Touche de besoin

891Report
Touche de besoin

Une touche de besoin

La fille était allongée sur le lit face au mur. Regarder les ombres jouer à travers le mur. Elle repensait à lui. C'était lui qui la faisait toujours si chaude au milieu de la nuit, la réveillant avec de doux baisers sur la gorge. Mais tout cela n'était qu'un rêve. Elle voulait cette touche. Elle voulait la touche de l'homme qu'elle aime. Chaque fois qu'elle se réveillait avec les doux baisers sur sa gorge, elle sentait la chaleur s'enrouler dans son ventre. Elle ne savait pas quoi faire. Elle sentait toujours l'humidité entre ses jambes s'accumuler là, voulant la libération qu'elle savait qu'il serait capable de lui donner. Mais il n'était pas là. Elle a lentement déplacé sa main à l'intérieur de ses jambes pour se frotter légèrement contre son humidité. Elle pouvait utiliser ses doigts à l'intérieur d'elle. Cela ferait trop mal. Elle était encore vierge. Elle n'a donc jamais vraiment obtenu la libération qu'elle souhaitait.

"J'ai trop besoin de lui," murmura-t-elle pour elle-même en se tournant sur le ventre et en fermant les yeux, "peut-être qu'il me remarquera demain."

Le lendemain à l'école, la fille regardait dans les couloirs alors qu'elle récupérait ses affaires pour son prochain cours. Ce qu'elle ne remarqua pas, c'était l'homme debout derrière elle qui attendait qu'elle ferme la porte de son casier. Pendant qu'elle le faisait, l'homme s'avança derrière elle, la forçant contre le casier, son visage pressé contre son cou.

"Bonjour, Tabby Jones," entendit-il le souffle dans sa respiration alors qu'il disait cela contre son cou, l'embrassant doucement, rendant ses genoux faibles, "ça va ?"

"Nathan," le contact de ses lèvres sur son cou était comme ceux dont elle rêvait mais c'était trop réel comme si ces autres étaient réels, "oui", elle pouvait à peine se tenir debout alors qu'il l'attrapait par la taille en l'embrassant son cou à nouveau.

La façon dont il tenait sa taille faisait à nouveau apparaître la chaleur dans son ventre et l'humidité glissant le long de ses jambes, elle savait que cela allait arriver. À la façon dont il la tenait, elle savait qu'il allait faire quelque chose au beau milieu du couloir.

Il bougea contre son dos en déplaçant ses hanches contre ses fesses. "Tabby est-ce que tu aimes ça. Moi pressé contre toi, embrassant ton cou," il embrassa son cou et reçut un frisson en réponse, "qu'est-ce que tu veux que je fasse d'autre ?"

« Nathan, » elle frissonna contre ses hanches, le besoin se faisant plus fort. Elle frissonna à nouveau lorsque ses lèvres touchèrent son cou la rendant faible mais elle savait qu'il l'avait. Il ne la laisserait pas tomber, "il y a tellement de choses que je veux que tu fasses."

Il déplaça son genou entre ses genoux déjà faibles pour se frotter contre ses sous-vêtements la faisant gémir doucement, rendant l'humidité tellement plus intense. Elle a oublié qu'elle portait une jupe aujourd'hui. "Tabby, tu es déjà si mouillé. Est-ce que c'est comme ça que je te fais chaque nuit quand tu rêves que je joue avec toi ?"

Elle se raidit. Comment le savait-il ? Il continua à déplacer son genou contre ses sous-vêtements la faisant gémir doucement. L'humidité trempait déjà ses sous-vêtements, les faisant couler le long de ses jambes. Il savait comment lui donner envie de lui. La façon dont il bougeait sa jambe contre ses sous-vêtements était érotique. Elle ne savait pas combien de temps il allait lui faire ça.

