Six-Mile High Club chapitre 8

403Report
Six-Mile High Club chapitre 8

Six-Mile High Club chapitre 8

Comme il se faisait tard et qu'ils devaient être chez Tomiko pour le dîner, ils s'habillèrent et quittèrent l'école. Elle conduisait un peu comme le chauffeur de taxi qui avait emmené Miyoko et Michael de l'aéroport à l'hôtel. Soudain, Tomiko s'est arrêtée dans un parking, a coupé le contact et est sortie de la voiture comme si elle participait à une course de Stock Car, et a dû faire un arrêt au stand, avec seulement la déclaration :

"Attends ici. Je reviens tout de suite."

Elle a traversé le parking en courant jusqu'à une pharmacie. Trois minutes plus tard, elle était de retour avec un petit paquet et ils repartaient.

« Qu'est-ce qui était si important, Tomiko ?

"Mon Sensei m'a parlé d'un appareil dépilatoire qui sert principalement à enlever les poils pubiens. Quand je me suis rasé, il ne semblait pas aussi lisse qu'on aurait pu le souhaiter."

Ils arrivèrent chez elle en quarante-cinq minutes chrono. Lorsqu'ils entrèrent dans la salle à manger, la mère de Michael était assise à table, buvant un verre de vin.

"Je suis désolé que nous soyons en retard, ma tante, est-ce que mon père est en colère?"

"Je ne le saurais pas. Il n'est pas là et ton oncle non plus. Eh bien, je suppose qu'il n'y a aucune raison d'attendre le dîner plus longtemps." Dit-elle d'un ton maussade.

Elle fit signe à la femme de chambre et lui dit de commencer à servir le dîner. La femme de chambre a servi Michael en premier, en raison de la coutume japonaise selon laquelle il était l'homme. C'était une sorte de soupe de poisson.

"J'espère que tu l'aimeras Michael-san." Dit la jeune servante en souriant et en montrant ses cils.

"Il n'aime aucun poisson. Emportez-le... immédiatement." » Dit Tomiko, avec un grognement, faisant savoir à la servante qu'il lui était interdit.

"Oui mutilé. Je suis désolé, je ne savais pas."

"Fais-le c'est tout." » dit Tomiko en lui lançant un regard renfrogné.

"Oui, mutilé."

Elle déposa ensuite la soupe devant sa mère. La servante retourna précipitamment à la cuisine et revint avec de la soupe pour Tomiko et une salade pour Michael. Ils mangèrent en silence, à l'exception des grognements continus de sa mère. Michael fut surpris ; comme de temps en temps il entendait sa mère prononcer un gros mot, maudissant son père d'être si insensible.

Environ à mi-chemin de la salade, et un très bon ; vin blanc corsé; L'oncle de Michael et son père sont entrés par la porte d'entrée en riant de quelque chose qui n'était pas privilégié pour le reste de la famille.

"Merci de m'avoir appelé et de m'avoir fait savoir que tu allais être en retard, ma chère." » dit sarcastiquement la mère de Michael à son père.

"Je suis désolé, j'ai perdu la notion du temps."

"Oh, bon, le dîner est prêt." Dit son oncle. "Mangeons mon frère, je suis affamé."

Après cela, ils mangèrent en silence. A la fin du dîner, Michael s'excusa, souhaitant à tous une bonne soirée, et quitta la maison par la porte du jardin. Lorsqu'il est arrivé dans la cachette au sommet de la colline, Tomiko est sortie de la salle de bain, vêtue d'une culotte en satin noir, d'un t-shirt qui disait "PARTY GIRL" et de bas montants. Elle passa ses bras autour de lui et dit :

"Michael, tu penses que la femme de chambre qui nous a servi le dîner est mignonne ?"

"Je ne l'ai pas regardée", dit-il, un petit mensonge blanc sur les lèvres. « Je ne me souviens pas ; pourquoi ?

"Je pense que je devrai dire à mon père de la renvoyer."

"Pourquoi ferais-tu ça?"

"Je pense qu'elle t'aime bien Michael."

"Ne fais pas ça Tomiko. Je n'ai aucun sentiment pour elle. La pauvre fille essaie juste de plaire à tout le monde. Tu n'es pas si méchant, n'est-ce pas ?"

"Non... mais si jamais elle te regarde à nouveau de cette façon... eh bien, disons simplement que ce sera la dernière fois."

"Jalouse d'une si gentille petite fille. Ne fais pas ça. Tu es la seule fille au monde pour moi ; honnête."

"Je ne dirai rien à mon père, mais juste pour toi... Michael. Est-ce que tu aimes ma culotte ?"

Elle commença à se frotter contre lui comme un chaton en quête d'affection. En se baissant, elle frotta sa main contre son aine. Quand son pénis commença à devenir dur, elle dit :

"Mmm, tu aimes ma culotte."

