Notre randonnée

69Report
Notre randonnée

Une fois par mois, nous partons en randonnée dans les montagnes, c'est vraiment plus une retraite. Nous avons fait cela pendant des années, laissant nos familles et nos conjoints derrière nous pour rechercher des aventures entre frères et sœurs dans le désert, comme nous le faisions quand nous étions enfants, sauf que maintenant ce sont des aventures érotiques. Je n'aurais jamais pensé que j'apprécierais des relations sexuelles brutes et bâclées avec mon frère. Bien que parfois nous sortions simplement de la ville ou allions voir un film en appréciant la compagnie des autres. Mais notre préféré de tous les temps est les voyages dans ce petit chalet pittoresque au fond des montagnes auquel vous ne pouvez pas vous rendre en voiture. Dernièrement, nous avons tous les deux été surchargés par notre vie familiale et professionnelle. Nous avons donc convenu d'aller à notre endroit préféré ce mois-ci ; notre refuge spécial.

Pour terminer! Le jour était venu, c'était notre jour du mois. Il est venu me chercher et nous sommes montés dans son camion et avons apprécié le trajet jusqu'au canyon. La route n'était pas goudronnée pendant la plus grande partie du trajet et les cahots me faisaient vibrer d'anticipation et palpitaient encore plus profondément. C'était presque aussi séduisant que de chevaucher le siège d'une Harley atteignant des vitesses de grondement indicibles plus fortes que mon meilleur vibromasseur. Mes yeux se sont révulsés, absorbant la chaleur du soleil qui traversait la fenêtre. Mon frère a dû m'entendre gémir alors qu'il se penchait pour tirer sur mon haut fin affichant fièrement les contours de mes seins courbes. Je lui ai jeté un coup d'œil, j'ai souri et j'ai baissé les yeux pour voir le renflement dans son pantalon, sachant que c'était le début d'une érection, une grosse bite épaisse et juteuse pour moi.

Eh bien, le trajet nous a emmenés aussi loin que possible sur la route. Nous avons atteint la crique et il s'est garé sur le parking et il a garé le camion, puis s'est retourné et a dit «presque là». Nous sommes sortis du camion, avons enfilé nos chaussures de randonnée, avons attrapé les sacs et nous sommes dirigés vers le sentier. Au bout du sentier se trouvait la crique la plus douce de ces régions. Le ruisseau était à environ un demi-mille de l'endroit où nous avons laissé le camion. Aujourd'hui, l'eau était plus profonde avec un rythme plus rapide, un rythme qui défiait le sang qui coulait dans mes veines. Comme toujours, je commence d'abord la descente de l'autre côté du ruisseau avec mon frère qui regarde mon cul serré me suivre. En marchant sur l'un des rochers à mi-chemin de l'autre côté du ruisseau, j'ai perdu pied, puis j'ai glissé et je suis tombé dans l'eau glacée. Il m'a aidée à me lever et a regardé longuement mes seins sans soutien-gorge et mes mamelons durs rose foncé le fixant à travers mon haut rose pâle. Nous avons atteint l'autre côté du ruisseau et nous avons pris de grandes respirations.

Sans hésitation, il a attrapé mon poignet, m'a tiré vers lui et m'a poussé au sol, puis m'a chevauché à la taille en me frottant contre ma chatte. Il a poussé mon haut avec force, a attrapé mes seins nus en les tirant et en les tirant. Je l'ai poussé hors de moi en roulant sur lui en sentant sa bite presser contre moi alors j'ai commencé à le baiser à sec en frottant ma chatte couverte contre sa bite dure ravageuse. Il m'a poussé et nous avons commencé à dévaler la pente l'un sur l'autre jusqu'à ce que la légère pente se stabilise. À présent, je suis trempé et non pas de ma chute dans le ruisseau, mais trempé et visqueux entre les lèvres de ma chatte. J'étais tellement mouillée que l'humidité accumulée coulait à l'intérieur de mes cuisses.
« Dépêche-toi… je dois te baiser maintenant ! demandai-je.

