Alice Labs : Chapitre 2

395Report
Alice Labs : Chapitre 2

Tu es un monstre...

Produit par les laboratoires Alice grâce à des ajustements génétiques. Tu es bien trop dangereux. Publique? Il n'y aura rien de tel, Susci. On me l'a dit jour après jour.

C'était également le même scientifique qui arrivait ici, vêtu de sa combinaison de protection contre les matières dangereuses, et parlait à travers un brouilleur de voix. Chaque jour pendant ce qui semblait être ma vie misérable. Ce qui était pire, c'était la servitude qu'ils m'ont imposée pour que je ne puisse pas m'échapper.

J'ai été tirée par deux chaînes plus grandes qui entouraient mes poignets, puis la corde qui me berçait sous mes seins et le long de mon ventre, et enfin la chaîne géante qui liait mes chevilles ensemble.

J'avais aussi les yeux bandés. Les seules fois où je me suis aperçu, c'était lorsque le bandeau tombait tout seul et que je pouvais regarder le sol réfléchissant. J'ai vu mes longs cheveux blancs, mes yeux rouges brillants et un corps magnifique. La vanité était un régal pour moi car elle me donnait quelque chose à espérer.

J'avais une taille légèrement au-dessus d'une petite taille, de gros seins qui pourraient éventuellement être un bonnet G, sinon FF, mes cuisses étaient probablement un peu charnues, mais elles étaient néanmoins superbes. Tout était enveloppé dans du latex, pour ce que les scientifiques appelaient l'efficacité.

Oui, pendant les ajustements génétiques, je vomissais, je vomissais du sang, même du lactate, entre autres. Le latex a facilité le nettoyage complet.

Oh... La porte s'est ouverte. Pas seulement une simple petite porte, non, une grande porte industrielle en fer. Je pouvais entendre deux des scientifiques des étages supérieurs se parler.

"La voici, S-VT05", résonna une voix mécaniquement déformée, "ou ce que tout le monde appelle Susci."

"Elle est stable ?" » demanda l'autre voix, celle-ci plus féminine grâce à la distorsion. J'ai entendu le bruit des bottes se diriger vers moi avant que le bandeau ne soit arraché. J'ai gardé les yeux fermés comme si je dormais, avant de les rouvrir.

"Génétiquement, oui. Nous avons isolé la plupart des gènes qui se sont détraqués et les avons supprimés des séquences", a déclaré le masculin. Je l'ai regardé à travers la visière à sens unique. Il a un peu hésité, je le savais. Je ferais fondre ce foutu verre sur ce truc.

"Quels gènes se sont détraqués?" La femme a jeté le bandeau et s'est dirigée vers l'homme, qui avait produit une fiche technique.

"Ici, dans la productivité du calcium. Transformé en une substance semblable à la chitine, qui s'est développé autour des mains et a créé les griffes," me fit-il un geste distrait.

« Attends, pourquoi as-tu joué avec ça ? La femme montra un endroit sur le drap.

"Euh... Eh bien, nous ne pouvons pas vraiment laisser les séquences génétiques incomplètes." L'homme s'éclaircit la gorge avant de continuer : "Ecoute, nous faisons juste notre travail, Murichi."

"Et ton travail consiste à jouer avec les mamelles des filles ?" La femme lui a donné un coup de poing au bras et il a reculé un peu.

"Hé ! Tout va mal et n'est pas réparé, et nous en avons plus de quarante millions dans les égouts ici !" Il a tendu la main dans ma direction, fixant la femme alors qu'elle me regardait. J'ai regardé en arrière.

"Que diriez-vous de ça, Ron," commença Murichi, "Je vais m'occuper de ses gènes pour l'instant."

"Excusez-moi ? Alice ne sera pas heureuse-" l'homme fut coupé avec un autre coup de poing à l'épaule.

"Si Alice veut que son argent soit utilisé à bon escient et que tu ne te fasses pas tuer parce que ça tombe à l'eau, alors je vais modifier ses gènes !" Elle croisa ensuite les bras et gémit : « Monstre pervers ».

"C'était un effet secondaire dans la séquence !" L'homme, Ron, se dirigea d'un pas lourd vers la porte alors qu'elle se fermait. Murichi, cependant, a sorti une télécommande holographique et a manipulé quelques boutons.