« Ahem », il y avait une toux derrière eux, « vous feriez mieux d'aller en classe tous les deux. »

"Oui Mme Johnson," Nathan redressa la jupe de Tabby et recula en lui tenant la main, "Allez Tabby, nous sommes déjà en retard," Il commença à la tirer derrière lui, la faisant presque tomber.

« Nathan, qu'est-ce que tu voulais dire quand tu as dit tout ça, » lui demanda-t-elle. Le suivre était difficile parce qu'elle dégoulinait encore. Elle regarda son genou. C'était mouillé comme s'il tombait dans une flaque d'eau c'était le devant de son pantalon, elle rougit.

"Je demandais juste, je ne sais pas ce que je voulais dire par là," Il s'arrêta et l'attira à lui en l'embrassant en plein milieu du couloir vide et murmura contre ses lèvres, "Tu n'as aucune idée de combien de temps j'ai J'ai attendu pour le faire."

Le souffle de Tabby se bloqua dans sa gorge et elle soupira contre ses lèvres. Le contact de ses lèvres contre les siennes rendit ses genoux encore faibles, ce qui en fit l'endroit où il devait la soutenir, « Nathan, tu es tout ce que je veux.

Nathan s'écarta d'elle et continua à descendre le couloir jusqu'à leur prochain cours entrant. « Excusez-nous M. Davidson, c'est moi qui ai mis Tabby et moi en retard aujourd'hui, je vais subir la punition.

Tout le monde dans la classe fixait Nathan comme s'il venait de faire quelque chose de mal. Et a commencé à chuchoter parmi eux : « Est-il fou ? "Qui pense-t-il être?"

« M. Edwards, je vois que vous êtes plus honnête que jamais. Je m'attends à ce que cette salle de classe soit nettoyée après l'école. »

« Oui monsieur, » Nathan lâcha la main de Tabby dès qu'ils arrivèrent à leur bureau, « Est-ce que ça va si je viens ce soir ?

"Bien sûr," son visage était rouge et elle le savait. Elle ne pouvait pas croire les choses qui se sont passées toute la journée. D'abord il la fait presque jouir dans le couloir, puis il l'embrasse et dit qu'il veut faire ça depuis longtemps et maintenant ça. Elle se demanda ce qui allait se passer d'autre. "Ça ne me dérange pas que tu viennes. C'est juste moi ce soir. Maman et papa sortent ce soir."

"Bien," il avait l'air heureux, "donc j'ai une question pour vous."

Elle détourna les yeux sachant ce qu'il allait demander. Son visage devient de plus en plus rouge, "qu'est-ce que ce serait ?"

« Veux-tu sortir avec moi ? » demanda-t-il près de son oreille et elle se retourna et faillit tomber de sa chaise quand elle remarqua qu'il était sur ses genoux et que sa main avait la sienne, « je suppose que c'est un non.

"Non, je veux dire, c'est un oui. C'est juste que tu m'as pris au dépourvu alors que tu étais là sur tes genoux," baissa-t-elle les yeux avec embarras. Elle n'arrive pas à croire qu'il l'invite à sortir. Il semblait qu'il y a deux semaines, il l'ignorait.

"Je suis désolé," il se leva et s'assit sur sa chaise.

"C'est bon," elle regardait le tableau en train d'écrire les notes pour le devoir d'aujourd'hui.

Il y avait un morceau de papier sur sa main et il le regarda. Dans sa petite écriture parfaite, il y avait trois mots.

Oui.

Il fixa le morceau de papier pour le reste du pâté de maisons et il ne pouvait tout simplement pas croire qu'elle disait oui après la façon dont il la traitait depuis deux semaines en l'ignorant et tout. Il l'aimait et il a obtenu ce qu'il voulait.

La cloche sonna, signifiant que l'école était finie et Nathan devait rester après pour nettoyer la chambre, ce qui était facile à faire. Il suffisait d'empiler les chaises. Il les a empilés rapidement et est parti vers le parking des étudiants pour remarquer que Tabby était à sa voiture et l'attendait, "Pourquoi n'êtes-vous pas dans le bus?"

