La princesse esclave .... Partie 6

654Report
La princesse esclave .... Partie 6

Tissant dans son cloître,
Tandis que les vents en colère conspirent;
L'araignée ne tient pas compte
De tout leur bruit et leur malice
Et leurs mots vides et maussades.

- Le Cantique de Menkeret.


Une goutte de sueur coule entre mes seins. Je l'attrape et goûte sa salinité. C'est le sel de moi, le sel de mon sang, le sang de la Mentrassa. Tome; femme dans les liens de la captivité et seule représentante de mon peuple dans cette terre maudite, ce sang est une chose précieuse. Ce n'est que rarement maintenant que mon esclavage me désespère et c'est uniquement parce que je suis incapable d'alléger le sort des autres. Ce sont, invariablement, mes compagnons d'esclavage.

Cette nuit est certes chaude, mais sa chaleur ne me gêne pas. C'est le milieu de l'été après tout à Darrakhai et Darrakhai se trouve loin au sud de Mentrassanae, ma maison. Je m'allonge dans ma palette nue mais pour une longue chaîne de lourdes perles de turquoise. C'est un cadeau récent d'un seigneur Darrakhai, un homme dont je ne me soucie pas de connaître le nom mais à qui j'ai fait plaisir ; assez de plaisir, semble-t-il, pour justifier une babiole aussi coûteuse. Je ne le porte maintenant que parce que j'ai prononcé des incantations dessus, que je l'ai béni et purifié avec de l'eau ; dédiant son utilisation à Menkeret, seigneur d'Illuta, mon dieu.

Autrefois, je passais de longues nuits d'été comme celle-ci tout en haut de la maison de ma famille à Illuta, dans l'enceinte douillette de l'observatoire de mon père. Il avait construit un confortable berceau rembourré de velours à l'intérieur de la petite pièce, d'où il pouvait contempler et observer les étoiles et les planètes dans une solitude tranquille. Il l'a rarement utilisé après avoir épousé ma mère et encore moins après ma naissance. Pour moi, c'était un refuge contre l'agitation sans fin de notre grande maison. De temps en temps, mon père me rejoignait et, blottis l'un contre l'autre, nous parlions. C'était de la sorcellerie dont nous parlions le plus souvent.

« Non ma fille », disait-il gentiment en secouant la tête.

"Ce n'est ni le moment ni la saison. Si vous voulez être le successeur de Zia Tal Kadzior, la grande sorcière, vous devez vous étudier et vous discipliner comme je l'ai fait ; apprendre les voies du sorcier une étape à la fois. En commençant par ce qui peut vous faire, à vous et aux autres, le moins de mal.

« Mais père….. »

"Vous avez vu ce qui s'est passé lorsque vous avez ouvert le cantique sacré et que vous l'avez lu sans mes conseils."

"Oui," mon visage a commencé à rougir.

Remarquant cela, il sourit et me serra dans ses bras. De sa voix calme et apaisante, il continua.

« Vous avez le potentiel d'être une grande et puissante sorcière ; tu es déjà un adepte, un initié de nos mystères et tu connais la discipline de l'arru-sha. Vos études sont bien en avance sur celles des fils des autres membres de ma guilde et je ne généralise pas quand je dis « fils ». Vous êtes la seule femme de Mentrassanae à avoir été initiée à l'art depuis des siècles. Tu devrais être aussi fier de toi que je le suis de toi.

La conversation de ce soir-là m'a marqué pour un certain nombre de raisons, mais principalement parce que c'était la première fois que mon père reconnaissait que j'étais désormais une femme. Je l'ai remarqué et il a souri.

"Oh, tu es toujours une fille brillante et une enfant volontaire, mais tu es vraiment devenue une belle femme."

Plus tard dans la nuit, alors que nous regardions à travers ses instruments optiques, observant le transit de la lune volcanique Teleia sur la face de la planète géante Cavourus, il m'a dit :

"Beaucoup de sorcellerie, vous savez, ne peut pas être confiée au papier."

"Pourquoi? Le déposer le déprécierait-il, lui permettant d'être lu par les masses populaires ? »

"Non. La nature d'une grande partie du pouvoir est purement instinctive. Cela vient de votre cœur et de votre esprit, tout comme une araignée sait construire une toile sans avoir besoin qu'on lui apprenne à le faire. Faites confiance à vos rêves ma fille, à vos sentiments, à vos sens et à votre intuition - là réside une grande magie.

Les larmes baignent maintenant mes yeux alors que je me souviens de ses paroles, de son visage bienveillant, de son toucher doux et de ses yeux d'un vert profond. Des yeux comme les miens ; des yeux dans lesquels je ne pourrai plus jamais regarder. Je serre fermement le cordon de turquoise.

On frappe discrètement à la porte. Je me lève rapidement, sèche mes yeux et me racle la gorge. Depuis que mon visiteur a pris la peine de frapper, je sais qu'il s'agit d'un esclave et non d'un Darrakhai.

"Entrez s'il vous plait."

