Cumming de l'âge _ (1)

725Report
Cumming de l'âge _ (1)

Une histoire qui se déroule il y a de nombreuses années. D'abord, il y a moi, un peu moyen, pas maigre ni gros, ni

laid ni chaud. Les gens pourraient dire que je suis grand et que je suis intelligent, mais pour autant que je sache, les gens ne m'ont pas remarqué

assez pour dire de telles choses.

J'ai deux grands frères qui ont 4 et 5 ans de plus que moi. Ils ont toujours traîné ensemble, et j'ai fini par

être la troisième roue ou être laissé de côté. J'ai appris à être d'accord avec ça car je n'ai pas grand chose en commun

avec eux en tout cas. Les deux frères sont les "Coors!" et "Motos !" types, pendant que je jouais à D&D et que je lisais

livres. Et avouons-le, j'ai vraiment méprisé leurs esprits inférieurs. Il y a quelque chose dont j'ai toujours été jaloux

d'eux pour bien. Je suis sûr que vous pouvez dire entre mon attitude et mes intérêts que je n'ai jamais été populaire auprès des

Dames. Les deux semblaient avoir de nouvelles chiennes tous les soirs. Je dis salopes parce que c'est comme ça que j'ai convaincu

moi-même, je ne voulais pas ce qu'ils avaient, je me suis dit que je voulais une femme de qualité et de substance - bien que la réalité

J'étais en train de me mutiler constamment et j'aurais fait la fille attardée potelée dans la rue

si elle me laissait.



J'avais quatorze ans et c'était l'été après avoir terminé la huitième année. Mon père m'a informé que nous étions

faire un dernier grand voyage de camping avant de commencer le lycée. Nous devions passer une semaine au

lac. Mon père aimait le camping. Nous avons dû aller au lac tous les week-ends de l'été depuis mon

de sept à seize ans. Je ne me qualifierais pas d'expert en survie ou autre, mais je connaissais l'exercice et même maintenant

Je peux tenir ma propre nature. Cela devait être neuf nuits sur le lac cependant. Huit jours sans électricité ni course

eau. Vent, terre, soleil, sable et pluie. Mon père a ensuite ajouté que Mark, un ami de longue date de la famille, et sa femme et

ma fille nous rejoindrait aussi au lac.


Mon père était ami avec Mark depuis aussi longtemps que je me souvienne. C'était un gars plutôt sympa, une chemise sur le dos

genre de camarade. C'est le gars qui m'a donné ma première bière et m'a aidé à surmonter ma première gueule de bois. Sa femme

Julie était la quintessence d'une MILF - une grande blonde aux longues jambes avec de gros seins qui semble toujours crier «Salut!

Touchez moi!" d'une voix séduisante. À ce jour, je suis convaincu que mon frère aîné a perdu sa virginité avec elle. Hélas je

n'ai aucune preuve en tant que telle, je viens d'entendre une ou plusieurs insinuations et doubles sens ainsi que d'en attraper quelques-unes

d'étranges regards volés entre eux deux pour ne pas avoir mes soupçons.



Ensuite, il y a Anna, leur unique enfant. Un type de pom-pom girl blonde preppy qui a toujours semblé avoir trop

beaucoup d'entrain et riait beaucoup plus souvent qu'il n'était sain. Elle était dans la classe en dessous de moi. Et pendant que j'ai

la connaissais depuis que nous étions petits et l'avions souvent vue à l'école, je ne lui ai jamais accordé beaucoup d'attention depuis

J'avais un an de plus qu'elle et j'étais trop beau pour parler à un élève de cinquième. À l'époque, elle était clairement sous

moi.



Nous sommes partis après que mon père soit sorti du travail, tard 5, presque 6 heures. C'était à trois heures de route du lac, mais nous devions

arrêtez-vous et aidez la famille de Mark à faire le plein en premier. Mark et Anna étaient dehors quand nous sommes arrivés. Je me souviens d'Anna

me saluant avec un sourire tout en brossant ses cheveux mi-longs derrière une oreille. C'était élégamment simple dans

exécution; une salutation flirteuse et féminine parfaite. Un homme plus sage aurait vu l'allusion dans cette action.


Ces gens n'étaient certainement pas des campeurs. Pendant tout le temps où nous étions là-bas, je pensais "Où est le

reste de leur équipement ?!” Pour vous donner une idée de la gravité de la situation, je vais vous dire ceci : ils ont apporté une glacière avec une

douze pack de soda avec eux à boire. Une semaine loin de la civilisation et c'est tout ce qu'ils ont apporté. Pendant le chargement

le van avec leur « matériel de camping », deux fois j'ai cru voir Anna me regarder travailler. A chaque fois pourtant, elle

sembla rapidement détourner le regard.



Nous nous sommes arrêtés chez McDonald's à mi-chemin du lac pour le dîner. L'endroit était bondé. Jamais dans ma vie avant ou

depuis que j'ai vu tant de monde dans un McDonald's. Nous avons tous attendu dans une file éternellement longue. Anna l'obtient

la nourriture en premier et a disparu dans la foule. Les adultes ont ensuite pris leur nourriture puis se sont dirigés vers le trésor.

Mon frère a emboîté le pas peu de temps après.



"Désolé mon pote, nous avons manqué de petits pains. Nous en avons plus, mais votre nourriture va prendre quelques minutes de plus. Un homme dans

me dit le vilain chapeau rouge et jaune. J'ai regardé fixement puis j'ai hoché la tête. Au moins je n'ai pas eu à braver la foule

à l'instant. Ma nourriture arrive et le gérant me donne un petit McFlurry gratuit puisque j'ai dû attendre. Saisir ma nourriture

tout près, j'entre dans la presse des corps. Je vois d'abord mes frères qui ont réussi à s'asseoir à une cabine

avec ce qui semblait être une paire de filles de collage et faisaient rapidement leur connaissance. Près d'eux, je

aperçu mon père, assis avec Mark et Julie, bavardant - probablement à propos de quelque chose de stupide lié au travail.



J'ai continué à chercher. Il n'y avait pas une table vide, une chaise, un stand ou un tabouret à voir. Je me suis tenu debout, me sentant légèrement

découragé, mon McFlurry dégoulinant de bonté crémeuse fondante dans ma main. Puis j'aperçois Anna, assise seule devant un

petit stand dans le coin même. Ses cheveux blonds tirés en queue de cheval haute. Salut!

Je m'approchai de la table et m'assis sans parler. Elle a semblé surprise au début, s'arrêtant à mi-chemin pendant que je m'asseyais. Elle

puis j'ai vu la gâterie fondante que je tenais. "Awe, j'aurais dû en avoir un!" J'ai regardé la douce tempête de

Les M&M's et la glace à la vanille continuaient de fondre dans ma main. Je savais qu'il serait ruiné au moment où j'ai terminé mon

repas. Alors je lui ai proposé. "Vraiment?" Elle semblait crier quand elle parlait.



« Ouais, c'était gratuit de toute façon. Tu devrais le prendre.



Elle a arraché le dessert frais de ma main et a commencé à le consommer joyeusement, puis a fait une pause "Attendez, nous

devrait partager cela.



J'ai haussé les épaules "c'est bon, vous l'avez. De plus, nous n'avons qu'une cuillère, et je ne suis pas assez courageux pour me battre

ça encore." J'ai fait signe à l'essaim de personnes entre nous et le stand de condiments. Il semblait qu'un bus touristique avait

est arrivé et a déposé quelques centaines de personnes supplémentaires dans le joint.