« J'ai pensé que vous voudriez peut-être me ramener à la maison. » Elle souriait et s'approcha de lui et enroula ses bras autour de son cou en tirant son visage vers le bas pour un baiser.

Il s'exécuta et la plaqua sur le côté des voitures et l'embrassa plus fort. Il se rapprocha d'elle en frottant ses hanches contre les siennes, il gémit doucement alors que Tabby soupirait contre ses lèvres.

Tabby savait qu'il devenait dur contre elle et elle mordilla sa lèvre inférieure en se frottant contre lui. Elle entendit le doux gémissement au fond de sa gorge, elle retira ses lèvres des siennes et embrassa sa joue jusqu'à son cou et y pinça légèrement et elle le sentit devenir plus dur contre son ventre.

"Tabby, sais-tu ce que tu me fais," demanda-t-il à travers ses doux gémissements alors qu'elle continuait à lui mordiller le cou.

"Les remboursements une garce n'est-ce pas," demanda-t-elle en se frottant à nouveau contre lui en suçant son cou.

Il s'écarta et lui ouvrit la porte, "mais je peux contrôler combien de temps tu vas te venger maintenant, n'est-ce pas ?"

Elle est entrée et a commencé à faire la moue, "Nathan tu ne t'amuses pas!"

Il a ri et est allé du côté du conducteur, "Personne n'a dit que j'étais gentil."

Elle se disait, il a raison. Au cours des deux dernières semaines, il m'a ignoré, puis il a saccagé mon jardin, "Eh bien, tu m'as demandé de sortir, n'est-ce pas?"

« J'ai toujours voulu sortir avec toi mais je ne savais pas comment te demander… qu'est-ce que tu fais ?

Pendant qu'il parlait, elle tendit la main et commença à défaire son pantalon, "à quoi ça ressemble", a-t-elle demandé alors qu'elle se penchait sur l'accoudoir et sortait sa tige et léchait légèrement la tête en glissant sa langue dessus, "wow you goût vraiment bon", elle a tiré le bas de sa tête dans sa bouche et elle l'a senti devenir dur instantanément alors qu'elle bougeait sa bouche de haut en bas, l'emmenant plus profondément dans sa bouche.

Il gémit alors qu'elle continuait à le sucer, "Tabby comment sais-tu comment sucer comme ça ?"

Elle a continué à le sucer alors qu'elle touchait son pantalon et serrait légèrement ses couilles et les massait. au fond de sa gorge et elle s'étouffa en léchant à nouveau sa tête, elle sentit son sac se resserrer.

"Tabby, je vais jouir," dit-il entre ses pantalons, "Je t'aime tellement."

"Alors jouis dans ma bouche," elle a continué à lui lécher la tête, puis elle l'a tiré dans sa bouche pour qu'elle puisse le sucer de plus en plus fort alors qu'elle glissait sa main de haut en bas de sa hampe.

"Tabby, je suis en train de jouir," gémit-il bruyamment alors qu'il entrait dans sa bouche et qu'il en sortait partout sur son visage.

Elle l'a sucé et a bu chaque once qui sortait de son pénis et l'a regardé pendant qu'elle essuyait son visage sur son ventre et elle le léchait, "mmm, c'était si bon."

Il la regarda et sourit, "tu sais que tu viens de me faire ma première pipe."

Tabby regarda à nouveau sa bite et commença à le branler pendant qu'il conduisait. Elle regarda le plaisir rouler sur son visage alors qu'elle bougeait sa main un peu plus vite et plus fort de haut en bas.

"Tabby, tu sais que si tu fais ça plus longtemps, je vais devoir m'arrêter et t'emmener ici dans la voiture," dit-il à travers son pantalon. Il gémit quand elle passa sa langue sur le bas de sa tête.

