La fille du maître

583Report
La fille du maître

Elle atteint le ciel, les poignets enlacés dans la poigne de liens serrés alors qu'elle se tient debout, les pieds écartés, ancrée au sol par des liens similaires. Autour de son cou se trouve la bande tendue d'un bâillon boule qui arrête sa voix et une autre bande qui tient un bandeau sur ses beaux yeux doux. Elle est attachée à 4 anneaux, deux vissés au sol, enfoncés dans les lourdes planches, tandis que l'autre paire est vissée solidement dans les lourdes poutres du toit du plafond. La lumière vacillante des bougies l'entoure et l'air doux de la nuit d'été flotte sur sa nudité.
Elle frissonne d'anticipation, ses oreilles tendant l'oreille au son du Maître s'approchant d'elle. Il bouge si légèrement, respire si doucement ; bouge avec une grâce tranquille qu'elle n'attendait pas d'un homme plus âgé et costaud jusqu'à ce qu'elle commence à le connaître. L'annonce personnelle, la découverte qu'il vivait à seulement quelques heures d'elle, et d'après les photos de son profil, réalisées en sursaut, elle l'avait vu lors de munchs ou de rassemblements de gens de la communauté kink dans la ville, des événements qu'elle, comme il y assistait parfois.


Ce fut un pur choc pour son corps, lorsqu'elle fut perdue dans le murmure du vent et de la poudrerie à l'extérieur de la fenêtre, le grand flogger s'est matérialisé à partir de rien, contactant son dos nu soudainement, tirant un halètement d'elle qui a été bloqué par la boule rouge dans sa bouche. Une deuxième fois, il siffla silencieusement dans l'air chaud, se connectant solidement avec un bruit sourd qu'elle sentit dans le bas de son dos... Finalement, elle sentit une légère perturbation dans l'air, juste au moment où le lourd fouet se connecta à nouveau avec son dos.
Alors que Maître se réchauffait au rosissement de sa peau, Son rythme s'accéléra, Sa main en mouvement constant, alors qu'Il balançait les longs fouets à brins fins d'un côté à l'autre, se connectant de gauche à droite dans un battement régulier comme un battement de cœur. Quand elle sentit tout son dos chauffer comme le jour où elle s'était endormie au soleil,
Maître s'éloigna doucement, elle entendit le lourd fouet tomber sur l'étagère. Qu'utiliserait-il ensuite ? Au cours de ses 22 ans, elle avait joué, exploré, rencontré quelques kinksters, avec qui elle avait eu une scène ou deux, mais jusqu'à la nuit où elle a rencontré et passé des heures à parler avec l'homme à la fin de la quarantaine qu'elle appelait maintenant Master, elle avait ne s'est jamais considérée comme le genre de fille soumise ou esclave dans l'âme, juste une jeune femme coquine et coquine. Elle se sentait très différemment maintenant, moins d'un an après cette première vraie rencontre...
Un fouet en nylon court et dur, la morsure coriace du chat à neuf queues, une pagaie, l'une des sangles peut-être - cuir plat, sangle, cuir tressé, la large en daim ? Peut-être que ce serait la pagaie, en forme de batte de cricket, ou l'une des boutures de frêne vert qu'il lui avait fait couper ce matin-là. Le cœur battant, elle a essayé de ne pas se perdre dans son anticipation ou de prédire cet Homme des plus imprévisibles.

Attendez-vous à ce que l'inattendu soit quelque chose qu'elle avait commencé à apprendre faisait partie de la vie avec lui, sa spontanéité, sa polyvalence pour la surprendre à bien des égards, de sorte qu'elle ne savait jamais ce qui allait suivre. Même ainsi, elle sursauta avec un cri lorsqu'il appliqua de la glace sur son dos chauffé, se déplaçant lentement de la base de son cou au pli de ses fesses tendues. Il a dessiné des formes et a zigzagué sur sa peau chauffée avec la glace jusqu'à ce qu'il atteigne sa main libre entre ses cuisses, trouvant l'humidité chaude, et écartant ses lèvres, a glissé le morceau de glace restant au fond d'elle.