Elle rigola un peu. "Ici," elle lécha la cuillère qu'elle utilisait propre, "Tu peux utiliser celle-ci." Dans mon

l'esprit de l'hormone adolescente, il y avait quelque chose de plutôt érotique à regarder la fille de treize ans

lécher un ustensile en plastique avant de me l'offrir. Je devais me rappeler de continuer à mâcher et à respirer pour ne pas

m'étouffer avec mon burger chaud et savoureux. Quand je n'ai pas bougé pour le prendre, elle a ramassé un petit morceau de tourbillon de crème glacée M&M

et l'a dirigé vers ma bouche.



J'étais énervé. Je ne savais pas quoi faire ni penser. Les jeux de rôle n'avaient rien fait pour me préparer à une telle

une interaction. Je sais maintenant, des années après les faits, qu'elle essayait de flirter avec moi, mais à ce moment-là, mon esprit

sauté vers elle en pensant que j'étais un attardé ou quelque chose comme ça. "Je n'ai pas deux ans, je peux le faire moi-même!" Les mots se sont échappés

et étaient un peu bruyants et durs même à mes propres oreilles. J'ai même eu un de ces "qu'est-ce qui ne va pas avec

vous » regards d'une femme mexicaine d'âge moyen assise dans la cabine à côté de nous.


Elle avait l'air d'avoir été giflée, puis elle a rougi de colère. "Je jouais juste." Anna s'est détournée

pour manger tranquillement le McFlurry. J'ai fini mon repas en silence - enfin autant de silence que vous pouvez avoir dans un

McDonald's rempli de trois mille personnes entassées dans un espace qui aurait pu en contenir trois cents. je

l'ai regardée du coin de l'œil du mieux que j'ai pu. Je savais que je voyais juste ce que je voulais, mais plus

plus d'une fois j'ai cru la voir sursauter comme pour parler pour s'empêcher d'y penser mieux.



Ensuite, nos parents étaient à nos côtés avec mes frères en remorque. « J'espère que vous éviterez des ennuis à Anna. »

Mark me sourit. "Vous êtes prêts à y aller ?"



J'ai hoché la tête et ramassé mes déchets. Je me suis armé contre l'assaut des gens. L'odeur de l'odeur corporelle et

le désespoir m'envahit alors que je me dirigeais vers le réceptacle. Alors que je laissais tomber mes déchets, une petite main

attrapé le mien. Je me tourne pour faire face à Anna "Merci pour le McFlurry." Elle eut un demi-sourire timide, comme si elle avait peur

Je pourrais la gifler à nouveau, même si ses paroles étaient tout à fait sincères. Elle s'est glissée gracieusement dans la foule

avant que je puisse répondre. J'ai fait face à un cauchemar de spandex et de sueur avant d'en avoir fini.


J'ai fait la sortie du McDonald's juste à temps pour voir le visage d'Anna dans la fenêtre de la camionnette de son père alors qu'il

glissé hors du parking. Dans mon esprit, je l'ai vue sourire et lécher la cuillère pour la nettoyer et je pouvais sentir le doux

contact de sa main sur la mienne. La douleur a ensuite irradié mon bras lorsque mon frère aîné m'a frappé "Slug bug red!" il

appelé pointant vers une coccinelle VW rouge garée sur le terrain à quelques places.



"Mec, qu'est-ce que c'est que ce bordel !" Je me suis frotté le bras avec colère. Il avait frappé le biceps carrément contre l'os provoquant mon

doigts puis ma main pour picoter engourdi.



"Désolé" Il haussa les épaules d'un air moqueur. "Je suppose que tu dois faire plus attention." Nous nous sommes ensuite entassés dans le camion et avons obtenu

retour sur la route.



Le soleil s'était couché au moment où nous avons atteint notre camping au bord du lac. La camionnette de Mark a à peine descendu le sable

piste qui mène à la petite crique isolée que mon père préférait. Le camion de mon père avait un obus sur le lit, alors pendant que

les autres ont monté leurs tentes dans le noir, j'ai sorti le reste du matériel de camping du lit

et l'a revendiqué comme mon endroit où dormir pour la nuit. Marquez un pour paresseux!

J'ai fait gonfler mon matelas pneumatique queen-size en deux fois moins de temps qu'il n'en a fallu aux autres pour monter leurs tentes. je me suis installé

dans mon sac de couchage avec un petit livre et de la lumière, j'ai fermé les vitres teintées de la coque et je me suis détendu. Pas

vingt minutes plus tard, j'entends la voix d'Anna, pleine de frustration, crier « Papa ! Je ne peux pas monter ce truc stupide. C'est

trop sombre!" Sa voix était en colère, agacée et seulement légèrement étouffée. Elle devait être à proximité. Le

la réponse est venue de beaucoup plus loin. Alors que je pouvais entendre quelqu'un parler, je ne pouvais pas prononcer les mots.



Peu importait de toute façon. Je suis retourné à mon livre.



Avant que je puisse vraiment reprendre le rythme de la lecture, l'arrière de la coque s'est ouvert et Anna a commencé à grimper

à l'intérieur. Elle n'a pas dû se rendre compte que j'étais là car quand elle m'a vu, elle a reculé sur ses talons et s'est arrêtée.

"Ton père a dit que je pouvais dormir ici ce soir car je ne peux pas monter ma tente."



Je regardai autour de moi l'espace inutilisé autour de moi et haussai les épaules. Elle regarda timidement autour d'elle, comme si

elle savait qu'elle faisait quelque chose qu'elle ne devrait pas, avant de grimper dans le lit. Elle portait une manche longue grise

chemise à col rond ample. Où j'étais allongé combiné avec son angle et ma petite lampe de lecture

m'a offert une vue imprenable sur son haut. Je pouvais voir sa peau blanche et lisse et un petit soutien-gorge noir—

peut-être un bonnet A ou un très petit B.



Après être montée et refermer la vitre derrière elle, elle s'est occupée d'extraire son sac de couchage de ses affaires.

sac. Elle faisait ça toujours penchée, inconsciente du spectacle qu'elle me donnait. C'était le maximum que j'avais

vu de n'importe quelle vraie fille vivante et j'ai été ravi. Je ne sais pas combien de temps j'ai regardé, mais finalement mes yeux se sont tournés vers

la sienne et j'ai réalisé qu'elle me regardait avec un soupçon de sourire complice. Elle ne fit aucun geste pour se couvrir.


Je n'allais pas éviter de planter une tente après toute cette nuit, et je me suis tourné sur le côté pour cacher mon poteau principal. Là

Était un rire derrière moi alors qu'elle posait son sac et se tortillait à l'intérieur. J'ai été surpris de constater qu'elle avait le

même sac que moi, bien qu'il soit en rouge à côté du noir dans lequel je dormais. J'ai tendu la main et j'ai éteint la lumière. je

concentré sur une respiration lente et calme, suppliant silencieusement ma fusée de poche de se calmer. Chaque fois qu'elle

émue, ça m'a rappelé qu'elle était là et le spectacle qui m'était offert et mon soldat se tiendrait au complet

attention. Finalement, je me suis endormi dans un sommeil corné et fiévreux.



Le matin est venu avec un bang. Julie frappait la vitre en criant à Anna de se lever. Anna se leva endormie, sa

faire face à un mélange de sommeil et de confusion. Elle regarda autour d'elle puis me trouva en train de la regarder tranquillement. j'ai vite regardé

loin dans une piètre tentative de prétendre que je ne regardais pas. Je savais que j'étais pris. Elle n'a pourtant rien dit. Juste

s'est déplacé pour sortir du camion.

Je restai allongé dans mon sac un moment de plus, pensant à ce que je devais faire de ma journée. J'ai décidé que ce serait un jour de

pêche et lecture. Normalement, je ne pêche pas, mais c'est ce que je fais en camping et cela me donne beaucoup de temps pour

lire. Multitâche non ? J'ai d'abord dû installer ma tente - ça ne servait plus à rien de la remettre à plus tard.



