Image parfaite

822Report
Image parfaite

Picture Perfect, (l'édition révisée)

Prologue;


Mon original, "Picture perfect", a été écrit comme une histoire autonome, mais j'ai reçu tellement de questions sur les motivations de la femme que j'ai décidé d'écrire une histoire de suivi du point de vue de Judy. Cela s'est avéré plus difficile que prévu, mais les deux histoires ont suscité tellement d'intérêt que j'ai pensé que je réviserais les deux histoires pour les rendre plus crédibles.

Soyez averti; Le viol forcé, d'homme à homme, vers la fin est essentiel au récit de cette histoire. Je l'ai considérablement révisé pour le rendre plus compréhensible. Mais, si cela vous offense, ne lisez pas l'histoire.

Certains d'entre vous n'aimeront toujours pas la fin. Il y a de nombreuses parties de cette histoire qui sont très proches de la mienne et, même si mon histoire ne s'est pas terminée comme celle-ci, il y a une partie de moi qui souhaite que ce soit le cas.

La première partie est l'histoire de Gary. Il la raconte au fur et à mesure qu'elle se déroule et il énonce chaque situation telle qu'il la connaît. La deuxième partie est l'histoire de Judy qui corrigera certaines des idées fausses de Gary bien que les faits soient les faits.

Puisqu'on m'a dit à plusieurs reprises que j'avais précipité la fin de la dernière histoire, il y aura cette fois une troisième partie, aboutissant, je l'espère, à une fin mémorable.

J'espère que vous apprécierez la révision et, comme toujours, j'apprécie vos commentaires.
Merci.


Je m'appelle Gary Asher. Je suis photographe professionnel. J'ai un studio photo petit mais rentable dans le centre-ville de Chicago. En raison de la nature de mon entreprise, je travaille parfois avec les plus belles femmes de la ville et, pas une seule fois en dix ans de mariage, je n'ai jamais envisagé de tromper ma femme, Judy.

J'étais le gars le plus chanceux du monde et je le savais. Ma femme, qui est toujours aussi belle aujourd'hui qu'il y a quinze ans, est la mère aimante de notre fille de neuf ans, Tammy, et la femme la plus dévouée et la plus attentionnée qu'un homme puisse souhaiter. Sans oublier que nous sommes ensemble depuis douze ans et que le sexe est aussi bon que la première fois que nous avons fait l'amour. J'ai entendu parler de la vie sexuelle d'autres couples et de la façon dont elle devenait obsolète et se détériorait après un certain temps, mais la nôtre était toujours spontanée et fraîche. Parfois, nous faisions l'amour deux fois par semaine et d'autres fois deux fois par jour. Parfois, nous utilisions des jouets ou un endroit exotique, mais nous semblions toujours être en phase les uns avec les autres et pendant toutes nos années ensemble, l'un n'avait jamais nié l'autre, pas une seule fois !

Quand j'ai rencontré Judy pour la première fois, elle était elle-même top model, probablement la plus belle femme que j'aie jamais vue. Du moins je le pensais. Nous nous sommes rencontrés lors de mon premier grand tournage. Avant cela, je faisais des composites de modèles, de la petite photographie publicitaire et, je ne suis pas trop fier de l'admettre, mais j'ai même pris quelques mariages pour garder la tête hors de l'eau. C'était ma grande pause, c'était le grand moment, un tournage de 3 jours pour un gros client et j'étais tout gonflé comme un paon. Je n'aurais jamais eu le courage de demander à Judy de sortir dans d'autres circonstances. Nous sommes sortis ensemble pendant deux ans. Puis, dans une ville où tout le monde vivait ensemble, on a décidé de légaliser ça. Nous avons échangé nos vœux devant nos amis, notre famille et Dieu. Vous pourriez dire, pour moi, la vie était parfaite……….jusqu'à ce jour fatidique.

J'avais quelques heures dans l'après-midi entre les tournages et je n'avais pas encore mangé, alors je suis allé au The Little General's, un restaurant et un bar sur Wacker Drive à quelques pâtés de maisons de mon studio. J'ai aimé l'ambiance là-bas. Il y avait des cabines intimes pour 2 personnes le long d'un couloir qui menait au bar calme et faiblement éclairé. La nourriture était bonne, les boissons étaient fortes et les conseils du barman, Herb, étaient toujours judicieux. Parfois, quand Judy est en ville pour faire du shopping, elle me surprenait au studio et nous y allions pour le déjeuner.

Si j'étais seul, je m'asseyais généralement au bar et j'y mangeais tout en parlant des problèmes du monde avec Herb. Ce jour n'était pas différent. Herb était à l'autre bout du bar quand je m'assis et me fit un signe de tête en me saluant et en me faisant savoir qu'il serait avec moi dans une minute. Je souris et hochai la tête. La serveuse est venue avec un menu et je venais de décider de ce que je voulais quand Herb s'est approché.

"Salut Gary," dit-il, "tu es comme d'habitude?"

"Ouais, merci Herb, ça ira." Je passai ma commande auprès de la serveuse juste au moment où Herb posait mon tournevis sur le bar devant moi.

« Comment ça va, Gary ? » Il a demandé. Je crus déceler un peu d'inquiétude ou d'appréhension dans sa voix.

« Tout va bien Herb. Merci." Je pouvais voir qu'Herb avait quelque chose en tête. Je pensais qu'Herb avait peut-être des problèmes à la maison et cherchait quelqu'un sur qui décharger, alors j'ai sondé son regard inquiet.

« Tu as l'air d'avoir quelque chose en tête Herb. Tu veux parler de quelque chose ? »

"Eh bien, je me demandais juste si tout allait bien entre vous et les demoiselles, c'est tout." Ce n'était pas ce que je m'attendais à entendre. Je pensais qu'il était dérangé par quelque chose dans sa vie et il semblait être dérangé par quelque chose dans la mienne.

"Bien sûr Herb," ​​dis-je un peu surpris par sa question, "pourquoi tu demandes?"

"Eh bien," commença-t-il, "ce ne sont vraiment pas mes affaires mais je te considère comme un ami, Gary. C'est… eh bien, c'est juste qu'elle était ici l'autre jour avec un autre gars et… eh bien, ils semblaient bien s'entendre, c'est tout.

J'ai soudainement eu mal au ventre. D'accord, je me suis dit, ne vous inquiétez pas, cela pourrait n'être rien. « Êtes-vous sûr que c'était Judy ? » J'ai demandé.

"Oh ouais," dit-il avec assurance. "Tu es marié à l'une des plus belles femmes de la ville, il est difficile de lui manquer mon amie. C'était bien Judy.

Pourquoi ne m'a-t-elle pas dit qu'elle était en ville, me suis-je demandé. Le simple fait qu'elle soit avec quelqu'un ne veut pas dire qu'il se passe quelque chose, mais je me suis demandé pourquoi elle ne m'avait pas dit qu'elle était en ville ou qu'elle avait déjeuné avec une amie.

« Herb, quand tu dis qu'ils s'entendaient plutôt bien, qu'est-ce que tu veux dire exactement ? »

« Gary, ça aurait pu être très innocent. Je ne veux pas créer de problèmes entre vous et votre femme, c'est sûr, mais ils étaient en quelque sorte… vous savez… flirtant l'un avec l'autre et se tenant la main.

OK, j'ai pensé, ça commence à ressembler à plus qu'à une rencontre innocente avec un ami. Ma nourriture est arrivée mais je n'avais plus très faim. Herb s'est occupé à l'autre bout du bar et m'a laissé seul avec mes pensées pendant un moment. J'étais assis là, sirotant mon verre. Je pense que j'ai pris deux bouchées de mon déjeuner. Je n'ai pas attendu qu'Hervé me demande si je voulais un autre verre, j'ai jeté un vingt sur le bar et je suis parti. Il devait y avoir une explication, pensai-je.

