CALCUTTA 1888

823Report
CALCUTTA 1888

CALCUTTA.


L'Inde est un beau pays. C'était encore plus le cas lorsque la Compagnie des Indes orientales dominait sa côte des trois côtés. J'étais un petit garçon à l'époque, peut-être une dizaine d'années. Calcutta était une ville animée et était importante par le commerce.
maintenant Calcutta est tristement célèbre pour les puissantes moussons. il pleut presque tous les jours à midi.
c'était un après-midi humide et pluvieux à Calcutta où notre histoire commence.
à cause des pluies, j'avais passé beaucoup de temps à regarder par la fenêtre.
de petites gouttes de pluie jouaient une musique inhabituelle sur l'inclinaison de l'étain au-dessus de moi. Je me souviens avoir recueilli ces gouttes sur mes petites paumes.
dans la rue, les babus du bureau avaient envahi le stand de thé tenant des verres fumants de thé aqueux. le colporteur avait trouvé du réconfort sous l'arbre gulmohur, à mon grand amusement, il était tout mouillé.
quelque part au loin, je pouvais voir de minuscules silhouettes d'oursins qui mijotaient nus dans l'eau de pluie.
et de ce bout de la rue, je pouvais voir venir maya.
Maya était notre femme de chambre et elle n'était pas belle du tout. eh bien, elle était toute remplie cependant, et avait d'énormes hanches drapées de sari vert (un vêtement indien). le sari s'était enroulé autour de sa taille et s'accrochait comme un serpent. Je pouvais voir son estomac bancal entouré de foules de gouttelettes qui serpentaient après avoir trempé son ample poitrine. son emprise nonchalante, ne se méfiant pas des babus affamés et de leurs bouches béantes était une indication que maya était habituée à se régaler dans les rues. eh bien pour moi, maya était attentionnée
gardienne qui s'est bien occupée de moi. pas étonnant que je l'aimais autant.
J'ai continué à regarder les rues et les gens quand la sonnette a sonné.
maya s'est précipitée en maudissant les pluies, son mari, les babus, les gamins et tout ce à quoi elle pouvait penser.
J'ai couru vers elle et elle m'a pris dans ses bras et m'a embrassé.
"Baba tu as joué sous la pluie… pas bien" m'a-t-elle grondé.
"mais maya je ne suis pas mouillé" je me suis défendu.
« oy tu dois être baba… regarde tes cheveux et tes bras ».
ok allons te sécher maintenant baba………………..
Maya a amené la serviette sur moi comme une tempête de grêle sur une vitre.
Elle a frotté et frotté jusqu'à ce que j'étais rouge sur mes oreilles et mes bras. Quand elle en eut fini et que ses bras lui faisaient mal, elle se tenait sur les hanches, me regardant comme un nuage sombre prêt à se déverser. "Baba, je dis que tu changes tes vêtements maintenant".
"Eh bien non… je" ai-je bégayé.
J'ai été prise par le bras et traînée jusqu'à la pièce voisine, Maya a alors arraché ma chemise et mon pantalon comme elle l'avait toujours fait.
elle a frotté ma tête et mes mains puis mes jambes. J'étais grincheux comme d'habitude jusqu'à ce qu'elle tombe sur mon petit ding dong !. ahh c'était si bon que j'ai été submergé par mon érection timide qui s'est levée comme un petit chevalier prêt à combattre les puissants serpents.
Maya a ri de mon visage rouge et a jeté un regard attentif sur ma popsickle.
Elle riait tellement que ça faisait mal à mon ego insuffisamment cuit. Ah c'était gênant.
la pièce était sombre et le puissant linceul des cieux grondants avait commencé à couler encore plus. Après m'être habillé, on m'a demandé de partir car maya avait commencé à ressentir le besoin de rester au sec aussi. En hâte, je quittai la pièce en voulant manger quelque chose. Cependant, je voulais dire à Maya que j'avais besoin de roshgullas (boulettes de fromage versées dans du sucre). Et du thé chaud.
J'ai roulé lentement la porte loin de moi et j'ai trouvé Mayas dos tourné vers moi.
Son dos était nu et reflétait de minuscules photons vers mes petits yeux.
maya se pencha pour déballer son sari de sa taille et lentement elle réussit à le racler pour que la ligne de ses fesses commence à apparaître…….
alors qu'elle enlevait le tissu vert d'elle, un nouveau gouffre plus profond de ses fesses noires foncées a été découvert. plus tôt que je ne le supposais, maya était nue. elle était brillante et ronde. ce seul gouffre sombre où ses deux énormes morceaux de fesses sont entrés en collision. cette fine ligne où je pourrais enfoncer mon petit ding dong !
Je n'avais jamais vu le dos d'une femme nue. pour moi, maya avait éveillé un désir et une curiosité dont je ne savais pas qu'ils existaient en moi.
Je n'ai pas pu dormir cette nuit-là. des images d'elle me hantaient. Je pouvais la voir assise nue sur un tabouret en bois et se baigner. elle avait du savon dans les mains et effleurait le savon lisse sur les dépôts de graisse brillants de ses seins. l'eau coulait sur tout son corps nu.
Je savais alors que quelque chose n'allait définitivement pas chez moi.
les jours passèrent et les moussons aussi. Je me suis attaché à Maya. J'aimais ça quand Maya était là. Alors que Maya ignorait que j'avais secrètement commencé à l'aimer.
un après-midi chaud alors que tout le monde était loin de la maison sauf maya à qui on avait demandé de rester avec moi, nous avons décidé de sortir et de nous asseoir sous l'arbre gulmohur. la fleur rouge et l'ombre fraîche étaient apaisantes. Maya et moi nous sommes assis sur la parcelle de terre herbeuse entourée de haies de fleurs d'été et de plantes à feuilles persistantes. Maya posa ses coudes sur ses genoux et son menton sur ses paumes. Cela la fit pencher un peu vers la terre, exposant sa poitrine arrondie qui pressait d'éclater de son choli serré.
Maya croisa mon regard et reprit chastement sa position droite.
après quelques minutes de silence inconfortable, maya a commencé..
"Baba tu restes loin des enfants basantis"
« pourquoi » ai-je demandé. »
"Eh bien baba basanti pas une bonne femme. elle vient chez ta mère tous les jours à midi.
"et alors"
"oh baba tu ne sais pas..." sa voix se transforma en chuchotements.
"elle ouvre ta maman salwar et se lèche les cheveux"
"maya pourquoi fait-elle ça ?"
"baba je ne sais pas et même je me demande pourquoi"
"dis m'en plus maya"
"Hier midi, quand le sahib est sorti en ville… elle est entrée lentement… et puis baba, elle est entrée dans la chambre de madame."
"alors comment se fait-il que tu l'as vu maya"
"Oh baba, j'ai grimpé sur le grand tabouret pour regarder par-dessus le raushandan (ventilateur)."