Elle lui prit la main et le conduisit dans la chambre. Elle l'a fait se tenir près du lit et s'est agenouillé par terre devant lui. Après avoir baissé son pantalon et ses sous-vêtements, Tomiko a commencé à lui caresser la bite. Elle le repoussa ensuite doucement jusqu'à ce qu'il soit assis sur le côté du lit. Elle posa sa bouche sur son pénis et le suça durement.

Michael était presque prêt à jouir, quand ils entendirent quelqu'un frapper à la porte d'entrée. Tomiko lui a dit de répondre et lui a dit de ne pas laisser qui que ce soit entrer dans la salle de bain. Michael remonta son pantalon et enfila son t-shirt, marchant lentement vers la porte, s'attendant au pire. Lorsqu'il ouvrit la porte, il trouva sa mère en train de pleurer.

"Qu'est-ce qui ne va pas maman, pourquoi pleures-tu ?"

"Votre père me met tellement en colère."

Elle entra et se dirigea vers la salle de bain.

"J'ai besoin de mouchoirs Michael."

"Il y en a sur la table de bout à côté du canapé. Viens ici et assieds-toi."

Elle lui dit que son père avait beaucoup changé depuis leur arrivée au Japon. Elle soupçonnait qu'il avait peut-être une liaison et voulait que Michael le suive. Il lui expliqua qu'il ne serait pas un espion pour elle, ni pour son père d'ailleurs. Il n'était pas le genre de fils à s'impliquer dans les conflits conjugaux de ses parents.

Michael lui a suggéré de confronter son père à ses soupçons et d'en parler. La conversation a duré une heure, jusqu'au départ de sa mère. Lorsqu'il frappa à la porte de la salle de bain, Tomiko jeta un coup d'œil.

"Est-ce qu'elle est partie?"

"Oui enfin."

"Allez Michael, allons au lit. J'ai mal aux fesses à force d'être assis sur le siège dur des toilettes. S'il te plaît, masse-le pour moi."

Ils se mirent au lit. Tomiko était allongée sur le ventre et Michael lui frottait les fesses comme demandé. Alors que sa main glissait sur les monticules parfaits, un doigt glissait parfois entre ses joues, touchant son trou du cul, et plus bas jusqu'à ses lèvres vaginales gonflées. Elle gémit et souleva ses hanches pour établir plus de contact.

En glissant un doigt dans sa chatte, il sentit qu'elle était mouillée et qu'il en voulait plus. Se déplaçant sur elle, il glissa sa bite dans son vagin. Elle tourna la tête et le regarda en souriant, un sourire inexplicable. Elle était sexy et prête à faire tout ce qu'il voulait. Tomiko était la compagne parfaite, même si elle était sa cousine.

"Ooooooo, tu es si bon pour moi." Elle gémit en venant asperger son aine de son jus.

"Tu es parfait pour moi aussi. Je n'aurai jamais d'autre femme de ma vie."

Après qu'elle soit revenue; il la serra fort. Allongés l'un à côté de l'autre, ils se regardèrent profondément dans les yeux.

"Nous ne pouvons plus faire confiance à l'intimité de cet endroit, Michael. Nous devrons trouver un endroit plus isolé. Nous verrons cela demain. Il y a un bel hôtel qui s'appelle le Sabashi Omi Hotel à Osaka. Il est à l'écart, et ce n'est pas trop cher.

Plusieurs de mes copines à l’école y emmènent leurs amis hommes. Le commis de jour ne pose aucune question et je prendrai les dispositions nécessaires. Je pense que je devrais y aller maintenant. Je te verrai demain matin."

Elle se pencha et lui donna un long baiser prolongé. Michael a touché ses seins ; puis glissa une main vers sa chatte dégoulinante. Alors qu'ils s'embrassaient et qu'il la palpait, elle dit :

"Eh bien, je suppose que je n'ai pas besoin d'y aller... pour l'instant."

Alors qu'il était sur le dos, elle a rampé sur lui et s'est posée sur sa queue, glissant lentement, alors qu'elle disparaissait dans son vagin. Elle se déplaçait comme une petite fille sur un cheval à bascule en bois, mais très lentement et très méthodiquement. Ses yeux se fermèrent alors qu'elle se penchait et posait ses mains chaudes sur sa poitrine. Michael tendit la main et prit ses deux seins dans ses mains, les serrant.

Elle commença à bouger un peu plus vite, à mesure que l'intensité augmentait entre eux. Il lui fallut presque une heure pour atteindre un aperçu d'excitation sexuelle totale, et elle le chevauchait maintenant comme une star du rodéo essayant de rester sur son cheval.

Sentant le sperme s'accumuler dans ses couilles, il attrapa ses hanches et poussa son bassin vers le haut, l'empalant et la faisant gémir. Les yeux de Tomiko étaient toujours fermés et tout, sauf sa quête d'orgasme, était exclu de son esprit.