Plus elle faisait ça, plus elle était mouillée. Elle ne pouvait pas se masturber devant lui. Pas avec le fait qu'elle soit vierge. Alors elle a juste continué à le branler et à jouer avec son sac. Il était sur le point de jouir à nouveau et elle a donc ralenti pour faire durer le moment.

"C'est tellement bon," il n'arrivait pas à croire qu'il se faisait branler par la plus belle fille de l'école. Eh bien pour lui, elle l'était. Il avait l'impression qu'il allait exploser à nouveau, "Tabby..."

Il n'a pas pu finir alors que sa bouche s'enroulait autour de son membre et elle le suçait et le taquinait légèrement jusqu'à ce qu'il vienne remplir sa bouche et qu'elle en avale chaque goutte.

Il n'arrive pas à croire qu'il vient d'avoir le meilleur travail de main/coup de sa vie. Où a-t-elle appris à faire ça ? Elle l'a fait jouir. Il la regardait et il sourit doucement, "Tabby, nous sommes presque chez toi. Il y a une chemise sur le siège arrière si tu veux t'essuyer le visage," il lui tendit un coca.

Elle l'a pris et l'a bu pour se rincer la bouche afin que sa mère et son père ne demandent pas pourquoi sa langue était toute pâteuse.

Ils se sont arrêtés chez elle et il n'y avait aucune voiture dans l'allée ou dans le garage. C'était la première fois que Nathan était en fait chez Tabby. Il la regarda et se pencha pour l'embrasser et elle attira son visage contre le sien et enroula ses bras autour de son cou pour l'embrasser. Il lécha ses lèvres pour l'entrée et elle ouvrit un peu la bouche et il glissa sa langue dans sa bouche explorant chaque coin de sa bouche.

Tabby s'écarta et le regarda, "Voulez-vous voir ma chambre ?"

Nathan la regarda et sourit, « J'adorerais, » Il sortit et alla lui ouvrir la porte, « tu es belle, plus belle qu'une rose.

Le rougissement qui maculait ses joues était d'un cramoisi foncé, "Tu dois faire ça ?"

Nathan gloussa et l'embrassa à nouveau en la plaquant contre la voiture.

"Est-ce qu'on va dans ma chambre ou pas," demanda-t-elle entre deux respirations, elle attrapa ses épaules pour se soutenir.

« Ouais, je voulais juste t'embrasser à nouveau. » Il attrapa ses hanches et l'attira plus près.

Elle s'est éloignée en lui saisissant la main et l'a tiré à travers la porte d'entrée et dans les escaliers jusqu'à une porte, elle s'est retournée en le regardant, "Tu ne peux pas rire."

Il la regarda et lui chuchota à l'oreille : « Pourquoi est-ce que je rirais ?

"Parce que je suis une fille féminine quand il s'agit de ma chambre," elle observa sa réaction mais ne vit pas une trace de rire dans ses yeux, "d'accord, viens bébé."

Il la suivit dans sa chambre et sa mâchoire tomba, "Wow, c'est incroyable", il y avait plein d'affiches sur ses murs et un tas de photos quand ils étaient petits, "Tabby, tu as même gardé ce collier que je t'ai offert pour Noël Il y a quelques années."

Elle rougit, "Bien sûr que je l'ai fait. Tu me l'as donné. C'était la première fois que tu m'embrassais. Juste sous la pointe du missile. Tu m'as donné le collier et il se trouve que nous étions en dessous."

Nathan était heureux qu'elle le garde. Il l'a mis en place de cette façon mais elle ne le savait pas, "Eh bien, je suis content que tu l'aimes. Je ne pensais pas que tu le garderais après la façon dont je t'ai traité."

"Peu importe ce que je pense, c'était si gentil de ta part. Et tu es le premier gars que j'ai jamais embrassé," elle regardait le collier accroché au mur.