Le vent a commencé à balancer les feuilles du gulmohur et nos voix se sont tues.
"ooohh baba j'ai vu des basanti ouvrir le salwar (inférieur avec élastique ou ficelle comme ceinture).
elle l'a posé par terre et ta maman s'est penchée par terre.
"pas de maya tu mens" ai-je dit.
« chut maintenant, basanti a écarté les fesses de madame et a reniflé comme un écureuil, je ne sais pas mais elle m'a semblé folle. Ta maman avait l'air d'aimer ça. puis ta maman lui a fait la même chose et plus tard elle a mis son doigt dans son trou du cul »
ma bouche était sèche maintenant.
« Ils se reniflaient tous les deux les doigts et semblaient aimer ça.
après cela, les deux se sont déshabillés et se sont joués des banques laiteuses »
"Qu'est-ce que les banques laiteuses maya………….?"
"ha ha h a baba tu veux vraiment les voir ?"
"Non …." balbutiai-je. poser mon regard sur les papillons.
"Baba as-tu vu des seins de femme"
pris au dépourvu par la question de Maya, j'ai fixé mes yeux sur le sol.
"Oh allez baba" Maya m'a persuadé.
"Maya, nous devrions simplement rentrer à la maison", l'enfant en moi était terrifié.
"Baba est-ce que tu as une érection quand je te raconte mon histoire"
"Maya…………" J'étais en effet tremblant alors.
Maya saisit l'espace entre mes jambes et serra ce qu'elle pensait avoir dans sa main.
Je me tortillai de plaisir.
"baba'she a chuchoté
"Tu es en érection !"
Je n'avais alors aucun contrôle sur moi.
Maya a glissé sa main forte des côtés de mon pantalon court et a commencé à chercher mon ding dong.
cela m'a mis mal à l'aise et j'ai commencé à gigoter.
Lorsqu'elle eut une prise confortable sur mon érection, elle la caressa à loisir.
Je n'arrêtais pas de fixer le sol, incapable de regarder Maya dans les yeux.
"Ok baba tu as l'air d'aimer ça" me taquina-t-elle.
"Ok baba ici donne moi ta main" et elle m'a tenu la main
elle a conduit ma main sous son sari.
Au début, j'avais l'impression que ma main naviguait sur un océan sans fin de son doux tissu soyeux.
couches après couches de tissu sont passées jusqu'à ce qu'il commence à se réchauffer et que ma main commence à sentir l'amincissement du tissu.
enfin ma main sentit quelque chose qu'elle n'avait jamais touché auparavant.
le dos de ma paume reposait sur un tissu cutané chaud et doux dont je ne pouvais qu'imaginer la forme physique.
il y avait une abondance de cheveux doux et tout était humide.
j'avais l'impression d'avoir touché l'œil d'une volaille sans le savoir !
maya a guidé ma main encore plus loin jusqu'à ce qu'elle repose sur le doux monticule de chair soyeuse qui suintait d'un fluide collant.
Maya m'a exhorté à étendre ma toile d'une main et à explorer.
elle s'appuya sur l'appui de ses fortes mains tandis qu'elle commençait à glisser par terre.
Je faisais flotter mes doigts sur sa chair tandis que maya se tortillait de plaisir. nos respirations étaient lourdes et profondes.
le soleil brillait brillamment au-dessus de nous et Maya continuait à haleter et à lever sa lourde poitrine dans les airs.
"oh baba viens avec moi" ordonna-t-elle.
nous nous sommes levés et nous nous sommes rangés. Maya a brossé l'herbe de mon derrière sans s'épousseter. sans un sou de peur, elle nous a conduits au hangar où nos vaches laitières étaient logées. le hangar avait une porte en bois dont le quart n'était plus. Et la partie restante était également criblée de trous et de fissures mineures.
elle ferma la porte et la verrouilla avec le loquet rouillé.
Je n'ai jamais rien dit.
il y avait la peur d'être pris .le mali(Gardner) venait habituellement dormir dans le hangar à midi .Mais aujourd'hui il n'était nulle part en vue.
"baba tu veux voir mon vagin" sa voix était à peine audible.
elle a lentement soulevé son saari de ses chevilles comme une serviette de bain et l'a épinglé sous son menton. la lance comme des rayons de soleil filtrant de la porte du hangar tombait sur ses cuisses.
la zone éclairée s'est ouverte pour que je voie les cadeaux que Maya offrait.
elle a pointé le monticule charnu tout en tenant le sari sous son menton.
"voir"
J'ai touché où elle a pointé. Les poils pubiens s'accrochaient à sa chair et ressemblaient à une ferme de blé piétinée.