Sur le chemin du retour au studio, j'ai marché à un rythme plus lent tout en réfléchissant profondément. Je connaissais Herb depuis plusieurs années et je savais qu'Herb n'aurait rien mentionné s'il ne croyait pas qu'il y avait quelque chose à craindre. Je faisais entièrement confiance à Judy, mais c'était une belle femme et je savais que la plupart des hommes de Chicago donneraient n'importe quoi pour entrer dans son pantalon. Plus je réfléchissais, plus je devenais inquiet.

Quand je suis rentré au studio, j'avais encore environ 30 minutes avant que mon client ne soit là, alors j'ai appelé Sammy, un vieil ami. Sammy était un proxénète. Il avait une liste de clients qui l'engageraient pour trouver et acheter tout ce dont ils avaient besoin. J'avais utilisé les talents spéciaux de Sammy à plusieurs reprises pour équiper le studio. Enfer, la moitié de l'équipement du studio que j'ai reçu de Sammy. Le matériel était toujours de qualité supérieure. Je savais que ce n'était pas du vol ou du marché gris parce qu'il était toujours accompagné des garanties du fabricant et je l'ai toujours eu pour un sous-vente en gros. Lorsque vous êtes dans une entreprise où une seule caméra peut coûter trente mille dollars, Sammy était un type formidable à connaître.

J'ai pris le téléphone dans la salle de tir et j'ai composé le numéro de Sammy. "Bonjour Sammy, c'est Gary."

"Salut mon pote, comment vas-tu ?" Sammy était toujours de bonne humeur. « Comment ça va ? »

"Pas trop mal, Sammy. Hé mon vieux, j'ai besoin de ton aide.

"De quoi avez-vous besoin?" Il a demandé.

« Avez-vous accès à de petites caméras espions ? » J'ai demandé.

"Des caméras espions," il avait l'air surpris, "qu'est-ce que tu vas faire avec des caméras espions ?"

Sammy était un bon ami. Il était venu plusieurs fois chez nous et connaissait Judy et Tammy. « Sammy, tu dois promettre que ce que je vais te dire ne va pas plus loin que nous deux », ai-je dit.

« Bien sûr, mon pote, qu'est-ce qui se passe ? Cela commence à paraître sérieux. » Il y avait une réelle inquiétude dans sa voix.

Je lui racontai ma conversation du déjeuner avec Herb. Je lui ai dit que je ne croyais vraiment pas que Judy me tromperait et que je détestais l'idée de l'espionner, mais je ne pouvais pas non plus m'inquiéter. La description par Herb du comportement de Judy avec un autre homme et sa négligence de me dire qu'elle était en ville l'autre jour étaient, pour le moins, une source d'appréhension.

Le rejet catégorique de Sammy de tout acte répréhensible de la part de Judy était pour le moins encourageant. "Pas question," dit-il, "de tous mes amis mariés, aucun n'a un mariage aussi solide que toi et Judy. Vous faites l'envie de tous les couples qui vous connaissent. Pourquoi ne lui demandez-vous pas simplement, je suis sûr qu'il y a une explication raisonnable.

J'ai réfléchi à ses paroles et, pendant un bref instant, j'ai oublié de l'espionner et j'ai envisagé de lui demander comme Sammy l'avait suggéré. Mais est-ce que cela me calmerait vraiment ?

« Sammy, je suis sûr que tu as raison », ai-je dit. «Je ne peux même pas imaginer que Judy me trompe vraiment, mais si je la confrontais et qu'elle voyait quelqu'un d'autre, elle le nierait évidemment et si elle ne l'était pas, elle pourrait être vraiment énervée en sachant que je la soupçonnais même. Je ne veux certainement pas compromettre mon mariage à cause de rumeurs infondées. C'est pourquoi tu ne peux en parler à personne, Sammy, pas à personne. Si elle est innocente, je ne veux jamais qu'elle sache que j'ai même envisagé de la soupçonner d'infidélité.

« Ne t'inquiète pas mon ami, je ne dirais pas un mot. Je pense toujours que vous vous trompez d'arbre, mais je vais vous chercher les caméras. Combien en voulez-vous?"

« Wow, bonne question. Le problème est que Judy a son téléphone portable partout avec elle. Je suppose que trois le feraient, pas quatre. Un pour le salon, un pour la chambre, un pour la cuisine et un pour sa voiture. Elle parle constamment sur sa dent bleue quand elle est dans la voiture.

"D'accord, tu vas rester combien de temps ce soir ?" a demandé Samy.

"Eh bien," dis-je, "il est environ 2 heures maintenant, j'ai un client qui arrive d'une minute à l'autre, cela prendra quelques heures, … .. Je serai ici jusqu'à environ 5 heures, je suppose. Je peux rester plus longtemps si tu le veux.

"Non, 5 heures, c'est bien", a-t-il dit, "je vais prendre quelques trucs et je te verrai au studio avant que tu partes."

"Merci mon vieux," dis-je, "je peux toujours compter sur toi."

"Je pense toujours que vous faites probablement une montagne d'une taupinière", a-t-il déclaré.

Le tournage s'est déroulé comme une horloge et j'étais déjà dans le back-office en train de revoir certaines des prises de vue lorsque j'ai vu la lumière que j'avais à l'intérieur continuer à me dire que quelqu'un était dans le bureau extérieur. J'ai traversé la salle de tir et dans le bureau extérieur pour trouver Sammy avec mon nouvel équipement.

"Salut mon ami," dit-il. "J'ai tout ce dont vous avez besoin."

"Fantastique Sammy, merci." Normalement, je serais ravi du nouvel équipement, mais connaître la raison pour laquelle j'ai acheté ce matériel a mis un frein à mon enthousiasme.

«D'accord, ce truc est de très haute technologie. Tout est en HD et capable de filmer dans des conditions de faible luminosité extrême. Ce sont toutes des vidéos sans fil pour que vous puissiez regarder et entendre tout ce qui se passe directement sur votre ordinateur en temps réel. Ils sont également activés par des détecteurs de mouvement afin qu'ils ne démarrent que lorsqu'il y a du mouvement. Ils sont tous cachés dans ces choses. Voici une horloge de bureau que vous pouvez mettre sur le manteau de la cheminée. L'objectif grand angle couvrira tout le salon. Je pensais que cette horloge murale irait dans la cuisine et voici un faux détecteur de fumée. La caméra est à l'intérieur. Si vous le montez au-dessus de la porte, vous pourrez voir tout ce qui se passe dans la chambre. Voici le seul qui n'est pas caché. Il est monté sous le tableau de bord de sa voiture. Il y a quelques instructions sur la façon de le monter pour qu'il soit complètement hors de vue, mais vous pourrez voir et entendre votre femme pendant qu'elle conduit.

J'ai regardé tous les trucs. Il n'y avait aucun moyen qu'elle découvre que je l'espionnais, mais cela ne diminuait pas mon sentiment de culpabilité. J'ai remercié Sammy et lui ai dit que nous nous retrouverions bientôt autour d'un verre. J'ai quitté le studio pour rentrer chez moi. Quand je suis arrivé près de la maison, j'ai garé ma voiture en bas du pâté de maisons pour pouvoir entrer dans le garage sans que Judy ne m'entende. L'installation de la petite caméra vidéo sous le tableau de bord a été facile et a pris peu de temps. Je suis retourné à ma voiture et je suis entré dans l'allée. Judy, comme d'habitude, m'a rencontré à la porte, a mis ses bras autour de mon cou et m'a donné un gros bisou. Dieu, j'aime recevoir cette salutation tous les jours.

Elle a vu les paquets que j'avais dans la main. "Qu'est-ce que tu as," demanda-t-elle, "quelque chose pour moi?"