En me promenant dans le camp principal, j'ai été accueilli par l'un de mes frères aînés qui a jeté des œufs frits dans un

tortilla et me la tendant. "Il y avait des saucisses, mais tu as dormi trop tard et j'ai tout mangé !" L'autre frère

a ri.



"Merci de m'en avoir économisé." L'agacement était clair, même si j'ai été surpris qu'il ait en fait cuisiné quoi que ce soit

pour moi du tout. J'ai roulé mon burrito et je me suis déplacé pour rassembler les choses dont j'avais besoin pour monter ma tente. J'ai vu Anna avec un

lien de saucisse en brochette sur une fourchette en plastique discutant avec son père. Cela m'a un peu frustré, même si je ne pouvais pas dire

vous pourquoi.


J'ai emporté mes affaires loin du reste du camp, peut-être à une centaine de mètres, puis j'ai commencé à préparer mon

placer. Ayant fait du camping pendant tant d'années, mon père m'avait appris sa façon parfaite de monter une tente. À

J'ai d'abord pensé que c'était idiot et trop de travail, mais après un week-end passé à dormir sur une forme très maladroite

roche creusant dans mon dos, j'ai appris le bien-fondé de son schéma de préparation. Pendant que je travaillais, j'ai eu la distinction

l'impression d'être observé, cette sensation de poils dressés sur la nuque. je

jamais vu personne.


Peu de temps après avoir terminé, juste le temps de ranger mes affaires et de me changer en maillot de bain

et un tee-shirt, j'ai entendu Mark et Anna s'approcher avec une conversation sur l'installation de sa tente. Ils se sont arrêtés

à une dizaine de mètres derrière un épais groupe d'arbres. Il lui disait quelque chose sur le fait qu'elle avait froid si elle

dresse sa tente si loin du feu. Elle s'est juste moquée de lui. Je me demandais s'ils savaient à quel point ils étaient proches de

ma tente. Il semblait qu'ils ne m'avaient pas remarqué.


Je m'avançai silencieusement dans les arbres et les regardai. Ils n'ont rien fait en termes de préparation du site, juste

a jeté la tente sur le sol une fois qu'elle était debout et l'a plantée en place. Même de ma pauvre position

point je pouvais voir qu'elle allait dormir sur des rochers assez brutaux. Pauvre fille.



J'ai terminé ma session de harceleur devant eux et je suis retourné au camp avec mon matériel de pêche et mon livre. je

j'ai informé mon père que j'allais pêcher dans le canyon et je lui ai assuré que je vérifierais au moins

vers midi. Je suis parti à ma place, un trou de pêche profond à environ un demi-mille dans le canyon. Avant d'aller trop loin

du camp, j'ai entendu Mark appeler mon nom. J'ai envisagé de l'ignorer, de faire semblant de ne pas l'avoir entendu si ça se présentait

plus tard. Soupirant, je me tournai vers sa voix et l'appelai. Après quelques allers-retours, je le retrouve et

Anna qui monte. Anna était dans un bikini blanc uni qui a bien fait d'accentuer sa souplesse, mais sans aucun doute girly,

silhouette avec un tee-shirt blanc transparent par-dessus quelques tailles trop grandes. Elle portait une canne à pêche rose et un

petite boîte à pêche rose. Ils avaient tous les deux l'air neufs et je pouvais même voir une étiquette de prix accrochée à la bobine.


« Hé, tu penses qu'Anna peut aller pêcher avec toi ? Nous devons retourner en ville et nous ravitailler.

Vous vous souvenez de la glacière et du soda ? Ouais, mon père vient de découvrir ce qu'ils avaient apporté et avait un

petit ajustement à ce sujet. Je pense que c'est une question de contrôle personnellement. "Je pense qu'elle s'ennuierait si elle venait avec nous et votre

les frères sont déjà partis à vélo. Mes frères avaient une paire de motos hors route sur lesquelles ils passaient tout leur temps

pendant que nous étions ici, du moins jusqu'à ce qu'ils soient à court d'essence.



"Um sûr." J'ai regardé Anna, qui fixait le sol devant elle. Il m'a remercié, m'a dit de

assurez-vous que je la surveille, puis je suis retourné vers le camp. « Avez-vous tout ce dont vous avez besoin ? C'était

une question stupide, car il était assez clair qu'elle n'avait jamais pêché auparavant et n'avait vraiment aucune idée de ce qu'elle

aurait besoin. Mais Anna a quand même hoché la tête et nous sommes repartis tous les deux vers mon lieu de pêche.



Nous avons marché en silence pendant un moment, bien que randonnée puisse être un meilleur mot pour cela. Le sentier ici était un rocher rugueux et

le sable entre et sort des rochers et des arbres qui défilent le long du bord de l'eau du canyon. Nous étions

à mi-chemin quand elle rompit le silence. "Combien est-il plus loin?"



Je m'arrêtai et me tournai vers elle. Je pouvais voir qu'elle était assez fatiguée de la randonnée. Elle portait de petites tongs jaunes

des flops qui n'auraient pas dû être très confortables. Je remarque alors qu'elle ne transportait pas d'eau. "C'est encore un peu

manières vers le haut. J'ai pointé le sentier comme si cela rendrait notre destination plus claire. Elle avait l'air un peu déçue.

"Mais nous pouvons nous arrêter ici et faire une pause."


"Je vais bien, on peut continuer." Elle a essayé d'avoir l'air enthousiaste, il m'a semblé qu'elle ne voulait tout simplement pas

pour m'entraîner vers le bas.


"Je suis un peu fatigué de toute façon." J'ai menti en parlant en m'asseyant sur un rocher. J'ai décroché la gourde que je portais et j'ai pris un

grande gorgée, la regardant regarder le liquide pendant que je le faisais. Je le lui ai offert. Elle a pris la bouteille et a commencé à l'avaler

bas. Je me frappais, j'aurais dû penser à apporter de l'eau supplémentaire. Je me demandais combien de temps elle avait

eu soif. Elle avait probablement regardé l'eau que je transportais et pensé à quel point j'étais un choix pour

ne lui en donne pas. Après avoir bu près de la moitié de ce que j'avais apporté, elle l'a rendu et m'a remercié.



"Prêt à partir?" Elle se leva et recommença à marcher. Elle semblait à la fois impatiente et redoutant la promenade

en même temps. Je ne savais pas quoi penser. J'ai vite rattrapé pour ouvrir la voie.



Nous sommes finalement arrivés à mon lieu de pêche. Ici, les murs de grès avaient créé une grande forme de bol avec de l'eau

d'un côté tombant dans un trou profond, et une plage de sable à moitié ombragée par le rocher au-dessus pendent de l'autre.

"Ouah!" Ses yeux s'écarquillèrent d'émerveillement alors que nous glissions dans le petit bassin de sable. Je me suis souvenu quand je

trouvé cet endroit pour la première fois, j'avais probablement à peu près le même regard sur mon visage. "D'accord, la randonnée en valait la peine !" Elle a souri

sur moi. Je souris timidement en retour. Je suis ensuite passé à une chaise rock que j'avais créée sur la plage qui était un

endroit parfait pour pêcher et s'asseoir et lire.



Posant le reste de mes affaires, j'ai rapidement gréé ma perche et je l'ai jetée à l'eau, puis je me suis assise. je me suis penché

dans mon repos et j'ai regardé la lumière onduler alors qu'elle se reflétait sur l'eau sur l'une des parois du bol. Proche

Anna s'était assise dans le sable et tâtonnait avec sa canne à pêche. Après l'avoir vue devenir de plus en plus

frustré par la chose, j'ai offert mon aide. Elle a accepté d'une manière qui m'a fait sentir qu'elle attendait

l'offre tout le temps. Je lui ai tendu ma perche et j'ai commencé à gréer la sienne.



