Lorsque je ne projette aucune ombre

605Report
Lorsque je ne projette aucune ombre

Quand un homme qui ne projette aucune ombre est de ce monde et Éthéré.
Méfiez-vous de l'amour fatal qu'il apporte car c'est votre âme qu'il vient voler
Nul ne marchera devant lui ni ne marchera sur ses pas.
Car il habite parmi les vivants,……… aussi bien que les morts.

-Michael Fletcher







Le Prologue.



Torbridge, Devon. 1973 .

Quand Elaine Hamilton trouve un nouveau-né jeté sur le pas de la porte de l'église trois jours après les funérailles de son père, le révérend David Hamilton, elle y voit un signe de Dieu. Enveloppé dans une fine couverture et nu comme la nature l'avait prévu, l'enfant était proche de la mort après avoir été laissé dehors par une nuit froide, enneigée et hivernale. Le bébé avait besoin d'une aide médicale urgente, mais le blizzard qui faisait rage à l'extérieur avait coupé les lignes téléphoniques et des congères bloquaient les routes à l'intérieur et à l'extérieur du village. Il se trouvait à plusieurs kilomètres de l'hôpital le plus proche et à environ la moitié de cette distance du cabinet médical le plus proche dans le village voisin de Horrabridge. Vêtue d'un pardessus à chevrons, de bottes Wellington et d'une épaisse écharpe en laine, Elaine a bravé les éléments pour la longue randonnée ardue de sa mission de miséricorde.
L'enfant avait le visage bleu et son souffle était faible et peu profond lorsqu'elle est arrivée à son cabinet près de deux heures plus tard.

Après avoir examiné le nourrisson, le Dr Shaw secoua la tête. "Je suis désolé ma chère, il y a très peu d'espoir. Le bébé est né prématuré, j'en suis sûr. Ses poumons ne sont pas encore bien développés et il souffre d'hypothermie. Ce sera un miracle s'il survit ou une bénédiction quand le Seigneur le prendra.
"Le Seigneur donne et le Seigneur reprend!" chanta Elaine. « Pourquoi Dieu prendrait-il mon père, puis me livrerait-il cet enfant s'il n'était pas destiné à vivre ? Il ne peut pas mourir, je ne le laisserai pas !" Elle berça l'enfant presque sans vie dans ses bras et le porta près du feu. « Ne pouvez-vous pas lui donner quelque chose pour soulager sa souffrance ?
"C'est un peu trop tard pour ça, j'en ai peur. Même si je pouvais l'emmener à l'hôpital, il y a de fortes chances qu'il ne s'en sorte pas. Tout ce que nous pouvons faire maintenant, c'est prier.
"Alors je vais!" Elle a placé le bébé près du foyer, s'est agenouillée à côté de l'enfant malade et a joint ses mains. « Dieu tout-puissant, aie pitié de son âme. Donnez à cet enfant la force et le courage de traverser cette nuit et donnez-lui la chance de vivre dans ce monde avant de l'appeler dans l'autre. Laissez-moi lui apprendre à suivre les traces de notre Seigneur Jésus-Christ et à marcher sur le chemin de la justice. Amen!" Elle prit l'enfant et le berça contre son sein, mais le petit signe de vie qu'il avait autrefois avait disparu. Elaine poussa un cri d'angoisse, tendit le paquet mou à bout de bras et leva les yeux vers le Ciel. "Pourquoi? Je n'ai jamais rien demandé de ma vie auparavant, même maintenant, je ne l'ai demandé que pour lui.
Le Dr Shaw a pris l'enfant de ses bras et l'a placé sur le divan d'examen et l'a recouvert d'un drap.
Elaine se jeta sur le sol et sanglota de façon incontrôlable.
« Je vais demander à Mme Bates, ma gouvernante, de vous préparer une bonne tasse de thé. Je suis sûr que tu te sentiras mieux.
"Thé! Pourquoi les gens pensent qu'une bonne tasse de thé vous fait vous sentir mieux ? Je viens d'enterrer mon père et c'est tout ce que j'ai entendu : « Laisse-moi te faire une bonne tasse de thé, ça te fera du bien », eh bien non ! Elaine est devenue assez furieuse et a marmonné de manière incohérente. Elle s'accroupit dans un coin et rentra ses genoux
fermement sous son menton et enroula étroitement ses bras autour de ses tibias. Ses yeux étaient écarquillés et craintifs alors qu'elle fixait le Docteur et sa gouvernante.
"Pauvre fille, elle ressemble à un lapin effrayé", s'est exclamée Mme Bates.
« Elle souffre probablement d'un choc ! Apportez mon sac et je lui donnerai un sédatif.
*
Il faisait presque jour la prochaine fois qu'Elaine ouvrit les yeux. Sa tête était lourde de sédation et ses jambes fatiguées par le voyage. Elle avait dormi dans un fauteuil à haut dossier, recouvert d'une épaisse couverture de laine pour se protéger du froid. Le blizzard à l'extérieur avait cessé et l'air était calme alors qu'elle regardait par la fenêtre. Au loin, un chasse-neige se fraya un chemin entre les nombreuses voitures abandonnées qui jonchaient les rues et se précipita comme si de rien n'était. Ses pensées allaient à l'enfant mort et à la mère désespérée qui l'avait quitté.
Soudain, un faible cri perça le silence et elle rassembla l'énergie pour se lever de la chaise et marcher lentement vers la porte. Les rideaux avaient été tirés et la pièce était plongée dans l'obscurité lorsqu'elle ouvrit la porte et regarda fixement le drap blanc qui recouvrait la table d'examen. Se pourrait-il que Dieu ait répondu à mes prières, pensa-t-elle. Ses mains tremblaient et son haleine s'excitait tandis qu'elle retirait le drap ; haletant lorsque la vue d'une peau rose parfaite est apparue. "C'est un miracle!" s'écria-t-elle joyeusement. Elaine plia précipitamment le drap en deux, puis en deux à nouveau et enveloppa le bébé comme un papoose. Elle glissa l'enfant dans son manteau avant de se faufiler silencieusement par une porte latérale.

Au réveil et en découvrant qu'Elaine et le bébé étaient partis, le Dr Shaw a informé la police et le bureau du coroner du décès du bébé. Et, bien qu'il ait signalé que la mort de l'enfant était due à des causes naturelles, c'est tout ce qu'il pouvait rapporter. Elaine n'avait jamais donné son nom ni dit où elle habitait.