De son angle, il pouvait la voir bouger très rapidement de haut en bas, tandis que sa chatte enfermait son pénis, puis remontait, le laissant presque échapper à sa captivité chaude et humide. Elle a continué cela pendant encore plusieurs minutes, jusqu'à ce qu'il soit témoin d'un jet de sperme coulant le long de sa bite, sur son entrejambe et ses couilles. C'était merveilleux, mais ce n'était pas son sperme. Tomiko a eu un orgasme tumultueux et était tombée en avant sur la poitrine de Michael, respirant comme si elle avait terminé troisième au marathon de Los Angeles.

Elle n'a pas bougé. La seule façon pour lui de savoir qu'elle était encore en vie était sa respiration et la vibration de son vagin autour de sa queue. Il faisait frais et ils étaient tous les deux mouillés, alors il a tiré les couvertures dessus. Michael savait qu'elle ne voulait pas rester jusqu'au matin, alors il resta là à regarder l'horloge.

Comme il n'avait pas encore joui, son pénis était encore dur et blotti au fond de sa chatte. Lentement, il remonta ses hanches, la baisant lentement. Il ne fallut pas longtemps pour qu'il se bouscule aussi fort qu'il le pouvait pour tenter d'apporter un certain soulagement à son désir refoulé. Elle était enfin réveillée et commença à bouger plus vite, l'aidant à la baiser.

"Michael... Oh... Michael... tu le fais si bien pour moi. S'il te plaît, ne me quitte jamais. Je ne pouvais plus continuer, maintenant que je sais pourquoi je suis née."

C'est finalement arrivé. Ils jouirent tous les deux en même temps, se serrant l'un l'autre dans un accès de passion et de désir, leurs fluides se mélangeant dans son vagin.

La bouche de Michael était sur son cou, la suçant alors qu'elle émettait un cri presque indétectable. Il la tenait fermement dans ses bras, tandis que son pénis flasque glissait lentement de son vagin serré.

"Non. Ne le retire pas encore." Elle lui murmura à l'oreille, sa langue suivant ses mots, perçant son oreille dans une faible tentative de susciter une fois de plus l'excitation de Michael. Elle n'était pas entièrement satisfaite et il ferait tout pour ne pas la décevoir.

Michael s'éloigna d'elle, ignorant ses plaintes. Il la retourna sur le dos puis descendit rapidement entre ses jambes, posant sa bouche sur sa chatte et commença à sucer fort. Son clitoris était gonflé et plus gros que tous les autres qu'il avait jamais vu. Il devait mesurer un demi-pouce de long et être très rigide, comme un petit pénis. Son monticule était exempt de poils et glissant avec leurs fluides. Michael allait faire appel à sa magie et il savait qu'elle était prête pour le spectacle.

Il n'a fallu que trois minutes à Tomiko pour jouir à nouveau. Son visage avait l'impression d'être sous une pluie battante de ses délicieux fluides. La douleur d'où elle lui tirait les cheveux ; était étrangement satisfaisant car il savait qu'il la faisait se sentir bien.

D'après ses expériences passées, Michael était conscient qu'il était sur le point de réaliser une percée sexuelle qui lui donnerait envie de lui pour toujours. Il a continué à sucer et à lécher jusqu'à ce qu'il entende un claquement dans son vagin, rappelant les orgasmes de Miyoko. Elle lâcha ensuite ses cheveux et retomba sur l'oreiller moelleux, ses bras tombant sur le côté, sans force.

Il sortit du lit et alla dans la salle de bain chercher une serviette. Après s'être séché, il revint vers elle et sécha son magnifique corps. Elle n'a pas bougé. Il était une heure du matin lorsque son petit compagnon d'amour reprit enfin connaissance.

"Quelle heure est-il Michael ?" elle gémit.

"Un peu après une heure."

"Je suppose que je ferais mieux d'y aller." » dit-elle à contrecœur.

"Probablement une bonne idée."

Elle s'assit sur le côté du lit, regardant le sol, les mains posées sur ses genoux. Quelques minutes plus tard, elle se leva, hésitant un peu, puis se dirigea lentement vers la salle de bain. Michael entendit l'eau couler dans l'évier pendant une minute ; puis partez. Elle est sortie quelques minutes plus tard, entièrement habillée et s'est approchée du lit. Elle se pencha et embrassa ses lèvres engourdies et dit :

"Bonne nuit Michael. Je te verrai au petit-déjeuner."

"Bonjour, Tomiko, et joyeux anniversaire."

"Merci Michael et merci pour ce fabuleux cadeau."

Le matin arriva rapidement et Michael se tira à contrecœur du lit. Prenant une douche rapide et se brossant les dents, il s'habilla et alors qu'il s'apprêtait à franchir la porte de la maison principale, le téléphone sonna. Michael l'a ramassé et a dit :

"Bonjour?"

"Bonjour mon amoureux. Voudrais-tu une belle pipe ou un peu de ma chatte chaude et humide ?" Murmura Tomiko.

