Jake, Robby et une surprise

589Report
Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected]







Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la normale. Il mesure environ 5'8 ", et a un corps plein avec des fesses manifestement fermes qui dépassent et une peau d'un blanc laiteux abritant de nombreux muscles épais. Il est assis sur la table ronde au milieu de la pièce, son short de sport en résille jaune et noir pend vers le bas et glisse de sorte que le haut de ses cuisses soit visible pendant quelques centimètres avant que le short ne reprenne sa domination masquante. Ses jambes sont similaires à ses bras, sauf qu'il est prévisible qu'elles soient plus poilues, juste ce qu'il faut pour un garçon de deuxième année. Ses cuisses, après quelques centimètres, sont assez nues, ce qui signifie qu'il n'est pas encore un homme, mais son corps en développement en est à ses derniers stades. Ses baskets Nike abîmées tombent presque et son corps se balance au rythme du blues lourd qu'il joue.
Alors qu'il sort, son ami Robby Kaplan écoute, assis sur un tabouret à quelques mètres de là, en face de Jake. Le comportement exubérant de Jake détend Robby, bien qu'il soit un enfant atypiquement détendu pour un étudiant en deuxième année de lycée. Il se sent à l'aise et passe ses longs doigts osseux dans ses cheveux courts et hérissés, s'arrêtant un instant pour examiner sa peau naturellement bronzée et ses bras presque glabres, mais sculptés. Robby a environ 5'11, mais parce qu'il est assis sur la chaise et Jake sur la table, Jake domine la silhouette élancée de Robby. Les jambes bronzées de Robby, enveloppées dans une paire de shorts cargo minces et serrés, sont croisées au niveau des chevilles, et elles sont nettement plus poilues et bronzées que celles de Jakes. Robby porte un t-shirt gris, ce qui masque presque son sex-appeal souvent discret, qui se manifeste sous la forme de son look de musicien branché. Il prend une guitare basse et complète le jeu de blues agressif de Jake, avec un regard détaché sur sa façade sérieuse et le bruit sourd de la basse se répercutant dans tout son corps. "Hey Jake, joue ça en E, nous pouvons pratiquer le blues que nous sommes censés apprendre pour un club de guitare." Jake regarde Robby pendant qu'il parle, faisant rebondir son corps de haut en bas alors qu'il continue de jouer, une explosion ininterrompue d'énergie juvénile. "J'ai compris Robby, Robby, dum dum dum, Robby, Robby." Jake chante le nom de son ami, son corps excité se convulsant légèrement. Robby sourit à Jake et retourne le riff, complimentant toujours le jeu de son ami mais laissant sa basse résonner un peu plus longtemps dans la salle de classe calme.
Jake s'arrête après quelques minutes et laisse la guitare reposer contre le mur, et lui démange la jambe gauche avec sa main gauche alors qu'il parle à Robby. "Mec, je pense vraiment que je suis foutu pour le truc de la chimie demain, je ne sais même pas ce que c'est sur l'homme, fuckkkkkkkkkkk." Il laisse traîner son dernier mot en étirant ses bras crémeux au-dessus de sa tête et en frottant ses biceps. Robby sourit, son ami panique souvent et gonfle les choses hors de proportion. « Est-ce la dernière période Jake ? Tu peux venir après l'école et nous étudierons, Max et moi avons revu les choses hier, ce n'est pas trop mal. Jake a l'air un peu soulagé et se lève pour se dégourdir les jambes. "Ouais c'est la dernière période, et merci brooooo, nous pouvons partir dans quelques minutes, je dois d'abord pisser." Jake se précipite hors de la pièce et dans la salle de bain pour aller faire pipi pendant que Robby pose sa basse et commence à faire ses bagages. Il n'est pas nerveux à l'idée que Jake vienne, ils traînent tout le temps, mais il y a quelque chose qui tremble au fond de son esprit, une certaine appréhension à l'idée que son ami soit dans sa chambre et explore ses affaires. Robby haussa les épaules, "c'est mon meilleur ami Jake", pense-t-il, se sentant un peu mieux mais toujours anxieux d'être proche de Jake quand ses parents ne sont pas à la maison. Ces sentiments ne se révèlent pas dans son comportement, il semble plus sagace que jamais.
Jake vient à la porte et fait signe à Robby de le suivre à l'extérieur. Robby s'exécute, attrapant son sac de messager et le balançant sur sa poitrine mince mais définie. Il franchit la porte et les deux garçons se dirigent vers la sortie de l'école. Jake dit au revoir et embrasse quelques jolies filles en short court, et Robby hoche simplement la tête à chacune d'entre elles, souriant mystérieusement. Ils ont fait irruption par les portes battantes comme Ulysse sur la mer Égée, et le corps confiant et fanfaron de Jake ouvre la voie à travers la foule d'enfants bavards. Une fois qu'ils ont contourné cela et commencé à marcher vers l'appartement de Robby, à environ 10 pâtés de maisons, ils recommencent à parler. Robby est un gamin honnête, même s'il est un peu réservé, et il fait confiance à Jake, alors il demande avec appréhension : « Hé Jake, as-tu déjà été avec cette fille Sara ? C'est totalement cool si vous avez été, je pense juste qu'elle est, elle est là où c'est chez l'homme. Robby rougit légèrement et évite les yeux de Jake. Jake rit et répond : "Eh bien, Robby, si ça te fait te sentir mieux, je n'ai jamais été avec elle, même si Max l'a fait, et tu as raison, putain, elle tape!" Jake rit et simule des mouvements de poussée avec ses hanches. Robby rit mais est toujours un peu gêné, mais choisit de laisser tomber pour l'instant, après tout, il n'y a aucun sens à ce qu'il dise à Jake qu'il pense un peu à Sara, surtout quand il se masturbe.
Quelques minutes plus tard, ils arrivent chez Robby. Jake transpire légèrement, conséquence de son entraînement de basket-ball tôt le matin. Ils montent à l'étage et Robby ouvre la porte, jetant ses chaussures et entrant dans sa chambre et laissant tomber son sac de livres sur le sol près du placard. Jake suit son exemple, parlant alors qu'ils se dirigent vers la chambre. « Mec, je suis battu par le basket-ball, j'aimerais pouvoir prendre une douche maintenant. Tes parents ne sont pas à la maison ? Jake s'enquiert, et Robby se dit que ça pourrait être plutôt cool d'avoir son ami sous la douche chez lui, pas dans un sens étrange ou quoi que ce soit, cela ferait probablement d'eux des amis encore plus proches. « Mec, si tu as besoin d'une douche, prends-en une, je peux te prêter des vêtements si tu en as besoin. Et non, ils ne le sont pas, tous les deux fonctionnent. Tu veux un verre, mec ? Robby se dirige vers la cuisine, laissant Jake dans sa chambre, et Jake crie un peu plus fort alors que la silhouette de Robby s'arc-boute dans le couloir du coin, « Vraiment mec ? Cela ne vous dérange pas? Mec j'ai besoin d'un changement complet de trucs, tu es sûr que c'est cool? Et ouais, apporte-moi de la vodka salope ! Jake en rit et il ne plaisante qu'à moitié. Robby crie en retour « si vous en voulez, prenez-le mec, nous en avons environ 10 bouteilles. Et je m'en fiche, prends des trucs dans mon placard. Robby aime en quelque sorte l'idée que Jake porte ses vêtements, et il se demande s'ils lui conviendraient même.
Jake retourne dans la chambre avec une tasse de jus d'orange rouge qui semble étrangement dilué. Robby regarde la tasse et sourit sournoisement à son ami et s'assied sur sa chaise de bureau. « Alors tu voulais prendre une douche ? Tiens, prends des vêtements. Robby se lève et se dirige vers son placard, sort un t-shirt, des shorts de sport et demande à Jake : « tu as aussi besoin d'un boxer mec ? Jake boit son verre avant de répondre, et rote et dit "ouais mec, ils sont en sueur et à mi-hauteur de ma fissure!" Robby laisse échapper un faux bruit de dégoût et sort une paire de boxers Quiksilver de ses tiroirs. Il tend la pile de vêtements à Jake et dit "la douche est à toi mon pote, ne mets pas trop de taches blanches sur mes murs". Il rit et Jake pose le verre et frappe légèrement l'épaule de Robby. "Tais-toi Robby, je vais repeindre la salle de bain si je veux aussi!" Il sourit et ferme la porte de la salle de bain derrière lui, laissant Robby seul dans sa chambre.
