Amour tendre II

504Report
Amour tendre II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la première partie de Tender Love. Désolé, cela a pris si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait.


La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée de l'orgasme puissant qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris contre ma bite.

Elle avait rampé dans mon lit et m'avait chevauché, mais au lieu de guider mon membre dans sa gaine d'amour, elle s'était assise sur ma bite durcie, les lèvres de sa chatte de chaque côté de ma hampe et se balançait d'avant en arrière jusqu'à ce qu'elle explose et jaillisse du jus sur mon ventre et sur mes couilles et j'ai trempé les draps sous nous.

Je la voulais ! Je voulais être en elle ! Je voulais inonder ses murs de mon sperme ! Mon Dieu, je voulais lui claquer ma bite sans abandon. Même pendant qu'elle dormait sur moi, je pouvais sentir ma rage dure et palpitante et à chaque fois que ma bite se contractait, elle sursautait légèrement et un doux gémissement s'échappait de sa bouche.

Alors que nous étions allongés là, j'étais tellement excité sexuellement que je savais que je lui ferais peur à cause de la baise que je voulais lui donner. Je savais que mon heure de libération viendrait et j'ai choisi d'attendre. Je savais à quel point il était important de lui permettre de se sentir en sécurité et à l'aise avec moi et alors je serais récompensé de ma propre libération.

J'ai décidé de me glisser hors de son étreinte et de prendre une douche. Je l'ai lentement roulée sur le côté aussi doucement que possible sans la réveiller. Je suis allé dans la salle de bain et j'ai commencé à faire couler de l'eau chaude dans la douche et je suis allé au lavabo pour me raser avant que la vapeur ne brouille le miroir.

Je suis passé sous le jet d'eau chaude et j'ai fait mousser mes cheveux avec du shampoing et aussi savonné avec un gel douche. Je m'appuyai contre le mur de la douche alors que je profitais des jets puissants qui martelaient mon corps.

Je portais toujours une érection rageuse, qui n'allait pas disparaître de sitôt quand je sentis sa petite main encercler ma bite. Je me tournai pour voir son sourire chaleureux alors qu'elle se tenait devant la douche avec ma hampe dans sa main.

Elle a parlé quelque chose en espagnol et s'est mise à me rejoindre sous la douche sans perdre son emprise sur ma bite. Elle pressa son petit corps contre mon corps, de l'eau et du savon commencèrent à couler le long de sa poitrine et entre nos corps.

Nous nous sommes embrassés avidement. Notre convoitise nous emportait. J'ai passé mes mains savonneuses sur ses seins et son ventre. Sa peau était comme de la soie.

Elle prenait mes couilles dans ses petites mains et m'embrassait dans le cou. J'ai pris ses petites fesses dans mes mains et j'ai tiré son monticule dans ma dureté, elle a gémi dans ma bouche pendant que nous nous embrassions. Nos langues dansaient dans la bouche de l'autre.

Ses tétons pressés contre ma poitrine comme des balles. Nos mains ont exploré pendant que nous faisions mousser le corps de l'autre. Nous étions tous les deux haletants d'excitation. Elle se sentait si bien dans mes bras. J'étais hors de contrôle. Ma bite me faisait vraiment mal d'être si dure.

Elle me tourna le dos et posa ses mains sur les parois de la douche et écarta les jambes. Je m'avance derrière elle avec ma bite dans ma main. Elle se pencha légèrement à la taille et m'exposa ses lèvres de chatte.

Les lèvres de sa chatte étaient gonflées d'être excitées et gorgées de sang. J'ai passé mes doigts entre sa fente et ses genoux ont légèrement fléchi. Je l'ai tenue par la taille. Son ouverture était si humide et suintante de jus.

J'ai placé la tête de ma bite à l'entrée de son trou d'amour., elle gémit bruyamment. J'ai poussé en avant et j'ai senti la chaleur interne de sa chatte alors que centimètre par centimètre la pénétrait. À un moment donné, elle a crié de plaisir.

J'ai reculé et poussé en avant. Encore et encore, je suis entré dans sa partie la plus intime de son être. En lui claquant ma viande avec des grognements animaux qui sortent de ma gorge.

Je laissai échapper un dernier grognement du plus profond en me lâchant avec des cordes torrentielles de sperme. Mes yeux se sont révulsés dans ma tête, ma tête poussée en arrière alors que j'enfonçais la balle profondément dans sa douce chatte.