Je me sentis tomber sur le sol et émettre un bruit sourd dans toute la pièce. Murichi s'est approchée de ma forme molle et a enlevé la partie casque de sa combinaison, me faisant un sourire plutôt joyeux.

Ses cheveux étaient blancs, comme les miens, mais elle ne montrait aucun signe de vieillesse. Sa peau était jeune et bronzée et ses yeux d'un bleu éclatant. "Salut, Susci~" rit-elle un peu, "ou devrais-je dire Cutie ?"

Elle a attendu que je m'assoie confortablement autant que possible, toujours un peu attachée par la corde. Murichi s'est approché et a sorti un couteau pour couper les cordes.

"Tu vas me piquer avec des aiguilles, n'est-ce pas ?" J'ai demandé.

"Non ! Quelque chose de complètement différent," chanta Murichi comme si elle en était si heureuse. J'étais carrément effrayé, déprimé et confus. Je ne trouve pas de joie comme cette femme.

Elle sortit un petit paquet de sa poche et l'agita. "Ce sont des pilules qui stabilisent en quelque sorte les détails de vos gènes, peut-être que cela réduira vos montagnes de lait." Elle a ri et m'a donné un coup de coude. Je me levai, dominant d'un pied et demi la femme.

"Putain de merde, tu es grand..." Murichi resta bouche bée devant ma taille avant de tousser, "Tiens, prends-les comme tu veux. Tant que ça entre en toi, les pilules fonctionneront."

J'ai doucement pris quelques pilules multicolores de ses mains avec mes gros doigts griffus. C'est comme si quelqu'un fabriquait des gants avec de la chitine et remplaçait ensuite mes mains par ceux-là. J'ai tenu la petite chose entre mes griffes avant de mettre les deux dans ma bouche et de les avaler.

Je me suis immédiatement senti euphorique, comme si j'étais dans un état d'insouciance. Cela n'a pas duré longtemps jusqu'à ce que je me plie en deux, vomissant une petite quantité de sang. Murichi m'a tapoté le dos, me réconfortant du mieux que je pouvais et me disant que c'était courant et qu'il ne fallait pas s'en inquiéter.

De toute évidence, les pilules éliminaient les cellules dont le codage était défectueux, puis les envoyaient à travers la muqueuse de l'estomac en les mélangeant au sang. Ensuite, il a été expulsé de la manière la plus simple possible en fonction du nombre de cellules défectueuses. Dans ce cas-ci, il y en avait beaucoup.

Cela a duré quatre minutes complètes de vomissements constants. Murichi me tapota le dos avant de me sourire, "Désolé pour ça... Mais tu devrais te sentir bien maintenant, hein ?"

J'ai craché le dernier morceau de sang dans ma bouche et j'ai hoché la tête, me levant facilement après l'épreuve. Je me sentais plus fluide, plus forte, ma poitrine n'était pas aussi lourde qu'elle en avait l'air, toujours des bonnets FF, et je m'étirais.

"Ça fait plus..."

« Comme si tu avais un corps plus jeune ? Murichi termina ma phrase puis cliqua sur quelques éléments de la télécommande. J'ai inspecté le corps "plus jeune" que j'ai acquis et je l'ai trouvé plus tonique et plus mince.

Une petite cloison de la pièce s'ouvrait sur un espace douche et je clignai des yeux avec étonnement. J'ai aussi senti une petite quantité de colère monter en moi, pendant tout ce temps, je venais de passer du latex en sueur au propre et je n'avais même pas pris de douche.

Murichi s'y dirigea et me conduisit vers elle. J'ai marché à contrecœur pour la rencontrer devant la porte vitrée, me baissant à l'intérieur pour regarder autour de moi un peu plus clairement.

Il y avait des tuiles métalliques au plafond d'où l'eau sortait, et de nombreux bancs, chaises en forme de bol et baignoires parsemaient le sol.

"Très bien, il est temps de te retirer ce costume ~" Murichi s'était presque déshabillée jusqu'à ses sous-vêtements, et juste sa culotte. Ses gros seins double D étaient ouverts sur le monde et je rougis légèrement.

"Qu-Qu'est-ce que tu fais...?" J'ai demandé.

"Je vais t'aider avec ta douche," elle retourna le couteau dans ses mains et rigola avant de couper habilement mon latex en morceaux. Aucune marque rouge n’apparaissait sur ma peau blanche et pâle alors que les bandes flottaient autour de moi.