Il lui tapota le dos et alla chercher quelque chose d'autre à travers la pièce. Il la laissa entendre son pas alors qu'il se tenait à sa droite, et d'un coup presque négligent, lui donna une tape dans le dos avec le petit fouet en cuir, celui avec les lanières en cuir dur qui laissaient de fines zébrures à chaque coup de ce méchant petit fouet.
Il a donné plusieurs claques rapides et dures avec cela et s'est éloigné d'un pas, puis est revenu se tenir à sa gauche, puis a reculé. Elle avait l'impression qu'elle allait s'évanouir lorsque l'interrupteur taillé dans la cendre verte est entré en contact avec ses fesses, durement. Elle a crié dans le bâillon, alors que le coup suivant frappait son dos incliné vers le haut vers son omoplate droite, puis rapidement suivi d'un angle vers le bas qui est tombé de son épaule gauche vers sa fesse droite.
Sur ses cuisses deux fois, plus sur ses fesses, les faisant brûler alors qu'elle sentait les zébrures monter sur sa peau. Sur les épaules, le milieu du dos, le bas de son dos, légèrement, la pointe frappant juste le centre de son dos là-bas.

Alors, l'entendant, le sentant bouger, Il était derrière elle. Elle sentit l'interrupteur toucher l'intérieur de sa cuisse, la surface légèrement rugueuse lorsqu'il trouva la jonction, effleurant son périnée, pressant entre ses lèvres. Elle gémit alors que sa main sursauta soudainement et que le mouvement rapide de l'effleurement fit soudainement claquer l'interrupteur vers le haut pour frapper ses lèvres humides, frappant son clitoris engorgé. Ça piquait comme tout un nid de frelons, brûlait, la laissant sentir ses lèvres gonfler, sachant que demain elle essaierait de s'asseoir à son bureau sur des lèvres contusionnées... et l'aimant pour la sensation maintenant, et les souvenirs dont elle se souviendrait demain.

Elle soupira de soulagement en entendant l'interrupteur tomber au sol vers le coin qu'elle savait être à sa gauche. Elle entendit ses vêtements alors qu'ils étaient enlevés, jetés sur la chaise près de la porte du placard, puis sentit le coup sec ! alors que sa ceinture de cuir frappait son dos, une fois, deux fois, encore et encore, haut, bas et sur ses fesses nues. Il a fait pleuvoir de longues entailles lentes avec Sa ceinture sur elle jusqu'à ce que ses jambes commencent à trembler.
Elle le sentit se déplacer près d'elle, alors que la ceinture tombait au sol et ses mains fortes de travail acharné agrippaient ses hanches alors qu'il guidait sa bite dure entre ses fesses. Elle le sentit sonder les lèvres charnues et humides de sa chatte, puis l'ouverture soudaine de son cul alors qu'il pénétrait en elle, la soulevant sur ses orteils avec la force de sa poussée.
Elle hurla de plaisir-douleur alors qu'il s'enfonçait en elle jusqu'au bout, ses couilles claquant contre sa chatte ultra-sensible. Ses mains serraient fermement alors qu'il lui frappait le cul, à plusieurs reprises, en poussant puissamment, alors que sa douleur se transformait en plaisir animal brut. Elle sentit son souffle chaud sur son dos, le sentit lui mordre les côtés doux de son cou, la marquant, faisant courir un frisson d'excitation le long de son corps jusqu'à son entrejambe. Elle sentait sa convoitise dans chaque coup puissant et puissant à l'intérieur de son corps.
Elle se sentit s'éloigner, la douleur des coups de fouet se mêlant à la plénitude de son bas-ventre. Elle sentit la dureté de son dos frotter contre sa poitrine velue alors qu'il enfonçait sa bite dure dans son cul volontaire. Il la mordit à nouveau, plus fort cette fois, puis de l'autre côté de son cou, si puissamment qu'elle se demanda s'il allait lui briser la peau avec ses dents.

