Domination papa noir

291Report
Domination papa noir

Scott Clair détestait sa blancheur. Il n'était pas capable de l'articuler exactement de cette façon; il prétendait accepter sa nature soumise et son désir irrésistible de servir la race noire. S'il avait été un peu plus conscient de lui-même, un peu plus introspectif, il aurait pu décrire avec précision sa haine de soi comme découlant de son besoin inhérent de se sentir supérieur. La blancheur était sa maladie, amplifiée par un complexe napoléonien aux proportions énormes compte tenu de sa taille de 5'1". Il souffrait d'un narcissisme extraordinaire. Dans son esprit délirant, l'univers lui devait des excuses pour sa taille et il l'a compensé en chantant "Woe is me", chaque fois qu'il en avait l'occasion - la version 12 pouces prolongée, remixée, house music. Mentir était sa première nature, il pouvait construire une histoire de tromperie sans même un clin d'œil, le tout pour se faire paraître plus important ou pour perpétuer une image de son faux sentiment de supériorité. Il traitait les gens comme des objets à utiliser et ne se souciait pas de qui était blessé, utilisé ou agacé dans le processus. Il se sentait le soleil, le fils élu, autour duquel tout le monde avait l'obligation de tourner.

Il a commencé à se sentir mal à l'aise avec son identité, avec sa blancheur, avec l'avènement du porno interracial. Au départ, il a été indigné et irrité par les hommes noirs et leurs énormes queues qui baisent des femmes blanches. Il regardait avec dégoût les vidéos d'hommes dotés d'équipements qui rendaient son petit pénis infantile en comparaison et bouillonnaient de colère, proclamant à quel point il détestait les hommes noirs pour être paresseux, ignorants, criminels et rien de plus que des sauvages. Bien sûr, tout ce dialogue interne a été noyé alors qu'il se masturbait furieusement pendant des heures pour image après image de femmes blanches hurlant de plaisir et de douleur tout en ayant le sexe de leur vie avec des hommes noirs. Il irait sur des blogs et des forums noirs et protesterait que la taille n'avait pas d'importance et que les hommes noirs n'avaient pas, en fait, de plus grosses bites, que tout cela n'était qu'un mythe. Il prenait plaisir à ses diatribes anonymes dégradant les hommes noirs pour être de mauvais pères, pour tous étant des rappeurs analphabètes, et il semblait toujours trouver un moyen d'épouser des croyances racistes et haineuses qui faisaient que les hommes blancs semblaient intrinsèquement et naturellement supérieurs. Immédiatement après avoir nargué tous ceux qui exprimaient la moindre indignation, incrédulité ou colère face à ses diatribes psychotiques, il se connectait à l'un des nombreux sites payants auxquels il était abonné et téléchargeait des vidéos de femmes blanches se faisant baiser par des hommes noirs dans tous les orifices. pour qu'il puisse se branler.

Dans la deuxième phase de son éveil, il a eu une grande épiphanie au cours de laquelle il a décidé qu'il était sensible à la race noire. Il est devenu un raciste autoproclamé, libéral et réformé qui a insisté sur le fait qu'il expiait les péchés de tous les hommes blancs, passés et présents, et qu'il réparait les torts de l'esclavage en étant soumis aux femmes noires. Ses motivations auraient pu être pures, à l'exception du fait qu'il n'était même pas capable de voir les femmes noires comme des êtres humains, mais simplement comme des choses pour satisfaire ses perversions. Il a regardé BET, il a écouté la radio Black Talk et il a loué tous les films Black jamais réalisés pour pouvoir revendiquer une expertise sur Blackness. Dans sa soumission, il se laisserait aller à l'idée que des femmes noires l'utilisent, se moquent de son petit appendice, le giflent, peut-être même le baisent avec un strapon et rentrent chez lui dans son monde blanc où il n'a jamais interagi avec une autre personne noire. . Sa sexualité était cloisonnée. Pendant quelques heures par mois, s'il avait de la chance, quelques heures par semaine, il pouvait retirer son privilège blanc, le laisser à la porte et jouer le rôle à sa guise qu'il était l'esclave d'une femme noire. Quand ce fut fini, il pouvait rentrer chez lui et se sentir absous de sa culpabilité blanche et assuré qu'il était libre de tout soupçon de suprématie blanche et de croyances racistes.

En réalité, il utilisait les femmes noires comme des jouets réalistes. Il a utilisé la menace de leur donner de l'argent pour baiser avec eux. Il leur promettait de grosses sommes d'argent et ensuite, sans aucune raison, il annulerait l'offre dans l'espoir que les femmes seraient furieuses et qu'à leur tour elles mendieraient et plaideraient pour l'argent afin qu'il se sente puissant. et maître de leur vie. Il exigerait qu'ils réalisent ses fantasmes, exactement de la manière qu'il jugeait appropriée; il n'hésitait pas à les appeler à des heures obscènes du jour ou de la nuit chaque fois qu'il voulait vivre ses fantasmes de soumission, les traquant, manquant complètement de respect à leur temps et à leur vie. Le fait qu'il considérait à tort son fétiche comme étant soumis est ce qui lui a permis de croire qu'il était pardonné de sa responsabilité d'être un connard total et complet qui voulait ce qu'il voulait, quand il voulait, comme il voulait, sans égard, respect, ou la révérence à quelqu'un d'autre.

Sa fascination pour le corps féminin noir était colorée par sa haine du corps masculin noir. Plus une femme ressemblait à un homme, plus il était obsédé par le fait d'être la « victime » de ses abus. Si elle était bourrée de stéroïdes et bombée de muscles partout, si ses traits du visage étaient masculins, si elle portait les cheveux courts et naturels ou si elle était transgenre et arborait une grosse bite juteuse et grasse, il ferait de cette femme la centre de sa luxure dans la mesure où il deviendrait une obsession maniaque. Il passait des heures interminables à se masturber furieusement, pensant être pulvérisé par ces femmes, battu à mort, violé contre son gré, et n'avait aucune raison d'associer ses désirs à sa haine du mâle noir.

C'était, en fait, sa haine du mâle noir, son odieuse et indéniable jalousie envers sa force, sa puissance et sa masculinité indiscutable, toutes choses qui manquaient dangereusement à Scott, qui motivaient ses fantasmes. Il voulait détruire le Noir, le castrer, mais à défaut de pouvoir le faire, il pouvait convoiter ces femmes qui étaient essentiellement des hommes et se sentir en sécurité en sachant qu'il les dominait passivement avec ses menaces de donner et de retenir de l'argent. En vérité, il adorait le mâle noir, juste moins le pénis. De nombreuses nuits, il s'asseyait devant son ordinateur, des pinces à tétons en place, un plug anal noir fermement en place étirant son anus, caressant sa petite bite avec son pouce et son index, fantasmant sur Mike Tyson, Kimbo Slice ou un autre champion de boxe noire et leur botte littéralement le cul. Il était trop stupide pour même reconnaître ou réaliser que ses fantasmes étaient de nature sexuelle, qu'il se branlait sur ces images parce qu'elles l'excitaient ; il ne pouvait se concentrer que sur l'adrénaline qu'il ressentait lorsqu'il s'imaginait vainqueur de ces bastions de la masculinité noire. Son esprit déformé et délirant ne pouvait que comprendre qu'il considérait le corps masculin noir, le corps masculin noir musclé, comme son ennemi.