Le rougissement était plus évident à mesure que j'avalais, cachant mes parties à l'autre femme. Murichi m'a ensuite poussé vers la zone avant d'ouvrir l'eau chaude sur un réglage de forte pluie.

Je l'ai regardée prendre quelques bouteilles sur l'étagère non loin de nous puis revenir, me faisant m'agenouiller par terre. Elle a ensuite versé un liquide odorant sur ma tête avant de le faire mousser avec ses mains, lavant ainsi mes cheveux jusqu'à la taille.

J'étais dans un état de bonheur pour le moment, c'était relaxant que cette femme me lave le corps. C’était plutôt comme si j’avais un peu plus de liberté. Pendant que Murichi me lavait, elle glissa ses bras autour de mes épaules et attrapa mes seins dans ses mains.

Je l'ai sentie se presser contre mon dos et j'ai émis un léger bip, elle m'a ensuite dit doucement à l'oreille : "Je pense que tu es un vrai travail, Susci." Elle a prononcé mon nom avec une telle sensualité que j'avais l'impression que j'allais m'évanouir.

"M-Murichi..." Je voulais protester mais tout ce que je pouvais dire c'était son nom. Elle a frotté mes seins dans ses mains, taquinant mes mamelons et suçant mon lobe d'oreille.

"Oh, j'aurais aimé avoir ces oreillers si beaux, si grands et si doux ~" Murichi rigola et me lécha le cou, "Oh Suuuusci..." J'ai senti mon visage se contracter à mon nom et j'ai dégluti.

"O-Oui... M-Miss Murichi ?" Je n'ai même pas bougé la tête pour la regarder. Tout ce que j'ai fait, c'est développer un visage effrayé et soumis.

"Je vais te donner le temps de ta vie," Elle tendit la main autour de moi et s'assit sur mes genoux, embrassant ma poitrine jusqu'à mon cou et enfin mes lèvres.

Je ne voulais pas bouger pour plusieurs raisons, Murichi pourrait se mettre en colère et m'enfermer à nouveau, et j'ai adoré ça. Il y avait quelque chose chez une femme que j'aimais. Surtout quand elle frottait son corps mouillé contre le mien, caressant mes seins avec ses mains et suçant ma langue dans sa bouche.

J'ai posé mes mains sur ses épaules et j'ai rendu le baiser un peu, ne sachant pas si je devais continuer. J'ai fermé les yeux et rougi plus fort. J'étais... m'imaginant. Après tout, la vanité était un régal pour moi.

J'ai senti Murichi me pousser sur le sol, laissant l'eau aussi autour de nous alors qu'elle lâchait le baiser pour me permettre de prendre l'air. Elle est descendue jusqu'à mes seins et a sucé un mamelon en tirant dessus avec ses dents. Je gémis de plaisir et me mordis la lèvre, faisant presque couler le sang à cette expérience.

Murichi lécha profondément, comme si mes seins étaient des bonbons et qu'ils étaient très délicieux. Cependant, elle leur donna de l'amour et tira l'autre avec ses doigts. Je me suis légèrement cambré alors que son autre main descendait jusqu'à mon entrejambe. Elle n'a pas attendu pour enfoncer deux doigts dans ma chatte vierge.

Il était déjà trempé par les expériences précédentes, mais il le devint de plus en plus à cause de la stimulation. J'ai senti ses doigts se presser contre mes murs à la recherche de cet endroit spécial. Elle a sûrement trouvé beaucoup de bons endroits, mais elle a même stimulé mon petit bouton de plaisir en frottant son pouce contre celui-ci.

J'ai gémi et j'ai laissé ma tête rouler en arrière. Pendant qu'elle suçait un sein et tirait sur l'autre, elle rigola et enfonça un autre doigt en moi. Je suis devenu mou et j'ai pris ça, sentant ses doigts en moi d'une manière si agréable.

J'ai respiré fort pendant qu'elle augmentait la vitesse, et bientôt, elle a trouvé ma place spéciale en remuant ses doigts. J'ai émis un shreik, ou quelque chose qui s'en rapproche, tout en posant une main sur la tête de Murichi. Elle s'est rapidement lâchée et m'a même doigté jusqu'à mon orgasme.

J'ai giclé sur sa main, la trempant dans mon jus avant qu'elle ne s'arrête peu après. Elle a apprécié le plaisir par ma déduction.

"Mmm~ un si bon goût~" dit-elle en se léchant la main. Je rougis et déglutis, me retournant sur mes mains et mes genoux pour me relever.

