Chapitre 2 Révélations

1.7KReport
Chapitre 2 Révélations

Chapitre 2
Révélations



Squall marcha avec lassitude dans le Jardin, se dirigeant vers le Centre d'entraînement pour s'entraîner. Il espérait que cela l'aiderait à se réveiller, en plus il avait juste besoin de sortir de son bureau. Il s'était presque endormi à son bureau, ce qu'un commandant ne devrait pas faire. "Ce ne sont que des rêves, ils finiront par disparaître." s'assura-t-il en passant devant quelques cadets qui le saluèrent en passant. Il salua sans enthousiasme en retour, souhaitant qu'ils puissent oublier qu'il était leur commandant pour une seule fois.

"Commandant Leonhart, s'il vous plaît venez dans mon bureau immédiatement," entendit-il la voix de Cid résonner dans tout le bâtiment alors qu'il n'était qu'à quelques pas de sa destination.

« Super, et maintenant ? » murmura-t-il et changea de direction pour voir ce que le directeur voulait. Il étouffa un bâillement alors qu'il se dirigeait vers l'ascenseur, maudissant mentalement son manque de sommeil. Il ne pouvait tout simplement pas fonctionner de cette façon. Il devait y avoir quelque chose qu'il pouvait faire pour arrêter le cauchemar répété. « Peut-être que j'ai besoin de vacances », pensa-t-il, puis il le repoussa. 'Cela n'arrivera pas.' Il était parfaitement heureux d'être ridiculement occupé, au grand dam de Linoa parfois.

Il monta dans l'ascenseur, appuyant sur le bouton de l'étage de Cid avec un profond soupir, relâchant son dos contre le mur alors que ses yeux se fermaient. « Merde, je suis tellement fatigué. » Seul dans l'ascenseur, il s'est laissé relaxer sans se soucier qu'aucun cadet ne le voit dans un tel état. Il ne pouvait pas se laisser paraître épuisé et faible, même si c'est ce qu'il ressentait en ce moment. Le mouvement de la montée était « Merde », siffla-t-il en se redressant et en se frottant les yeux avec la paume de ses mains. « Je dois dormir un peu », marmonna-t-il en atteignant son étage, la porte coulissante s'ouvrant pour révéler le bureau extérieur de Cid, et sa secrétaire vieillissante assise à son bureau avec le téléphone à l'oreille.

"Il t'attend," dit-elle, couvrant l'embout du téléphone pendant qu'elle parlait. "Entrez, Commandant," dit-elle d'une manière maternelle, et il lui fit un signe de tête en guise de remerciement avant d'aller à la porte et d'entrer.

"Squall, viens t'asseoir," proposa Cid en fermant la porte derrière lui. Il prit la chaise en peluche devant le bureau du directeur, ignorant le désir de son corps de s'asseoir et de se détendre dans le siège confortable. « J'ai une mission spéciale pour vous. Dans deux semaines, vous partirez pour Deling City, » dit Cid en tendant à Squall un dossier contenant les informations dont il avait besoin.

Squall ne parla pas, mais ouvrit le dossier à la place, jetant un coup d'œil sur le contenu de la première page, ressentant une trace d'agacement déçu. « Devoir de garde du corps ? Il doit se moquer de moi. Depuis qu'il est devenu commandant, il a dirigé de nombreux cadets dans des missions importantes, et c'était toujours quelque chose d'un gros calibre, rien de plus médiocre que d'être un simple garde du corps. Apparemment, le client était une jeune mondaine riche qui avait récemment hérité de la société prospère et de la richesse de ses parents. La raison pour laquelle elle avait besoin de protection était probablement enfouie plus loin dans le rapport, mais il ne prit pas la peine de regarder, reportant son attention sur Cid.

"Pourquoi ne pas envoyer un Seed capable sur cette mission. Je suis un commandant, pas une baby-sitter de filles riches gâtées", a-t-il déclaré avec un mépris froid. Cid tressaillit légèrement avec ses manières audacieuses et directes, mais se ressaisit tout aussi rapidement.