Nathan l'attira contre lui et lui mordit doucement le cou, "Eh bien, je suis ton premier pour beaucoup de choses, n'est-ce pas ?"

Elle hocha la tête alors qu'un doux gémissement sortait et ses mains s'enroulèrent autour de son cou alors qu'il mordait à nouveau et elle gémit à nouveau. Il faisait rouler la chaleur dans son ventre, la façon dont ses lèvres bougeaient sur sa peau était si érotique qu'elle ne pouvait pas arrêter la façon dont il la faisait ressentir. Elle se mouillait juste parce qu'il lui mordait le cou et l'embrassait. Elle tenait sa tête là en gémissant à chaque fois que ses dents lui grattaient le cou. C'était tellement érotique la façon dont il la faisait ressentir. Son corps bougea tout seul contre le sien, sa main s'enroula dans sa crinière sombre.

* Est-ce que tu aimes ce Tabby, la façon dont je te fais sentir », a-t-il frissonné alors que son corps se déplaçait contre le sien. Elle le rendait fou, ses mains glissaient le long de ses côtés et légèrement sur sa poitrine. Elle n'avait pas de ligne de soutien-gorge. , "Est ce que tu portes un soutien-gorge?"

"N-non," haleta-t-elle alors que son doigt commençait à frotter son mamelon à travers sa chemise en poussant le coton doux contre elle, "N-Nathan..Je te veux tellement," gémissait-elle, il glissa sa main sous sa chemise pour frotter son mamelon nu et son dos cambré poussant sa poitrine dans sa main.

Il l'a déplacée contre son mur où il a lentement glissé son genou entre ses jambes et l'a lentement frotté contre ses sous-vêtements tout en continuant à frotter son mamelon, "Wow ton mamelon est si dur", il a baissé la tête et l'a sucé à travers elle chemise et elle gémit fort.

Elle ne pourrait pas tenir plus longtemps s'il continuait, elle allait jouir sans qu'il fasse quelque chose. Elle le repoussa un peu pour pouvoir enlever sa chemise pour lui donner un meilleur accès à ses seins. Elle défit sa jupe et la laissa tomber par terre pour qu'il puisse la frotter avec son genou. Il se rapprocha à nouveau d'elle et il continua ce qu'il faisait mais au lieu d'utiliser sa main à la place, frottant ses sous-vêtements poussant lentement son doigt en elle la faisant crier de plaisir. Il savait qu'elle était vierge alors il ne l'a pas fait trop fort. Ses sous-vêtements étaient trempés et il les fit glisser le long de ses jambes lisses et laiteuses et il s'accroupit pour pouvoir regarder son torse rasé. Il leva les yeux vers elle alors qu'elle rougissait et il lui lécha la chatte rendant ses genoux faibles et elle attrapa ses épaules.

Elle baissa les yeux alors qu'il le faisait à nouveau et un gémissement s'échappa de ses lèvres et c'était fort. Elle ne pouvait pas croire à quel point il la faisait ressentir juste en la léchant. Il lécha son clitoris et elle gémit bruyamment. Comment est-ce qu'il me fait ça, pensa-t-elle, je ne permettrais pas à un autre gars de toucher comme ça. Non, mais c'est la première fois que je ressens le sentiment qu'il me donne. Je ne le connais que par la façon dont mes amis l'ont décrit.

Elle en profite. La façon dont ses muscles se rétractaient autour de ma langue était incroyable. Plus je fais ça, plus elle est mouillée, il a continué à la lécher et à sucer son clitoris qu'elle trempait et elle avait tellement bon goût. Il se leva en enlevant ses vêtements et la souleva lentement.

Ses jambes s'enroulèrent autour de son ventre et il la porta jusqu'au lit, « Tabby… tu veux utiliser un préservatif ?

Elle le regarda avec de grands yeux, « tu me demandes », lui demanda-t-elle et il hocha la tête, « mais et si je tombais enceinte ?