"Eh bien en quelque sorte," dis-je. "L'un des magasins de State Street a organisé une vente un jour. Je ne pouvais pas m'en empêcher. Tout était si bon marché. J'ai acheté une nouvelle horloge pour le manteau, une horloge murale pour la cuisine, et nous n'avons pas de détecteur de fumée dans notre chambre, alors j'en ai pris une aussi.

"Merci," dit-elle avec espièglerie, "tu es si romantique." J'ai souri.

Après le dîner, j'ai réglé les horloges discrètes à la bonne heure, mis l'une sur le manteau et installé l'autre sur le mur de la cuisine. Ensuite, je suis monté les escaliers et j'ai fixé le faux détecteur de fumée au plafond de la chambre.

Quand je suis redescendu, Judy aidait Tammy avec un projet scolaire, alors je suis allé dans mon bureau pour faire quelques retouches d'images. Pendant que j'y étais, j'ai vérifié que la caméra de la cuisine fonctionnait bien. Comme c'était la seule pièce où quelqu'un bougeait, c'était la seule caméra que je pouvais vérifier. Cela fonctionnait parfaitement. Je pouvais voir et entendre les deux personnes les plus importantes de ma vie. J'ai prié pour que ça reste toujours comme ça.

Je me suis absorbé dans mon travail et le temps m'a échappé. Judy passa la tête par la porte et dit qu'elle avait mis sa fille au lit mais qu'elle voulait un baiser de son père. J'avais honte de travailler toute la nuit et de prendre du temps que j'aurais dû passer avec ma famille. Je me suis excusé auprès de Judy et je suis allé dans la chambre de Tammy pour pouvoir lui faire un gros bisou sur le front. Elle m'a demandé si je lui lirais une histoire et, comme je n'avais pas passé de temps avec elle de la nuit, j'ai tout de suite accepté.

"Et ils vécurent heureux pour toujours, la fin." J'ai fermé le livre et j'ai regardé le visage rayonnant de ma fille. Tammy me regarda dans les yeux avec un grand sourire. Elle a tendu les bras et je lui ai fait un gros câlin de plus avant de la border. « Fais de beaux rêves chérie », ai-je dit. Puis j'ai éteint la lumière et descendu les escaliers.

En arrivant au premier étage, j'ai rencontré Judy qui montait. Elle sourit, passa ses bras autour de mon cou et planta un baiser passionné sur mes lèvres. J'ai regardé dans ses yeux et j'ai juré qu'ils souriaient aussi.

"Je t'aime mon mari," dit-elle en m'embrassant à nouveau.

Je l'ai embrassée en retour, l'ai également rassurée de mon amour, et nous avons monté les escaliers jusqu'à notre chambre. Nous nous sommes tous les deux déshabillés et elle s'est blottie dans mes bras. Nous n'avons pas eu de relations sexuelles. Nous n'en avions pas besoin. Parfois, tenir la fille de vos rêves près de votre corps est tout aussi bon. Nous nous sommes tous les deux endormis.

Le lendemain matin, nous étions tous les deux de bonne humeur. J'avais, à peu près, rejeté mes soupçons. Nous avons parlé de nos plans pour la journée pendant que nous prenions tous le petit déjeuner. Elle m'a dit qu'elle allait chez sa petite amie après avoir déposé Tammy à l'école, donc si je l'appelle, dit-elle, je devrais l'appeler sur son portable.

Je marchais sur l'air, soulagé de mes soucis alors que je montais dans ma petite BMW, Z3. J'ai baissé le toit décapotable alors que je quittais la voiture en cette magnifique journée d'été. Judy et Tammy ont tous deux fait un signe de la main en montant dans le SUV de Judy et en partant pour l'école. C'était le début d'une belle journée, pensai-je, et je me dirigeai vers la ville le long de Lake Shore Drive au lieu d'utiliser l'autoroute. Cela a pris un peu plus de temps, mais j'ai adoré la route panoramique.

Je préparais les choses dans le studio pour un autre jour quand je remarque l'image animée dans une petite fenêtre sur mon ordinateur. C'était Judy dans sa voiture qui parlait sur son portable, comme d'habitude. J'ai pensé, que diable, j'ai payé pour toute cette merde d'espionnage de haute technologie, autant voir comment ça marche. J'ai agrandi la fenêtre et augmenté le volume.

"Hey girl," l'entendis-je dire, ..... "Ouais, je suis en route maintenant." Je savais qu'elle se dirigeait vers sa petite amie, la maison d'Amber. Judy et Amber étaient les meilleures amies depuis qu'elles étaient mannequins ensemble à l'époque. Amber et son mari, Bill formaient un très beau couple. Bill et moi jouions au golf ensemble parfois et nous sortions tous les quatre dîner et voir un film 4 ou 5 fois par an.

J'étais sur le point de minimiser la fenêtre quand j'ai entendu quelque chose que je n'aimais pas. "Oh hé," j'ai entendu Judy dire, "Je dois vous parler de Pete…. Oh, c'est juste un amour spécial pour moi," dit-elle avec un petit rire dans la voix, "ouais, je vais tout vous dire à propos de ça quand j'y arrive… hein, je suis à Northwest Highway. Je serai là dans dix minutes. Elle a coupé l'appel. Je pouvais voir le grand sourire sur son visage.

Je suis juste resté assis là pendant une minute, mon esprit tournait. D'accord, ne paniquez pas, ai-je pensé, cela pourrait encore être quelque chose d'innocent. Puis j'ai senti la réalité s'enfoncer, de qui je me moque ?

Putain, putain, putain ! Je pensais. Fils de pute, elle voit quelqu'un. Je pouvais à peine reprendre mon souffle. Je pouvais sentir mon cœur battre dans ma poitrine. Je pouvais sentir mon visage devenir rouge et je commençais à transpirer de mon front. Alors que je me levais de ma chaise, ma main trouva instinctivement un stylo en plastique posé à côté de l'ordinateur. Je l'ai ramassé et je l'ai jeté contre le mur avec colère. Le stylo a été réduit en miettes. Je pouvais sentir mes genoux s'affaiblir et j'ai dû me rasseoir. J'ai mis ma tête dans mes mains et j'ai commencé à pleurer.

"S'il vous plaît, Dieu, s'il vous plaît, ne laissez pas cela arriver", ai-je prié. J'ai posé ma tête sur le bureau. "S'il vous plaît Dieu non, s'il vous plaît non." J'étais toujours assis là à sangloter quand la lumière s'est allumée et j'ai su que mes premiers clients de la journée étaient dans le bureau extérieur. J'ai essayé de me ressaisir. « Je vais être avec toi », ai-je crié. Je suis rapidement allé dans les toilettes et j'ai fait couler de l'eau froide sur mon visage et j'ai essayé de laver mes yeux pour faire disparaître une partie des rougeurs.

Le simple fait de passer la journée a probablement été l'une des choses les plus difficiles que j'ai jamais eu à faire. Devant moi, cependant, il y avait quelque chose que je devais faire qui était encore plus difficile, rentrer à la maison et ne pas m'effondrer devant ma femme et mon enfant.

J'avais encore des doutes sur le fait que Judy me trompait. Je sais, les preuves s'accumulaient, l'histoire d'Herb à propos de Judy flirtant avec un autre homme, le fait qu'elle ne m'ait pas dit qu'elle était en ville ce jour-là, et maintenant ceci, un aveu à sa petite amie qu'elle avait un amour spécial nommé Pete. La preuve me regardait en face, mais je ne pouvais tout simplement pas me résoudre à y croire. En tout cas, j'avais besoin de plus pour étayer mes soupçons avant de l'affronter donc je devais rester cool. Si elle trichait, je lui donnerais assez de corde pour se pendre et si elle ne le faisait pas, je ne voulais pas qu'elle sache ce que je pensais.