« Squall, tu n'as jamais remis en question une mission auparavant. Allons-nous avoir un problème avec ça ?

« Non, monsieur, mais je pense que je mérite une explication sur la raison pour laquelle je suis envoyé sur ce travail frivole.

"En toute honnêteté, j'enverrais quelqu'un d'autre, mais on vous a spécifiquement demandé. Une femme de sa réputation mérite la meilleure protection qu'elle puisse obtenir, et je peux voir pourquoi elle voudrait que vous la fournissiez.

"Peu importe," soupira Squall, fermant le dossier en un clin d'œil.

Le directeur gloussa. "Squall, qu'on le veuille ou non, vous êtes très connu et continuerez à attirer l'attention pour le service que vous avez rendu au monde. Sans vous, Ultimecia aurait réussi à réaliser ses plans tordus pour nous tous."

"Je ne l'ai pas fait seul, et non, je n'aime pas l'attention." Un bâillement s'abattit sur lui après qu'il eut parlé, et il ne put le réprimer cette fois.

« Squall, tu vas bien ? Tu n'as pas l'air très reposé. Même si Squall avait essayé de couvrir son problème, les cernes sous ses yeux devenaient de plus en plus évidents chaque jour qui passait, sans parler du fait qu'il ne semblait pas pouvoir s'arrêter de bâiller.

"Je vais bien," mentit-il, le faisant passer pour rien. Cid n'avait pas l'air convaincu et secoua la tête avec un doux sourire.

« Vous devez être à votre meilleur pour cette mission, Squall. À partir de maintenant, vous êtes en vacances jusqu'à ce que vous partiez pour Deling.

"Mais, Monsieur..."

"Pas de mais. C'est un ordre Squall, et je m'attends à ce que vous le suiviez. Au cours des deux dernières années, je ne pense pas que vous ayez pris du temps pour vous, et je pense qu'il est temps que vous le fassiez."

"Très bien," lança la brune, puis elle regarda Cid avec seulement une lueur de penaud. « Je suis désolé, monsieur. J'ai critiqué tout le monde ces derniers temps, semble-t-il. Squall couvrit sa bouche quand un autre bâillement le prit, et il ne voulait rien de plus que de simplement grimper dans son lit et dormir pendant des jours si possible. Pourtant, il savait que dès que son esprit fatigué dériverait, il serait de retour dans l'obscurité, essayant seulement de se réveiller à nouveau.

"Aucune excuse n'est nécessaire. Reposez-vous juste. Vous êtes congédié pour l'instant," dit Cid, se levant de son bureau. Squall se leva également, lui rendant le salut vif que Cid lui fit, et il quitta le bureau avec reconnaissance pour se rendre à l'appartement qu'il partageait avec Linoa.

Alors qu'il redescendait dans l'ascenseur, il se demanda comment Linoa prendrait la nouvelle de sa nouvelle mission. Elle s'est fâchée quand il a dû quitter Garden pour une longue période de temps. Elle lui cachait son inquiétude, elle était forte comme ça, mais il le voyait quand même. Ils semblaient toujours faire l'amour la veille d'une mission, peut-être dans la peur que ce soit la dernière fois. Amusant, il devait aller jouer au garde du corps d'une femme qu'il ne connaissait même pas, alors que Linoa était la seule qu'il voulait protéger. Sa belle sorcière aux cheveux corbeau. Pour l'instant, il n'avait pas l'impression de pouvoir protéger qui que ce soit. « Peut-être que je devrais voir le Dr Kadowaki. »

Il a emprunté le couloir qui menait à son appartement lorsqu'il est entré en collision avec Selphie qui courait à toute vitesse. « Bon sang, Selphie ! lança-t-il, l'attrapant pour les stabiliser tous les deux avant qu'ils ne tombent au sol.

"Je suis désolée, Squall," haleta-t-elle avec excitation. "Je venais juste de te trouver. J'ai une surprise," elle rebondit sur les talons de ses pieds avec un grand sourire collé sur son visage.