Robby rit, il connaît bien la personnalité exagérée de Jake et sait qu'une grande partie de ce qu'il dit est une posture masculine idiote et de la bravade. Néanmoins, il trouve curieusement juste de plaisanter avec Jake à propos de choses sexuelles. Robby frotte ses doigts longs et fins l'un contre l'autre, un peu ennuyé et excité aussi, souhaitant pouvoir se faufiler rapidement avant que Jake n'ait fini. « Hey Jake », Robby frappe contre la porte de la salle de bain pour attirer l'attention de son ami, « et si vous peigniez la salle de bain et je m'occupe de mes affaires ici ? » La voix de Robby tremble un peu, il est nerveux à l'idée de demander ça. L'eau coule dans la salle de bain et Jake crie dessus pour se faire entendre. "Chill Robby, je serai dehors dans une minute de toute façon, je ne vais pas vraiment en sortir un dans ta douche mec." Jake rit et une minute plus tard, Robby entend que l'eau se coupe. La poignée de la porte de la salle de bain tourne et Robby lève les yeux de sa position sur la chaise de bureau pour voir Jake sortir avec juste un boxer, tenant ses autres vêtements dans ses bras. Il propose une explication : « Il fait chaud ici et cette chemise est trop petite. » Robby jette un coup d'œil au corps luisant de Jake pendant une fraction de seconde, mais parvient à s'en sortir et se dirige vers son placard. Jake enfile le short que Robby lui a prêté et se procure une autre chemise dans la pile. Maintenant habillé, Jake se laisse tomber sur le lit de Robby avec ses jambes écartées, "Mec, je m'ennuie tellement, je ne veux pas du tout étudier pour ce test, et mes mains sont trop douloureuses pour me coincer plus." Robby rit : "Eh bien, ils n'ont probablement pas trop mal pour autre chose, espèce de horndog." Jake sait de quoi il parle et lance à Robby un sale sourire narquois depuis le lit. « Wow, regardez ça, Robby se détend enfin et parle un peu ! Quel que soit le mec, tu es celui qui bat probablement Sara tous les soirs. Robby rougit abondamment et est incapable de regarder Jake dans les yeux. Après une minute de rire de Jake, Robby regarde son ami dans les yeux et dit doucement: "Regarde, Jake, c'est probablement vrai, je pense à elle tout le temps, ne te moque pas de moi mec."
Jake fait une pause après cela, ne sachant pas comment réagir. Robby est son meilleur ami, mais son instinct le plus bas est de se moquer de lui en premier. "Vraiment? Je veux dire, vraiment Robby ? Je ne savais pas que tu aimais son homme, je pensais que tu voulais juste la marteler. Voulez-vous que j'essaye de vous brancher un de ces jours ? Je veux dire, tu as une chance avec elle, tu as déjà couché avec Charlotte et elles sont comme les meilleures amies. Robby se retourne finalement vers Jake, se sentant toujours assez mal à l'aise, et parvient à sourire d'un air penaud. « Euh, eh bien, hein, ouais, je l'aime beaucoup Jake, elle est si mignonne et jolie. J'apprécierais vraiment que vous fassiez ça, je n'aurais aucune idée de comment vous rembourser. Et Jake, je veux toujours la marteler. Robby sourit à cela, et Jake hoche la tête en retour, sachant à quel point le corps tout en courbes de Sara est sexuellement attrayant. Robby se lève de la chaise et attrape son ordinateur portable, assis sur le bord du lit. « Mec, je veux te montrer quelque chose. Tu sais comment Max est sorti un peu avec Sara ? Eh bien, elle lui a envoyé des photos, euh, intéressantes. Jake sourit, sachant ce que Robby implique, et il se précipite vers l'endroit où se trouve Robby et regarde par-dessus son épaule.
Robby clique sur quelques boutons et une photo de Sara, une superbe fille aux cheveux noirs, apparaît à l'écran. Elle ne porte pas de haut ni de soutien-gorge et elle a un string bleu clair qui couvre à peine sa chatte vierge et serrée. Robby parcourt quelques photos, une de Sara penchée et une autre en train de lécher une sucette. Les yeux de Jake sont figés sur l'écran, et après une minute, il parvient à parler. "Robby, j'aime Max en ce moment, ces photos sont si chaudes. Vous branlez-vous sérieusement tout le temps ? Je ne te blâme pas mec. Jake frotte ses cuisses sur son short, devenant assez excité, et ses bras lisses caressent ses cuisses musclées alors qu'il regarde l'écran. Robby regarde Jake pendant qu'il parle, sachant que son ami est aussi excité que lui. « Mec, elle est juste, wow, chaque fois que je les regarde, je deviens folle. Et oui, à peu près tous les soirs, je peux te les envoyer pour que tu puisses aussi mec. Wow, à quel point sommes-nous jaloux de Max ? C'est un connard tellement chanceux, je pense qu'elle l'a même fait sauter plusieurs fois. Robby gémit en prononçant le mot "soufflé", le jaloux suintant de ses pores, et Jake rit. Jake est plus ouvert à ce genre de choses en général, bien que Robby soit étonnamment détendu parce qu'il parle de son béguin, ce qu'il ne peut généralement pas faire librement.
Jake se penche en arrière sur le lit et Robby tire sa chaise de bureau jusqu'au pied de celle-ci, afin que Robby puisse rechercher le short de Jake, s'il était si enclin. Jake répond méthodiquement pour une fois, prenant son temps pour choisir ses mots. "Eh bien, je ne suis pas jaloux de lui, j'ai eu beaucoup de filles, même si Sara a l'air assez incroyable sur ces photos mec. Je n'ai jamais entendu cette rumeur selon laquelle elle l'aurait fait sauter, mais si vous le dites, c'est probablement vrai. Hé Robby, est-ce juste moi ou est-ce que regarder ces putains de trucs t'a excité aussi ? Jake rougit un peu, mais parvient à retrouver son air confiant. Robby rit "Ouais, ouais, je suis excité Jake, mais toi aussi, alors peu importe. Je me demande comment Max l'a amenée à le faire. J'ai entendu une rumeur selon laquelle il était, vous savez, grand là-bas. C'était peut-être ça ? Je ne sais pas, est-ce qu'un énorme excite vraiment une fille à ce point ? » Robby rougit maintenant, les questions sexuelles lui conviennent, mais demander à son ami des choses sur les pénis est trop gênant pour que son esprit nerveux puisse les gérer sans rire.
Jake n'est pas déconcerté par la question de Robby et pose ses adorables mains sur ses cuisses, cherchant une excuse pour jouer avec lui-même dès que possible, alors qu'il répond. "Mec, je ne sais pas à ce sujet, nous sommes dans l'équipe de tennis ensemble, et d'après ce que j'ai vu, son package est à peu près moyen." Jake rougit en disant cela et se sent obligé d'ajouter un additif pour justifier sa déclaration. "Vous savez, parce que l'équipe se douche ensemble et tout ça, pas à cause de trucs bizarres. Mais ouais, je ne sais pas mec, je veux dire, les mines sont évidemment énormes, mais je ne pense pas que les filles s'en soucient à moins que ce ne soit vraiment petit ou vraiment grand, tu sais ? Robby rit et met ses pieds sur le lit, alors ils touchent presque Jakes. « Non, je comprends, vraiment ? Alors je suppose que ce n'est pas à cause de ça. Vous aimez, vraiment comparer, dans les vestiaires ? Max est assez arrogant cependant, ne vous attendriez-vous pas à ce qu'il en emporte un gros? Et tais-toi Jake, je n'ai pas besoin de t'entendre te vanter de ton... équipement. Jake laisse ses pieds glisser un peu plus, donc ils ne sont qu'à quelques centimètres de ceux de Robby. Il aime l'idée d'être proche de son ami. "Ouais mec, on se douche tous ensemble, c'est naturel qu'on se compare. Je veux dire, 20 mecs nus, il y aura forcément de la concurrence. Et Max parle d'un gros jeu, mais tout n'est que paroles. Je me souviens de la première fois que je l'ai vu, je me suis moqué de lui parce qu'il était une garce si arrogante et qu'il avait un outil de taille normale. Moi par contre... » Jake rit pour lui-même et jette à Robby un autre regard légèrement arrogant. "Peu importe Jake, peu importe, au moins je sais que Max est tout bavard, ça me fait me sentir mieux, et tu parles probablement trop mec, tu es tellement arrogant. Mais ça va, je te pardonne si tu peux me mettre en contact avec Sara et elle m'aide à jouir. Robby rit et Jake se joint à lui, les deux garçons se délectant de la sexualité adolescente brute qu'ils se sentent si à l'aise d'exprimer.
