Mordu (Chapitre 4)

476Report
Mordu (Chapitre 4)

PARTIE 4

Paragraphe 1 : POV de Nikolai (un peu de sexe)

Paragraphe 2 : POV d'Eva (sexe)

Paragraphe 3 : (un peu de sexe)

Point de vue : Nikolaï

Johannes se tient au-dessus de moi, les yeux lorgnés sur le corps à peine couvert d'Eva à côté de moi dans le lit. Je m'assieds et lui bloque la vue avec mon corps de manière protectrice. D'après la lumière entrant par la fenêtre, il semble environ six heures du matin. Il fait chaud et mon corps se sent encore lâche et détendu de la nuit précédente avec Eva.

"Que veux-tu?" Je lui demande. Je verrouille les portes mais il trouve parfois un moyen d'entrer. Il se tourne vers moi comme si nous discutions autour d'un café.

"Tu me dois la fille russe que tu as laissée sur le sol de mon salon."

Je sens Eva s'agiter à côté de moi et j'approche mon doigt de mes lèvres pour lui dire de se taire. J'enfilai mon slip et le conduisis hors de la pièce et dans le couloir.

"Je pensais que tu savais assez bien pour nettoyer après toi après que je t'ai rendu service." Il fait sombre mais je vois ses yeux s'illuminer d'une excitation manipulatrice.

Je me frotte les yeux et soupire. « Continuez », lui dis-je.

"Tu viens à une fête que j'organise."

"Ce n'est pas ton genre d'organiser une fête," dis-je sèchement.

Il exhale un petit rire et continue. « Pour me rendre service, vous pouvez inviter la jeune femme dans votre lit. Je suppose que c'est elle que tu vois si souvent.

Il le dit presque sèchement, comme s'il était mon père et que je l'avais poussé vers la déception.

« En quoi est-ce une faveur pour vous, Johannes ? » Je demande.

Son visage change et il sourit. « Parce que je sais que tu es une personne généreuse. Elle sent très bon. » Il jette un coup d'œil par-dessus mon épaule et dans la chambre derrière moi. Il veut son sang.

— Non, dis-je avec assez de colère pour qu'il hausse les sourcils.

« Ce qui l'aime ? » Il demande. "Assez juste. Assurez-vous qu'elle apporte un plus-un, alors - sinon il n'y aura pas assez pour tout le monde. Il le dit comme si c'était une menace. Il me tape sur l'épaule et se tourne pour marcher dans le couloir. Il disparaît dans le noir et j'entends la porte d'entrée se refermer rapidement derrière lui.

Je suis face aux immenses yeux ronds d'Eva qui me regardent quand je rentre dans la chambre. Elle est assise dans mon lit et la lumière qui passe à travers les rideaux lui donne une douce lueur endormie. Elle secoue la tête et ses boucles désordonnées tombent autour de son visage et sur ses seins. Je vois ses mamelons furtivement, petits et roses.

"À qui parlais-tu?" demande-t-elle endormie.

« Personne », lui dis-je en me glissant à côté d'elle dans le lit.

"Je t'ai entendu," proteste-t-elle doucement.

Je la tire sur mes genoux pour qu'elle me chevauche et commence à la bercer d'avant en arrière contre moi. Elle se sent gonflée contre le dessous de ma bite durcie, et je sais qu'elle sera encore sensible quelques heures auparavant. Elle gémit et oublie ce qu'elle disait.

Je me penche et me positionne devant son entrée pour pouvoir me glisser à l'intérieur lorsqu'elle bascule à nouveau.

"Aie quelques orgasmes avant d'aller travailler, mon amour", lui dis-je. Elle commence à me chevaucher, son humidité glissant d'avant en arrière sur ma hampe, ses beaux seins rebondissant juste au-dessus de moi, efficacement distraits.

Point de vue : Eva

Nous nous asseyons silencieusement dans la voiture, tous les trois. Les chemins de campagne sont sombres et je me sens trop fatigué de mon quart de travail pour être dans un esprit de fête. Ma cousine Beth a sauté sur l'occasion de venir quand Nikolai le lui a mentionné, et mes frêles plaintes au sujet de la situation n'ont rien pu faire pour les détourner tous les deux de l'idée. Je suis assise en colère : les jambes croisées, le regard fixe par la fenêtre, ignorant Nikolai lorsqu'il tend la main et me caresse la cuisse pendant quelques secondes.