Elaine Hamilton était fille unique. Sa mère était décédée alors qu'elle était à peine à l'école primaire et, au cours des douze dernières années, avait subi les foudres de l'éducation religieuse stricte de son père. Elle n'avait pas beaucoup d'amis à proprement parler, et maintenant, à l'âge de dix-sept ans, sa vie était sur le point de tourner un nouveau chapitre. Maintenant que le dernier membre de sa famille immédiate avait quitté ce monde, elle se sentait très seule, et pourtant, elle croyait que le petit miracle livré à sa porte était en quelque sorte une récompense pour ceux qui lui avaient été enlevés tôt dans la vie. Toujours accablée de chagrin et effrayée par le contrecoup de sa visite au cabinet du Dr Shaw, Elaine emballa quelques vêtements, puisa toutes ses économies et s'éloigna de Torbridge, le petit village du Devonshire qu'elle connaissait si bien, et se dirigea vers le nord, louant un appartement dans un immeuble à la périphérie de Sheffield, dans le Yorkshire. Elle s'est parfaitement mêlée aux habitants; de nombreux résidents étaient des parents célibataires ou divorcés et de dialectes et de races mixtes; où une nouvelle mère et son enfant dans le quartier ne sembleraient pas sortir de l'ordinaire. Elle a nommé l'enfant Clayton d'après son acteur de cow-boy préféré, Clayton Moore, qui a joué The Lone Ranger dans la populaire série télévisée du même nom. Elle a changé son nom de famille par acte de sondage en Walker, craignant toute incrimination si elle devait être découverte pour ne pas avoir signalé l'abandon de l'enfant. Elaine savait que la vie à partir de maintenant ne serait plus la même ; regarder par-dessus son épaule tout le temps ou attendre ce coup redouté à la porte n'aiderait pas ses nerfs déjà brisés.

Vivre dans un immeuble de grande hauteur était plus difficile qu'elle ne le pensait. Tout le monde savait les affaires de tout le monde, le crime et la drogue étaient monnaie courante, les cambriolages et les agressions étaient monnaie courante, et essayer de jongler avec un travail et s'occuper d'un bébé en même temps était presque impossible. Elle s'est fait de nombreux amis au fil des ans et lorsque Clay a atteint l'âge de neuf ans, Elaine a épousé le commerçant local Archie Monroe, un homme beaucoup plus âgé qu'elle. Près d'un an après ce jour, elle a donné naissance à une fille, Austine. Deux ans plus tard, Susan est arrivée, suivie de Kenny un an plus tard. Dix années heureuses qu'ils passèrent ensemble, jusqu'à ce que son
les affaires ont fait faillite et Archie s'est enfui avec une jolie vendeuse de bas en nylon qui avait la moitié de son âge.
Clay avait alors atteint son dix-neuvième anniversaire et était devenu un très beau jeune homme. Toutes les filles l'aimaient et tous les garçons étaient jaloux. Il était sage et dur, ceux qui ne bougeaient pas dans ses cercles se tenaient à l'écart, ceux qui se mettaient en travers de son chemin, souhaitaient ne pas l'avoir fait. Le jour, il travaillait dur pour gagner sa vie en faisant des travaux subalternes, gagnant juste assez pour mettre de la nourriture sur la table et éloigner les huissiers de justice de la porte. La nuit, il a étudié sans relâche et a terminé un apprentissage de construction moderne de cinq ans en suivant des cours du soir et des ateliers pratiques; gagner des distinctions et des honneurs en cours de route.
À l'âge de vingt-huit ans, Clay était bien établi en tant que constructeur et promoteur immobilier compétent. Ils se sont déplacés vers le haut et vers l'extérieur après avoir acheté une maison individuelle de cinq chambres dans le magnifique village rural de Brunswick, au sud de Sheffield. La famille a continué à prospérer et leur vie n'aurait pas pu être meilleure, mais pour Clay, il manquait toujours quelque chose. Il avait souffert de cauchemars récurrents dès son plus jeune âge et avait d'étranges notions dans sa tête que sa vie était incomplète et qu'il avait une mission, un destin à accomplir et qu'il devait le découvrir. Elaine pensait que c'était juste la douleur de vouloir savoir qui étaient ses vrais parents après lui avoir révélé la vérité sur ce qui s'était passé il y a toutes ces années. Elle espérait que les douleurs passeraient.
Ils ne l'ont pas fait !
À la veille de son vingt-neuvième anniversaire, Clay a fait ses valises et fait le plein de son 4 x 4 en vue de repartir après ses célébrations d'anniversaire, à la grande déception de sa famille et de ses amis.




CHAPITRE UN .


Brunswick, Yorkshire du Sud. 2003.
Cela aurait dû être une occasion joyeuse pour Clayton Walker. Dans sept heures, il aurait vingt-neuf ans, dans moins de quarante heures, il serait en route pour visiter la côte sud de l'Angleterre dans l'espoir de retrouver ses parents perdus depuis longtemps. La famille avait toujours été sa priorité numéro un et quand des problèmes survenaient, c'était toujours lui qui arrangeait les choses. Sa plus jeune sœur, Susan, était une adolescente post-scolaire typique, pensant qu'elle avait grandi et qu'elle savait ce qu'il y avait de mieux. Elle était très adolescente dans ses actions et ses manières naïves étaient une source d'inquiétude. L'attention de Clay avait été attirée sur le fait qu'elle parlait de la ville, des propos qu'il n'aimait pas entendre ou ne voulait pas croire à propos de sa petite sœur. Les choses devaient être triées avant qu'il ne puisse entreprendre son voyage tant attendu, et quoi qu'il advienne, tout le monde a dû suivre la ligne lorsqu'il a imposé la loi.