À ce stade, aucun des garçons n'est consciemment conscient de ses instincts les plus bas et n'est enclin à aucune pensée sexuelle à propos de l'autre. Certes, ils ont tous les deux évoqué une image mentale de Max lorsqu'ils parlaient de lui, et Robby a imaginé celle de Jake lorsqu'il s'en vantait, mais c'est à peu près tout. Une flamme vacillante.
Jake décide qu'il est excité et il n'a aucun problème à transmettre ces sentiments à son ami. « Fais-moi confiance Robby, fais-moi confiance, mon arrogance est justifiée, fais-moi confiance. Et pas de problème mec, ça va arriver, Robby va en obtenir de Sara, Robby va en obtenir de Sara ! Jake réprimande légèrement son ami et continue de parler: "Mec, je suis tellement excité, tu n'as pas de porno par ici?" Robby est à la fois choqué et ravi, et il répond : "Mec, j'ai hâte, si ça arrive, je t'aimerai pour toujours Jake. Et euh, du porno ? Euh, eh bien, vous savez, nous avons ces photos de Sara, mais pourquoi ? Il y a deux gars ici mec. Jake sourit et ajuste un peu son short pour s'adapter à son pénis encore mou. "Ça va arriver Robby, tu vois," Jake déplace l'ordinateur pour que Robby puisse clairement voir une photo de Sara se penchant et léchant une sucette, "Elle va te faire jouir dans sa bouche mec. Et ouais, putain, je sais que tu es excitée aussi, pourquoi ne nous branlerions-nous pas ? Prenez un oreiller et cachez vos déchets ! » Jake prend un oreiller derrière le lit de Robby et le lui lance. Il prend un autre oreiller pour lui-même et plie ses jambes et place l'oreiller sur son entrejambe. « Ça va avec toi Robby ? » Robby est nerveux, mais prêt à suivre l'exemple de ses amis. C'est un lit queen size, et Robby saute sur le lit et s'allonge à côté de Jake, à environ 5 pieds de lui, les deux garçons faisant face à l'ordinateur ouvert montrant la même photo séduisante de Sara.
Robby sourit à Jake et commence à parler par de courtes phrases haletantes: "Mec, je suis tellement nerveux, ce n'est pas comme si je me branlais habituellement avec un autre gars à côté de moi. Quoi qu'il en soit, je vais suivre votre exemple, ne me montrez pas que Little Jake va bien ? » Robby force un sourire sur son visage, son cœur s'emballe d'impatience. Jake rit, il ne veut pas le sortir devant Robby de toute façon, parce qu'il n'est vraiment pas sûr de la taille de son pénis. La main de Jake glisse sous l'oreiller et probablement aussi sous son short. Robby se souvient de quelque chose et lance un regard noir à Jake. "Mec, tu portes mon short, ne le mets pas trop en désordre ou quoi que ce soit." Jake rit : "Je vais essayer de ne pas trop essayer, mais je ne fais aucune promesse. Hé Robby, quelle est la taille du tien de toute façon ? » Robby regarde Jake, étonné qu'il ait l'audace de demander ça. « Euh, euh, exc, wai, quoi ? Mec, je ne réponds pas à ça. Jake rit. « Mec, chatte, je parie que la tienne mesure 2 pouces dans une bonne journée ! » Cette conversation excite les deux garçons et Robby glisse ses doigts minces sous l'oreiller qui recouvre également son entrejambe.
Robby engage Jake dans des plaisanteries plus stupides. « Écoute Jake, tu n'as aucune idée de la taille de la mienne, et ce n'est pas comme si tu allais le découvrir, je vais garder cette information pour les lèvres douces et humides de Sara. En plus, c'est définitivement plus gros que le tien. Jake haleta à cela, riant un peu. "Mec, si tu en es si sûr, alors comparons déjà nos paquets et voyons qui est vraiment le plus gros, à moins bien sûr que tu aies peur!" Robby sourit mais devient un peu nerveux, ce n'est pas comme si son meilleur ami le défiait tous les jours de sortir sa bite. Jake est nerveux aussi, mais il le soulage en parlant plus. "Puuusssyyyy, allez Robby, nous sommes amis, c'est cool." Robby rit et pense qu'il peut rencontrer Jake à mi-chemin en enlevant sa chemise, ce qu'il fait, lentement et sensuellement, révélant une poitrine bronzée et maigre mais tonique et des mamelons durs. « Heureux maintenant Jake ? Tu peux voir la moitié de moi nue. Jake sourit et fait la même chose que Robby, frottant ses tétons après avoir enlevé sa chemise. « Ahhh c'est rafraîchissant, et putain de Robby, tes mamelons sont déjà durs, tu dois vraiment avoir envie de te branler mec. Allez mec, comparons, je veux voir à quel point tu es plus petit que moi ! Robby est pris entre la nervosité de son esprit et l'excitation de son pénis, et ne sait pas quoi faire. « Shhh Jake, laisse tomber, je ne sais pas, ça me semble bizarre. Au moins, je suis probablement plus gros que Max, n'est-ce pas ? » Robby regarde Jake et baisse les yeux sur sa poitrine lisse avant de le regarder dans les yeux. « Je ne connais pas Robby, es-tu plus grand que 6 pouces ? C'est moyen et c'est comme ça que Max est gros, cette petite merde stupide. " Jake rit et regarde Robby, curieux de la réponse. « Eh bien, euh, ouais, je pense au moins, n'est-ce pas ? » Jake laisse ses doigts glisser plus loin sur son short et en dessous, "putain ouais je suis Robby!"
Robby reste silencieux pendant une minute ou deux alors qu'il se concentre intensément sur l'image érotique de Sara à l'écran. Sa main bouge discrètement d'abord à l'intérieur de son short, mais ensuite le rythme commence à s'accélérer et une expression tordue stagne sur son visage. « Hé Jake, tu t'amuses là-bas ? Robby dit de briser le silence et Jake répond: "Oh mec ouais mec, c'est incroyable, je suis dur comme de la pierre et je pense à Sara qui me chevauche et gémit." Robby laisse échapper un doux gémissement par accident. « Désolé mec, bonne image mentale, je suppose. Je suis dur aussi. Jake rit et hoche la tête en signe d'approbation avant de glisser son short de sport jusqu'aux chevilles avec son boxer. Les jambes et le bas des cuisses de Jake sont entièrement visibles pour Robby, et seule une région de deux pieds au-dessus de son entrejambe est couverte par son oreiller, servant de barrière assez fragile. Le manque de protestation de Robby signale son acceptation de ce que Jake vient de faire, et Jake continue de battre, encore plus vite et plus intensément maintenant. Robby pense qu'il pourrait aussi bien suivre l'exemple de Jake, et il est trop excité pour penser le contraire. Il enlève aussi son short et son boxer, les laissant reposer sur ses chevilles. Il laisse échapper un soupir, "ah, c'est tellement rafraîchissant Jake, bon appel mec, et j'aime me regarder me branler aussi." Jake rit. « Ouais Robby, c'est toujours amusant de voir ce qui se passe là-bas. Tu penses aussi à Sara ? Robby gémit d'accord. "Oh mon Dieu Jake ouais je le suis, je pense à elle en train de sucer ma bite et mes couilles et de me branler. Mec, je suis tellement excitée en ce moment. L'esprit de Robby est obsédé par la photo de Sara, déformant son sens du jugement, bien qu'il n'en soit pas conscient.
Jake pense que Robby est tellement excité qu'il peut lui demander n'importe quoi et s'en tirer. « Hé Robby, je me demandais, ne panique pas avec moi maintenant, mais quelle est vraiment ta taille ? Je veux dire, je sais que tu es plus petit que moi, mais je me demande si tu es plus grand que Max ou pas. Robby interrompt sa concentration pour répondre à Jake. « Mec, je te dis que je ne mesure pas, je veux dire, si tu veux voir je vais te montrer je suppose, alors tu peux me dire si je suis plus grand que Max ou pas. Quelle est la taille du vôtre de toute façon ? Jake se raidit, surpris que Robby soit prêt à le faire, et il devient un peu timide. « Euh, eh bien, tu verras à quel point le mien est gros mec, devrions-nous juste jeter les oreillers en même temps ? » Jake continue de se branler, déplaçant des regards entre la photo de Sara et les jambes de Robby. Robby jette un coup d'œil au corps nu de Jake, à peine dissimulé, et hoche la tête en accord. « Ouais, ça me va, je suppose, nous sommes juste curieux, n'est-ce pas ? Allons en même temps, un, deux, trois. Robby retire l'oreiller de son entrejambe et le jette sur le côté du lit, révélant le reste de son corps à Jake. Jake fait de même en même temps, et les deux garçons se regardent pendant que cela se produit. Robby et Jake sont tous les deux nus, et leurs bites sont enfin libres et ouvertes pour que l'autre puisse les voir. Le pénis de Robby mesure environ 7 pouces, peut-être un peu plus gros, environ 7,5 environ. Il est épais et un peu bronzé, et est légèrement incurvé vers le haut. Sa tête circoncise a une teinte rose foncé, et Robby la laisse là pour que Jake la voie, ses mains à ses côtés. Le pénis de Jake est plus petit, probablement de 6,5 pouces, et est entièrement droit avec une tête circoncise rose pâle et un joli buisson de pubis sombres. Tout son entrejambe est assez blanc et son pénis est plus léger que celui de Robby. Leurs deux sacs à balles semblent être à peu près de la même taille, bien que Jake ait un peu plus de poils sur les siens.
