The Rogue's Harem Livre 1, Chapitre 2 : Le plaisir coquin de Catgirl

463Report
The Rogue's Harem Livre 1, Chapitre 2 : Le plaisir coquin de Catgirl

Le harem des voleurs
Livre un : Les femmes sensuelles de Rogue
Deuxième partie : Le plaisir coquin de Catgirl
Par mon nom de plume3000
Droits d'auteur 2017

Chapitre quatre : Désirs réalisés

Sven Falk – Contreforts du Despeir, Principauté de Kivoneth, Terres de conflits de Zeutch

Je n'avais jamais été aussi abasourdi de ma vie alors que je regardais les lèvres de la chatte de ma sœur ouvertes par les doigts coquins de Zanyia. Ce tunnel rose et scintillant, se pliant et se crispant alors que ma sœur se tortillait sous la lamia, m'a fait signe. Je rêvais de me glisser dans son tunnel depuis tant d'années, luttant contre les désirs tabous de coucher avec ma propre sœur.

Pour glisser ma bite dans ses profondeurs incestueuses.

Et elle le voulait aussi. Je ne savais pas qu'elle me désirait. Et soudain, toutes les fois où elle dansait devant moi, lançant ses sorts, se masturbant pour alimenter sa magie, recontextualisées dans mon esprit. Elle n’était pas obligée de le faire devant moi.

Elle l'a utilisé comme excuse pour montrer son corps devant moi.

Nous étions seuls dans les bois. Eh bien, seule, à l'exception de Zanyia, et elle a approuvé de tout cœur. Ma bite palpitait devant moi, si fort, encore mouillée par la chatte de Zanyia. La lamia m'a souri, ses yeux brillants comme ceux d'un chat, ses lèvres enduites du jus de ma sœur.

"Kora", gémis-je en tombant à genoux. D'habitude, je me sentais tellement en confiance avec les femmes, prenant les choses en main, appréciant leur corps, les laissant haletantes et gémissantes. Mais maintenant, je me sentais comme un garçon vierge entre les cuisses de son premier amour.

Comme la nuit où j'ai repris la virginité d'Ava à Az avant qu'il ne gâche tout.

"C'est ça, Maître", ronronna Zanyia, sa main gauche saisissant ma bite, sa main droite tenant toujours les lèvres de la chatte de ma sœur ouvertes. "Je viens de me glisser en elle. Savourez-la. Aime la. Peu importe qu'elle soit ta sœur. L’amour est ce qui compte. Sa queue bougeait d'avant en arrière, ses oreilles frémissaient. «C'est tellement merveilleux. J'en ai entendu parler, et vous l'avez tous les deux.

J'ai frémi alors qu'elle frottait ma bite contre la chair incestueuse de ma sœur. Le plaisir a parcouru ma bite. Je me mordis la lèvre, luttant contre l'envie de pousser un puissant gémissement. Mon corps frissonna à la sensation taboue de sa chatte mouillée contre ma bite.

"Sven," gémit Kora, sa voix si dévergondée, ses mains pâles saisissant la chatte de Zanyia. "Je veux ceci. Je te veux. Toujours. Cela m'a rendu heureux quand je t'ai vu avec Ava, et jaloux quand je t'ai vu avec d'autres filles. Je voulais ça. Je voulais être ta pute et ton amant.

"Tu veux être ma pute?" Ai-je demandé, frissonnant tandis que Zanyia passait la couronne de ma bite à travers ces lèvres charnues et humides de sa chatte. Les fleurs roses de ma sœur tatouées au-dessus de sa chatte rasée sont aussi séduisantes que son arraché lui-même. « Tu veux être comme Ava ? Mendier ma bite, m'aimer, puis crier du plaisir que je te donne.

"Oui!" gémit-elle, ses cuisses s'enroulant autour de ma taille. "Baise-moi, mon frère. Aime-moi! Je sais que je ne pourrai jamais être plus que ta maîtresse. Ta sœur-salope. Mais je vais le prendre.

J'ai gémi en m'enfonçant dans les profondeurs chaudes et invitantes de ma sœur. La sensation incestueuse de sa chatte a englouti ma bite. Zanyia ronronnait, sa langue rugueuse léchant mon ventre musclé, sa queue se balançant d'avant en arrière alors qu'elle tortillait sa chatte sur la bouche léchée de ma sœur.

Kora a ondulé autour de moi. J'ai tenu ma bite au plus profond d'elle, savourant ce moment de notre union. Frère et sœur soudés en une seule chair. Nous sortions du même ventre, de la même mère, et maintenant nous partagions nos corps. J'ai gémi, aimant ce moment de piétinement des tabous sociétaux. Ma sœur frissonnait, ses hanches remuaient, sa chatte se serrait sur ma bite.

"Ne me taquine pas, Sven!" gémit-elle, les doigts s'enfonçant dans le cul de Zanyia. "S'il te plaît, s'il te plaît, j'ai besoin de toi en moi."

"Aimez-la, Maître", ronronna la lamia. Puis elle s'est éloignée de ma sœur, me dévoilant la forme nue de Kora. Ses seins, le gauche tatoué de vignes entrelacées et d'une fleur rose sur son cœur, frémirent, l'amulette brillant entre eux. Le jus brillait sur ses lèvres, ses yeux bleus brillants.

Je me suis penché et j'ai embrassé durement ma sœur, enfonçant ma langue dans sa bouche. La crème sucrée de Zanyia a parfumé notre baiser tabou. Les seins de ma sœur frottaient contre ma poitrine, l'amulette dure entre ses deux monticules mous. Elle tremblait, la chatte serrait et se détendait sur ma bite.

Et puis nous avons déménagé. Ensemble. Nos corps travaillaient pendant que je pompais ma bite dans les profondeurs de ma petite sœur. Elle gémit dans ma bouche, nos langues se battant en duel. Ses bras m'ont saisi, ses ongles s'enfonçant dans mon dos.

Zanyia regardait, se doigtant la chatte, ronronnant avec une telle joie. Elle s'accroupit, les genoux écartés, ses seins tremblant entre eux. Elle se lécha les lèvres, ses cheveux fauves se déplaçant au gré du vent qui soufflait sur notre camp.

"Oh, vous êtes si jolis ensemble," ronronna la lamia, trois doigts s'enfonçant dans sa chatte. "Je suis tellement contente que je vous appartienne, Maître."

Le public m'a incité à faire plaisir à ma sœur avec tout mon talent, à enfoncer ma bite dans ses profondeurs et à la sentir frémir autour de moi. Kora gémissait sur mes lèvres, ses ongles me grattant le dos tandis que ses hanches se déplaçaient davantage, répondant à mes poussées. Ses mamelons se sont frottés contre ma poitrine.

