Je n'avais pas de choix

1.5KReport
Je n'avais pas de choix

Je n'avais pas de choix
Par EFon

(C'est une longue histoire et il y a une certaine accumulation, mais je pense que cela vaut la peine de vraiment définir l'intrigue.)

Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Je suis coincé dans une situation sans issue et le stress me tue. Je n'ai jamais voulu une vie compliquée, mais j'ai un temps que j'aime ou pas. Ce qui est étrange, c'est que même si je sais que c'est mal, je ne peux pas m'empêcher de l'aimer quand même. Maintenant, j'ai eu des moments sauvages à l'université, mais alors que j'étais encore jeune, je suis tombé amoureux et j'ai épousé Rachel, ma chérie de l'université. Nous avons obtenu notre diplôme et je suis devenue professeur de mathématiques au collège, tandis qu'elle est allée travailler dans une entreprise de garderie préscolaire. Tout se déroulait selon nos plans de vie et j'étais complètement heureux.
Être un jeune enseignant et enseigner à des filles qui entraient juste dans la puberté était parfois difficile, mais c'étaient de petits béguins idiots qui étaient facilement rejetés et oubliés. Il y en avait une particulièrement mémorable, une fille nommée Becky Whitman qui était une magnifique blonde aux yeux bleu clair brillants. J'étais sûr qu'elle serait définitivement une tueuse de garçons dans quelques années, et aussi très brillante et exceptionnellement bonne en maths pour une fille. Elle était l'une des premières de sa classe sur le plan académique, mais aussi à devoir porter un soutien-gorge. On pouvait dire que ses parents l'avaient gâtée parce qu'elle avait toujours ce qu'elle voulait.
Quand ce qu'elle voulait se tournait vers moi et dessinait constamment des cœurs et des yeux près de mon nom sur les papiers qu'elle rendait pour ses devoirs. Je l'ai gentiment ignoré car ces choses semblaient passer après quelques semaines, mais cela ne s'est jamais arrêté après six mois. Alors que l'année scolaire touchait à sa fin, je lui ai demandé de rester après les cours pendant quelques minutes et je lui ai expliqué qu'elle traversait juste une phase et qu'elle la dépasserait et passerait aux garçons de son âge. Elle l'a mal pris et a tellement pleuré que je l'ai emmenée chez l'infirmière de l'école, où elle a passé le reste de la journée.
J'ai parlé à l'infirmière le lendemain et elle m'a dit qu'elle n'avait jamais vu un béguin aussi grave auparavant, mais qu'elle était sûre que Becky irait bien dans quelques jours. Bien sûr, elle était sortie malade le reste de la semaine, mais quand elle est revenue en classe, elle semblait avoir tout oublié de la semaine dernière, et les choses se sont bien passées le reste de l'année.
Quelques années plus tard, une ouverture au lycée s'est ouverte et j'ai reçu un salaire plus important et je suis passé de l'enseignement aux enfants à de jeunes adultes, dont beaucoup avaient enseigné des années auparavant. Bien que beaucoup plus adultes maintenant, les filles plus âgées ne s'intéressaient qu'à leurs camarades de classe qui réalisaient enfin que les filles étaient gentilles au lieu d'être débiles. Cela me convenait et cela ne m'avait jamais traversé l'esprit à l'époque, mais l'année d'après, Becky était de nouveau mon élève. J'avais raison sur mes prédictions d'elle. Elle avait vraiment grandi rapidement, passant de la jeune fille en herbe que j'avais connue à la jeune femme qu'elle était maintenant. Ses longs cheveux blonds scintillaient, son joli visage et ses longues jambes brillaient, et sa poitrine s'était épanouie en une paire de gilets de sauvetage.
J'ai retenu mon souffle les premiers jours de cours, mais elle a agi comme n'importe quel autre élève et m'a ignoré autant que possible. C'était très bien, et je pensais que ce serait la dernière fois que j'y penserais. Elle a prouvé qu'elle était toujours au sommet de sa classe et a rendu faciles même les problèmes les plus difficiles et l'école s'est bien déroulée pendant le premier mois environ. Puis Rachel, ma femme, m'avait finalement dit qu'elle était enceinte et déjà depuis trois mois. Nous essayions de fonder une famille depuis que j'avais reçu le plus gros chèque de paie, et elle avait envie d'avoir des enfants depuis qu'elle avait commencé à travailler à l'école maternelle. J'étais sur un nuage et il ne fallut pas longtemps avant que le mot ne se répande et que d'autres enseignants et étudiants me félicitaient.
Les quatre mois suivants semblaient s'envoler, ma seule véritable attention étant la poursuite de la grossesse de ma femme, ce qui la rendait plus lunatique et erratique. Après avoir découvert qu'elle allait avoir des jumeaux et que cela allait demander un peu plus de travail qu'une grossesse normale, elle a pris un congé pour rester à la maison à l'âge de sept mois et nous avons arrêté d'avoir des relations sexuelles pour la sécurité des bébés. , et elle n'était pas d'humeur pour ça maintenant de toute façon. Je sais que ce n'était qu'une phase qu'elle traversait, mais c'était quand même inconfortable pour moi aussi.
Cela a dû me paraître plus que je ne le pensais, car un jour après le cours, Becky est venue me parler. « Comment va le bébé ? » demanda-t-elle.
"Bien bien." J'ai soupiré. «Les bébés en fait; ses jumeaux si vous pouvez le croire.
"Je le crois." dit-elle avec un sourire muet.
"Eh bien… juste les douleurs du travail de la vie", ai-je plaisanté.
Elle m'a souri et est partie pour son prochain cours. Après l'école, je me dirigeais vers ma voiture quelques minutes après le départ de tous les bus scolaires, quand j'ai aperçu Becky dans sa tenue de pom-pom girl marchant sur le côté de la route loin de l'école. Je me suis arrêté vers elle, j'ai baissé la vitre et lui ai demandé : « Tu ne vas pas à l'entraînement de pom-pom girl aujourd'hui ?
Elle a soupiré: «Cela a été annulé, mais j'ai dû manquer l'annonce, et après m'être changée, j'ai été enfermée hors de la salle de sport et j'ai raté le bus. Ce sont donc les seuls vêtements que j'ai et je dois rentrer à pied. Ma mère ne sera pas à la maison pendant environ 4 heures, donc je n'ai pas de trajet.
Elle avait l'air déprimée et désespérée, et je n'avais pas d'autre choix que de lui suggérer de la raccompagner à la maison. Elle ne s'est pas redressée ou n'a pas paniqué, a juste souri légèrement et a dit "Merci M. Font" et est montée et a bouclé sa ceinture. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer qu'elle devait ajuster la ceinture de sécurité entre ses gros seins dont je réalisais maintenant qu'ils étaient déjà un peu plus gros que ceux de ma femme.
J'ai senti un remue-ménage dans mes reins depuis que j'étais célibataire depuis plus d'un mois maintenant, ce que je n'avais pas fait depuis mes propres jours au lycée il y a plus de dix ans. J'ai pris une inspiration silencieuse et j'ai juste demandé la direction de sa maison et j'ai commencé à conduire. Il ne fallut pas longtemps avant que nous y soyons. Elle est sortie et était sur le point de dire quelque chose, mais m'a ensuite demandé: «M. Font, vous vous souvenez peut-être que je vis avec ma mère depuis le départ de mon père, et puisqu'elle va s'absenter encore quelques heures, je me demande si je pourrais vous déranger un peu plus. Je suis censé tondre la pelouse, mais la tondeuse fait un drôle de bruit et je ne sais rien de ce genre de choses. Pourriez-vous juste le regarder? Jolie s'il-vous-plaît?" Elle avait l'air si honnête et gentille que je n'avais pas d'autre choix que d'accepter d'aider avec ce que je pouvais.
Je me suis garé et elle m'a conduit dans son garage où se trouvait la tondeuse. Elle s'est accroupie avec moi pour regarder la tondeuse et pendant que je la vérifiais, je n'ai pas pu m'empêcher de voir le détroit entre ses jambes sous sa jupe de pom-pom girl. C'était juste le sous-short blanc que toutes les pom-pom girls portent, mais cela a quand même commencé à faire tourner des rouages ​​​​dans mon cerveau que j'avais du mal à ignorer. Je me suis concentré sur la tondeuse, j'ai vérifié l'huile et le carburant, le tout avec elle surveillant attentivement mes actions.
Je me suis levé pour le démarrer et il a fait un bruit et vacillé un peu, alors je l'ai tué et je l'ai tourné sur le côté. La lame était un peu tordue d'un côté de la lame. "C'est le problème, vous avez besoin d'une nouvelle lame."
"Drat, je ne pense pas que nous en ayons un. Y a-t-il un moyen de le replier ? » Becky a demandé.
"Eh bien, je peux le marteler et cela fonctionnera pendant quelques jours s'il ne casse pas d'abord."
"Génial!" Elle se leva et m'apporta un marteau.