Mes mains ont saisi un poing plein de chair de sa hanche alors que je poussais en avant et tirais son petit corps contre mes reins durement. Je sentis ses genoux céder alors que des vagues de plaisir la frappaient en même temps, profitant de son propre orgasme.

Le temps a semblé ralentir alors que mon apogée me submergeait. Alors que mon orgasme commençait à se calmer, j'ai réalisé que la déesse mexicaine s'était effondrée sur le sol de la douche et ne bougeait pas. Je pense qu'elle a dû s'évanouir ! J'ai touché son épaule et elle a laissé place à un doux gémissement, alors je savais qu'elle allait bien. J'ai commencé à penser qu'elle savait comment gérer un homme et c'est alors que j'ai réalisé que lorsque je l'avais pénétrée, il n'y avait aucune résistance et alors je me suis rendu compte qu'elle n'était pas vierge et qu'elle était en fait expérimentée.

Normalement, je suis un amant doux, embrassant et caressant mais parce que j'avais retenu mes désirs pour elle pendant si longtemps, j'avais ravi son corps. Je l'avais prise comme un animal ! Je me souvenais comment mes narines s'étaient gonflées et j'avais reniflé comme un taureau, moins le piétinement du sol avec mon sabot. J'ai dû rire de mon comportement sauvage. Elle a levé les yeux vers moi et nous avons tous les deux commencé à rire du ventre. Mon corps tremblait toujours et mes propres genoux semblaient faibles.

Je suis sorti de la baignoire, je me suis séché et je me suis tourné vers elle, j'ai tendu la main et l'ai aidée à se relever. J'ai passé une grande serviette autour de son torse et elle est sortie sur le tapis. J'ai commencé à lui sécher les cheveux pendant qu'elle utilisait ses deux mains pour maintenir la serviette en place.

J'ai rembourré ses bras et je suis descendu jusqu'à ses jambes. J'étais au niveau des yeux avec les lèvres de sa chatte gonflées, qui avaient l'air gonflées et rouges. Alors que j'essayais de sécher son monticule, elle poussa doucement sur ma main pour s'arrêter. J'ai réalisé qu'elle était trop sensible pour être touchée sur le moment.

Je l'ai ramassée et portée jusqu'à mon lit et doucement je l'ai allongée et j'ai retiré la serviette et j'ai recouvert son corps avec les couvertures. J'éteignis les lumières et me dirigeai vers elle dans le lit. C'était agréable de se blottir contre elle et de sentir sa chaleur.

Nous nous sommes allongés dans les bras l'un de l'autre et elle s'est endormie et j'ai pensé à la façon dont elle avait été si expérimentée à un si jeune âge. J'apprendrais la réponse à mes pensées des mois plus tard alors que nous commencions tous les deux à apprendre la langue de l'autre et elle m'a transmis ce récit.

J'avais appris qu'elle s'appelait Bonita, ce qui voulait dire jolie. Elle partageait une petite hutte comme un abri avec sa mère et son père. Elle n'était pas sûre du nom du village parce qu'elle était jeune et qu'ils se déplaçaient partout où son père pouvait trouver du travail dans les champs.

Sa robe était composée d'un tissu d'une seule pièce que sa mère avait trouvé et avait découpé des trous pour que sa tête et ses bras puissent s'étendre. C'était la même robe de fortune que j'avais vue sur elle lorsque je l'avais vue pour la première fois cette nuit noire le long de l'Interstate 10 en Arizona. Elle ne possédait pas de sous-vêtements, comme un soutien-gorge ou une culotte, ni de chaussettes ou de chaussures, mais marchait pieds nus.

Elle a dit qu'à l'âge de 11 ou 12 ans, elle n'était pas sûre de son âge à l'époque, elle était près d'un ruisseau où elle espérait prendre un bain et se laver. C'était tôt dans la nuit et elle se souvint que les étoiles étaient brillantes et que la lune était pleine et brillait suffisamment pour que vous n'ayez pas besoin d'éclairage pour voir où marcher.

Elle avait fini de se laver et s'apprêtait à enfiler sa robe lorsqu'elle entendit un bruissement à quelques mètres de là. Avant qu'elle ne puisse se tourner complètement pour voir ce qui avait fait le bruit, une silhouette l'attrapa, plaqua une main sur sa bouche, l'empêchant de crier.