Ma main caressa son côté, jusqu'à sa poitrine. J'ai serré son monticule rond, sentant sa rondeur. J'ai gémi dans sa douce bouche, la friction de la chatte de ma petite sœur se construisant autour de ma bite. Mes couilles me faisaient mal et gonflaient, devenant de plus en plus serrées.

Je voulais jouir chez ma sœur.

Pour l'inonder.

Et sa chatte s'est serrée sur ma bite, avide de ma semence incestueuse.

J'ai rompu le baiser, posant mon front sur le sien, regardant ses yeux bleus. "Kora," gémis-je. "Ma douce Kora."

"Sven!" Elle a prononcé mon nom comme un charme, une prière. « Oh, Sven, oui ! Les beaux yeux de Rithi, j'en ai rêvé. Je me suis masturbé devant toi en me prenant. Quand je couche avec des hommes, je fais semblant d'être toi.

"Comment puis-je comparer?" Ai-je demandé avec un sourire, en poussant plus fort.

Sa chatte serrée sur ma bite, ses cuisses si serrées. « Ils pâlissent. Oh, mon frère, oui !

« Ma sœur chérie ! » J'ai haleté, la pression augmentant dans mes couilles. «Je vais me répandre en toi. Mais pas avant que je te sente frémir sur ma bite. Je veux te sentir jouir, ma sœur chérie. Tu veux être ma pute, prouve-le !

Elle m'a souri, ses hanches bougeaient, sa chatte ondulait. Elle maîtrisait les arts du sexe au temple. Elle connaissait toutes les positions, toutes les techniques pour plaire à un homme ou à une femme. J'ai gémi, sentant la façon dont elle travaillait sa chatte sur ma bite, la serrant, la serrant, la détendant, l'habileté.

"La bite de Pater!" Je gémis, poussant plus fort, plus vite, mes couilles s'enfonçant dans ses profondeurs. "Tu me taquines."

"C'est tellement amusant!" elle gémit. "C'est le travail d'une pute de rassasier son homme."

"Tu fais ça," haletai-je. "La puissante bite de Pater, quelle chatte tu as, ma chère sœur."

Je l'ai encore embrassée, nos langues se rencontrant. Mon doigt et mon pouce lui ont pincé le mamelon, le faisant rouler. Elle tremblait sous moi. Ses cuisses agrippaient fortement ma taille, ses hanches pivotaient sous moi, faisant tournoyer sa chatte autour de ma bite qui poussait. Le glissement soyeux de sa chatte chaude et incestueuse m'a envoyé des vagues de ravissement.

Ses ongles me mordaient le dos.

Elle gémit dans notre baiser.

Sa chatte ondulait autour de ma bite. Des paroxysmes secouaient son fourreau alors que je plongeais mon épée encore et encore en elle. Je gémis, la friction massante de son orgasme envoyant un ravissement me traverser, augmentant la chaleur qui faisait bouillir mes couilles.

Mes poussées devinrent plus dures, irrégulières. La pression atteint son crescendo. Ma sœur tremblait sous moi, jouissant sur ma bite, alors que je lui enfonçais durement mon manche. Je devais jouir. J'étais trop proche. Rien ne pouvait m’arrêter.

"Oui, oui, jouis en elle, Maître!" hurla la lamia, ses doigts plongeant dans sa chatte avec des sons si juteux.

La chatte de ma sœur traitait ma bite. Elle voulait mon sperme.

Et je le lui ai donné.

« Ma sœur chérie ! » J'ai hurlé, rompant notre baiser. Mon sperme a tiré dans sa chatte convulsée.

"Oui, oui, jouis en moi, mon frère!" Ses cuisses se serraient si fort sur ma taille.

Je lui ai jeté tellement de sperme. Mes couilles se sont déchargées dans le paradis de sa chatte. Je gémis et haletai, tremblant sur elle. Nous avons crié ensemble notre ravissement incestueux. Et puis je me suis effondré sur elle. Je me blottis contre son cou, haletant, gémissant.

Elle gémit à mon oreille : « C'était incroyable, mon frère. Mieux que ce dont je rêvais.

"Oui," gémis-je.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

"Les beaux yeux et les doigts habiles de Rithi!" J'ai hurlé, me tortillant sur le sac de couchage dans la tente pendant que Zanyia léchait ma chatte remplie de sperme. Sa langue rugueuse s'est enfoncée dans mes plis, léchant tout le sperme de mon frère.

Sven regardait, appuyé sur son coude à côté de moi. Sa main jouait négligemment avec mon sein gauche, traçant le tatouage qui devenait un rayon de soleil de Rithi, ce que d'autres ordres sacerdotaux appelaient un acolyte. C’étaient des jours plus heureux à Az. Avant la mort de nos parents et de notre sœur cadette.

"Dieux, tu sais comment plaire à une femme, Zanyia."

"Merci, Maîtresse", ronronna la lamia, sa queue fauve bruissant au-dessus de la courbe de ses fesses. Elle s'est agenouillée, la croupe en l'air, le visage enfoui entre mes cuisses. Ses oreilles tremblaient comme celles de n'importe quel chat.

Son visage féminin et espiègle s'est enfoncé dans ma chatte, sa langue rugueuse extrayant davantage mon sperme. J'ai savouré les soins de la lamia, le plaisir se propageant dans mon corps. Je me suis tortillé puis j'ai haleté lorsque Sven a pincé un mamelon.

Un frisson brûlant me parcourut. Faire l'amour avec Sven, être sa pute et sa maîtresse, a réalisé tous mes fantasmes de fille. Les rassasier au-delà de toute croyance. Juste le souvenir de son baiser, de son corps sur moi, brûlait ma chair.

Et Zanyia a léché la preuve de notre liaison illicite.

Après que Sven soit entré en moi, il m'a porté dans notre tente et m'a repris. Encore une glorieuse union de nos chair pendant que Zanyia regardait dans un coin, en train de se masturber, si heureuse pour nous. La catgirl a grandi rapidement sur moi. Même si c'était une erreur de la garder comme esclave, la simple joie qu'elle éprouvait à nous servir et notre amour incestueux m'a profondément touché.

"Zanyia, ma chérie," gémis-je. "Oh oui."

"Continue à la lécher", gémit mon frère en faisant rouler mon mamelon entre ses doigts.

Des picotements ont envahi ma chatte.

« Toujours, Maître ! » hurla-t-elle entre deux coups de langue, sa queue se balançant d'avant en arrière.

J'ai regardé sa queue, momentanément hypnotisée par son mouvement, un flou fauve traversant l'air, s'arrêtant puis revenant en arrière. J'ai enfoncé ma chatte dans sa bouche, gémissant de plaisir, perplexe alors que le plaisir me traversait.

