Le jouet de baise de l'hermaphrodite - Chapitre 1

327Report
Le jouet de baise de l'hermaphrodite - Chapitre 1

Il était midi et je n’avais pas encore trouvé ma proie pour la nuit.

Je grognai alors que mes longs ongles rouge sang s'enfonçaient dans le volant de la mini-fourgonnette noire dans laquelle j'étais actuellement assis, la frustration bouillonnant en moi ne demandant qu'à être libérée sur un passant innocent.

Juste au moment où j'allais abandonner ma chasse, un éclair de blonde a obstrué ma vision, me faisant pencher la tête sur le côté pour voir une beauté blonde avec une silhouette à la fois un peu petite et des cruches généreuses marchant seule, regardant son téléphone avec elle. écouteurs. Je pouvais presque rire et secouer la tête face à la stupidité de la fille, mais tout ce que je pouvais faire était de gémir alors que ma bite se contractait dans mon pantalon face à la fille.

Vous voyez, je suis née hermaphrodite, avec une grosse bite qui peut (et a) brisé de nombreuses femmes auparavant. Ma mère en était une également et m'avait élevé pour être sa réplique parfaite, prenant ce que je voulais, quand je le voulais, peu importe ce qui se dressait sur mon chemin.

Et mec, je voulais ce morceau de cul chaud autour de mon manche ce soir.

Je me mordis la lèvre alors que je commençais à tourner la voiture, suivant lentement la belle, en veillant à ne pas trahir que je la suivais. Finalement, elle s'est arrêtée avant de s'asseoir sur un banc public, ce qui m'a facilité la tâche lorsque je suis sorti de la camionnette et a pressé le chiffon chloroformique contre ses lèvres.

Je pouvais sentir le sang commencer à affluer vers mon clitoris et ma bite, en retour un gémissement de frustration sexuelle s'échappant de mes lèvres alors que je transportais sans effort la femme inconsciente à l'arrière de la camionnette, prenant un moment pour regarder autour de moi, ne voyant personne à l'intérieur. vue. Je l'ai attachée et bâillonnée, pour l'événement dans lequel elle pourrait se réveiller, et je me suis rapidement glissée sur le siège du conducteur, décollant de la scène du crime aussi vite que possible.

Un sourire s'étala sur mon visage alors que j'imaginais tout ce que j'avais en réserve pour mon petit prix de baise. J'imaginais me glisser dans ses petits trous serrés, chacun d'entre eux, et les déchirer pendant que mon membre engorgé détruisait cette petite pute.

Je voulais m'assurer qu'elle était complètement brisée au moment où j'aurais fini.

Elle ne s'était pas réveillée pendant tout le trajet jusqu'au ranch très isolé que je possédais dans ce but précis. Bien sûr, je vivais principalement en ville, où je pouvais choisir et traquer mes proies, ainsi que vivre ma vie en dehors de ces pulsions, mais c'était l'endroit où j'emmenais toujours ma proie lorsque ma salope intérieure voulait venir. sortir et jouer avec ses jouets. Pour violer et jouir de tous leurs corps offerts.

Au moment où je me suis garé dans le garage, ma chatte était trempée, ma bite bien dressée ayant besoin d'une telle libération. En colère, je me suis poussé hors du siège conducteur et j'ai poussé le coffre, attrapant le corps mou de la jeune fille avec brutalité et impatience. Après tout, j’avais hâte de remporter mon prix.

J'ai déposé la fille sur le canapé du garage sans aucune considération pour son bien-être, et je lui ai brutalement frappé le visage, la laissant haletante, réveillée par la douleur. Je souris alors que les cris étouffés et confus de la jeune fille s'échappent de ses lèvres scotchées alors que sa situation actuelle s'enfonce et bientôt, des sanglots irradient d'elle.

"J'aurais dû attendre et t'attacher correctement", dis-je à la fille en sortant la lame que je gardais toujours dans mon soutien-gorge. «Mais je ne pouvais tout simplement pas. Je suis trop impatient.

Je charge en avant, la faisant bondir aussi loin qu'elle le pouvait, ce qui n'était pas très loin puisqu'elle était piégée et attachée, et mon sourire s'élargit alors qu'elle tressaillit lorsque ma lame rencontra son chemisier rose pâle qui se boutonnait juste au-dessus d'elle. seins juteux, déchirant complètement le tissu pour révéler son ensemble de seins laiteux, lisses et parfaitement ronds.