Judy m'a rencontré à la porte avec son habitude, les bras autour du cou et une bouche passionnée, saluant. D'une certaine manière cependant, elle se sentait tendue avec moi. Son corps était un peu raide comme si elle était nerveuse.

Au dîner, j'étais probablement un peu plus calme que la normale et je pense que Judy l'a compris, mais n'a rien dit. Sur le chemin du retour de chez Amber, elle a acheté quelques films pour enfants et nous avons passé la nuit en famille tous les trois blottis ensemble sur le canapé à manger du pop-corn et à regarder des classiques de Disney.

Après avoir mis Tammy au lit, nous nous sommes retirés. Je suppose que je n'ai pas fait un aussi bon travail que je le pensais. Judy a rapproché son corps nu du mien. Elle a légèrement effleuré mon visage avec sa main et m'a demandé si quelque chose n'allait pas. J'ai nié que quelque chose n'allait pas et j'ai dit que j'étais simplement fatigué, mais je ne pense pas qu'elle l'ait acheté, pas complètement en tout cas.

Pendant les jours suivants, tout était normal. Il n'y avait plus aucune mention de Pete et Judy semblait plus détendue et moi aussi. Le lundi de la semaine suivante, je commençais à croire que tous mes soupçons n'étaient que le fruit de mon imagination. Plus tard dans l'après-midi, alors que je montais quelques clichés d'un tournage publicitaire que j'avais fait la semaine précédente, j'ai vu ma charmante épouse assise à la table de la cuisine avec une tasse de café et parlant sur son portable. Au début, je n'ai même pas augmenté le volume et j'ai continué mon montage, mais la curiosité a pris le dessus alors je me suis dirigé vers l'ordinateur, j'ai agrandi l'écran et j'ai augmenté le volume.

Je pouvais dire tout de suite qu'elle parlait à Amber par le ton léger de sa voix. Puis, tout à coup, son ton a changé, elle a semblé plus sérieuse.

"Au fait ma fille," dit-elle, "j'ai un os à régler avec toi. J'aurais aimé que tu n'aies jamais mentionné avoir trompé Gary.

Merde, pensai-je, je ne peux tout simplement pas regarder cela ou le nier plus longtemps, il ne fait aucun doute maintenant qu'elle est, ou du moins, qu'elle m'a trompé.

Elle a continué. « Ouais…..la semaine dernière, tout ce qui parle de tricherie. Je me sentais tellement coupable rien que d'y penser. En fait, je pense que Gary aurait pu se douter de quelque chose. Il était terriblement silencieux l'autre soir... Non, je n'ai pas parlé à Pete depuis ce jour en ville... Ouais... Je sais, mais je n'arrive pas à me sortir de la tête ce que tu as dit. J'aurais aimé que nous n'ayons jamais commencé cette conversation stupide… Je sais, je sais, mais les sentiments de culpabilité sont toujours là.

À ce stade, j'aurais vraiment souhaité avoir mis son téléphone sur écoute. Essayer de comprendre ce qui se passe en écoutant un côté d'une conversation bilatérale ne fonctionnait pas. De toutes les choses que j'ai entendues cependant, j'ai senti que la preuve était là, elle m'avait trompé, probablement avec ce personnage de Pete.

Depuis cette conversation avec Herb il y a presque deux semaines maintenant, mes émotions ont été sur un tour de montagnes russes. En ce moment, ils étaient à leur plus bas absolu. Je n'avais plus de rendez-vous de la journée. Je me suis dirigé vers le bureau extérieur, j'ai verrouillé la porte et mis le panneau fermé pour ne pas avoir de rendez-vous, puis je suis allé dans le vestiaire à l'arrière du studio. Il y avait un lit là-dedans pour que les modèles puissent s'allonger et se reposer sur de longues pousses s'ils le voulaient. Je me suis effondré et j'ai commencé à brailler mes yeux.

Au moment où mes yeux se sont vidés de plus de larmes, c'était la fin de l'après-midi. J'ai dû me ressaisir et rentrer chez moi. Je n'avais aucune idée de comment je pourrais lui faire face, mais je ne pouvais pas craquer maintenant. Si elle avait la moindre idée, j'en savais autant qu'elle le ferait et je ne saurais jamais avec certitude ce qui se passait. Je ne pensais pas pouvoir vivre comme ça. De plus, aussi petit soit-il, il y avait encore une chance extérieure, tout cela était une grosse erreur.

J'ai sauté dans la douche et je me suis nettoyé. J'ai séché mes cheveux et mis une débarbouillette froide sur mes yeux pour éliminer les rougeurs. Je savais que je n'étais pas un acteur assez bon pour être brillant et joyeux à la maison, donc, à partir du moment où j'ai franchi la porte, j'ai commencé à trouver des excuses que j'avais, j'ai eu une journée vraiment difficile. Judy a semblé me ​​croire et a sympathisé. Il n'y avait plus aucune mention de sexe une fois que nous avions touché le sac et j'étais content. Pour la première fois depuis sa rencontre, je n'étais vraiment pas d'humeur à faire l'amour avec ma femme.

Eh bien, si je pensais que lundi était le pire jour de ma vie, mardi était sur le point de me montrer différent. J'ai toujours essayé de fixer autant de rendez-vous que possible en une journée, mais maintenant je les planifiais plus espacés. Mardi, je n'ai rien eu jusqu'à 13h00. J'ai passé la matinée devant l'ordinateur à regarder ma femme passer d'une pièce à l'autre nettoyer la maison.

Elle venait d'aller dans la cuisine pour se préparer un déjeuner quand son portable sonna. "Pete," dit-elle avec une certaine surprise dans sa voix, "comment vas-tu? Ouais, j'ai bien aimé aussi. Ça fait très longtemps……..Pete, c'était il y a longtemps………ouais, je sais, je n'y avais pas vraiment pensé jusqu'à ce que je te voie il y a quelques semaines………Non!……. .Pourquoi, parce que nous sommes tous les deux mariés, voilà pourquoi.

Merde, pensai-je, cette conversation à sens unique va me rendre fou. J'aimerais pouvoir entendre ce que ce Pete, connard, disait.

Judy a poursuivi sa conversation. « Pete, je ne sais pas. Je ne pense pas que je pourrais vivre avec moi-même………Eh bien, je vais vous dire quoi, je ne pense pas que ce soit quelque chose dont nous devrions discuter au téléphone. Mon mari sort de la ville jeudi……….

Je suis? Je pensais. Oh, elle parle des plans publicitaires que nous étions censés faire à Paris, dans l'Illinois. J'ai oublié de lui dire que le voyage était annulé. Le client a décidé de ne pas payer toutes les dépenses supplémentaires pour le voyage et nous l'avons tourné en studio. Avec tout ce qui se passe, j'ai oublié de lui dire.

"Alors faisons ça. Pouvez-vous partir à l'heure du déjeuner ce vendredi », a poursuivi Judy. "D'accord, sur Golf Road, il y a un petit endroit calme à 83. Tu le sais alors ? D'accord, retrouvons-nous là-bas vendredi midi et nous en reparlerons, mais je ne fais aucune promesse à Pete. ………….Oui toi aussi. Au revoir.

Elle ferma son téléphone, mais seulement un instant. Elle l'ouvrit presque immédiatement et passa un autre appel.

« Amber, devinez qui vient d'appeler, Pete……..Ouais, tu te souviens de l'histoire que je t'ai racontée quand on l'a fait ?………….Tu te souviens de ce que tu as dit ?….Ouais, eh bien il ressent la même chose……Non Je n'ai pas dit que j'allais le baiser… Merde fille, tu as mis cette putain de pensée dans ma tête, maintenant je ne peux pas la faire sortir… .. putain, putain, putain, putain, putain ! ……….