La porte s'ouvre et je suis accueilli par le visage très ridé du vieux Talhrana. Je tiens cette vieille Naeussi en haute estime. De tous les nombreux esclaves de la maison d'Heshuzius, elle est à la fois la plus sage et la plus avancée en âge ; ayant passé plus de sa vie comme esclave que comme femme libre. Elle est une véritable source de sagesse mais parle rarement et garde maintenant le silence. Je sais qu'elle doit être ici à la demande de ma Dame Itelyssia car elle est l'une des assistantes personnelles d'Itelyssia. Elle jette un coup d'œil sur mon corps nu et le moindre soupçon de sourire traverse son visage impénétrable. Elle se tourne alors. Sur le sol en pierre derrière elle se trouve un plateau sur lequel je vois une portion de rôti de porc et une profusion de légumes et de verdures, tous aromatiques et somptueusement cuisinés avec des épices. Talhrana ramasse le plateau et me le présente.

« Par la grâce de Notre Dame Maîtresse », dit-elle laconiquement.

Je lui prends le plateau, respirant les merveilleux arômes. En le posant sur mon grabat, je remarque qu'elle se tient toujours à la porte.

« Talhrana, ami le plus vénérable, voudriez-vous vous joindre à moi ? Il y a bien plus de nourriture ici que moi seul ne peux en manger.

"Non, mon enfant, les dieux te bénissent mille fois." dit-elle doucement. "J'ai mes devoirs à remplir."

Je suis déçu mais je comprends; c'est sa façon d'obéir comme c'est la mienne de se rebeller. Elle fouille dans sa poche et en sort un objet lourd et sombre. C'est une clé. Une clé à la boucle de laquelle pend un cordon de soie avec un trio de perles; deux en or et un central en lapis-lazuli rare. je le reconnais immédiatement; c'est la clé de la Chambre Lapis. Mes yeux s'écarquillent alors qu'elle me le tend, je peux à peine contenir ma joie.

"J'ai l'ordre de vous dire que vous devez rendre cette clé au bureau de l'intendant de la maison demain à l'aube."

Je le lui prends en lui promettant que je le ferai. Elle n'ajoute pas: "Si vous ne le faites pas, nous serons tous les deux punis." Elle n'a pas à le faire.

Je la remercie et en partant, elle regarde à nouveau ma nudité. Il y a de la douceur dans ses yeux. Je lui rappelle peut-être sa propre jeunesse et sa beauté d'autrefois. Alors qu'elle s'en va, je ferme la porte et regarde le plateau. Il y a assez de nourriture pour nourrir quatre esclaves mais si je devais la partager, j'encourirais certainement le mécontentement de la maîtresse. Les Darrakhai ne sont pas un peuple particulièrement altruiste et ont du mal à comprendre le comportement désintéressé des autres. Ils considèrent un tel comportement comme insensé, mais ils comprennent la punition et la récompense. Cette nourriture et cette clé, semble-t-il, sont mes récompenses pour avoir récemment fait plaisir à Dame Itelyssia.

Je prends la clé. J'ai assisté et servi avec mon corps dans la Chambre Lapis, mais jamais auparavant je n'ai été en possession de la clé. Je décide d'emporter la nourriture avec moi et de laisser le reste discrètement dans les cuisines où l'un ou l'autre des esclaves pourrait en prendre part. J'enroule lâchement une longueur de bure autour de ma taille, je l'attache à la hanche et je quitte la pièce. Le long couloir à l'extérieur de ma cellule est silencieux et éclairé uniquement par de petites lampes. Je fais plusieurs virages en cours de route. De ce côté de la maison, le couloir est généralement vide et épuré, ce qui éveille ma curiosité lorsque, devant moi sur le sol, près d'un des anciens renfoncements du mur, je détecte un objet.

Ce n'est qu'une petite pantoufle unie, comme les esclaves en portent, mais en la ramassant, je remarque plusieurs gouttes sombres sur le sol à côté. Du sang frais, vieux de seulement quelques minutes. Mon esprit s'emballe et je pense au vieux Talhrana.

« Si elle passait par ici, une aussi consciencieuse qu'elle aurait sûrement ramassé cette pantoufle. Elle n'est peut-être pas passée par là ou, si elle l'a fait, la pantoufle et le sang pourraient être les siens.

Je ne peux pas détecter de motif dans les gouttes sur le sol, mais un certain nombre de pierres sur le mur sont également tachées et ici je peux voir des traces de doigts.

"Pourquoi quelqu'un voudrait-il blesser une femme aussi vieille et inoffensive que Talhrana ?"

Je pose le plateau par terre et vérifie rapidement que je suis bien seul. Ne voyant personne, j'appuie mes mains contre le mur à plusieurs endroits, tapotant les pierres aussi fort que possible. Le mur ne bouge pas. En un instant, je ferme les yeux et me concentre ; entrer dans l'état d'arru-sha. Bientôt, mon esprit est capable de voir au-delà des pierres jusqu'à un espace sombre derrière elles. Il y a des toiles d'araignées, de la poussière et des débris mais il y a aussi une porte, à quelques pas de là. La poussière autour de la porte est très perturbée et récente. J'ouvre les yeux et fronce les sourcils. Il y a un mystère sinistre ici. Si j'étais plus habile dans les arts de la sorcellerie, je pourrais passer à travers le mur, comme autrefois ; J'avais vu mon père faire. Pour l'instant la porte cachée doit rester un mystère. Comme cela arrive souvent, des vers du cantique sacré de Menkeret me viennent à l'esprit. Lorsque cela se produit, selon mon peuple, c'est une révélation divine, bien que la signification du dieu soit rarement claire.