Et puis sa langue rugueuse a trouvé mon clitoris. Elle a lapé contre mon bourgeon. Mon corps frémit, ma chatte se serra. J'ai haleté de ravissement, le dos cambré. Mon regard se tourna vers le plafond de la tente, le soleil levant saignant à travers le tissu marron.

"Les beaux yeux de Rithi!" J'ai gémi en criant à ma Déesse. « Oh oui, Zanyia ! Continue à me lécher le clitoris. Je vais exploser sur ta bouche.

"Délicieux!" gémit la catgirl.

Elle passa sa langue si vite contre elle. Aucune femme humaine n’avait jamais fait cela. Sa langue s'est brouillée alors que je me tortillais. Elle a tambouriné sur mon clitoris. Chaque frappe envoyait un battement de ravissement dans mon corps. Ma chatte s'est serrée, chassant davantage le sperme de mon frère de mes profondeurs.

Les yeux bleus de Sven trouvèrent les miens, son beau visage souriant. "Explose juste sur son visage, ma chère sœur."

"Oui, mon frère!"

Mes cuisses se crispèrent sur les joues de la lamia. J'ai tenu son visage en place pendant qu'elle jouait avec mon clitoris. Mon corps a résisté. Mes orteils se sont enroulés dans la literie. J'ai fermé les yeux. Le plaisir jaillit de ma chatte spasmodique.

Les jus jaillirent sur le visage de la lamia.

Elle a lapé ma crème et le sperme de mon frère a coulé de mes profondeurs alors que j'avais un orgasme. Le plaisir m’envahit. J'ai résisté et gémi, frissonnant sur ma literie. Sven m'a embrassé, buvant ma passion en chantant de ma bouche.

J'ai frémi, une corde tendue de harpe pincée par un maître harpiste. Mes seins se soulevaient, l'amulette se balançait entre eux. La musique m'a donné une sérénade d'extase. Chaque note est en parfaite harmonie. Un grand crescendo a déferlé en moi, de plus en plus fort jusqu'à atteindre son apogée.

Et puis le decrescendo frémissant et bourdonnant alors qu'il tombait à un niveau délicieux, me laissant trembler.

Sven a rompu notre baiser. "Tu es radieuse quand tu jouis, ma chère sœur."

"Mmm," gémis-je, une grande léthargie s'enfonçant dans moi. Nous étions debout depuis hier matin, voyageant toute la journée, puis notre raid de fin de soirée. « Et tu es la perfection masculine. Je devrais te peindre en proie à l’extase.

"J'adorerais voir ça", dit Sven, ses bras m'entourant. «J'adorerais te voir peindre à nouveau.»

Même si mon sang mijotait des vestiges de mon orgasme et que mon cœur se réjouissait d'avoir les bras forts de mon frère autour de moi, la tristesse touchait mon âme. Je ne pouvais pas le peindre. Pas tant que nous fuyons le prince Meinard. Le mieux que je pouvais faire était de faire des croquis au fusain.

Comme s'il lisait dans mes pensées, mon frère a murmuré : « Nous allons en finir avec lui. Nous vengerons nos parents. Venger Katriana.

J'ai hoché la tête, la férocité battant dans mon cœur. Le feu rugissait dans ma mémoire. L'horreur des bois en feu s'écrasant vers l'intérieur, de grandes fontaines d'étincelles jaillissant vers l'extérieur, de la fumée s'élevant dans le ciel.

Je me suis roulé sur le côté, sentant la poitrine de mon frère contre mon dos, son souffle sur mon cou. Les larmes me brûlaient les yeux alors que je les fermais. Je tremblais, craignant les rêves à venir, les flammes qui faisaient rage.

Et puis Zanyia s'est blottie contre moi, recroquevillée en boule, ronronnant doucement alors qu'elle pressait son visage contre mes seins. Mes bras entourèrent sa silhouette mince. Elle se sentait si légère et si jeune. Comme Katriana. Le visage souriant de ma petite sœur s’est épanoui dans mon esprit.

Les flammes s'éteignirent alors que je rapprochais Zanyia de moi. Je lui ai caressé le dos pendant que je m'endormais. Elle n'était pas notre sœur, mais elle avait son innocence. Sa joie de vivre. Le rire résonnait dans mon esprit au lieu du feu rugissant.

Aucun cauchemar ne s'immisçait dans mon repos.

Chapitre cinq : Le plaisir coquin de Catgirl

Zanyia

Mes yeux s'ouvrirent, fixant les seins ronds de Maîtresse. Elle me tenait toujours. J'ai attrapé ses seins, je me suis blotti dedans, voulant m'endormir. J'ai fermé les yeux, respirant la douceur de son parfum, savourant la sensation de ses seins.

Mais j'étais réveillé.

Mes oreilles se sont contractées. D'autres parfums remplissaient mon nez. Avec un soupir, ma queue frémit derrière moi. Je suis sorti de l'étreinte de Maîtresse et je me suis accroupi, mes genoux écartés, mes bras entre eux. J'ai regardé autour de moi, me mettant à quatre pattes. Je pouvais assez bien marcher sur deux jambes, mais c'était amusant de marcher à quatre pattes. Cela a gardé mon nez plus près du sol.

J'ai exploré autour de la petite tente en clignant des yeux. J'ai atteint leurs paquets, les ouvrant, impatient de voir ce qu'il y avait dedans. Les maîtresses avaient des vêtements de rechange, des robes de bureau plus roses, ainsi que des crayons et des pinceaux, et même du parchemin enveloppé dans une toile cirée. Le Maître avait davantage de vêtements, plus de la nourriture et d'autres fournitures, une pierre à aiguiser et d'autres petits poignards de lancer qui ressemblaient à des croix à quatre extrémités aiguisées.

Et une petite statue d'une femme nue, les détails capturés de manière exquise en albâtre. Cela semblait avoir la taille de sa main, du bout du doigt à la paume. Je l'ai reniflé, puis j'ai étudié la femme. Elle avait l'air jeune et si jolie.

"Qui es-tu?" J'ai demandé.

Le Maître bougea, laissant échapper un soupir endormi.

J'ai reposé la statue et j'ai tourné la tête. Il s'était roulé sur le dos, son corps mince, quoique toujours musclé, étant en grande partie exposé à ma vue. Y compris sa bite. Cela palpitait à moitié fort dans son ventre, tremblant avec les battements de son cœur.

Je me suis léché les lèvres.

