Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

382Report
Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

REMARQUE : Il n'y a AUCUN sexe dans CETTE PARTIE de l'histoire. Je promets que dans les chapitres à venir, il y aura beaucoup de sexe chaud et lubrique. Ceci n'est que l'introduction.

J'étais juste assis sur le canapé, regardant un documentaire sur The Dark Ages. C'etait intéressant. Alors voyez pratiquement le monde entier aller en enfer. Soudain, mon téléphone faisait du bruit. C'était mon copain. Eh bien, il était en quelque sorte mon petit ami. Nous ne nous étions jamais rencontrés dans la vraie vie. Nous nous sommes rencontrés via un site Web correspondant. Et depuis, nous avions développé une vraie relation. Il a vécu en Bretagne. Dans 2 ans, je serais diplômé et je prévoyais de prendre l'avion pour le rencontrer. Parce que non seulement il était mon petit ami, il était mon maître.

Il m'envoyait juste un texto pour voir comment j'allais, s'assurant que j'étais une bonne petite salope, comme d'habitude. Je venais d'envoyer ma réponse en disant que j'allais bien et que j'étais une bonne petite salope quand on a frappé à la porte. Je savais que je ne devais pas y répondre quand ma mère n'était pas à la maison mais j'ai dit "Fuck it" et je me suis précipité pour l'ouvrir. Là se tenait l'homme le plus sombrement beau que j'aie jamais vu. Mon maître était beau mais il ne pouvait rivaliser avec l'homme qui se tenait devant moi.

Ses cheveux étaient bouclés brun foncé. Je ne le savais que parce que quelques boucles sortaient sous son chapeau noir. Sa peau était bronzée comme s'il vivait au soleil. Ses yeux étaient verts et ils étaient espiègles mais en même temps, hypnotisants. Ses lèvres étaient formées en forme d'arc de Cupidon parfait. Ses joues étaient ciselée et son menton avait cette jolie petite fossette. Il était comme un géant et construit comme un guerrier. Il portait une veste en cuir avec une chemise turquoise et un jean noir. Aux pieds, des bottes de combat. Je me sentais si simple dans mon pantalon de survêtement et mon débardeur.

"Bonjour." Sa voix était comme une symphonie de piqûres. Vous calmer et vous attirer, vous faire sentir en sécurité.

"Je n'étais que de passage mais ma voiture est tombée en panne. Quelque chose ne va pas avec le moteur. Puis-je utiliser votre téléphone ?" J'aurais dû lui dire non. Je savais que ma mère me tuerait, peu importe que j'aie 16 ans, elle était MAJEURE paranoïaque. Mais quelque chose dans ses yeux m'a fait dire,

"Oui, s'il vous plaît, entrez." J'ai reculé et je me suis émerveillé de sa taille réelle. Il mesurait presque 6'7'. Je lui ai tendu le téléphone sans fil.

"Ici"

"Merci." Il composa le numéro et resta là à parler à un mécanicien. Je n'ai pas pu m'empêcher de le regarder. Il a rencontré mes yeux pendant une seconde et j'ai instantanément baissé les yeux en rougissant.

"Bien merci." Et il a raccroché.

"La dépanneuse ne sera pas là avant au moins 15h. Je peux aller attendre dans ma voiture." Il était sur le point de sortir quand ça a jailli de ma bouche

"Non!" Il se tourna pour me regarder.

"Je veux dire, euh, tu peux juste rester ici." Je regardais l'horloge. 10 h. Ma mère ne serait pas à la maison avant 17h et mon meilleur ami ne serait pas là avant 18h. Je savais que s'il était là, je ne me ferais pas prendre. Il a haussé un sourcil et m'a demandé

"Êtes-vous sûr?" J'ai hoché la tête.

"Oui. S'il vous plaît. Euh, asseyez-vous. Voulez-vous quelque chose à boire ? De l'eau ? Du thé glacé ?"

"L'eau, c'est bien." J'ai attrapé deux bouteilles. Une pour moi et l'autre pour lui. Je lui lançai le sien et m'assis en face de lui.

"Au fait, je m'appelle Sam." il a tendu la main et je l'ai prise.

"Ashley." Il porta ma main à ses lèvres et de l'électricité parcourut mes veines. Mon téléphone sonna à nouveau. C'était mon maître. J'ai jeté un coup d'œil à son message mais je n'ai pas répondu. Sam dévissa le bouchon de sa bouteille et but une gorgée.