« J'avais l'intention de demander à tes parents la permission de t'épouser. C'est ton choix si tu veux utiliser une protection, » il la reposa sur le lit en regardant sa bite et sa chatte. Il semblait qu'ils étaient destinés à être joints. Elle était trempée et il était solide comme un roc.

Il déplaça lentement sa bite sur son clitoris et regarda son visage devenir un masque de plaisir et elle gémit légèrement et il fendit légèrement les lèvres de sa chatte et poussa légèrement assez pour ne pas faire éclater sa cerise juste assez pour qu'elle s'habitue à sa taille. Il s'est retiré et a commencé à frotter la tête de sa bite contre son clitoris et à la faire gémir bruyamment.

« Tu es prête…, » lui demanda-t-il et elle hocha la tête, « ça va faire mal.

"Je sais que ça va faire mal, mais je veux que tu sois le seul à le faire... Je ne veux pas utiliser de préservatif. Je veux que tu me remplisses de ton sperme comme tu l'as fait avec ma bouche", a-t-elle déclaré. regardait dans ses yeux avec une confiance évidente en eux, "Je sais que si je dis que je ne suis pas prêt maintenant, tu t'arrêteras et si je dis que je le suis, je sais que tu vas être doux."

Il hocha la tête et plaça la tête de sa bite à son entrée et la regarda. Quand elle hocha la tête, il la poussa lentement en la regardant alors que ses yeux se fermaient et il lui attrapa les mains. Elle ouvrit les yeux et lui sourit, "ça ne s'est pas cassé. Peux-tu le refaire s'il te plait bébé ?"

Nathan la regarda et sourit alors qu'il l'embrassait et reculait lentement et poussait vite et fort. Il sentit le mur qui l'empêchait d'accéder à elle, "Tabby, ça va casser," cria-t-elle alors qu'il franchissait la barrière et il s'arrêta pour laisser son corps s'adapter à sa taille.

« C'est si bon d'avoir quelque chose de si chaud en moi… » dit-elle entre deux halètements, elle l'embrassa et bougea ses hanches contre les siennes dans un mouvement suggestif.

Il hocha la tête et s'enfonça lentement un peu plus profondément et elle cria. Il s'est arrêté et elle a dit de continuer, alors il l'a fait et bientôt ses cris sont devenus des gémissements alors que ses poussées devenaient un peu plus rapides. Elle gémit alors qu'il continuait son rythme et il commença bientôt à lui soulever les hanches.

"N-Nathan, je vais jouir", la chaleur a commencé dans son ventre et elle a voyagé bas et vite et il a continué à pousser dès qu'elle a joui, elle a giclé sur lui et elle tremblait. Et il s'arrêta pour laisser son corps se calmer. Dès qu'elle a commencé à bouger son corps contre lui, il s'est retourné pour qu'elle soit sur le dessus et elle a haleté alors qu'il l'étirait davantage, « Nathan ça fait mal… ça fait mal !

"Détends-toi mon amour, nous sommes faits l'un pour l'autre," dit-il alors qu'il commençait à déplacer lentement sa hanche vers le haut, s'enfonçant lentement en elle alors qu'il la tirait vers le bas. Elle gémit fort pendant qu'il faisait ça, "Merde, tu es si serré."

Elle commença à se baisser en utilisant ses épaules comme équilibre pour ne pas tomber en avant contre lui. Il avait toujours ses hanches et elle continuait à s'appuyer sur lui en allant plus vite et il gémissait alors qu'elle se resserrait autour de lui et il grandissait à ses côtés la faisant gémir alors qu'il l'étirait davantage. Il a commencé à la tirer vers le bas plus rapidement et à s'enfoncer en elle et elle gémissait plus fort à chaque poussée, "NATHAN HARDER", alors il l'a enfoncée de plus en plus vite, de plus en plus profondément à chaque poussée et il savait qu'il atteignait son apogée. bientôt mais elle se resserrait de plus en plus autour de lui et elle a crié, "JE VAIS JOUIR!"