Jake parle le premier. « Merde Robby, wow, cette chose est bien plus grosse que je ne le pensais ! » Jake est un peu émasculé, mais il est tellement surpris par le colis de son ami qu'il ne semble pas s'en soucier. "Sérieusement mec, wow, félicitations, tu es définitivement plus grand que notre ami Max." Robby sourit, se sentant enfin confiant. "Eh bien Jake, tu parles d'un gros jeu, et le tien n'est pas vraiment petit, mais on dirait que tu ne peux plus me parler de merde à partir de maintenant. Mec, nous n'avons pas besoin d'oreillers maintenant, continuons à nous branler. J'aurais tellement aimé que Sara soit là, je la laisserais même nous faire tous les deux à la fois. Jake rougit un peu, se sentant toujours triste d'être plus petit. « Robby, tu la laisserais vraiment nous branler tous les deux à la fois ? Merci d'être si charitable mec, mais je pense que j'en ai assez. Pourtant, ce serait assez chaud, j'aimerais qu'une fille me branle maintenant aussi. Robby continue de caresser son gros pénis et répond à Jake : « Ouais, pourquoi pas ? Ça ne me dérangerait pas, c'est juste toi Jake. Oh mec, oh Sara, Sara, mm putain mec tu as raison j'ai vraiment besoin de quelqu'un pour m'aider en ce moment aussi. Robby et Jake ont tous deux une chose qui monte inconsciemment dans leur esprit, et ils envisagent tous les deux des moyens d'"aider" l'autre.
Jake brise le silence. "Man Max serait jaloux s'il voyait le nôtre, nous sommes tous les deux plus grands que lui mec. Et, vous savez, je pense juste, nous voulons tous les deux vraiment des branlettes en ce moment, n'est-ce pas ? Pourquoi pas nous, tu sais ? Nous ne le dirons jamais à personne et ce serait si bien Robby..." Robby regarde Jake, choqué au début mais quelque peu intrigué. « Ummm, Jake, tu es tellement gay. Mais, euh, je veux vraiment vraiment une branlette maintenant mec. Je ne sais pas, n'est-ce pas trop bizarre? C'est comme, ta main sur ma bite mec. Jake hausse les épaules et se rapproche de Robby. « Mec, dis-moi juste comment ça se sent, d'accord ? » Jake est à environ deux pieds de Robby, et il tend la main gauche et la laisse reposer sur la bite dure de Robby. Tout le corps de Robby frémit rapidement de plaisir et Jake laisse sa main caresser la bite de Robby de haut en bas plusieurs fois. « Alors, comment était-ce ? » Robby sourit et répond. "Wow, Jake, je me sens si gay mais c'était si bon, continue mec." Robby ferme les yeux et Jake laisse sa main secouer Robby plus rapidement maintenant, son autre main caressant son propre pénis rigide. Robby gémit plus fort maintenant et ferme les yeux. "Oh Sara, mmm Sara, branle ma grosse bite Sara, tu le veux tellement sale salope." Jake aime la façon dont il prétend que c'est son béguin, et Jake guide la main droite libre de Robby vers sa cuisse, la laissant reposer là pendant que Jake branle Robby. Robby comprend l'allusion et laisse ses doigts grimper jusqu'au pénis de Jake, frottant lentement ses couilles au début avant de glisser sur la tige et de frotter la virilité dure comme le roc de Jake.
Les garçons continuent de se branler, enfin à l'aise l'un avec l'autre et cédant complètement à leurs envies sexuelles. Jake et Robby gémissent tous les deux le nom de Sara, et ils se branlent tous les deux encore plus vite. C'est Jake qui initie la prochaine étape de l'action. « Oh mec, wow, Robby, c'est si bon, tes mains sont si douces. Tu veux me souffler mec ? Je vous rendrai la pareille. Robby rit alors que sa main continue de caresser Jake, et il y réfléchit un instant avant de simplement sourire à son ami et de se diriger vers Jake. Il est à genoux, penché, Jake est devant lui, et il commence à frotter les cuisses de Jake et à en lécher une avec sa langue avant d'atteindre ses couilles, que sa langue caresse légèrement alors que ses mains commencent à explorer la poitrine de Jake. Il prend une profonde inspiration avant que sa langue ne lèche enfin la tige de 6,5 pouces de Jake jusqu'au bout, et il la lèche et la canoodle avant de se permettre de commencer à sucer la bite de son meilleur ami. La bouche de Robby engloutit le pénis de Jake, et Jake laisse échapper une série de gémissements forts dignes d'un garçon qui se fait sucer une pipe spectaculaire par un garçon avec une langue experte. Robby continue de sucer, et il laisse sa main gauche caresser les couilles serrées de Jake tandis que la main droite frotte de haut en bas la cuisse glabre et crémeuse de Jake. Robby commence à sucer plus vite, et Jake pompe sa bite vers le haut dans la bouche ouverte de Robby pendant qu'il suce, laissant ses lèvres et sa langue sucer complètement la belle bite de Jake. La bite de Robby reste dure pendant tout cela, et Jake commence à gémir le nom de Robby au lieu de celui de Sara.
Robby aime ça et il commence à faire une gorge profonde à Jake, laissant ses doigts explorer son pubis alors qu'il parvient à sucer environ 4 pouces de la bite de Jake à la fois. Enfin, il parvient à 5 pouces à la fois, et Jake laisse échapper un énorme gémissement alors que Robby le laisse se frotter contre le toit de sa bouche en sortant. Jake se penche en avant et saute sur Robby, le repoussant dans la même position qu'il était juste. Robby caresse le dos lisse de Jake avec ses mains alors que Jake s'allonge sur lui, et il frotte les fesses douces, blanches et glabres de Jake , aimant leur douceur. Jake lèche le corps de Robby, d'abord son cou, puis ses tétons durs, puis ses abdos et enfin jusqu'à la hampe de sa bite palpitante de 7,5 pouces. Jake a un peu de mal parce que Robby est si gros, mais il parvient à commencer à lui sucer la bite avec un bon rythme, dedans et dehors, dedans et dehors. Robby gémit encore le nom de Sara, et ses jambes tremblent et bégaient légèrement alors que Jake souffle son gros pénis. Robby ne peut pas se contenir, il sait qu'il ne peut pas, son meilleur ami le suce et une photo de la fille de ses rêves nue est à trois pieds devant lui. Il continue de gémir, plus fort maintenant, caressant les cheveux soyeux et lisses de Jake. Les jambes de Jake frottent contre celles de Robby, chaque cheveu se touchant et ajoutant au sentiment d'attirance accablant que les garçons ressentent l'un pour l'autre. Jake continue de sucer la bite de Robby, laissant la tête frotter contre ses lèvres et augmentant le plaisir de Robby en le branlant avec sa main libre pendant qu'il suce. Jake suce à un rythme effréné, et les jambes de Robby tremblent vraiment maintenant, il est évident qu'il est sur le point de jouir. Il le fait savoir à Jake en frottant sa joue avec sa main et en souriant, et Jake obtient l'allusion. La langue de Jake bave partout sur la bite de 7,5 pouces de Robby, le pré-sperme suinte et Jake le lèche de manière experte.
C'est enfin ce moment. Le corps de Robby tremble et il crie "oh Sara, Sara, Sara bois mon sperme, oh Sara !!!" La première explosion de sperme fuse dans la bouche de Jake, et il l'avale rapidement pendant que ses mains reposent sur la bite et les couilles de Robby. Il continue de sucer, et la prochaine explosion jaillit dans sa bouche et il l'avale à nouveau. La troisième charge de sperme chaud de Robby jaillit de sa bite et Jake laisse tomber son menton sur la bite de Robby. Jake suce la bite de Robby jusqu'à ce qu'il finisse enfin de jouir, et il nettoie sa bite avec quelques coups de langue experts. La bite de Robby commence à tomber molle et Jake s'effondre dans les bras de ses meilleurs amis. Jake et Robby s'embrassent tendrement sur les lèvres, et Robby tient Jake dans ses bras alors que les deux garçons se sentent absolument satisfaits d'eux-mêmes et de leur amitié.