Mes bras ont été retirés sous moi alors que Murichi passait à nouveau ses doigts sur les lèvres sensibles de ma chatte.

Elle rit un peu avant de sonner : "Oh, attends, je veux voir quel goût ça a." Elle s'est penchée devant moi et m'a léché la chatte. Sa langue était très différente de celle de ses doigts et m'a immédiatement mis dans un état de plaisir.

J'ai poussé un gémissement et elle a attrapé mes cuisses, me serrant plus près de sa langue alors que je sentais les lèvres de sa bouche autour des lèvres de ma chatte. Elle a donné de doux baisers avant d'élargir sa langue sur ma fente. C’était terriblement taquin.

Quelques suggestions m’ont traversé l’esprit avant d’en choisir une qui me plaisait particulièrement. Je me suis rapidement retourné et je l'ai poussée au sol. Pendant une seconde, elle a eu un air effrayé, comme si j'allais l'assassiner.

Je me suis assis sur son visage, écrasant ma chatte dans sa bouche pendant que mes hanches de fille lui pressaient la tête. Elle laissa échapper un rire espiègle et frappa une cuisse avant de la lécher fort. J'ai poussé un autre gémissement et me suis mordu un doigt avant d'utiliser ma main pour la frotter à travers sa culotte.

Elle sursauta un peu et me regarda depuis le sol. Je lui rendis mon sourire, serrant ses lèvres plus fort contre moi jusqu'à ce qu'elle comprenne. Elle a recommencé à lécher doucement ma chatte, me donnant quelques frissons alors que je me concentrais pour me redresser.

Sa langue dansait autour de mes lèvres gonflées alors que je respirais à un rythme régulier et frémissant. Ce n'était pas mal, ça faisait du bien d'être dans cet état. Je pleurais comme une petite fille avant de me mordre les doigts. J'approchais de mon deuxième point culminant et c'était tellement bon d'y arriver.

Au moment où ça a frappé, j'ai eu l'impression de m'évanouir. En fait, c'est exactement ce qui s'est passé. Ma conscience s'est éloignée de moi dans la rémanence que j'ai ressentie. Peut-être vingt minutes, une heure depuis que je me suis évanoui ?

J'ai ouvert les yeux et je m'attendais à ce que le bandeau soit remplacé. Au lieu de cela, c’était le plafond blanc éclatant d’une pièce normale. Je me suis redressé et me suis retrouvé sur un matelas plutôt moelleux.

"'Putain de merde !" J'ai entendu une voix, ainsi que le cliquetis de quelque chose, sur ma gauche. J'ai regardé lentement et j'ai vu une femme aux cheveux bleus et brillants essuyant un peu de café de sa bouche.

Elle était grande, forte en poitrine, mince… Pratiquement quelqu'un qui avait le meilleur corps que l'on puisse acheter. Tout en la regardant dans sa tenue, elle rit un peu.

"Non, je ne suis pas dans la Marine, et oui, ils sont réels ~" sourit-elle tandis que je rougissais. Elle a lu dans mes pensées. Elle s'assit sur une chaise et croisa les jambes, quoique assez lentement, comme si elle voulait que j'aperçoive son train d'atterrissage.

Sa jupe était un peu courte... Mais peu importe. Je m'assis un peu plus confortablement tandis que la femme prenait une autre gorgée de son café. "Alors, tu dors depuis cinq semaines." » Déclara-t-elle catégoriquement.

"Cinq... Cinq semaines ?!" J'ai crié. Attends... Ma voix. C'était plus féminin et plutôt plaisant. "Whoa, attends quoi ? Ooh~" roucoulai-je à mes mots doux comme du miel.

"Ouais, tu as eu quelques ajustements supplémentaires avant de te déplacer vers le bloc G," la femme se déplaça et attrapa la bretelle de son soutien-gorge sous sa demi-veste. "Bon sang Murichi, tu t'es encore trompé de taille..."

J'ai haussé un sourcil et j'ai souri avec insolence. Autant je voulais en savoir plus sur mon coma de cinq semaines, autant je voulais en savoir plus sur cette femme. "Donc qui es-tu?"