"Qui est-ce?" demanda Michael avec un sourire.

"Ce n'est pas drôle Michael," dit brusquement Tomiko. "Viens ici et prends ton petit déjeuner. Tout le monde attend."

Lui disant qu'il était en route, il rit et raccrocha. Il était huit heures et il y avait une légère brise venant de l'océan. Alors que Michael passait devant l'étang de Koi, il pensait à la façon dont les derniers jours avaient changé sa vie pour toujours.

Tandis qu'il entrait dans la maison et s'asseyait à table, tout le monde parlait de la fête et de ce qu'il restait à faire. La jolie servante lui versa une tasse de café, gardant un œil vigilant sur Tomiko pendant qu'elle versait. Il y avait un pichet de jus d'orange fraîchement pressé sur la table. Lorsque Michael l'attrapa, il entendit la voix de Tomiko.

"Je vais le chercher Michael-san."

Elle lui versa du jus alors qu'il était assis là à la regarder. Elle était belle, et elle portait un kimono traditionnel de Geisha blanc et or et avait les cheveux relevés, avec de longues épingles argentées dedans. Au-dessus de sa tête se trouvait un peigne à cheveux argenté. La seule différence entre son apparence et celle d'une Geisha était que Tomiko n'avait pas de maquillage blanc sur son visage. Le père de Michael, qui était assis à sa droite, dit :

"C'est ce que tout vrai Japonais devrait rechercher chez une femme."

"Père, je suis désolé mais j'ai déjà trouvé l'amour de ma vie et je suis extrêmement heureux avec elle."

Michael vit Tomiko sourire alors qu'elle se dirigeait vers la cuisine. Elle savait qu'il parlait d'elle.

"Oncle, pourquoi Tomiko sert-elle le petit-déjeuner le jour de son anniversaire ?"

"C'est une coutume que ma femme a commencée quand les filles étaient le petit Michael. La personne qui fête l'anniversaire sert le petit-déjeuner en remerciant les parents de leur avoir permis de naître."

Tomiko revint ensuite avec le petit-déjeuner de Michael. Elle a demandé,

« As-tu bien dormi Michael-san ?

"Très bien Tomiko. Merci."

" Michael-san, mon Sensei m'a donné des billets pour le spectacle de Kabuki de demain soir. Pensez-vous que vous aimeriez y aller ? Les billets sont pour le dernier spectacle de la soirée. Il commence à dix heures et dure environ trois heures. . Est-ce que ce sera trop tard pour toi ?

"Non, ce n'est pas trop tard. Je peux toujours faire une sieste pendant la journée, avant de partir."

"Oh... j'ai toujours voulu voir le Kabuki." Dit sa mère. "Pensez-vous qu'il y a plus de billets disponibles ?"

"Non, ils sont complets, ma tante, mais si tu le souhaites, je trouverai des billets pour toi et ton oncle pour la prochaine représentation possible."

"Ce serait merveilleux. Merci Tomiko."

"Michael-san, c'est une belle journée. Voudrais-tu faire un tour en voiture le long de la côte et peut-être t'allonger au soleil ou aller nager ? Le bulletin météo indique que l'eau est inhabituellement chaude pour la saison."

"Ta fête a lieu ce soir, ma fille. Je veux que tu sois là à l'heure."

"Nous reviendrons dans bien des temps, Père. Je veux que Michael-san profite de ses vacances autant que possible."

À neuf heures trente, Tomiko monta dans sa chambre et se changea. Elle portait un short blanc et un chemisier bleu clair qui montrait un peu son ventre, des chaussures de course blanches et des bas blancs jusqu'aux genoux.

Michel est retourné à la maison d'hôtes et a récupéré un short, puis l'a rencontrée à sa voiture. Ils décollèrent et se dirigèrent vers Osaka. Elle s'est garée sur le parking arrière de l'hôtel Sabashi Omi. Elle lui a dit de l'accompagner et ils sont entrés dans l'hôtel par la porte arrière.

Au bureau d'inscription, elle demande "Kingi". L'employé de service se rendit dans l'arrière-boutique et quelques secondes plus tard, Kinji sortit.

"Nous vous avons été recommandés par ma camarade de classe, Yatsumi Yakamoto. Elle a dit que vous prendriez soin de nos besoins. Nous aimerions quelque chose à l'arrière, à l'écart."

"Pour aujourd'hui seulement ?"

"Non. Jusqu'au 28 avril. Est-ce que cela peut être arrangé ?"

"Cela ferait vingt-quatre jours à soixante-quatre dollars américains par jour, plus vingt dollars par jour pour... des manipulations spéciales, dit Kingi en vérifiant sa calculatrice une seconde fois. Cela fait deux mille seize dollars. Est-ce que ça ira ? "

"Ce sera parfait." Dit Tomiko en ouvrant son sac à main et en retirant une enveloppe avec un sourire. Après avoir compté l'argent, elle a demandé :

"Est-ce que la chambre est prête maintenant ?"