Je ne m'attendais pas à être encordé là-dedans, mais bientôt j'ai martelé avec le marteau. Cela a pris quelques minutes, et même si je fais plus de tâches ménagères chaque jour depuis que ma femme est de plus en plus restreinte dans son état, je ne suis pas un bodybuilder. J'étais un peu fatigué après avoir frappé de toutes mes forces la lame en métal durci pendant cinq minutes d'affilée et essuyé le morceau de sucrerie de mon front avec le bras de ma chemise d'affaires. "Cela devrait probablement bien fonctionner." dis-je en redémarrant la tondeuse. Cela sonnait beaucoup plus doux et ne vacillait plus.
"Vous êtes le meilleur M. Font!" Becky a applaudi, ce qui a de nouveau amené à regarder son visage heureux et ses seins riant. J'étais sur le point de dire quelque chose quand elle a poursuivi rapidement : « Tiens, tu as l'air d'avoir besoin d'un verre. S'il vous plaît, suivez-moi, la cuisine est par ici. Elle s'est retournée et a ouvert la porte de sa maison et m'a attendu.
Je ne voulais pas être grossier et un verre semblait rafraîchissant, alors je n'avais pas d'autre choix que de la suivre à l'intérieur. Elle sourit et m'entraîna dans sa cuisine. Elle sortit un soda du frigo, l'ouvrit et me le tendit. Il la remercia et en but une longue gorgée. C'était une journée chaude et ensoleillée et c'était super et ça a vraiment frappé, jusqu'à ce que je commence à me sentir mal à l'aise en remarquant que Becky me regardait juste boire. "Je devrais vraiment y aller maintenant que ta tondeuse est réparée", dis-je prudemment.
Elle avait l'air d'avoir perdu le fil de ses pensées, mais est ensuite revenue et a dit: "Bien sûr, d'accord… attendez ici, je reviens tout de suite." Elle s'est enfuie en me laissant là pendant quelques minutes, alors j'ai juste bu et attendu, sans savoir pourquoi, mais juste en attendant. J'ai regardé par la fenêtre la cour arrière bien entretenue et la piscine creusée rafraîchissante. Sa mère, pensai-je, devait travailler dur et avoir bien fait pour elle et sa fille de vivre aussi bien, et toute seule.
Soudain, il y a eu une lumière clignotante et je me suis retourné. Il y avait Becky tenant un appareil photo prenant des photos de moi debout dans sa cuisine. "Quoi? Becky, qu'est-ce que tu fais ? balbutiai-je.
"Je voulais juste prendre une photo de toi ici dans ma maison." Elle sourit. "Merci encore une fois M. Font, voici la porte d'entrée," elle fit un geste vers la porte au bout du couloir voisin. "S'il vous plaît, passez une bonne journée et je vous verrai à l'école demain!" Elle gloussa comme si elle était une gamine qui venait de se faire une blague.
Je ne la comprenais pas, mais je lui ai dit au revoir, je suis parti et je suis rentré chez moi. J'ai parfois des réunions de professeurs et des devoirs à noter, donc ma femme ne pensait pas que je sois à la maison une heure après la fin des cours. Plusieurs fois, je ne suis pas rentré à la maison pendant plusieurs heures, alors elle était en fait heureuse de me voir à la maison si tôt de toute façon. Nous avons mangé, fait quelques tâches ménagères et nous sommes couchés. Avec ma femme très enceinte qui s'est effondrée à côté de moi, j'ai eu du mal à m'endormir. Je ne pouvais pas faire sortir Becky dans sa tenue de pom-pom girl étriquée de derrière mes paupières, ou faire cesser la pulsation dans mon dur Johnson.
Rien d'autre ne semblait sortir de l'ordinaire pendant les jours suivants, mais vendredi, lorsque l'élève a rendu ses devoirs sur mon bureau au début du cours, Becky a déposé un dossier violet. Je ne savais pas pourquoi elle avait mis tout son dossier sur mon bureau au lieu de quelques pages de papier comme tout le monde, mais j'ai parcouru le cours et je n'ai pas pu le regarder jusqu'à ce que la cloche sonne. Alors que les élèves partaient pour leur prochain cours, je l'ouvris.
J'ai vu ses devoirs, mais ils étaient imprimés sur du papier photo glacé. Je l'ai inspecté et j'ai repéré pourquoi elle l'avait fait sur le dos. Je me suis vue, debout près de son évier de cuisine, tout comme moi, mais en plus, Becky était à genoux, son cul et son dos nus visibles à mes pieds, avec l'arrière de sa tête juste à ma taille. Vous ne pouviez rien voir se produire, parce que rien n'était bien sûr, mais si quelqu'un d'autre l'avait vu, il ne penserait pas cela.
J'ai avalé une haleine chaude qui s'était coincée dans ma gorge et j'ai juste regardé la photo. Je ne savais pas quoi faire. J'étais juste glacé de terreur. Becky, s'assurant qu'elle était la dernière à sortir de la classe, dit dans le silence aigu : « M. Font, j'aurai besoin de te parler de mes devoirs après l'école, alors je te verrai à 15 heures. Elle a souri, a fait voler sa jupe courte pour montrer ses longues jambes lisses jusqu'à ses fesses, puis s'est précipitée par la porte dans la foule de personnes dans le hall. Les étudiants ont commencé à venir pour mon prochain cours, et j'ai rapidement remis les « devoirs » dans le dossier et je l'ai collé sur mon bureau.
Ce fut plusieurs heures longues et difficiles jusqu'à la fin de la journée d'école ce jour-là. Non seulement je devais faire face à mon inquiétude que quelqu'un découvre d'une manière ou d'une autre cette photo dans mon bureau, mais j'avais aussi développé une érection furieuse qui germait à chaque fois que je pensais à la photo. J'ai essayé de rester assise derrière mon bureau, ou de tenir un livre ou quelque chose sur mon aine autant que possible le reste de la journée.
Après que la cloche de fin de journée ait sonné et que tout le monde soit rentré chez lui, j'ai sorti le dossier et j'ai examiné à nouveau la photo. Il devait avoir été photographié, mais il avait l'air assez bon pour me faire bander à nouveau, même si je savais que c'était un faux. Je n'avais toujours aucune idée de pourquoi elle aurait fait ça. Elle n'avait pas besoin de me faire chanter pour des notes; elle était la première de la classe.
"Vous avez du mal à comprendre mes DEVOIRS M. Font ?" Les remarques de Becky m'ont fait sursauter et j'ai de nouveau rapidement refermé le dossier avec une peur nerveuse.
« Becky ! Je… euh… » balbutiai-je en essayant de trouver les bons mots pour résoudre ce dilemme.
« Je pense que tu devrais passer et parler à ma mère. Elle est à la maison en ce moment, alors on se voit à la maison… » et avec ça, elle est sortie et j'ai trébuché. Oui, c'était la bonne chose à faire. Sa mère pourrait aussi parler à Becky et s'il venait la voir avec cela, elle se rendrait compte de ce qui se passait. Je me levai et me dirigeai vers ma voiture, voyant les bus défiler un par un, et Becky à la fenêtre de l'un d'eux, m'embrassant la vitre.
Pendant que je conduisais, je savais alors que tout allait mal. Rachel n'était qu'à quelques mois de me donner des bébés jumeaux, et je n'avais pas encore obtenu la permanence. Que la photo soit réelle ou non, la simple accusation me déshonorerait, me faisant perdre mon emploi, et peut-être même ma famille ! Je n'avais pas d'autre choix que de faire disparaître cela et j'ai prié pour que la mère de Becky soit raisonnable.
Je suis arrivé quelques minutes seulement après l'arrivée du bus, parce que Becky m'attendait toujours à l'extérieur alors que je m'arrêtais, descendais et franchissais la porte derrière elle. «Ma mère est probablement à l'étage. Je vais la chercher pendant que vous avez un siège dans le salon. C'est juste à côté de la cuisine. J'espère que vous pourrez le retrouver là-bas. Elle a souri diaboliquement et j'aurais dû savoir que quelque chose n'allait pas alors, mais elle a détalé dans les escaliers, me donnant un coup d'œil à ses longues jambes lisses et son cul serré d'adolescent vêtu d'un short trop serré et étriqué.
J'avançai dans le couloir et dans le salon et regardai autour de moi. Il y avait une grande télévision, un confortable canapé en cuir blanc avec deux fauteuils assortis. Il y avait même une cheminée, ce qui est inhabituel dans ce sud lointain, et un lourd tapis blanc pelucheux sous les pieds. À droite, j'ai été obligé de regarder la cuisine maudite où j'ai été mis en place pour le chantage la semaine précédente. Sur le manteau au-dessus de la cheminée se trouvaient des photos de la petite fille que j'avais reconnue il y a des années, et de retour jusqu'à elle quand elle était bébé. Avec elle, il y avait des photos de sa mère, qui était également d'une beauté saisissante, mais avait des cheveux roux foncé et des yeux vert émeraude. J'ai entendu des pas descendre les escaliers et j'ai rapidement pris place sur le canapé moelleux.