Une voix masculine lui a dit de se taire ou il la blesserait gravement. Elle reconnut la voix de son cousin préféré. Il respirait fortement et elle sentit son souffle chaud sur son oreille et son cou pendant qu'il parlait. Elle avait peur et n'a pas laissé entendre qu'elle savait que c'était lui, craignant qu'il ne panique et ne la tue.

Il l'entraîna dans un petit sous-bois et commença à la palper. Au début, elle résista mais son contact l'excita d'une manière qu'elle n'avait jamais connue auparavant. D'abord, il a pressé sa poitrine à travers le tissu fin, puis il a passé sa main sous son vêtement et a trouvé son monticule. Il l'a massé grossièrement et a fait ce qu'il voulait avec elle. Elle se sentit devenir mouillée et pensa qu'elle s'était peut-être fait pipi, mais réaliser que c'était différent et agréable.

Quand il a enfoncé un doigt dans sa fente, l'électricité la traversait de la tête aux pieds et tout son corps la picotait. Elle n'était pas sûre de ce qui lui arrivait. Elle savait que ce que faisait son cousin était mal mais elle n'avait plus peur parce qu'elle savait qui c'était et avait en fait fantasmé sur lui dans le passé.

Il a poussé sa robe simple au-dessus de sa taille juste au-dessus de ses seins. Elle le sentit travailler avec ses vêtements, puis il était sur elle. Elle résistait encore à certains mais ressentait elle-même l'excitation.

Elle sentit la dureté de son truc se presser contre son ventre et il s'ajustait nerveusement. Il réussit à la guider jusqu'à son entrée et il se serra contre elle. Elle sentit les lèvres de sa chatte s'écarter quelque peu et sa bite était en elle d'environ un pouce. Elle a ressenti de la pression et de la douleur. Son cousin recula un peu et s'avança violemment. La douleur la traversa et les larmes lui montèrent aux yeux. Elle voulait l'appeler par son nom et lui dire d'être doux mais changea d'avis aussi vite qu'elle l'avait pensé.

Elle se sentit céder à ses avances et tenta de se détendre. Il a commencé à se déplacer lentement dans et hors de son trou. Ça piquait au début mais c'était une bonne sorte de blessure. Bientôt, il allait plus vite et avait un rythme.


Son corps était maintenant en feu. Il tira un peu sur ses cheveux et respira fort et embrassa son cou. Elle se sentait si vivante et la sensation était écrasante. Elle se mordit la lèvre inférieure. Elle tenait son corps contre elle maintenant plutôt que de pousser contre lui. Elle tournait la tête d'un côté à l'autre et gémissait.

Elle le sentit venir, un plaisir monter dans le bas de son corps. Juste au moment où elle pensait qu'elle allait s'évanouir, son orgasme la frappa, vague après vague. Puis elle sentit sa cousine lui tirer du sperme chaud. Sa bite a secoué plusieurs fois et il s'est effondré sur elle.

Après plusieurs minutes, elle est tombée d'elle, a rassemblé ses affaires et s'est enfuie dans la nuit. Elle était allongée là, regardant les étoiles, s'interrogeant sur toutes ces nouvelles sensations qu'elle éprouvait. Les muscles de sa chatte n'arrêtaient pas de se contracter, envoyant des répliques de plaisir à travers son corps, comme des mini-orgasmes.

Elle a ensuite révélé à son cousin qu'elle savait que c'était lui et qu'ils sont devenus des amants réguliers jusqu'à ce que ses parents les découvrent un jour et c'est à ce moment-là qu'ils ont décidé de risquer de l'emmener en Amérique.

Elle a dit que c'était pour ça qu'elle avait ri ce jour-là que nous avions fait l'amour sous la douche, parce que je l'avais ravie et que je lui tirais les cheveux et grognait, cela lui rappelait que son cousin la violait.

Elle a dit qu'elle aimait son cousin et c'est pourquoi il l'avait violée avait été bonne et n'avait pas fait peur. Bonita a dit qu'elle m'aimait et qu'elle aimait la façon dont nous faisions l'amour, ce qui la laissait toujours haletante.

Articles similaires

La première baise de Julia

C'est ma première histoire, alors n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! Julia était une étudiante de première année de quinze ans. Elle mesurait un peu plus de 5'2 et avait un chiffre à élimination directe. C'était une de ces petites filles rondes. Elle avait des seins de 32C et une petite taille qui se fondait dans un cul parfaitement rond. Elle avait un visage anguleux avec des lèvres pleines et une peau de couleur ivoire crémeuse. De longs cheveux châtains tombaient dans son dos. Mais sa caractéristique la plus frappante était ses yeux. Ils étaient grands...