Obscurité! Au coeur de la nuit sans égal;
Désert maussade de mon âme tourmentée,
Où moi et moi seul sommes condamnés à errer
À travers des champs de douleur silencieux et sans fleurs.
Perdu est aujourd'hui et perdu est demain ;
Mires à la fois, de chagrin et de douleur !

Mots de mauvais augure en effet !

Après avoir passé plusieurs autres carrefours dans le couloir, j'arrive à un large escalier. Ceux-ci mènent finalement aux niveaux les plus bas de la grande maison. Darrakhai est un ancien royaume. Il en est fait mention dans les chroniques de Mentrassan remontant à plus de deux mille ans. Ses villes ont subi de nombreux bouleversements ; ayant été submergé et détruit par une catastrophe naturelle, une conquête étrangère et par des troubles civils à de nombreuses reprises. La maison d'Heshuzius n'a pas été épargnée par la fortune de sa ville mère ; le vaste édifice labyrinthique a été ajouté, détruit et reconstruit à plusieurs reprises, ce qui en fait un ensemble de couches, chacune construite sur les ruines de son prédécesseur. Je descends les escaliers.

J'arrive maintenant sur un palier où se trouve une longue pièce éclairée par des torches. Son mur du fond est dominé par une vaste porte en bois. Des ferronneries complexes et géométriques embellissent et renforcent les poutres anciennes de cette porte, qui sont aussi noires que l'aile d'un corbeau. Je m'arrête au milieu de la pièce pour admirer le travail ancien et dire une prière silencieuse pour les âmes des arbres ; héros méconnus qu'ils sont. C'est la porte de la mystérieuse chambre Lapis, mais elle n'a pas été utilisée depuis des siècles et est un artefact d'une tout autre époque. A sa gauche, presque invisible, se trouve une autre porte. Celui-ci est petit et forgé en bois de telkka, savamment peint pour imiter la pierre environnante. C'est de cette porte que j'ai la clé.

La chambre Lapis est une salle ancienne ; la relique d'une époque révolue de l'élégance. Son exécution est superbement ingénieuse et d'une complexité surprenante. Sur chaque mur et dans chaque espace d'une immense salle octogonale, il y a des mosaïques d'une beauté exquise; stylisés dans leur dessin mais représentant des animaux fabuleux et des plantes sacrées, des lieux mystiques, des divinités et des personnages augustes d'autrefois, dont les noms se perdent dans la nuit des temps.

Le Seigneur et la Dame Heshuzius reçoivent leurs invités les plus importants dans cette salle et c'est aussi le théâtre de rites familiaux et de cérémonies religieuses. Mais ils ignorent largement son histoire et la véritable signification de sa décoration. J'ai souvent été amusé par les nombreux récits contradictoires de l'âge de la pièce, de son objectif initial, de qui l'a construite et qui étaient les maîtres artistes. L'origine des matériaux coûteux utilisés pour sa construction et sa décoration est encore un autre de ses mystères. Parmi ces matériaux, le plus rare est le lapis-lazuli. Il y en a de grandes dalles très polies fixées dans les murs au niveau des yeux et d'innombrables pièces plus petites. Le bleu intense de ce véritable lapis prédomine, mais une grande partie de la couleur de la pièce provient de carreaux de verre et de céramique magnifiquement forgés de toutes les nuances, conçus pour imiter le lapis coûteux. Ailleurs, il y a de l'or, du sardonyx et du porphyre, de la nacre et de nombreux matériaux exquis que je ne peux pas nommer. Que la chambre Lapis soit un chef-d'œuvre sublime et un lieu mystérieux, cela ne fait aucun doute, mais je suis également certain d'une autre chose. Les Darrakhai d'aujourd'hui n'auraient jamais pu le concevoir.

À l'extrémité de la chambre et occupant environ un tiers de l'espace disponible se trouve une immense piscine en contrebas. Alimentée par une source souterraine et régulée par un système caché remarquable, l'eau est toujours fraîche et constamment fraîche. Il m'attire alors que je pose mon plateau sur l'un des bancs de pierre surélevés. Ces «bancs», faute d'un meilleur terme, sont ornés de nombreux motifs complexes, mais un en particulier attire toujours mon attention lorsque je suis dans cet endroit. C'est lui-même un œil ; noir, à moitié cagoulé, avec un regard de sérénité divine, un peu comme l'œil sacré de Menkeret. Je le salue avec révérence.

Je me débarrasse de mon pagne et de la lourde ficelle de turquoise, je les place avec la clé sur le banc et je marche jusqu'au bord de la piscine. Ma colonne vertébrale frissonne d'attente alors que je place un orteil dans l'eau et que j'envoie une éclaboussure vers le centre. Je regarde. Au milieu de la piscine, il y a un grand piédestal. Encore une autre caractéristique notable de ce lieu remarquable. Sur le piédestal se dresse la statue grandeur nature d'une femme richement vêtue et parée. Comme avec le reste de la pièce; de nombreux matériaux précieux ont été utilisés dans la fabrication de cette figure. Je l'ai contemplé en secret de nombreuses fois en servant ici. C'est une statue composite faite de métal, d'ivoire et de pierre ; richement incrusté et de construction merveilleuse. Son identité, comme tant d'autres choses dans cette pièce, est un mystère. Encore une fois, j'ai entendu de nombreux récits bizarres d'elle; chacun en désaccord, pour l'essentiel, avec les autres. Pour moi, elle est, simplement et assurément, une déesse.