Elle a soulevé ses hanches de lui alors qu'elle giclait sur son ventre et sa bite et il l'a tirée vers lui et a continué à la pousser en elle, "Tabby, je vais bientôt jouir."

Elle sourit et commença à s'abattre sur lui de plus en plus vite. Elle le regarda saisir le lit avec ses mains alors qu'il continuait à soulever ses hanches. Elle se pencha derrière elle et commença à masser ses noix alors qu'elle s'enfonçait sur lui plus fort et plus vite. Elle sentit son sac se resserrer et elle savait qu'il allait jouir alors elle accéléra le rythme.

"TABBY JE VAIS JOUIR!"

Il l'attrapa par les hanches et la tira sur lui plusieurs fois et il entra en elle la remplissant jusqu'au bord où elle ne pouvait plus rentrer en elle. Et il la souleva de lui et regarda son sperme couler de sa chatte sur son ventre et regarder sa chatte se convulser. Elle se pencha et lécha son ventre en le nettoyant de chaque goutte de sperme qui s'y trouvait.

Deux heures plus tard….

Ils étaient allongés l'un à côté de l'autre sur le lit de Tabby avec son dos contre le ventre de Nathan. Ils ont juste fait l'amour environ quatre fois et ils étaient tous les deux fatigués. Tabby se tourna vers Nathan mais il était profondément endormi avec un sourire sur son visage et elle se blottit plus près de lui avec sa bite pressée contre ses fesses. Elle sourit, ferma les yeux et murmura : « Je t'aime tellement Nathan Edwards.

Articles similaires

Fête du 4 juillet

REMARQUE : Pour ceux qui ne vivent pas en Amérique, j'ai ajouté un tableau de conversion des histoires à la fin. +++++ Fête du 4 juillet Ma femme et moi avons décidé d'organiser une fête familiale Forth of July dans notre ferme. Nous avons plusieurs centaines d'acres de terrain et pouvons faire à peu près tout ce que nous voulons faire. C'était prévu plusieurs mois à l'avance afin que j'aie eu tout le temps de préparer un terrain dans les années 40 pour organiser la fête. Comme le quatrième était un mercredi cette année, nous avons invité tous ceux que nous connaissions...

689 Des vues

Likes 0

Fantaisie de football, partie 3

Si vous ne le savez pas encore, c'est ma première série d'histoires fantastiques. Je suis un nouvel écrivain et je semble m'améliorer au fur et à mesure. Je sais que ma première histoire était OK... et la seconde était encore meilleure, mais j'espère vous époustoufler avec celle-ci. J'apprécie les critiques constructives... et je lis vraiment tous les commentaires. --- *BIP BIP BIP* Je me suis réveillé. Ohhhhh...... dis-je en me frottant les yeux. Quelle heure est-il ? J'ai regardé l'horloge sur le lit de Kevin, 8h30. Putain de merde !! Kevin réveille-toi !!! J'ai crié. Ses cheveux étaient toujours en désordre...

559 Des vues

Likes 0

Infirmière Kate pt2

Quand j'ai rencontré la personne avec qui je voulais passer ma vie, je ne m'attendais pas à ce que ce soit avant de quitter l'école, une personne plus âgée, mariée et encore moins une femme. Quand j'ai quitté l'Angleterre avec ma mère à l'âge de 16 ans pour vivre en Italie afin d'essayer de m'aider avec les problèmes que j'ai acquis lorsque mes parents ont divorcé. Je n'ai jamais pensé que ce serait la meilleure décision de ma vie. Je n'avais passé que quelques heures sous la garde de l'infirmière Kate après avoir été lapidé sur le toit de ma nouvelle...