La fille était une vraie fille. Blonde, de taille moyenne et avec une petite silhouette en sablier en plus. Cela m'a donné envie d'utiliser et de violer chaque petit trou de son corps jusqu'à ce qu'elle soit complètement ruinée.

"Ooo bébé, regarde ce que nous avons ici." Je me suis moqué en massant la tente qui poussait dans mon pantalon à la vue de sa poitrine à moitié nue.

Ses yeux se sont baissés pour repérer la tension dans mon pantalon et ils ont immédiatement atteint la taille d'une soucoupe.

"Quelle pute, comme ce que tu vois jusqu'à présent ?" Je demande diaboliquement, passant une main dans les mèches blondes de la chienne pour la serrer soudainement dans ma main, ramenant sa tête à mon entrejambe alors qu'elle essayait de résister en vain. Elle était coincée avec son visage dans mon entrejambe, une de mes mains dans ses cheveux et l'autre se déplaçant vers mon pantalon pour retirer ma bite qui ne demandait qu'à être utilisée. "Eh bien, allons-y, voyons mieux, d'accord."

Je lui ai craché au visage alors que je retirais ma bite complètement dressée de mon pantalon, frottant la broche avec le bout, provoquant un gémissement de ma part.

J'ai fredonné en signe d'appréciation en traçant le ruban adhésif que j'avais placé sur sa bouche, me demandant à quoi ressemblerait la sensation de ses lèvres sur ma tige, et j'ai immédiatement su que je devais l'avoir.

"Je vais enlever le scotch de tes lèvres maintenant, salope." Je parle sévèrement à la pute que je n'avais pas encore cambriolée. "Et si tu cries, alors aide-moi mon Dieu, je vais te trancher la gorge et ensuite la baiser, tu me comprends ?"

La jeune fille hocha la tête en signe de confirmation et, sans avertissement, j'arrachai le ruban adhésif de ses lèvres, n'étouffant plus le flot incontrôlable de sanglots qu'elle avait accumulés.

"P-s'il te plaît." Elle a supplié. "Que voulez-vous de moi?"

« Qui vous a demandé de parler ? » Dis-je avec colère, mon humeur s'enflammant face à l'incompétence de la fille devant moi.

En grognant, j'ai tendu la main et lui ai pincé le nez, sa bouche à bout de souffle, me laissant l'occasion idéale de glisser ma bite devant ses lèvres soyeuses et de l'enfoncer dans sa gorge sans méfiance.

Je pouvais sentir son haut-le-cœur qui la forçait à faire une gorge profonde et à laisser échapper un gémissement monstrueux alors que du velours mouillé entourait mon bâton de baise. Je l'ai tenue là pendant un moment, regardant la chatte aux yeux bleus qui me regardait humiliée et désespérée de se libérer de ce cauchemar, et je me suis poussée sans pitié hors d'elle jusqu'au bout pour la pousser jusqu'au bout. d'un coup rapide,. Lentement, j'ai répété cela, jusqu'à ce que j'aille de plus en plus vite, baisant brutalement cette pute alors qu'elle s'étouffait sur mon manche, devant la retenir plusieurs fois pour ne pas s'évanouir.

J'ai grogné bruyamment alors que je dominais la bouche de la chienne, prenant la lame que j'avais abandonnée en tournant mon attention vers la bouche du jouet, et coupant la bretelle avant de son soutien-gorge, laissant ses cruches pendre librement, ses tétons durcissant légèrement à cause de l'exposition au froid.

J'ai gémi en en tordant un entre mes doigts, sans jamais ralentir mon rythme rapide de baise du visage, provoquant un halètement de choc et de douleur de la part de la fille. J'ai ri sombrement en tordant l'autre deux fois plus brutalement que le premier, cette fois avec pour résultat un cri faisant vibrer ma bite dans des proportions épiques où j'ai senti du sperme remonter le long de mon manche jusqu'à ce que j'éclate dans la gorge de la petite salope avec un, deux, trois, quatre et cinq énormes jets de mon sperme laiteux puissant et épais jaillissant dans son tube de baise et dans son ventre.