Encore une fois, je trempe mon pied dans l'eau. Il fait agréablement frais; à nouveau des picotements de plaisir me parcourent, tout comme des gouttes de pluie fraîches sur ma peau. Je n'ai plus besoin d'invitation. Je serai éternellement reconnaissant à Oltos, mon amour perdu, pour beaucoup de choses. L'un d'eux est que je suis un bon nageur et plongeur; en effet, je dirais que ma confiance et mes capacités dans l'eau rivaliseraient désormais avec les siennes. Il aurait été fier de moi. Debout, les pieds joints, je fléchis mes muscles, étends les bras et baisse la tête. Je plonge et dis une prière silencieuse à la déesse inconnue devant moi. Maintenant, l'eau fraîche caresse mon corps et apaise mes membres. De longs coups coupent proprement dans l'eau, les muscles des jambes fléchissent, me propulsant à travers le fluide sensuel. Flottant à la surface maintenant, je prends plusieurs respirations profondes puis plonge. Je vais de plus en plus profondément, jusqu'à ce que l'eau m'entoure, me ramenant au temps d'avant ma naissance.

« Bouchez-vous le nez et soufflez ma dame », dit une voix chaude et riche au fond de mon esprit. "Les minuscules trous dans vos paupières expulseront l'air et vous pourrez plonger plus profondément. C'est ainsi que nous, les pêcheurs, ramassons des coraux et des oursins.

"Oui Oltos. Je me souviens, tes instructions, je me souviens, mon amour.

L'eau me caresse comme le toucher de mille mains douces et apaisantes. Je nage le circuit total de la piscine deux fois ; plonger plusieurs fois pour examiner le sol richement décoré. Quel peuple ces anciens Darrakhai ont dû être pour créer cela ; un endroit si différent de tout ce qui a été construit par leurs descendants modernes. Lorsque je sers dans cette salle, l'une de mes tâches consiste à secourir les invités ivres, de toutes formes et tailles, qui tombent à l'eau. Ah l'indignité ! Mais maintenant que je suis seul ici, la chambre est entièrement à moi ; Je suis sa maîtresse. Mais ma solitude n'est que trop brève.

Car faiblement, j'entends un son. C'est le bruit de la porte qui s'ouvre. Plusieurs pas silencieux suivent et je vois une grande silhouette vêtue de noir entrer lentement. Je me glisse silencieusement dans la piscine avant d'être vue et flotte immobile, observant l'approche de l'intrus. C'est un homme; un individu sombre et souple, aux traits fins, aux membres fins mais curieusement sans grâce alors qu'il regarde autour de lui avec étonnement la merveilleuse pièce qui l'entoure. C'est Jaano.

Alors qu'il s'approche lentement de la piscine, un sourire se dessine sur mes lèvres. Je prends silencieusement plusieurs respirations profondes ; mes yeux ne clignent pas tandis que je le regarde regarder tout ce qui l'entoure comme un voyageur fraîchement sorti des sables du désert. Mais il ne me voit pas. Je le laisse faire quelques pas de plus vers la piscine et je plonge ma tête sous l'eau. Les jambes et les bras travaillent dur pour tirer mon corps vers le bas. J'ai plus qu'assez de force pour me permettre de plonger jusqu'au fond de la piscine. Une fois là-bas, j'entre dans l'état d'arru-sha. Immédiatement, l'eau devient sans poids sur moi et je sens une formidable énergie s'accumuler dans mes membres. Voilé dans un fuseau doré de lumière pulsante ; Je sens mes pieds toucher le fond lisse de la piscine. Des tentacules de lumière visible, vivantes et lourdes de mille couleurs émergent de ma colonne vertébrale et je les envoie se tortiller hors de l'eau là où se tient le pauvre Jaano. Je peux le voir dans mon esprit. Maintenant, je lève les bras au-dessus de ma tête et repousse l'eau comme si c'était de l'air, mes jambes fléchissent puissamment avec les forces qui les traversent. Je me lève! De haut en haut, je prends de la vitesse à chaque seconde et casse la surface avec une éclaboussure bruyante. Je vois le visage de Jaano et j'arrive au niveau de la tête de la statue sur son haut socle, puis je suis au-dessus de ceux-ci et près du plafond. Maintenant, je reprends le contrôle alors que la gravité s'empare enfin de mon corps et j'entame ma descente. Des gouttelettes d'eau tombent avec moi alors que je me positionne pour un atterrissage spectaculaire. Les bras tendus, je me pose à vingt pas devant lui, souriant maniaquement et toujours enveloppé d'une lumière dorée que je lui laisse voir.

« Par tous les dieux !

Dire qu'il est étonné serait sous-estimer grossièrement la question. Il lève les mains et recule en prononçant plusieurs grossièretés de Zonovon. Alors que les tentacules se rétractent, la lumière autour de moi s'estompe et après que les dernières gouttelettes de mon compagnon aient touché le sol, je parle.

"Faites attention à la langue que vous utilisez devant une déesse Jaano."

"Est-ce que... est-ce que tu es, une déesse?"

Sa voix tremble légèrement alors qu'il me regarde momentanément dans les yeux. Il détourne alors son regard et baisse la tête, car regarder trop longtemps le visage d'une divinité est un sacrilège à Zonovon.