II.
Après quelques minutes de sieste et de récupération, les garçons ouvrent leurs yeux légèrement groggy, toujours allongés l'un à côté de l'autre. Robby est le premier à parler. « Jake, euh, qu'est-ce qu'on vient de faire mec ? » Jake continue de sourire, bien qu'il se sente plutôt mal à l'aise aussi. "Honnêtement Robby, je n'en ai aucune idée, mais ça faisait du bien, alors n'y réfléchissons pas trop." Jake se lève du lit et attrape son boxer, l'enfile et dit "à la réflexion mec, prenons une douche et nettoyons rapidement." Robby looks at Jake curiously-he had already came and had lost most of his libido¬-but Jake clarifies by saying “nothing weird, just to get us clean.” Robby acquiesces and hops off the bed, still naked and a bit tired from his intense orgasm. He walks toward the bathroom groggily, unsure of himself and unable to address Jake confidently. He moves the glass shower door to the side and switches on the cold water, turning around and speaks to Jake’s chest, because he is unwilling to look him in the eyes for now. “Well, we might as well shower together, we already did all…that…stuff.” Robby steps into the shower and makes room for Jake, who takes off his boxers and hops in. Jake hasn’t had the chance to cum yet, and he’s still rather horny although his boner has retreated into a half-flaccid state. He’s being deferential to Robby and not letting his horniness get the better of him, waiting until his friend is in the mood to explore their lascivious desires again.
Jake walks into the shower, careful not to touch Robby or even talk to him too much; he wants his friend to be comfortable, and that comfort will only come with gentle patience. The boys are both under the water; it drips down their slender backs and flicks away any impurities their bodies may have acquired. Jake rubs his hands through his slick hair, caressing it and refreshing himself. Robby is more subdued, only letting the water grace his matted hair as he rubs the drops of cum Jake couldn’t catch from his thighs. Robby finally says something, after both boys have soaped their respective bodies up. “That wasn’t too bad Jake, I mean, it was so weird, but at least it felt great.” Robby looks Jake in the eyes and only offers a curled smile, nearly indistinguishable in the steamy haze of the glass-encrusted shower. Robby is satisfied and content, shedding his misgivings and apprehensions while the water is suctioned away by some larger force. Jake gets out first, and hands Robby a towel as his friend steps out of the shower. Jake dries his face and hair first, letting it remain shaggy and moppy on top. He then lethargically dries his body, enjoying the intimacy of the clouded bathroom.
Robby takes his towel and lets his hair remain wet as well, the water dripping down the nape of his neck. It seems natural, their communal nakedness, and the boys barely look at each other as they dry off, feeling as though they had reached a new level of comfort with their bodies. Robby wraps his towel around his waist and walks out of the bathroom, with Jake following behind. Robby goes onto the computer, sitting at his desk chair, and Jake stands over him, his hands on Robby’s shoulders. “So Robby, whaddya think Sara would have thought of all this?” Jake laughs at his own joke, and Robby ponders the question, furrows his brow, and answers curtly: “She would have either loved it or hated it, one or the other.” Jake takes his cell phone from his discarded jeans and begins to type a text message. When Robby inquires as to whom it’s to, Jake says “I’m texting Sara, nothing about this, I’m just seeing what she’s up to, you don’t mind right?” Robby cocks his head around and gives Jake a look of both intent and understanding and says “nothing about this, at all.” Jake nods his head and plops his still naked body down on Robby’s bed, finishing up his text and waiting for a reply. Robby goes on the computer but finds nothing of interest, so he stands up and stretches, his body still glorified in its barest state.
Robby grabs a stray pair of boxers from his closet and pulls them on, and tosses another pair to Jake, “you can keep them off if you want man.” Jake doesn’t put on the boxers but covers his junk with them, only because he’s getting slightly cold. Jake’s phone vibrates and he checks it, reading the contents aloud to Robby. “Sara says she’s like two blocks away and wants to know if we can hang out, what should I say?” Robby immediately spins around, contorting his body and staring at Jake with a frantic look on his face. He’s momentarily unsure of how to respond, but manages to pull himself together and say decisively “yeah, let her come over, but we need to get dressed now! Jake I’m so nervous already, will you try to fix me up with her?” Robby talks as he grabs his jeans and shirt and throws them on haphazardly. He then goes to the mirror and messes with his hair and slides into his sneakers. All this is done before Jake can even manage to pull on the pair of boxers previously resting on top of his soft penis. Jake laughs as he pulls himself off the bed and into a pair of shorts. “Chill out Robby, just be yourself, we aren’t going to tell her what we did, and of course I’m going to try and get you guys together, just follow my leads.” Jake finishes putting on his shirt as the doorbell rings. Robby walks away from the mirror and toward the front door, with Jake loosely following, Robby’s heart beating: a Cuban drum in the midst of revolution.
Robby pulls open the door gently, unsure of what to expect. Sara is standing in the doorway, her svelte figure appearing as the door opens like a silhouetted Elijah requesting a sip from the virgin cup. At first she wears a demure visage, which morphs into bubbly affection at the sight of seeing her two friends. Her skin, tanned and almost Greek in tone, is barely shadowed by dark hairs of silk on her forearms and perfectly smooth and velvety elsewhere. A pair of dark blue jeans envelops her legs, and a black tank top is covered by a tight-fitting gray sweatshirt that drapes over her curvaceous frame. Her lustrous eyes move from Jake in the background to Robby, and she looks him over discreetly, thinking to herself that Robby really does have a great sense of style, although part of her is curious to know what his body looks like sans the superfluous garments.
Sara steps into the apartment, inhaling the air still steamy from the running shower, and smiles, almost smirks, at Robby. Jake, seeing this, scurries in front of his friend to hug Sara before she can lean in to hug Robby. Jake and Sara are good friends, and Sara, while slightly ambivalent, lets Jake squeeze her tightly. She giggles discreetly and says “wow Jake, it’s like you really missed me, I only saw you like 2 hours ago in class silly!” Sara’s eyes perk up and she gives Jake a small pat on the cheek, like an owner rewarding an obedient pup. Robby’s innate jealously flares, but he quells it by reminding himself that Jake is on his side. He waits for Jake to finish greeting Sara bombastically, when they’re done, he simply looks at her and offers a pursed smile in lieu of a more boisterous salutation. However, the intent is clear, and Sara smiles back, her lips shimmering with gloss, and her hand graces Robby’s wrist and palm as her smile changes from intimate to radiant. “So Robby, have you been keeping an eye on Jake, making sure he’s not getting into too much trouble?” Again, the same smile. Although she tries hard to subdue it, the attraction is clear, and it pains Sara to offer Robby the same smile she would deign upon any other boy. However, she persists, and shaking the specter of Robby’s allure from her mind, she regains her outward indifference.
Robby pauses before answering, and does so while looking Sara straight in the eyes. He is entranced by them: their sullen, silent gaze tinged with a warm, communal loneliness. He has to physically shake his head to break his stare, and replies in a voice of slightly feigned confidence, “oh I’m doing the best I can, but you know Jake, he can get pretty crazy.” Robby has a hard time saying this without shooting Jake a glance, which Jake returns with a mischievously evil wink. Sara, unable to catch the double entendre, nods her head in agreement, giving Jake another demeaning “humph” while innocently giggling. “Well good job Robby, it’s not always easy to keep Jake here in line. So, what do you boys want to do?” Sara’s eyes dart around the room and she walks into the living room, taking a seat on the black leather sofa. Robby and Jake follow her, and Robby sits on the couch next to Sara while Jake leans against the armchair perpendicular to the couch. Jake says “I dunno Sara, you’re the one that wanted to come over, you think of something!” Jake laughs, entertain himself mostly, and stands up and scampers into the adjacent kitchen. He calls out from inside, “hey guys, look what I found in the fridge!” Jake returns holding a six-pack of Corona beer. Robby and Sara glance at each other while Jake is talking, and Robby finds it difficult not to stare at the stunning grace of Sara’s physique. However, he restrains himself, and Sara responds to the tantalizing treat Jake has uncovered. “Eww Jake! It’s a school night! Well, if you boys have one each then I’ll have one too…” Sara lets her words trail off, unsure of whether this was the best answer, but she trusts Jake as a friend and her gut tells her Robby is a good boy, whatever that might end up meaning.

