côté pour éviter d'être heurté par l'échelle alors qu'elle s'éloignait de la grange.

Il réussit à rester debout et jura bruyamment une série de jurons brûlants, se rattrapant, puis jurant dans sa barbe pour qu'elle ne l'entende pas, mais elle l'a fait. Il déplaça la majeure partie de son poids sur son pied droit, essayant de marcher jusqu'à la maison alors qu'elle se précipitait vers lui quand elle réalisa ce qui s'était passé.

"Tu es tombé, n'est-ce pas ?" dit-elle en regardant l'échelle par terre. « Laissez-moi vous aider », et Rachael a mis le bras de John autour de ses épaules pour l'aider à le soutenir. "Vous allez avoir besoin de passer une radiographie de votre pied", a-t-elle insisté en l'aidant à s'asseoir sur les marches du porche. « Si vous avez de la chance, ce n'est qu'une entorse ou des lésions tissulaires contondantes. Je vais retirer ta botte de travail, et ça peut faire mal.

"Je suis sûr que ce n'est rien", lui assura John avec entêtement, "et la douleur n'est qu'une faiblesse quittant le corps. Je vais prendre de l'aspirine et la garder glacée. Nous verrons ce que demain nous réserve.

"Non, absolument pas, tu vas aux urgences, John."

"Rachael, je vais bien."

"Tu vas aux urgences, John Ian McCord." dit-elle fermement, « ne discute pas avec moi. Je n'aborderai aucune insubordination de votre part, Marine !

« Oui madame », a-t-il répondu en grimaçant alors qu'elle délacait et enlevait soigneusement la botte de travail, la douleur lui traversant le pied comme un éclair, « Je vais aux urgences pour des radiographies, excellente idée », et il fouilla dans sa poche et lui donna les clés de son camion.

"Très bien, c'est réglé alors", et elle s'assit à côté de lui. Rachel l'embrassa sur la joue et le serra dans ses bras. « Etes-vous sûr que vous allez bien ? » et elle l'embrassa à nouveau.

"Je vivrai, et je suis désolé pour le langage grossier."

« Je vais chercher la glace dans le congélateur pendant que vous attendez ici. »

She returned and helped support him as they walked to the truck where John said. “Rachael.”

“Yes, John?”

“You’re a treasure, Rachael Ann Buchannan and I apologize.”

“What are you apologizing for, cursing or falling off a ladder?” She asked, wrapping the bread bag full of ice on his foot between towels after helping him get in.

“No, I’m talking about the night we shared a bed.”

“Don’t be silly; you are and were a gentleman.”

“No! I pushed your hair away from your face when you were sleeping. I had no right to do that then, or touch you in such an intimate way.”



She got on the driver’s side, closing the door and asked him. “Is that all? I was half awake when you did that. Are you shy around women?” and she was teasing him because she knew better.

“No, not at all,” He answered surprised she’d ask such a question. ”I’m not shy. Hey! I see what you’re doing. All teasing aside, I was a hound in my younger days and always on the scent.”

“Then why haven’t you made a pass at me?” She asked as they left the long driveway and turned onto the road.

He tried to evade the question. “In three miles, turn right on the Marshall Road” he directed, “then drive until we get to Route 18. You’ll then take Route 18 to the first intersection and follow 63 south.”

“You’re avoiding the question, John.”

“OK, Rachel, no more avoiding. I’m going to have my say. Every morning you’re up before me wearing your short flannel nightgowns and pink bunny slippers getting our coffee ready for the start of a new day. My coffee is the first cup from the pot. When you hand me my cup, your hands linger on mine as you flirt and tease me with your eyes, and I want to kiss you. I can get lost in the complex of kaleidoscope colors of your eyes; the browns and greens and gold. They shift in the light like opals. The essence of your perfume is lavender, and this scent mixed with you is intoxicating, and I want to kiss you.

You take your coffee with a splash cream. You hold your hot cup in both hands, warming them before for your first sip. You close your eyes and sip contentedly and smile. When you do that, I want to kiss you.

You arrived here as a tempting distraction; a warm and soft feminine delight to deal until the roads opened, and it was safe to travel.

Now we’ve been together for almost a month and a half. I enjoy having you here. We work well together. We go together like bread and butter, and you’re anything but trouble. You know your mind. You’re a strong, independent woman.