Frissonnant à l'idée, le ciel que ce serait de mourir dans les bras de son Maître, alors qu'Il prenait Son plaisir de son corps.
C'était son cœur, son désir, son rêve, servir Son Un... Être à Lui pour le reste de sa vie, lui donner volontairement, joyeusement son amour, sa vie elle-même en tant qu'esclave de Lui. Son Seul et Unique, le seul Homme qu'elle ait jamais aimé, le seul qui l'ait jamais touchée, à qui elle avait donné son corps de toutes les manières, pour toujours pour Son plaisir et à Son service.
Elle jouit fort alors que la réalité la tirait de sa rêverie. Elle sentit les dernières poussées rapides et profondes en elle, les spasmes pulsés alors qu'il déversait son sperme chaud en elle. Ses doigts s'enfoncèrent dans ses hanches alors qu'il relâchait son souffle dans un long soupir alors qu'un autre spasme secouait son corps, son sperme chaud jaillissant en elle par impulsions plus lentes.
Il la serra contre lui tandis que son corps se détendait et elle le sentit adoucir son emprise sur elle.
Il tendit la main pour détacher ses poignets des chaînes suspendues aux anneaux du plafond, se pencha pour détacher ses chevilles. "Va utiliser la fille des toilettes," dit-il, "Je serai là pour t'aider à laver ton dos dans une minute."
Trébuchant vers les toilettes sur des jambes tremblantes, elle sentit une lueur chaude à l'intérieur. La découverte de soi dans ces premières conversations, sa réponse à son invitation à visiter sa grande vieille maison à la campagne le week-end prochain, et le réveil dans son esprit emporté par la trahison de son corps... Elle s'était toujours sentie moyenne, Pourtant, il a vu quelque chose de plus en elle, l'a traitée comme l'or le plus pur, mais s'est assuré qu'elle n'oubliait jamais qui était le propriétaire, ou qui lui appartenait... Il lui est revenu à l'esprit jusqu'où il l'a amenée cette première visite de week-end. , à tel point qu'elle rendit la suivante et la suivante, et la conversation le troisième week-end.
Elle s'est souvenue de l'offre qu'il lui avait faite, l'invitation à venir devenir propriétaire, à sortir de son ancienne vie de travail en ville, dans sa maison, et un travail moins stressant à seulement quelques minutes de la maison. Elle s'est souvenue de sa venue avec son pick-up après la deuxième semaine, quand elle avait travaillé sa période de préavis à son ancien travail, chargeant ses affaires dans son gros pick-up, lui tenant la porte pour elle alors qu'elle montait dans le taxi et se blottissait dans ce gros siège. Le déchargement de ses affaires, son emménagement si rapide et naturel en une semaine que cela ressemblait à un an ou plus, pas seulement sept jours, et le début du nouveau travail la semaine suivante.
Oh combien elle aimait cet homme, son match improbable qui était sans aucun doute son seul, son seul, son vrai maître ... Celui dont elle se soucierait, qui se souciait d'elle alors même qu'il libérait sa frustration sur son corps avec fouet, fouet et fouets et son corps. Il était son rêve devenu réalité. Il était le rêve qu'elle découvrait s'éveillant quotidiennement en elle-même, et alors qu'elle se tenait debout, elle toucha légèrement du bout des doigts son col, celui qui ne se détacha jamais, la marquant publiquement comme sienne pour la vie.

Articles similaires

La jeune Amy combat ses désirs.

Au cours du week-end, Amy a pensé que Max l'avait baisée. Oui, elle était sûre dans son esprit que c'était ce qui s'était passé vendredi après-midi. Max l'avait baisée. Ce n'était pas sa faute. Mais elle n'arrêtait pas d'y penser et d'y penser, et les pensées continuaient à lui faire ressentir une sensation de picotement sexuel dans ses reins, ce qui faisait que sa main s'égarait entre ses cuisses pour se frotter. Maintenant, c'était lundi après-midi, et l'école était finie. Il avait été difficile de garder sa main entre ses cuisses pendant ses cours, mais d'une manière ou d'une autre, elle...

717 Des vues

Likes 0

Kumiko - Partie 2 : Se réveiller_(0)

Encore une fois, c'est la partie 2 du repost! ______________________________________________ Introduction : Partie 2 de la série Kumiko. La partie 3 est déjà en cours d'écriture ! Plus court que le précédent mais la partie 3 est en route. Comme toujours, votez et laissez des commentaires. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------- Il se réveilla avec un frisson, notant l'obscurité dans la pièce. Ses yeux se sont rapidement adaptés à la lumière et il a vu un feu qui était sur le point de s'éteindre. Il ne se souvenait pas qu'il y avait une cheminée dans sa chambre, puis il remarqua le poids léger...