Je pouvais dire que Judy se battait avec ses émotions, à l'extérieur de la chambre, je pense que je ne l'ai entendue dire "baiser" que deux ou trois fois pendant tout notre mariage.

"Eh bien, j'ai dit que je ne voulais pas en parler au téléphone. Gary est censé quitter la ville ce vendredi et ne sera pas de retour avant dimanche. Je ne sais pas si le voyage est toujours en cours ou non, pour vous dire la vérité. Il ne m'en a pas parlé ces dernières semaines. Il me rappelle généralement s'il sort de la ville environ une semaine avant son départ. Quoi qu'il en soit, j'ai dit à Pete que je le retrouverais dans ce petit restaurant sur Golf Road, vous savez, nous y avons déjeuné plusieurs fois. Je dois le rencontrer là-bas à midi ce vendredi. …. Ouais, c'est celui avec le petit motel de l'autre côté de la rue. C'est pourquoi je l'ai choisi. Au cas où."

J'en avais assez entendu, je ne pouvais plus écouter. Même sans entendre l'autre partie de la conversation, je savais que Judy avait déjà couché avec ce type, Pete. Quand? Cela a-t-il fait une différence? Maintenant, elle allait probablement le refaire ce vendredi. Au cours des deux dernières semaines, je me suis plongé dans l'apitoiement sur moi-même, me tordant les mains et disant : "malheur à moi". Eh bien, c'est là que ça s'arrête. Maintenant je suis énervé. Je ne me souviens pas avoir été aussi énervé. La femme que j'aimais plus que la vie elle-même m'a trahi, a trahi nos vœux et a trahi notre famille. Ma vie telle que je la connaissais était terminée. Maintenant, je voulais frapper et les blesser comme ils m'ont blessé. J'étais assoiffé de sang.

Il n'y avait aucun moyen que je puisse faire face à Judy ce soir, pas sans exploser et la confronter et je ne voulais pas encore faire ça. Je voulais la marchandise sur elle et Pete. Je devais tenir bon jusqu'à vendredi. Ensuite, je mettrais mon plan à exécution et j'allais déchaîner l'enfer lui-même.

J'ai appelé la maison vers 17h00. Judy a répondu. "Salut chérie," dis-je en essayant de garder mon sang-froid, "hé écoute, j'essaie de vendre une grosse campagne publicitaire à un nouveau client et je vais l'emmener ce soir boire un verre et le dîner alors, ne t'attends pas moi à la maison jusque tard ce soir.

Il y eut une longue pause, "Eh bien, qu'entendez-vous par miel en retard, serez-vous à la maison pour le dîner?" Elle a demandé. Je pouvais entendre l'inquiétude dans sa voix.

« Non chérie, je ne serai probablement pas à la maison avant les petites heures du matin. N'attendez pas. Donne à Tammy un gros câlin et un bisou pour moi. Je dois y aller chérie, je t'aime, à demain matin.

"Gary, es-tu sûr qu'il n'y a rien de mal ?" Elle a demandé. "Tu as été terriblement silencieux ces dernières nuits."

« Non chérie, honnête. Je viens d'essayer de décrocher ce gros compte et j'étais un peu inquiet de ne pas l'obtenir, c'est tout. Mais les choses vont mieux et j'espère conclure l'affaire ce soir. Je vais vous dire quoi, je dois partir tôt vendredi matin pour cet état d'abattage… ..

Elle l'interrompit : "Alors tu continues là-dessus ? Vous ne l'avez pas mentionné. Je pensais que cela avait peut-être été annulé ou quelque chose comme ça.

"Je suis désolé chérie, j'ai tellement de choses en tête ces derniers temps. Oui, je dois encore faire le voyage. Je partirai tôt vendredi matin et je serai de retour dimanche soir. Bref, comme je le disais, jeudi soir, qu'est-ce que tu dis qu'on dépose Tammy chez ta mère et qu'on sorte dîner. Juste toi et moi.

"Oh chéri, ce serait merveilleux," s'exclama-t-elle, "est-ce une promesse?" Je pouvais entendre le soulagement dans sa voix maintenant.

"Ouais chérie, c'est une promesse."

"D'accord chérie, c'est un rendez-vous. Réveille-moi quand tu rentres pour que je sache que tu es bien rentré, d'accord ? »

« Et si je te laissais juste dormir chérie. Quand tu te réveilleras le matin et que tu me sentiras à tes côtés, tu sauras que je suis rentré sain et sauf.

Nous avons tous les deux ri un peu, avons échangé nos « je t'aime » et avons raccroché. J'avais vraiment besoin d'une boisson bien raide, quelques-unes en fait. J'ai appelé Sammy et lui ai demandé s'il aimerait récupérer ces boissons que je lui devais. Je lui ai dit qu'ils étaient venus avec des ficelles attachées, je peux pleurer sur son épaule toute la nuit. Il a ri et m'a dit que c'était à ça que servaient les épaules.

Sammy était assis, secouant principalement la tête avec incrédulité, alors que je lui racontais ma triste histoire. Il vivait au centre-ville et pouvait prendre un taxi pour rentrer chez lui, alors il a avalé un scotch et de l'eau après l'autre. Je voulais faire la même chose mais je devais encore rentrer chez moi en voiture donc je n'ai bu que deux verres toute la nuit, le reste du temps j'ai bu du jus d'orange ou une boisson gazeuse tout en vidant mon cœur.

Je suis rentré vers 1h du matin. Je me suis faufilé dans la maison et me suis tranquillement glissé dans mon lit. Judy avait l'air si radieuse allongée là. Un petit sourire orna son visage lorsqu'elle dut réaliser que j'étais à côté d'elle. Elle soupira et se redressa à côté de moi. En fait, j'ai chéri ce moment parce que je savais qu'il en restait très peu. D'autres larmes ont rempli mes yeux alors que je m'endormais.

Je pouvais dire le lendemain matin, au petit déjeuner, que Judy était inquiète. Essayez comme je l'ai fait, il n'y avait tout simplement aucun moyen de prétendre que tout allait bien. À chaque instant de ces derniers jours, j'ai eu l'impression que mon cœur s'arrachait lentement de ma poitrine.

Jeudi serait notre dernière nuit ensemble avant de tomber dans mon piège. Je devais le faire ou elle pourrait annuler sa petite réunion de vendredi. Toute la journée de jeudi je me suis préparé mentalement. Au moment où je suis rentré à la maison ce soir-là, j'avais le cerveau lavé en pensant que tout irait pour le mieux. C'était la seule façon dont je pouvais fonctionner.

Quand je suis rentré à la maison, Judy m'attendait avec ses salutations habituelles, sauf que cette fois, elle était exceptionnellement magnifique. En fait, couper le souffle, c'est plutôt ça, parce que c'est exactement ce qu'elle a fait, ça m'a coupé le souffle.

Je devrais être nominé pour un Oscar pour cette nuit-là. Nous sommes allés au plus beau restaurant de la ville. Après le dîner, nous sommes allés au piano-bar. Nous nous sommes assis dans une petite cabine tranquille dans le coin à côté de la fenêtre donnant sur le lac Michigan. We talked and she reaffirmed her love for me. I thought, we’ll see tomorrow.

We picked Tammy up on the way home. She was so tired she fell asleep in the car. I carried her into the house and right up to her bedroom. Judy came in and we both tucked her in. After that Judy and I went to bed. She was in the mood for love, and I knew it might be the last night I had, to make love to her.

You would think I would have had trouble keeping it up, but that was not the case. I gently started kissing her neck. She sucked in a quick, deep breath as I maneuvered my way to her breasts. I delicately sucked on her nipples, first one, then the other. She was in seventh heaven already, her body squirming with ecstasy. I slowly kissed my way down her tight stomach and stuck my tongue in her navel as my hand drifted down and, every so lightly, danced over her perfectly smooth mound. Her body tensed up and she arched her back as I moved further down, my mouth finding her clit. I teased it ever so gently, then worked my way inside of her using my tongue to bring her an earth shattering climax three times with in the span of a few minutes. I was never sure if I was that good with my tongue or it was just the way Judy’s body responded, but I never failed to get her off like that.