We have an unspoken understanding of friendship based on respect. I still see you as a warm and soft feminine delight and a tempting distraction, and I want to kiss you. Your flirting every morning suggests you want something more. Am I right?”

“I agree and no more avoiding, John, and what a sweet poetic way of putting things. You carried me upstairs as if I were a small child and undressed me. You put me in your bed, and you held me to get me warm.

Of course, you did the medically reasonable thing given the circumstances.

That was the first time in my life I’ve slept in the same bed with a man. You’re right, and if you’re patient with me, and if my father is right, and well, you’ve taken me by surprise. Comparing my eyes to opals, imagine that, you, Iron McCord, a poet? Continuez votre bon travail. You’ve never talked to me like this before, and until now we’ve been more like buddies.”

“Rachel, the night you arrived was the first time in my adult life I’ve been in bed with a woman and just slept, and this is all new to me, especially having a lady as a housemate, although, I enjoy your flirting. Please blow me a kiss?”

“I don’t understand,” She said smiling, “But sure, alright,” and when she did he blew two kisses back, and he was thinking, ‘My kiss owed to the Rachael in my daydreams in the green summer dress. I’m sure my grandmother would approve of you, Sarah too, although I must be getting soft in the head and losing my edge, me, love them and leave them Iron McCord blowing kisses? Now my hard ass reputation is ruined!’

As they were driving to the hospital, she was thinking of her fiancé and how close she came to marrying this man. A few months after she graduated as a Physician’s Assistant, Doctor David Campbell swept her off her feet with his good looks, wealth, and charm. His family was old money. She was young and impressionable, and she was in love with the idea of being in love.

One month before their church wedding, to be followed by a lavish reception and world cruise honeymoon to Europe, Rachel began to have doubts. She went to her father, the person she loved and trusted the most in the whole universe and he told her, “Bunny, when the right man comes along, rich or poor, you’ll know in your heart. You’ll have no doubts, and I’ll support any decision you make,” and her father did as he promised, despite the objections of her stepmother’s setback in social climbing.

John’s ankle was broke in two places. However, they were minor fractures, and a cast was all that was needed. He easily adapted to the crutches due to his formidable upper body strength. As they were walking to the truck, he stopped and said. “You know, I could eat a horse, but I’ll settle for a big and juicy charbroiled Angus burger on a hard roll topped with roasted hot peppers and a side of wet fries.”

“What are wet fries?” Rachael asked, surprised John was hungry and not in pain. She knew if she asked, he’d repeat pain is merely weakness leaving the body.

“Kiss me, and I’ll tell you,” he answered. “Think of it as a kiss on a first date.”

She put her arms around John’s neck and kissed his warm lips for the first time, feeling a tingling, almost overwhelming pleasure unlike anything she experienced before, including with her former fiancé’. She let her face linger next to his and asked. “How was that, handsome?”

“Your luscious lips are soft and warm and delicious, plus glorious and uplifting. May I have another?” John asked, sharing that same almost overwhelming pleasure and wanting to ravish her on the spot despite his broken ankle.

“Are you going to be a cooperative patient and do what I tell you?”

“Yes, ma’am and wet fries are French fries with gravy.”

“Will you take the pain pills the Emergency Doctor prescribed?” and she kissed his cheek, almost afraid to kiss his lips. She then mentally scolded herself for being silly.

“No, I’d rather take aspirin to manage the pain, and we’ll get a few reusable packs before we go home. How do I taste?”

“Let me see,” Rachel said, and she kissed his lips again, more tingling all over and savoring his manliness, “You taste sexy and stubborn. I know how to deal with difficult patients. If you’re sure you’re up to it, hamburgers and wet ones sound great. We’ll share an order of onion rings with the wet fries. Consider it our first date and my treat.”

When they returned home, she fussed over him, enjoying every minute of it. It gave her an excuse to touch him, and John gladly gave in. He couldn’t take a shower, so she gave him a sponge bath in the bathroom, kissing him when she leaned into him. She never saw John without a shirt on until now. She noticed three healed scars on his back and chest; healed bullet wounds, pucker scars on both sides of his back and chest where the bullets passed through, one scar, inches from his heart.

That evening, he expected to sleep alone, but Rachel joined him wearing his green, and a black checked flannel shirt with the sleeves rolled up, in place of her nightgown. It was the shirt he loaned her the night she arrived; most definitely establishing her claim on him, and after John’s sponge bath, this shirt was now more precious to her than her Dad’s pocket watch.