La femme que j'avais reconnue comme la mère de Becky d'après les photos sur le manteau du manteau est entrée, même si je m'attendais à ce qu'elle ait l'air plus âgée que la trentenaire qui était juste un peu plus âgée que moi. Elle était élégamment vêtue d'une chemise et d'une jupe qui descendaient jusqu'aux genoux. Elle était suivie de près par Becky et je me levai et lui tendis la main : « Bonjour Mme Whitman, je suis Edward Font, le professeur d'algèbre de votre fille.
Elle a pris ma main et l'a serrée fermement en souriant et a dit : « Oui, je me souviens. Que puis-je faire pour vous aujourd'hui? J'espère que Becky réussit bien dans ses études ? Elle s'est assise dans l'un des fauteuils à ma droite, et Becky s'est assise sur le canapé avec moi, juste de l'autre côté. Je regardai nerveusement son visage souriant alors qu'elle était assise, mais me concentrai rapidement sur sa mère.
Mon cerveau sauta un peu à quel point je serais soulagé si seulement c'était le problème. "Non, je suis heureux de dire qu'elle est brillante et toujours en tête de la classe à l'école. Je suis venu parce que j'avais des inquiétudes sur un autre problème. J'ai tenu le dossier violet et lui ai fait signe. "Je ne veux pas vous alarmer, mais j'étais ici la semaine dernière parce que Becky a raté le bus, et je lui ai proposé de la raccompagner." J'ai fait une pause pour rassembler mes pensées, prendre une profonde inspiration et la mère de Becky m'a simplement fait signe de la tête de continuer.
"Becky m'a invité à entrer et m'a offert un verre, et pendant que j'avais le dos tourné, elle a pris des photos de moi. C'était tout, et je suis parti. Mais aujourd'hui, Becky m'a remis ça avec ses devoirs. J'ai remis le dossier violet à sa mère et j'ai jeté un coup d'œil à Becky, qui je m'attendais à avoir l'air horrifiée par ce que je faisais, ou du moins à essayer de m'arrêter, mais elle avait juste l'air suffisante et contente d'elle-même. Cela m'a intrigué, mais je n'ai pu que regarder sa mère alors qu'elle ouvrait le dossier et inspectait son contenu.
Je m'attendais à une explosion ou à un halètement ou quelque chose comme ça, mais à la place, Mme Whitman a souri et a presque ri. "Becky," Elle la regarda ensuite en souriant, "As-tu fait ça?" Becky hocha joyeusement la tête. Et sa mère a maintenant ri avec un petit rire, qu'elle a essayé d'étouffer devant le regard d'horreur qui devait être sur mon visage. "Eh bien, c'est une fille intelligente et tu es évidemment un homme honnête pour être venu me voir avec ça. Elle a toujours été une experte en mathématiques et en informatique, et a toujours su exactement ce qu'elle voulait, tout comme sa mère.
"Mme. Whitman… » J'ai bégayé en essayant de penser à quoi dire.
"Judy, s'il te plaît." Elle sourit et saisit ma main tendue. "Je sais que tu dois être préservée, mais j'ai toujours dit à ma fille de poursuivre ce qu'elle veut et que rien ne l'arrête." Elle m'avait dit il y a plusieurs années qu'elle était tombée amoureuse de toi parce que tu étais intelligent, honnête, juste et pas trop dur à regarder non plus, si je puis dire. Elle me fit un clin d'œil et gloussa à nouveau.
J'étais toujours à court de mots et je n'avais aucune idée de ce qui se passait. Judy a poursuivi : "Maintenant, quand elle m'a dit comment vous aviez repoussé ses avances auparavant, je savais que vous étiez une personne gentille et responsable, et je lui avais dit de ne pas s'inquiéter, et elle trouverait quelqu'un comme vous dans quelques années quand elle était plus âgée et prête pour une vraie relation.
J'acquiesçai bêtement tandis qu'elle racontait son histoire. « Au cours des dernières années, elle est sortie avec des jeunes hommes de son âge, mais elle m'a dit qu'aucun d'entre eux n'était comparable à vous. Tu peux imaginer ma surprise quand le premier jour d'école cette année, elle est rentrée à la maison pour me dire que tu avais déménagé au lycée et qu'elle était de nouveau ton élève. Elle ne t'avait jamais oublié et je pouvais dire que ce n'était pas un simple béguin à l'époque.
Becky a placé sa main sur la mienne à ce moment-là et j'ai été tellement choqué que je n'ai eu aucune réponse. J'ai essayé de dire quelque chose, mais Judy a continué à parler, ne me laissant pas d'autre choix que d'écouter. "J'ai dit à Becky que si c'était ce qu'elle voulait vraiment, ce monde ne récompense que ceux qui ont du courage, de l'intelligence et de l'initiative. Elle doit être assez courageuse pour parler de ce qu'elle veut; assez intelligent pour le faire sans détruire sa réputation ou faire quoi que ce soit d'illégal, et l'initiative de donner suite, peu importe le prix.
Becky m'a serré la main et j'ai été choqué que la mère de cette jeune femme me dise qu'elle approuvait qu'elle essaie de me faire chanter et de me séduire. « Maintenant, j'espère que personne d'autre n'a vu cette photo ? » Elle nous regarda tous les deux. Becky secoua la tête et je fis de même bêtement. "Bien. Becky, monte dans ta chambre s'il te plait. Edward et moi devons discuter du reste en privé. Elle perdit son sourire et parut un peu inquiète, puis me serra de nouveau la main et sortit nerveusement de la pièce.
Judy a attendu un peu pendant qu'elle conduisait Becky dans les escaliers, puis s'est à nouveau tournée vers moi. "Edward, tu as le choix." Même lorsqu'elle a dit cela, je savais que ce n'était pas vrai. « Vous pouvez à nouveau rejeter ma fille, mais j'ai peur que cette photo ne devienne publique à un moment donné. Bien qu'il s'agisse d'un faux, il est suffisant que ce fait ne vous évite pas toute une vie de problèmes avec votre travail et à la maison.
J'ai dégluti en sachant que cette option détruirait mon monde et ne valait même pas la peine d'être envisagée. « D'un autre côté, vous pouvez fournir à ma fille ce qu'elle désire. Elle est encore très jeune et curieuse des plaisirs de la chair. Elle peut juste avoir à nouveau un profond béguin, ou même vous aimer, mais cela peut passer, comme je peux vous le dire par expérience personnelle. Elle jouait avec sa propre alliance, que j'ai été surprise qu'elle porte encore car j'avais entendu dire que son mari l'avait épuisée il y a plus de dix ans.
J'ai enfin retrouvé ma voix maintenant que Becky ne me distrayait plus : « Mais je suis un homme heureux en mariage, dont la femme est sur le point d'accoucher. Aux jumeaux même ! Je suis aussi son professeur, et c'est faux à tous les niveaux. Je pourrais aller en prison si je fais ce que vous suggérez.
"C'est vrai, mais je vais vous promettre, et faire promettre à Becky également, que si vous choisissez la deuxième option, nous garderons la confiance et personne ne le saura. Cela ruinerait ma réputation et celle de la sienne, vous vous en rendez compte. J'ai réfléchi un instant et j'ai su que c'était vrai aussi. Bon sang, cela avait du sens et semblait être ma seule issue, mais alors que mon aine commençait à répondre par l'affirmative, mon cerveau criait toujours non. "Dans les deux cas, je respecterai votre décision et nierai toute accusation contre votre personnage."
Cela a semblé me ​​choquer encore plus et m'a presque donné une chance de prendre sa première option avec une chance de succès. Elle avait semblé me ​​pousser avec sa fille ensemble auparavant, alors c'était une autre boucle qu'elle m'avait lancée. Mon regard perplexe la fit rire à nouveau : « Tu as mal compris toute cette situation, je le crains. Ma fille tient de sa mère. Elle est têtue, intelligente et a des normes élevées. J'ai été stupide dans ma propre jeunesse et j'ai essayé de faire en sorte qu'elle choisisse mieux que moi. Je pense qu'elle l'a fait, et cela ne fait que rendre la situation plus difficile. Si vous n'étiez pas la personne responsable que vous êtes, vous auriez déjà profité de l'intérêt que ma fille porte à vous.
J'ai été honorée de son appréciation de mon personnage et elle a poursuivi: «Maintenant, j'ai besoin que vous sachiez que je fais confiance et que j'aime beaucoup ma fille. Je sais qu'elle a essayé de faire certaines choses avec des garçons, mais qu'elle est toujours vierge. Je veux qu'elle soit heureuse, mais je ne veux pas qu'elle souffre inutilement. Je considérerais comme une faveur personnelle, même si vous ne pouvez pas l'aimer en retour, de lui montrer l'amour que seul un homme gentil peut. Si vous dites non, alors je monterai et je lui expliquerai, et elle finira par apprendre ces choses d'un jeune garçon excité qui pourrait la mettre en cloque, peut-être lui donner et MST, mais la prendra certainement pour acquise et le ferait 't montrer sa gentillesse ou le respect qu'elle mérite. C'est peut-être ma petite fille, mais je trouve l'alternative d'une histoire d'amour même courte avec un homme responsable comme vous beaucoup plus à mon goût.