"Alors, t'es gay ou quoi ?"



"Quoi?! Non! Pourquoi?!" Les mots sortirent en succession rapide alors que sa question brûlait dans mes oreilles. j'ai regardé

à elle avec incrédulité.



"Je ne t'ai jamais vu avec une petite amie ou quoi que ce soit." Une main tenait ma canne à pêche pendant que l'autre traçait

petits dessins dans le sable. Le fait qu'elle ait prêté autant d'attention à ma vie sociale aurait dû me dire

quelque chose.



"Donc?! Je n'ai tout simplement rencontré personne que j'ai autant aimé ! J'étais sur le point de bégayer alors que j'étais assis énervé.



"Semble gay." Vint sa réponse.



"Eh bien, je ne le suis pas, alors laisse tomber." Je maîtrisais le choc et une pure colère montait maintenant.



"Si tu le dis." D'une douceur exaspérante. "Peut-être devriez-vous le prouver."



"Quoi? Comment puis-je le prouver ? Elle a haussé les épaules et a commencé à enrouler ma canne à pêche comme si elle savait ce qu'elle était

action. « Non, vraiment, comment voulez-vous que je le prouve ? »


Elle se retourna et me dévisagea. "Je suis sûr que vous penserez à quelque chose." Elle sourit. Mon sang bouillait à ça

point, j'étais sur le point de faire sauter un joint et de faire de la merde de singe sur elle - lui jeter du sable au visage, crier, hurler, juste avoir un

crise de colère générale. Puis cette voix dans ma tête a murmuré Embrasse-la. L'embrasser! Ça va la faire taire !

Juste avant qu'elle ne se détourne, je me penchai vers elle et pressai mes lèvres contre les siennes. J'étais inondé de peur et

colère alors même que des feux d'artifice d'étonnement explosaient dans ma tête. Je n'avais jamais embrassé une fille avant, et j'attendais

pour le cri ou la gifle. À ma grande surprise, elle n'a ni crié, ni giflé, ni reculé. À ce point

nous étions juste là, les lèvres serrées et les yeux fermés. Au moins le mien était fermé. Connaissance

rien d'autre à faire, je m'éloignai lentement, mettant fin à l'étreinte.



Mon cœur battait la chamade et des papillons remplissaient mon estomac. Nos yeux se sont rivés ensemble pendant un certain temps après la

baiser. Aucun de nous n'a parlé. À cet instant, ma canne à pêche, oubliée dans sa main, lui a presque sauté alors que

quelque chose a frappé violemment la ligne. Elle a réussi à tenir et a crié "Qu'est-ce que je fais !?"



Nous nous sommes tous les deux levés et j'ai dit "Commencez à l'enrouler!" Elle avait du mal à se tenir à la tige alors je

Je me suis placé derrière elle et j'ai mis mes bras autour pour attraper la tige. "Ici, tirez-le comme ça!" Je l'ai aidée à guider

la perche alors qu'elle chancelait. J'ai émis des ordres indiquant quand enrouler et tirer et quand s'arrêter et lâcher la ligne. Ce poisson

menait un énorme combat. Anna gazouillait de joie chaque fois que le poisson nous bousculait et nous tirait dessus. à une

point il a presque tiré les deux d'entre nous de nos pieds. Alors que le monstre du lac approchait de la surface, je pouvais dire que c'était un gros

un. Nous souriions et riions tous les deux et nous l'avons tiré jusqu'au bord pour être sorti de l'eau avec le

filet. C'était un strip-teaseur presque aussi gros que toute ma jambe.



"Oh mon Dieu! Je n'ai jamais pêché de poisson auparavant ! Elle rayonnait.



"J'aurais pensé que vous n'aviez jamais pêché auparavant." J'ai côtelé. Elle a giflé mon bras de façon ludique.



"Maintenant quoi?" Elle a demandé.



"Pêcher plus je suppose."



"Pas question, nous devons revenir et montrer ça!"



Je pensais que c'était ce qu'elle voulait faire. "D'accord. Eh bien, rassemblons nos affaires. J'ai cherché dans mon sac

quelque chose pour mettre le poisson, sachant que je n'avais rien d'assez gros. Abandonnant cela, j'ai décidé de brancher le

pêcher avec un petit bout de ficelle de nylon jaune et de le passer sur mon épaule. Il semblait que le chemin du retour prenait beaucoup

moins de temps. Anna avait beaucoup plus de peps dans sa marche, retournant à grands pas vers le camp avec détermination. Elle n'a jamais cessé

parler de remonter ce poisson et de ce que c'était et se souvenir de l'expérience. Tout ce que je pouvais vraiment penser

environ était d'avoir mes bras autour d'elle-et notre baiser.



De retour au camp, nous avons été accueillis par mon père et Mark assis au bord de la plage en train de boire des bières tout en

Julie était allongée à une vingtaine de mètres de là, prenant le soleil. « Attraper quelque chose ? » Mark a appelé quand il nous a vus

approche. J'ai balancé le poisson sur mon épaule, et j'ai pu voir Anna sur le point d'éclater en l'attendant

réponse de papa. Notre monstre du lac a eu une double prise des deux gars et Anna a explosé dans la description de

comment nous l'avons attrapé. Elle babillait avec excitation, son visage animé de joie.


La règle de notre camping était que si vous attrapiez et gardiez un poisson, vous deviez le manger. J'ai aidé Anna à nettoyer le grand

créature aquatique, puis lui a montré une façon simple de cuisiner la chose. Fondamentalement, le fileter et le frotter

quelques épices avant de l'envelopper dans du papier d'aluminium pour cuire au coin du feu. Les ombres s'étaient alors étendues et

un soleil rouge brûlant est tombé sous l'horizon. Nous étions tous réunis autour du feu pour prendre nos repas. Anne

et je me suis assis l'un à côté de l'autre et j'ai partagé notre poisson pendant que les autres cuisinaient des hot-dogs sur les braises brûlantes.



Mon père était audiophile. Il aimait la musique. Il n'y a pas un genre qu'il n'apprécie pas. Son camion avait

deux caissons de graves de 16 pouces cachés derrière les sièges qu'il a retirés pour se reposer au sommet de la cabine et diffuser de la musique.

Nous avons tous apprécié la musique alors que nous étions assis autour du feu de camp qui faisait rage. A un moment Julie s'est levée et a commencé à danser

et chanter avec l'une des chansons: "Like a Prayer" de Madonna. Elle finit par faire danser Anna et

chanter avec elle et les deux taquinaient et cajolaient tous les gars pour qu'ils se lèvent et jouent avec eux.


Anna a attrapé ma main, essayant de me mettre sur mes pieds "Allez!" Elle a souri entre deux chants

versets. Elle était maintenant vêtue d'une paire de shorts courts blancs et d'une autre chemise à manches longues ample.

qui pendait ouverte exposant une grande partie de son épaule lisse. Celui-ci avait des rayures horizontales noires et blanches. Son

les cheveux tombaient lâchement sur ses épaules.



"Je ne sais pas danser." Je ris et retirai sa main.



"Oh, tout le monde sait danser !" Elle m'a dit. "Comme ça!" Elle a démontré un mouvement simple, balançant ses hanches

d'un côté à l'autre de la musique.