He was lying on his back with his cast wrapped in a towel containing an ice pack when she got into bed next to him. “This is cozy,” she said, touching his face. “Do you want to snuggle with me?”

“Rachael there’s no avoiding it. I’ve fallen for you in a big way. Of course, I want to cuddle. Don’t worry about my ankle. Your sweet gentleness is the best kind of medicine.” He turned on his side to face her, holding out his arms for her to slide closer. He held her gently and kissed the top of her head, sighing contentedly, and Rachel said, “John?”

“Yes Bunny, what is it?”

“Bunny?” she asked, squeezing his hand and delighted with this sweet term of endearment, one that she hadn’t heard since her father passed; her Dad called her Bunny, and it was something she never told John.

“Yes, Bunny, you wear bunny slippers, and bunnies are soft and warm and cuddly, just like you.” He said, rubbing his face in her hair.

“John?” “Yes,” he answered. “I’m not spending the whole night,” she said, “Is that OK with you?”

“Of course,” he replied, trying to keep the disappointment from his voice, although she picked up on it.

“I want you to understand. I never slept with a man before, or made love,” she confessed, hesitantly, slightly embarrassed although glad that she finally told him.

Rachel’s confession took him completely by surprise, and in his mind, it was astonishing to discover such a lovely and charming professional woman was also a virgin.

“I won’t make any demands on you, Bunny. When you’re ready, you’re ready,” we’ll take this once step at a time.”

“But John, you’re,” and he interrupted, “Yes and men are hardwired this way, so ignore it. You stay here for as long as you like, and then sleep in your bed.”

“I’m familiar with the hard-wired biological realities, and especially when I can feel it. Are you sure?”

Yes, I’m sure.”

“I knew you’d understand when I told you” and she snuggled closer.

Spring had turned to autumn, and John’s ankle was well on the way to being completely healed. After months of searching and interviews, Rachel found what she considered to be the perfect job working with Dr. Anna Lamb. The two women were of the same temperament, and the Pediatric practice was a pleasant change from Rachael’s years in Trauma Centers. The herb garden and perennial flower gardens surrounding the house were flourishing under Rachael’s loving care.

In John’s mind, the old farmhouse was now more like a home and full of life again. They bought furniture together, and as long as it was functional and comfortable, he agreed to the colors she chose, including the colors for the new draperies and shades.

Rachel felt at home on the McCord farm. She was delighted with the summers there, which were less hot and oppressive than Savannah, plus there were acres and acres of land to explore, mostly groves of glorious hardwoods, and they were peaceful; shady and cool. She was charmed by a small spring-fed pond to cool off and swim in when the weather got hot, and the wealth of orange daylilies surrounding much of it.

They brought home bushels, and bushes of walnuts from the trees behind the large barn, much to the displeasure of the squirrels who scolded them from up top.

One late, sunny afternoon, that autumn, he took her to the highest elevation on the property. He told her, we’re going on a quest.” John was sure-footed and confidant as he led the way. To get there, they had to navigate through a section basalt rock outcroppings, poison sumac, and nettle, the prominent plant growth there.

Then they had gone through a maze of young trees growing close together fighting for the sunlight. It was slow going, and they had to step carefully so not to trip while moving tree branches out of the way. Finally, they came to a straight path through a stand of white birch trees, with bee sage growing between the birches. The tall birches reminded Rachael of tall, white knights in battle-scarred armor standing side-by-side, swords raised, guarding the way.

The path led to a large clearing surrounded by old and stately hard maple trees where the forest floor was a thick carpet of leaves old and new. The trees and their intertwining branches formed an outdoor canopy; like the dome ceiling of a grand cathedral. The colors of the leaves were at their peak in shades of orange, yellow and red. Rachael looked up at the sunlight shining through the backlit autumn colors; it was breathtaking.

As John held her hand, he quietly said, “The morns are meeker than they were, the nuts are getting brown. The berry’s cheek is plumper; the rose is out of town. The maple wears a gayer scarf, The field a scarlet gown. Lest I be old-fashioned, I’ll put a trinket down.”

Fighting back her tears, Rachel turned to him. She placed her hand on his chest, over his heart, closing her eyes, and said a silent prayer always to keep him safe, as she hugged him.



That night, as they cuddled in bed, “Johnny.”

“Johnny, Bunny?