En même temps, il rêvait d'être un homme noir. Être transformé en un corps masculin noir, dans son esprit déformé, signifierait que des femmes, blanches et noires, se jetteraient à ses pieds, qu'il pourrait baiser qui il voulait, quand il voulait. Jamais, pas une seule fois, il n'a considéré qu'être un homme noir comportait plus de fardeaux et de responsabilités que de rester debout sur le terrain de basket en attendant qu'une femme blanche se perde dans le quartier. Dans son esprit, être un homme noir était une question d'athlétisme, de sexualité et de masculinité.

C'est en effet un homme noir qui a orchestré la phase trois de son évolution. Ayant «diplômé» du service des femmes noires masculines et contraint par ses pulsions déviantes et ses émotions conflictuelles, Scott est passé au culte de la mythique grosse bite noire. Il est devenu obsédé par cela, tout le pouvoir qu'il représentait et il ATTENDAIT d'être dégradé et humilié par des hommes noirs avec rien de moins de 8 pouces ou plus de viande d'homme. Son besoin d'être soumis aux hommes noirs est devenu obsessionnel, voyageant dans les librairies pour adultes, les bains publics et les bars gays à la recherche de la plus grosse bite noire qu'il puisse trouver. Les hommes auxquels les coqs étaient attachés étaient sans importance; c'était le pénis qui était son objet de désir. Il est devenu la salope proverbiale pour coq noir. C'était, jusqu'à ce qu'il réponde à une annonce particulière sur Craigslist.

L'annonce était assez simple. "Un homme noir professionnel cherche la même chose pour LTR." Il décrivait les détails de qui était le gars et ce qu'il recherchait : teint, intérêts similaires, éducation, taille et âge - toutes les choses moyennes dans une annonce personnelle. La section photo comprenait plusieurs photos d'un homme grand, très séduisant, à la peau foncée, avec une belle maison, une belle voiture et un colis si gros qu'UPS aurait refusé de le livrer.

Si l'annonce n'avait pas inclus la photo du coq, Scott serait probablement passé à autre chose, en cliquant sur une autre annonce pour trouver quelqu'un qui cherchait une succion ou une baise rapide et anonyme dans un avenir immédiat. C'était le coq parfait : non coupé, fortement veiné, épais, noir et ce qui devait être de 10 pouces. . . mou, tendre. La bouche de Scott salivait et son cul palpitait à l'idée de sentir cet énorme monstre l'envahir, le marteler, l'étirer au-delà de sa capacité, le déchirer, le remplir de charge après charge de sperme brûlant. Il devait l'avoir.

Il a envoyé une réponse, détaillant rapidement quelle salope il était et comment il avait une bouche chaude et humide parfaite pour sucer et un trou serré et chaud idéal pour baiser. Il a joint une photo trouvée sur le net d'un beau jeune minet qui aurait pu être un parfait modèle Calvin Klein. Cela n'avait vraiment pas d'importance pour lui qu'il ne ressemble RIEN à la photo, rien ne comptait pour lui à part obtenir ce qu'il voulait. Il attendit une réponse. Et il a attendu. Au bout de deux jours, il pensa qu'il enverrait une autre réponse, cette fois plus explicite.

"Cher Monsieur. Je vous ai envoyé un e-mail l'autre jour, mais il a dû se retrouver dans votre dossier spam ou quelque chose comme ça. Je suis un homme blanc d'une trentaine d'années », a-t-il menti,« qui adorerait vider votre grosse bite. Je suis un expert en succion de bite, j'ai un trou blanc chaud juste prêt à être martelé toute la nuit, et tu peux me faire ce que tu veux, me traiter comme de la merde, et je peux tout prendre et plus encore. J'apprécie particulièrement le jeu de course et je prends plaisir à être traité brutalement et vous pouvez même me battre à mort si vous le souhaitez. Je vais m'agenouiller à tes pieds et vénérer ton supérieur, la bite noire. Dans l'attente de votre réponse avec impatience. Soumis, Scott.

La réponse est venue rapidement cette fois, en quelques minutes. "Merci pour votre intérêt. Je ne cherche pas un sous-marin ou quoi que ce soit du genre, mais je recherche plutôt une relation à long terme EXACTEMENT comme je l'ai décrit dans mon annonce.

Pour la plupart des gens, cela aurait été suffisant. Peut-être que quelques-uns auraient envoyé une réponse en disant : « Bien, vous ne savez pas ce que vous manquez », et en seraient restés là. Scott, cependant, n'était pas satisfait de cette réponse. Il est devenu belliqueux et typiquement arrogant. Sa réponse est venue sous la forme d'un essai, décrivant comment il était informé sur les problèmes des Noirs, à quel point il était libéral socialement et comment il soutenait Barack Obama. Il a écrit sur la traite transatlantique des esclaves et l'histoire du racisme. Il a continué indéfiniment avec des statistiques sur les hommes noirs aux États-Unis. Il a ridiculisé l'homme pour son manque de connaissances sur les problèmes des Noirs, ne connaissant même pas la position de l'homme sur quoi que ce soit. Tout l'objectif de la correspondance était d'énerver ce type. Scott était doué pour être irritant, c'était son arme de prédilection et être rejeté n'était pas dans son agenda.

Envoyer.

Pas de réponse.

Il n'a même pas attendu 24 heures complètes pour une réponse. Il a envoyé un autre e-mail, cette fois plus long, cette fois plus abrasif.

Pas de réponse.

Indigné, Scott s'est assis devant son ordinateur, regardant cette photo de cette magnifique bite, se branlant sans cesse et trouvant des moyens de se mettre sous la peau de ce mec. C'est tout ce qu'il voulait à ce stade. Il voulait l'ennuyer, le mettre en colère, le rendre frustré et énervé. Il a eu un frisson de l'attention, le fait qu'il savait qu'il était un irritant; c'était presque plus excitant pour lui que de se faire baiser.

Toujours pas de réponse, il a construit un autre e-mail, cette fois, le narguant en revenant à sa nature éprouvée d'être racialement belliqueux, affirmant que l'image du coq n'était même pas réelle, qu'il avait probablement un petit coq et essayait de compenser le fait de ne pas être un "vrai" homme noir. Cela obtiendrait sûrement une réponse.

Et cette fois c'est fait. . . instantanément. Notification d'échec. L'hôte distant a déclaré : 554 erreur de livraison. Le destinataire du courrier, [email protected] n'accepte pas les e-mails de votre compte.

"Comment cette merde noire a-t-elle osé m'ignorer," fulmina Scott. "Je vais le réparer", alors qu'il envoyait à nouveau ses trois e-mails, cette fois, chacun depuis l'un de ses nombreux autres comptes de messagerie. Le drame éveillait Scott et il serra sa petite bite dans l'attente d'une réponse. Cette fois, il était sûr d'obtenir une sorte d'élévation de ce type. Ce n'était même plus une question de sexe; c'était un jeu de pouvoir. Scott devait prouver qu'il ne pouvait pas et ne serait pas renvoyé. Il avait besoin de remettre ce Noir à sa place et de lui donner une leçon. La véritable nature raciste de Scott avait refait surface, victime de ses propres délires de suprématie.