Nous empruntons une longue allée et une grande grange convertie apparaît. Beth couine presque. Elle est assise à l'arrière, claquant des mains, jolie dans sa combinaison noire plongeante et ses talons rouges.

Quand nous sortons de la voiture, Nikolai court pour marcher à côté de moi, laissant Beth admirer la maison.

« Qu'y a-t-il, petite dame ? me demande-t-il dans un doux ronronnement.

Je garde mon regard vers le sol, regardant mon pas dans mes talons alors que nous entrons sur le porche. "Je suis fatigué," je lui dis catégoriquement.

"Et tu es toujours aussi terriblement jolie," murmure-t-il en caressant le velours de ma robe juste au bas de mon dos.

La porte s'ouvre, bien que personne ne soit là pour y répondre, et le bruit de la musique, des rires et des conversations se répand. Nous sommes accueillis à l'intérieur, tous les trois, par une vague de monde. Le rez-de-chaussée ouvert est rempli de monde et chaque pas vers l'hôte apporte un nouveau visage et une nouvelle introduction. Les boissons nous sont passées de la cuisine, nos vestes sont prises et la plupart des gens saluent Nikolai comme un vieil ami avant de sourire poliment à Beth et moi.

Il se tourne vers moi, se penche pour que nous puissions nous entendre et crie: "Mêlez-vous à Beth, je dois parler à notre hôte." Il me fait un clin d'œil et tire une mèche de mes cheveux avant de se retourner et de disparaître dans la foule.

Je me dirige droit vers les doubles portes françaises menant à l'arrière de la propriété, attrapant les cigarettes dans mon sac. Les gens s'assoient en petits groupes dans le jardin, même s'il y a moins de monde qu'à l'intérieur et je me sens capable de respirer à nouveau.

Un Indien aux cheveux blonds étonnamment décolorés, lissés jusqu'en arrière, tend la main et m'offre un briquet. Il est grand et mince, penché sur sa chaise comme un chat. J'allume ma cigarette et le remercie.

"Tout pour toi," dit-il, sa voix est douce et accentuée, et quand ses yeux rencontrent les miens, il est difficile de détourner le regard de leur profondeur. Il pousse une chaise libre vers moi et je prends place. Il sort une cigarette pour lui et l'allume.

« Comment t'appelles-tu, ma chérie ? » Il demande.

« Éva ».

« Passez-vous une bonne soirée ? » Il y a une qualité doucement apaisante en lui et quand je sens ma fatigue s'approfondir, il est impossible d'étouffer mon bâillement.

Je ris, gêné. "C'est beau jusqu'à présent, je suis juste terriblement fatigué."

Il fait une grimace compatissante et tire une bouffée de sa cigarette.

Je regarde dans l'embrasure de la porte et vois Beth debout dans la cuisine, discutant avec un homme. Elle est tellement impliquée dans la conversation qu'elle ne peut pas voir les gens autour d'elle les regarder tous les deux, des groupes de personnes aux yeux affamés se diriger vers elle. Je bouge lentement la tête et jette mon regard sur le jardin. Une autre femme nous a rejoints à table, et elle m'observe d'un regard froid, tandis que les personnes les plus proches de moi détournent rapidement les yeux quand je les vois me regarder.

L'Indien se penche sur la table. « Aimeriez-vous aller dans un endroit plus calme ?

Je me sens exposé et très seul. Je me tourne pour voir Beth, mais quand je regarde dans la cuisine, elle n'est nulle part en vue.

« Je dois retrouver mon cousin », lui dis-je.

Il pose une main sur ma cuisse nue et la serre brutalement. "Pourquoi ne pas essayer de se détendre ?"

Je recule sur mon siège mais sa main garde sa prise sur ma jambe. Il le déplace vers le haut lentement et délibérément au-delà de l'ourlet de ma robe et jusqu'au sommet de l'intérieur de ma cuisse, ses doigts frôlant mon sous-vêtement. Je lui attrape la main et lui dis d'arrêter. Je remarque les yeux attentifs d'encore plus d'inconnus autour de nous, et pourtant personne ne fait rien.

Pris de panique, j'accroche ma cigarette sur l'avant-bras du gars et je repousse avec suffisamment de force pour pouvoir enfin me tenir debout. Je l'entends crier alors que je marche aussi vite que possible en talons vers la porte, me précipitant à travers la foule pour trouver une pièce vide pour moi.