“May, I call you Johnny, Johnny? If I’m your Bunny, it stands to reason, you’re my Johnny,” and she put her hand over his heart. It’s such a little request.”

Fine, I’ll allow it,” he sighed, stroking her hair.

“Johnny?” “Yes,” he answered.

“When did you find the Cathedral in the woods?”

“I didn’t find it. My grandmother took me there. I didn’t know it existed while growing up. I stayed away from that section of the property because of the poison sumac and stinging nettle. It’s odd that regardless of what direction you approach it, there are patches of poison sumac or nettles. We took the way of least resistance.

“Grandma took me there on a day like today, and two days before I left for boot camp. It was as breathtakingly beautiful then as it is today.

My Grandmother didn’t want me to join the Marines. She told me I was joining for all the wrong reasons. I refused to listen. I was stubborn, and I was angry at the world. I thought I was a tough guy. I thought I was invincible, and I didn’t need anybody.

“What did she say to you,” Rachel asked,

“Grandma said, ‘I know your mind is made up, and I can’t stop you, but I will have my say. You’re a hard head, McCord, like most McCord men before you. I love you, grandson, and I know your heart is hurting now, but that will fade in time. Never harden your heart, Johnny, bitterness is a poison that rots the soul.

You will suffer more pain in your life. It will be terrible, wrenching, excruciating pain, and you will be afraid. It will temper you and make you stronger. You will survive and thrive, and then return here to your roots. When you do, share it with the one you love.”

After that day, he slowly let his guard down to her and shared more of his private thoughts; as did Rachel with him. She can truly be herself with him.

He doesn’t mind that she calls him Johnny, something only his sister is allowed. All others are first politely warned and corrected. Males of appropriate age have been known to experience a painful correction if they persist with that familiarity.

They sometimes don’t agree, so they agree to disagree and not dwell on it. At those times, he will crush her to him gently and try to kiss her. Rachel will half-heartedly struggle and look away. She then relents though to let him kiss her. She then vigorously messes up his hair and says, Bread and butter as she hugs him tight because she loves him more than she imagined possible.



John hadn’t made love to her yet, keeping his promise, although every night they cuddle and talk and share a story or experience from their childhood. The last words they say to each other before Rachel goes to her bedroom are “bread and butter.”

“Johnny?” she said, handing him, his first cup of morning coffee, “I have two wonderful surprises for you.”

“Let me guess; your homemade from scratch corned beef hash with fried hot peppers and topped with soft poached eggs for breakfast?”

“Oh, you and your hot peppers, and no, better than that. We’re going to a Masquerade Charity Gala for the Children’s Cancer Hospital, and I’m a co-chairperson with Ann on the planning committee. I’ve already made our costumes, which is the best surprise of all!”

“When? Your corned beef hash rates right up there, and what kind of costumes?”

“We couldn’t get a date this October. It will be the second weekend in November on a Saturday. We’re going as Raggedy Ann and Andy. I’ve already purchased our tickets to get things rolling. We’re giving prizes for the best costume and the best-dressed couples in theme costumes. There’s going to be a live DJ and dancing. We’re serving gourmet appetizers, plus there’s an open bar."

“Your corned beef hash is fabulous. Sunsets are awesome, and your warm hugs and sweet kisses are better than fabulous and awesome. Adults dressing up as stuffed toys are plain silly!”

“We’re not going as stuffed toys! We’re going to be Raggedy Ann and Raggedy Andy.”

“I see. You want us to attend a highfalutin Halloween Masquerade Gala, not on Halloween. You want us to go as animated cotton stuffed rags dolls with yarn hair. I should be thankful you didn’t choose the Camel with the Wrinkled Knees from that trio on your bed. I’d likely be bringing up the rear.”

“Johnny, I’m serious. Will you go with me?” “Are we negotiating, Bunny?” “Yes, negotiating and compromising, handsome.”

I’ll tell you what; you give me a high and tight, just like the old days. I’ll wear my dress uniform, sword and all,” and John put his cup on the table, “See we just compromised. I agree to go.”

“Don’t you dare even suggest I cut your hair like that,” she warned as she ran her fingers through his thick and full blonde hair. It was perfect; thick and full, and just the way she likes it. Rachel now was cutting and trimming it for him in the kitchen, another of her many skills. “I’ve seen pictures of you with a high and tight haircut, and you're handsome regardless, but I adore you with a full head of hair.”

“Fine, forget the high and tight, and I’ll leave my sword home.”