Il a obtenu une vraie réponse cette fois, déclarant simplement: «D'accord, vous gagnez. Si tu veux être dominé, je le ferai. Soyez chez moi, vendredi soir, et préparez-vous à être poussé au-delà de vos limites. En fait, il vaut mieux ne pas avoir de limites. Il a donné une adresse et signé l'e-mail, "Your Black Dom Daddy".

Scott s'est masturbé sans fin, pendant des jours, lisant ces quelques lignes comme si elles détenaient la clé de l'univers. Il fantasmait sur ce que ce serait d'être le jouet d'un homme noir fort qui dominait sa petite taille. Il n'a pas fait ce qu'on lui avait demandé bien sûr. Cela aurait été anti-climatique. Il n'allait pas aller jusqu'au bout après tout ce qu'il avait écrit, il voulait juste se lancer dans l'idée d'être une pute blanche sans limites torturée et utilisée par un papa noir fort. Alors il s'est calmé en tirant et en caressant son petit pénis, imaginant des choses indescriptibles et dégoûtantes.

À peine une semaine s'est écoulée que la curiosité de Scott l'a emporté. Il a envoyé un autre e-mail et, sans surprise, il a été renvoyé comme bloqué. Il avait pas moins de 25 adresses e-mail créées pour une telle raison, alors il l'a rapidement renvoyé d'un autre compte et cette fois, il s'est excusé abondamment pour son comportement odieux. Il s'est humilié : « Cher Monsieur, que puis-je faire pour que vous me pardonniez ? J'ai été arrogant et je m'en rends compte maintenant. Je ne le ferai plus jamais, promis. Je veux être ton garçon. Je veux que tu me possèdes. Il ne pensait pas un mot de ce qu'il disait, tout cela faisait partie de sa pathologie tordue.

La réponse a été plus détaillée cette fois. « Je savais que ton cul de pédé ne pouvait pas résister. Les règles sont simples. Pendant tout un week-end, je vais t'utiliser d'une manière à laquelle tu n'as jamais pensé auparavant. Tu seras ma chienne complète. Apportez de la nourriture et des boissons pour me préparer le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner pendant tout votre séjour. Vous serez vêtue de talons de salope et de lingerie tout le week-end. Vous garderez vos trous prêts à être utilisés. . . de quelque façon que je juge bon. Si j'amène mes amis, vous les servirez comme ils le voudront. Si je sors à un rendez-vous, tu suceras ma bite propre quand je rentrerai à la maison. Vous servirez de femme de chambre et vous vous assurerez que ma maison est impeccable et vous serez mon repose-pieds, mon cendrier, mes toilettes et ma décharge de sperme. Tu seras tout ce que je te dirai d'être et tu l'aimeras et tu en redemanderas.

La colère bouillonnait dans l'âme de Scott, colère et désir pur et sans mélange. Il n'avait jamais vraiment renoncé à son erreur de suprématie blanche, il n'avait jamais vraiment concilié sa haine pour les hommes noirs et leurs plus grandes dotations, il passait juste par les mouvements dans le but d'assouvir son désir d'être dégradé et abusé. Ses désirs d'être violé, utilisé et battu jusqu'à ce qu'il soit méconnaissable étaient les symptômes d'un mal plus grand. Scott voulait utiliser la sexualité noire pour satisfaire ses désirs pervers ; il n'a jamais eu l'intention d'être utilisé pour satisfaire les désirs d'un Noir.

Sa compulsion à être utilisé l'emportait sur la raison alors qu'il roulait avec impatience dans sa voiture pendant 19 heures précises. Étant fouineur, il ouvrit la boîte aux lettres et vit que le nom sur le Car and Driver Magazine était Todd Harcourt. Au moins, il avait un nom à mettre avec la description du supposé courtier en hypothèques, passionné de sport et noir ouvertement gay qu'il était sur le point de rencontrer. Scott avait acheté assez de nourriture pour une semaine, tous les dîners congelés et les plats de charcuterie semi-préparés et autres ; il n'était pas un grand cuisinier et ne voulait pas énerver ce type en essayant d'être créatif dans la cuisine alors qu'il savait très bien que tout ce qu'il réparait lui-même aurait un goût de merde. Il voulait partir, faire demi-tour et rentrer chez lui, mais il savait que s'il le faisait, il le regretterait. Il avait emballé un sac de voyage avec toute la lingerie et les talons hauts qu'il avait volés à ses anciennes copines. Avec une si grosse bite qui le battait, il savait qu'il y aurait des problèmes potentiels, alors il s'était donné une série de lavements intenses et douloureux pour s'assurer que son côlon était exempt de toute merde afin qu'il n'y ait pas d'accidents ou désordre. Tout lubrifié avec un plug anal enfoncé pour étirer son trou, il a frappé à la porte.

"Oui comment puis-je vous aider?" Le gars avait l'air plus confus qu'autre chose, comme s'il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un se présente.

"Je suis . . . à partir d'Internet. . . vous connaissez . . . ton garçon. Tu m'as dit d'être là pour toi. . .” Scott s'arrêta au milieu de sa phrase, craignant que quelqu'un ne lui ait fait une blague. Le gars qui se tenait devant lui était le gars des photos de l'annonce, mais il ne savait pas exactement ce qui se passait alors il est resté silencieux, serrant plus fort ses sacs dans ses mains et prêt à courir.

"Oh DAMN, je savais que la photo que tu as envoyée était fausse mais DIEU DAMN. Auriez-vous pu trouver une image plus à l'opposé de ce à quoi vous ressemblez ? Merde! Eh bien, entrez ici. Le gars avait l'air de vouloir vomir tellement il était dégoûté. Scott entra dans le hall alors que la porte se refermait derrière lui. C'était dans sa nature d'être si arrogant, si pathologique dans son besoin de se déformer, qu'il ne se souciait pas d'envoyer des photos qui ne ressemblaient en rien à sa quarantaine, peu attrayante.

Une chose était certaine, le gars n'avait pas menti dans son annonce. Il n'avait pas un millimètre de moins que 6'4 ", il avait une carrure musclée et athlétique, une tête chauve, une peau de chocolat noir et il était TRÈS attirant. Scott pouvait voir l'image de sa bite fantastique dans son esprit et sa petite bite palpitait d'anticipation. Avec la différence de taille, Scott se sentait en fait comme un garçon à côté d'un papa fort. « Enlevez vos vêtements », étaient ses seules instructions.

Scott posa ses sacs et commença à se déshabiller lentement. "Dépêche-toi, connard," hurla l'homme et Scott commença à accélérer le rythme. Il enleva ses chaussures et ses chaussettes et baissa son pantalon, se tenant là avec rien d'autre qu'une paire de blancs serrés et plantant une tente, une tente pour chiots, mais son érection dépassait aussi loin que possible.