"Oui bien sûr. Chambre 2106. Si vous souhaitez éviter le hall, il y a un ascenseur au fond du couloir, à côté de la porte arrière. Votre carte-clé l'activera. Dites bonjour à Yatsumi de ma part."

"Je te remercierai."

Ils retournèrent dans le couloir et trouvèrent l'ascenseur. Cela les a emmenés au vingt et unième étage. La chambre 2106 n'était qu'à dix pieds de l'ascenseur. Quand ils sont entrés, Tomiko a regardé autour de lui et a dit :

"Maintenant, c'est un peu plus privé que la maison d'hôtes, n'est-ce pas Michael ?"

"Oui. C'est très agréable et très privé. Tomiko... Je veux aider à payer la chambre. C'est juste."

"Ne soyez pas stupide. L'argent venait de la Burusera. Je n'ai pas vraiment travaillé pour cela. En plus," dit-elle avec un sourire narquois, "j'en aurai pour mon argent."

Sur ce, Tomiko ôta ses chaussures et ses bas, son haut bleu et son short blanc. Elle n'avait plus que sa culotte et son soutien-gorge. Elle a ensuite rampé sur le lit et a regardé sérieusement Michael dans les yeux.

"Viens ici Michael, je te veux."

Michael se déshabilla rapidement en boxer et monta sur le lit. Prenant Tomiko dans ses bras, il l'embrassa longuement et profondément. Elle a sucé sa langue dans sa bouche et l'a traitée comme si elle lui suçait la bite. Il découvrit qu'elle avait des talents encore inconnus. Ils n'avaient jamais tenté le 69 auparavant, mais lorsque Michael l'a suggéré, elle a souri et a hoché la tête.

Il ôta son caleçon tandis que Tomiko faisait glisser sa culotte le long de ses jambes galbées. Elle les laissa tomber par terre et demanda ce qu'elle devait faire. Il lui a dit que comme il était plus grand, il serait sur le dos et qu'elle devrait être sur lui, la tête vers ses pieds. Lorsqu'ils furent en position, il sentit sa bouche couvrir son pénis et, avec ses mains berçant ses fesses, elle commença à le sucer. La langue de Michael trouva sa fente et lécha puis aspira son clitoris et ses lèvres. Elle gémit de plaisir et suça encore plus fort.

Ils étaient impliqués depuis environ quinze minutes, lorsqu'elle arrêta tout mouvement et dit :

"Oh mon Dieu Michael, ça arrive."

Quelques secondes plus tard, ses ongles l'ont enfoncé dans les fesses et une épaisse décharge crémeuse est sortie de sa chatte. Son hésitation momentanée était terminée et elle continua à traire sa bite avec sa bouche, pendant qu'il restait là à la lécher légèrement.

Peu de temps après, le sentiment qu'il appréciait le plus ; a commencé dans son dos puis jusqu'à ses couilles. Au fur et à mesure qu'ils se resserraient, ses jambes commençaient à picoter et son sperme jaillissait dans sa bouche. En quelques jours de pratique, elle était devenue une experte et avalait son sperme avec facilité. Elle se retourna ensuite lentement et se glissa dans ses bras.

"Michael, veux-tu m'emmener à Disneyland ?"

"A Tokyo ?"

"Non ; en Californie."

"Quand?"

"Quand je viendrai en Californie… pour vivre avec toi."

"Tu veux revenir avec moi en Californie ? Ce serait merveilleux, mais que dirait ton père ?"

"Rien. Il sait que je veux aller dans une bonne université et que tu vis près de UCLA. Personne ne sait que tu as rompu avec Lisa, alors ils penseront que je vis là-bas avec vous deux. Elle est la parfait chaperon "inexistant". Je peux aller à l'école et toi tu peux travailler, et nous pouvons faire l'amour matin et soir. Qu'en penses-tu ?"

"Ça a l'air génial. Pensez-vous que ça marchera ?"

"Euh huh. J'enverrai un e-mail à mon père plusieurs fois par semaine et je lui dirai à quel point j'aime Lisa et quelle personne merveilleuse elle est ; et comment nous sommes devenus de bons amis. Je lui dirai à quel point mes études se passent bien. et les choses que nous faisons tous les trois ensemble. Cependant, en réalité, je serai ta petite amie, ta cousine. Je crois que ce sera merveilleux, et quand tu m'emmèneras à nouveau à Disneyland, je m'assoirai sur tes genoux et tu pourras vraiment me sentir. en haut."

L'idée que Tomiko rentre chez elle avec Michael était merveilleuse. Elle serait la partenaire idéale. Il n’y aurait jamais de plaintes concernant les enfants ou le mariage. Pour elle, à un niveau supérieur, ils étaient déjà mariés, et il savait qu'elle en était heureuse.

"Michael, tu voudrais me baiser dans les fesses ?"