"Alors Ashley, parle-moi de ta vie."

"Eh bien, euh... Je vais commencer ma première année à l'école, je suis un gros nerd, et j'adore lire..." Il écoutait captivé chacun de mes mots. Au cours des dix minutes suivantes, j'ai dévoilé l'histoire de ma vie, de l'entreprise de ma mère à mon père travaillant à l'étranger, en passant par la folie de mon frère et mon enfance victime d'intimidation. Mon téléphone sonna à nouveau. C'était mon maître.

"Qui est-ce?" demanda-t-il, semblant agité que j'aie cessé de parler.

"Personne juste un ami." J'ai rapidement répondu que je sortais et que je lui parlerais plus tard. Je reposai mon téléphone sur la table. J'avais besoin d'eau.

"Excuse-moi." Je me levai et me dirigeai vers le frigo. Je me suis retourné et il était là. J'ai laissé tomber mon eau et alors que je me penchais pour la ramasser, il a déplacé ses mains de chaque côté de moi, me mettant en cage contre le réfrigérateur. Ses yeux brillaient de désir.

"Je... euh... j'ai un... petit ami." balbutiai-je. Il n'a pas bougé. Mais un sourire se dessine sur son visage.

"Je sais." J'étais émerveillé. Comment pourrait-il savoir ? Avant que je puisse l'interroger, il pressa ses lèvres contre les miennes. Son baiser était rude mais en même temps je ne pouvais pas m'empêcher d'en profiter. Je découvris que mes mains ne le repoussait pas mais le rapprochait. Il s'est finalement éloigné.

"Qui... qui es-tu ?" Il bougea sa main et retroussa sa manche, révélant une cicatrice en forme de pentagramme sur son épaule. Mes yeux étaient béants.

"Es-tu...?" Je n'ai pas pu terminer ma phrase. Il sourit et retroussa sa manche.

"Non, mais je suis l'un de ses humbles serviteurs. Je le sers quoi qu'il en soit. Et je suis venu pour vous."

"Que veux-tu dire?" Il gloussa et recula.

"Il semble que Satan ait décidé que tu seras mon compagnon pour l'éternité. Il sait tout sur ton "Maître" et il s'en fiche. Tu seras à moi. Et tu n'as rien à dire là-dessus." Il recula vers moi et me caressa la joue. Je tremblais. Non seulement de peur, mais d'un besoin plus profond de lui. Son toucher était comme du feu et de la glace en même temps. Je ne l'ai pas arrêté. Mon cerveau me criait "Arrête ça ! Dis-lui non !" mais ma bouche n'écoutait pas. Ses yeux soutenaient mon regard. Nous sommes juste restés là. C'était comme s'il scrutait mon âme. Il en riant.

"Tu feras un bon pote." Il posa sa main sur mon épaule. Mon esprit m'a finalement rattrapé.

"Non... Non s'il vous plait." Plus un gémissement qu'un plaidoyer. Il sourit simplement. Il prit son ongle et exactement au même endroit que le sien, il gratta un pentagramme. La douleur était insupportable. Je pousse un gémissement de douleur.

« Chut. Chut. Ça ne dure qu'une seconde. Mais cela a duré plus longtemps. Plutôt pour toujours. Je pouvais sentir le sang couler le long de mon bras. Enfin, c'est fini. Et il retira son bras.

"Voilà. Ce n'était pas si mal, n'est-ce pas ?" Je pleurais. La douleur a peut-être cessé mais maintenant je me sentais utilisée et humiliée. Il me releva la tête et essuya les larmes de mes yeux. Il m'a ensuite embrassé à nouveau. Je ne voulais pas de lui. J'avais besoin de lui. Sa langue a poussé dans ma bouche et a commencé à l'explorer. Je gémis dans sa bouche. J'étais complètement enveloppée par sa sensation, son goût, son odeur et ses mains. Ils montaient et descendaient sur ma taille, laissant du feu sur leur chemin. Il s'éloigna.

"Je dois y aller. Vous me rencontrerez au centre commercial de l'Indépendance dimanche. Si vous ne le faites pas, je vais vous traquer et vous kidnapper. Comprenez-vous?" J'ai hoché la tête. Les larmes continuent de couler. Il a souri

"C'est ma fille." Il a regardé mon bras.