Nous continuons vers le chalet à quelques kilomètres de plus en haut de la colline. L'air est vif et frais. Les feuilles des arbres commencent à changer de couleur. Nous avons atteint un ancien tunnel ferroviaire qui n'est plus utilisé. « Allez mon frère, faisons une pause. Faites une petite sieste ici. Il a accepté et nous sommes allés dans le tunnel juste aussi où la lumière a commencé à faiblir. Il tira la couverture de son sac et nous l'étendîmes sur le sol froid et humide. J'enlevai mon haut trempé et le lui lançai tandis que je m'allongeais sur la couverture pour l'encourager à venir vers moi. Il a attrapé et a porté mon haut à son nez et l'a senti et j'ai souri. "Sis tu sens toujours si bon, surtout quand tu es trempée de sueur érotique."

Il a brusquement retiré sa chemise et l'a jetée sur le côté avec la mienne, puis s'est mis à quatre pattes et a rampé jusqu'à moi. Ma respiration est devenue plus lourde, plus profonde et plus difficile en le regardant ramper vers moi. "Frère, baise-moi maintenant, ici!" Il laissa tomber sa tête entre mes jambes et passa son nez le long des lèvres de ma chatte encore couvertes. « Bon sang, tu sens si bon ; de plus en plus doux chaque fois que je viens vers toi. Il a continué sur mon corps en frottant sa langue humide le long de mon ventre ferme. Soutenant son corps avec ses bras, il attrapa instinctivement mes mamelons excrétants, les prit un à la fois dans sa bouche affamée. "Putain mec, lève ton cul ici frère n'arrête pas le train maintenant!" Comme je le lui ai ordonné, il s'est levé et a poussé sa langue avec force profondément dans ma bouche, m'a poussé sur la couverture.

Mes bras l'entourèrent, poussant ma poitrine nue et dodue contre sa poitrine légèrement poilue. Il se pencha et tira sur mon short, le déchirant le long de mes jambes, exposant ma fierté et ma gloire. "Putain de pute, tu es chauve, quand diable as-tu fait ça ?" Il a trébuché maladroitement pour enlever son short, n'a pas pu l'atteindre assez vite.

Quel frère ! Lui debout dans toute sa gloire nue avec sa bite dure et tremblante allongée m'appelant, j'étais au paradis. Des poils pubiens bien taillés affichant les contours solides de ses boules serrées soigneusement nichées sous sa bite. Son cadre est serré et solide. L'éclat du soleil brillait en se faufilant depuis l'ouverture des tunnels décrivant le cadre de mon frère; brillant expulsant ses meilleures caractéristiques.

« Allez-vous rester là toute la journée ? Viens me baiser, baise ta sœur. Je suis trempé, trempé pour la bite dure de mon frère. Il s'avança vers moi avec sa silhouette consommant chacun de mes souffles. Je me mets à genoux pour rencontrer sa bite dure en l'accueillant avec ma bouche ouverte. J'ai léché la glu suintante de la pointe, c'était si bon. J'ai passé ma langue le long de chaque crevasse de la base à la pointe. Assez de taquineries et de dégustations, finalement je ne consomme que la tête en enfonçant ma langue juste dans l'ouverture en goûtant la joie de ce qui allait venir. Ma langue a encerclé le bout lisse alors qu'il était dans ma bouche, je descends lentement plus loin dans sa hampe. Les veines sont évidentes alors qu'elles palpitent contre mes lèvres humides alors que je descends plus bas - il est allé plus profondément dans ma bouche. J'attrapai ses couilles et les serrai brusquement en les frottant l'une contre l'autre. Son énorme bite était profondément enfoncée dans ma bouche humide, me faisant monter les larmes aux yeux et me bâillonnant à chacune de ses poussées, il était si profondément dans ma bouche. J'ai glissé mes doigts vers son cul en tirant ses couilles avec eux et j'ai commencé à frotter son trou du cul serré. Il baise ma gorge plus fort et plus vite, je suce plus fort et j'ai commencé à piquer son cul vierge doucement et lentement pour ne pas m'éloigner de sa bite. Il commence à gémir alors que mon doigt commence à entrer et sortir de son cul alors que ma tête se balance rapidement et fort sur sa queue.

Il a pris mes cheveux et m'a guidé hors de sa queue et alors que je reculais, mes doigts ont glissé de ses couilles et ont glissé hors de son cul. Aussi décevant que ce soit, je savais ce qui allait arriver et j'ai rapidement anticipé son prochain coup. Ses doigts glissèrent à l'intérieur de ma chatte trempée et luisante dégoulinante puis trouvèrent ma bouche. Mes jus étaient aussi bons qu'il le fait toujours, ce n'est jamais une déception pour ses doigts trempés dans le jus de ma chatte de trouver ma bouche. Alors que je suçais ses doigts, il glissa sa grosse bite épaisse dans ma chatte. Je gémis en acceptant de cisailler des plaisirs lubriques. Il est lent dans son approche aujourd'hui pour ne pas jouir trop vite.