"Je pensais t'avoir dit que tu devais être habillée en lingerie féminine tout le temps que tu étais en ma présence, salope."

"Ouais, mais je ne savais pas exactement ce qu'on attendait de moi, alors j'ai pensé que je le ferais. . .” Ses mots furent coupés par un revers qui l'envoya voler dans le mur. De vraies larmes se formèrent dans ses yeux alors qu'il sentait la piqûre de la gifle irradier sur sa joue. Le goût du sang chaud coula dans sa bouche depuis sa joue et il déglutit. Il a essayé de se stabiliser pour se tenir debout mais il était désorienté et effrayé.

« Vous serez humble en ma présence à tout moment. Vous ne répondrez que lorsqu'on vous parlera et si votre réponse n'est pas précédée de Oui, Maître, ou de Oui, Papa, vous pouvez être sûr que je vais vous discipliner bien pire que ce petit coup. Je me fous vraiment de ce que vous pensez, je n'attends que de vous que vous vous conformiez à mes désirs et c'est tout. J'ai compris?"

Un nœud se forma dans la gorge de Scott. C'était comme si quelqu'un l'étouffait, non, le poignardait avec un couteau dans ses cordes vocales. Les mots étaient coincés et il déglutit difficilement et répondit: "Oui, papa."

Scott était déjà brisé.

Tendant la main dans ce qui semblait être un geste de gentillesse, ce spécimen masculin exquis aida Scott à se relever. Les mains de Scott étaient petites ; ses doigts étaient gros et courts. En revanche, les mains de Todd étaient grandes, pas trop grandes, mais avec de longs doigts gracieux. Avec sa main placée à l'intérieur de la plus grande, il savait instinctivement ce que c'était que d'être un petit garçon avec un parent fort et protecteur. Les larmes aux yeux, Scott a enlevé son slip et s'est tenu couvrant son petit pénis, profondément honteux de sa taille inférieure. « Bouge tes putains de mains, laisse-moi voir ce que tu as » étaient ses seules instructions et il couvrit instinctivement ses tétons comme une adolescente dont le haut aurait été baissé à la piscine du quartier.

Des rires bruyants et bruyants se répercutèrent dans la petite alcôve et le cœur de Scott se serra au même rythme que sa bite se leva. Peu importe ce qu'il savait sur le plan viscéral, peu importe à quel point il intellectualisait et articulait que son pénis était petit, extraordinairement petit en fait, quand il entendait les autres le dire, en particulier les hommes noirs, il ressentait de la colère, de la honte et de l'excitation à le même temps. Il était excité par l'humiliation, mais il ne pouvait tout simplement pas abandonner cette vilaine "chose d'homme blanc" qui le poussait à regarder les hommes noirs avec rien d'autre que du mépris et du dégoût. C'était une partie de son ADN, c'était câblé dans son cerveau qu'il était intrinsèquement supérieur alors que sa rage bouillonnait sous la surface, son désir dictait son besoin d'abandonner ce faux sentiment de supériorité et de devenir ce qu'il savait qu'il était profond, au fond: une douleur blanche perverse, dégoûtante, dépravée, une salope de sperme. Il avait besoin d'être libéré de son emprisonnement de mensonges pour être libéré afin qu'il puisse expérimenter sa vraie nature en tant que quelque chose d'inférieur à un humain.

"Suce ma bite, salope." La pression de la main sur l'épaule de Scott le força à s'agenouiller. Il s'agenouilla docilement devant l'homme entièrement vêtu devant lui. Ses mains tremblaient alors qu'il tendait la main pour défaire son jean et baisser la fermeture éclair. En plaçant sa main dans son pantalon, il sentit pour la première fois ce qui était peut-être la plus grosse bite qu'il ait jamais sentie de sa vie. Il pouvait à peine passer ses doigts autour de la circonférence. En le recherchant, il fut frappé par le fort arôme de la masculinité non lavée. C'était un élixir enivrant de sueur, de pisse et de funk pur et viril. Scott a inhalé l'odeur et cela l'a rendu étourdi ; ça a fait couler sa queue pré-éjaculatoire.



Décollant le prépuce, Scott regarda dans les yeux sombres et profonds de son nouveau propriétaire. Une couche de fromage de tête nauséabonde et odorante recouvrait l'énorme couronne du beau coq brun. "Tu aimes? Je l'ai fait juste pour toi. Dévorer."

Plutôt que d'hésiter, Scott a fait un vrai spectacle de nettoyage de ce méchant smegma. Il l'a dévoré comme s'il était affamé, fier de montrer ses talents de suceur de bite et la dévotion qu'il avait pour le morceau de viande monstrueux qui était devant lui. La pâte épaisse remplit ses papilles et Scott travailla d'abord à la nettoyer puis à la vénérer. À peine capable de passer sa bouche autour de lui, à peine capable de mettre ne serait-ce qu'un tiers de son énorme longueur dans sa bouche, Scott le lécha et l'embrassa passionnément. Si un homme pouvait nouer une relation avec un coq, c'était le compagnon idéal pour Scott. Dans son cœur, il est tombé amoureux de cette viande, sentant sa poitrine se gonfler et se serrer comme un écolier avec son premier béguin. Il essaya de lui faire l'amour avec sa bouche, plantant de doux et tendres baisers sur toute sa longueur pour lui montrer sa révérence.

« Qu'est-ce que c'est que cette merde de baisers ? Salope, je t'ai dit de sucer ma putain de bite de mère. MAINTENANT SUCRE !" Sur ce, il attrapa la tête de Scott et lui baisa sauvagement la bouche. Scott essaya de repousser, s'appuyant contre les cuisses fermes et musclées de son bourreau, essayant de reprendre son souffle alors que cette bite ravageait sa gorge. Il bâillonna et s'étouffa, sentant son œsophage se faire violer. Il se faisait baiser le crâne; il n'était rien de plus qu'un trou maltraité. Le martèlement régulier de ce coq, de toute sa longueur, voulait le faire crier de douleur mais il ne pouvait pas ; il pouvait à peine respirer. Le rythme était rapide et furieux, sa mâchoire était engourdie et son reflet bâillonné diminuait après ce qui devait être plus de 10 minutes de la pipe la plus dure qu'il ait jamais donnée. . . sorte de. Il ne faisait aucun doute qu'il ne "donnait" rien, sa gorge était baisée et ça faisait mal d'une manière qui ne pouvait pas être décrite. Des larmes chaudes et salées ont teinté ses joues alors qu'il priait pour que la torture se termine, et simultanément, qu'elle ne finisse jamais.

La récompense à la fin de sa torture viendrait bien assez tôt. Son maître, bourreau et amoureux des rêves enfonça toute sa dureté au fond de la gorge de Scott. Son nez profondément enfoncé dans l'épaisse touffe de poils pubiens filiformes, Scott sentit la bite expansive grandir et s'allonger dans sa bouche et pouvait détecter le mouvement péristaltique qui apportait le blanc brûlant, chaud, de ses noix, à travers son impressionnant tube de virilité. , dans la gorge de Scott, sans même avoir l'avantage de goûter le sperme écumeux dont il avait si désespérément envie.