"Je n'y ai jamais pensé."

"Eh bien, si jamais tu le veux, dis-le-moi. Tu sais qu'il n'y a rien que je ne ferai pas pour toi."

"Pas maintenant, mais je veux te baiser. Voudrais-tu que je te baise la chatte ?"

"Ohhh oui Michael… s'il te plaît, fais-le-moi."

Elle s'allongea sur le dos alors qu'il se déplaçait entre ses jambes. Avant que Michael ne puisse guider sa bite dans son vagin, elle avait déjà enroulé ses jambes autour des siennes et avait ses mains sur son dos. En glissant sa bite en elle, elle dit :

"Merci d'être un amant si merveilleux Michael. S'il te plaît, fais-le-moi très fort."

Ils firent l'amour encore une heure ; puis je me suis endormi nu dans les bras l'un de l'autre. Lorsqu'ils se réveillèrent vers deux heures, ils firent à nouveau l'amour. Elle était prête à tout et ne se plaignait jamais de ce qu'il faisait.

Pendant qu'ils baisaient, il glissa son doigt profondément dans son trou du cul. Elle lui a dit qu'elle aimait ça et qu'elle devait pousser plus fort. Peut-être qu'il ferait ce qu'elle lui suggérait et lui baiserait les fesses, un jour.

Il n'y avait pas de douche, car l'hôtel s'adressait principalement aux couples japonais. Il y avait un endroit où un couple pouvait se savonner, puis après un rinçage complet, ils entraient dans une grande baignoire et se trempaient. Tomiko a lavé le pénis et les testicules de Michael, lentement et avec amour. Michael s'est souvenu d'une scène d'un film d'Eddie Murphy intitulé "Coming to America", où une situation similaire s'est produite. Alors qu'elle commençait à caresser sa bite, celle-ci redevint dure. Elle sourit imperceptiblement, sachant qu'elle connaissait la plupart des méthodes pour l'exciter.

Michael a à son tour savonné avec amour Tomiko, glissant ses mains sur tout son corps ferme, se concentrant sur ses succulents seins ; ses mamelons deviennent durs et pointent du doigt. Sa main descendit vers son ventre, puis vers son monticule lisse, restant là, lavant son entrejambe, ses jambes écartées appréciant ses mouvements ; ses bras autour de son cou.

Alors qu'il glissait un doigt savonneux dans son alcôve anale ; elle gémit face à son invasion amoureuse et l'embrassa, glissant sa langue dans sa bouche. Ils se suçaient la langue par intermittence, augmentant mutuellement leur niveau d'urgence sexuelle.

Rapidement, ils se rinçèrent et entrèrent dans la baignoire encastrée. Michael s'assit sur une petite marche et Tomiko rampa sur ses genoux, lui faisant face. Ils continuèrent à s'embrasser tandis que Tomiko se penchait et saisissait le pénis de Michael. Lorsqu'elle glissa le membre dur dans son vagin serré, ils gémirent tous les deux dans un état d'extase qu'ils attendaient l'un de l'autre.

Elle ne perdit pas de temps et commença à reculer, son instinct naturel prenant le dessus ; putain de Michael comme si c'était peut-être la dernière fois qu'ils seraient ensemble.

Michael n'avait jamais fait l'amour dans l'eau auparavant et appréciait cette nouvelle sensation. Il savait maintenant pourquoi tant de gens en Californie possédaient un spa. Alors que Tomiko était en quête de satisfaction, Michael s'est senti obligé de l'aider et a commencé à lui sucer les seins. Elle lui répétait encore et encore qu'elle l'aimait, alors qu'elle bougeait plus vite sur ses genoux, sa petite chatte serrée agrippant sa queue dans une prise serrée ; l'eau éclaboussant tout autour d'eux.

Elle pouvait ressentir une légère douleur dans son dos, sachant que c'était le début d'un orgasme bouleversant. Elle était dans un dilemme, incertaine de ce qu'elle pouvait faire pour prolonger le plaisir pour eux deux. Alors que son orgasme commençait, elle perdit toute pensée, posa sa tête sur l'épaule de Michael et le serra fort, les larmes coulant de ses yeux, alors qu'elle sanglotait à son oreille.

"Qu'est-ce qui ne va pas bébé ? Dis-moi pourquoi tu pleures.

"Il n'y a rien de mal, bien au contraire. Je t'aime tellement. Tu me fais me sentir parfait."

"Tu es parfaite", dit Michael en l'embrassant.

"Je me sens mal d'avoir été si impliqué dans le plaisir que tu as procuré, je ne t'ai pas aidé à jouir. Asseyez-vous sur le bord de la baignoire, tout de suite Michael."

Alors qu'il sortait de l'eau chaude, l'air frais l'accueillit. Suivant les instructions de Tomiko, Michael s'assit sur le bord de la baignoire, les jambes grandes ouvertes. Tomiko se glissa entre ses cuisses, la sensation de son corps mouillé l'excitant. Prenant son pénis, elle entra et le lécha.