J'ai pris ça comme un coup de poing dans l'estomac et j'ai pu le voir se produire dans ma tête. Becky maltraitée, malade, enceinte et seule. Je ne pouvais pas supporter l'idée de cela non plus. Je n'avais pas de choix. "D'accord," m'entendis-je dire solennellement. Elle me sourit gentiment et tapota mes mains sur mes genoux.
Elle se leva et réfléchit une seconde : « Maintenant, il y a beaucoup à faire. Je vais préparer un dîner et vous appellerez votre femme pour lui faire savoir que vous donnez des cours particuliers à un étudiant qui a besoin d'une aide sérieuse pour se préparer à ses examens d'entrée à l'université. Je lui parlerai si tu as besoin de moi et je l'aiderai avec tout ce que je peux. Après cela, la chambre de Becky est à l'étage à gauche, la salle de bain de l'autre côté du couloir à droite. S'il vous plaît, n'hésitez pas à prendre une douche après, Oh et s'il vous plaît, mettez d'abord une serviette sur le lit.
Elle se retourna alors et se mit à cuisiner dans la cuisine. J'ai utilisé son téléphone personnel et j'ai expliqué à Rachel au téléphone, exactement comme Judy l'avait dit. Elle l'a accepté avec seulement une légère hésitation, quand Judy a retiré le téléphone de ma main et a commencé à discuter avec elle. Elle a ensuite fait un mouvement de chasse avec sa main et je suis timidement descendu le couloir vers la porte d'entrée et la base de l'escalier. Je marchais avec la même lenteur que Becky avait quand elle était partie, car comme elle, je n'avais d'autre choix que d'accepter le destin qui m'attendait. En haut de l'escalier, il y avait trois portes ; à gauche, à droite et une tout droit au bout d'un petit couloir.
J'ai ouvert la bonne porte et j'ai utilisé la salle de bain rapidement, sachant que je ferais mieux de m'en débarrasser d'abord. J'ai utilisé un gant de toilette pour essuyer mon visage, puis mon aine, craignant de faire une puanteur à cause de la sueur de nervosité que j'avais ressentie le reste de la journée. Finalement, j'attrapai une serviette sombre sur le portant et retournai dans le couloir.
Je frappai doucement à la porte de gauche. "Entrez", dit Becky d'une voix nerveuse. J'ai lentement ouvert la porte. La chambre était exactement comme j'aurais dû m'en douter, rose. Du rose sur les rideaux des fenêtres, les draps et même sur le tapis du parquet. Becky était assise à un grand bureau en bois sur une chaise roulante. Elle avait l'air d'avoir essayé de faire ses devoirs sur son ordinateur sur le bureau, et dès qu'elle m'avait vu, elle s'était levée et avait appuyé sur le bouton d'alimentation, l'éteignant. "Salut M. Font."
« Becky », fut tout ce que je pus dire pendant la première minute. Nous sommes juste restés silencieux. "J'ai besoin que tu saches que je t'aime bien et que tu es très belle."
Elle me regarda avec des yeux qui craquaient et essayait de ne pas pleurer. "Et j'aime beaucoup ma femme."
Becky avait l'air d'être sur le point d'être inondée de larmes. "Mais, ta mère m'a demandé de lui faire une faveur et j'ai juste besoin de l'entendre de toi."
Ses yeux retinrent à peine ses larmes et elle attendit avec hésitation. "Peu importe ce qui se passe entre nous, je suis toujours marié et heureux, et tu peux UNIQUEMENT être mon élève en dehors de cette maison."
Ce rayon d'espoir a traversé son âme et pendant qu'elle l'a absorbé, ses yeux orageux ont commencé à s'éclaircir. Elle a quand même versé quelques larmes, mais son sourire m'a dit que c'était assez. "Monsieur. Font… » dit-elle en cherchant les mots.
"Becky, tu as fait une mauvaise chose en essayant de me faire chanter, et tu dois savoir que c'était mal." Elle a hoché la tête alors j'ai continué: «Mais je n'avais pas réalisé à quel point tu m'aimais. Tu dois savoir que tu es encore jeune, et je ne suis pas l'homme qui est destiné à te rendre heureux pour le reste de ta vie, mais pour l'instant, je ferai ce que je peux.
Elle bougea nerveusement, pensant toujours et contemplant le sens de mes mots. « Si vous voulez que je vous montre les ficelles du métier et autres, alors je le ferai, mais cela ne peut pas quitter cette pièce, ni aller au-delà de ce point. C'est une leçon unique, parce que je me sens responsable de toute cette situation. Tu dois me promettre que tu ne me poursuivras pas et que tu ne feras aucune scène en public.
Elle s'est renforcée et ses grands yeux bleu bébé m'ont regardé droit dans les miens. "Je promets que je ne te demanderai rien en dehors de ma chambre et que je ne dirai à personne en dehors de cette maison ce qui se passe entre nous." C'était assez bien pour moi et je soupirai et m'assis au bout de son lit. C'était une charge de mon esprit, mais maintenant est venu le suivi. Becky est venue s'asseoir à côté de moi, sa hanche en jupe touchant la mienne.
Son visage très près du mien et je ne me souviens même pas m'être penché sur elle alors que ses lèvres touchaient les miennes. Elle était immobile et garda la bouche fermée, absorbant juste la sensation, puis elle commença à lui rendre son baiser. Nos lèvres faisant des bruits de baisers comme nous le faisions sur son lit. Bientôt, j'ai augmenté la mise avec ma langue serpentant dans ses lèvres, la faisant sursauter et la faisant rire de ce rire mignon qu'elle utilisait toujours et dont je réalisais maintenant qu'il m'excitait vraiment.
Une de mes mains passa autour de son épaule derrière elle, et l'autre sur sa jambe nue lisse au-dessus de son genou. Je l'ai agrippée doucement, pendant que nos langues dansaient et exploraient ce nouveau territoire. Je n'ai pas pu m'empêcher de plonger dans les lèvres inexpérimentées mais avides de ma charmante élève. J'ai aussi senti ses bras m'entourer et nous avons dû passer dix minutes à nous embrasser. Je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir à nouveau comme un enfant, car je n'avais pas fait ce genre de choses, même avec Rachel, depuis nos années d'université.
Après avoir attendu un moment pour reprendre notre souffle d'un virelangue particulièrement vigoureux et long, Becky a dit: «Wow M. Font. Personne ne m'a jamais fait me sentir aussi bien avant. Elle sourit et se mordit la lèvre inférieure avec un sourire sexy. "Tout ce que les garçons veulent faire à l'école, c'est parler de sport ou toucher ma chatte."
«Eh bien, vous ne pouvez pas les blâmer. Quand j'avais cet âge, les mêmes choses traversaient mon système. Il faut un peu de temps pour laisser refroidir les hormones. Maintenant, ta mère me dit que tu es toujours vierge, mais tu as fait certaines choses. Est-ce vrai?" Elle hocha la tête, embarrassée, mais désireuse d'en savoir plus puisque ses pieds nus frottaient les miens. "OK, alors qu'as-tu fait jusqu'à présent ?"
"Eh bien…" Elle se mordit à nouveau la lèvre inférieure et eut vraiment du mal à le mettre en mots. "J'ai... laissé un garçon toucher par les seins..."
Je regardai ses seins et les considérai pensivement. Ils étaient assez grands sous son t-shirt sombre. J'ai levé ma main vers son sein gauche et j'ai entendu Becky aspirer son souffle. Je posai doucement ma main sur la partie supérieure de son sein et frottai lentement vers le bas, puis le haut à nouveau. Je pouvais facilement sentir son soutien-gorge sous sa poitrine et sa peau nue sous sa chemise. J'ai fait cela pendant quelques instants, puis je me suis déplacé vers son sein droit. Alors que je changeais, Becky laissa finalement échapper son souffle avec un doux gémissement de plaisir.
Après avoir alterné et frotté une fois de plus, j'ai déplacé mon autre main vers l'ourlet de sa chemise et j'ai commencé à la soulever. Elle a levé les coudes et m'a permis de soulever la chemise entière au-dessus de sa tête et de révéler ses seins vêtus de soutien-gorge bronzé à mon regard. Je suis revenu à mes mouvements de dessus et de dessous et elle a atteint derrière elle et a dégrafé son soutien-gorge. En haussant les épaules vers l'avant, son soutien-gorge se desserra et je le laissai tomber par terre sur son t-shirt.
Ses gros seins nus ne s'affaissaient qu'un peu sans soutien et elle cherchait mon approbation alors que je les regardais. "Est-ce que quelque chose ne va pas avec eux?" demanda-t-elle avec une certaine inquiétude face à mon regard attentif et silencieux.
Réalisant que le simple fait de la regarder la mettait mal à l'aise, je tendis la main et en posai une en dessous et l'embrassai rapidement. "Non mon cher. Ils sont tellement beaux que je n'ai pas pu m'empêcher d'être stupéfait par eux.
Elle a souri et ensuite j'ai continué mes soins sur ses seins maintenant découverts. Elle avait une petite aréole, mais de beaux et fermes mamelons dressés qui étaient d'un rose clair seulement un peu plus foncé que sa peau légèrement bronzée. Elle n'avait pas de ligne de bronzage, mais comme elle vit seule avec sa mère, qui est aussi spectatrice, elle doit bronzer nue dans sa pelouse arrière au bord de la piscine quand elle le peut. Cette pensée fit battre à nouveau mon aine, oubliant finalement tous les soucis d'avant et me mettant pleinement dans l'ambiance du moment.