« Clay, combien de temps seras-tu parti ? » demanda Austine en fixant la tasse de thé qu'elle remuait continuellement.
"Je ne sais pas? Une semaine, un mois, jusqu'à ce que je sois malade à la maison. Il a haussé les épaules.
"Mais pourquoi? Tout ce dont vous aurez besoin est ici. Votre famille, vos amis, votre maison, votre entreprise.
"N'avez-vous jamais ressenti le besoin d'être ailleurs, même si vous ne saviez pas pourquoi vous deviez être là?"
"Non, je ne suis pas si aventureux."
"Peut-être que j'ai juste besoin de le sortir de mon système. Peut-être que quand j'arriverai à n'importe quel endroit, je découvrirai que j'avais tort et que j'ai causé tout ce remue-ménage pour rien.
La porte claqua et Kenny entra. Kenny avait presque seize ans maintenant et le plus jeune membre de la famille, il adorait chaque mot de Clay et il lui manquerait le plus pendant son absence.
« Salut, arrêt-court, qu'est-ce que tu as fait ? » Clay avait un surnom pour eux tous et faisait référence à la petite taille inhabituelle de Kenny pour son âge et son apparence désordonnée. Austine, l'aînée de ses deux sœurs, affectueusement connue sous le nom de douces joues, en raison de son teint rose dodu et de ses poils fins et duveteux qui ressemblaient à des pêches, et Susan, est finalement devenue connue sous le nom de smarty-pants, l'universitaire de la famille. Premier de la classe dans toutes les matières à l'école et fréquente maintenant un collège technique.
"Je viens de me disputer avec Billy Walton !" dit Kenny à bout de souffle.
« Je pensais que Billy était ton pote ? »
« Plus maintenant, il te baisait devant tout le monde. Il a dit que tu partais parce que tu as couché avec la moitié des femmes mariées de Brunswick et que leurs maris sont là pour te chercher. Il a dit que tu t'enfuyais parce que tu es un poulet.
Clay éclata de rire et secoua la tête. « Kenny, tu sais que ce n'est pas vrai ! Je n'ai peur de personne et je n'ai couché avec aucune femme mariée.
"Femme mariée!" cria Elaine à tue-tête, en entendant la fin de leur conversation alors qu'elle entrait dans la pièce. "Oh, Clay, tu ne l'as pas fait ?"
"Non, maman, je ne suis pas si désespérée !"
« Vous vous tenez à l'écart des femmes mariées, ce ne sont que des ennuis. Il y a beaucoup de filles gentilles et respectables là-bas; comme la fille du receveur de poste par exemple ou la fille chez le fleuriste.
Clay roula des yeux vers ses frères et sœurs. "Mon Dieu, mère, j'ai jeté mon dévolu sur quelqu'un de beaucoup plus attirant que ces deux mineurs. Personne ne leur a jamais jeté un second coup d'œil, et s'ils l'ont jamais fait, ils auraient dû aller chez Specsavers.
Austine et Kenny éclatèrent de rire.
"Ne sois pas si horrible," dit Elaine, "tout ce que je dis, c'est qu'il est temps que tu penses à t'installer. Vingt-neuf ans est un bon âge pour penser au mariage et fonder une famille.
Il connaissait trop bien sa mère. C'était sa petite revanche, sa façon de dire ne partez pas, effrayée qu'il puisse retrouver ses parents perdus depuis longtemps et ruiner leur relation pour toujours, bien qu'elle ne l'admette jamais.
Il pressa ses lèvres contre son front et lui donna une étreinte rassurante.
« Maman, je reviens, tu sais. Il y a beaucoup de temps pour le mariage et les petits-enfants.
"Je sais, c'est juste ...... je sais que je ne devrais pas le dire mais, tu es spécial pour moi."
"Mère, nous sommes tous spéciaux!" Il a attiré Austine et Kenny dans leur groupe émotionnel. "C'est la meilleure famille que l'on puisse souhaiter." Il ébouriffa les cheveux de Kenny et embrassa la joue d'Austine. "Je vous aime tous et il n'y a rien que je ne ferais pas pour vous."
"Vu que tu es de bonne humeur, puis-je te demander une faveur et inviter quelques-uns de mes amis à ta fête d'anniversaire demain ?" dit Austine avec effronterie.
"Je ne vois pas pourquoi pas, plus on est de fous."
"Super! Je vais les appeler maintenant, ils seront aux anges. Austine disparut dans le salon.
Elaine a sorti un gâteau du four et l'a placé sur un support pour qu'il refroidisse.
"Où est Suzanne ? Je veux lui parler avant de partir. Elle sera à l'université demain et je n'en aurai peut-être pas l'occasion », a demandé Clay.
"Elle a mentionné être allée au parc avec certains de ses amis lorsque nous avons parlé plus tôt", a répondu sa mère.
« Dois-je aller la chercher ? suggéra Kenny.
Clay hocha la tête. « Si elle ne vient pas, tu la traînes ici. Je ne veux pas qu'elle pense qu'elle peut faire ce qu'elle veut, quand elle veut.
Kenny se frotta les mains et eut un sourire excité sur le visage alors qu'il se précipitait à travers la porte.
"Ne soyez pas trop dur avec elle", a insisté Elaine. "Quand ils atteignent dix-sept ans et commencent l'université, les enfants aiment penser qu'ils sont grands. Tu étais exactement le même à cet âge-là.
"Maman, je n'ai pas fumé de drogue, bu au coin des rues et couché avec tous les adolescents boutonneux qui me souriaient."
Les sourcils d'Elaine disparurent dans sa racine des cheveux. « Vous plaisantez, n'est-ce pas ?
« Pourquoi pensez-vous que la moitié des hommes de Brunswick sont en armes ? Je n'ai pas couché avec leurs femmes, j'ai menacé leurs fils. J'ai entendu un groupe de garçons se vanter d'avoir couché avec Susan ; deux d'entre eux ont dit le même soir. Je me suis mis en colère et j'ai menacé d'éteindre leurs lumières s'ils s'approchaient à nouveau d'elle. Il faut que ça s'arrête ! Elle finira avec quelque chose dont elle ne pourra pas se débarrasser, enceinte ou les deux.
"Mais c'est une fille si gentille en général, le beurre ne fondrait pas dans sa bouche."
« Ouais, et le Dr Crippin était docteur ! Elle t'a peut-être trompé, mais j'ai son numéro.
Vingt minutes plus tard, la porte d'entrée claqua et Susan entra avec un mélange de colère et de douleur sur le visage. "Qui pensez vous être? Tu n'es pas mon père, tu n'es même pas mon frère, vraiment ! Tu n'as pas le droit de me diriger. Kenny vient de m'humilier devant les quelques amis qu'il me reste, grâce à toi. Quand j'ai refusé de rentrer tout de suite à la maison, il m'a jeté au sol et m'a traîné dans l'herbe par les jambes. Elle retroussa sa jupe d'un côté. « Regardez les marques de gravier sur mes fesses ! Tout le monde a ri parce que ma jupe a remonté et a montré ma culotte. Elle sortit une boisson fraîche du frigo et claqua la porte. "Je serai content quand j'aurai dix-huit ans et que je pourrai quitter la maison, c'est comme vivre dans une prison ici."
"Vous savez où est la porte, vous n'avez pas à attendre une année de plus." Clay pointa le pouce en direction de la porte d'entrée.
Élaine est intervenue. "Clay, ne dis pas de telles choses, non - on va n'importe où." Elle se tourna pour faire face à Susan. "Si vous traitiez les gens avec un peu de respect, jeune fille, et que vous abandonniez l'attitude, alors les choses pourraient être différentes."
« J'espère que lorsque tu pars, tu ne reviens jamais. Je te hais, j'aimerais que tu sois mort ! Le visage de Susan est devenu rouge de rage après son explosion et a tapé du pied alors qu'elle bondissait dans les escaliers menant à sa chambre.
"Je suis sûr qu'elle ne pense pas ce qu'elle dit", a commenté Elaine, voyant l'expression blessante sur le visage de Clay.
"Ça m'a semblé ! Mais attention, si tu ne la reçois pas bientôt, tu auras de gros problèmes avec elle plus tard.
Elaine hocha la tête en signe d'accord. « Je vais avoir des mots avec elle, ne vous inquiétez pas ! Mieux vaut la laisser se calmer d'abord.