III.

Jake hands a beer each to Robby and Sara, and procures a bottle opener which he courteously uses to open all three bottles. As Robby and Sara continue their small talk, mostly about school and their friends in common, notably Max, Jake stands in front of the couch and lowers his bottle for a toast: “Well guys, here’s to having some fucking fun on a school night!” All three of them giggle, but Sara the most, and they all take swigs from their respective bottles.
Jake walks out of the room, leaving Robby and Sara alone for a moment. Robby lets out a small burp and immediately blushes, looking at Sara, trying to explain himself. “Sorry, drank a bit too fast I guess, and sorry about Jake, you know how he gets a little in your face sometimes.” Sara looks at Robby flirtatiously, twinkling her long eyelashes, examining the curvature of his visage. Subconsciously she’s constantly aware of the deep sexual passions any boy arouses in her; the thick muscles and throbbing appendages indigenous to the sex occasionally make her shiver when they seep into her perception. She’s outwardly aware of Robby’s raw sex appeal, and although she hasn’t declared to herself that she wants him, she is indisputably impressed with his physical structure. While continually smiling, she speaks, “it’s fine duuuude, it’s cute when boys burp. And don’t worry, I’ve been friends with Jake forever, I know what he’s like when he’s drunk. Soooo Robby, how are you?” During this last question Sara adjusts her body so she’s crouching on her knees on the couch, facing Robby and looking up into his eyes with a submissive expression and smacking her lips. She’s flirting for the fun of it, but she also feels sexually deprived, having just broken up with her boyfriend Ben last week. They never had sex, but they fooled around enough for her to feel a yearning to be touched by a boy again.
Robby, part flabbergasted at the way Sara is talking to him, is also a bit oblivious, assuming she’s simply being convivial. However, he is at least conscious that she appears interested in him, and this assurance leads him to answer her in a confident tone. “Not bad Sara, not bad. I’m hanging out with my best friend, which is cool, but I think I’m really good because I’m with you.” Robby blushes and stammers on: “besides, I know you think it’s cute when boys burp, but I think everything you do is cute.” Robby’s face turns a shade of vermillion and he attempts to avert her gaze by glancing around the room at various objects of little importance. As Sara is about to respond, Jake comes bursting back into the room, unaware of Robby’s previous statement and unable to sense the tension of the unresolved conversation between his two friends. The blues of the day is paused in limbo on its dominant chord, awaiting its conclusion with heightening trepidation.
Jake hops into the lounge chair and polishes off his beer. “Wooh! That was good guys, I’m pumped!” Jake lets his shorts slide halfway up his thighs, and both Sara and Robby take glances, enjoying the glimpse of his muscular, thick legs. Jake continuing to talk primarily for the sake of hearing his own voice, says, “man I need to see Charlotte soon, I haven’t fooled around with her in forever! And what ever happened to Amanda? If she and Max are over, I want a shot with her too!” Meanwhile Sara is stuck, nearly trancelike, with her eyes fixated on Robby, dying to respond to his sudden outburst of affection but unable to with Jake present. Jake continues to rant, somewhat incoherently, but Robby can’t focus on what his friend is saying. He’s yet to give much thought to their previous encounter, and it momentarily drifts out of his consciousness as his mind concentrates on his feelings for Sara. It’s Sara who speaks, devising a plan to resolve their conversation. “Hey Jake, one second, I need to go on the computer and email something to my friend, Robby can you show me how to work yours?” Sara pops up from the couch and immediately scurries toward Robby’s room, leaving the boys in the living room alone. Robby shoots Jake a look, his face still flushed, and says, “just, you know, give me some time alone with her dude, stay out here or whatever, I’m going to go for it.” Jake smiles and gives Robby a hi-five and slap on the butt as he walks past him toward the bedroom. Robby, bulging with a potent cocktail of trepidation, struts toward his bedroom, wholly unsure of what to expect. His hands are in his jean pockets, and he walks into the room trying to formulate his facial expression into a mixture of confidence and humility, depending on Sara’s reaction. Sara is sitting on Robby’s desk chair, her legs crossed and her eyes tracking Robby as he walks into the room and leans against the closet wall. He speaks to break the silence: “Look, I’m sorry about before, I was just being a bit too honest I guess, I hope this doesn’t make this awkward between us Sara, I love hanging out with you…”
Sara lets Robby talk, mostly because she’s unsure of what to say herself. After he is finished he blushes awkwardly, and she instinctively blushes as well. Although her demeanor is often one of chilled detachment and supercilious laughter, she is deeply flattered by her friend’s affection for her. However, she’s still at a loss for words, and revels momentarily in the silence, composing strings of words in her head and mulling over what she ought to do. It certainly isn’t out of the question for her to start fooling around with Robby: although she had never thought of him in “that” way, she’s aware of his physical attractiveness and is not disgusted by the idea. She thinks about what her friends might say if they found out, and what would happen if Jake walked in. This serves to calm her slightly; Jake is her good friend, and he’s probably already aware of Robby’s feelings for her. Finally she speaks: “Robby…Robby, it’s fine, it really is, I was really flattered, I just never knew you felt that way about me. I mean, I think about you sometimes and you always put a smile on my face…” Sara lets her words trail off as well; now she is the one revealing her fragmented emotions. She trusts Robby, and she’s being honest, the thought of Robby always conjures up pleasing thoughts in her mind, just never in a sexual manner, until now. Her eyes, narrowing augment the vulnerable expression explicated by her puckered lips and furrowed brow, bury their gaze deep into Robby’s eyes. His eyes are wide, almost gaping, as though they cannot believe what they are seeing. His disillusionment comes to pass as Sara stands up from the chair and walks so she is leaning against the bed, facing Robby, about four feet away from him. She lets her body slack against the bedpost, and each hand is folded inside the other. Robby steps closer, but can’t bring himself to make a move, and his feet and hands are shaking as he creeps forward. Finally he manages to blurt, in almost a whisper: “Sara, you’re beautiful.” Sara turns pink at this and springs off the bedpost, wrapping her sleek arms around Robby’s neck so her eyes are level with his lips, and leans forward. She whispers into his lips “and you’re so sexy Robby.” She draws out the words “so” and “Robby,” keeping him hanging on each syllable and nearly making his body convulse from the penetrating rhythm of the sentence. Robby allows his hands to drape around her backside, and he pulls her body into his, leaning down so his moist lips can graze hers. The first touch of lips is like the final sealant between castle walls, ensuring their everlasting union. He lets his tongue taste her lip gloss, and the passion of the kiss melodiously evolves. Their tongues caress, mixing reckless attraction with sweet abandon.
A cacophony of emotions is searing through Robby’s mind. Lust, tinged with desire and fervor, swell into a fiery amalgamation of nearly unbearable heat. He’s nearly sweating, as his lips are locked in a tender duel with a single harmonious goal. Her hands explore his backside, running her fingertips down from the nape of his neck to the edge of his boxers. She ruffles his shirt as she embraces him, sliding those smooth fingers under it and reveling in the heat emanating from his bare skin. Robby lets a barely discernable moan escape as he pauses to intake the passing air. His hands, significantly larger than Sara’s and darker, stay wrapped around her tightly, as though he is intent on never letting their lustful bind tear apart. She presses his body against him, determined to get so close as to actually feel him, to feel each breath he takes as her own. His throbbing manhood is erect inside his jeans, and Sara feels it pulsating against her waist. At the instant she becomes conscious of what is touching her, all her inhibitions burst out of a dusty corner of her mind and are released upon Robby’s body. Before he can caress her any further, her lips break away from his, the sea parted. She thrusts herself forward again, not kissing but almost thrusting her lips onto his neck, letting her tongue lick from the tip of his chin down to his protruding collarbone. She reverses course, kissing back up his neck and diverging to his ear, nibbling on the lobe before murmuring those words every boy pines to hear: “Put me on the bed Robby.”
Robby, displaying both deferential subservience and masculine assertion, complies. Sara takes small footsteps backwards as Robby’s dexterously moves with her, letting his body collapse into her until Sara falls onto the bed and sprawls herself out. Robby takes a moment to comprehend the scene that has unfolded in front of him, and pounces tenderly on top of Sara. He is careful not to cause her discomfort, and he gingerly strokes her neck with his tongue as it slides lightly, so lightly it is barely discernable, down her chest to where her shirt finally restricts his ability to embrace her uncovered skin. The encumbering article of clothing poses little problem, and Sara’s face flushes while she lets her arms rest behind her head so Robby can slide her shirt off easily. It slinks off and Robby’s eyes grow wider yet at the sight of Sara’s chest and stomach, along with her light blue bra. Her skin is absolutely unblemished, and seems to be goading him on, lassoing his judgment and reining him closer to her. Her heart is palpitating, despite her valiant attempts at upholding her outward egotism. Robby heart accelerates as well, and the two thump in confluence with each other. He has trouble containing himself, and has to pause to adjust the package in his jeans before his lips and hands descend once more down to the cavernous depths of Sara’s unexplored torso. His hands rest upon her shoulders, and her arms are still lying limply behind her head.
Robby arches his back forward and lowers his lips to hers. His legs are spread wide; he’s on his knees. He is on top of Sara in such a way that her legs lie in between his, and he is able to bend his body over so that only their lips are touching. Sara’s hands rise like phoenix ashes and tug on Robby’s hair, wrenching his body onto hers. Their chests touch, Sara’s blue bra on Robby’s t-shirt, and he immediately lets his lips canvas her neck, sliding lower so that they are now encasing her collarbone with tender, fleeting kisses.
Meanwhile, her hands, those opalescent, cajoling creatures of desire, rummage Robby’s mane of thick, silken hair. Robby’s mind, vertiginous and purged of comprehension, treks on in blind pursuit of selfless climaxes. With this release comes the expulsion of all his reservations, and his ravages her body with delicately sensual touches. She ruffles his hair as he continues to lick lower, so that her body begins to writhe in unbearable anticipation. Finally his tongue reaches the seam of her bra, and he traces the tip of it just inside the bra cup, sketching a vague outline of her supple breasts, leaving a thin trail of saliva just above the fabric covering her sumptuous chest. Sara is biting her lower lip, and a slight noise, nearly a whimper escapes: “Ro…Robby!” Robby pauses, and gazes up at her. She lifts her head up at an angle so she can look him in the eyes and her cheeks turn crimson. “Sorry,” she says, “keep going Robby.” She blows him a kiss and her head lowers to the mattress again. Robby, incredibly aroused by the innocent air Sara exudes, complies. He wipes the smirk off his lips and uses his probing fingers to slide under Sara’s bra and gently massage her now rigid nipples. Meanwhile, a rigid object trapped within the fabric of his jeans is being humped lightly against her leg, pulsating while his body undulates back and forth as he fondles her.
Sara alternates between letting out giggles and whimpers, and becomes cognizant of what is rubbing against her leg. Her body involuntarily twitches, and she presses her chest upward to bury Robby deeper into it. She wants him, she wants every part of him, doing everything to her. She feels an aching and burning inside her for him, for everything he has to offer. She’s beginning to sweat as well, and a warmth begins to radiate from the area between her legs. The first drops of a warm liquid oozes out, meshing with the fabric of her jeans, leaving them damp and emanating heat.
It would be prudent for the reader to stay conscious of Jake in the other room, as both Robby and Sara have succumbed to their desires and forgotten the impending reality. Jake knows what is going on in the other room, having heard Sara’s moans from the couch in the living room. He creeps toward the closed door, standing near the entrance and getting aroused by the noises he hears. He begins to rub himself again; he hasn’t had a chance to cum yet and he knows that he has some alone time. At first it’s simply over his shorts, but soon he plunges his hand under his shorts and begins to fiddle with his hardening penis, imagining what his friends are up to.
Behind the door, Robby, unaware of Sara’s wetness, slips his hand deftly behind her back and unhooks her bra. As he peels it off and her raw flesh is revealed in full for him to see, Sara pulls him back down and forces his arms up over his head. In his ear she whispers, “your shirt’s coming off too big boy.” She doesn’t renege, and immediately she is sliding his shirt off of him, tossing it aside. Robby’s nipples are hard as well, and she digs her fingers into his back; the sight of his bare chest excites her even more. Robby and Sara pull themselves closer to each other, and Robby’s hard nipples rub against Sara’s hard nipples as their chests touch. This goes on for a few minutes; the chest rubbing intermixed with their tongues locking together yet again. Eventually Robby breaks away and starts licking Sara’s nipples, then progressing and starting to suck on them, slightly harder, until she makes no effort to conceal her moans. Sara hands run down Robby’s chest and begin to massage the defined and bulging muscles that spread across his rib cage. She feels the small hard bumps that are his nipples, and rubs faster, grabbing onto his chest as though this could somehow bring him into her. Finally, Sara can bear no more. She pulls Robby’s head up to hers, and whispers, “I want to see it.”
Robby, surprised by her sudden outburst, is unsure of how to go about this. He replies, “should I just, take it out?” Sara nods but then changes her mind. “No, go and strip for me Robby.” Robby begrudgingly gets off the bed and stands to the side, and Sara positions herself so her legs are spread directly in front of the standing Robby. Her small, delicate hands begin exploring her own body, first by grazing over her nipples which Robby had already so passionately kissed, and then down her stomach, down to the edge of her jeans. She slides her fingers over the fabric, rubbing her thighs first, and when she realizes the extent of her wetness, she immediately becomes frantic and starts to rub herself, over her jeans, determined to feel more and more pleasure in her most sensitive area. Sara undoes her jean button and begins to rub around her panty line, feeling her tender skin and arousing herself with the though of Robby. Robby, smiling, amazed by the spectacle before his eyes, says, “here goes nothing Sara.” Sara leans up and stares at Robby’s crotch, awaiting his show. Meanwhile, Jake is still outside the door, hearing their words and continuing to stroke himself.