"Je suis Alice Johanson, PDG de -fuck- Alice Labs." La femme a mis la sangle en place et s'est penchée un peu en avant. "Tu vas être un... Euh..." Elle plissa les yeux et haussa les épaules. "J'ai oublié comment Murichi t'appelait à l'origine, mais tu peux baiser toute la journée, en gros~"

Je ne la croyais pas. J'ai incliné la tête sur le côté et elle a écarté sa dernière déclaration avant de continuer : "Très bien. Tu aurais dû remarquer cette corne sur toi, n'est-ce pas ?"

J'ai passé une main, sensiblement plus chitineuse et ressemblant davantage à un gant d'une armure, jusqu'à une protubérance sur mon front. Il dépassait d'une bonne dizaine de centimètres, se terminant par une pointe en gras avec quelques petites crêtes à la base.

"C'est un ovipositeur. En quelque sorte," Alice fit quelques mains de jazz, bizarrement sans raison, "En gros, ce qui en sort prend le..." Elle s'ennuya de sa propre explication et se leva énergiquement, me montrant du doigt.

"Cette corne est comme un pénis ! Insérez-la dans quelqu'un et vous lui obtenez des femmes enceintes avec un œuf !" Elle toussa, " Ce n'est pas recommandé de les mettre en danger, ils doivent être en vie pour ça ~ " elle sourit diaboliquement et se dirigea vers une porte.

"Si vous avez besoin de quelque chose, Murichi est de garde sur ce moniteur ici," elle montra brièvement un holographe avant de sortir et de fermer la porte. Je me suis plaint et j'ai regardé autour de moi la pièce presque vide.

J'avais besoin de redécorer...

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

610 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

REMARQUE : Il n'y a AUCUN sexe dans CETTE PARTIE de l'histoire. Je promets que dans les chapitres à venir, il y aura beaucoup de sexe chaud et lubrique. Ceci n'est que l'introduction. J'étais juste assis sur le canapé, regardant un documentaire sur The Dark Ages. C'etait intéressant. Alors voyez pratiquement le monde entier aller en enfer. Soudain, mon téléphone faisait du bruit. C'était mon copain. Eh bien, il était en quelque sorte mon petit ami. Nous ne nous étions jamais rencontrés dans la vraie vie. Nous nous sommes rencontrés via un site Web correspondant. Et depuis, nous avions développé une...

1.5K Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 1

Le lutteur, première partie Cette histoire parle d'un gars timide et d'un ami de la famille qui l'a aidé à surmonter ses blessures et sa timidité pour atteindre le sommet. C'est un peu une longue histoire. Je me suis laissé emporter cette fois. Encore une fois, j'utilise une bonne dose de correcteur orthographique pour ma dyslexie, mais les conseils et les commentaires sont les bienvenus. Faites-moi savoir si vous êtes arrivé à la fin les gars s'il vous plaît. The Silent Assassin était son nom de ring et ce n'était pas par hasard son vrai nom Adam, il était un produit...

1.2K Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

927 Des vues

Likes 1

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

625 Des vues

Likes 0

Je n'avais pas de choix

Je n'avais pas de choix Par EFon (C'est une longue histoire et il y a une certaine accumulation, mais je pense que cela vaut la peine de vraiment définir l'intrigue.) Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Je suis coincé dans une situation sans issue et le stress me tue. Je n'ai jamais voulu une vie compliquée, mais j'ai un temps que j'aime ou pas. Ce qui est étrange, c'est que même si je sais que c'est mal, je ne peux pas m'empêcher de l'aimer quand même. Maintenant, j'ai eu des moments sauvages à l'université, mais alors que j'étais encore jeune, je...

1.5K Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

1.7K Des vues

Likes 0

Amour tendre II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la première partie de Tender Love. Désolé, cela a pris si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée de l'orgasme puissant qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris contre...

1.6K Des vues

Likes 0

Cassie et sa maman_(1)

Jo-27 ans Tracie-30 ans Cassie-9 ans Tout a commencé le jour où j'ai rencontré Tracie. Tracie travaillait à la banque locale où j'effectuais toutes mes opérations bancaires. Eh bien, Tracie et moi avons commencé à parler et avant longtemps nous avons commencé à sortir ensemble. Après quelques mois, Tracie et sa fille, Cassie, ont emménagé avec moi. Tout allait parfaitement, la vie ne pouvait pas s'améliorer, j'étais surprise. C'était durant l'été 98 et Tracey a dû emmener son père à l'hôpital. Cassie est restée avec moi, ce qui n'était pas inhabituel car nous avions souvent été seuls ensemble. J'étais déjà debout...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.