"Tu n'es pas obligé de faire ça bébé. Je vais bien."

"Je ne fais rien parce que je dois le faire Michael", dit-elle alors que sa langue léchait toute la longueur de son pénis, de ses testicules à sa tête bulbeuse. "Tu sais que j'aime te faire ça. Je pense que je l'apprécie autant que toi. Maintenant, reste tranquille et laisse-moi le faire."

Tomiko commença à sucer, ses fossettes et ses belles lèvres gonflées le rendant plus érigé que d'habitude. Souvent, lorsqu'ils étaient au restaurant, Michael se contentait de regarder ses lèvres, connaissant le plaisir qu'elles apportaient à sa queue.

Il était excité et son pénis devenait en érection. Lorsqu'il le lui disait, elle s'excusait, car elle ne pouvait rien faire pour lui à ce moment-là. Une fois qu'ils sont montés dans sa voiture, elle lui a suggéré de conduire pour pouvoir le sucer.

Il a refusé, affirmant que cela pourrait être dangereux ; quand il se souvenait de Darlene en train de sucer Mac ; et Mac tirant sur le trottoir lors d'un arrêt d'urgence. Il était perdu dans le plaisir qu'elle lui procurait avec sa belle bouche. En quelques minutes, il sut qu'il était sur le point de jouir, tout comme Tomiko. Elle leva ses jambes sur ses épaules et tendit la main pour lui tenir les fesses.

Sa succion régulière a porté ses fruits, lorsque Michael a commencé à lui injecter du sperme dans la bouche, baignant sa langue avec le liquide salé brillant et doux-amer. Elle prenait goût à sa crème, comme une personne affamée de quoi que ce soit pour remplir son ventre vide.

Elle détestait presque avaler ce délicieux liquide, tant le goût était merveilleux, juste sur sa langue. Elle l'a fait tourner autour de sa bouche, comme elle l'avait fait avec son bain de bouche, sauf que son sperme était beaucoup plus savoureux, puis elle l'a lentement avalé.

"Mmmmmmmm. Elle gémit.

Michael a failli s'évanouir, mais il a tenu bon. Tomiko l'a ramené dans l'eau pour le rincer. Il savait que c'était à propos, car il se sentait comme un torchon usé. Au bout d'un moment, ils sortirent de la baignoire, se séchèrent, puis s'habillèrent et quittèrent l'hôtel.

Comme Tomiko mourait de faim, ils se sont arrêtés et ont déjeuné dans un restaurant avec une terrasse extérieure. Elle ne cessait de souligner les nuages ​​et leurs formes. Elle était étonnée, car la plupart d'entre eux ressemblaient au pénis de Michael. Michael est resté assis là et a regardé ses lèvres et ses fossettes, sans rien dire mais voulant dire à tout le monde qu'il y a vingt minutes, elle avait ces belles lèvres sur sa queue.

De retour à la maison, elle est allée dans sa chambre pour se changer et Michael s'est rendu à la maison d'hôtes. La fête devait commencer à six heures.

A suivre... le dernier chapitre.

Articles similaires

Liens familiaux (2)

J'ai retiré ma bite de Stéphanie et je me suis assise. Stéphanie s'est assise sur ses genoux et m'a regardé. Je la regardai dans la lueur de son écran d'ordinateur. J'ai regardé son corps nu jusqu'à la petite piscine qui se vidait lentement de sa chatte. Une petite flaque de nos jus d'amour. Eh bien... dis-je. Je ferais mieux d'aller au lit. Tu m'as épuisé. « Ouais. J'ai cet effet sur les gens. Dit-elle. Je tendis la main et la fis courir le long de son bras. Je me suis rapproché et lui ai donné un baiser. Je te verrai demain...

1.5K Des vues

Likes 0

Domination papa noir

Scott Clair détestait sa blancheur. Il n'était pas capable de l'articuler exactement de cette façon; il prétendait accepter sa nature soumise et son désir irrésistible de servir la race noire. S'il avait été un peu plus conscient de lui-même, un peu plus introspectif, il aurait pu décrire avec précision sa haine de soi comme découlant de son besoin inhérent de se sentir supérieur. La blancheur était sa maladie, amplifiée par un complexe napoléonien aux proportions énormes compte tenu de sa taille de 5'1. Il souffrait d'un narcissisme extraordinaire. Dans son esprit délirant, l'univers lui devait des excuses pour sa taille et...

1.4K Des vues

Likes 0

LA DOULEUR : tome 1

J'ai quitté le travail tard et j'ai commencé à rentrer chez moi et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à l'homme que j'ai surpris en train de masterbating dans sa chambre d'hôtel alors que je le rencontrais par erreur alors que je faisais mon travail. Je suis entré en pensant que la pièce était vide pour le voir entièrement nu et penché sur un magazine porno sur son lit, semblant éjaculer sur les draps que je devrais changer. il avait environ 28 ans et son corps était en sueur et rouge alors qu'il pompait du sperme partout avec une main...