J'ai marché tranquillement autour des deux endormis, Maîtresse toujours posée sur le côté, ses cheveux blonds tombant sur ses épaules, ses seins ronds empilés l'un contre l'autre, l'amulette de rubis coincée entre eux. Le bras droit du Maître était coincé sous elle. Sentant qu'il s'était éloigné, elle se retourna dans son sommeil, se blottissant contre lui.

Ils étaient si beaux ensemble. Même s'ils étaient frère et sœur. Comme ça, ça devrait même avoir de l'importance.

Ma queue bruissant davantage, je souris, me rapprochant de la bite du Maître. Mes griffes s'étendirent de mes doigts pendant un moment. Je me sentais à nouveau comme un chaton, regardant un serpent sur lequel je voulais me jeter et jouer avec. J'ai remué mes fesses.

Et attaqué.

Mes mains ont saisi sa hampe dans mes mains, la soulevant jusqu'à mes lèvres affamées. Ma langue a parcouru sa tige, glissant entre mes doigts et jusqu'à sa couronne. Les jus piquants de Maîtresse s'attardaient sur sa bite, faibles mais toujours là.

Et tellement délicieux.

Sa tige s'est contractée lorsque j'ai atteint la pointe spongieuse. Je l'ai encerclé. Il gémit, son visage se tordant lorsqu'il sentit ma langue. Je n'avais jamais volontairement sucé la bite d'un homme auparavant. Mais je n'avais jamais eu de Maître qui prenait soin de moi. J'ai grandi dans le chenil d'Istandar Zizthithana, entraîné dès le début à plaire aux nagas et aux mâles humains qui leur plaisaient. Ils m'ont fouetté, battu et forcé à faire tant de choses désagréables.
Mais je les ferais si volontiers pour Sven et Kora.

Ma chatte dégoulinait de jus le long de mes cuisses. Mes fesses remuèrent, ma queue frémit de plus en plus vite. J'ai ronronné en léchant. La bite du Maître a gonflé sous mon emprise, palpitant avec les battements de son cœur, devenant de plus en plus grosse. Ma langue sonda sa fente, ramassant son liquide salé.

Il gémit.

« Vous aimez ça, Maître ? J'ai sondé à nouveau.

Il gémit, la poitrine fléchissant.

"Ouais. Et je parie que vous allez adorer ça.

J'ai ouvert grand la bouche, conscient de mes dents pointues, et j'ai englouti sa queue. Il était plus grand que mon dernier maître, le chef de guerre Therek. Je n'aurais plus jamais besoin de lui sucer la bite. Le Maître l'a tué. Alors j'ai mis tous mes efforts pour plaire à la bite dans ma bouche.

J'ai été nul.

J'ai fait tourner ma langue.

J'ai hoché la tête.

Mes mains caressèrent son manche et jouèrent avec ses couilles.

J'ai regardé le visage du Maître, le regardant trembler et gémir alors que je plaisais à sa bite. Ses yeux papillonnaient, se déplaçant rapidement sous ses paupières. Et puis ils se sont ouverts, le bleu du ciel me regardant de manière floue.

« Zanyia ? » » gémit-il, l'air groggy.

J'ai sorti ma bouche de sa bite. "Maître!" J'ai crié. "Tu as une bite tellement délicieuse."

Ma chatte se serra, impatiente d'être remplie. Et la bite du Maître palpitait dans ma main alors qu'il clignait des yeux endormis. Il avait besoin de jouir. J'avais besoin de jouir. Et j’avais la solution parfaite pour que cela se produise pour nous deux.

"La puissante bite de Pater!" il a grogné alors que j'empalais ma chatte serrée sur sa grosse bite.

"Oh, oui, Maître, vous remplissez si bien ma chatte!" Je me tournai vers lui, mon ronronnement montant dans ma gorge, grondant dans tout mon corps. Mes doigts griffèrent sa forte poitrine, mes griffes se rétractèrent en toute sécurité.

"Tu es un dévergondé", gémit-il alors que je glissais ma chatte de haut en bas de sa queue.

"Euh-huh", haletai-je, mes hanches pivotant, mes oreilles effleurant le haut de la tente lorsque j'atteignis le sommet de sa bite. "Tu me rends tellement mouillé. Vous êtes un maître si merveilleux. Je dois te plaire !
"Tu fais ça," gémit-il alors que ma chatte se serrait sur sa bite.

Les yeux de Kora s'ouvrirent. "Sven?" murmura-t-elle, endormie. "Que se passe-t-il?"

"Je chevauche la bite du Maître!" Dis-je fièrement, mes petits seins rebondissant devant moi. Mes doigts se recourbèrent, lui grattant la poitrine. « Il est si grand. Il me remplit !

"Oui, il le fait", sourit Kora, repoussant ses cheveux blonds pour exposer son visage. "N'es-tu pas vraiment une chose dévergondée ?"

« C'est ce que le Maître a dit ! » J'ai rayonné, chevauchant sa bite plus vite, savourant le glissement de sa bite dans et hors de ma chair. Une friction brûlante s'enfla dans mes profondeurs.

Alors j'ai ronronné avec une telle joie.

Mes cuisses se fléchirent, me soulevant de haut en bas de sa queue. J'ai pivoté mes hanches, le remuant à travers moi. Tout ce que les maîtres de chenil m’ont appris, je l’ai utilisé. J'ai serré ma chatte sur sa bite quand je l'ai fait glisser. J'ai changé de position, laissant son manche caresser différentes parties de mes profondeurs.

Ce qui m’a fait vivre de nouvelles sensations fortes.

La main gauche du Maître, calleuse à cause des combats, frottait ma cuisse droite. Il m'a caressé en me souriant pendant que sa sœur se blottissait contre son cou. Ses seins pressés contre son corps. Il la tenait avec son bras droit, sa main serrant sa croupe courbée.

"Dieu, Zanyia, tu es si sauvage", gémit Maître, la main serrant ma cuisse alors qu'elle glissait jusqu'à ma taille. "J'ai tellement faim..."

"Sven!" » dit une petite voix depuis sa meute, féminine et raffinée.

"Ava!" Kora haleta de peur. Et puis, à ma grande surprise, elle s’est enfuie de la tente. Plongez littéralement nu à travers les volets pour vous échapper.

"Quoi?" J'ai haleté, empalant ma chatte sur la bite du Maître, ma tête pivotant. Qui a dit ça?

Et puis, sortant de la meute du Maître, se trouvait la statue en albâtre de la femme nue. J'ai cligné des yeux, écrasant mon clitoris contre l'os pubien du Maître. La statue bougeait avec une grâce élancée, les hanches courbées, les seins de pierre tremblaient comme s'ils n'étaient pas faits de roche dure mais de chair ferme. Elle descendit du groupe et traversa la tente jusqu'à la literie.

"J'étais tellement inquiète", a déclaré la statue. "Vous ne m'avez pas rappelé après le raid."