After a short recess allowing her to catch her breath, Judy responded by swallowing my cock. She worked it like only she could. I held off as long as I could before exploding down Judy’s throat. She moaned as she lovingly took every drop. We held each other tight and she reached down and started fondling my cock and balls. It didn’t take long before I felt life down there again. She smiled as she bent over and took me in her mouth for the second time. With in minutes Judy had me rock hard again. This time I climbed between her legs and slipped my cock deep into Judy’s warm, wet pussy. I lost count of the number of orgasms she had. After awhile I could feel myself getting ready to cum again. I picked up the pace and the force of my strokes. Judy looked into my eyes as she reached her arms around my neck. She pulled me down on top of her and held me tight as we both climaxed together. I could swear I heard fireworks.

I thought we were probably through for the night, but Judy had one more go around in her. She whispered in my ear, “If you can get it up one more time, I’ll let you take me in the ass.”

I smiled. The thought of this possibly being our last night together seemed to gave me, almost super human powers. With her help I was up and ready again in no time. Judy laid face down with a pillow propped under her stomach. I took some cum from her pussy and smeared over my cock. I leaned down and slowly pushed it in. “Oooooooh,” she cooed, “Oh yes honey, that feels sooo good.”

I closed my eyes as I rhythmically drove my cock in and out of my wife’s anus. Again she came multiple times. For the third time that night, I could feel my own orgasm building. I know the earth shook that time as I exploded with a mind shattering force.

We both collapsed in a ball of sweat and exhaustion. Judy softly pressed her lips to my ear and whispered, “my man.” With in minutes we fell asleep in each others arms.

In spite of my physical and mental exhaustion from the previous evening, my eyes opened at the crack of dawn. My first thought was of stopping time in it’s tracks. I did not want to face the day that laid a head of me. I felt as if it were the last day of my life. For several minutes I didn’t move a muscle. I stared at the ceiling still holding my entire life in my arms. I was second guessing myself now. Was I doing the right thing? I knew I could stop this from happening, all I had to do was confront her, but what about next time…..would there be a next time? How would I know, would she just be more clever the next time?

No. Even though it went against every fiber of my being, I had to go through with my plan. I had to know for sure, not only to be able to live with her, but to be able to live with myself.

I gently pulled my arm from under my tarnished goddess and carefully got out of bed. There was still two hours left before the alarm would go off and I didn’t want to wake her. I grabbed some clean clothes and went down stairs to shower. I stood under the warm relaxing spray and completely fell apart. My knees buckled, I had stayed so strong for the little play I had performed the night before, but I could no longer keep my emotions in check. I slumped in the corner of the shower and cried like a baby.

I’m not sure how long I cried, but the water was starting to cool off so took a couple deep breaths and was determined to face this day as a man, no matter how it turned out.

I toweled off, got dressed and went into the kitchen to make coffee. I walked into the living room and took the hidden camera clock down from the mantle and stuck it in the SUV. My wife never paid any attention to it and I knew she wouldn’t miss it.

I returned to the kitchen and sat at the table sipping the fresh cup of brew. I sat there staring into space while having two more cups. Finally I decided it was time to get packed. I had to make it look good for Judy. I quietly pulled my suitcase from the closet and started stuffing it with clothes.

I heard Judy starting to stir. I looked over and saw her bright face smiling as she stretched her arms up and over her head. “Mmmmmmm,” she mewed as she looked in my direction. “Good morning stud.”

I smiled back. “Hi gorgeous.”

“Last night was incredible honey. Thank you for an unbelievably fantastic evening.”

“It was fantastic for me too, honey. I thank you in return.” She closed her eyes and I could see from the smile on her face that she was remembering the passion that flowed through the two of us just a few hours ago. “So what do you have planned while I’m gone?” J'ai demandé.

“Nothing much,” she said, “I might do some shopping today. The week-end I plan on spending with Tammy. I thought we’d go to the zoo tomorrow and maybe one of the museums on Sunday.”

“Damn, sounds like a great time, I wish I didn’t have to go on this trip.”

“Well, there’s nothing that says we can’t plan another family outing next week-end,” she said.

“Then it’s a date,” I said trying, once again, to keep it together. “Listen honey, I’ve got to get going, I still have to get down to the studio and pack the equipment. The keys to the Z3 are on the dresser. Don’t wrap it around a telephone pole,” I said jokingly.

She smiled and held her arms out to give me a hug. I sat on the side of the bed and felt her naked body press against me. She planted a loving kiss on my lips. I kissed her back and said good-bye. I tip toed into Tammy’s room, gave my sleeping little girl a kiss on the cheek, and left to face what ever destiny had in mind.

Again I took Lake Shore Drive into work. It was early enough, there was very little traffic and I needed all the aesthetic distractions I could get.
Once down town I stopped at the little diner where I sometimes have breakfast. I really didn’t feel like eating, but it was going to be a long day and I didn’t know when I would get a chance to eat again.

I had already cancelled all my appointments for the day. I left the closed sign on the front door and just sat in the back room killing time.
About 9:30 am I took a deep breath, mustered all the courage I had, and told myself it was show time. I picked up my Nikon D3 digital camera. It has the capability of shooting 9, extremely sharp pictures, every second. That, along with the wireless spy cam I took from the house, should be plenty for documenting anything I need to.

I knew the little restaurant Judy was talking about. Besides Judy and Amber, Judy and I had also eaten there. The motel she spoke of was one of those cheap chain deals with the doors to all the rooms available from the outside.

Once I was there I drove around the block a couple of times trying to figure out the best place to park. I wanted a good vantage point for both the motel and the restaurant, but of course, I didn’t want Judy to spot the car. I found the perfect spot. Judy would be coming from the east and pull into the restaurant’s parking lot. She would have no reason to come this far up the street.

It wasn’t quite 11:00 yet so I had plenty of time. I left the car where it was and walked to the motel office. There was only one person on duty, a young man in his late 20’s. I was doubtful that he made a lot of money as a motel clerk, so I approached him with my bribe. I held a crisp, new $100 dollar bill in front of him and asked if he would like to earn it. Asking who he had to kill he held out his hand, palm side up. I told him it was nothing so drastic. He would probably have someone here asking for a room around 1:00 o’clock. I asked if he would give me access and a spar key to a predetermined room. He didn’t hesitate. He gave me the spare key to room 108. I took down his private cell phone number and told him I would call him when I saw them heading for the motel. That way there would be no chance of him giving the room to the wrong couple.

I walked back to the SUV and got the clock with the video spy camera that I took from the house. Again I didn’t think Judy ever even looked at it so I doubted she would recognize it in the room. I set it up on the built in dresser across from the bed. I would have all the action covered from that vantage point. The only thing left to do now was wait.

As noon approached I saw several single men enter the restaurant, but by 12:10 still no Judy. With every second that ticked by my heart jumped with excitement. Maybe she won’t show. Then Armageddon. I had a strong telephoto lens on my camera and I could see my black, Z3 turning into the parking lot. I had gotten my hopes so high only to have them dashed to pieces. I switch lenses on the camera and got ready for the show down. A little after 1:00 o’clock Judy emerged from the restaurant with a guy a half step behind her. It was Pete Jeffers! I knew the son-of-a-bitch. He worked at one of the ad agencies down town. He and I had even worked on a couple of projects together last year. He had his hand on the small of Judy’s back as they waited for traffic to clear. I called the desk clerk and told him to look out the window. The couple he saw crossing the street was the couple I was telling him about. He said he saw them and would make sure they got room 108.