Elle appréciait immensément mes mains qui maintenant massaient chacune un de ses seins, y compris en roulant et en ajustant ses mamelons tendus, la faisant couiner un peu si je pinçais un peu trop fort. Je l'ai doucement poussée à plat sur le lit, planant au-dessus d'elle et sur son côté gauche. "Avez-vous laissé l'un des garçons faire cela?" J'ai ensuite baissé la tête vers son sein gauche et j'ai doucement aspiré son mamelon pointu dans ma bouche.
"Non!" elle couina bruyamment, "Oh, c'est si bon!" Elle sonnait comme si je venais de secouer son monde, et je ne pouvais pas croire à quel point cela m'excitait vraiment. C'était tellement agréable d'avoir une femme qui approuvait mes manœuvres amoureuses au lieu de me demander d'arrêter. J'ai sucé et fait tournoyer doucement son mamelon, mais en devenant lentement plus dur et plus profond avant de passer à l'autre et de faire de même avec son jumeau. Pendant ce temps, elle a vraiment renforcé mon estime de soi avec ses grands cris de plaisir.
I release her breasts from my manipulations and sat up, allowing her to breathe easy for a moment. She smiled up at me then grinned and bit her lower lip again. She sat up quickly and her nimble fingers started unbuttoning my shirt, and then cast it to the floor next to her own growing pile of discarded clothing.
Her fingers then roamed across my mostly hairless chest. I have just a bit of curly hair around my nipples and some on my belly as you get closer to my love trail. Her hands felt terrific and it had been the better part of a year since I’d had this sort of attention. I closed my eyes and soaked it up, but reopened them as I laughed as she tickled my own nipples with her tongue. I think she was disappointed that my own nipples didn’t turn into upstanding eraser nubs like hers did, but she didn’t let it show for more than a moment before she was pleasantly surprised by what her hands found as she went lower on my body.
She looked at me with wonder and I said. “Go ahead and touch it.” She did and traced her hands up and down the bulge in the front of my khaki pants. I was getting tight in my briefs and I reached and unbuttoned my pants. She helped and pulled the zipper down slowly, then pulled the waist down as I lifted my butt, and she dragged them the rest of the way off. She returned her hungry and eager gaze to my crotch, flitting her eyes to mine every few seconds. I grabbed the waistband of my underwear and pulled it down over my enlarged member and threw them to the side as well. “Have you ever touched a penis before?” J'ai demandé.
“No,” she shook her head slightly. “Well a little, but only through underwear. And the guy just pissed his pants when I did.”
“Well, that can happen when you’re nervous or haven’t gone to the bathroom first.” I didn’t need to mention that I had gone to the bathroom, because she must have heard me while she was waiting. “Go ahead and touch it softly.”
Her hand reached out and put a few fingers on my tip. She rubbed it a bit and then moved down my shaft. She reached her other hand in and ran it through my curly pubes and around to the bottom to cradle and massage my balls. Her soft touch was nice, but random probing fingers was not what I needed right now. “OK, just a sec. Let me show you how to hold it to make a guy feel good.”
She pulled back and watched me silently. I grasped my base firmly and squeezed hard. My cock swelled at the head like a flower blooming and she cooed with fascination. Then I moved up and down at my base, making my cock swell and grow harder and firmer. After a moment I moved to the head and played it softly up and down along the length of my shaft. I oozed a small amount of precum and she could see it glisten in the bright afternoon sunlight. “See, now you try.”
She reached in and took over again, trying to follow my movements. She squeezed too hard or too softly, but I tried to guide her both with words of encouragement and moans of pleasure, and occasionally small yelps of pain. She got better and I could feel the percolating in my depths that things were working. I told her that would good and that if she practiced she could make boys cum with just rubbing them. She seemed in awe, but then asked, “And blow jobs right?”
“Well I wasn’t planning on that since your new…”
“Please, I need to try it or how will I know how!?!” She pleaded and begged of me.
This was a first for me as I’d never had a woman, half naked, begging to suck my cock. It was so erotic and sweet that I had no choice but to allow her to try it. “OK, but just remember, open your mouth wide, but close your lips as much as possible and don’t let your teeth touch it or it could hurt me badly. That would end the lesson to soon, and we wouldn’t want that now would we?”
“No,” said lowering her blonde head to my crotch. “We wouldn’t want that at all.” She then grasped my cock by the base in her hand, and licked the side of my cock, making me groan with pleasure. She licked all over, coming to the tip and played with my hole with the tip of her tongue, making me squirm. Then she made an ‘O’ with her mouth and took in the tip of my swollen gland. She went up and down roughly a few times before I stopped her.
“OK, you remember when I sucked your nipples?” She nodded, “Do it like that, but as if my penis was a big nipple.” She thought for a moment, and then went back down. She kissed the tip a bit, and then sucked in the head like a lollipop, running her tongue all over my head. That was much better and I rewarded her efforts with a deep groan.
I leaned back and closed my eyes, letting the ecstasy fill my body. IT had been so long, and the more Becky sucked, the better it got. I looked down and saw her big baby blue eyes shining up at me with my huge cock sliding down her gullet and tensed as I almost came from looking at that sweet and sexy face. “OK, I think you have it down now.” But she just closed her eyes and sucked harder and used her hand on my base to stroke the rest of me she couldn’t get in her mouth.
Damn that girl had got it down and she was really going at it now. I thought she would make me cum, but she went too deep and gagged on my cock. She pulled off coughing and wheezing, releasing my cock and the pressure released away with my worry for her. I held went to the floor with her and held her until she was breathing normal again. She just hugged me for a moment and then pulled back. “I’m sorry. I must not be able to do that very well. I felt like I was doing to die.” She looked sad that she couldn’t do what she must have heard other girls say they did as school.
“That’s OK, it takes practice to train out the gag reflex for most girls, and I am a little bigger than average, or so I’ve been told,” I smiled.
“Yea…” she nodded, “Well from what I can tell.”
“Anyway… Do you want to continue?” She wiped her eyes again, and then nodded quickly. “Ok, lie down on the center of the bed.” She hopped up and quickly did as I said, her perky big breasts bouncing sexily as she did. I moved to her side and sat next to her, and reached to unbutton her skirt and opened it up, exposing her pink panties (of course) to the light of day.
I then reached down and massaged her thighs with my palms. I went down to her knees, then up to the soft inner thighs, then higher, going around her mount, and then up her belly and back to her breasts again. She giggled again and I said, “Sorry, I just love your firm tits.” I then traced my fingertips back down her sides, making her giggle more and squirm a bit, reaching her hips and then hooking my fingers into her panties and sliding them down. I rose and moved to the end of the bed, pulling her pink panties all the way down those long strong legs, and off her petite feet, and depositing them in the completed pile of out discarded garments.
Now both of us were naked and I stood at the foot of her bed, gazing down at the naked, obviously natural blonde teenager who watched my every move with eager anticipation. I returned to her by placing my hands on her feet, massaging each with soft caresses and placing kisses on them as well. I slowly moved up to her firm and sculpted calves, followed by her knees and thighs.
Now I was halfway up her bed and my own face was now before her naked sex. It had short blonde curls covering its top and sides, but her pussy lips, obviously aroused were puffed out and I could smell her sweetness. “Has a boy ever touched you here before?” I asked before continuing.