– Non, c'est de cette dame là-bas, sur le socle, que je parle. Je suis simplement…. Kayla.

"Alors vous êtes en effet une puissante sorcière, belle dame de Mentrassanae."

Soudain, je peux voir le visage désapprobateur de mon père se profiler dans mon esprit. Je m'approche de Jaano et lui tends la main. Sa propre main émerge, encore froide de peur, de sa robe noire. Je presse son poignet avec trois doigts en toute amitié ; comme c'est la coutume à Zonovon. Enfin il sourit.

"Non, vous vous trompez mon ami," je murmure.

"Alors que suis-je, simple musicien, à faire d'un tel que toi?"

« Les filets noirs du Darrakhai chalutent loin. Je ne suis qu'un humble bâton de bois flotté qu'ils ont pris au piège.

Il me regarde d'un air dubitatif et je souris, changeant de sujet pour des sujets plus banals.

"Pourquoi es-tu ainsi vêtu ?"

"C'est la tenue des" Sublime Chamber Players of the Lord Deichellys ", comme nous sommes connus, plutôt fantaisistes, par notre maître. Deichellys est le fils aîné de Lady Itelyssia.

"Je le connais. Quel âge a Deichellys ? Dix?" Je ris, mais Jaano me regarde un peu sur la défensive.

"Il est assez mature, éduqué et raffiné ...... pour un enfant de dix ans et pour un Darrakhai."

Je ris encore mais maintenant je suis intrigué.

« Vous êtes musicien ?

"Oui, je joue du sondar Zonovon et du oud mais je suis le plus compétent sur le dilruba."

« Le dilruba ? De quel genre d'instrument s'agit-il ?

« C'est un type de violon avec un long manche et des cordes en acier ; le corps est en bois dur recouvert de peau de chèvre. Je joue et compose des chansons et des mélodies pour elle. Dans l'ancienne langue de mon peuple, son nom signifie "voleur de cœur".

Pendant un long moment je le regarde. Je suis impressionné mais finalement et involontairement, mes yeux l'énervent.

« Un beau nom Jaano, voleur de cœur. Pourquoi es-tu ici?"

« J'ai reçu l'ordre de venir ici par Dame Itelyssia elle-même. Une de ses femmes de chambre m'a donné des indications.

« Était-ce le vieux Talhrana ?

"Non."

"Peu importe, continuez."

« La fille, c'était Shuusa, a dit que je trouverais la porte ouverte. Elle a dit que ma tâche deviendrait évidente pour moi une fois arrivé. Mais ici je ne trouve que toi.

"Seulement moi…?"

« Non, je suis ravi de vous revoir, mais peut-être pourriez-vous nous expliquer pourquoi nous sommes ici ? »

"Peut-être, mais d'abord, mangeons."

Jaano est encore visiblement secoué par ma petite démonstration de tout à l'heure alors je fais de mon mieux pour le calmer. Il se méfie aussi de la nourriture et je lui explique qu'elle m'a été donnée en récompense par notre maîtresse. Le fait que j'en mange un peu semble le rassurer et il y participe enfin. Bien qu'il soit froid, le porc est rôti au charbon de bois et délicieux, les légumes tout simplement divins. Pendant que nous mangeons et discutons, il me raconte sa carrière de musicien ; et il semble qu'il est tout à fait distingué à cela. On parle de ses compositions et enfin, de sa famille.

« Ma femme et moi n'avions été mariés que deux ans avant la guerre avec les Darrakhai et ma capture. Je l'ai perdue ainsi que notre enfant à naître.

"Je te plains mon ami."

"Je te remercie, ô bienveillante sorcière de Mentrassanae."

"Je m'appelle Kayla et je ne suis pas encore une sorcière."

"Eh bien, je ne suis qu'un simple joueur de dilruba et dernièrement, un esclave de Lord Deichellys."

Je souris et vois la douleur gravée profondément sur son front. Combien plus profondément cela doit-il être gravé dans son cœur !

"Parlez-moi de votre femme."

«Elle était le centre de mon monde; elle était courageuse et intelligente, une sculptrice - douée de ses mains, douée d'un passepoil s'il le fallait, et une femme bonne et généreuse. Articulé, beau et vrai. Elle me manque mais, dans la foi; elle habite maintenant en compagnie des dieux et de ses ancêtres. Là-bas, je sais qu'elle est la bienvenue.

"Toujours."

« Et toi, Kayla, la future sorcière ?

"Comme je l'ai dit, je ne suis qu'un bâton de bois flotté, un jouet de la mer et des vents."

"Tu ne veux pas me le dire ?"

« Oh… ma famille me désespère et j'ai eu un amant une fois ; un véritable amour, mais son cœur appartenait à la mer. J'étais idiot de penser que je pouvais le réclamer. Sa vie, sa beauté et son courage étaient un don de Dieu. Ceux que les dieux aiment, ils les réclament. Il est mort courageusement, luttant pour défendre notre patrie.

"Alors moi aussi je te pleure, ô belle dame de Mentrassanae."

"Pleurons quand c'est la saison désignée mon ami, mais faisons aussi ceux que nous aimons et perdons l'honneur de vivre comme ils auraient souhaité que nous vivions."

"Paroles sages Lady Kayla, et vraies."