"Tu devrais peut-être t'en occuper. Avant que ta mère et ton amie n'arrivent." Il m'a fait un bisou sur la joue et avant de sortir, il a regardé en arrière.

« Ne t'inquiète pas. Avec le temps, tu finiras par avoir envie de mes caresses. Et sur ce, il est parti. Il est monté dans sa voiture et est parti. Il n'avait jamais été cassé. J'étais là seul. Pleurs. Je me suis senti nauséeux. J'avais l'impression d'être dans un cauchemar. Mais c'était réel. Je me dirigeai vers ma chambre et attrapai un sweat-shirt. Heureusement, c'était l'automne, donc je n'aurais pas trop chaud.

Je me dirigeai vers la salle de bain et me regardai. J'avais l'air si pâle et effrayée, comme une fille dans un film d'horreur. J'ai pris un gant de toilette et j'ai soigneusement nettoyé la plaie. Ça commençait déjà à guérir. Je l'ai enveloppé dans de la gaze. Je pourrais dire à ma mère que je l'ai gratté sur le rosier. J'ai aspergé mon visage d'eau froide et mes yeux ont commencé à paraître plus normaux. Je pris une profonde inspiration et me préparai.

Les 48 heures suivantes semblaient être un hébétude. Mon ami est venu et nous avons rigolé et ri comme des filles normales. Je ne lui ai pas parlé de Sam. Je pensais avant que je la garderais dans le noir. Enfin, dimanche arriva.

"Au revoir maman." J'ai dit en sortant de la voiture. Je lui avais dit que je rencontrais un de mes amis ici. Je ne savais pas si je partirais. Je suis entré dans le centre commercial et il se tenait là. Tenir deux tasses de café. J'en ai supposé un pour moi. Je me suis tenu à côté de lui. Il m'a tendu un des cafés.

"Je l'ai commandé juste comme tu l'aimes." murmurai-je, à peine audible

"Merci." et pris une gorgée. Épice de citrouille, mon préféré. Il enroula son bras autour de moi.

"Tu es si belle."

"Qu'est-ce que tu veux avec moi?" Il en riant.

"Je te l'ai déjà dit. Tu es mon compagnon. Tu as la marque sur toi. Satan t'a choisi pour moi. Il a senti les ténèbres dans ton âme. Avouons-le, aucun jeune de 16 ans n'a de maître. Et il sait tout sur il y a quelques mois." Je savais exactement de quoi il parlait. Il y a quelques mois, j'étais passé par une phase où je dessinais des pentagrammes partout sur moi. À ce stade, nous étions juste en train de traverser le centre commercial.

"Alors, voici comment cela va fonctionner. Parce que j'ai laissé cette marque sur toi, tu m'appartiens techniquement. Mais ne t'inquiète pas, je ne vais pas être la figure" maîtresse ". À moins que ce ne soit vraiment ce que tu veux. Sinon, nous avons juste une relation régulière. Mais une relation pleine de passion, de romance et de luxure. Et parce que je suis un serviteur de Satan, je ne meurs jamais. Je ne vieillis jamais. Et à cause de cette marque, toi non plus. Je peux être le l'amant parfait. Ou si vous voulez, le maître parfait." Je l'ai voulu. Mais pas encore. Je ne lui faisais toujours pas assez confiance.

"Non. Pour le moment, je veux juste une relation régulière." J'entendis son ton changer pour devenir amusé.

"Très bien. Maintenant, c'est ce qui doit arriver. Premièrement, c'était bien de ne pas le dire à ton ami. Deuxièmement, tu dois couper tout lien avec ton ancien maître. Tu m'appartiens maintenant."

"D'accord."

"Et enfin, à minuit ce soir, j'attendrai devant votre fenêtre. N'apportez rien. Je vous fournirai tout ce dont vous avez besoin. Des vêtements, des livres, un nouveau téléphone et un ordinateur portable, peu importe. Comprenez-vous?" J'ai seulement hoché la tête. Il a repoussé mes cheveux derrière mon oreille.

"C'est ma fille." Nous nous sommes arrêtés et devant une foule de gens, il m'a embrassé. Il m'embrassa si fort que je pouvais pratiquement sentir son désir pour moi. Plusieurs personnes se sont arrêtées et ont regardé, mais elles pouvaient s'enfuir. C'était si merveilleux. Il s'écarta et je me sentis faible dans les genoux.