Elle a de nouveau pris ma main puis a fait une moue exagérée quand je l'ai refusée. "Vraiment, je ne peux pas bouger comme

ce." dis-je en m'excusant



« Essayez ! S'il te plaît?" J'ai été abasourdi. Tout ce voyage semblait presque surréaliste. Je connaissais cette fille depuis longtemps

temps, mais maintenant j'avais l'impression de la voir pour la première fois. Son sourire, l'éclat de ses yeux gris, la façon dont elle

les cheveux tombaient pour encadrer son visage, tout cela me remplissait d'un sentiment fugace que je ne pouvais pas situer. Les sentiments me tiraillaient,

m'a tiré dessus, m'exhortant à faire une chose que je n'aurais même jamais envisagée auparavant.



Je ne voulais pas la décevoir.



Alors je me suis levé. Cela a fait éclater de rire mes frères. Elle tenait mes mains dans les siennes, un peu plus bas

que la hauteur des épaules, laissant un espace entre nous pour que nous puissions voir les pieds de l'autre. J'ai essayé de l'imiter

mouvement, mais a lamentablement échoué. Me sentant stupide, j'ai arrêté de bouger "Je ne peux pas faire ça".



"Non, tu le faisais, continue juste d'essayer !" Elle a rigolé et a serré mes mains plus fort, et j'ai commencé à bouger avec elle

encore. "Tu vois, tu l'as" Elle sourit d'un air encourageant. "Tu t'en sors bien!"


"Ouais! Pour une pieuvre ivre ! Un frère taquina de l'autre côté du feu de camp. j'ai rincé avec

embarras. D'une manière ou d'une autre, mon esprit a lié ce sentiment avec elle, comme si c'était sa faute.



"Fermez-la!" Anna a craqué avec colère alors que je m'éloignais et que j'arrêtais de bouger.



"Tu l'as énervée maintenant !" Le plus âgé des deux se moqua.



"Hé, soyez gentils." J'ai entendu mon père dire par-dessus mon épaule alors que je m'éloignais dans l'obscurité vers

ma tente. Aucune lune ne s'était encore levée, il faisait donc noir, presque noir. Je me sentais confus et blessé. Quelque chose

à propos de toute la situation m'a fait me sentir vulnérable d'une manière que je ne m'étais jamais sentie auparavant. C'était vraiment stupide. j'ai voulu

pour l'impressionner d'une manière ou d'une autre et je pensais que les commentaires de mes frères révéleraient d'une manière ou d'une autre la vérité sur moi.

Ils pourraient révéler que je ne suis qu'un geek qui n'a rien à offrir.



J'ai attrapé un éclair de lumière du coin de l'œil et me suis retourné pour voir quelqu'un marcher à grands pas vers ma tente avec un

lampe de poche - même s'ils s'approchaient sous un angle différent. Je me suis arrêté et j'ai attendu. je pouvais juste comprendre

Le joli visage d'Anna dans la lumière réfléchie. Elle s'est arrêtée à quelques pas de ma tente, l'anneau de lumière sur le

entrée. Elle a appelé mon nom doucement, un air d'inquiétude anxieuse entachant ses beaux traits. Je ne suis pas sûr

pourquoi j'ai gardé le silence. Je vis sa silhouette changer et soupirer avant de se retourner et de partir vers sa propre tente.


La chaleur du soleil brûlant ma tente m'a tiré du sommeil le lendemain matin. Je suis sorti de ma tente et

fait mon chemin vers le son des voix au camp principal.



"Nous vous avons perdu la nuit dernière." Mark a dit quand je suis arrivé.



"Ouais, je me sentais vraiment fatigué alors je suis allé me ​​coucher." Mes frères ricanèrent un peu. Du coin de l'oeil je pourrais

voir Anna me regarder, à peu près fixement. Je regarde partout ailleurs pour éviter le contact visuel.



« Avez-vous des projets pour la journée ? a demandé Marc.



J'ai soudain eu l'impression que tout le monde me regardait, attendant ma réponse. "Euh." J'ai fait une pause, mon cerveau lentement

travaillant pour une réponse. "J'ai pensé que je pourrais marcher jusqu'à Beggar's Point et aller nager."



"La pointe du mendiant ?" C'était un endroit où nous allions faire de la plongée en falaise. Il y avait un certain nombre de falaises différentes de

hauteur variable qui tombaient tous dans une piscine absurdement profonde dans le lac. Il avait été nommé ainsi parce que

d'un incident quand j'avais onze ans où mon père m'avait fait pleurer alors que je suppliais de ne pas être

jeté du point le plus élevé - une chute de près de soixante pieds dans l'eau. D'une manière ou d'une autre, le nom est resté et nous avons été

l'appeler ainsi depuis. Un de mes frères a raconté l'histoire des noms de lieux avec beaucoup plus de connard

moquerie que je ne pourrais jamais espérer égaler.


"Ça a l'air amusant !" Mark a ri de l'histoire. "Je veux aller." Il regarda Julie "Tu veux nous rejoindre bébé ?"


"Non, je pense que je suis bien ici." Elle sourit d'où elle était déjà allongée à travailler son bronzage.



« Et toi, Hun ? » Il a demandé à Anna.



"Je pense que je vais rester ici avec maman." dit-elle en jetant une serviette sur le sable à côté de sa mère.


Le reste d'entre nous sommes allés à Beggar's Point et avons passé la journée à sauter des falaises et à nager dans

les eaux fraîches et profondes en dessous. Il y avait beaucoup de rires et d'éclaboussures. Quelqu'un lançant un boulet de canon,

et à d'autres moments se tremper les uns les autres. J'ai essayé de me concentrer sur n'importe quoi, mais d'une manière ou d'une autre, mon esprit a continué à vagabonder

de retour à Anna, je savais que j'étais stupide de l'avoir quittée la nuit dernière et de l'avoir ignorée aujourd'hui. Je ne pouvais tout simplement pas me résoudre à

faire face à mon erreur alors j'ai continué dans cette voie. Je me demandais si elle pensait à moi. je me demandais ce qu'elle

pensé à ce baiser que nous avons partagé - si elle y a même pensé.


Le jour a semblé fondre beaucoup trop vite et bientôt le soleil était à son apogée à l'horizon. Nous tous,

à peu près épuisé, nous sommes sortis du lac et avons commencé à retourner au camp. Anna et Julie étaient

cuisiner des hamburgers sur la braise quand nous sommes revenus.



"Il y a de la nourriture !" Julie nous a appelés à notre arrivée. « Anna a tout ce qu'il faut ! » Elle désigna la jeune fille qui

couper habilement des produits frais - laitue, oignons et tomates.



J'ai attrapé un petit pain et un hamburger, puis je me suis dirigé vers Anna, lui souriant en m'approchant. je me suis arrêté dans

devant elle, attendant qu'elle me regarde avant de dire quoi que ce soit. Elle ne l'a jamais fait. Quelqu'un derrière moi

aboya "Merde ou lève-toi du pot!" J'ai regardé par-dessus mon épaule pour voir Mark et mes frères attendant que je bouge

de côté. J'ai attrapé de la laitue et quelques tranches de tomate et je me suis écarté.



J'ai mangé ma nourriture près du feu, en regardant Anna quand personne ne regardait. J'ai attendu la chance de l'attraper

attention afin que je puisse avoir une ouverture pour lui parler. Elle ne m'a jamais regardé. Mon cœur s'est serré quand elle

s'est levé et s'est éloigné du feu sans jamais me dire un mot ni même regarder dans ma direction. Maintenant quoi?



Il y avait une corniche à proximité, un autre endroit "secret" que j'avais trouvé. À l'arrière du camp faisait partie du canyon

mur alors qu'il s'éloigne du front de mer. Ici, le mur s'élevait à environ trente ou quarante pieds. j'avais trouvé une place

c'était entre le niveau du sol et le sommet, à environ six mètres de haut. Le chemin, une simple fissure déchiquetée dans la roche

visage, était caché par un petit groupe de buissons, il était donc difficile de dire que le rebord était même là.