It’s such a little request. There’s nothing to be embarrassed about; you being a big tough Marine. It will be fun. I’ll personally see to it they have roasted hot peppers just for you. Bread and butter sweetheart, are you going to kiss me good morning, Johnny?”

“I’ll think about it,” he said frowning while putting his knuckles under his chin and turning away as if deep in thought. Rachael playfully gave his hair a gentle tug, and the vigorously messed it up. John laughed as he turned and gently crushed her to him. He kissed her lips long and deep, knowing he will give in to her because he loved her deeply; more deeply than the depths of the oceans.

He still desperately wanted to make love to her. John subdued hard-wired sexual needs and desires with hundreds of sit-ups and pushups, plus taking on the task of repairing the stone fences bordering his property.

“Do you want to try on your costume now, Johnny?” she teased, pushing his hair back in place.

“No, I’m sure my dress uniform still fits.” he teased in return. “If I go as cotton stuffed rag dolly, I’ll want a small concession in return.”

“What do want, Johnny?” she asked as if she didn’t know.

“We’ll see when we return home from the Charity Gala,” he replied while playing with her thick and silky, little red auburn ponytail. “It really might be a wish comes true,” he added.

Due to Rachael’s organizational skills, and enhanced by her Southern charm, the event quickly sold out. To say John loves her is an understatement akin to saying the sun is merely warm.

John portraying Raggedy Andy did nothing to detract from his rugged good looks or ever-present virile manliness beneath the knee-high bib overalls and red and white striped socks. They both wore white sailor hats with red-orange yarn hair attached inside. She looked as cute and sweet as a button, and Johnny was her man, and nothing in the infinite void between heaven and hell, including demons or angels, will ever come between them or their love for each other.

John proudly introduced Rachel to his friends and neighbors. He was establishing his claim on her, and silently warning the single men or any man to trespass at their peril. A few of the local women attending were old classmates, divorced or otherwise on the make for eligible men. Much to Rachael’s annoyance, one classmate, in particular, a striking raven-haired beauty, Megan McCallister, continued to flirt and brush up against him through much of the evening.

She had moved home a few days prior and made a sizable donation to get a ticket. Megan was wearing a realistic, and expensive custom made Wonder Woman costume. With her long and thick waist-length ebony black hair, and Megan looked ravishing and incredibly sexy.

The most noticeable stain in the rug that evening was a young man dressed as Batman, who as it turned out, crashed the event. John was across the room talking to Brad Green, while Rachel was talking to Dr. Lamb, who was dressed as little Bo-Peep when Batman asked Rachael to dance. She politely declined and explained, “No, thank you. My escort has all my dances reserved for the evening. You can’t miss our matching costumes. We go together, like bread and butter.”

“You mean the sissy with the striped socks.” Batman replied, grabbing her wrist, “Don’t waste your time with that sap when you can have a real man, me! Kiss me, pretty dolly?”

“Don’t touch me!” Rachael announced, loudly enough for people to stop and look in their direction, “Let go of me, now!”

“Make me, “the Batman said, smirking.

Before the fraudulent caped crusader could blink, Rachel-Raggedy-Ann had him flat on his back on the floor. She was off to the side and had full control of his large callused hand, his wrist bent painfully, in both her small hands. The defeated dork knight's arm was straight up in the air. She had him completely immobilized and thoroughly humiliated.

In the second blink of an eye, his sailor hat left behind, John was at her side, glaring menacingly at the super-zero hero on the floor. People gathered in a rough circle to watch, while the DJ took the opportunity to announce, “Raggedy Ann just knocked the stuffing out of Batman, folks,” adding, “Oh what a fight, smash, bash, kapow.”

While the DJ continued to narrate, Rachel warned the insipid imposter on the floor, “All it takes now is a quick twist to destroy your wrist joint,” she said sweetly. “However, I’m going to give you a chance at redemption, sinner,” she mocked, quite pleased with herself. “You will apologize, or it’s snap, crackle, pop, and I’ll have you arrested for assault. But first, take off your mask.”

The mask came off, followed by a stream of apologies while John scowled menacingly and then realized, “Damn, the resemblance is uncanny! You must be Jacob Yoder’s boy,” John said surprised, “Let him up. I’ll handle things from here. I know his father. The Yoder’s are our Amish neighbors.”

When the daft, defeated, dunderhead, dork, dunce knight slowly got up from the floor, John barked, “Stand up straight and look at me. “Has he apologized to your satisfaction, Rachael?”