"Wow." était la seule chose que je pouvais dire. J'ai regardé dans ses yeux et j'ai vu de l'amour et de l'attention. Mais aussi un désir qui brûlait plus fort que n'importe quelle flamme. Nous avons continué à marcher jusqu'à ce que nous arrivions à mon magasin préféré. C'était un magasin de vêtements spécialisé dans les robes de style gothique et victorien.

"Choisissez n'importe quelle robe que vous voulez. J'achète." Il a sorti son portefeuille et m'a montré ce qui ressemblait à une carte de crédit mais elle était complètement vierge.

"Imaginez que ce soit les clés squelettes des cartes de crédit. Non seulement il passe par toutes les machines, il n'y a jamais de facture. Il ne manque jamais d'argent."

« Un cadeau de sa part, je suppose ? Il m'adressa à nouveau ce sourire narquois.

« Bien. Maintenant, va en choisir un. » Il s'est tenu debout, m'attendant pendant que j'examinais toutes les robes. J'ai enfin trouvé le parfait. Noir avec un ruban rouge autour de la taille et un corset cousu. Je l'ai tenu contre moi et j'ai regardé dans le miroir. Il est descendu juste au-dessus de mes genoux. Il est arrivé derrière moi.

"Tu seras si belle là-dedans." Il enroula ses bras autour de ma taille et pressa ses lèvres contre mon oreille. La sensation m'a fait frissonner. Il a pris la robe.

"Je paierai pour ça. Tu ferais mieux d'y aller, ta mère va être dehors. Je te verrai ce soir."

"D'accord. A ce soir." Et je suis parti. Un milliard de pensées me passaient par la tête. Lui, quittant mes amis et ma famille, quittant mon maître actuel, tout cela était si déroutant. Je ne savais pas quoi faire. Je suis monté dans la voiture avec ma mère.

« Salut ma chérie. Comment était le centre commercial ? »

"C'était bien." Le reste du trajet en voiture fut silencieux. J'ai mis mes écouteurs et juste zoné. C'était marrant, "Dance with the Devil" de Breaking Benjamin est sorti. J'ai un peu souri mais ça s'est vite estompé. J'ai regardé ma mère. Je l'aimais. Elle m'avait tellement aidé et maintenant je disparaissais d'elle. Je veux dire, j'avais prévu de disparaître d'elle dans deux ans mais au moins j'aurais eu 18 ans. Le reste de la journée s'est brouillé. Ma mère a décidé que nous devrions sortir dîner en famille. Je dois choisir. Nous avons passé le temps à rire, à passer un bon moment en famille. J'ai le plus apprécié. Quand vint enfin l'heure d'aller me coucher, je me dirigeai vers sa chambre. J'ai fait un gros câlin et un gros bisou à ma mère et je lui ai dit que je l'aimais. Elle n'a pas vu mais alors que je remontais, quelques larmes ont coulé sur mon visage. Cette nuit-là, j'ai skypé mon père alors qu'il travaillait à l'étranger. Comme minuit approchait, je lui ai dit que je devais me coucher pour aller à l'école. Quel mensonge c'était. Je lui ai dit que je l'aimais et j'ai fermé mon ordinateur portable.

J'avais envoyé un texto à mon maître disant que je le quittais parce que j'avais réalisé que je n'étais pas si intéressé par lui. Le plus gros mensonge de tous. Il m'a traitée de conne, m'a dit d'aller me faire foutre et a espéré que j'étais heureuse d'être une pute. La dernière chose à laquelle je lui ai envoyé un texto était "Oui, Ryan" Son vrai nom. Quelque chose que je ne l'avais pas appelé depuis ce qui semble être une éternité. Vers minuit, j'ai laissé tomber mon téléphone sur mon lit bien fait, j'ai laissé le mot que j'avais écrit et je suis sorti par la fenêtre. Dès que mes pieds ont touché le sol, sa voiture s'est arrêtée. Il a baissé la vitre et m'a fait signe d'entrer. Ma main tremblait lorsque j'ai ouvert la portière et bouclé ma ceinture de sécurité. Il m'a donné un rapide baiser sur la joue.