« Je n'aime pas les surprises. Combien de fois dois-je te le dire ? dit-il, essayant de réprimer l'envie de repousser son amie pour s'éloigner d'elle. Quand il a parlé de son humeur à Cid, il ne plaisantait pas. Il s'en prenait à tout le monde, même à ceux qui étaient les plus proches de lui. Tout le monde dans son petit cercle d'amis avait définitivement remarqué qu'il agissait plus froidement, encore plus qu'avant que Linoa n'entre dans sa vie.

"Tu vas aimer celui-ci. Allez," dit-elle, saisissant sa main qui ne tenait pas le classeur pour le tirer dans le couloir. Elle ignora son humeur fétide alors que son petit corps tirait son plus gros, gloussant quand il grognait d'agacement. Il la laissa le guider, trop fatigué pour faire autre chose.

Ses amis étaient réunis dans son appartement avec quelqu'un qu'il ne s'attendait pas à voir. Son père se leva du canapé, lui adressant un sourire hésitant. La tension dans la pièce était suffisamment intense pour qu'il s'en rende compte, et il regarda tout le monde à tour de rôle pour voir l'inquiétude sur tous leurs visages.

"C'est bon de te voir, fils," dit Laguna, brisant le silence.

"Toi aussi," répondit-il, pas vraiment sûr s'il le pensait. Il n'avait aucune haine pour l'homme, mais était confus quant à la raison pour laquelle il était ici et pourquoi tout le monde agissait si étrangement. Laguna avait l'air plus pâle que d'habitude, et l'expression épuisée sur son visage correspondait au sien. "Tu as l'air fatigué," dit-il, traversant la pièce pour ranger le dossier sur l'étagère jusqu'à ce qu'il puisse le relire plus tard.

"Je pourrais en dire autant de toi", répondit Laguna.

« Qu'est-ce qui ne va pas avec tout le monde ? En général, je ne peux pas faire taire aucun d'entre vous, » lança Squall, regardant autour de lui le petit groupe de personnes qui étaient dans la pièce.

« Squall, tu vas bien ? demanda Laguna.

"Bien sûr que je vais bien ! Pourquoi ne le serais-je pas ?!" Il sentit ses nerfs s'effondrer et ne voulait rien de plus que d'être laissé seul. « Qu'est-ce qui ne va pas chez tout le monde ? » Linoa semblait être au bord des larmes, et il ressentit un pincement au cœur d'avoir été si dur. Il lui tendit les bras et elle vint se faire embrasser. Il ne voulait blesser aucun d'entre eux, surtout son amour.

"Je leur ai dit," murmura-t-elle, des larmes coulant de ses yeux, et il n'eut pas à lui demander ce qu'elle voulait dire. "Es-tu fâché contre moi?"

"Non, je ne suis pas en colère contre toi." Il la serra contre lui, essayant de la calmer alors qu'elle sanglotait doucement contre son torse.

"S'il te plaît, Squall. Dis-nous de quoi tu as rêvé. Nous voulons t'aider," le pressa Linoa une fois qu'elle eut repris le contrôle d'elle-même. Il soupira avec résignation, acceptant ce qu'il avait à faire. Il ne pouvait plus garder ce problème pour lui. Ils n'allaient tout simplement pas le laisser faire.

Il a parlé sans aucune émotion, racontant à ses amis et à son père son problème lancinant. Il a commencé avec le début des rêves, leur disant tout ce dont il pouvait se souvenir, et c'était tout. Aussi dur qu'il ait essayé, il était incapable de faire disparaître les souvenirs des cauchemars. C'était comme s'ils étaient gravés en permanence dans sa conscience, cette froide obscurité toujours au fond de son esprit.

« Les rêves ne peuvent pas blesser les gens ! » dit-il avec irritation quand il eut fini, voyant l'inquiétude sur les visages de chacun. Son père tremblait physiquement, assis sur le canapé avec un soupir tremblant. "Qu'est-ce qui ne va pas?"

"J'ai rêvé aussi. C'est pourquoi je suis ici, Squall," répondit-il. "Je pense que nous avons un sérieux problème, et nous devons nous en occuper le plus tôt possible."