"Désolé, Ava", dit Sven, son bras droit tendu et saisissant la statue autour de la taille avec son pouce et son index. Pas une prise dure, mais douce. Il la souleva et la posa sur sa poitrine.

La statue prit un moment pour se stabiliser, se déplaçant tandis que sa poitrine se soulevait et s'abaissait au gré de ses mouvements. Elle s'est retournée et m'a regardé, les mains posées sur ses hanches. "Eh bien, je vois pourquoi tu étais distrait, Sven."

"C'est Zanyia", dit Sven. "Voici la princesse Ava de Kivoneth."

"Sa fiancée", a ajouté Ava.

«Je suis son esclave», dis-je. "Ravi de vous rencontrer."

"Esclave?" La statue d'Ava se retourna, regardant Sven. Elle frappa du petit pied ses cheveux bouclés sur la poitrine. « Vous avez un esclave ? »

"C'est compliqué."

Non, ce n'était pas le cas. « Le Maître m'a sauvé du chef de guerre cruel qui me possédait. Il l'a tué et m'a réclamé.

"Je lui ai dit qu'elle était libre", a ajouté Sven. "Elle n'a pas écouté."

J'ai ri. «C'était tellement stupide de votre part d'essayer de me libérer, Maître. Je suis une lamia. Nous sommes tous des esclaves. Alors vous voyez, princesse Ava, c'est mon maître. Je l'aime ainsi que Kora.

"Tu vois," dit Sven. « Ça ne sert à rien. Elle n'obéira tout simplement pas à cet ordre que je lui ai donné pour être libre. Elle nous a suivis jusqu'à notre camp.

"Et tu lui as foutu la cervelle au lieu de me dire que tu étais en vie ?" La statue remonta sa poitrine vers son visage. « Sven Falk, si j'avais un mandataire plus gros, je te giflerais très fort. J'ai été éveillé toute la nuit avec inquiétude pendant que tu profitais de la chatte d'une lamia.

"Désolé," dit-il. Il ramassa la statue et la rapprocha de son visage. Son pouce lui caressa les fesses. « Tout s’est passé si vite. Nous avons tué les esclavagistes, sauvé les esclaves, et nous étions tellement excités. J’avais un excès d’énergie à libérer.

"Toi, je peux comprendre", dit Ava. « Mais Kora aussi ?

"Elle était... fatiguée", mentit Sven.

"Eh bien, je n'en suis pas content, et tu me dois quelque chose de joli."

"Accord", sourit Sven. "Je vais te voler quelque chose de beau."

"Tu ferais mieux." Puis la statue secoua la tête, ses cheveux de pierre se balançant comme s'ils étaient réels.

J'ai tendu la main et je l'ai caressé, sentant les cheveux aussi durs que de la pierre tout en fléchissant. Ma chatte s'est serrée sur la bite du Maître. Quelle magie incroyable.

"Je n'arrive toujours pas à croire que Kora ait oublié de me le dire", souffla Ava. "Même si elle était fatiguée."

Le Maître gémit alors que je glissais à nouveau ma chatte dans sa queue, sans le baiser fort ni vite, mais lentement. J'ai souri alors qu'il me lançait un regard, puis j'ai tout raconté à Ava sur le combat et comment il m'avait sauvé. Mon cœur battait si vite, ma chatte se serrait sur sa bite, buvant toute son excitation.

"Eh bien, cela ressemble à l'aventure", a déclaré Ava. « J'espère pouvoir bientôt entrer dans le bureau de mon père. J'ai un nouveau proxy qui devrait fonctionner. Je veux découvrir comment il peut contrôler une armée entière ! Cela devrait être impossible.

Armée?

J'ai fait glisser ma chatte plus vite, en la serrant, en buvant la friction. Mes seins ont tremblé tandis que le Maître gémissait : « Oui. Ce serait merveilleux. Mais ne prenez aucun risque.

"Il ne me ferait jamais de mal", a déclaré Ava, l'amertume dégoulinant de ses paroles. "Il m'aime."

"Encore", gémit Sven, son doigt lui frottant toujours les fesses. A-t-elle ressenti ce que ressentait la statue ?

"J'ai fait envoyer une nouvelle procuration à Cheyvn", a-t-elle ajouté. "Il devrait vous attendre au Buxom Lass."

"Nous devrions y être dans quelques jours", gémit Sven, ses yeux se tournant vers moi. "Dieux, oui."

"Est-ce que cette salope de Lamia chevauche toujours ta bite ?" Ava tourna la tête. "Toi, putain."

"Oui?" Je gémis en la regardant.

"C'est mon homme, ton putain. Alors tu ferais mieux de le faire jouir fort.

"Je le ferai, princesse." J'ai tendu la main, la soulevant de la poigne du Maître. Je la tenais avec des doigts doux, mon pouce frottant ses petits seins. Ils étaient coniques, ses mamelons étaient de minuscules cailloux.

Elle laissa échapper un petit ronronnement de joie.

"Est-ce que tu ressens ça?" Ai-je demandé en caressant ses deux seins avec mon pouce, mon excitation m'incitant à chevaucher la bite de Maître plus rapidement.

"Oui," gémit-elle. « Je suis lié à la statue en l'imprégnant de mon essence. Je ressens ce que je ressens pendant que je le possède.

"Wow," ronronnai-je. Puis je l'ai portée à ma bouche et j'ai glissé ma langue entre ses cuisses, effleurant le monticule de poils pubiens bouclés entre ses cuisses.

"Oh, Dieux," gémit-elle, frissonnant dans ma main pendant que je léchais sa petite chatte.

J'ai souri, léchant sa chatte encore et encore, goûtant l'albâtre, souhaitant pouvoir goûter sa chatte elle-même. J'ai baisé Maître de plus en plus fort, ses gémissements résonnant dans la tente, noyant presque les halètements de la princesse.

Mes hanches ont pivoté, remuant la bite du Maître dans ma chatte. Je me suis serré sur son manche, le chevauchant si fort et si vite. Sa bite est entrée si profondément en moi. Mon dos s'est cambré, ma queue se balançait si rapidement.

Le plaisir m’envahit. J'ai ronronné en léchant la chatte de la statue, ma chatte devenant de plus en plus chaude. Chaque fois que je frappais la bite de Maître, le plaisir se propageait dans mon corps et des étincelles jaillissaient de mon clitoris s'écrasant sur son os pubien. Je tremblais, la queue se balançait, les oreilles remuaient.

"Oh, Sven, elle est délicieuse", gémit Ava. « Si elle insiste pour être ton esclave, tu dois la garder. Et traite-la bien. Je veux la rencontrer. Je veux sentir cette langue sur moi pour de vrai. C'est incroyable."