Je monte l'escalier jusqu'au premier étage, où la foule se réduit aux couples assis dans les escaliers et aux personnes occupant les chambres. Je trouve une salle de bain, me glisse à l'intérieur et verrouille la porte derrière moi. La pièce est ouverte et lumineuse - moderne avec des éléments anciens comme le reste de la maison. Un miroir au sol se tient dans le coin et je vais m'examiner. Je trouve ma robe inconfortablement courte et je tire l'ourlet aussi bas que possible. Le velours scintillant est d'une couleur marine profonde que l'on pourrait confondre avec du noir, le tissu adhère à mon corps à la taille et aux hanches, se terminant à mi-hauteur de la cuisse. Mes jambes semblent fines et longues, mais la sensation de la main de l'homme contre ma cuisse me donne envie de me couvrir.

Je sursaute quand j'entends frapper à la porte, mais la voix de Nikolai me calme instantanément. « Eva, c'est moi », appelle-t-il.

Je déverrouille la porte pour lui et me perche sur le dessus de l'évier, ayant envie tout le temps d'être seule avec lui.

"Je pensais t'avoir vu entrer ici," dit-il avec espièglerie, verrouillant la porte derrière lui et se déplaçant vers moi pour me tenir pendant une seconde.

"Les gens ici sont bizarres," je lui murmure.

Il me serre fort. "Est-ce qu'ils t'ont dérangé ?"

« Oui », lui dis-je, visiblement bouleversée. "Un homme m'a peloté et tout le monde s'est assis là à regarder."

Il prend mon visage dans ses mains et m'embrasse lentement et profondément. « Mon pauvre, murmure-t-il. "Ne t'inquiète pas, je suis là maintenant."

Je pose ma tête contre sa poitrine. Je m'attendais à ce qu'il soit choqué et indigné, mais sa chaleur me fait encore monter les larmes aux yeux. Mes épaules tremblent un peu alors que ma fatigue et mes nerfs débordent de quelques larmes.

Nikolai me serre plus fort. « Ne pleure pas », dit-il doucement. "Regarde comme tu es belle." Il me tient à bout de bras et m'admire, comme si cela pouvait m'absoudre de toute tristesse.

Il me regarde avec la même faim que les invités de la fête en bas, sauf que sa version ne me donne pas envie de détourner le regard et de me couvrir. Cela me donne envie de m'ouvrir complètement à lui et de faire partie de lui.

J'attrape le col de sa chemise et l'attire dans un baiser alors qu'il ajuste mon poids sur le lavabo et tient mes jambes ouvertes avec ses bras. C'est rapide et nécessiteux au début. Je parviens à libérer son membre de son pantalon et à faire glisser ma culotte sur le toboggan, je gémis fort et fort quand il remplit mon con trop rapidement et commence à pousser avant que j'aie une chance de devenir plus humide. Ma douleur semble l'exciter davantage, et il commence à pousser avec suffisamment de force pour me repousser et faire tomber des bouteilles de produits de toilette sur le sol. En quelques secondes, mes respirations sont rapides, provoquées par la sensation de chaleur qui s'accumule entre mes cuisses. Il attrape une poignée de mes cheveux et les tire brusquement, faisant remonter les larmes dans mes yeux. Il les voit déborder et ses coups deviennent encore plus durs.

"Tu me fais mal," je gémis entre mes larmes et mes gémissements de plaisir. Je ne m'attends pas à ce qu'il arrête, je le dis juste pour l'exciter.

Il me gifle le visage avec suffisamment de force pour le faire piquer, m'amenant à un point culminant autour de son arbre épais. "Bien", me dit-il et je gémis et sanglote assez fort pour que les gens en bas entendent, "tu as été un gamin toute la nuit."

"Je suis désolé, papa," je murmure, le son sortant dans un pantalon court déchiqueté alors que mon corps se balance d'avant en arrière à chaque poussée qu'il fait en moi, chacune se sentant plus profonde que la précédente. Il se dresse au-dessus de moi au-dessus de l'évier, me faisant sentir des bras musclés incroyablement petits et épais épinglant mes bras à mes côtés pour que je puisse à peine bouger même si je le voulais. Une boucle noire tombe sur son visage alors qu'il se penche pour me pincer l'épaule et prélever du sang pendant une seconde. Il atteint son orgasme peu de temps après, me baisant dans un tel bordel que je peux à peine me tenir sur mes talons quand nous avons fini.

"Allez, alors," sa voix se réchauffe à nouveau. Je sens son sperme à l'intérieur de moi, coulant lentement dans mon slip et s'accumulant, épais et encore chaud. "Il y a des gens que vous devez rencontrer."