Elle secoua la tête. “The only boy who I let touch me there… well… I told him just rub over my panties and he tried to pull them off to I hit him in the crotch and ran out on him. Luckily he lived just down the street and I ran home.”
This was truly virgin territory in the fullest sense of the word. “OK, I’m going to touch it some first, but I’ll be gentile. Please spread your legs and while it may tickle or shock you, try not to knee me in the head.” She laughed at that and I added, “My wife, when we were in college, the first time I went down on her gave me a bloody nose as she twisted in pleasure, so I’ll hold you, but just think before you go swinging around, OK?” Elle acquiesça.
I moved a hand up her thigh and slowly moved around the top of her mound, gliding through her smooth blonde curls. She still held her breath and just watched me work. Moving down I traced my fingertip up and down each of her swollen pussy lips. Gently I eased back her folded and found them already slick with her leaking wetness that was coating her excited tunnel. She moaned at this and threw her head back. I then made my way slowly and gently up her slit to her blood engorged pearl-like clit.
I reached a finger to gently touch it. She acted like I’d just struck her, stiffening up and locking her legs and pushing her pelvis up sharply. Her vagina quivered and seeped more of her girl-juice. It looked tasty, but I knew she wasn’t ready for that yet. Instead I gently continued massaging her clit, making her squirm even more. After a few minutes she relaxed enough to really enjoy the sensations and I added my other hand to trace the edges of her pussy lips.
I meant to make her cum with just my fingers, and I would have in time, but her fragrant young pussy was just too tempting not to taste. I leaned down and extended my tongue toward her slit and dipped it in. She shuddered and moaned and I could tell she was already getting close. I intended her first orgasm to be big, so I went up to her clit and sucked on it. That blew her mind. She threw her arms to the back of my heat, forcing it hard onto her pelvis, and she clamped her teeth and screeched through them with a high-pitched whine for ten of fifteen seconds.
I held on, lightly holding her clit between my lips, and her vagina spitting her cum all over my chin that was grinding into it. As she came down from her high she released my head, and I pulled off, knowing that she was hyper-sensitive for the next minute or so. My mouth and chin were coated with her juices, and I almost swore as I remembered the towel. I wiped my face with it, and then laid it under her legs with the top by her ass.
I gave her a moment to come back to herself, and when she did she looked up at me and grinned broadly. “That was amazing!” elle a chuchoté. She was still a little winded and I held her hand in mine.
“If you thought that was good, the next step will blow your mind.” She rolled her eyes and shuddered with another wave of pleasure. “Are you ready?”
“Ed, please make me a woman.” She said with all seriousness as she looked up at me. This was the first time she’d ever called me by my first name, and I almost couldn’t believe she’d done it. I nodded and moved between her legs.
“Lift up yourself up for a second.” She raised her ass and I slid the towel up under her. “Now, this will probably hurt a bit at first, and you may bleed some, but after that first bit it will feel ten times better than it just did.” She bit her lip and nodded. “Oh, if you need to bite something…” I pulled my shirt off the floor and gave her my sleeve, “Just don’t hurt that pretty lip of yours.” She smiled and nodded again.
I was still pretty hard, but worrying about details had softened the little guy. I rubbed it a moment and moved closer to her pussy. ‘Idiot’ I mentally chastened myself. “I, uh, don’t have any condoms…” I apologized. “Do…do you have any Becky?”
It looked like ten thousand thoughts went through her head in the next few seconds. Puzzlement, shock, dismay, anger, joy, and finally calm determination all played across her face. After a few moments she said, “It’s OK, my mother got me on the pill a few years ago. I was just so eager that I forgot to tell you.”
‘Wheew!’ I almost said. The last thing I needed was more troubles. “OK, that’s fine then. Here I go. Try to relax and just let it happen as I go. It may be painful at first, but you will begin to enjoy it quickly. Ready?” I grasped my cock and looked into her eyes below me.
She placed the sleeve of my shirt in her mouth and nodded. She looked so cute that I kissed her nose and then lowered myself onto her. I placed my cock across her clit and moved my hips to softly grind the length of it against her wetness and tease her clit with my helmet. We humped for a minute or so, and got back in the mood, with all our worries behind us.
Once I felt sufficiently slickened I pulled back and grabbed my cock once more, this time, aligning the tip with her moistened lower lips. I moved it in between those lips and dragged it up and down, coating it with her sticky juices. After four or five strokes, I prodded the head into her virginity. I moved in just a bit, getting only the head inside, before encountering her sex barrier. I’d never taken a girl’s virginity before, so was actually unsure how hard it would be, but I tried to restrain my own eagerness and pushed firmly, but lightly I’d hoped.
I actually sunk in a few inches easier than I’d expected, but Becky still almost screamed in pain into my shirt. She shuddered and tears welled up in her sown-up eyes. I started to withdraw a bit, but that only seemed to make it worse, so I locked my arms and just held on while she coped. After a minute she began to calm down and she reopened her eyes and released my shirt from her mouth. “Oh, you’re gigantic inside me,” she gasped.
“We can stop it you need me to…” I offered, but I knew it sounded disingenuous because I wanted it to much.
"Non!" she said boldly. She then put her hands to my hips and moved to pull me in deeper.
I resisted her a bit, but left myself sink deeper into her freshly deflowered sex. I didn’t get more than a few more inches in and waited for her to catch her breath a bit. “OK. The worst is over, but when I start moving it will still be sore and raw. I promise it will begin to feel good, but it may be a bit before the pleasure takes over. Ready?”
She gave me her answer by pulling my head to hers and kissing my strongly on the lips. After a brief but vigorous tongue battle I moved back to my thrusting position, arms strait, and all my upper torso weight coming down on her pelvis. She groaned and her cute face twisted with pain and I hoped some pleasure. I couldn’t help but admire her big breasts, flattened with her on her back, making them look even bigger.
I pulled my cock back slowly an inch, then rocked back into her an inch, not trying to advance until her insides adjusted to my thickness. It looked like it hurt her, but she tried hard to smile and keep her eyes open, staring into mine. I reached one hand to her breasts and massaged it, trying to distract her with pleasure from another source.
I glanced down as I pulled out a bit and saw that my cock was coated with a layer of bright red blood, but also her thick sticky white girl-cum. I moved back in, trying to get a little deeper into her virginally tight love tunnel. As I continued in and out, making fractions of inches progress with each thrust, I could tell that each advancement brought her more pain, but also pleasure. After a few minutes I felt the last resistance give way and sank fully inside her. I was now throbbing hard, with the perverse pleasure of blooding her somehow really turning me on. My tip reached the bottom of her tunnel and pressed against her cervix, then entrance to her womb receiving its first visitor.
The pressure and tightness were unbelievable, as she also felt me reach bottom, and clamped tight on me with renewed vigor. God that felt good and I was worried that I would cum then and there for just a moment. I held on and took a deep breath. She eased up after a moment and giggled, sending cute shock waves through my body as I actually felt her laugh from the inside. “I can feel you’re heartbeat inside me,” she whispered.
That made me throb again, and she squeezed as my head pulsed inside her, sending a strong squirt of my precum into her depths. I knew I wouldn’t last long once we really started. “Becky, I’m sorry, but you’re just too much for me and I’m sure I’ll cum before you do again at this rate.” I moved to pull out and planned to work her up with my fingers some more, but she twisted her legs up and those flexible cheerleader hips to wrap me up, holding me in.