« Baise-moi ! Baise moi ! Baise ta sœur fort ! Il ramasse mes jambes et les jette sur ses épaules, forçant sa bite encore plus profondément dans ma chatte. Oh la douleur était agréablement dure. Mon corps a commencé à frissonner sous le sien et a giclé contre sa queue. Il s'est extirpé, a jeté mon cul jusqu'à sa bouche, comme si j'étais une poupée de chiffon, pour boire chaque goutte de jus qui giclait contre son visage et dans sa bouche. Il a englouti mon clitoris dans sa bouche alors que je giclais et secouais encore plus fort au contact de sa bouche larmoyante contre mon clitoris dur comme du roc. Mon corps s'est calmé avec chaque once de mon éjaculation qu'il a extraite de mon corps mou nourrissant chacun de ses désirs. Il réinsère sa bite encore plus dure dans ma chatte presque humide juste assez pour lubrifier sa queue. Il sort et entre dans mon cul. "Ton cul est tellement serré ma soeur, je vais l'ouvrir, le desserrer et te baiser vite et fort."

Il est bon… mon cul s'ouvrait davantage à chaque poussée. Il n'a pas travaillé jusqu'au moment juste une injection rapide de sa bite brûlante dans mon cul. "Putain oui, putain oui, je jouis, n'arrête pas, baise-moi frère, baise-moi plus fort!" Mon corps a commencé à vibrer contre le sien, giclant encore plus fort contre son corps qui envahissait le mien.

Après que mon corps se soit suffisamment calmé, il s'est retiré en prenant un bain rapide puis a commencé à me baiser les seins. Mes mains ont pris mes seins en coupe, léchant chaque mamelon, puis les ont enroulés autour de sa bite veinée brillante. Je regarde sa bite tremblante glisser entre mes seins. Ses balles douces et soigneusement taillées frottaient librement contre ma chair. Des gouttes de sueur tombent de son corps sur mes seins et sa queue. Le soleil scintille en éclairant les gouttelettes sur nos corps. Il avait un suintement pré-éjaculatoire de la tête de sa queue. J'ai levé la tête pour rencontrer sa queue alors qu'il poussait en avant en léchant chaque goutte de sperme et de sueur de sa queue. Il gémit "prenez tout, buvez si mon sperme savoureux ne laisse pas une goutte."

« Mets cette bite dans ma bouche. J'ai soif et je veux ton sperme. Baise ma bouche frère! Baise ma gueule !" Il a emboîté le pas en enfonçant sa bite dans ma bouche qui arrosait. Mes yeux se sont larmoyants en avalant chaque pouce un à la fois alors qu'il me les donne. J'ai sucé si fort que mes joues se sont effondrées pendant que je gémissais et que je bâillonnais en savourant sa bite salée. Il est sorti - sautant contre ma succion. Une toile de salive et de liquide pré-éjaculatoire est enfilée de ma bouche à sa bite, brisant sa connexion et tombant sur mon menton et mes seins. « Viens ici sœurette, prends-le comme la pute que tu es. Suce cette bite pour ton frère. Il force sa bite devant mes lèvres en effleurant mes dents et si profondément que je ne pouvais pas contrôler mon reflux nauséeux et je me suis étouffé avec sa bite dure. La vue de mon bâillonnement sur sa bite était tout ce qu'il fallait et il était prêt à jouir.

Il est sorti de mes lèvres verrouillées autour de sa bite en tirant son sperme chaud et collant sur tout mon visage. Il a caressé sa bite dans mon visage et j'attends avec impatience avec ma bouche ouverte. "Donne le moi. Ne t'arrête pas, tire-le sur mon visage mon frère. Il a tiré sur tout mon visage et dans ma bouche ouverte. J'ai avalé son doux sperme suintant dans ma gorge. Mes mains ont étalé le sperme sur mon visage comme de la peinture au doigt. J'ai sucé mes doigts secs puis attrapé plus de son sperme sur mes doigts et les ai mis dans sa bouche. Il les suce pour les sécher et s'effondre sur la couverture à côté de moi.