1 Des vues

Likes 0

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

588 Des vues

Likes 0

Éveil sexuel de Jennifer - Ch5 - Bain de soleil

1 suggestion Jennifer, vous souvenez-vous que j'ai mentionné un bel endroit isolé où nous pouvons aller bronzer en paix? 'Oui.' ‘Voulez-vous y aller demain ?’ 'Oh oui.' C'est assez loin des sentiers battus, alors que diriez-vous que nous louions quelques vélos pour y arriver? D'accord, mais est-ce que ça ne va pas nous faire un peu chaud et transpirer quand nous y arriverons ? Oh, oui, certainement, mais c'est le point. Cela en vaudra la peine, vous verrez. 2 Se préparer Que dois-je porter? s'est demandé Jennifer en parcourant sa garde-robe et en s'installant sur un haut court décolleté avec une minijupe...

386 Des vues

Likes 0

Le voyage à la plage_(3)

Le voyage à la plage Je ne me suis jamais considéré comme un spectateur. Je ne dirais pas que je suis moche, mais je n'ai jamais pensé que les filles parlaient de moi et je n'étais pas vraiment recherché. J'étais plus du copain gal. Je traînais toujours avec des filles, mais je ne pensais pas qu'elles s'intéressaient à moi. J'ai 15 ans, environ 5'11, 150 livres, et rien de vraiment spécial. Yeux bruns, cheveux bruns, presque entièrement moyens. J'étais plutôt en forme, grâce à ma pratique du football, et j'avais beaucoup de succès à l'école. J'étais allé jusqu'en neuvième année sans...

439 Des vues

Likes 0

Partie 5_(1)

Allumez la caméra : Toni est assise au bord du lit avec Joe et moi debout de chaque côté d'elle elle caresse une bite dans chaque main à tour de rôle en les suçant et en les léchant à tour de rôle elle commence à vraiment s'y mettre alors qu'elle gémit et bâillonne à gorge profonde au fur et à mesure qu'elle continue, elle nous tire sur le lit par nos bites et nous nous mettons en position. Joe s'est allongé sur le dos et Toni à califourchon sur lui, elle a guidé son gros casque dans sa chatte humide, j'ai regardé...

439 Des vues

Likes 0

Partie 25 : Chaleur corporelle

Épisode II Des aventures de John et Holly Partie 25 : Chaleur corporelle Samedi matin, nous nous sommes réveillés pour constater que la chaleur était morte. Pas de chauffage en novembre signifie qu'il fait très froid dans notre appartement. Stéphanie et Sandy ne voulaient pas rester, alors elles sont allées chez un ami. Ils ne peuvent pas être là avant lundi, a déclaré Holly en raccrochant et en s'asseyant à côté de moi sur le canapé. Nous avions tous les deux des sweats. Nous pourrions profiter du froid, ai-je dit. Comment m'a demandé Holly. Chaleur corporelle ai-je dit. Quelques minutes plus...

339 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

55 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

595 Des vues

Likes 0

Adopté 2

Adopté la partie 2 Patty a refusé de baiser à nouveau son fils adoptif ce jour-là, aussi souvent qu'il l'a harcelée pour une autre chance de glisser sa bite apparemment toujours dure en elle chatte. Le refuser n'a pas été facile. Elle a passé la majeure partie de la soirée à baiser avec les doigts, enfermée dans sa chambre et frottant fébrilement sa chatte humide, le tout en pensant à la la joie qu'elle avait éprouvée avec l'énorme queue de son fils adoptif. Le lendemain matin, Walter est venu à la table du petit déjeuner complètement nu, avec une énorme érection...

621 Des vues

Likes 0

The Hitchhiker Chapitre 15 - Home Sweet Home

Il était juste 23 heures passées lorsque nous sommes entrés dans mon garage, j'ai attrapé le sac de choses que j'avais apporté et je l'ai laissée entrer. J'ai dit à Alexa d'allumer les lumières du bar pendant que nous entrions et May Ann a dit: Jésus Tony, c'est magnifique . « Faites comme chez vous pendant que je range tout. » Elle s'est promenée en bas, est allée dans la véranda et a allumé la lumière extérieure pour qu'elle puisse voir la grande cour, la terrasse et la piscine. Puis elle est revenue, a regardé quelques photos et est montée...

568 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.