“I need this, please…” she begged me with lust, desire, sadness, and worry all on her sweet face at the same time. I smiled and nodded, but she just kept on holding me tightly, desperate to prevent me from escaping. I had no choice but to begin moving slowly in her bloody channel, out and in, again and again. I grasped her hips and forced myself more and more forcefully, with my weight on top of her.
Wrapped up as I was I never got very far out of her, and couldn’t move very hard, but still with the whole situation, it took only moments from when I allowed myself free reign with her body until I’d felt the earth-shattering pleasure rumble through my bones. My hips convulsed of their own will and I drove deeper inside her more forcefully than I’d thus far, stabbing at her cervix with my love spear. Freezing with shuddering joy my engorged manhood throbbed and pulsed inside her, blasting strait into her virgin womb, emptying a month’s worth of my pent up sperm into her womanhood.
She shrieked and clawed at my back, but I was lost in my own throws of orgasm. I felt like I’d never cum before as I continued to send shot after shot of my swimmers deep inside my young lover. I felt like it would last forever, and even after the many large spurts had been deposited, I continued to pulse and throb out more and more of my jism for almost a minute, with the shuddering convulsions from my softening penis, filling her raw and bleeding vagina.
My eyes were still shut and I opened them to the blurry bright world again as I rolled out from between her legs and slid to spoon with her on her small twin bed. She moaned with contentment, “It’s so hot. I’m so full of your love.” She smiled to me and kissed my lightly on the lips. We snuggled and I drifted to sleep holding this young beauty to me, feeling content and blissfully happy.
When I awoke, maybe an hour later, Becky’s cute blonde hair was in my face and she was asleep on my chest. I wanted to wake her and take a shower, but I couldn’t bring myself to do it. Instead I just twirled her smooth blonde hair in my fingers. This did wake her after a few minutes, and she looked up at me, “Morning my love.” It was just so cute that I had to kiss her again.
“You mother wants us to shower and have dinner together.” Je lui ai dit. She smiled and then groaned as she started to move. She finally saw the towel and our love puddle, and the blood and cum covering my cock and her groin. She was shocked and I told her, “It’s OK, it won’t always be this way, but the first time is sometimes like this.” I tried to say it confidently, but since I’d never taken a girl’s virginity I hoped it was true. Changing the subject I said, “I’m going to take a shower.”
I got up and moved naked out toward the bathroom across the hall, and could have sworn I’d heard footsteps on the stairs, so moved in quickly and shut the door. Even though I’d just deflowered her daughter at her insistence, I couldn’t help the instinctual reaction of being caught. I turned on the shower and got in. I looked for a bar of soap, but could only find some body-wash. I laughed to myself that only women lived her, so of course there wouldn’t be a simple bar of soap.
I started washing up when I heard the door open. Freezing, I peeked out the curtain. Becky, having cleaned up a bit with the dark towel, dropped it in a laundry hamper in the bathroom, and smiled at me. “Need someone to wash your back?” she asked, and her still naked breasts stared at me under her happy face. I couldn’t respond to that, and she squeezed her way into the small shower behind me. “Oh, I’m sorry, looks like I got a little carried away.”
Not sure what she was referring to her fingers traced a few small sores on my back where she’d dug into my flesh. None were deep enough to bleed thankfully, but she’d left eight little red marks on me, four per side. Using the body-wash I was using, she moved her hands up and down my bare back. She started carefully at the top where my new marks were, and moved lover and lower, finally coming to squeeze and rub my ass checks.
I was really enjoying her caresses and soaked them up with the hot water coming down on my face and shoulders. Her small hands then turned me around and she restarted her washing of my body at the top once more, shoulders, chest, stomach, and then lower. I was relaxed, but as she moved down I could help but think about where her hands would reach in a minute. My soft cock, while only a fraction of its size when it was hard, was still not tiny, and when I opened my eyes, even while she was washing me, her eyes were locked onto my groin. That alone made it twitch once as the valves in my body reopened, shunting blood to begin flowing down my shaft once more.
By the time she’d washed down to my hips, my soft cock was already twice its former size, but still only half its fully hardened length. She watched over it with awe and continued washing my there as well, on top, underneath, including by balls, and added in strokes along my shaft, using some of the hand maneuvers I had so recently taught her. I had no choice but to just enjoy it and only mere moments later I was up to flag pole status once again.
Becky giggled, then stood and gave me a sly look as she brushed her hips against my hard schlong, saying, “I think it’s your turn to wash my back.” I squirted more body-wash on my hand and applied it to her shoulders and moved them up and down her back and once more grabbed that tight ass of hers. I couldn’t resist teasing her the same as she had just done and slid my hand between her cheeks, poking her asshole with my fingers as I roughly squeezed her ass cheek.
She threw back her head into my chest, pressing her back into me from the playful shock. This let me get a wonderful gaze down her cleavage, so I moved my soap covered hands to cup her beautiful breasts and kneed them in my hands. She moaned and allowed me to enjoy playing with her large young breasts for several minutes before she said, “I think I’m clean up there now, but I’m still ‘dirty’ down ‘there’. She said with an evil grin, emphasizing her words with a slow growl, and then she bent forward at her hips, and placed her hands on the shower soap shelf at the back of the shower.
I was pressed back, her ass against mine and she wiggled her hips, rubbing my cock up between her butt checks. Then she moved back forward and looked over her shoulder, waiting for me to make the next move. The water was falling hot and warm across her back, wetting her hair and running down that fine ass. My fingers quickly found their own way between her legs again. She wasn’t as jumpy this time, having been ravaged so recently, but still was new to this so squirmed a little at my probing fingers.
I rubbed her already hard clit again, and this time slid my middle finger up her coochie. “Ohh…” she moaned, loving the feeling of being filled again. I moved it around, stirring up her juices stretching her tight little twat open again. She moaned again, this time saying, “Please...”
“Please what?” I smiled, asking innocently, not letting up my manipulations of insides.
“I want to feel you in me again…” she half whispered, half moaned.
It was stupid and corny, and I knew it could wreck the mood as soon as I said it, but my brain could stop me from saying it. “You didn’t frame it in the form of a question.” God, what a dorky and bastardly thing to say as I rubbed her clit hard with my thumb.
She shrieked with pleasure, knees twisting and almost screamed. “Eeeee! Please Mr. Font! Won’t you fuck me again with your big cock again?!” My cock grew even harder having her this way. I grabbed firmly to her thin hips, lined up my cock with her soaking wet cunt and drove it into her from behind. “AHHH!” Becky shouted as I speared her once more, but this time wasn’t a gentle and erotic build-up, it was a raw and forceful lust-driven frenzy.
I don’t know what had changed, but I felt so powerful taking this wanton little thing. I wasn’t soft and loving; it was fast and almost brutal. I slammed my meat into her hard and fast, again and again. She was moaning, squeaking, and even screaming her pleasure. There were no words, just animal passion escaping her lips with each of my thrusts. I was lost in the moment, without any conscious thought, I was an animal. My legs only purpose was to let me stand, my arms and hands for holding her young hips for dear life, and my hips and cock for thrusting into her velvety pussy.
I lasted a lot lo