J'aimais venir à cet endroit et regarder les étoiles. Il était assez haut pour que la lumière du feu ne vous aveugle pas.

la vue des étoiles, mais cela vous protégeait toujours des vents constants qui sévissaient dans la région une fois que vous avez atteint la crête du canyon

mur. Je suis monté, j'ai jeté un oreiller et je me suis allongé sous le ciel étoilé clair. C'était idiot, mais aussi longtemps

autant que je me souvienne, j'ai toujours souhaité à toutes les étoiles filantes que j'ai vues. J'ai fait un vœu cette nuit-là, et il s'est réalisé, car

un temps en tout cas. Je ne vais pas le répéter ici cependant, même maintenant, j'ai l'impression que cela pourrait ruiner la magie si je vous le disais.



J'ai entendu un bruit de raclement, puis le bruit de cailloux qui tombent. Je me suis assis et j'ai regardé pour voir le visage d'Anna regarder vers le haut

sur le bord à moi. "Salut."



J'ai eu un moment de cerf dans les phares et tout ce que je pouvais répondre était un "Salut" boiteux en retour. Elle a grimpé le

edge and took a few steps to sand beside where I sat. She wore a pink spaghetti strap top with those same

short cut off shorts.


Not knowing what else to do, I laid back down to look at the stars.



She stood there a moment, thinking, waiting. Then spoke “I forgot to bring a pillow.”



I glanced at her, trying to think of a solution. Then it hit me. “You could share mine.” I scooted over a bit to

make room. She didn't say anything, just sat down before laying her head down beside mine. We stared at the

stars together, wordlessly enjoying the moment.



This is when I saw the shooting star. This is when I made my wish.



“You don't see stars like that back home.” Her voice was soft, like she was afraid the sound might break the

spell.



“No, you don't” I managed. I shifted a little, moving a small rock from beneath me. During my motion my hand

brushed against hers. I stopped as if frozen in time. My heart paused, waiting. My breath was held. Then her

hand locked around mind and our fingers twined together.



She moved so her cheek was resting on my shoulder. She rolled towards me, reaching her opposite arm

across me. She let go of my hand and I felt a moment of sadness in this. That feeling was quickly replaced

with warmth as my arm wrapped around her and pulled her slender body closer to mine. My other hand found

hers and they wrapped together to rest on my chest.



An eternal smile fixed upon my face, I lay there enjoying the feeling of her in my arms. Everything seem to

quiet, to pause, as if the world was taking a step back to allow us to enjoy this moment. If only it would never

fin. Music drifted from the campsite below.



All I ever wanted

All I ever needed

Is here in my arms

Words are very unnecessary

They can only do harm



Rarely, if ever, have I known contentment like that moment. It would be forever etched in my mind as a defining

moment of our history. I have no words that could describe how I felt, and words were unneeded. I just knew I

wanted to be with her, to protect her, to make her laugh and see her wonderful smile.




I first became aware of her sent, an imperceptibly sweet smell of flowers. For a moment I wondered what it

pourrait être. Having no showers or even running water, it must have been some kind of body spray. This line of

thoughts was quickly driven out when I became aware of her small breasts pressed against the side of my

poitrine. The knowledge made my breath catch, and my blood started rising in my loins. I tried desperately to

think of other things. To think of video games or the book I was reading. Tried to think about the last movie I

saw, or the countless stars above. For each thought I had about the mundane world, I had ten more about the

gorgeous girl and her perfect breasts pressed up against me. It was a lost cause.



I don't know how long we laid there together, my painfully hard erection pressing against what I use to think

were fairly loosing fitting shorts. Now they seemed like an iron vice. Eventually Anna sighed and whispered

while coming to a sitting position “We should go back”. While moving upright her hand brushed across my

groin. There's no way she didn't feel it, and this was confirmed by her surprised “Oh!”



I tried to shift and bend at the waist a little to hide my large embarrassment while feeling extremely light

headed. All of my blood was either filling down below, or rushing to my face. I sat up with a hunch in my back

to try and hide it better. I was horrified, and I was fearing a reprisal of anger or disgust. If I wasn't so afraid to

meet her gaze, I would have seen curiosity there, and not the anger or disgust that I feared.



Another eternity passed before she leaned towards me. Calculatingly she placed one hand on the back of my

neck and the other terrifyingly high on my inner though. Anna then pulled me into a kiss. It was another simple

kiss, nothing more than our lips pressed together. Sparks flew in my mind at the exhilaration of her touch.



She pulled away and locked her eyes on mine. With an incredibly erotic and seductive smile she purred “Just

as good as the first.” She giggled a little, then bolted away down the path back to camp.



My mind was a void filled with a thousand unanswered questions. Did that just happen? I'm I that lucky? Quoi

just happened? They flowed unabated, the next one forcing out the previous. The music stopped and the

campfire burned low signaling those below where heading off to bed. My blood calmed enough so that I could

stand without embarrassment or pain. I crept slowly down the path back. The younger of the two brothers slept

in a lawn chair by the fire, a blackened stick falling forgotten out of his hand. The moon was rising giving me

just enough light to make my way to my tent.



As I rested, trying to calm myself enough for sleep, I thought of the events since we left home and marveled at

how I ended up here. Then my thoughts drifted to Anna. They drifted to our kisses. I recalled her white bikini,

then remembered seeing her little black bra. Finally I relived feeling her small breasts pressed to me. je ne suis pas

ashamed to admit I masturbated furiously to these thoughts, cuming more than once before my session was

à travers.



I awoke early the next morning to see Anna watching me from the unzipped entrance to my tent. Once she saw

that I was awake, she grinned and climbed inside, zipping the door behind her. "Que fais-tu?" je

chuchoté. It was early enough that the sun had not risen yet, just the vaguest hint of it upon the horizon.




“Shh, it'll be our secret.” She whispered, crawling into the bed beside me. She wrapped her arms around me,

and I tried to do the same, though she was still outside my sleeping bag while I was within. “How did you get it

so soft?” She asked while shifting her back against the air mattress. “Even with my sleeping pad, the rocks

and ground are painfully hard.”



I just smiled. “It's a secret.”



“Well, I'm gonna remember this tomorrow night.” she responded. I was excited wondering what that might

moyenne. We both drifted off to sleep in the other’s arms and didn't wake until the sun was raising the inside of

the tent to oven-like temperature. I moved to kick the sleeping bag off and this action brought us both out of

our dreams. Anna sat up first, stretched her arms and yawned. “I slept good.” I lay still, smiling at the girl

beside me. Her movements were both feline and girlish. Something about them sent a shiver of delight down

my spine. Glancing my way, she saw me watching her. This time I held her gaze. “What are you looking at?”

Elle a souri. I couldn't help but grin foolishly back at her.



“Just a pretty girl.” Her cheeks took on a slight tint of rose, and the whole act of blushing made her even cuter

in my eyes. She then dropped back down to the pillow with a flop. Her face was less than inches from mine,

our eyes lost in the others. Her eyes closed and she moved just a mere fraction of an inch and her lips were

touching mine.



This kiss was different than the others. This time our lips nibbled gently at the other, tasting, and exploring. Mon

hand instinctively reached up to her neck, fingers twining into her smooth blonde hair and pulling her into a

deeper kiss. I felt her tongue softly brush my lips, a tentative test. I experimented with my own tongue, touching

her, tasting her.



Nothing else existed for us as we lay there each devouring the other. There was no tent, or sleeping bag. Le

sun didn't shine above us and the wind didn't blow. The waves of a passing boat didn't break against the lake

shore, and our parents weren't calling for us. Our parents. I can't tell you how long we kissed for; passion

burning desire into our souls. Suddenly Anna sat bolt upright, tearing herself from my embrace. For a moment I

felt empty. Then I heard her father calling her lakeside.