Comme une charrue, mes doigts ont malaxé sa peau douce. Mes doigts agiles sentaient doucement la soie pubienne. Cela me fascinait de voir comment une femme pouvait faire pousser des cheveux dans cette région. Je me demandais si elle avait de minuscules cheveux noirs sur ses mamelons et son trou du cul.
Je laisse mes doigts revenir de leur aventure à leur maître.
« Quel baba ! Maya », a déclaré repoussée.
"Ici, laissez-moi vous montrer le goût du tanpura (citrouille)".
Maya a défait le nœud de son sari et il est tombé au sol.
Elle se tourna lentement me révélant son dos et se pencha légèrement.
Et voilà… Je regardais les plus grosses fesses que j'avais vues chez une femme.
ses mains fortes écartèrent ses fesses pour révéler un vagin en forme de noix. Cependant, il y avait ce petit trou minuscule, à peu près de la taille d'un gros chewing-gum mâché, dormant au-dessus de cette noix de son vagin. Cet espace à l'aspect sinistre était sombre au-delà de toute reconnaissance. Je distinguais de minuscules poils, clairsemés mais attrayants.
"baba sens-moi là" c'était une demande qui déchirait ma conscience. J'ai passé mon majeur juste au-dessus de ce petit trou de cul et je me suis préparé à ressentir ce qui attendait mon pillage. "Arrêtez", c'était un ordre.
"Qu'est-ce que Maya. ?" j'ai chuchoté
Baba, s'il te plaît, crache sur ce doigt. J'ai craché dessus avidement.
Eh bien, le chemin était alors plus facile. J'ai atterri lentement sur la surface du trou avec un dérapage doux et silencieux.
Puis d'un doux ploc mon doigt envahit la première résistance offerte par son trou avec aisance.
Le tunnel était chaud et je me suis avancé jusqu'à ce qu'un faible gémissement s'échappe des lèvres de ma Maya tremblante qui tenait toujours fermement ses fesses dans ses mains.
Maya a commencé à pousser ses fesses gonflées sur mon doigt. C'était plus que je ne pouvais supporter et j'étendis mon doigt profondément en elle. Maya hurla et posa ses mains et ses genoux sur le sol. "Oh baba qu'est-ce que tu m'as fait"
Horrifié, j'ai retiré mon doigt alors que Maya était allongée sur le sol, visiblement dans une profonde agonie.
"Je suis désolé Maya?" J'avais peur.
Maya était allongée comme une vache qui vient de mettre bas.
D'où je me tenais, les fesses nues de Mayas embrassaient le sol herbeux de la grange pendant qu'elle se reposait, le dos tourné vers moi. sa poitrine entièrement recouverte. "baba assieds-toi à côté de moi"
Je me suis assis à côté d'elle. « Baba tu sens tes doigts. maintenant!.
Je l'ai fait et j'ai eu l'impression que mon propre cul puant quand j'ai essayé de le sentir la nuit dans mon lit, seulement c'était beaucoup plus fort ici. Puis Maya en a senti l'odeur et a pris plusieurs reniflements avant d'aspirer le sirop coincé sur mon doigt.
"Baba enlève ton pantalon" Maya demandait maintenant.
J'ai enlevé mon pantalon et elle a tenu mon petit pénis dans ses mains.
Je ne peux pas dire si mes instincts m'ont dépassé, mais je suis resté derrière Maya en la submergeant.
mes bras enguirlandaient sa taille. Ma petite ding dong a alors remonté ses énormes fesses noires.
c'était un peu drôle car je n'étais pas à la hauteur de la puissante Maya. Cependant, comme je l'ai dit, mon instinct m'a poussé à entrer dans mayasarse. J'ai trouvé ce lieu de repos pour mon dingdong. J'ai suivi le chemin tracé par mes doigts et j'ai commencé à pousser.
Maya était vaincue sans gémir ni faire de bruit. mais elle s'amusait. ses mains palmées au sol préparant mes poussées toujours croissantes. la poussée est devenue plus forte et j'ai senti une force puissante éclater en moi. Ce qui semblait être une envie de pisser s'est transformé en une éruption incontrôlable. Mon petit esprit innocent m'a fait croire que j'avais pissé à côté de moi et je suis resté là à essayer d'aspirer le liquide que j'avais craché.
J'ai timidement retiré mon bâton honteux de derrière Maya, laissant derrière lui une traînée de liquide collant blanc. « Saint dieu » pensai-je
« Qu'est-ce que j'ai fait à Maya ? »
Maya s'est levée et a essuyé le sperme de son sari et m'a demandé de lui essuyer le cul.
Nous nous sommes alors précipités tous les deux hors de la grange.
FIN.
NOTE. cela ne s'est pas terminé entre Maya et moi et nous avons eu beaucoup plus de rendez-vous galants.
J'ai compris ce qu'était Cumming. Maya et moi avons partagé de nombreux après-midi clandestins par la suite.