"Je veux ça aussi", gémit Sven. Ses hanches se relevèrent, sa bite s'enfonça dans mes profondeurs alors que je le frappais. Puis il a fait rebondir mon corps léger sur son manche, le plaisir m'a envahi. « Je veux te voir te tortiller sur sa bouche et jouir ! Tu es toujours si belle quand tu jouis sur la bouche d'une femme.

"Pendant que tu la baises par derrière !" gémit Ava. « Oh, Sven, tu me manques tellement ! Tu me manques dans mon lit ! Dans ma chatte !

La statue convulsa dans ma main, se contractant, frottant sa petite chatte contre ma langue qui clapotait. Elle a crié de plaisir orgasmique. J'ai fait jouir une femme dans un autre endroit. J'ai frissonné de ravissement, enfonçant ma chatte contre la bite de Maître.

Mon clitoris a heurté son os pubien alors qu'il se levait, me faisant rebondir.

Le plaisir m'a choqué.

Mon orgasme a éclaté en moi.

J'ai ronronné si fort, un grondement sortait de ma gorge. Mon arraché a eu des spasmes sur la bite du Maître alors que je l'ai frappé. Je me suis tortillé, glissant sa bite dans mes profondeurs de jouissance. Le ravissement m’a envahi.

"Dieu, sa chatte traite ma bite, Ava."

"Jouis en elle, mon amour!" gémit la princesse. "Inondez-la!"

"Oui," gémit-il, ses mains serrant si fort mes cuisses. Il poussa de nouveau. Je me suis levé à mi-hauteur de sa queue, ma chatte ayant des spasmes tout le long. « Dieux, oui !

Du sperme chaud a inondé ma chatte. J'ai hurlé de joie, le sperme jaillissant si chaud en moi. Le sperme de mon maître. Peut-être qu'un jour il m'élèverait. J'ai frissonné, ma chatte traitant sa bite de tous les délices merveilleux alors que je tremblais, ma queue se balançant d'avant en arrière derrière moi.

Si merveilleux. Le meilleur Maître du monde. Sa sœur l'aimait. Et cette princesse qui pouvait posséder des statues. Quel étalon.

"Sven," miaula la princesse. "Oh, Sven, c'est un trésor."

"Elle l'est", dit le Maître en me souriant, ses cheveux blond sable s'étalant sur son beau visage. La forme de son menton, la hardiesse de son nez lui donnaient un air fringant. Le genre d'homme qui s'infiltrerait dans la maison d'un homme, baiserait sa femme et lui volerait son argent. Et faites tout cela avec le sourire aux lèvres.

"Amène-moi à sa bouche, Zanyia", ordonna Ava, si impérieuse. Elle savait comment gérer un esclave.

"Oui, princesse." J'ai amené sa forme délicate aux lèvres du Maître.

«Je t'aime, Sven. Tu me manques tellement."

Ses lèvres touchèrent son visage.

"Je t'aime aussi, Ava."

Et il aime sa sœur. J'ai failli le laisser échapper, mais la façon dont Maîtresse a plongé hors de la tente m'a retenu.

Et puis la statue est restée dans ma main, non plus douce mais dure. J'ai frissonné, mon corps bourdonnant à cause de mon orgasme. « Wow, c'était tellement incroyable, Maître. Comment a-t-elle fait ça ?

Chapitre six : La passion taboue de la princesse

Princesse Ava – Echur, Principauté de Kivoneth, Terres de conflit de Zeutch

Je suis allongé, haletant, sur le lit, le souvenir de la langue géante de Zanyia léchant ma chatte puis tout mon corps me brûlant encore. J'ai frotté mes petits seins, pensant qu'ils devraient être baignés de salive. Mes mamelons picotent encore à cause de mon orgasme.

Je secouai la tête, bannissant complètement le lien avec la statue. Je pouvais encore sentir le proxy au fond de mon esprit, comme si je pouvais tous les ressentir. Ils m'attendaient là, des petits nœuds à dénouer et à ouvrir comme une boîte. Ensuite, je pourrais y glisser mon esprit et les contrôler. Rares étaient ceux qui avaient le don d’imprégner. Uniquement ceux qui avaient le sang du Dieu Krab, descendant de plusieurs demi-dieux différents qu'il avait élevés avec des femmes humaines.

Jusqu'à mon père, nous ne pouvions contrôler qu'un seul mandataire à la fois. Mais il en avait une armée. Des statues de pierre qui écrasaient tout sur leur passage. Au cours de la décennie qui avait suivi la mort de ma mère, il avait conquis la moitié des provinces en guerre, cherchant à réformer le royaume de Zeutch.

Deux cents ans après la mort du grand roi Pierre, personne n'était apparu pour revendiquer la couronne de l'ancien royaume. Mais désormais, il contrôlait la moitié du pays. Les principautés occidentales lui tomberaient. Ce serait un tyran.

Je ne pouvais pas croire qu'il avait laissé ses propres paysans être emmenés par des esclavagistes shizhuthiens. Il avait déjà fait des choses horribles auparavant, mais cela me choquait toujours. Je pensais qu'il se souciait de son peuple. C'est peut-être un homme terrible : il a tué la famille de ma fiancée, à l'exception de Kora, juste pour annuler notre union, et maintenant il me voulait pour lui seul ; il voulait épouser sa propre fille, violer toutes les règles de la société – mais je pensais toujours qu'il se souciait d'être un bon dirigeant.

C'était une chose horrible de haïr mon propre père, de comploter contre lui, mais l'homme qui me portait sur ses épaules quand j'étais enfant, qui me fabriquait des petits jouets qu'il contrôlait pour m'apporter tant de joie, avait disparu. Maintenant, au lieu de me faire plaisir, il me les a pris.

"Princesse." Les tons doux de ma servante, Greta, venaient de la porte de ma chambre. Elle restait là, tremblante. La jeune fille aux formes généreuses, plus jeune que moi, portait une robe décolletée noire à volants avec de la dentelle blanche au corsage et à l'ourlet. Des nattes blondes tombaient sur les côtés de son visage. "Votre Seigneur Père souhaite vous parler."

Je frissonnais encore dans ma chemise de nuit, le satin bleu accroché à mes petits seins, le tissu si fin. Ce serait aujourd'hui le matin où il s'abandonnera enfin à ses désirs et me prendra pleinement.

"Envoyez-le", dis-je, tremblant alors que j'attrapais une robe.