I tossed another log on the fire and slouched down into a nearby lawn chair. The sun had long since set, and I

was exhausted. Mark and rented a speed boat from the marina and we all spent the day cruising around the

lake and towing people on the inner tube. Anna was in a chair across the fire from me. The day had been

rough. Every time I looked at her, the memory of the morning’s interaction would force its way into my mind,

and my blood would begin flowing towards a particular extremity. The others had slowly trickled away to their

beds till it was Anna, Mark and I left around the fire.




Anna stretched in an exaggerated yawn “Well, I’m heading to bed.” She shot me a sidelong glance. “Good

night daddy.” She gave her father a peck on the check then drifted out into the darkness. I sat for a while, idly

stirring the fire. The silence felt thick and awkward. The fear that he knew what Anna and I had been up to

clawed at me. It was a nagging feeling that wouldn’t be pushed away. There was something I had missed and I

couldn’t put my finger on it.



I was just about to retreat to my own tent when Mark started talking to me—questioning me about school and

what plans I had for the future. What did he expect from a fourteen year old? I stayed and made the small talk

with him, too polite to walk away. After what seemed like hours of conversation he finally made a complaint

about his eyes being sore. The fire was a few small coals. He made his way to his wife in their tent.



A bright moon had risen to bathe everything in a silvery glow. The walk back to my tent was quiet but for the


occasional splash in the lake waters beyond. Weaving between the juniper trees, Anna’s tent caught my eye. Il

was silent and motionless. ‘She’s most likely asleep already’ I thought to myself. I silently cursed her father and

my own sense of manners for a moment before trudging the last few yards to my tent.



Wordlessly I unzipped the opening and slid off my shoes before climbing inside. I closed the flap, zipping out

the moonlight and leaving myself in total darkness. I paused a moment, considering waking Anna up so that we

might continue where we had left off that morning. Before I could make a decision a light turned on behind me,

and I turned to see Anna sitting up in my bed holding a small battery powered lamp out before her. “Took you

long enough.” Elle a souri. Her golden hair was a little messy from laying in my bed. She had on an over large

men’s gray flannel shirt only buttoned to her navel. Her small cleavage hinted to me of the treasures beneath.




I tried to give an apology, but all that came out was a gulping noise as I tried sucking down enough oxygen.

“It’s okay, it gave me time to do this.” She pulled back the top of the sleeping bag to reveal two things. La première

was her long slender legs. Silky smooth legs that ended with just the hint of a pink panty edging from beneath

the gray shirt. The other, albeit less important, revelation was that our two sleeping bags had been zipped

together to form a much large one. She giggled and patted the bed beside her.




As soon as I moved into the bed, we were kissing again. Her arms were wrapped around me, clinging to me,

as if she was unable to get her body close enough to mine. Our lips locked, and our tongues twined together. je

was having trouble figuring out where to put my hands. Nowhere seemed right and all of it wasn’t where I

wanted my hands to be. I decided to go for broke. One hand found a comfortable place at the back of her

neck, twisting into her luscious hair, the other found the last button of her shirt at her navel. I deliberately slid

my hand through the opening to her cheerleader firm stomach. The flesh beneath my hand was perfectly soft

yet toned. My hand felt rough and calloused compared to its suppleness. Millimeter by gradual millimeter I

stroked my hand upwards



Her hand was on my face holding me when my fingers first brushed against her breast. I nervously touched the

under edge, testing for her reaction. Her breath was caught and held tight. When my hand finally closed over

the small half apple sized mound her breath released in a sighing purr. I don’t know what it is about breasts

that creates that primal urge to touch them. It felt so perfect in my hand, just enough to fill my palm. The feel of

its shape and the small hard nipple permeated me with a lust I had never know. Her back arched as if trying to

push her breast deeper into my hand.



I was so lost in my exploration and her kisses I failed to notice her hand had wandered down my body to the

top of my shorts and was now fumbling with the tie. After an agonizingly frustrating moment of her muddling

with the knot it came free and her hand gently snaked inside. Her fingers grazed my glans and fire flashed in

my eyes. No one save myself had ever touched me intimately and I thought I was cuming. With the amount of

precum filling my shorts one would have though I already had. She didn’t seem to mind. Her fingers brushed

against me again sending a jolt of pleasure up my spine. Her probing became bold as she wrapped her small

girlish hand around my girth and slowly began stroking me.



At first I was ecstatic at having someone touch me, but her inexperience soon showed. Her grip was a little too

firm and her stroking was more like a tug o’ war. I winced and my hand shot down to cover hers. Our hands

groped together and with a few unvoiced gestures I slowed her caress and loosened her hold. Moving my

hand away from hers, I placed it on her inner thigh. I was only a few inches away from the edges of her

panties. I felt her hips shift a little, opening her legs just a slight more. I did not wasted the time stroking her as I

had when going for her breast. This time I decisively slid my hand up to investigate her nether regions. je

explored her from outside the moist cotton fabric only a scarce short moments before skimming up to the

elastic waistband and slipping down inside.



I found a small patch of soft downy hair. She was soaking wet and moaned deeply into my mouth when my

fingers first touched her slit. My mind took on an iron-like focus of her body. While her soft hands were doing

wonders to my erection, and her kisses remained like fireworks in my head, if I paid them too much heed I

would cum. I feared that might end our escapade much too soon.



I had no idea what to do or how to touch her. So I explored. I started at the apex of her slit, feeling her wetness

and velvety smoothness as the outer lips parted around my digits. I elicited a sharp gasp of pleasure from her

as my finger slid over the small bump that was her clit—though at this point I didn’t realized what I had done to

cause such a reaction. I glided further down to feel her inner lips and the opening to her carnal places. je

caressed around her a moment before pressing one finger inside. Her whole body tensed and my mind when

directly to pain so I quickly retracted my finger. Then her hand was on mine. Her fingers directed mine, guided

me to start a long gentle stroke from the top of her clitoral hood down to just probing her entrance. Elle

repeated this gesture a few times using my hand before returning to her own task.



Instead of going straight back to my penis, her hand went to the waistband of my shorts and began attempting

to pull them down. I was so focused in touching her and avoiding an early eruption it took me a few moments

to realize what she was doing. Once it dawned on me I quickly shucked my shorts and shirt aside. Elle

watched me unclothe then followed. I saw her undo the few buttons holding the flannel shirt closed then slid it

gracefully from her shoulders. She shifted under the sleeping bag to remove her last bit of clothing, and I

marveled again at the perfect shape of her breasts. Seeing them in the dim lamplight for the first time then

were small yet exquisitely formed half-apple sized mounds. She had small pink nipples like littler erasers, and

areolas not much bigger than a nickel.



A small bit of pink cloth hit me in the face, breaking me from my reverie. “You’re staring!” She had a

mischievous grin and she rolled towards me, pushing my shoulders to the bed and straddling me in one

movement. My dick was pinned between us, the lips of her labia spread around it and forced it up against my

lower abdomen. I could feel my own precum wetting my stomach and her juices flowing to coat me as she

slowly glided herself up and down my length. Her hands were holding my shoulders to the mattress; son

elbows were locked. I had an amazing view of her pale white body. She deliberately rode her slickness up my

member, and her extended arms pressed her breasts forward accentuating their shape. I didn’t really know

what else to do with my hands so I placed them on her hips. This seemed quite natural, and it allowed me to

help grind her pelvis harder onto me.