Articles similaires

...

203 Des vues

Likes 0

Bas de pyjama à pois

Bonjour à tous! Ceci est ma première histoire, j'espère qu'elle vous plaira et j'apprécie sincèrement tous les commentaires, commentaires, questions, opinions, demandes, etc... ma seule humble demande est que vous le fassiez avec respect. Je peux continuer cette histoire si les gens l'aiment. Merci d'avoir lu, profitez-en ! _________________________________________________________________________________________ Son appartement sentait l'assouplissant, l'encens Om Nagchampa et le cannabis sucré. Les portes du balcon étaient toutes ouvertes et la chaleur de son anxiété s'infiltrait régulièrement dans le froid tropical de la nuit de janvier. Elle portait moins que d'habitude, c'était la première fois qu'il voyait ses longues jambes galbées. Ses yeux suivirent...

1K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

957 Des vues

Likes 0

Jaded Partie 1 - Bord de l'eau

Tout ce à quoi je pouvais penser, c'était à quel point il faisait chaud aujourd'hui et à quel point il faisait froid hier ; les vents violents qui avaient soufflé mon sac Walmart à travers le parking alors que mes amis riaient de ma poursuite s'étaient transformés en rayons intenses s'abattant sur mon corps de seize ans. Je vais être honnête, c'était un corps que la plupart de mes amis - même les plus âgés - enviaient et c'était en partie à cause de mon corps que les filles plus âgées traînaient même avec moi de toute façon. Mon visage innocent...

540 Des vues

Likes 0

Luxure dans l'espace S1E4 : Dérivium trouvé

Maurine était excitée. Elle avait découvert que non seulement le navire avait déjà recherché le Derivium dont ils avaient besoin pour alimenter les moteurs, mais qu'il y avait également une unité d'extraction modulaire déployable (MDE) dans la cale. Tout ce qu'elle avait à faire était de rechercher les données d'analyse dans les journaux et elle serait en affaires. Elle se sentait un peu coupable que la tâche des gars et de Judy soit si difficile. ********************** Wow, Don. C'est tellement dur. Judy passa ses mains le long de son manche avant de mettre la tête dans sa bouche et de faire...

505 Des vues

Likes 0

Un retournement de situation

Un retournement de situation C’est drôle comme, en un instant, toute une programmation peut être bouleversée. Dans de bonnes circonstances, tout ce à quoi vous avez toujours cru, tout ce à quoi vous avez combattu, craint et résisté peut être déformé et transformé en la chose dont vous rêvez le plus. Tel a été le cas de Taja Crawford, qui a entrepris un voyage effrayant qui la laisserait à bout de souffle, satisfaite d’une manière dont elle ignorait l’existence et désireuse de bien plus encore. Tout a commencé assez innocemment, lorsque Taja est rentrée chez elle tard dans la nuit après...

457 Des vues

Likes 0

Le jouet de baise de l'hermaphrodite - Chapitre 1

Il était midi et je n’avais pas encore trouvé ma proie pour la nuit. Je grognai alors que mes longs ongles rouge sang s'enfonçaient dans le volant de la mini-fourgonnette noire dans laquelle j'étais actuellement assis, la frustration bouillonnant en moi ne demandant qu'à être libérée sur un passant innocent. Juste au moment où j'allais abandonner ma chasse, un éclair de blonde a obstrué ma vision, me faisant pencher la tête sur le côté pour voir une beauté blonde avec une silhouette à la fois un peu petite et des cruches généreuses marchant seule, regardant son téléphone avec elle. écouteurs. Je...

489 Des vues

Likes 0

ÉDUCATION UNIVERSITAIRE

Je viens de découvrir ce site l'autre jour et jusqu'à présent je l'adore. Je voudrais vous parler de ma première fois avec du sexe homme à homme, mais je veux d'abord vous parler de moi et comment j'en suis arrivé au point d'avoir des relations sexuelles avec un homme. Je suis un homme de 53 ans, divorcé depuis 30 ans. Je vis dans une ville qui possède un collège d'État et je possède une entreprise de camionnage. mais tout s'est passé quand j'avais 30 ans. J'étais à Los Angeles pour décharger mon camion et pendant qu'ils le déchargeaient, je déjeunais dans...

207 Des vues

Likes 0

Ce soir ce soir

Quelqu'un de nouveau. Trente ans, mais il avait l'air d'avoir le même âge que moi et avait quelque chose de timide et d'écolier qui m'a attiré vers cet inconnu sexy au goût cher. Il avait beaucoup de revenus disponibles et semblait heureux de les dépenser pour moi en fleurs, en dîner, en boissons et en taxi jusqu'à son domicile. J'avais l'impression qu'il avait un monde d'expérience à son actif... et sous son boxer d'ailleurs et pourtant, il semblait réservé alors qu'il tenait la porte ouverte de sa maison. Je me suis dirigé vers la cuisine ouverte et il m'a proposé à...

197 Des vues

Likes 0

Un week-end inoubliable, partie 3 (Conclusion)

Partie 3 : La maison de Brooke. J'ai regardé Brooke se rhabiller. Elle a remis son soutien-gorge, devant serrer légèrement ses seins pour les faire rentrer. Puis elle s'est retournée et s'est penchée pour ramasser sa chemise, et j'ai eu une vue complète de son cul. Je pouvais même voir son anus, et j'ai pensé à quel point ce serait bien d'y mettre ma bite. Elle a ensuite passé sa chemise moulante par-dessus sa tête, mais je ne l'ai pas remarqué, regardant toujours ses fesses. Puis elle se pencha à nouveau. Cette fois, je n'ai pas pu résister, et comme j'avais...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.