Scott s'effondra sur le sol, épuisé et brisé, son visage à quelques centimètres des pieds de son dominateur habile. Il voulait s'accrocher à ces pieds, enrouler ses bras autour de ces jambes pour se protéger et se réconforter et dire : « Papa, je suis désolé d'avoir été un mauvais garçon. S'il vous plaît, pardonnez-moi." Cependant, il ne pouvait rien dire parce que sa gorge était si douloureuse qu'il avait temporairement perdu la capacité de parler. C'était comme si ses cordes vocales avaient été grattées avec du papier de verre.

« Avant que j'oublie, donne-moi tes clés et ton portefeuille. Je veux des assurances que vous ne partirez pas avant que je ne vous donne la permission. La dernière chose au monde que voulait Scott était de partir. Il voulait rester pour toujours. Il voulait abandonner sa vie misérable et être le boi de cet étranger de mauvais augure. Son identité était cependant sacrée et il avait passé des années à la protéger, à mentir, à tromper et à cacher sa vraie vie à ceux qu'il utilisait sexuellement. Cette fois, il a remis à contrecœur les articles demandés et a ressenti un sentiment de soulagement. S'il devait être victime de chantage, dénoncé et exposé au monde, c'était le moment, il laisserait ses perversions le conduire trop loin. Il voulait que cet homme connaisse sa véritable identité, qu'il ait le contrôle de sa vie et de son destin. C'était sa liberté.

"Je m'attends à ce que vous changiez de vêtements, que vous me prépariez le dîner et que vous me l'apportiez dans la tanière, et que vous soyez prêt à me servir de la manière que je désire." Il a repoussé Scott avec son pied et s'est occupé de ses affaires comme si Scott n'était même pas là.

Incertain de la disposition de la maison, Scott a trébuché jusqu'à ce qu'il trouve une salle d'eau pour se changer en tenue féminine. C'était un homme laid au départ, ce qui le rendait repoussant en tant que femme, mais il se sentait sexy dans sa nuisette rouge transparente, son talon haut, son cuir verni, son stiletto, ses escarpins Payless et son plug anal noir, parfaitement encadré par son culotte sans entrejambe. Son petit pénis tendu contre le matériau soyeux et se sentait bien. Il l'a frotté aussi longtemps qu'il a pensé pouvoir s'en tirer sans être découvert et a émergé pour préparer le dîner.

Cuisiner dans la maison de quelqu'un d'autre est une tâche. Il a eu du mal à trouver les bonnes casseroles, les bonnes assiettes, les outils dont il avait besoin pour préparer ses linguines et ses crevettes, le tout précuit bien sûr. La salade était dans un sac et tout ce qu'il avait à faire était de trouver un ouvre-bouteille pour la bière. Il vacilla et vacilla dans ses talons qui lui donnaient une ampoule mais il ignora la douleur en prévision de plus d'humiliation et de dégradation à venir. C'était sa ligne d'arrivée, sa raison d'être. Il a entendu son nouveau Maître parler au téléphone, converser avec un ami. "Nah mec, je n'ai jamais fait de merde comme ça avant. Je suppose qu'il va supplier de partir après quelques heures. Je ne vais même pas te dire la merde que j'ai prévu pour lui. . . Mot. C'est ce que je dis. Ouais mec, je te saluerai plus tard, on sortira dimanche matin ou quelque chose comme ça. Je suis dehors."

Scott fulminait. Il s'est senti trompé. Il voulait que quelqu'un d'expérimenté en BDSM le contrôle, pas un putain d'amateur. Son bouton d'arrogance était activé et il avait à moitié envie d'annuler le tout et de partir. Il apporta les assiettes dans le salon et les plaça sur la table basse avec de l'argenterie et des essuie-tout en guise de serviettes. Il retourna dans la cuisine et prit deux bières et revint, assis à l'autre bout du canapé. « J'espère que cela vous plaira, monsieur. Je ne peux pas m'attribuer un vrai crédit. . .”

Avant qu'il ne comprenne ce qui se passait, il sentit un coup de pied cuisant sur son côté et il s'envola du bout du canapé et atterrit à plat sur ses fesses. «Salope, je t'ai dit que je ne voulais pas que tu me parles à moins qu'on ne te parle. Ce n'est pas une règle difficile à suivre, n'est-ce pas ?


Secouant la tête, Scott a marmonné "Non, Maître" et s'est excusé d'être un imbécile.

"Et pendant qu'on y est, qui t'a dit que tu pouvais manger avec moi ?"

Avant qu'il ne puisse refaire la même erreur, il combattit l'envie de donner son avis et d'affirmer l'évidence qu'il devait avoir une sorte de nourriture pour maintenir ses forces tout au long du week-end.

"Je vais prendre cette bière et me laisser cette assiette pour que je puisse la réparer pour vous." Tenant son doigt écarté d'une narine, Todd a piraté des mucosités du plus profond de sa poitrine qui ressemblaient à une pneumonie ambulante et l'a soufflé du nez sur l'assiette de nourriture de Scott. En répétant la procédure plusieurs fois, il y avait une couche de morve verte, brune et jaunâtre recouvrant le Scampi. L'estomac de Scott se retourna et sa queue bondit. Plaçant l'assiette sur le sol, on a dit à Scott de manger sans l'aide d'ustensiles ni de mains et de tout manger.

Avec son cul en l'air, il baissa le visage vers l'assiette de nourriture. « Oh, et si tu vomis quelque chose que je te donne à manger, tu peux être sûr que je te le ferai remanger. Comprendre?" Ces instructions étaient claires et Scott se sentit nauséeux alors qu'il commençait à manger le dîner couvert de mucus. Ce n'était pas aussi mauvais qu'il l'avait imaginé après avoir avalé les premières bouchées avec des crottes de nez épaisses et salées, et avant qu'il ne s'en rende compte, il était fier de montrer qu'il pouvait être un cochon aussi méchant, mangeant de la morve comme un cochon mange de la boue d'un abreuvoir.

Avant qu'il n'ait fini, son maître a dit : « Soif, salope ? Viens ici." Scott rampa entre les cuisses sombres et brunes de son Maître et leva les yeux avec amour. "Bois ma pisse, et n'ose pas en renverser une goutte."

Scott avait toujours su que cela allait arriver. C'était le droit de chaque Black Dominant d'utiliser son soumis blanc comme urinoir et Scott voulait avoir l'opportunité de prouver sa place légitime en tant que cochon de pisse. Il plaça la bite de mammouth dans sa bouche et sut attendre son verre. C'est venu dur et vite; c'était sale, chaud, jaune et épais, pas du tout comme la pisse de bière diluée qu'il attendait mais venant du Black Master de ses rêves, Scott l'avala comme si c'était le vin le plus doux qu'il ait jamais bu.

"Oh putain ouais, salope, bois mon rang, pisse chaude putain de sale pute de toilette. Putain de sac à racaille blanc. Ces mots étaient de la musique aux oreilles de Scott. "N'avale pas tout, je veux voir ta bouche pleine de ma pisse. Tiens-en dans ta bouche de pédé.