« La garce est morte ! Nous l'avons tuée ! Squall cria soudainement, faisant tressaillir tout le monde dans la pièce à cause de sa férocité. Les bras de Linoa le serraient plus fort, et il se calma avec sa chaleur, fermant les yeux pour ne pas avoir à regarder ses amis qu'il semblait continuer à blesser ces derniers temps. "Nous l'avons tuée," dit-il doucement cette fois, semblant moins sûr du fait.

"Je commence à me demander si c'est le cas", a déclaré Laguna, risquant une autre explosion de la part de son fils. Squall ne cria pas cette fois, mais le fixa avec un air de défaite totale et d'acceptation sinistre.

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

612 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

627 Des vues

Likes 0

Cassie et sa maman_(1)

Jo-27 ans Tracie-30 ans Cassie-9 ans Tout a commencé le jour où j'ai rencontré Tracie. Tracie travaillait à la banque locale où j'effectuais toutes mes opérations bancaires. Eh bien, Tracie et moi avons commencé à parler et avant longtemps nous avons commencé à sortir ensemble. Après quelques mois, Tracie et sa fille, Cassie, ont emménagé avec moi. Tout allait parfaitement, la vie ne pouvait pas s'améliorer, j'étais surprise. C'était durant l'été 98 et Tracey a dû emmener son père à l'hôpital. Cassie est restée avec moi, ce qui n'était pas inhabituel car nous avions souvent été seuls ensemble. J'étais déjà debout...

1.6K Des vues

Likes 0

Je n'avais pas de choix

Je n'avais pas de choix Par EFon (C'est une longue histoire et il y a une certaine accumulation, mais je pense que cela vaut la peine de vraiment définir l'intrigue.) Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Je suis coincé dans une situation sans issue et le stress me tue. Je n'ai jamais voulu une vie compliquée, mais j'ai un temps que j'aime ou pas. Ce qui est étrange, c'est que même si je sais que c'est mal, je ne peux pas m'empêcher de l'aimer quand même. Maintenant, j'ai eu des moments sauvages à l'université, mais alors que j'étais encore jeune, je...

1.5K Des vues

Likes 0

Kumiko - Partie 2 : Se réveiller_(0)

Encore une fois, c'est la partie 2 du repost! ______________________________________________ Introduction : Partie 2 de la série Kumiko. La partie 3 est déjà en cours d'écriture ! Plus court que le précédent mais la partie 3 est en route. Comme toujours, votez et laissez des commentaires. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------- Il se réveilla avec un frisson, notant l'obscurité dans la pièce. Ses yeux se sont rapidement adaptés à la lumière et il a vu un feu qui était sur le point de s'éteindre. Il ne se souvenait pas qu'il y avait une cheminée dans sa chambre, puis il remarqua le poids léger...

1.1K Des vues

Likes 0

P'tit Jazz

Je m'appelle Patrick, j'ai 21 ans et je travaille dans un magasin de détail d'électroménager, dans l'entrepôt. Cela consiste généralement en de longues journées difficiles où il faut recevoir beaucoup de stock lourd, comme des réfrigérateurs et des machines à laver, et devoir également donner aux clients leur stock. Cela devient assez fatiguant, surtout pendant les mois d'été quand il fait chaud. L'entrepôt a un deuxième niveau, où nous gardons habituellement les unités extérieures pour les climatiseurs. Étant hors de vue de la caméra et uniquement accessible à ceux qui peuvent conduire le préparateur de commandes (un type de chariot élévateur)...

891 Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

930 Des vues

Likes 1

Une soirée - Partie 4

Partie 4 Nous sortons du club et remontons l'allée jusqu'à la route principale. Je hèle un taxi noir qui passe et nous montons sur le siège. Je donne au chauffeur le nom d'une route que vous ne connaissez pas et nous partons. Tu me lances un regard interrogateur, mais je souris juste en retour, ma main se pose sur ton genou, puis glisse doucement de haut en bas sur ta cuisse, chaque coup s'aventurant un peu plus haut. Vous décidez de vous allonger sur votre siège et de profiter de la balade. Le mélange du vin que vous avez bu et...

690 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

1.8K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.