1.2K Des vues

Likes 0

Garde d'enfants avec Tara pt.1

Si tu m'avais dit il y a 3 mois que je serais chez ma meilleure amie, allongé nu dans son lit avec elle après une nuit complète de sexe, je t'aurais probablement frappé au visage et fait en sorte que tu n'aies jamais le nez droit encore. Et pourtant, c'est là que je me suis retrouvé il y a environ une semaine, tenant son corps chaud dans mes bras alors qu'elle s'éloignait lentement du sommeil, nos corps enlacés. Mais, je prends de l'avance sur moi-même. Tout a commencé il y a environ 2 semaines. Mon amie Tara et moi faisions du...

1.4K Des vues

Likes 0

Ventilation

Nous étions vers 15 et 14 ans, elle serait beaucoup sous moi alors que nous avions l'ordre au point que certains penseraient que nous sortons ensemble, je ne le voyais pas différemment jusqu'à ce qu'elle soit sous moi d'une manière qui me rendrait dur et sa connaissance et ne bouge pas si vous comprenez tous cela mais comme je le disais, elle s'asseyait sur mes genoux et le remplissait et ne bougeait pas parfois elle se mettait à l'aise nous dormions dans le même lit et je dormais sur le côté et elle se retournait son cul vers moi et le...

1.2K Des vues

Likes 0

La façon dont je l'ai rêvé, partie 2, chapitre 15

Kishimoto est un homme et propriétaire de la série Naruto. Maintenant, veuillez LIRE . . . . . . Voici le début de la partie 2 Écrit par Dragon des Enfers Révisé par Evildart17/Darkcloud75 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx La façon dont je l'ai rêvé Partie 2 Chapitre 15 Cinq ans plus tard C'était un bel après-midi qui avait l'air de se transformer rapidement en une averse bientôt; cependant, les trois personnages dans la forêt s'en fichaient. Une silhouette se cachait dans un buisson essayant de ne pas être détectée alors qu'il espionnait tranquillement les deux autres silhouettes, il essayait de ne pas bouger ou...

1.1K Des vues

Likes 0

Sharon est la propriété de pt 2, après le prom_(2)

Sharon branlait Billy alors qu'il parlait à Cindy sur son téléphone portable, c'était le lendemain du bal et il était 15 heures. Sharon et Billy avaient passé presque tout le temps au lit. Elle a même demandé à son père, George, de leur apporter le petit-déjeuner au lit pendant qu'elle continuait à sucer Billy. La nuit dernière, Billy était rentré à la maison super excité parce qu'il n'avait été branlé que par Cindy dans la limousine, rien d'autre. Donc, étant la bonne salope sexuelle, Sharon attendait dans le lit de Billy portant son ensemble soutien-gorge et culotte rose préféré. Il a...

1K Des vues

Likes 0

Lonely Julie Chapitre 12 Dernier chapitre

Chapitre 12 Julie solitaire Dernier chapitre Lorsque les 11 ans, Mandy et Timmy se sont dirigés vers la plage, Julie et Sally sont allées avec les garçons de 14 ans, Terry et Hank, qui était le frère de Mandy. Les filles ont enlevé leurs t-shirts et leurs shorts et ont dit aux garçons d'enlever leurs shorts alors que tout le monde se déplaçait nu dans la cabine. Terry et Hank avaient tous les deux un pénis dur avant que leur short ne tombe - être avec deux belles femmes de 29 ans et être nus était tout simplement un rêve pour...

1.3K Des vues

Likes 0

La première baise de Julia

C'est ma première histoire, alors n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ! Julia était une étudiante de première année de quinze ans. Elle mesurait un peu plus de 5'2 et avait un chiffre à élimination directe. C'était une de ces petites filles rondes. Elle avait des seins de 32C et une petite taille qui se fondait dans un cul parfaitement rond. Elle avait un visage anguleux avec des lèvres pleines et une peau de couleur ivoire crémeuse. De longs cheveux châtains tombaient dans son dos. Mais sa caractéristique la plus frappante était ses yeux. Ils étaient grands...

1.2K Des vues

Likes 0

Une journée avec mon ami

Je gémis doucement en me sentant me réveiller, bâillai et regardai l'horloge avec mes yeux embrumés, le sommeil un compagnon insaisissable et pourtant tout aussi difficile à éliminer. 9h30, hein ? pensai-je, pensant évidemment que je pourrais me reposer un peu plus. Cependant, lorsque j'ai vu la date sur l'écran numérique de ma montre - samedi - j'ai pratiquement sauté de mon lit et couru vers ma salle de bain. J'ai eu la chance d'avoir trouvé un travail décent et un appartement avec les commodités d'une maison, quoique plus petite. Je ne dirais pas que j'étais aisé, mais au moins je...

997 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.