Avant que le jet ne s'arrête, Scott a fait ce qu'on lui avait dit et il a tenu une énorme bouchée d'urine dans sa bouche. He sat back and opened his mouth with pride to show what a good job he’d done. He beamed with pride. A few drops escaped the corners of his mouth but surely that was to be forgiven because he had such a huge amount of piss and had shown his talent for being a toilet.

“Good boy. Nice job.” With that, his Master tussled his hair and Scott felt an overwhelming sensation of love that made tears well up in his eyes. His Daddy was proud of him. That was all he ever wanted, for his Daddy to say, “Good job, son.” But that’s not exactly what he said. He completed his compliment by saying, “Lay down on the floor, under my feet, and hold that piss in your mouth and don’t you dare fucking swallow it until I tell you to. If you swallow it, spill it, or throw up, I PROMISE you’ll regret it.”

Steeled with determination, Scott maneuvered himself to lie between the sofa and the coffee table with his open mouth of golden nectar. He stared at the ceiling and decided to get into a space where he was going to breath through his nostrils and ignore the overwhelming pain of his jaw. In a zone, he smelled the evidence of smoke and momentarily panicked. It was cigar smoke, and his owner had lit up to enjoy a night of watching TV and a good smoke.

The sound of the ashes being extinguished in the piss he held so lovingly in his mouth made Scott angered and alarmed all over again. He’d never anticipated this, and a foot was brought down on his chest to prevent him from moving. He wanted to scream but he couldn’t, he thought he was going to drown for a second, and the taste of the ashes, magnified by the piss, made his body involuntarily heave.

“Easy there boy, I told you that anything I give you that you throw up, I’m going to make you eat again. And if you spill any piss or ashes on my carpet, I’m going to beat your ass so bad you won’t sit for a week.”

A Buddhist monk didn’t have more mind control than Scott did in that moment. Tears streamed steadily down his face but he remained focused on a small, imaginary spot on the ceiling. For the next 20 minutes, he was a receptacle for ashes as he held the now cold piss in his mouth. Piss overflowed his mouth as the ashes displaced the pee and he smelled like the men’s room at The Port Authority bus station.

“Swallow!” Those were Todd’s only instructions. “Swallow, it all, NOW!”

Scott rationalized for a moment and turned his head and spit out the foul contents of his mouth all over his Master’s cream carpet. That’s what this game was all about, punishment and reward. He wanted some more punishment. He wanted to get to the fun part where he got fucked and spanked and fucked some more. Over and over, he spit out the nasty remnants of cigar ashes and pee until he could only taste a hint of the disgusting mixture and waited for the slap, the punch, or the severe verbal tongue-lashing.

The pause seemed like an eternity, the silence, deafening. “Okay, okay.” “If you don’t want to play by my rules, get out. Get your shit and get out.” Standing, he stepped over Scott and went to his laundry room to get supplies to clean his carpet.

Scott was outdone. He didn’t want to go, he wanted to stay and get fucked. He wanted to stay and be humiliated some more. The man returned with a bucket of water and cleaning supplies, threw Scott’s keys and wallet on the floor at his feet, and ignored him as he went about scrubbing the stains on the carpet.

Scott had never felt more defeated. His arrogance had maneuvered him out of his dream situation AGAIN. He’d fucked up big time and there was nothing he could say. Apologies would be empty because he obviously did what he did on purpose. He hated himself for getting himself into this situation, he wanted to say something but the image of this beautiful Black man, on his knees, cleaning the mess that he’d made, silenced him.

“Here, let me clean it. I’m sorry.” The words sounded empty even to himself and he waited for some sort of acknowledgement.

“Get out.” The command was soft-spoken, without emotion.

Scott started sobbing uncontrollably. He had disappointed his Daddy. He had been a very bad boy. He had disrespected the man whom he wanted to own his very being. As experienced as Scott was in the lifestyle, this novice, this guy who had never dominated anyone else in his life, was controlling him in ways he’d never imagined. Scott became hysterical: crying, pleading, and throwing a temper tantrum the likes of which couldn’t be paralleled by even the most monstrous two-year-old. He wasn’t even making sense, he was just babbling about not wanting to leave and about how sorry he was. He got on his knees and tried to suck Todd’s cock again. He offered him money, $1000 in fact, if he could be allowed to stay. Sex and power were all Scott understood so he was offering all he knew how. The fact that he was being ignored caused him greater pain than he’d ever felt before.

“Stop crying bitch. Damn, shut the fuck up. I told you to get out. You obviously don’t want to play by my rules. You obviously think you can dictate and control some shit up in my mother-fucking house so it’s time for your ass to go. I will not be manipulated by some moronic little asswipe like you. Get the fuck out.”

Scott’s body was trembling. He wanted to do what he had been told, to follow orders and leave, but he wanted to stay more. He was having a mental breakdown. Before he knew what was going on, he had been pulled down across Todd’s lap and he was getting spanked soundly. Actually, spanked seems like such a benign term. He was being beaten. Blow after torturous blow rained down on his pale, flat ass, thighs, and even back. His Master seemed to be in some sort of trance of his own. “You fucking white boys are all the same. Thinking you can control shit. I’ll fucking show you. Dumb ass. You want me to be your Daddy, I’ll fucking make you wish you were never born.” The pain was excruciating but comforting at the same time.

With his hard cock sandwiched between those strong thighs and his ass being abused, Scott was screaming and crying like a little bitch. He was incoherent. “Yes, Daddy, beat me for being white. I’m so sorry, Daddy, I’ve been such a bad boy. I’m just a stupid, little-cocked, white boi who deserves to be punished. Take out your frustrations on me, Master. I promise I’ll do anything you say.”

Those words would prove to be the wrong thing to say.

Grabbing Scott forcefully by the arm, practically dislocating his shoulder from the socket, this overwhelming Dominant pillar of masculinity pulled him towards the Master Bedroom. Scott felt a ray of hope. Things were about to get down to business. Scampering along, practically on tiptoe, scurrying to keep up with the long strides of his Master, Scott was flung to the floor. He looked up to see a look of pure, unadulterated hatred on Todd’s face. This look wasn’t one of lust; his eyes were distant and glassy, filled with rage, reminding Scott of a rebel slave who had staged an insurrection against an evil slaveholder and who was about to behead the person who had taken his life, liberty, and manhood from him.

Scott watched as his Master undressed completely, muttering under his breath something incoherent and disjointed. Scott was genuinely scared. He thought maybe this guy was having some sort of slavery flashback, some sort of psychotic homicidal break and would go too far. Just that thought alone aroused Scott’s sick libido. This was it. His fantasy come true. For all of his posturing, for all his arrogance and bravado, Scott knew he was about to feel the true wrath of the mighty Black man. This was an entirely different situation than pissing off Black women. Black women would get angry, they would threaten blackmail and revenge, they would curse him out and try to make him pay with their strapons but they were ultimately just victims of Scott’s manipulative ploys, not capable of pulverizing Scott to within inches of his life. This man could crush Scott’s skull without breaking a sweat. Clearly, he’d pushed too far; clearly, he’d underestimated his ability to piss this man off. He cowered in terror, unable to run, held fast to the bedroom floor as he furiously jerked his cock and waited for the savage beating of his perverted dreams.