IV.

Robby, immobilized in limbo between the tenuous forces of insecurity and sexual carelessness, stands over the bed, watching the now panting Sara explore her virgin body. The satin of the bed sheets mingles with the tender skin of her backside, and she sways her body sideways so every uncovered inch feels itself being entangled by a Bouillabaisse of intoxicating passion. Robby’s penis has now swelled to its maximum size, and is aching to be released from the confines of his now stretched-out jeans. First he kicks his shoes off, effortlessly, and begins to rub himself. Those dark tan hands massage his firm young body, tracing down from his nipples to below his belly button. They slip under the jeans momentarily, pause to vaguely itch his masculine clump of body hair, and undo the button to his jeans. He stands trembling as Sara’s eyes pierce him in agonizing anticipation. Sara giggles to break the palpable tension. “Same time Robby?” Her eyes glimmer and he looks at her flabbergasted, unable to believe his good fortune. Robby replies, “yeah, um, sure…” His words trail off and he undoes the zipper to his jeans, both hands now inside them, ready to pull down his jeans and boxers in one motion. He waits for Sara’s command, which comes in the form of her slinking her fingers back under her jeans and undoing her zipper as well.
Robby can no longer control his shivering and tense fingers. He gets Sara’s attention with a flicker of his eyes and she focuses intently on his abdominal region. Releasing himself he thrusts his jeans and boxers down in one swoop, leaving them lying down around his knees. His engorged and firm penis finally escapes and springs upward, standing perfectly erect and at attention. Robby blushes profusely as Sara’s eyes widen and she emits a deep, sensual gasp of pleasure. “Robby, that’s so much, so much, bigger than Max’s!” Her eyes confirm her sincerity, and the increasing size of the puddle spotting the crotch of her jeans confirms her attraction. Robby, encouraged by this new piece of information and yearning to ravage Sara’s body, lets his hand slide up his thigh and begin caressing his balls and the shaft of his penis. Sa