Mes yeux le regardent attentivement pendant un long moment alors que nous sommes assis à côté dans une contemplation silencieuse. Maintenant, il ne semble pas mal à l'aise en ma présence. Je regrette de l'avoir tant effrayé tout à l'heure. Je me tourne et lui fais face et nous nous regardons profondément dans les yeux. Là, je vois un désir profondément ancré, mais c'est un désir du passé qui s'estompe bientôt, tout comme l'obscurité avant les premiers rayons de l'aube.

"Rendons hommage au passé Jaano mais réjouissons-nous aussi du présent."

Il hoche la tête et sourit tristement. "Tel qu'il est."

Nous embrassons.

Ce n'est que pour un instant mais la tendresse de ce moment persiste longtemps après que nos lèvres se soient séparées. Il détourne le regard de mon visage vers la porte et soupire. Maintenant, je tourne son visage vers le mien.

"Sois en paix Jaano et crois-moi quand je te dis que cette chambre est à nous pour la nuit."

Il me regarde avec une incertitude croissante. Je prends la clé et l'agite devant son visage.

"L'avez-vous volé avec votre magie?" Il chuchote.

"Non, c'est ma récompense de la part de Lady Itellysia, comme vous l'êtes en effet."

"Moi?"

« Oui, tu es maintenant l'esclave d'un esclave mon cher Jaano ; le plus bas des bas.

Je ris et il sourit.

"Vous vous moquez de moi Lady Kayla, mais étrangement, je suis content."

Nos lèvres se rejoignent et cette fois il y a une ardeur naissante dans notre baiser. Nous explorons la bouche et les lèvres de l'autre; timidement d'abord, puis avec un abandon croissant. Douces et sensuelles, nos lèvres embrassent et enflamment lentement la passion de nos corps. Comme toujours, je suis l'agresseur ; Je prends la tête de Jaano dans mes mains et j'appuie sur sa bouche. Avidement je dévore ses lèvres et bientôt mon ardeur l'inspire à de plus grands efforts. Il lance sa langue dans ma bouche, taquinant la mienne de manière ludique, puis fait le tour de mes lèvres et suce ma lèvre inférieure ; prenant tout dans sa bouche. Je suis impressionné et je renouvelle mon assaut sur sa bouche. Les instants passent et j'ai l'impression que nous sommes au bord d'une éternité de plaisir intime. Quand, après un certain temps, nous nous arrêtons, je vois ses yeux embués.

"Ah, c'est ce qui me manque Kayla, le plaisir indescriptible contenu dans un baiser."

« Douces heures de tendre oisiveté
Attends toi et moi
Pour les splendides couleurs de l'oubli
Habille maintenant la mer calme ;
Bannissant nos soucis et nos peines
Et tout ce qui nous fait pleurer,
Comme la mer au coucher du soleil emprunte
Un voile pour cacher l'abîme.
Douces heures de tendre oisiveté
Pour vous et moi à partager;
Sur notre mer de joie;
Une mer incomparable.
Avec de tendres soupirs et de douces caresses
Je m'efforce de t'honorer
Et avec des heures de baisers langoureux
Sur notre mer de bleu.

Je l'ai ravi avec cette petite chanson et ses yeux regardent avec impatience et attente dans les miens. "Pardonnez-moi, je ne me souviens pas du reste."

"Ce n'est pas grave, c'était magnifique."

« C'est une vieille ballade mentrassan du nord. Tu embrasses bien Jaano.

"Je suis aussi inspiré par votre beauté que moi et humble par elle."

Ma première impulsion est d'en rire, puis je pense qu'il ne se moque pas de moi, mais qu'il y a un sérieux dans son cœur; une honnêteté que ses yeux ne peuvent s'empêcher de rayonner. Je me souviens de mon pêcheur perdu.

Je l'embrasse encore et cette fois mes mains caressent son visage aux traits fins ; le rapprochant. Après de longs instants ses mains frottent tendrement mes épaules et mon dos. Ses paumes fortes et ses doigts souples de musicien tracent les contours de mes épaules et lentement, très lentement, se frayent un chemin le long de ma colonne vertébrale. Mon corps frissonne et mon cœur me parle. Maintenant, Jaano me serre la taille et je m'allonge contre son corps. Il est doux et sa gentillesse témoigne de son estime pour moi. Sa femme était en effet une femme chanceuse. Mais je ne suis pas un agneau en manque de tendresse ; Je suis un tashk, un chasseur solitaire des hautes montagnes du nord.

Je m'éloigne de son étreinte et le regarde ; mon visage est maintenant un masque, mes yeux sont enflammés de mystère et mes dents sont découvertes. Il lève les yeux vers moi avec de grands yeux mais avant que l'incertitude ne traverse son visage, je descends sur lui comme le noble tashk plongeant pour le tuer. Mes seins se soulèvent et se pressent contre sa poitrine, mes muscles fléchissent alors que j'embrasse ses lèvres avec un feu incessant. J'aspire le souffle même de ses poumons et jette mes mèches de corbeau autour de ses épaules alors que la mer jette ses vagues sur le rivage infortuné. Mes mains ne sont pas inactives, et bientôt j'ai sorti son corps de la robe noire. En regardant une fois de plus sa nudité, je suis très heureux.