Je baisse ma robe alors qu'il remonte la fermeture éclair de son pantalon. L'avoir à mes côtés pour le reste de la nuit rend le retour à la fête au moins supportable. Il me tape violemment sur le derrière avant que nous quittions la salle de bain, et j'étouffe un petit cri alors que nous nous dirigeons vers le reste des invités.

Point de vue : Nikolaï

"Mêlez-vous à Beth, je dois parler à notre hôte", dis-je à Eva. Je la regarde alors que je traverse la maison. Elle se tient seule pendant une seconde comme un cerf effrayé, de longues pattes et de grands yeux, l'air délicat et innocent qu'elle porte sur elle-même attire le regard de tous les mâles à proximité. Je dois être rapide. Je bifurque vers le bureau de Johannes où je sais qu'il sera. Je regarde par-dessus mon épaule une dernière fois avant d'entrer dans la pièce et je vois Beth entourée d'une foule grandissante de personnes, des mains pâles et fines se tendant pour la toucher.

« Tu es en retard », annonce Johannes quand je suis enfin devant lui. Il est assis derrière un bureau, l'air calme et serein. Deux hommes sont assis sur le canapé contre le mur, tous deux silencieux.

"Plus de jeux," je lui dis, un ton dans ma voix pour qu'il sache que je suis sérieux. « Je me suis assuré que le cousin d'Eva vienne. Elle s'appelle Beth, tu peux l'avoir et laisser Eva tranquille.

Il me regarde comme s'il réfléchissait à mon offre, et je me sens presque nerveux. Johannes est vieux et amer, avec un côté sadique qui me met parfois mal à l'aise. Notre relation l'un avec l'autre fait de nous une famille, mais la pensée de lui seul avec quelqu'un d'aussi doux et volontaire qu'Eva me retourne l'estomac.

"Quand est-ce que je vais rencontrer Eva?" demande-t-il innocemment.

« Plus tard », lui dis-je.

C'est la chose la plus proche de la culpabilité que j'ai ressentie depuis longtemps ; Beth avait été gentille et je savais qu'Eva serait bouleversée de découvrir que j'étais capable de mettre en place une telle chose. Je me rappelle qu'Eva est la priorité et serre Johannes sur l'épaule. "Soyez rapide et gentil avec elle, alors vous pourrez rencontrer Eva."

Je la décris et les deux inconnus sortent de la pièce pour la retrouver. Le silence entre Johannes et moi me met mal à l'aise, mais il reste assis sur sa chaise en souriant pendant ce qui semble être une éternité. Beth est amenée dans la pièce et je peux à peine me forcer à la regarder.

Johannes prend une de ses mains dans la sienne. Il est grand et large et ses longs doigts parviennent à s'enrouler autour du poignet de Beth lorsqu'il porte sa main à ses lèvres pour l'embrasser. "Quel plaisir de vous rencontrer", dit-il avec charisme.

Ses yeux regardent autour de la pièce dans laquelle elle est conduite, elle ne semble pas remarquer que je me tenais à côté d'elle et je sais qu'elle a été droguée. Ils donnent aux humains des concoctions à base de plantes pour les rendre un peu plus dociles. Je pense à Eva et commence à m'impatienter.

« Merci de m'avoir reçue », dit-elle lentement, comme si elle était plongée dans ses pensées.

Johannes s'assoit sur le canapé et lui fait signe de s'asseoir à côté de lui. Ses deux acolytes se tiennent à la porte, qui je suppose est déjà verrouillée. Il commence à exercer son charme sur elle, le flirt et la flatterie sont employés avec une compétence qu'il perfectionne depuis trop de vies pour compter. Il la met à l'aise avec sa bonne humeur et son charme, et pas une seule fois ses yeux ne se détournent des siens. Il semble qu'ils soient les deux seuls dans la pièce et c'est inconfortable à regarder.

"Puis-je?" demande-t-il, sa voix aussi douce et riche que du velours quand il porte son poignet à sa bouche.

Elle hoche la tête, comme si elle comprenait ce qu'elle acceptait. Il mord sa peau assez fort pour prélever du sang, bien qu'il le fasse avec douceur. Elle fronce les sourcils comme si elle ne pouvait pas croire ce qu'elle voyait, mais ne recula pas.

Il la tire sur ses genoux et gémit presque quand elle s'ajuste pour s'asseoir contre son entrejambe.