Before Scott could say, “Treat me like the filthy, white slut I am,” he was being tossed face down on the massive California King sized bed. As his hips were pulled up, he grabbed the pillow and buried his face in it. The butt plug was pulled unceremoniously from his ass and he was instructed to suck it. Lubricant and ass slime coated the foul toy and Scott turned his head in defiance.

“Oh, you want to play fucking games, bitch? You better suck that fucking butt plug or . . .” There was no reason to finish the ultimatum because within a fraction of a second, Scott was grabbed so hard by the back of his neck he saw stars. The plug was forced in his mouth and he sucked it like a perverse black pacifier. Scott couldn’t decide which tasted worse; the smegma, the ashes, or the funky ass mixture but he was sure that being forced to perform such lewd acts was liberating, freedom from enslavement to his false sense of manhood.

While Scott was wildly aroused, Todd was not. He didn’t find Scott attractive or the situation stimulating in the least. He looked at Scott with utter contempt and disgust. This whole thing had gone past role-playing to something sick and twisted. He grabbed his dick and stroked it, willing it to hardness. He grabbed the remote and flicked on a vid that was in his DVD player. With his flat screen filled with images of hot, sweaty black men, he was able to get hard enough for the task at hand.

Fully erect, Todd was at least twelve inches. This wasn’t exaggerated, Internet inches, when guys claim they are a foot long and they are really only about two inches over average. This was the real deal. Scott felt like he was in the presence of a true god for surely anyone endowed with such a huge cock was more than a mere man. A flash of fear came over Scott as he realized he’d never had anything quite that large in his ass before. He was a small guy and his mind raced with images of where all that meat would actually go forced in his colon. Fear and pain were aphrodisiacs for Scott, so with his tiny cock leaking a steady stream of precum, he dove for that humongous piece of meat with his mouth again, with the hopes that he could get it wet enough to compensate for a lack of lube.

This time, the blowjob he gave was sloppy and wet and dripping with spit. He used his hands to work the copious saliva up and down the shaft. When he felt himself heaving, rather than hold back, he let go with disgusting amounts of slimy fluids from somewhere deep within him.

If that weren’t degrading enough, his tormentor and master was punctuating the scene with a serenade of degrading taunts. “Yeah you fucking white piece of trash. That’s is, suck that big fucking black dick! You love that, don’t you? Fagging out on my big, black knob. Take it you sissy fucking bitch. You know I’m going to ram that big fucker so deep in you that you are going to shit my cum for a week.” In the background, Scott could hear the sounds of primal fucking on the DVD which aroused him even more. The only thing he could see was the muscled abdomen of his master and the wiry pubic hairs that framed the glorious cock that was deep in his throat.

Scott was crying, literally streaming tears of joy down his face. Before he knew what was happening, he was flipped over on his stomach and his ass was pulled in the air. His crotchless, red panties and his flimsy, red nightie were ripped from his body and tossed on the floor. Without a whole lot of ceremony, Scott felt the head of that gigantic dick being pushed in his boycunt. He grimaced a little and took it with relative ease as he felt his prostate being massaged. He started moaning like a cheap whore; his own tiny cock producing a steady stream of dick snot that flowed freely. He worked his ass like the true faggot bitch he was and luxuriated in the sensations of the strong, masculine hands that held his hips and the gigantic dick embedded in his ass making him feel like something sick and perverted and feminine all at the same time.

While it seemed like an eternity, it was really only a few minutes before Scott was filled to capacity. He reached back to feel about four or five, incredibly thick inches of cock that hadn’t been able to fully penetrate him. He pumped his ass like the white women he had seen in pornos and he tightened his ass muscles like he’d been taught by his experiences with men. While Scott was satisfied with that, proud of himself for being able to take a full 8 inches like the insatiable ass slut he was, his Black Dom Daddy was not.

“You think that’s all you’re going to take? Oh, hell no. Bitch, you are going to take every fucking millimeter of my dick and you are going to love it, do you hear me?” With that, he pushed further and Scott tried to scramble away. He moved up higher on the bed and tried to resume wiggling his ass, fucking back on that cock, confident that he was giving his Black Daddy pleasure.

Not satisfied, Todd grabbed Scott by the shoulders and pushed harder, forcing at least another two inches incredibly thick cock deeper in Scott than he’d ever had before. Scott screamed out in pain. He did his best to pull away, fighting and struggling, but his efforts were nothing compared to the strength of the man fucking him. The pain permeated every fiber of his being, racing from his asshole to his nuts that were pulled tightly against his body to his hardened nipples and then all the way to the back of his eyes. Sweat dripped from his forehead and he whimpered, “Please, I can’t take anymore. It hurts.” Surely, his pleas would be understood. He was only 5’1”. There was only so much space for all that meat to go. It wasn’t because of lack of desire; it was logistics. He fought back, trying to save himself from serious internal damage.

“Oh is that so? It hurts, huh? You want me to stop? Est-ce que vous? Do you want me to stop? Answer me, bitch! I’ll stop, all you have to do is say the word. DO YOU WANT ME TO STOP?” None of this was new to Todd. He’d met lots of guys who couldn’t take his entire dick before. But the power, the control, the domination was making him high. His became relentless, slapping Scott’s ass, spanking him, causing him further pain that only registered as pleasure for both of them.

All Scott had to do was say yes. All he had to do was respond that he wanted things to stop. He didn’t want to be raped; he wanted to be dominated, that was entirely different. He fantasized about being raped but the reality of it was something different. He reached back to feel the last two inches of dick that remained outside his body. They felt like two feet, the heat from that dick seemingly scorching his hand. He didn’t answer. He let his silence speak for itself. He wanted the pain. He wanted to be fucked unconscious and if he ended up in the hospital in the process, then so be it. He lowered his face to the pillow, braced his arms against the headboard, and waited.

On thing Scott had failed to realize, even after all this time, was that he wasn’t in control of things. He was grabbed by the back of the neck and pulled up like a rag doll. Instantly, he felt that dick being pulled completely out of his asshole and he cried out, only this time the pain was emotional. He felt empty and alone and worthless.

“You dirty cunt, clean my prick.” The instructions were not at all ambiguous. Ass fucking was meant to be primal and dirty, so he knew that his responsibility was to taste the ass slime that coated his master’s dick. Not surprisingly, brown streaks coated the dick. It could have been a lot worse had he not prepared himself but the evidence of shit was still apparent. He deeply inhaled the scent, making his dick leak more and his taste buds filled with the musky flavors of his ass as he licked and sucked it clean. It wasn’t enough to make him sick but he reeled at all the disgusting things he’d ingested over the past few hours: dick cheese, snot, piss, and now butt sludge. Just the mere thought of that alone almost made him shoot his load. The only thing that kept him from cumming was the depraved thought that he might be pushed to do even more disgusting things and he wanted to be totally horned up for that possibility.