Je place tour à tour chacun de mes seins dans sa bouche et me délecte de la sensation de sa langue et de ses dents sur mes mamelons. Bientôt mes tétons durcissent et dépassent et je vois que moi aussi je lui ai plu. Son sexe s'anime et vient se poser, sans que je l'aie touché une seule fois, contre son ventre nu. Je saisis sa longueur maintenant et la taquine doucement, laissant progressivement ma main glisser jusqu'à sa base où je pompe contre ses couilles lourdes. Je les sens réagir à ma pression et commencer à se rétracter mais ensuite je retire ma main. Jaano a une belle queue ; épais et effilé, élégamment proportionné et courbé vers le haut dans des lignes agréables. Lady Itelyssia a dû le payer généreusement. Mais pour l'instant, sa belle bite m'appartient et je l'aurais en entier dans la bouche.

Ma langue aime le toucher de sa chair, ma bouche le dévore avidement. Je porte une attention particulière à chaque partie de sa bite; revenant maintes et maintes fois à la tête; mais pas trop souvent, car je désire qu'il tienne la distance avec moi. Jaano s'allonge et sans avoir à demander, il ramasse doucement mes cheveux, se permettant d'être témoin du bon travail que j'accomplis avec ma bouche. Il gémit alors que je sens sa bite se contracter, pulser et durcir rapidement. Je le retire de temps en temps de mes lèvres ardentes pour y souffler de l'air frais et je frotte sa tête luisante sur mon visage, puis je le ramène avidement au fond de ma bouche. Je continuerais volontiers ainsi mais maintenant je sens sa main sur mon épaule, me repoussant.

"Inclinez-vous et reposez-vous ma dame et, si tel est votre souhait, je caresserai vos profondeurs intérieures avec ma langue, mes doigts et de tout mon cœur et mon âme."

« Quelles manières raffinées, quelle courtoisie peu commune, quelle courtoisie Jaano et tout cela d'un simple musicien. Je vous prie de continuer. »

Même si mon ton est moqueur et que ce n'est pas dans ma nature d'être humble, je vois tout de suite qu'il est sincère dans son désir de me plaire et je regrette de lui avoir parlé ainsi.

Je m'allonge sur mes coudes et écarte lentement mes jambes. J'entends Jaano reprendre son souffle alors qu'il contemple la scène devant lui. Son esprit est facile à lire; les premiers doutes et l'appréhension quand il m'a rencontré ici pour la première fois, ont maintenant rapidement cédé la place au désir et je nourrirai ce désir jusqu'à ce qu'il se transforme en luxure. Il peint de longues lignes humides avec sa langue le long de l'intérieur de mes cuisses ; goûtant leur douceur et appréciant la douceur ivoire de ma peau. Chaque fois qu'il s'approche de sa destination ultime; de plus en plus proche mais jamais tout à fait atteint. J'aime ce genre de jeu et une fois de plus, j'admire sa peau foncée et sa carrure musclée. Jaano a un beau corps mais je ne le lui dirai pas, pas encore.

Pour l'encourager, j'écartai mes lèvres douces ; comme une fleur s'épanouissant devant lui et offrant son précieux nectar à sa bouche desséchée. Il lape mon offrande avec délectation. Je sens sa langue explorer chacun de mes plis et se faufiler luxueusement dans mes profondeurs cachées. Maintenant, Jaano tourne son attention vers mon clitoris. Nous, les Mentrassanae, tenons cette partie du corps de la femme pour sacrée ; c'est son essence, le nœud de sa féminité et la source de ses plaisirs les plus intimes. Jaano n'a besoin d'aucune instruction alors qu'il l'entoure de sa langue et la caresse de ses lèvres, massant délicieusement ma chair avec sa bouche et m'inondant de sa salive. Nous sommes la douceur et le sel combinés - un mélange que je trouve le plus agréable. Maintenant je me frotte contre sa bouche ; son haleine chaude ajoute à la douce sensation déjà produite par ses lèvres et sa langue. Après plusieurs moments intenses, ma chair frémit de plaisir. J'attrape ses cheveux et rapproche son visage de ma chatte. Sa réponse est de plonger profondément en moi avec sa langue, sentant et goûtant mon horizon le plus profond.

"Jaano", j'appelle son nom doucement et il m'ignore. "Jaano, arrête, arrête", maintenant il obéit.

Il se redresse et je saisis son sexe, le frottant sur toute sa longueur jusqu'à ce qu'il soit le plus ferme puis je le guide doucement vers ma chatte. Ses muscles fléchissent et il muscle tout son corps pour la tâche à accomplir. Bien qu'il me pénètre lentement, sa bite me remplit presque immédiatement et ma chatte s'adapte à sa glorieuse épaisseur. Je suis encore plus humide qu'avant, alors Jaano trouve facile de remplir ma fente de désir. Maintenant, alors qu'il se cambre au-dessus de moi, j'admire une fois de plus son corps - un prix en effet; possédé par la dame Heshuzius peut-être, mais en ce moment c'est tout à moi d'en profiter et de le savourer. Jaano se penche sur moi et me lance un regard admiratif. Mais alors qu'il commence à pousser, il détourne les yeux. Me considère-t-il toujours comme une déesse ? Je prends sa tête et tourne son visage vers le mien. There is indeed a hint of meekness in his eyes. I smile at him and roll my eyes back as his cock increases its efforts deep within me. He is reassured and now as our eyes lock we lose ourselves; each in the other’s gaze for a long while until I draw his lips to mine again. His tongue is purest honey, his eyes are polished onyx and his face; contorted with pleasure, is the very image of lust. Oui! I would have him lust for me; me above all others!