"Bonjour amour." Et comme ça on est partis. J'ai eu. Aucune idée où nous allions, ce qu'il allait faire, ou quoi que ce soit. Tout ce que je savais, c'est que j'étais désormais à lui, à faire à sa guise.

"Tu sais quoi, pourquoi ne pas te reposer ? Je te réveillerai quand nous atteindrons notre destination."

"Oui Maître." dis-je et je suis devenu choqué. Je cachais mon visage avec mes cheveux et je savais que mon visage était rouge.

"Bien bien bien. Il semble que vous m'ayez accepté comme un maître. Eh bien ne vous inquiétez pas, obéissez-moi et vous verrez que je peux être très généreux." il a déplacé une main vers mes cheveux et a commencé à les caresser, comme un animal de compagnie.

"Dors mon amour." Ce fut la dernière chose que j'entendis avant de sombrer dans l'oubli bienheureux du sommeil.

À suivre...

Articles similaires

La première baise de Julia

C'est ma première histoire, alors n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! Julia était une étudiante de première année de quinze ans. Elle mesurait un peu plus de 5'2 et avait un chiffre à élimination directe. C'était une de ces petites filles rondes. Elle avait des seins de 32C et une petite taille qui se fondait dans un cul parfaitement rond. Elle avait un visage anguleux avec des lèvres pleines et une peau de couleur ivoire crémeuse. De longs cheveux châtains tombaient dans son dos. Mais sa caractéristique la plus frappante était ses yeux. Ils étaient grands...

1 Des vues

Likes 0

Éveil sexuel de Jennifer - Ch5 - Bain de soleil

1 suggestion Jennifer, vous souvenez-vous que j'ai mentionné un bel endroit isolé où nous pouvons aller bronzer en paix? 'Oui.' ‘Voulez-vous y aller demain ?’ 'Oh oui.' C'est assez loin des sentiers battus, alors que diriez-vous que nous louions quelques vélos pour y arriver? D'accord, mais est-ce que ça ne va pas nous faire un peu chaud et transpirer quand nous y arriverons ? Oh, oui, certainement, mais c'est le point. Cela en vaudra la peine, vous verrez. 2 Se préparer Que dois-je porter? s'est demandé Jennifer en parcourant sa garde-robe et en s'installant sur un haut court décolleté avec une minijupe...

386 Des vues

Likes 0

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

590 Des vues

Likes 0

Partie 5_(1)

Allumez la caméra : Toni est assise au bord du lit avec Joe et moi debout de chaque côté d'elle elle caresse une bite dans chaque main à tour de rôle en les suçant et en les léchant à tour de rôle elle commence à vraiment s'y mettre alors qu'elle gémit et bâillonne à gorge profonde au fur et à mesure qu'elle continue, elle nous tire sur le lit par nos bites et nous nous mettons en position. Joe s'est allongé sur le dos et Toni à califourchon sur lui, elle a guidé son gros casque dans sa chatte humide, j'ai regardé...

439 Des vues

Likes 0

Partie 25 : Chaleur corporelle

Épisode II Des aventures de John et Holly Partie 25 : Chaleur corporelle Samedi matin, nous nous sommes réveillés pour constater que la chaleur était morte. Pas de chauffage en novembre signifie qu'il fait très froid dans notre appartement. Stéphanie et Sandy ne voulaient pas rester, alors elles sont allées chez un ami. Ils ne peuvent pas être là avant lundi, a déclaré Holly en raccrochant et en s'asseyant à côté de moi sur le canapé. Nous avions tous les deux des sweats. Nous pourrions profiter du froid, ai-je dit. Comment m'a demandé Holly. Chaleur corporelle ai-je dit. Quelques minutes plus...

339 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

55 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

595 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

568 Des vues

Likes 0

Plaisir inattendu

Les plaisirs inattendus. *Ceci est ma première tentative d'écriture, alors n'hésitez pas à commenter. Je vais aller de l'avant et admettre que mon orthographe et ma grammaire ne sont pas les meilleures, alors s'il vous plaît, allez-y doucement. Les personnages de cette histoire ne sont pas réels et cela ne s'est pas vraiment produit. Si vous n'aimez pas lire sur l'inceste, veuillez ne pas lire.* Tout a commencé il y a environ six jours lorsque j'ai remarqué pour la première fois que ma petite sœur n'était plus si petite. Elle a couru dans la maison avec des vêtements de skimpier et...

489 Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

469 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.