“Ride my dick bitch,” as the pair repositioned themselves so that his Daddy was on his back, reclining in relaxation, as Scott prepared to mount him and fuck himself silly. Again, as before, the first eight inches went in with relative ease. His asslips sucked and nursed at the huge cock in him as she bounced up and down. Ashamed and aroused, he farted as the air was pushed up in his ass and he rode that cock for all he was worth. Still, he couldn’t get that entire dick up his ass. He squirmed his ass down harder, trying his best to take more but he couldn’t. Frustrated, his Daddy grabbed him around his hips and pulled Scott down even further. This time, as before, Scott screamed out in pain, but this time, he loved it. Pain was his pacifier. Scott was warped, twisted, and distorted, and he knew that only a disgusting white worm like himself could be aroused by pain, humiliation, and degradation.

Being tired of the cat and mouse games, Todd flipped Scott on his back and pushed his thighs back to his chest. He gripped the base of his dick and aimed it up with Scott’s hole. He pushed forward, hearing Scott’s cries in a distant fog. Encountering resistance, he pushed harder, working up a sweat. Determined, he pushed deeper, driving every inch of his dick deep in Scott’s bowels. Giving him a full minute, he waited until he saw a look of acknowledgement on Scott’s face and he began pumping, pounding, pushing and fucking. “Take that, bitch. Take all my big fucking Daddy dick you little twat. You white fucking faggot, I own you. I own your body and your soul.” As if in a trance, he hammered his dick deeper and harder than he’d ever done before, grunting like an animal and turned on by the idea of using a white boy so completely. “I’m going breed your faggot pussy with a gallon of my cum. Do you want my baby, bitch? You want to be pregnant with your Black Daddy’s baby? Say it!”

Scott couldn’t form words. As the last of that massive dick invaded his intestines, he could only moan and scream in ecstasy. The sweat from his master’s body dripped into Scott’s mouth and eyes, the smell of man fucking permeated the air. He grabbed his cock and stroked it in time with the dick that punished his butthole. Glancing down, he could actually see the outline of that gigantic dick pushing against his stomach and he shot his load all over his stomach.

In pornos, that would be the signal for his lover to cum also, to finish in a blaze of glory in unison. In reality, Scott’s Dominant Black Daddy was nowhere near the finish line. He kept pumping Scott’s hole raw. Scott’s legs were cramped, pushed uncomfortably back and his insides felt like they were being dragged out with each extraction of that black stick that fucked him. The pain was excruciating but it was comforting in a way. He felt absolved of his guilt, his arrogance, of his pretense of being bigger and better, at last he was absolved of the wretched stigma of being white. In that moment, he was a filthy fuck pig to be used and abused. He relished in the sensation of his asshole being pumped full of scalding, white, hot cum.

He passed out. Drifting in and out of consciousness, he awoke to being fucked and used time and time again. Night turned to day and he found himself being fucked in various ways, of serving his Black Master in unspeakable ways. Before he knew what was happening, it was Sunday night and he was packing to leave. He sobbed and bawled uncontrollably. Falling to the floor, he begged and pleaded with Todd to retain control of him.

From that day on, Scott Clair lived for the weekends. Mondays through Fridays were lived in a state of suspended animation for him, nothing seemed real; everything sort of floated by in grainy images of black and white. Friday evenings were when life was lived in full HD Technicolor. It was on the weekends when he could assume his true role and shed the pretenses of his average existence. Every weekend, Scott Clair became the possession, toy, and sexual playing of a Black Dom Daddy who inflicted the most horrendous and sadistic tortures on his pale, white flesh. For slightly more than 48 hours, Scott willingly put himself in a position to be degraded, humiliated, and used beyond most people’s comprehension and he’d never been happier or more satisfied in his life.

Copyright 2008 AfroerotiK

Articles similaires

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

717 Des vues

Likes 0

Kumiko - Partie 2 : Se réveiller_(0)

Encore une fois, c'est la partie 2 du repost! ______________________________________________ Introduction : Partie 2 de la série Kumiko. La partie 3 est déjà en cours d'écriture ! Plus court que le précédent mais la partie 3 est en route. Comme toujours, votez et laissez des commentaires. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------- Il se réveilla avec un frisson, notant l'obscurité dans la pièce. Ses yeux se sont rapidement adaptés à la lumière et il a vu un feu qui était sur le point de s'éteindre. Il ne se souvenait pas qu'il y avait une cheminée dans sa chambre, puis il remarqua le poids léger...

140 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

173 Des vues

Likes 0

Esclave Étudiant_(0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents chauds que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises moulantes sans soutiens-gorge et minijupes. Elle a 16 ans. Vendredi, après un examen de maths, le dernier cours de la journée, elle s'est approchée de moi après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte. Monsieur...

720 Des vues

Likes 0

The Hitchhiker Chapitre 15 - Home Sweet Home

Il était juste 23 heures passées lorsque nous sommes entrés dans mon garage, j'ai attrapé le sac de choses que j'avais apporté et je l'ai laissée entrer. J'ai dit à Alexa d'allumer les lumières du bar pendant que nous entrions et May Ann a dit: Jésus Tony, c'est magnifique . « Faites comme chez vous pendant que je range tout. » Elle s'est promenée en bas, est allée dans la véranda et a allumé la lumière extérieure pour qu'elle puisse voir la grande cour, la terrasse et la piscine. Puis elle est revenue, a regardé quelques photos et est montée...

683 Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

705 Des vues

Likes 0

Mon voyage en Californie

J'étais dans un avion, voyageant lentement au-dessus du monde et tout ce à quoi je pouvais penser était la fille que je devais rencontrer de l'autre côté En pensant à tous les messages et appels que nous avions, j'ai senti ma bite devenir dure Alors que j'ajustais lentement ma bite pour être moins visible dans mon pantalon, le capitaine monta sur le haut-parleur annonçant notre descente Quand nous avons atterri, j'ai vu à quel point la Californie était belle. Quand je suis finalement descendu de l'avion, j'ai rapidement marché jusqu'à la récupération des bagages Alors que j'attendais que mes bagages descendent...

516 Des vues

Likes 0

Ventilation

Nous étions vers 15 et 14 ans, elle serait beaucoup sous moi alors que nous avions l'ordre au point que certains penseraient que nous sortons ensemble, je ne le voyais pas différemment jusqu'à ce qu'elle soit sous moi d'une manière qui me rendrait dur et sa connaissance et ne bouge pas si vous comprenez tous cela mais comme je le disais, elle s'asseyait sur mes genoux et le remplissait et ne bougeait pas parfois elle se mettait à l'aise nous dormions dans le même lit et je dormais sur le côté et elle se retournait son cul vers moi et le...

202 Des vues

Likes 0

Adopté 2

Adopté la partie 2 Patty a refusé de baiser à nouveau son fils adoptif ce jour-là, aussi souvent qu'il l'a harcelée pour une autre chance de glisser sa bite apparemment toujours dure en elle chatte. Le refuser n'a pas été facile. Elle a passé la majeure partie de la soirée à baiser avec les doigts, enfermée dans sa chambre et frottant fébrilement sa chatte humide, le tout en pensant à la la joie qu'elle avait éprouvée avec l'énorme queue de son fils adoptif. Le lendemain matin, Walter est venu à la table du petit déjeuner complètement nu, avec une énorme érection...

741 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

686 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.