524 Des vues

Likes 0

The Forgotten Heroes Chapitre 3

Vous et Eve partez dans la forêt pour échapper aux Chevaliers du Cinquième Dragon. Pour tuer le silence, vous posez des questions à Eve sur elle. Alors, comment t'es-tu retrouvé dans l'île du Nord ? Eve attrapa ses bras et eut un regard de profonde réflexion sur son visage. J'étais jeune seulement 23 ans encore un enfant par des Elfes, mais ma tribu a été assassinée et presque anéantie par une bande de colons humains. J'ai été épargné à cause de ma beauté naturelle et vendu en esclavage des années plus tard, je me suis retrouvé au milieu où un homme...

733 Des vues

Likes 0

LA DOULEUR : tome 1

J'ai quitté le travail tard et j'ai commencé à rentrer chez moi et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à l'homme que j'ai surpris en train de masterbating dans sa chambre d'hôtel alors que je le rencontrais par erreur alors que je faisais mon travail. Je suis entré en pensant que la pièce était vide pour le voir entièrement nu et penché sur un magazine porno sur son lit, semblant éjaculer sur les draps que je devrais changer. il avait environ 28 ans et son corps était en sueur et rouge alors qu'il pompait du sperme partout avec une main...

367 Des vues

Likes 0

Chapitre 2 Révélations

Chapitre 2 Révélations Squall marcha avec lassitude dans le Jardin, se dirigeant vers le Centre d'entraînement pour s'entraîner. Il espérait que cela l'aiderait à se réveiller, en plus il avait juste besoin de sortir de son bureau. Il s'était presque endormi à son bureau, ce qu'un commandant ne devrait pas faire. Ce ne sont que des rêves, ils finiront par disparaître. s'assura-t-il en passant devant quelques cadets qui le saluèrent en passant. Il salua sans enthousiasme en retour, souhaitant qu'ils puissent oublier qu'il était leur commandant pour une seule fois. Commandant Leonhart, s'il vous plaît venez dans mon bureau immédiatement, entendit-il...

804 Des vues

Likes 0

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

548 Des vues

Likes 0

Désirs interdits - Partie 3

Susan Ramsey a marché dans le couloir à côté d'une rangée de salles de classe à l'école où elle a fréquenté la 7e année. Elle portait une jupe courte et un haut moulant qui respectait à peine le code vestimentaire de l'école. Blonde et aux yeux bleus, elle était bien développée pour une fille de 12 ans, avec des seins guillerets et en herbe et un joli cul qu'elle apprenait tout juste à utiliser à son avantage avec les garçons. Elle ne connaissait pas grand-chose au sexe, mais elle était certaine d'une chose : à peu près tous les hommes qu'elle rencontrait...

461 Des vues

Likes 0

Sauver la marguerite

John était propriétaire d'une entreprise dans la trentaine; construction générale, mariée jeune et divorcée en quelques années. Il était maintenant un célibataire heureux et se débrouillait bien pour lui-même, renversant 6 chiffres sympas, vivant dans l'une de ses maisons spéciales et faisant ce qu'il avait toujours voulu. Il ne sortait pas beaucoup parce que tout cela signifiait pour lui un autre tracas comme avant et il avait assez de tracas pour lui durer toute une vie. Il avait acquis une certaine réputation dans la ville pour être un sacré bon constructeur et c'était bien mérité. Il avait toujours eu ce talent...

410 Des vues

Likes 0

La première nuit où elle a essayé l'anal

Tu es entré avec le trousseau de clés que je t'ai donné il y a quelques mois. Vous les jetez sur la table, avec votre sac à main, en essayant de vous taire. Vous ne savez pas si je dors ou non. Vous laissez tous vos vêtements sales près de la machine à laver et vous vous précipitez devant la chambre, nu, dans la salle de bain. Vous vous admirez dans le miroir en pensant même couvert de la crasse de la journée, vos cheveux en désordre, vous vous sentez sexy. Vos seins sont gais, avec de beaux mamelons au bon...

396 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.