My legs encircle his waist and I rest them upon his back; drawing his cock even deeper into me. This is the mode of sex I love best. My hands play with his body; my nails trace the glyphs that form the name of Menkeret, my god, upon his muscular back. I silently consecrate this rite of love to him; Menkeret, Lord of Eleision. Jaano tosses his head back and I feel his buttocks clench as he thrusts into me with growing abandon. Rhythmically, like the pulse of a drum he thrusts. I meet his every beat with equal force, I answer his every moan with a growl of pleasure, I return his every caress with tenderness and my eyes reply to the lust burning in his own. I have yet to meet the man who is my equal, but Oltos and Jaano have come closest.

We are as the wind and the waves; moving in unison through untraversed expanses of pleasure. He is the fire in my heart; I am the breath in his body, together we wordlessly extol the exquisite virtues of the flesh. His is merely the body of man, mine is merely the body of woman, but when we two meet a glorious, ethereal radiance is unleashed.

Jaano stands and I also rise. I face him, placing my joined hands behind his neck. Then with the utmost relish I impale myself again upon his cock. It is as a thorn in my body but a thorn that imparts pleasure, not pain. Jaano grasps my hips and together we are locked in a double embrace. I feel his cock pulse as it thrusts into me, sending wave after wave of tingling sensation through me. Jaano holds me firmly and presses his hands protectively into my flesh; thus I am comforted and bounce up and down now upon his manhood, edging gradually towards release. Jaano’s body tenses now too as his eyes feast upon the spectacle that is our love-making. I leer at him like an animal, my eyes hooded and my hair framing my face in wild disarray. I know that he likes this; I can sense it clearly in his thoughts.

“My tender sighs, my sweet attentions
I render unto you,
Upon a mystic sea of passion,
A boundless plain of blue.”

These words are enough. Upon one final stroke, Jaano groans and stands still. His iron grip tightens upon my flesh as he unleashes a torrent of hot man-seed deep within me. The sensation is exquisite and immediately, beginning with my clit, I feel my body shudder profoundly, tingle and rattle with wave after wave of ecstasy. After long moments, we settle upon the floor, both of us exhausted, dripping wet and breathing hard; a fitting testament to our exertions.

There, amidst the glories of the Lapis Chamber, we do not speak, we cannot speak; we are simply lost in an instant, beyond mere words, beyond time itself.


Stay tuned for part 7 of ‘The Slave Princess.”

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

612 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

627 Des vues

Likes 0

Cassie et sa maman_(1)

Jo-27 ans Tracie-30 ans Cassie-9 ans Tout a commencé le jour où j'ai rencontré Tracie. Tracie travaillait à la banque locale où j'effectuais toutes mes opérations bancaires. Eh bien, Tracie et moi avons commencé à parler et avant longtemps nous avons commencé à sortir ensemble. Après quelques mois, Tracie et sa fille, Cassie, ont emménagé avec moi. Tout allait parfaitement, la vie ne pouvait pas s'améliorer, j'étais surprise. C'était durant l'été 98 et Tracey a dû emmener son père à l'hôpital. Cassie est restée avec moi, ce qui n'était pas inhabituel car nous avions souvent été seuls ensemble. J'étais déjà debout...

1.6K Des vues

Likes 0

P'tit Jazz

Je m'appelle Patrick, j'ai 21 ans et je travaille dans un magasin de détail d'électroménager, dans l'entrepôt. Cela consiste généralement en de longues journées difficiles où il faut recevoir beaucoup de stock lourd, comme des réfrigérateurs et des machines à laver, et devoir également donner aux clients leur stock. Cela devient assez fatiguant, surtout pendant les mois d'été quand il fait chaud. L'entrepôt a un deuxième niveau, où nous gardons habituellement les unités extérieures pour les climatiseurs. Étant hors de vue de la caméra et uniquement accessible à ceux qui peuvent conduire le préparateur de commandes (un type de chariot élévateur)...

891 Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

930 Des vues

Likes 1

Une soirée - Partie 4

Partie 4 Nous sortons du club et remontons l'allée jusqu'à la route principale. Je hèle un taxi noir qui passe et nous montons sur le siège. Je donne au chauffeur le nom d'une route que vous ne connaissez pas et nous partons. Tu me lances un regard interrogateur, mais je souris juste en retour, ma main se pose sur ton genou, puis glisse doucement de haut en bas sur ta cuisse, chaque coup s'aventurant un peu plus haut. Vous décidez de vous allonger sur votre siège et de profiter de la balade. Le mélange du vin que vous avez bu et...

690 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

1.8K Des vues

Likes 0

Adopté 2

Adopté la partie 2 Patty a refusé de baiser à nouveau son fils adoptif ce jour-là, aussi souvent qu'il l'a harcelée pour une autre chance de glisser sa bite apparemment toujours dure en elle chatte. Le refuser n'a pas été facile. Elle a passé la majeure partie de la soirée à baiser avec les doigts, enfermée dans sa chambre et frottant fébrilement sa chatte humide, le tout en pensant à la la joie qu'elle avait éprouvée avec l'énorme queue de son fils adoptif. Le lendemain matin, Walter est venu à la table du petit déjeuner complètement nu, avec une énorme érection...

1.8K Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.