“Kick his ass, John,” Brad Green called out, and John ignored him.

“Yes, sweetheart, I believe he has learned his lesson.”

“Did he hurt you?”

“No, Johnny, I’m fine. I’ll let you and his father handle things from here.”

“Are you Jacob’s son?” John asked.

“Yes, Mr. McCord,” he replied, looking down, realizing who he just disrespected.

“How old are you, boy, and what’s your name?”

“I’m nineteen, Mr. McCord, and my name is Mark.”

“Come on, McCord, kick his ass, just like in the old days,” somebody else called out.

The man, a classmate, not a good friend, more of a sometimes acquaintance, and a former rival was a first-hand witness. He watched John, who was seventeen at the time, take on three men, road construction workers who tried to grope his then-girlfriend in a local diner, now long closed.

His girlfriend evened the odds slightly in John’s favor by kicking one of the construction workers, the foreman, and the loud-mouth ringleader, forcefully and squarely in the nuts, to put him temporarily out of commission. John knocked the other still in the restaurant unconscious by banging the man’s head on a door frame, once, and then twice for good measure. He then dislocated and tore ligaments on the last construction workers right kneecap with a well-placed kick, after this coward returned with a large hammer.

“Look at me,” John ordered, and Mark met his eyes, “the only

Articles similaires

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

346 Des vues

Likes 0

Fête du 4 juillet

REMARQUE : Pour ceux qui ne vivent pas en Amérique, j'ai ajouté un tableau de conversion des histoires à la fin. +++++ Fête du 4 juillet Ma femme et moi avons décidé d'organiser une fête familiale Forth of July dans notre ferme. Nous avons plusieurs centaines d'acres de terrain et pouvons faire à peu près tout ce que nous voulons faire. C'était prévu plusieurs mois à l'avance afin que j'aie eu tout le temps de préparer un terrain dans les années 40 pour organiser la fête. Comme le quatrième était un mercredi cette année, nous avons invité tous ceux que nous connaissions...

482 Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

473 Des vues

Likes 0

Infirmière Kate pt2

Quand j'ai rencontré la personne avec qui je voulais passer ma vie, je ne m'attendais pas à ce que ce soit avant de quitter l'école, une personne plus âgée, mariée et encore moins une femme. Quand j'ai quitté l'Angleterre avec ma mère à l'âge de 16 ans pour vivre en Italie afin d'essayer de m'aider avec les problèmes que j'ai acquis lorsque mes parents ont divorcé. Je n'ai jamais pensé que ce serait la meilleure décision de ma vie. Je n'avais passé que quelques heures sous la garde de l'infirmière Kate après avoir été lapidé sur le toit de ma nouvelle...

320 Des vues

Likes 0

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA

LA PREMIÈRE FOIS DE NATASHA Quel Noël cela allait être ! Emily rentrait à la maison pour les vacances et je devais supporter qu'elle me harcèle constamment. Elle serait sur mon cas à propos de deux choses, 1) je n'étais pas végétalien, et 2) j'étais vierge et en terminale au lycée, ce qui, dans l'esprit d'Emily, ressemblait à une ironie totale et complète. Aucune fille aussi jolie que moi ne pourrait être vierge à moins qu'elle ne soit sérieusement gâchée. Et bien sûr, Emily pensait que j'étais sérieusement foiré. Premièrement, j'allais à l'église tous les dimanches et jouais même dans le...

353 Des vues

Likes 0

La première nuit où elle a essayé l'anal

Tu es entré avec le trousseau de clés que je t'ai donné il y a quelques mois. Vous les jetez sur la table, avec votre sac à main, en essayant de vous taire. Vous ne savez pas si je dors ou non. Vous laissez tous vos vêtements sales près de la machine à laver et vous vous précipitez devant la chambre, nu, dans la salle de bain. Vous vous admirez dans le miroir en pensant même couvert de la crasse de la journée, vos cheveux en désordre, vous vous sentez sexy. Vos seins sont gais, avec de beaux mamelons au bon...

218 Des vues

Likes 0

Esclave Étudiant_(0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents chauds que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises moulantes sans soutiens-gorge et minijupes. Elle a 16 ans. Vendredi, après un examen de maths, le dernier cours de la journée, elle s'est approchée de moi après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte. Monsieur...

607 Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

594 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

572 Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

594 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.