I can’t tell you how long we stayed in this position and it was only through some divine providence that I didn’t

burst my load all between the two of us. Unexpectedly one of her hands reach amid our bodies and grasp my

erection. My heart stop as fear and excitement swirled over me. She shifted its position and angle just the

slightest bit and my head was caught in the silky folds of her entrance. Her hips shifted back pressing herself

onto me—though nothing happened. She shifted the angle of my dick a bit more and drove herself back again.

This time there was a slight parting. I could feel and see her how body go ridged with pain.



As much as my pubescent hormone addled mind wanted this it ripped at my soul to see her in pain. “Maybe we

shouldn’t-“



“Shh.” She leaned down and kissed me again, cutting off the weak protest. She pressed again, this time much

gentler. I felt the entrance to her pussy slowly part around my invading member. She would trust onto me just

enough to penetrate herself another micron before backing off. I really could not tell if there was any progress

at all. I felt a tight pressure at the tip of my penis, almost hard enough to make the shaft bend painfully and

then she would stop. I don’t know how long this went on—tension, then relax. Strain, then ease.


Then it happened.



I was just about to voice another week objection when I felt a pop. The head of my penis forced its way inside

son. Her vaginal opening tight around me like a ring a few sizes too small. She cried out and wrapped her arms

tight around my neck. She clung to me, her breath slow and ragged. She tried to adjust to this new feeling she

had forced inside her body.



Adding her tight grip around my neck to all of the events leading up to this moment I was feeling light headed. je

held her close in my arms. I wished desperately to somehow take the pain away. I was kicking myself that I had

let it go this far. At the same time I was fighting the powerful instinctual urge to grab her hips and start trusting

furiously.



Her death grip around my neck loosened and she leaned back just enough so that I could see her face. Son

grey eyes were like ice chips under moonlight. My heart broke when I saw a tear pooling in the corner of her

œil. “We don’t have to do this.” I whispered nervously.


She leaned back further, pressing the rest of my length into her. “It’s already done.” She smiled weakly. Ce

time when she tensed I could see the pleasure rising up though her body. She moved her body, almost

extracting me completely from her, before slowly pushing herself back onto me. I could feel every inch of her

velvety pussy wrap around me; slide over me. She built a rhythm with her movements, and I started to thrust

back against her. We writhed together in ecstasy. Her moans of pleasure rising from somewhere deep inside. je

had reached my break point. I enfolded her in my arms and plunged as deep as I could. It seemed as if I was

pouring myself inside her as pulse after pulse of warm cum shot into her waiting vagina. The world fell away

around us once more. I was lost in and eternity of bliss as my orgasm peaked. Her whole body went ridged

and spasms rippled over my dick as she reached her climax with me.



Once spent, she clung to me almost desperately. She was a hurricane survivor and I was her life raft. Son

breath was short frayed pants. Her head rested upon my shoulder. My arms wrapped protectively around her.

My erection was still buried deep inside her. “Can we stay like this forever?” This was the last thing I heard

before drifting off to sleep.

Articles similaires

...

203 Des vues

Likes 0

Bas de pyjama à pois

Bonjour à tous! Ceci est ma première histoire, j'espère qu'elle vous plaira et j'apprécie sincèrement tous les commentaires, commentaires, questions, opinions, demandes, etc... ma seule humble demande est que vous le fassiez avec respect. Je peux continuer cette histoire si les gens l'aiment. Merci d'avoir lu, profitez-en ! _________________________________________________________________________________________ Son appartement sentait l'assouplissant, l'encens Om Nagchampa et le cannabis sucré. Les portes du balcon étaient toutes ouvertes et la chaleur de son anxiété s'infiltrait régulièrement dans le froid tropical de la nuit de janvier. Elle portait moins que d'habitude, c'était la première fois qu'il voyait ses longues jambes galbées. Ses yeux suivirent...

1K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

957 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour thomas

Non, Thomas est chaud. Jake est juste mignon. Tu sais, comme le garçon d'à côté, rien de spécial. J'ai dit à Heather alors que nous marchions vers le vestiaire. Nous sommes passés devant le terrain de basket, et là, il était le gars le plus magnifique que je connaisse. Il mesurait environ 5 pi 11 po, avait des cheveux bruns, des yeux verts qui pouvaient faire fuir une fille et le plus beau des sourires. J'ai fait un signe de la main et il m'a répondu. C'est vrai, nous sommes les meilleurs amis depuis toujours. Heather et moi nous sommes promenés...

849 Des vues

Likes 0

Gâteau au chocolat et Fuck You Friday

Gateau au chocolat J'ai pris mon téléphone pendant que je conduisais et j'ai composé le numéro. Bonjour dit-il. Je suis en route Bien fut sa réponse. J'ai tourné dans sa rue et dans son garage ouvert. Il a fermé la porte derrière moi alors que je sortais de ma voiture. J'ai marché vers lui et il a tendu la main et m'a tapoté les fesses alors que nous entrions ensemble dans sa maison. Ce temps enneigé est nul, et écoute ce vent lui ai-je dit. Oui acquiesça-t-il c'est une bonne nuit pour rester et baiser, tu ne penses pas ? J'ai...

832 Des vues

Likes 0

CALCUTTA 1888

CALCUTTA. L'Inde est un beau pays. C'était encore plus le cas lorsque la Compagnie des Indes orientales dominait sa côte des trois côtés. J'étais un petit garçon à l'époque, peut-être une dizaine d'années. Calcutta était une ville animée et était importante par le commerce. maintenant Calcutta est tristement célèbre pour les puissantes moussons. il pleut presque tous les jours à midi. c'était un après-midi humide et pluvieux à Calcutta où notre histoire commence. à cause des pluies, j'avais passé beaucoup de temps à regarder par la fenêtre. de petites gouttes de pluie jouaient une musique inhabituelle sur l'inclinaison de l'étain au-dessus...

761 Des vues

Likes 0

L'amour de lucas 2_(1)

Alors je me suis mis à genoux et j'ai pris la bite de Jason dans ma bouche et je l'ai sucé. C'était si bon que je ne voulais pas que ça se termine, mais environ 15 minutes plus tard, Jason m'a rempli la bouche de son sperme et il a dit Puis-je te sucer Alors je me suis relevé et j'ai dit Non tu ne peux pas et je sortis de sa chambre et de sa maison et je retournai chez moi. Quand je suis arrivé, j'ai reçu un appel de Jason. quand j'ai répondu, il a dit Qu'est-ce que c'est...

834 Des vues

Likes 0

Travail de Sandy

Après le départ de Billie, j'ai dû prendre une douche rapide et m'habiller pour le travail. Vous connaissez les magasins Victoria Secret dans les centres commerciaux. Je suis un modèle pour le propriétaire des magasins le long de la côte californienne. M. Xxxxxx vend également de la lingerie en gros à des entreprises dans des pays étrangers. Souvent, les acheteurs ou les propriétaires de ces entreprises viennent aux États-Unis pour acheter les vêtements. Je modélise les vêtements dans un studio spécial dans un grand entrepôt où M. Xxxxxx a une petite scène avec des rideaux et des lumières et une zone...

734 Des vues

Likes 0

Ancienne flamme 2

Pour tous ceux qui ont raté l'histoire précédente, il s'agit de mon ancienne petite amie Dana que j'ai rencontrée à Vegas lors d'un enterrement de vie de garçon avec mes copains. Dana est une blonde mariée sexy du milieu des années 30, avec les plus belles jambes et le plus beau cul que vous ayez jamais vu. Elle est très jolie avec de grands yeux bleus et prend très bien soin d'elle. Nous nous sommes rencontrés la nuit précédente et je lui ai fait faire des choses qu'elle dit n'avoir jamais faites……….. Après notre séance à l'hôtel, Dana et moi sommes...

676 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses s'abattant sur mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis - même les plus âgés - enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent...

540 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.