Il passa devant ma servante, la poussant sur le côté. Elle haleta en tombant sur les fesses. Mon père n'a rien cédé alors qu'il marchait vers moi, le dos droit. Des yeux de glace tombèrent sur moi, envoyant un frisson dans tout mon corps. Tout en lui, ses cheveux blonds, sa peau claire, ses yeux étaient pâles, comme si tout le sang avait coulé de son corps. Le pourpoint de satin et les bas qu'il portait, à la fois bleus et gris, n'ajoutaient guère de couleur à son apparence. Même le griffon rouge, qui sévissait sur son cœur, semblait vidé de son dynamisme. Le symbole de la Maison Kivoneth doit être brillant et audacieux.

"Père," dis-je.

«J'ai entendu dire que tu étais malade, ma fille», dit-il en se tenant devant moi alors que j'étais assis sur le bord de mon lit. "Que tu ne t'es pas levé pour le petit-déjeuner."

«Je n'arrivais pas à dormir», dis-je en détournant le regard.

Il m’a pris les mains, les doigts glacés. "Tu as l'air rouge." Il inspira. "Ta peau si rose."

J'ai avalé, le parfum de ma chatte fraîche enveloppant l'air. "JE..."

« Vous aviez envie de votre père ? dit-il, sa queue gonflant le devant de son tuyau, les vêtements serrés accrochés à ses jambes et à son entrejambe. Il a amené mes mains sur sa bite. J'ai frémi à la sensation de la hampe de mon père à travers ses vêtements. "J'ai hâte que je te rende visite."

J'ai baissé les yeux. "Bien sûr que non, père."

«Tu n'as pas à me mentir, Ava. Il a tenu mes mains contre sa bite.

Je pris une profonde inspiration. Mes mains serra sa bite. Peut-être que je m'en tirerais avec une branlette. «J'essaie de ne pas père. Mais tu es juste tellement ... beau. J'ai levé les yeux vers lui. "Fort." Je me suis léché les lèvres. «Et audacieux. Je ne te vois jamais. Vous êtes toujours dans les réunions du conseil.

"Me manquant," demanda-t-il, sa bite palpitante sous mon toucher. "Tu me manques aussi." Il lâcha mes mains pour caresser mes boucles aux fraises-blond. «Une si belle fille. Vous avez fleuri dans une rose dans sa pleine floraison.

"Merci pere." Mes mains ont baissé son tuyau. Sa bite est sortie, courte et mince, la pointe perle avec un pré-énoncé. Je l'ai saisi, sentant la chaleur ici qui lui manquait. Il n'était pas entièrement exsangue.

Ce qui était dommage.

Sa main se déplaça vers ma joue alors que je caressais sa bite. Son pouce froid glissa sur ma chair. J'ai essayé si fort de ne pas grincer des dents. S'il me croyait dévoué, il se confierait à moi. J'avais besoin de plus d'informations. Pourquoi avait-il besoin des esclaves? Quel était son secret derrière son armée?

Son pouce passa sur mes lèvres. Il l'a poussé dans ma bouche, gémissant. Sa bite se contracta dans ma bouche caressant. «Une si belle bouche», grogna-t-il. "Tes lèvres ... si luxuriantes."

J'ai sucé son pouce, ma langue tourbillonnant autour de lui. Le pré-énonce coulait de sa bite. J'ai regardé ses yeux bleu pâle, son visage se tordant de plaisir. J'ai caressé sa bite de plus en plus vite. Peut-être qu'il jouirait rapidement. Cela fait plus d'une semaine qu'il n'avait pas volé dans ma chambre à coucher.

J'ai massé ses couilles avec mon autre main, taquinant sa langue. Ma main a volé de haut en bas de la bite de mon père. J'ai sucé si fort sur sa langue. Je détestais la façon dont mon corps réagissait à son corps comme pour Sven, la chaleur poussant dans ma chatte.

Chatte traître.

"Oui, une bouche si douce," gémit-il, en tirant son pouce. "Tellement aimant."

"Oui, père," gémi-je, mettant toute la luxure gratuite que je pouvais dedans. "Je t'aime tellement."

Je me penchai en avant, ouvrant mes lèvres plus larges. J'ai englouti sa bite avec facilité. Il glissa devant mes lèvres. Je pouvais sucer la bite de Sven à la racine, le glissant dans ma gorge. Mon père n'a prouvé aucun défi. Mes joues creusées, ma langue tourbillonnait.

Ses couilles se sont tendues dans ma main.

"Oui," grogna-t-il, saisissant la main mes cheveux blonds aux fraises dans un poing serré.

Son pré-énoncé armait ma langue avec un sel excitant. Autant que je détestais ça, le frisson incestueux de sucer mon père, de profiter de la bite qui a baisé ma mère et l'a imprégnée, frissonna à travers moi. Ma chatte est devenue si chaude. Je me tortillai, frottant mon arrondissement contre le satin élégant de ma chemise de nuit.

Mon clitoris a lancé. J'ai fermé les yeux, ne combattant pas l'envie. Laissez Père penser que je l'ai apprécié plus que moi. J'ai poussé ma main entre mes cuisses, en appuyant sur le satin lisse et frais contre mon monticule, frottant mon clitoris à travers.

Il manquait le plus grand plaisir de la langue géante de Zanyia, mais cela a envoyé un frisson méchant à travers moi.

Je laisse mes gémissements gratuits, fredonnant au bout de la bite du père. Il gémit, ses hanches poussant, travaillant sa bite dans et hors de ma bouche. Un tel ravissement allumé dans ses yeux pâles. La passion répand la couleur sur son visage.

"Mon sucré," grogna-t-il. "Ma belle princesse. Quelle reine vous ferez.

J'ai creusé mes doigts plus fort dans ma chemise de nuit. Mon jus a saigné. Ma chatte se serra, le plaisir incestueux en construction dans mes profondeurs. Mon clitoris a bu dans la sensation lisse du satin humide, des étincelles s'évasant dans mes profondeurs.

J'ai sucé plus fort sur sa bite. Je n'ai jamais détourné les yeux de ses yeux. Il grogna, les deux mains agrippant maintenant mes cheveux, me tenant en place alors qu'il utilisait ma bouche. Sa bite a claqué dans le fond de ma gorge à chaque poussée.

«Ma princesse chérie», haleta-t-il. «Dieux, quelle reine. Ma rose rayonnante, oui!

Son sperme prit de salé dans ma bouche. J'ai frissonné, avalant la graine de mon père. Il passa épais dans ma gorge, réchauffant mon ventre. La chaleur incestueuse a atteint ma chatte alors que je faisais avaler une deuxième et une troisième explosion.

J'ai frotté mon clitoris fort.

Mon plaisir a éclaté à travers moi.