I watched as they crossed the street. Judy stayed outside while Pete went in and rented the room. I notice Judy wasn’t smiling and really didn’t look like she was enjoying herself that much, but she was still there. I watched Pete lead her to the room, opened the door, and go inside. I flipped open my laptop and watched.

I watched as Judy undressed in silence. Pete couldn’t wait to throw off his clothes and left them in a rumpled mess on the floor. Judy sat on the edge of bed right in front of the camera. She didn’t look happy, she looked worried. Pete noticed it too.

“Will you relax,” he said, “ I’ve been waiting a long time to erase the memory of the first time we did this.”

I had no idea what that meant, but he did confirm they had slept together before.

“Let’s just get this over with, huh,” Judy said, “I don’t like this, not at all. We’re both taking such a big risk.”

“Oh for crying out loud, no one is going to find out. Relax will ya,” said Pete.

He laid her back on the bed and started shoving his fingers in her pussy right away. Romantic he was not. I figured I’d better get in there because it didn’t look like this was going to be a marathon session.

By the time I got to the door I could tell, by the grunting sounds, that he already had his cock inside my wife. I used my spare key to quietly unlock the door and opened it just a crack to peek inside. The mother fucker on top of my wife had his back to the door and I could see Judy had her eyes closed. I stealthily entered the room and maneuvered so I had both faces visible. I centered their images in my viewfinder and pressed on the shutter release. The camera quickly snapped off about 20 shots with a series of audible clicks.

Being a photographer’s wife I knew my wife recognized the noise immediately. Her eyes flew open and she screamed hysterically. “Don’t let me stop you,” I said in a remarkably controlled voice, “I just came to pick up a couple things. I walked to the hidden video camera on the dresser, unplugged it and walked out of the room.

Judy, in her hysteria, pushed her lover off the bed so hard he fell to the floor head first. I was already outside when Judy came running after me completely naked.

“Gary,” she cried, “wait, wait, oh God, please wait, don’t go, I have to explain,” she was frantic.

“Explain,” I said, “what is there to explain, I caught you in bed with another man.” Some movement from the open door way caught my eye and I could see Pete trying to get his pants on. I looked back into Judy’s face. It was already stained with tears and I can’t say I’ve ever seen more terror in someone’s face. At that moment I felt sorry for her, I just wanted to take her in my arms and tell her everything would be all right, that I would fix everything. But of course, I couldn’t fix this.

Just then I heard Pete’s voice yell for me to wait up. I looked back at Judy who was still standing naked in the parking lot of the motel. I told her she had better stop ass hole from coming out here. If he gets near me I won’t be responsible for what will happen. She turned and ran toward the room yelling at Pete to just stay there. By the time she turned back around I was at my car. I started the engine and pulled into the street with out looking back toward the motel. My cell phone started ringing almost immediately. I ignored it and turned it off for the time being.

My next stop was our bank. I took half of our personal savings and transferred it into my business account. On the way back into the studio I turned my phone back on and notice I had 23 missed calls. I ignored them and called my attorney. I told him what happened. He couldn’t believe it either. In addition to family legal matters, he also handled divorces. We were the one couple he was sure of. that would never be in need of his services in that respect. He was wrong. I told him to start the ball rolling for the divorce and turned the phone off again when we were done talking.

As soon as I got back to the studio I used the business phone to call and cancel our joint credit cards. I still had one strictly for business. That would suffice for now. As soon as I hung up, the business phone started to ring. I unplugged the phone from the back so I wouldn’t have to listen to it.

I figured Judy’s next move would be to come to the studio. She still had a key to the front door and I didn’t have time to get the locks changed anymore. I cursed myself for not doing that last week, but with so many other things on my mind you just can’t think of everything.

I needed a change of scenery anyway so I got into the SUV and started driving. I wasn’t sure where I was going, I only knew I had to get away for a while. I found myself in Grand Haven, Michigan outside a motel overlooking the Grand River. This was as good a place as any, I thought.

It was late and I hadn’t had anything to eat since breakfast so I wandered down to the motel restaurant. I watched young couples all around me enjoying each others company and wondered if I’d ever have another woman in my life. I doubted it. I’d probably never trust another woman again. I had my daughter. What ever happens during the divorce I’ll never forget my child. I will make sure she is a part of my life and I am a part of hers. I couldn’t even imagine Judy trying to come between us in any way. Yes, I will always have my daughter. As for ever taking another spouse, well, I thought, I’m probably going to die a lonely old man.

It had been a long day. After finishing dinner I went back up to my room. Just for curiosity sake I turned my cell phone back on. I now had 119 missed calls. She’s persistent if nothing else. I turned it back off just as it started to ring again.

I was so exhausted I laid down on the bed with my clothes still on. Now that I could let my guard down, I started to cry again. I cried myself to sleep.

Saturday, Grand Haven was a bustling place. There were art fairs all around and lots of friendly people. I walked up and down the busy streets looking at all the wonderful paintings, sculptures, and hand made jewelry. I tried to keep my mind off my troubles, but that was easier said than done.

Later that night I felt like being alone so I ordered room service and watched an old movie on the TV. I couldn’t help but think back to just a few nights ago, when I was sitting with my family and watching those Disney movies. God, it seemed like a life time ago.

Sunday morning I decided it was time to get back to Chicago. I was sure Judy had been at the studio already, looking for me and doubted she would be back since she didn’t find me. I pulled up Sunday afternoon and parked the car in the alley. I needed to keep busy. I still had some editing to do on a job I shot days ago. I cooped myself up in the back room and threw myself into my work. I hadn’t realized the time until my stomach started growling. I wasn’t in the mood for a big meal so I walked down the street to a little 24 hour greasy spoon.

By the time I got back to the studio it was after 10:00 pm. I was tired so I stripped down to my shorts and sacked out on the bed in the models dressing room. Tomorrow was Monday. I would open for business and try to get on with my life, I thought as I drifted off to sleep.

I woke up to noises. I looked around the room. It was still dark. Again I heard something. It sounded like it was coming from the shooting room. Just then I noticed the light was on in the back office. Someone had come in through the front door. My first thought, of course, was Judy. I glanced at wrist watch. It was 3:00 am. Then I heard voices, they were male voices and more than one.

Under normal circumstances I would never confront someone in this situation. Hell, I didn’t even know if they were armed. But right now I didn’t care. After everything that had happened this was just too much. I boldly walked out to the shooting room and came face to face with 5, rather large, shadowy figures. Instantly I kicked the guy in front of the pack and caught him in the right knee. He yelled out in pain. Just then I heard a familiar voice.

“Wait, Gary, hold on, no one wants to hurt you,” it was that ass hole Pete. I didn’t care how many guys he had with him, he was going down.

I turned toward the dark figure I knew to be him and smashed my right fist into the side of his head. “Ahhhhh, son of a bitch,” I heard him yell as he stumbled and went to one knee. I felt a sharp pain to the side of my back and flinched. Another man grabbed me around the neck and pulled me back while someone else hit me in the face. I knew I was done for.

Just then I heard Judy’s voice, she was screaming. “Stop, stop, you weren’t supposed to hurt him, leave him alone,” she cried. I could see her pushing and wildly hitting one of the men.

“Tell him that lady,” I heard one of the guys say.

“Damn it, Gary,” it was Pete again, I guess I didn’t break his jaw after all. Merde! “Will you just settle down, no one wants to hurt you. He went over to Judy and pulled her off of one of my assailants.

“You promised,” she said to Pete, “you promised he wouldn’t get hurt. Let him go, I’m calling this whole thing off. Let him go.”

“Sorry doll,” Pete said, “no can do, not now. We’ve gone this far, we’re going through with it.”

Judy turned and started for the phone in the back room. “I’m calling the police,” she said.