Susan n'est pas descendue de sa chambre quand Elaine l'a appelée pour le dîner.
Clay était assis au bout de la table, découpant le rôti tandis que les autres se servaient les légumes préparés.
"Je meurs de faim!" dit Kenny en remplissant son assiette de purée de pommes de terre. "Pensez simplement à toute cette cuisine maison qui vous manquera pendant votre absence."
"Avez-vous décidé de l'itinéraire que vous allez emprunter pendant votre voyage?" demanda Austine.
"Pas vraiment, je vais juste me diriger vers le sud et partir de là." Il fit une grimace et roula des yeux vers Austine, comme pour dire "pas devant mère".
"Assez parlé de partir, mangez votre nourriture avant qu'elle ne refroidisse", a déclaré Elaine d'un ton sourd.
La conversation s'est arrêtée là.
*
Ça avait été une drôle de journée, pensa Clay, alors qu'il montait péniblement les escaliers pour aller se coucher. Mère n'avait pas été elle-même gazouilleuse habituelle et il savait que la raison était à cause de son départ. Et Susan se rebeller comme elle l'avait fait récemment ne facilitait pas les choses. La petite Miss Smarty Pants était censée être la plus intelligente de la famille, et maintenant, elle agissait comme une idiote. Dieu merci pour Austine, c'était elle qui avait la tête froide et, avec son aide et
Kenny, à eux deux, ils devraient pouvoir la garder sous contrôle jusqu'à son retour à la maison.
La lumière était toujours allumée dans la chambre de Susan lorsqu'il passa devant sa porte. Clay vérifia sa foulée, recula de quelques pas et pressa son oreille contre la porte. Il pouvait l'entendre pleurer doucement, suivi de sanglots intermittents. Il agrippa la poignée de la porte et tapa ses doigts sur le panneau de la porte avant d'entrer dans la pièce. Susan leva les yeux, puis enfouit sa tête dans l'oreiller tandis qu'il avançait lentement, s'abaissait sur le lit et lui caressait les cheveux.
"Hé, qu'est-ce qu'il y a avec les larmes ?" Susan n'a pas répondu avec des mots, ses tons attentionnés ne l'ont fait que sangloter encore plus. « Je sais que je t'en veux parfois un peu, mais c'est pour ton bien. Je t'aime et je ne peux pas m'empêcher d'être protecteur, c'est ce que font les grands frères.
Elle se leva brusquement du lit, jeta ses bras autour de ses épaules et sanglota dans sa nuque. "Je suis désolé! Je ne pensais pas ce que j'ai dit. Elle joignit les mains et regarda vers le ciel. « S'il vous plaît, mon Dieu, je reprends tout. C'est mon frère, et le meilleur au monde. Ne lui faites aucun mal et s'il vous plaît ramenez-le sain et sauf.
Clay la tenait à bout de bras et fixait ses yeux tristes. Il s'est rendu compte qu'il avait créé le monstre, la gâtant pourrie avec sa générosité et ses cadeaux extravagants et, la laissant suivre son propre chemin dès son plus jeune âge. Mais il était temps de l'exorciser dans le monde de la réalité. « Ne t'ai-je pas donné tout ce que tu as toujours voulu ? Il désigna du bras les objets autour de sa chambre. "Une belle maison à vivre, de beaux vêtements, tous les accessoires indispensables qu'un adolescent pourrait souhaiter."
La question est restée sans réponse. Susan se contenta de baisser la tête et eut l'air honteuse.
« Vous ne savez pas à quel point vous avez de la chance. J'ai vu des enfants sans chaussures aux pieds parce que leurs parents vivaient sur la ligne de pain, ne sachant pas d'où viendrait leur prochain repas. Pas de télévisions ! station de jeu! Ipod !" Il fit à nouveau un geste.
"Je suis désolée si je vous ai déçu, je veux juste être populaire", a-t-elle répondu en pleurant.
"Populaire! Dormir ne vous rend populaire qu'auprès des gars avec qui vous le faites, personne d'autre.
"Et toi? Tu as couché avec plein de femmes !
Clay soupira et secoua la tête. "C'est différent pour les gars. Plus nous faisons de conquêtes, plus nous devenons l'un des garçons. Avec les femmes, vous avez juste la réputation d'être une fille facile ou une pute, une salope, une tarte, une slapper, vous l'appelez, vous serez appelée comme ça.
"Ouais, ok, j'ai compris la photo !" Elle glissa du lit et regarda par la fenêtre.
« Si vous voulez vraiment être populaire, étudiez dur, entrez à l'université et faites quelque chose de votre vie. C'est là que vous deviendrez populaire, que vous aurez du succès. Non – on veut être ami avec un échec.
Susan hocha la tête en reconnaissance de ce qu'il disait. « Je pensais que j'étais le plus intelligent ! Tout ce que vous venez de dire a du sens, mais je ne l'ai jamais vu de cette façon. Elle passa ses bras autour de ses épaules et le serra fort.
"Je vais vous dire quoi, si j'obtiens de bons rapports sur votre comportement à mon retour, une certaine mini cooper noire avec des rayures de course peut-être garée sur l'allée un matin quand vous vous réveillez."
Ses yeux brillaient plus que son sourire parfait.
"Honnête!"
« Vous ai-je déjà menti ?
La question aurait dû être : « Vous rendez-vous compte que je viens de faire exactement le contraire de ce que je voulais ? Le fait était qu'il avait toujours cédé à Austine et Susan lorsque les travaux d'aqueduc avaient commencé. Il y avait quelque chose chez une femme sanglotante qui tirait sur sa corde sensible, surtout quand il s'agissait des deux sœurs qu'il adorait. Mais le chantage et la corruption ont toujours fonctionné dans le passé, pensa-t-il, et tant que Susan changeait ses habitudes, il avait atteint son objectif principal.