Je détourne le regard et attends qu'il me congédie. Les hommes à la porte les regardent intensément tous les deux, et j'ai l'impression qu'on leur a promis un tour.

"Johannes..." dis-je calmement.

Il lève les yeux vers moi, le sang de la fille tachant ses dents et ses lèvres d'un rouge foncé. Il me tend son poignet ensanglanté d'une main, l'autre main passant sous sa combinaison pour prendre un sein en coupe. « Ne pars pas si tôt, Kolya », dit-il avec un sourire sinistre.

Beth se tortille de plaisir contre lui, sa tête penchée en arrière contre son épaule alors qu'il embrasse son cou. Je peux sentir la chaleur se dégager d'elle par vagues et l'odeur de son sang rend la pièce douce et capiteuse avec son parfum. Johannes tire la moitié supérieure de sa combinaison jusqu'à sa taille, exposant ses seins et ses mamelons roses et durcissants. Elle est plus courbée qu'Eva et ses seins débordent des grandes mains de Johannes. Elle gémit quand il les prend en coupe et commence à frotter contre sa jambe.

Je recule d'un pas, pensant à Eva et à mon urgence de la retrouver, pour m'assurer qu'elle va bien.

"Je dois partir", l'odeur de Beth me donne le vertige, presque un malaise, et je réalise à quel point j'ai envie de quitter la pièce. Johannes me congédie d'un coup de main, les yeux fixés uniquement sur Beth et le pouls dans son cou. Son autre main descend son ventre et disparaît sous ses sous-vêtements.

L'un des hommes passe de la porte au canapé, desserrant sa cravate en s'approchant. L'autre m'ouvre la porte pour que je parte, la referme rapidement derrière moi et tourne la clé dans la serrure. L'air est plus frais à l'extérieur de son bureau, et je retrouve ma concentration lorsque je commence à chercher Eva dans la foule. Je sens un nœud dans mon estomac, et une urgence me tirant vers elle qui me dit qu'elle a peur. Je sens son parfum avant de l'apercevoir, montant les escaliers et descendant le long couloir. Sa robe en velours colle à son corps et scintille sous les lumières à chaque mouvement qu'elle fait, elle est courte, ce qui rend ses jambes incroyablement longues et fines. Je la suis dans les escaliers et me dirige vers la salle de bain dans laquelle elle se penche. Elle ouvre enfin la porte lorsque je frappe mais recule devant la porte lorsqu'elle entend le bruit des invités, les yeux si grands qu'ils me donnent presque envie de pleurer.

Je la tiens, respirant son odeur et caressant le doux velours de sa robe. Je me sens encore légèrement intoxiqué par l'odeur du sang de Beth et la tentation m'avait excité. Une fois que mes mains ont commencé à toucher le corps d'Eva, il me semble impossible de m'arrêter, et je dois me rappeler qu'elle est bouleversée.

"Les gens ici sont bizarres", me dit-elle en s'accrochant à ma poitrine.

Je la serre fort et me réprimande pour l'avoir amenée ici, me demandant ce que j'aurais pu imaginer. Maintenant que Johannes a vu ma faiblesse pour elle, il va jouer avec pour s'amuser, trop vieux, trop amer et trop ennuyé pour prendre en compte quelque chose d'aussi banal que l'émotion humaine. Je l'embrasse et la tiens, la prenant finalement au-dessus de l'évier pour ne pas avoir à penser à comment je pourrais la perdre, et à quel point cela l'effrayerait d'apprendre le monde dans lequel je l'avais amenée ce soir.

Articles similaires

La vie universitaire

La vie universitaire Ma première année de collège, je suis parti. A environ une heure et demie de route de chez moi. Assez loin pour que mes parents ne viennent pas m'embêter tout le temps mais assez près pour que je puisse rentrer à la maison quand je le voulais. Je suivais les cours de base comme tous les étudiants de première année le font. Je ne connaissais qu'une seule personne avant d'entrer à l'université. Rob était mon meilleur ami au lycée et nous faisions presque tout ensemble. Nous sommes tous les deux allés au même collège pour enseigner. Nous pensions...

524 Des vues

Likes 0

Nouveau colocataire 5

Cela faisait quelques semaines depuis l'incident et mes ecchymoses ont pratiquement disparu et mes côtes ne me font plus mal, donc je peux retourner au club minx et recommencer à travailler. J'avais vraiment hâte de retravailler, mais les garçons en ont profité pour devenir mes nouveaux gardes du corps et me suivre partout. vraiment Paul tu vérifies pour voir si ma nourriture était empoisonnée dis-je en roulant des yeux à sa tentative ratée de me sauver la vie. Je me suis préparé un bol de céréales fraîches et j'ai erré dans l'appartement en pensant à quelque chose à faire. Nate entra...