Articles similaires

Éveil sexuel de Jennifer - Ch5 - Bain de soleil

1 suggestion Jennifer, vous souvenez-vous que j'ai mentionné un bel endroit isolé où nous pouvons aller bronzer en paix? 'Oui.' ‘Voulez-vous y aller demain ?’ 'Oh oui.' C'est assez loin des sentiers battus, alors que diriez-vous que nous louions quelques vélos pour y arriver? D'accord, mais est-ce que ça ne va pas nous faire un peu chaud et transpirer quand nous y arriverons ? Oh, oui, certainement, mais c'est le point. Cela en vaudra la peine, vous verrez. 2 Se préparer Que dois-je porter? s'est demandé Jennifer en parcourant sa garde-robe et en s'installant sur un haut court décolleté avec une minijupe...

387 Des vues

Likes 0

Partie 5_(1)

Allumez la caméra : Toni est assise au bord du lit avec Joe et moi debout de chaque côté d'elle elle caresse une bite dans chaque main à tour de rôle en les suçant et en les léchant à tour de rôle elle commence à vraiment s'y mettre alors qu'elle gémit et bâillonne à gorge profonde au fur et à mesure qu'elle continue, elle nous tire sur le lit par nos bites et nous nous mettons en position. Joe s'est allongé sur le dos et Toni à califourchon sur lui, elle a guidé son gros casque dans sa chatte humide, j'ai regardé...

439 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

55 Des vues

Likes 0

La première baise de Julia

C'est ma première histoire, alors n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! Julia était une étudiante de première année de quinze ans. Elle mesurait un peu plus de 5'2 et avait un chiffre à élimination directe. C'était une de ces petites filles rondes. Elle avait des seins de 32C et une petite taille qui se fondait dans un cul parfaitement rond. Elle avait un visage anguleux avec des lèvres pleines et une peau de couleur ivoire crémeuse. De longs cheveux châtains tombaient dans son dos. Mais sa caractéristique la plus frappante était ses yeux. Ils étaient grands...

7 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

595 Des vues

Likes 0

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

592 Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

469 Des vues

Likes 0

L'Incube_(0)

L'Incube Un vampire à Halloween rencontre son match. ATTENTION! Ce n'est pas pour les enfants. Tous les personnages ont plus de 18 ans. Aucun animal n'a été blessé lors de la production de cette histoire. Note de l'auteur : Chaque personnage dans ou référencé dans cette histoire a 16 ans ou plus. Parfois, dans la vraie vie, les gens mentent sur leur âge. De la même manière, ces personnages de l'histoire peuvent mentir sur leur âge, déclarant qu'ils ont moins de 16 ans. Mais je déclare ici et maintenant, en tant qu'auteur de cette histoire, que chaque personnage a au moins...

200 Des vues

Likes 0

Chapitre 2 Révélations

Chapitre 2 Révélations Squall marcha avec lassitude dans le Jardin, se dirigeant vers le Centre d'entraînement pour s'entraîner. Il espérait que cela l'aiderait à se réveiller, en plus il avait juste besoin de sortir de son bureau. Il s'était presque endormi à son bureau, ce qu'un commandant ne devrait pas faire. Ce ne sont que des rêves, ils finiront par disparaître. s'assura-t-il en passant devant quelques cadets qui le saluèrent en passant. Il salua sans enthousiasme en retour, souhaitant qu'ils puissent oublier qu'il était leur commandant pour une seule fois. Commandant Leonhart, s'il vous plaît venez dans mon bureau immédiatement, entendit-il...

596 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

569 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.