Alors que les premières lueurs du jour illuminaient la chambre, Clay balança ses jambes hors du lit et alluma une cigarette. Cela avait été une autre nuit de sommeil interrompu et de rêves étranges, des rêves qui n'avaient aucun sens pour lui, et pourtant, un sentiment de
l'importance l'envahit. Il se déplaça tranquillement dans la chambre pour ne pas réveiller les autres, mettant les derniers éléments essentiels dont il avait besoin dans son sac de voyage. Il était à peine six heures lorsqu'il descendit l'escalier sur la pointe des pieds, pénétra lentement dans la cuisine, remplit la bouilloire d'eau et alluma la radio. Plus de malheur et de tristesse, pensa-t-il, alors que le lecteur de nouvelles annonçait une augmentation des taxes professionnelles, une autre augmentation d'un demi pour cent des prêts hypothécaires et un autre accident ferroviaire, mais cette fois, sans aucune victime. Sur une note plus légère, un enfant disparu soupçonné d'avoir été kidnappé a été retrouvé sain et sauf après qu'un homme promenant son chien a découvert le jeune dans un camp de fortune dans des bois voisins.
Quelques minutes plus tard, Austine descendit les escaliers en gémissant et en se tenant la tête. Elle a fouillé l'armoire à pharmacie, a confisqué le café que Clay venait de se faire et a mis deux analgésiques dans sa bouche.
"Hé, fais le tien !" s'écria Clay, réalisant que sa tasse n'était pas là où il l'avait mise.
"Mon besoin est plus urgent, j'ai un mal de tête fulgurant."
"Auto-infligé, bien sûr!"
Il a refait bouillir la bouilloire et a fait un autre café.
Austine a pris un morceau de glaçage sec de la base du gâteau d'anniversaire et l'a mis dans sa bouche. « Pensez ! Tu auras trente ans l'année prochaine, tu seras alors un vieil homme.
« Ah, c'est ce que tu penses ? Eh bien, cet homme presque âgé est encore assez jeune pour te mettre sur mes genoux et te donner une bonne fessée.
"Huh, tu n'oserais pas," dit-elle d'un ton taquin.
Clay bondit sur ses pieds.
Austine hurla de rire en esquivant de chaque côté de la table de la cuisine, la trompant en la faisant courir dans le mauvais sens et en la coinçant près de l'évier.
« Je suis désolé, je suis désolé, je retire tout. Vous ne serez jamais trop vieux !
Il la souleva dans ses bras. Austine gloussa et donna un coup de pied en essayant de se libérer de son emprise alors qu'il la portait jusqu'à la chaise.
"Qu'est-ce qui se passe?" s'écria Elaine en attachant la ceinture de sa robe de chambre, avant de remettre en place deux bigoudis qui s'étaient détachés de son filet à cheveux. "Tu fais assez de bruit pour réveiller les morts."
"Désolé !" dirent-ils à l'unisson. Là, les expressions coupables se sont changées en regards d'innocence alors qu'il abaissait Austine sur ses pieds.
"Maintenant que je suis réveillé, je vais prendre une bonne tasse de thé, s'il vous plaît." Elle retoucha ses cheveux en se détournant. « Au lit, merci ! Elaine clip – a remonté les escaliers dans ses mules à plumes jusqu'à la chaleur de son lit.
Austine remit la bouilloire en marche, se tourna et s'appuya contre les éléments de la cuisine. « Dieu, ça va être comme un cimetière quand tu partiras. Mère sera aussi grincheuse que l'enfer, Kenny n'est jamais là, et comme pour Susan. ….. Bien?"
Il sourit et avait l'air plutôt content de lui. "Ne t'inquiète pas pour Susan, les choses seront différentes à partir de maintenant."
Austine fit une théière, en versa dans une grande tasse de porcelaine, plaça deux tranches de pain dans le grille-pain, qu'elle beurra lorsqu'elles étaient dorées, et les emporta sur un plateau jusqu'à sa mère.
Clay a allumé une cigarette et a fouillé dans le courrier du matin à la recherche de quoi que ce soit d'important, dont il n'y en avait pas, et les a jetés à la poubelle avec le reste des courriers indésirables de la semaine.
Austine réapparut quelques minutes plus tard tenant un petit paquet cadeau et une enveloppe contenant une carte d'anniversaire. "Joyeux anniversaire, et beaucoup d'entre eux." Elle les plaça devant Clay et recula en attendant sa réaction.
Il ouvrit d'abord l'enveloppe et sourit au sentiment écrit à l'intérieur avant de remplir le colis en essayant de deviner ce que c'était. Il déchira l'emballage et haussa un sourcil. "Slip! Ne laissez jamais personne dire que vous manquez d'imagination quand il s'agit d'acheter des cadeaux d'anniversaire.
« Vous ne les aimez pas ? Ils sont créateurs !
"Kelvin Klein !" Clay sourit. "Le parent pauvre de Calvin, je suppose?"
Austine rougit. "Eh bien, je n'avais pas beaucoup d'argent à l'époque, et d'ailleurs, qu'est-ce qu'on achète à un homme qui a tout ?"
Clay sourit et secoua la tête. Austine avait toujours réponse à tout, pensa-t-il, et je suppose que c'est la pensée qui compte vraiment.

Quelques heures plus tard, quand tout le monde était debout, il y avait plus de surprises d'anniversaire. Kenny avait économisé son argent de poche pendant des mois et acheté à Clay un couteau suisse avec un manche en ivoire, un multi-outil pour toutes les occasions.
Susan, cependant, a été un peu courte. Elle ne lui avait acheté qu'une carte d'anniversaire, mais dans la façon de penser de Clay, si elle changeait ses habitudes et allait à l'université, alors ce serait un cadeau en soi.
Le cadeau d'Elaine était une véritable déclaration d'amour. A top of the range satellite navigation system, so Clay could never get lost and would always have the capability to find his way home wherever he was.
*
The party was in full swing. Everyone seemed to be enjoying the huge birthday buffet that half circled the room, and the endless flow of booze that was on offer. It was around ten thirty when Clay wandered through the French doors to take a breath of the cool night air. Inside, the place was like an inferno, heaving with sweaty bodies gyrating to the pounding music of the stereo sound system, while outside, the light breeze and the gentle rustling of the leaves at the bottom of the garden was a welcomed respite from the hustle and bustle of indoors. Clay had never been much of a party animal, a quiet meal and a drink around the dinner table with the family would have been much more to his liking. He did appreciate that his mother had gone to a lot of trouble planning the whole thing, as well as baking him a cake and preparing the buffet herself. And besides, one or two of Austine’s friends were quite attractive too, he thought, even though it looked like she had invited the whole staff at the Co –operative store where she worked.
He sat on the garden swing facing the house, gentle swaying to and fro and looking up at the night sky. The moon was full, hanging in the sky just above the horizon and casting light over the garden. A few loud pops like balloons
exploding broke the peaceful tranquility, before the French doors burst open and laughter echoed into the night. Austine and a rather leggy blonde girl swayed their way towards him, both slightly the worse from drink.
“Here he is! I knew he wouldn’t have gone far,” slurred Austine, giggling like crazed Hyena.
The blonde girl stood still and stared at Clay in awe.
“Come on!” ordered Austine, taking her friend by the arm and pulling her closer. “He doesn’t bite! Not hard, anyway.” Another silly giggle.
The blonde girl stumble reluctantly a few steps further.
“Hi , I’m……..” She interrupted him mid – sentence and thrust a bottle of Budweiser into his outstretched hand.
“Yes I know who you are, Austine’s told me all about you…..well, not everything. I hear a lot of gossip in the store too.”
“Nothing bad, I hope?”
“Anyone who’s as considerate as you, can’t be bad.” She giggled and raised her eyebrows at Austine.
“I’ll leave you two to it, see you later, Roxy.” Austine threw her friend a wink and rejoined the party inside.
Roxy’s initial shyness of Clay began to wane after a while, in fact, the more she drank, the more bolder she became.
“ So, is it true what they say? You don’t stop making love to a woman until she has an orgasm.”
Ouah! What an icebreaker of a question, he thought, she certainly gets to the point. “On a good night, and if I’m in no hurry to get home.” He threw her a cheeky grin.
He offered her his swing seat after she swayed a few more times and almost stumbled. They made small talk, trivial questions about work, favorite music, and the like. They had a lot in common it seemed, to much in common for his liking, to much to be coincidental, anyway. Then a strange notion entered his head. Roxy was the manager of the Co-operative store where Austine worked and he remembered a conversation with Austine a few days