J'ai tremblé, gémissant sur sa bite. J'ai aspiré le dernier de son sperme alors que l'orgasme honteux ondulant à travers moi. Une telle humiliation s'est noyé mon esprit alors que l'enlèvement me traversait. J'ai serré mes cuisses serrées sur ma main, déteste à quel point mon orgasme m'a fait naître sa bite.

"Quelle reine," haleta-t-il à nouveau, tirant sa bite de ma bouche. «Merci, ma rose rayonnante.»

"Bien sûr, Père," gémi-je et me préparai en se penchant.

Je détestais la sensation de ses lèvres froides sur mon front brûlant. Mes seins se sont levés et sont tombés sous ma cheminée, mes joues brûlaient. Je détestais à quel point mon corps aimait se rendre à ses convoitises, la façon dont une partie de moi a anticipé le jour où il a écarté mes cuisses.

"Vous allez me manquer."

«Je me manque, mon père? J'ai demandé.

«Je dois voyager. Construire le royaume me presse.

«Bien sûr, père.» J'ai frissonné. «Je prierai pour votre retour et j'attendrai si impatient.»

Il m'a fait un sourire affectueux, comme il l'avait fait quand j'étais enfant et assis sur les genoux de la mère. «Essayez de ne pas frotter votre puste coquine douloureuse en attendant avec impatience.»

«Je vais essayer, père.

Puis il a rangé sa bite et a quitté la pièce. Greta se précipita en passant. Il a fermé ma porte avec un slam de batte derrière lui. Je frissonnai, écoutant ses pas en franchissant mon salon et laissant mes appartements dans son château.

J'ai laissé échapper un gémissement.

"Je suis vraiment désolé, ma princesse", a déclaré Greta, se précipitant vers l'armoire pour aller chercher une sécheresse nettoyante d'eau de rose. «Ce n'est pas vrai ce qu'il fait.»

"Non, ce n'est pas le cas," dis-je, détestant comment mon corps bourdonnait encore de mon orgasme.

«Mais votre performance a été magistrale. Je croyais vraiment que tu es venu. Que vous aimiez sa graine.

Je ne l'ai pas contredire.

Elle se précipita avec le gobelet en cristal rempli de boisson pâle. Je l'ai pris, baissant le doux plaisir, desséché de mes deux orgasmes. Quand je l'ai vidé, Greta me l'a repris et s'est précipité pour le ranger.

"Greta, soyez un cher et récupérez mon nouveau proxy."

«Bien sûr, ma princesse», a-t-elle dit, ouvrant une armoire et sortant une boîte en cèdre tachée de brun foncé. Elle l'a amené au lit, assis sur mes genoux.

J'ai touché la boîte, passant mon pouce sur la serrure. Ce n'était pas un proxy, mais je l'avais imprégné de verrouiller et de déverrouiller mon contact. Il a cliqué. J'ai ouvert le couvercle révélant un petit scarabée sculpté de jade, jusqu'aux jambes segmentées. Gerhard avait prouvé ses compétences valant chaque dupondius d'or que je lui ai payé.

Mon pouce a traversé la carapace du scarabée, un soupçon de ses ailes piant le dos, caché par sa coquille. J'ai ressenti le morceau de mon âme dedans, imprégnant la construction. La plupart des procurations que je possédais étaient à ma propre ressemblance, ou du moins étaient humaines.

Mais ils n'avaient pas à l'être.

«Découvrons ce que mon père cache dans son étude, Greta.»

À suivre...

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

610 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

REMARQUE : Il n'y a AUCUN sexe dans CETTE PARTIE de l'histoire. Je promets que dans les chapitres à venir, il y aura beaucoup de sexe chaud et lubrique. Ceci n'est que l'introduction. J'étais juste assis sur le canapé, regardant un documentaire sur The Dark Ages. C'etait intéressant. Alors voyez pratiquement le monde entier aller en enfer. Soudain, mon téléphone faisait du bruit. C'était mon copain. Eh bien, il était en quelque sorte mon petit ami. Nous ne nous étions jamais rencontrés dans la vraie vie. Nous nous sommes rencontrés via un site Web correspondant. Et depuis, nous avions développé une...

1.5K Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 1

Le lutteur, première partie Cette histoire parle d'un gars timide et d'un ami de la famille qui l'a aidé à surmonter ses blessures et sa timidité pour atteindre le sommet. C'est un peu une longue histoire. Je me suis laissé emporter cette fois. Encore une fois, j'utilise une bonne dose de correcteur orthographique pour ma dyslexie, mais les conseils et les commentaires sont les bienvenus. Faites-moi savoir si vous êtes arrivé à la fin les gars s'il vous plaît. The Silent Assassin était son nom de ring et ce n'était pas par hasard son vrai nom Adam, il était un produit...

1.2K Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

927 Des vues

Likes 1

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

625 Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

1.7K Des vues

Likes 0

M. Malcolm

Je sais dit Samantha au téléphone en entrant dans la maison de Mme Parker. Samantha, âgée de vingt-quatre ans, s'occupe d'un homme de soixante ans nommé Daniel, qui vit avec sa fille unique dans sa maison de deux chambres. Aujourd'hui, Daniel peut encore marcher et parler, mais il a commencé à perdre la mémoire depuis que sa femme est décédée il y a trois ans à l'âge de cinquante-sept ans des suites d'une tumeur au cerveau. M. Malcolm n'avait plus jamais été le même depuis sa mort. Donc, Malcolm, sa fille paie à Samantha dix dollars de l'heure pour le surveiller...

1.5K Des vues

Likes 0

Désirs interdits - Partie 3

Susan Ramsey a marché dans le couloir à côté d'une rangée de salles de classe à l'école où elle a fréquenté la 7e année. Elle portait une jupe courte et un haut moulant qui respectait à peine le code vestimentaire de l'école. Blonde et aux yeux bleus, elle était bien développée pour une fille de 12 ans, avec des seins guillerets et en herbe et un joli cul qu'elle apprenait tout juste à utiliser à son avantage avec les garçons. Elle ne connaissait pas grand-chose au sexe, mais elle était certaine d'une chose : à peu près tous les hommes qu'elle rencontrait...

1.4K Des vues

Likes 0

Kumiko - Partie 2 : Se réveiller_(0)

Encore une fois, c'est la partie 2 du repost! ______________________________________________ Introduction : Partie 2 de la série Kumiko. La partie 3 est déjà en cours d'écriture ! Plus court que le précédent mais la partie 3 est en route. Comme toujours, votez et laissez des commentaires. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------- Il se réveilla avec un frisson, notant l'obscurité dans la pièce. Ses yeux se sont rapidement adaptés à la lumière et il a vu un feu qui était sur le point de s'éteindre. Il ne se souvenait pas qu'il y avait une cheminée dans sa chambre, puis il remarqua le poids léger...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.