Pete grabbed her and threw her down. She screamed at the sudden act of aggression.

After being punched in the eye my sight was a little blurry but when I saw Pete push her, I reached down inside me for one more burst of strength. I broke the grip of one of the guys holding me and swung my right arm up connecting to the side of his face. “Damn it!“ he yelled. I tried struggling to my feet again, but these guys were strong. It took all of them, but they held me on my hands and knees.

I looked over to Judy. She was sprawled out on the floor crying. Pete was bending down over her and taking something from her hands. He then walked in my direction. I heard one of the guys tell Pete to hurry up. This wasn’t going like they planned. Pas du tout.

Pete knelt down in front of me. “Okay Gary, here’s how this is going to go down. You’re going to open your mouth like a good little boy, and Larry here is going to stick his cock in it. I’m going to use this nice digital camera you bought for your wife and take picture of you sucking Larry’s cock. Then you’re going to go back home to your lovely wife and daughter and forget any of this ever happened. You’re also never ever, (he emphasized those words) going to mention any of this to my wife or anyone that we know. Hear me! As long as you play by the rules, these pictures will never surface, but if you, so much as cough in my wife’s direction, I’ll use these pictures to ruin you. And you know I can do it.”

“Okay hot shot,” said the guy I presumed was Larry. He was standing in front of me holding his dick in his hand, “open up and let’s get this over with.”

“You try to stick that in my mouth and I’ll bite it in two,” I said.

The guy looked at Pete who was standing by with the camera. “This guy’s crazy,” he said, “I believe him. I’m not sticking my meat in his mouth.”

Pete bent down to face me again, “Okay jack ass,” he said to me, “have it your own way.” He looked back at Larry who was still holding his cock in his hand. “Okay stick it in his ass then, he can’t bite it off from back there.”

I heard Judy scream at the top of her lungs. “No, don’t you dare do that to him.” She ran at Pete but he stopped her cold with a slap across her face. At that moment, if I had been able to get free, Pete would have been a dead man. Judy went to the floor again in a ball of tears.

Larry circled around behind me. I felt his spittle on my small hole, then I felt him push hard inside of me and start pumping. I thought he was going to rip me apart. Pete was walking around taking one flash picture after another. Then with a grunt, it was over. The mother fucker raping me had actually climaxed and shot one string of cum after another into my rectum. You just sealed your doom, I thought.

The picture taking stopped. “Okay,” I heard Pete say, “I got enough pictures. Let’s get out of here.”

Someone was pulling my arms behind my back and I felt them snap a pair of handcuffs around my wrists. Pete spoke up. “Remember what I said there pal, you’re going to forget everything that’s happened, you’re going back to your wife and you will never tell my wife or anyone we know about this or I’ll ruin you with these.”

He threw the key to the cuffs in a corner of the room. “Here,” he said to Judy, “wait till we’ve gone, then you can uncuff him if your want.”

As soon as they left I called to Judy who was still laying on the floor in hysterics. “Judy, get that key and get these cuffs off me, hurry up.” She scurried over and felt around the floor in the dark corner. In just a few seconds she found the key and hurried over to free me. I immediately picked up the phone and called the police. I reported my rape, told them Pete Jeffers was the instigator and gave them a description of his car. I gave them the route I figured he would take home and told them he had a camera in the car with him that had photographic proof of the crime.

By now my right eye, where they punched me, was swollen almost completely shut. I knew I had DNA evidence inside my bowels and to reframe from taking a shower, even though I had an overwhelming urge to do so. Judy was still crying when the police showed up. They told me, for legal purposes, I should take an ambulance to the hospital and called one for me. Then they started to question Judy.

I told the two officers she didn’t have anything to do with it, in fact she tried several times to stop them. One of the policemen asked me, if she had nothing to do with it, why was she there, something I hadn’t even thought of in all the commotion. I looked at her as she tried to stop crying long enough to talk to the officer. I couldn’t believe she had a part in this.

The ambulance came and I was taken to the hospital while Judy was taken to the police station to give a statement. At the hospital they performed a rape kit on me and took blood to test for HIV and other STD. When I was finally released I called the police to find out what I had to do next. They told me they caught Jeffers on the way home and had the camera as evidence. Under questioning he gave up the names of the others involved as well. Then they told me something I didn’t want to hear. Judy had admitted to being a part of the plot to blackmail m

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

612 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

627 Des vues

Likes 0

Cassie et sa maman_(1)

Jo-27 ans Tracie-30 ans Cassie-9 ans Tout a commencé le jour où j'ai rencontré Tracie. Tracie travaillait à la banque locale où j'effectuais toutes mes opérations bancaires. Eh bien, Tracie et moi avons commencé à parler et avant longtemps nous avons commencé à sortir ensemble. Après quelques mois, Tracie et sa fille, Cassie, ont emménagé avec moi. Tout allait parfaitement, la vie ne pouvait pas s'améliorer, j'étais surprise. C'était durant l'été 98 et Tracey a dû emmener son père à l'hôpital. Cassie est restée avec moi, ce qui n'était pas inhabituel car nous avions souvent été seuls ensemble. J'étais déjà debout...

1.6K Des vues

Likes 0

P'tit Jazz

Je m'appelle Patrick, j'ai 21 ans et je travaille dans un magasin de détail d'électroménager, dans l'entrepôt. Cela consiste généralement en de longues journées difficiles où il faut recevoir beaucoup de stock lourd, comme des réfrigérateurs et des machines à laver, et devoir également donner aux clients leur stock. Cela devient assez fatiguant, surtout pendant les mois d'été quand il fait chaud. L'entrepôt a un deuxième niveau, où nous gardons habituellement les unités extérieures pour les climatiseurs. Étant hors de vue de la caméra et uniquement accessible à ceux qui peuvent conduire le préparateur de commandes (un type de chariot élévateur)...

891 Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

930 Des vues

Likes 1

Une soirée - Partie 4

Partie 4 Nous sortons du club et remontons l'allée jusqu'à la route principale. Je hèle un taxi noir qui passe et nous montons sur le siège. Je donne au chauffeur le nom d'une route que vous ne connaissez pas et nous partons. Tu me lances un regard interrogateur, mais je souris juste en retour, ma main se pose sur ton genou, puis glisse doucement de haut en bas sur ta cuisse, chaque coup s'aventurant un peu plus haut. Vous décidez de vous allonger sur votre siège et de profiter de la balade. Le mélange du vin que vous avez bu et...

690 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

1.8K Des vues

Likes 0

Adopté 2

Adopté la partie 2 Patty a refusé de baiser à nouveau son fils adoptif ce jour-là, aussi souvent qu'il l'a harcelée pour une autre chance de glisser sa bite apparemment toujours dure en elle chatte. Le refuser n'a pas été facile. Elle a passé la majeure partie de la soirée à baiser avec les doigts, enfermée dans sa chambre et frottant fébrilement sa chatte humide, le tout en pensant à la la joie qu'elle avait éprouvée avec l'énorme queue de son fils adoptif. Le lendemain matin, Walter est venu à la table du petit déjeuner complètement nu, avec une énorme érection...

1.8K Des vues

Likes 0

Culotte [Chapitre 1]

Cette histoire a été écrite à l'origine par scotsmitch2001 pour moi et j'ai pris son idée de base et je l'ai modifiée et développée dans cette histoire ici. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ---------------------------------------------- la culotte Chapitre 1 : Le delimme de Nick (Nick s'aventure dans la chambre de Jaclyn) Nick s'allongea sur le lit et soupira. Quand Monica a dit qu'elle n'aurait que 10 minutes pour se rafraîchir, il savait que ce serait plus long. Elle lui avait demandé de venir la chercher pour qu'ils puissent sortir déjeuner. Bien sûr, elle n'était pas encore prête, elle devait se rafraîchir. Il regarda autour de...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.