earlier about the position of Assistant Manager coming up for grabs and Austine thought she deserved it, having been overlooked twice before. Peut être
this was a set up, a ‘you scratch my back and I’ll scratch yours’ type of thing; a sexual favour for a high ranked position? There was only one way of finding out, he thought. He’d either get laid or slapped across the face, and one way or the other, it was going to be interesting finding out.
He lifted Roxy to her feet and pulled her close to him. Her eyes filled with anxious desire and anticipation as he pressed his lips firmly against hers and ran his hand up the outer side of her thigh. She felt his erection pressing against her as his hands slid around her hips and gripped her buttocks, gently squeezing the firm plump orbs. Roxy sighed as they broke from their kiss, parting her lips with her wet tongue and then thrusting her moist mouth towards his again. Like two rutting stags, their tongues interlocked, heads bobbing from side to side as their passion escalated. He unbuttoned the front of her dress and forced a nipple out over the rim of her bra.
“Not here,” she said, “someone might see us.”
Clay took her by the hand and led her to the nearby garden shed. In next to no time, they were half naked, tearing at each others clothes as if they were on fire. He switched on the dimmer light and marveled at her magnificent, small, pear shaped breasts, stroking them gently as if they were fragile. She straddled his body as he sat on a stool, his erection bursting out from his loins like a barbers pole. Roxy lowered herself gently onto it and cried out as if in pain.
“Am I hurting you?” he gasped.
“God, no! I’ve never had one so big inside me before, that’s all.”
He grinned widely, putting extra effort into their lovemaking by thrusting upwards to meet her downward motion.
Her high – pitched cries and deep moans echoed loud into the night, and the aroma of their scented sweating bodies overpowered the smell of their seasoned wooden surroundings. She arched backwards exposing her erect nipples, allowing his wet tongue to lash over them like a rough sea on rocks.


Roxy straddled his waist with her long slender legs as Clay lifted her onto his work bench and pounded her wet sex all over again. She gripped his buttocks, her nails penetrating his skin as he thrust deeper and harder than before.
“Oh, God, I’m coming!” Roxy gave out a long loud shriek as her body stiffened and twitched violently like electricity passing through it and her face contorted like a gurning champion.
Seconds later, Clay gave out a loud groan as he pumped his hot cum inside her moist pussy. “You certainly hit the high notes there baby. God, I’m good!”
“And fucking arrogant!” she cried, pushing him away. “You really think you’re something, don’t you? My sister was right about the orgasm bit, but she didn’t tell me you were conceited.”
“Your sister! Who?”
“Crystal Stapleton, your girl Friday at the builders yard.”
“Oh, fuck!” Clay screwed his eyes tight shut and slapped his forehead. He’d been secretly dating Crystal for over two months, it was supposed to have been kept a secret until her divorce was finalized because of some stupid discretion clause she’d signed.
How could he have been so stupid to sleep with her sister?
How could he have known? There was little family resemblance. Roxy was almost six feet tall, blonde with a slender figure. Whereas, Crystal, was five – six at the most, dark haired, with a very curvy and voluptuous body.
“Don’t worry,” she said, seeing the dreaded look on his face, “I’m not going to tell her. I knew you couldn’t invited her to your party, so I asked Austine to wangle me an invite instead. I got sick of hearing Crystal going on about how good looking you are and how great you were between the sheets, that I just had to find out for myself.”
“Get out!” he ordered, tossing her clothes, “and if you know what’s good for you, you don’t breath a word about this to anyone, ok.”



Fletcher / When casting no shadow.