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

610 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

REMARQUE : Il n'y a AUCUN sexe dans CETTE PARTIE de l'histoire. Je promets que dans les chapitres à venir, il y aura beaucoup de sexe chaud et lubrique. Ceci n'est que l'introduction. J'étais juste assis sur le canapé, regardant un documentaire sur The Dark Ages. C'etait intéressant. Alors voyez pratiquement le monde entier aller en enfer. Soudain, mon téléphone faisait du bruit. C'était mon copain. Eh bien, il était en quelque sorte mon petit ami. Nous ne nous étions jamais rencontrés dans la vraie vie. Nous nous sommes rencontrés via un site Web correspondant. Et depuis, nous avions développé une...

1.5K Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 1

Le lutteur, première partie Cette histoire parle d'un gars timide et d'un ami de la famille qui l'a aidé à surmonter ses blessures et sa timidité pour atteindre le sommet. C'est un peu une longue histoire. Je me suis laissé emporter cette fois. Encore une fois, j'utilise une bonne dose de correcteur orthographique pour ma dyslexie, mais les conseils et les commentaires sont les bienvenus. Faites-moi savoir si vous êtes arrivé à la fin les gars s'il vous plaît. The Silent Assassin était son nom de ring et ce n'était pas par hasard son vrai nom Adam, il était un produit...

1.2K Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

927 Des vues

Likes 1

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

625 Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

1.7K Des vues

Likes 0

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

1.5K Des vues

Likes 0

Désirs interdits - Partie 3

Susan Ramsey a marché dans le couloir à côté d'une rangée de salles de classe à l'école où elle a fréquenté la 7e année. Elle portait une jupe courte et un haut moulant qui respectait à peine le code vestimentaire de l'école. Blonde et aux yeux bleus, elle était bien développée pour une fille de 12 ans, avec des seins guillerets et en herbe et un joli cul qu'elle apprenait tout juste à utiliser à son avantage avec les garçons. Elle ne connaissait pas grand-chose au sexe, mais elle était certaine d'une chose : à peu près tous les hommes qu'elle rencontrait...

1.4K Des vues

Likes 0

Kumiko - Partie 2 : Se réveiller_(0)

Encore une fois, c'est la partie 2 du repost! ______________________________________________ Introduction : Partie 2 de la série Kumiko. La partie 3 est déjà en cours d'écriture ! Plus court que le précédent mais la partie 3 est en route. Comme toujours, votez et laissez des commentaires. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------- Il se réveilla avec un frisson, notant l'obscurité dans la pièce. Ses yeux se sont rapidement adaptés à la lumière et il a vu un feu qui était sur le point de s'éteindre. Il ne se souvenait pas qu'il y avait une cheminée dans sa chambre, puis il remarqua le poids léger...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.