140 Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

173 Des vues

Likes 0

Esclave Étudiant_(0)

Je m'appelle John Smith. J'ai 32 ans, les cheveux bruns, environ 5 pieds 8 pouces et j'ai une bite de 15 pouces. J'enseigne les mathématiques en 10e année. J'aime mon travail à cause de tous les adolescents chauds que je vois. Il y en a une en particulier nommée Katie qui s'habille toujours comme une salope. Chemises moulantes sans soutiens-gorge et minijupes. Elle a 16 ans. Vendredi, après un examen de maths, le dernier cours de la journée, elle s'est approchée de moi après le départ de tous les élèves. Elle portait un débardeur blanc et une minijupe assez courte. Monsieur...

720 Des vues

Likes 0

The Hitchhiker Chapitre 15 - Home Sweet Home

Il était juste 23 heures passées lorsque nous sommes entrés dans mon garage, j'ai attrapé le sac de choses que j'avais apporté et je l'ai laissée entrer. J'ai dit à Alexa d'allumer les lumières du bar pendant que nous entrions et May Ann a dit: Jésus Tony, c'est magnifique . « Faites comme chez vous pendant que je range tout. » Elle s'est promenée en bas, est allée dans la véranda et a allumé la lumière extérieure pour qu'elle puisse voir la grande cour, la terrasse et la piscine. Puis elle est revenue, a regardé quelques photos et est montée...

683 Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

705 Des vues

Likes 0

Mon voyage en Californie

J'étais dans un avion, voyageant lentement au-dessus du monde et tout ce à quoi je pouvais penser était la fille que je devais rencontrer de l'autre côté En pensant à tous les messages et appels que nous avions, j'ai senti ma bite devenir dure Alors que j'ajustais lentement ma bite pour être moins visible dans mon pantalon, le capitaine monta sur le haut-parleur annonçant notre descente Quand nous avons atterri, j'ai vu à quel point la Californie était belle. Quand je suis finalement descendu de l'avion, j'ai rapidement marché jusqu'à la récupération des bagages Alors que j'attendais que mes bagages descendent...

516 Des vues

Likes 0

Ventilation

Nous étions vers 15 et 14 ans, elle serait beaucoup sous moi alors que nous avions l'ordre au point que certains penseraient que nous sortons ensemble, je ne le voyais pas différemment jusqu'à ce qu'elle soit sous moi d'une manière qui me rendrait dur et sa connaissance et ne bouge pas si vous comprenez tous cela mais comme je le disais, elle s'asseyait sur mes genoux et le remplissait et ne bougeait pas parfois elle se mettait à l'aise nous dormions dans le même lit et je dormais sur le côté et elle se retournait son cul vers moi et le...

202 Des vues

Likes 0

Adopté 2

Adopté la partie 2 Patty a refusé de baiser à nouveau son fils adoptif ce jour-là, aussi souvent qu'il l'a harcelée pour une autre chance de glisser sa bite apparemment toujours dure en elle chatte. Le refuser n'a pas été facile. Elle a passé la majeure partie de la soirée à baiser avec les doigts, enfermée dans sa chambre et frottant fébrilement sa chatte humide, le tout en pensant à la la joie qu'elle avait éprouvée avec l'énorme queue de son fils adoptif. Le lendemain matin, Walter est venu à la table du petit déjeuner complètement nu, avec une énorme érection...

741 Des vues

Likes 0

NOTRE BON MOMENT

Nous venions de rentrer de notre soirée. Mon mari James a ouvert la porte et est allé dans la cuisine pour prendre un verre pendant que j'accueille nos nouveaux amis dans notre maison. Nous avions rencontré Stacy et Brandon au bar et étions devenus amis. Stacy était une belle femme d'environ cinq pieds trois pouces, de beaux cheveux roux jusqu'à elle mais et une fille très mince. Brandon était un gars qui avait l'air très en forme, de grands cheveux bruns et une belle carrure pour lui-même. James est sorti de la cuisine, il avait sorti une bouteille de Jack pour...

686 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.