She slipped her panties back on and stepped into her dress, smirking as she did so. “If you ever get bored of Crystal, just give me a call.” She tossed him a sexy wink, buttoned up her dress and closed the shed door behind her.
“The bitch!” he cried, thumping his fist hard onto the work bench, “I didn’t see that coming.”
*
Only Austine was up and about the next morning when Clay came down stairs. And as usual, she was popping painkillers into her mouth to easy the hangover caused by all the drink she’d put away the night before.
Clay busied himself doing last minute checks before his long journey South, making sure he had enough cash in his pocket and that his credit cards were still in date, should he ever need them. He felt quite giddy, butterflies fluttered in his stomach just like they did when his mother had taken him on daytrips to the seaside when he was little. In fact, today would be the first time he had left Yorkshire since the day he arrived twenty – nine years ago and the excitement and anticipation had been welling up inside him since first light.
“Austine, I’m leaving you in charge till I get back. Any problems, you ring me, ok.” He slung his holdall over his shoulder and picked up the car keys from the dish by the telephone.
“Haven’t you forgotten something?” she asked.
He walked back and kissed her on the forehead.
She smiled and shook her head. “Your mobile phone, I meant.” She sighed deeply and unplugged it from the wall socket. “You’d forget your head if it wasn’t fixed permanent.”
“I’ll see you when I see you.” Clay closed the door behind him and tossed his bag into the backseat of his 4 x 4.
*
There was one last stop off he had to make before his journey could begin. The builders yard.
Gary Blake was Clay’s foreman. He was going to be left in charge of all contractual duties while Clay was away. He’d known and worked with Gary for six years and could trust him with his life, as well as his business. Had it not been for Gary’s bravery and quick thinking, Clay would probably be dead already. Three years earlier, while renovating an old block of apartments, Clay suffered a life threatening fall when part of the scaffold he was working on collapsed underneath him. Luckily, his belt got caught on a pipe clamp leaving him dangling hundreds of feet in the air. Gary lowered himself down a rope from a top storey window and secured Clay with an harness until he was winched to safety by the other crew members.
There began a friendship for life.
Crystal had wanted to make the journey South with him, but due to the discretion clause in her divorce proceedings banning her being seen in public with other men until the decree nisi was final, it just couldn’t happen.
Crystal had been married to a high ranking government official. She had been his secretary, his confident and lover for two years, before he finally popped the question suddenly and whisked her off to Las Vegas for an Elvis style wedding ceremony. Their marriage was a disaster right from the beginning and didn’t last very long. He was never at home due to work commitments and when he was at home, most of the time he was to tired to make love to her. And when scandal knocked on her door less than a year into their marriage, that was to be the final straw. Her husband was photographed by the paparazzi coming out of a seedy bar in Soho with a prostitute on his arm. The press had a field day. The photos were plastered on the front pages of every daily newspaper for weeks and her phone never stopped ringing because of reporters pestering for her side of the story. But Crystal was bound by the official secrets act and never made any statements to the press.
The press made up their own conjecture.
Crystal saw Clay in the yard talking to Gary and waved at him to come to the office. His feet clattered noisily on the steel steps as he ascended to the second storey Porto cabin office. He wasn’t sure if she was pleased to see him or not when popping his head around the office door.
She stared at him sternly.
“Wow, you look hot! Going somewhere nice?” he said, eyeing her up and down. Crystal was wearing a black see-through blouse with a red half – cup bra and a tight black mini skirt that looked like it had been sprayed on.
“No! Just reminding you of what you’ll be missing if I find out you’ve been fucking around while you’re away.”
“If you feel that insecure, why not come with me? We can drive to your place, pick up a few things and be on our way in no time.”
“If it was only that simple! You know why I can’t.”
“Then you’ll just have to trust me. Besides, I won’t be gone that long, I’m sure I can go without sex for a few days.” He laughed.
Crystal raised an eyebrow questionably, pulled the blinds down on the windows and started to undress. She began to unbutton her blouse, her huge breasts swaying as she pulled the silky garment off her shoulders and let it slip to the floor.
Clay swallowed hard, his eye fixated on the pink surrounds of her nipples as they peeped over the half cups of her bra.
“Lock the door!” she demanded, slipping the tight skirt down over her curvaceous hips.
Now, his eyes lowered to the dark patch of pubic hair glistening under her white silken panties.
“Want to fuck me?” She sat on the edge of her desk, spread her legs and slid her hand inside her panties and masturbated.
It was like slow torture. He had to resist. This was a test, he thought. He walked over to her slowly and planted a soft delicate kiss onto her lips.
“What are you doing? I thought our relationship would be based on love and trust, not just sex.”
She grinned as he rearranged the bulge in his trousers.
“I almost tempted you!”
“ Yes, you did! But that doesn’t mean that just any woman can tempt me.”
He had a flashback of the previous night with her sister and his face flushed a little with pangs of guilt.
She threw her arms around him and they kissed passionately. “Don’t break my heart, that’s all I’m asking. I love you and I can’t bear the thought of you in the arms of another woman.”
“I love you too, so stop worrying! There isn’t a woman out there that can hold a candle to you.”
With those words they kissed again.
“I have to go now,” he said, glancing at his watch. “I want to beat the rush hour traffic before it gets too heavy. I’ll call you later.”
*
His journey seemed simple. South down the M1, then picked up the M5 South of Walsall, West along the A30 to Okehampton, then South again down the A368 to Tavistock. Torbridge was situated between Horrabridge and Sheepstor on the edge of Dartmoor forest. Many of the long, winding, single track roads were poorly signposted or not at all, and were not shown on the roadmap or on his brand new satellite navigation system. Finally, after going around in complete circles or along dead-end roads for the best part of an hour, he drove down the main street of Torbridge and pulled in at the petrol station. What a dive, he thought, no wonder mother left this place. You would probably grow old just waiting for something exciting to happen. It looked as though time had stood still. All the houses he could see looked hundreds of years old. The main street was deserted except for a dog cocking its leg upsides a nearby lamppost, and the petrol pumps with there dull paintwork and rusty exteriors looked like something from an old fifties movie.
An old man closed the door behind him and walked along the forecourt towards him. “ My goodness, a stranger,” he said, in a thick Devonshire accent. He nodded in the direction of the pumps. “What will it be? Regular or diesel.”
“Diesel, fill her up!” Clay looked at his watch, it was almost four pm. It would be dark soon and he needed somewhere to stay for the night. “There wouldn’t happen to be a hotel or a boarding house in the village, would there?”
“Yes, but it closed because no-one ever comes here, but if they do ever come here, then it will open again.”
Clay paid him for the diesel. “ So, now I’ve arrived, will the hotel be open or will it still be closed.”
The old man laughed. “You’re the smart one, you work it out!”
As Clay drove away slowly, he looked back in the rearview mirror. An old lady joined the old man and they seemed to be having a disagreement. She waved her fist at him angrily and then slapped him with the tea towel she had draped over her arm, then turned and waved frantically towards Clay’s departing vehicle.
Clay braked hard, threw the 4x4 into reverse and sped back to the pumps. “Is there a problem?”
The old lady dried her hands on the towel and smiled at him sweetly.
“Would you be looking for a room, sir?” she asked politely. “ We have a spare one, quite reasonably priced too.”
“How reasonably?” asked Clay.
She noticed the sign writing on the panel of his van, ‘Clay Walker. Property repairs and development.’
“I’m sure we can come to an amicable arrangement.”
He thought about it for a moment. She looked him in the eyes and smiled again. She had kind eyes, he thought, eyes that hid loneliness behind them.
“I’ve just baked bread,” she said, enthusiastically, “it’s still quite warm and tastes grand with a knob of my homemade butter.”
That swayed him! There was nothing more he liked better than freshly baked bread and best butter. He pulled the 4x4 off the forecourt and followed them inside the house.
“Sit yourself down, supper will only be a few minutes,” she said, tottering into the kitchen.
The old man sat in a rocking chair and lit up his pipe. Clay pulled out a heavy high-backed oak chair from under the dining table and sat down.
“Lived here all your life?” asked Clay.
“Not all of it, yet.” The old man smiled to himself thinking he was funny. “Eighty –two years and never had a days sickness in my life.”
“Must be all this fresh country air!”
“That, and the wife’s cooking.” He took his pipe from his mouth and pointed it at Clay, gesturing. “ Can’t beat vegetables straight from the ground and fresh meat killed the very same day. Non of that frozen muck!”
At that moment, the old lady walked in carrying a large pan of stew. It smelled absolutely delicious and made Clay’s mouth water. She ladled some into a large soup bowl and placed the pan in the center of the table onto a stand.
“Help yourself to some more if you’re still hungry,” she said, before tottering back into the kitchen to fetch the bread and butter .
Wow, he thought, the old man was right. Fresh vegetables and what seemed like three different kinds of meat. Best stew I ever tasted. One of the meats was obviously rabbit, he’d tasted rabbit before. But the taste of the other two meats alluded him.
“What kind of meats do you use?” Clay asked.
“Anything I can get my hands on,” replied the old man. “Rabbit, Hare, Pheasant, Fox, Hedgehog, Squirrel Wood Pigeon , anything I can scrape off the floor. You can’t beat a bit of road kill!”
Clay dropped the spoon back into the bowl. All of a sudden he wasn’t hungry anymore and felt sick. He thanked the old lady when she returned with the bread and butter and gave her the excuse that he’d eaten a large meal at lunchtime.
She scraped the remains of his bowl back into the pan. “Waste not want not,” she said, “we’ll have it again for lunch tomorrow.”
*
At nightfall, she led him upstairs to a large attic room. It had a huge double bed beside a small set of drawers, a mirrored dressing table with a old fashioned washbowl and water jug on it, a wardrobe that had obviously seen better days and an old oak chair pushed against the slope of the roof below a skylight window.
“On a clear day you can see right across the moor,” said the old lady, stepping down from the chair after closing the window. “The mist is rolling in, hope no poor soul is lost out there tonight.” She said goodnight and left Clay to undress and get ready.