470 Des vues

Likes 0

Le vote secret des pom-pom girls - #9

Le vote secret des pom-pom girls - #9 Zane repensa aux événements qui s'étaient déroulés la nuit précédente. Bella s'était finalement abandonnée à lui. Elle avait pensé qu'elle serait capable de coucher avec lui et d'obtenir tout ce qu'elle voulait. Au lieu de cela, elle s'était totalement abandonnée à lui. Plus important encore, elle s'était rendue à lui en enregistrant tout, elle était donc essentiellement son esclave maintenant. Son animal de compagnie. Son jouet, avec lequel jouer comme bon lui semble. À la suite de cette reddition, elle est également devenue la propriété du reste de l'équipe. Zane l'avait emmenée chez...

385 Des vues

Likes 0

L'esprit de Marissa

Marissa obtenait toujours ce qu'elle voulait, avec tout. L'école, la maison, les garçons, les garçons de Melissa, peu importe, elle l'avait probablement. Les filles étaient jumelles. Marissa est née différemment. Elle avait le pouvoir de contrôler les esprits, et Melissa ne le savait pas. La mère de la fille ne le savait pas. Seule Marissa le savait. Et maintenant, comme les deux filles étaient en terminale, Melissa avait quelque chose que Marissa avait TOUJOURS voulu, le capitaine de l'équipe de football comme petit ami, avec tous les autres gars qui bavaient après elle. C'était la dernière semaine d'école et Marissa voulait...

305 Des vues

Likes 0

Un retournement de situation

Un retournement de situation C’est drôle comme, en un instant, toute une programmation peut être bouleversée. Dans de bonnes circonstances, tout ce à quoi vous avez toujours cru, tout ce à quoi vous avez combattu, craint et résisté peut être déformé et transformé en la chose dont vous rêvez le plus. Tel a été le cas de Taja Crawford, qui a entrepris un voyage effrayant qui la laisserait à bout de souffle, satisfaite d’une manière dont elle ignorait l’existence et désireuse de bien plus encore. Tout a commencé assez innocemment, lorsque Taja est rentrée chez elle tard dans la nuit après...

277 Des vues

Likes 0

L'histoire des pêches et des pois de senteur, partie 5

Neiladri Sinha Jr. :- Il était 16 heures quand je me suis réveillé. Ma Belle au Bois Dormant était si mignonne que je ne voulais pas le réveiller. En plus, j'avais quelques préparatifs à faire et Peaches dormait pour de bon. Je l'ai doucement soulevé de ma poitrine et je l'ai posé sur un deewan. Le mantra de ma vie était un : vivre pleinement votre jeune vie, et j'allais m'y préparer. J'ai pris mon portefeuille et mes clés de voiture pour faire du shopping ce soir, mais je me suis ensuite arrêté sur ma piste. L'ombre apparue dans la salle...

192 Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

1.4K Des vues

Likes 0

Demogirl

La fille de la démonstration J'avais 17 ans, je vivais dans un studio à Londres. Ce n'était pas si aventureux - la banque pour laquelle je travaillais a trouvé le studio et a payé mon acompte à l'avance. C'était un bon style de vie si vous étiez prêt à supporter le logement et à apprécier l'emplacement. J'étais basé à Bayswater, travaillais dans le West End et jouais au rugby à RIchmond pour London Welsh tous les week-ends. Ce samedi-là, mon pote et moi étions en route de Richmond vers un pub de Grays Inn Road pour quelques pintes. C'était l'un de...

1.3K Des vues

Likes 0

La fille au tatouage de loup_(0)

Je me suis rapidement frayé un chemin à travers la foule d'autres étudiants en me dirigeant vers mon casier. C'était l'une des rares fois que je pouvais faire dans mon casier avant mon prochain cours et j'avais hâte de me débarrasser de la charge de livres que j'emballais dans les couloirs. Soudain, la foule est apparue mon ami Jeremy, juste au moment où j'ai commencé à travailler la serrure à combinaison de mon casier. Jeremy et moi étions amis depuis la quatrième année. Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pendant un certain temps au collège lorsque Jeremy a rejoint l'équipe...

1.6K Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.