Après que nos corps se soient calmés, nous avons repris notre voyage vers la cabine. Sur le chemin, nous étions tous les deux silencieux jusqu'à ce que le silence soit rompu avec « WOW ! Tu es un sacré connard », nous nous sommes dit en synchronisation.

Articles similaires

La première baise de Julia

C'est ma première histoire, alors n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! Julia était une étudiante de première année de quinze ans. Elle mesurait un peu plus de 5'2 et avait un chiffre à élimination directe. C'était une de ces petites filles rondes. Elle avait des seins de 32C et une petite taille qui se fondait dans un cul parfaitement rond. Elle avait un visage anguleux avec des lèvres pleines et une peau de couleur ivoire crémeuse. De longs cheveux châtains tombaient dans son dos. Mais sa caractéristique la plus frappante était ses yeux. Ils étaient grands...

1 Des vues

Likes 0

Éveil sexuel de Jennifer - Ch5 - Bain de soleil

1 suggestion Jennifer, vous souvenez-vous que j'ai mentionné un bel endroit isolé où nous pouvons aller bronzer en paix? 'Oui.' ‘Voulez-vous y aller demain ?’ 'Oh oui.' C'est assez loin des sentiers battus, alors que diriez-vous que nous louions quelques vélos pour y arriver? D'accord, mais est-ce que ça ne va pas nous faire un peu chaud et transpirer quand nous y arriverons ? Oh, oui, certainement, mais c'est le point. Cela en vaudra la peine, vous verrez. 2 Se préparer Que dois-je porter? s'est demandé Jennifer en parcourant sa garde-robe et en s'installant sur un haut court décolleté avec une minijupe...

386 Des vues

Likes 0

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

590 Des vues

Likes 0

Partie 5_(1)

Allumez la caméra : Toni est assise au bord du lit avec Joe et moi debout de chaque côté d'elle elle caresse une bite dans chaque main à tour de rôle en les suçant et en les léchant à tour de rôle elle commence à vraiment s'y mettre alors qu'elle gémit et bâillonne à gorge profonde au fur et à mesure qu'elle continue, elle nous tire sur le lit par nos bites et nous nous mettons en position. Joe s'est allongé sur le dos et Toni à califourchon sur lui, elle a guidé son gros casque dans sa chatte humide, j'ai regardé...

439 Des vues

Likes 0

Partie 25 : Chaleur corporelle

Épisode II Des aventures de John et Holly Partie 25 : Chaleur corporelle Samedi matin, nous nous sommes réveillés pour constater que la chaleur était morte. Pas de chauffage en novembre signifie qu'il fait très froid dans notre appartement. Stéphanie et Sandy ne voulaient pas rester, alors elles sont allées chez un ami. Ils ne peuvent pas être là avant lundi, a déclaré Holly en raccrochant et en s'asseyant à côté de moi sur le canapé. Nous avions tous les deux des sweats. Nous pourrions profiter du froid, ai-je dit. Comment m'a demandé Holly. Chaleur corporelle ai-je dit. Quelques minutes plus...

339 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

55 Des vues

Likes 0

Pain et beurre

Note de l'auteur; Cette histoire est une romance, et le sexe se produit vers la fin. Certains pourraient ne pas l'aimer pour son manque de sévérité du fait d'autrui du début à la fin. Le poème que John partage avec Rachel ; Autumn appartient à Emily Elizabeth Dickenson, (10 décembre 1830 - 15 mai 1886). C'était une poétesse américaine. Je l'ai choisi parce que c'est mon poème préféré de l'automne et ma période préférée de l'année. Pain et beurre Beagle9690 Septembre 2019 Il a servi vingt-sept ans dans les Marines, prenant sa retraite en tant que colonel à quarante-cinq ans. Les...

595 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

568 Des vues

Likes 0

La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte...

469 Des vues

Likes 0

Le voyage à la plage_(3)

Le voyage à la plage Je ne me suis jamais considéré comme un spectateur. Je ne dirais pas que je suis moche, mais je n'ai jamais pensé que les filles parlaient de moi et je n'étais pas vraiment recherché. J'étais plus du copain gal. Je traînais toujours avec des filles, mais je ne pensais pas qu'elles s'intéressaient à moi. J'ai 15 ans, environ 5'11, 150 livres, et rien de vraiment spécial. Yeux bruns, cheveux bruns, presque entièrement moyens. J'étais plutôt en forme, grâce à ma pratique du football, et j'avais beaucoup de succès à l'école. J'étais allé jusqu'en neuvième année sans...

441 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.