Articles similaires

La façon dont je l'ai rêvé, partie 2, chapitre 15

Kishimoto est un homme et propriétaire de la série Naruto. Maintenant, veuillez LIRE . . . . . . Voici le début de la partie 2 Écrit par Dragon des Enfers Révisé par Evildart17/Darkcloud75 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx La façon dont je l'ai rêvé Partie 2 Chapitre 15 Cinq ans plus tard C'était un bel après-midi qui avait l'air de se transformer rapidement en une averse bientôt; cependant, les trois personnages dans la forêt s'en fichaient. Une silhouette se cachait dans un buisson essayant de ne pas être détectée alors qu'il espionnait tranquillement les deux autres silhouettes, il essayait de ne pas bouger ou...

1.1K Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

1K Des vues

Likes 0

L'esprit de Marissa

Marissa obtenait toujours ce qu'elle voulait, avec tout. L'école, la maison, les garçons, les garçons de Melissa, peu importe, elle l'avait probablement. Les filles étaient jumelles. Marissa est née différemment. Elle avait le pouvoir de contrôler les esprits, et Melissa ne le savait pas. La mère de la fille ne le savait pas. Seule Marissa le savait. Et maintenant, comme les deux filles étaient en terminale, Melissa avait quelque chose que Marissa avait TOUJOURS voulu, le capitaine de l'équipe de football comme petit ami, avec tous les autres gars qui bavaient après elle. C'était la dernière semaine d'école et Marissa voulait...

465 Des vues

Likes 0

Prendre soin des besoins

Yana a 26 ans et vient de Shanghai en Chine, elle ne s'est jamais mariée selon la culture chinoise, les filles chinoises ne passeront pas de temps seules avec un homme. En matière de sexe, les femmes chinoises sont traditionnellement timides et passives. Yana a dit John, je m'occuperai de tes besoins. Alors, pourquoi es-tu si réticent quand je t'embrasse et caresse tes jeunes seins fermes ? Elle a répondu John, quand j'ai dit que je m'occuperai de tes besoins, je voulais dire que je m'occuperai des travaux dans la maison, afin que tu puisses vivre confortablement. Pas mes...

390 Des vues

Likes 0

Journées universitaires Ch. 06

J'ai brièvement envisagé de ne pas retourner au spa. Je me sentais moi-même un peu fatigué et j'ai pensé que cela pourrait être l'occasion idéale de dormir dans mon propre lit et de bénéficier d'une nuit de repos complète pour la première fois depuis près d'une semaine. Mais c'était l'anniversaire de Jen, et elle m'avait directement demandé de ressortir après avoir couché Collette. En fin de compte, je ne pouvais pas disparaître après qu'elle m'ait demandé de revenir, pas le jour de son anniversaire. J'ai donc descendu les escaliers et me suis dirigé vers la porte vitrée donnant sur la cour...

309 Des vues

Likes 0

Sans Dieu et sans foi 2 : Ch 3

Dans une forêt sombre et oubliée, des gobelins se sont précipités vers les portes détruites du château. Vix les laissa tous attaquer devant lui. Il devait s'assurer qu'aucun gobelin lâche ne reste à la traîne pour laisser les autres faire le dur travail du combat. Vix s'inquiétait cependant peu. Les gobelins avaient attendu un mois pour prendre d'assaut le dernier bastion des seigneurs gobelins. Après avoir patrouillé à l'extérieur du château, Vix passa les portes, enjambant le corps d'un gobelin qui avait reçu un poignard sous la gorge. Même si les seigneurs gobelins appelaient cet endroit un château, ce n'était en...

293 Des vues

Likes 0

Un week-end inoubliable, partie 3 (Conclusion)

Partie 3 : La maison de Brooke. J'ai regardé Brooke se rhabiller. Elle a remis son soutien-gorge, devant serrer légèrement ses seins pour les faire rentrer. Puis elle s'est retournée et s'est penchée pour ramasser sa chemise, et j'ai eu une vue complète de son cul. Je pouvais même voir son anus, et j'ai pensé à quel point ce serait bien d'y mettre ma bite. Elle a ensuite passé sa chemise moulante par-dessus sa tête, mais je ne l'ai pas remarqué, regardant toujours ses fesses. Puis elle se pencha à nouveau. Cette fois, je n'ai pas pu résister, et comme j'avais...

1.6K Des vues

Likes 0

LA DOULEUR : tome 1

J'ai quitté le travail tard et j'ai commencé à rentrer chez moi et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à l'homme que j'ai surpris en train de masterbating dans sa chambre d'hôtel alors que je le rencontrais par erreur alors que je faisais mon travail. Je suis entré en pensant que la pièce était vide pour le voir entièrement nu et penché sur un magazine porno sur son lit, semblant éjaculer sur les draps que je devrais changer. il avait environ 28 ans et son corps était en sueur et rouge alors qu'il pompait du sperme partout avec une main...

1.2K Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 1

Le lutteur, première partie Cette histoire parle d'un gars timide et d'un ami de la famille qui l'a aidé à surmonter ses blessures et sa timidité pour atteindre le sommet. C'est un peu une longue histoire. Je me suis laissé emporter cette fois. Encore une fois, j'utilise une bonne dose de correcteur orthographique pour ma dyslexie, mais les conseils et les commentaires sont les bienvenus. Faites-moi savoir si vous êtes arrivé à la fin les gars s'il vous plaît. The Silent Assassin était son nom de ring et ce n'était pas par hasard son vrai nom Adam, il était un produit...

1.2K Des vues

Likes 0

Lonely Julie Chapitre 12 Dernier chapitre

Chapitre 12 Julie solitaire Dernier chapitre Lorsque les 11 ans, Mandy et Timmy se sont dirigés vers la plage, Julie et Sally sont allées avec les garçons de 14 ans, Terry et Hank, qui était le frère de Mandy. Les filles ont enlevé leurs t-shirts et leurs shorts et ont dit aux garçons d'enlever leurs shorts alors que tout le monde se déplaçait nu dans la cabine. Terry et Hank avaient tous les deux un pénis dur avant que leur short ne tombe - être avec deux belles femmes de 29 ans et être nus était tout simplement un rêve pour...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.