J'ai maintenu son visage en place, souriant de plus en plus large alors que la petite chienne que je contrôlais totalement cessait de respirer alors que sa bouche était bouchée par ma viande. Elle a lutté tandis que mon sperme coulait dans sa gorge, s'étouffant avec mon sperme et son incapacité à respirer. Ceci, à son tour, n'a fait que rendre les choses plus intenses pour moi et a persisté à maintenir la fille encore plus loin vers mon entrejambe jusqu'à ce que son tout petit nez pâle soit relié à mon bassin.

Elle se débattit, rendant la sensation encore plus grande, jusqu'à ce que, d'un dernier coup, elle glisse dans une profonde inconscience, où c'est seulement à ce moment-là que je m'extrait de sa bouche chaude.

Je savais que j'aurais dû attendre de jouer avec elle, de commencer avec la brutalité qui serait désormais la vie de ce petit jouet, mais encore une fois, comme je l'ai dit à la fille, je suis impatient.

Mais en fin de compte, ce n’est pas comme si cela avait tellement d’importance, n’est-ce pas ?

Parce que ce n’était que le début de la vie de ce petit jouet sexuel en tant que salope personnelle.

(partie 2?)

Articles similaires

The Rogue's Harem Livre 1, Chapitre 2 : Le plaisir coquin de Catgirl

Le harem des voleurs Livre un : Les femmes sensuelles de Rogue Deuxième partie : Le plaisir coquin de Catgirl Par mon nom de plume3000 Droits d'auteur 2017 Chapitre quatre : Désirs réalisés Sven Falk – Contreforts du Despeir, Principauté de Kivoneth, Terres de conflits de Zeutch Je n'avais jamais été aussi abasourdi de ma vie alors que je regardais les lèvres de la chatte de ma sœur ouvertes par les doigts coquins de Zanyia. Ce tunnel rose et scintillant, se pliant et se crispant alors que ma sœur se tortillait sous la lamia, m'a fait signe. Je rêvais de me glisser...

202 Des vues

Likes 0

L'humiliation hypnotique de Subby Hubby

Il est furieux de voir sa femme baiser un parfait inconnu dans leur maison, mais elle change ensuite d'avis. Littéralement. ******** Je suis rentré à la maison après le travail et je les ai trouvés en train de baiser sur le sol du salon. Ma femme et un gars que je ne connaissais pas. Il était au top. Je me souviens de ses talons et de ses orteils suspendus en l'air alors que ses fesses fléchissaient et qu'il la pompait. Le FUCK, dis-je. Le gars a regardé par-dessus son épaule et m'a souri. Puis il a vu mon expression et son...

194 Des vues

Likes 0

Séduit, transformé et dominé

J'ai 27 ans et j'ai mené une vie hétéro jusqu'à présent. Je suis considérée comme belle et j'ai eu de superbes copines tout au long de ma vie. Ma carrière, ma santé et ma vie sociale ont été très bonnes. On pourrait dire que je vis la vie parfaite. Je suis mince, 30 de taille, 44 de poitrine - je fais beaucoup d'exercice, j'ai une bite coupée de 7. J'ai une vie très épanouissante à tous égards sauf un. Depuis mon plus jeune âge, j'ai une imagination très active. et envie d'être séduite par un mec, mais je n'ai jamais eu...

201 Des vues

Likes 0

Le voyage à la plage_(3)

Le voyage à la plage Je ne me suis jamais considéré comme un spectateur. Je ne dirais pas que je suis moche, mais je n'ai jamais pensé que les filles parlaient de moi et je n'étais pas vraiment recherché. J'étais plus du copain gal. Je traînais toujours avec des filles, mais je ne pensais pas qu'elles s'intéressaient à moi. J'ai 15 ans, environ 5'11, 150 livres, et rien de vraiment spécial. Yeux bruns, cheveux bruns, presque entièrement moyens. J'étais plutôt en forme, grâce à ma pratique du football, et j'avais beaucoup de succès à l'école. J'étais allé jusqu'en neuvième année sans...

1.3K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

793 Des vues

Likes 0

Expérience de trio maladroite au collège

Il y a cette fille dans mon cours de chimie organique qui s'appelle Courtney. Ses jambes sont musclées, ses seins sont d'environ 36D si mes yeux disent la vérité, et elle mesure environ 5 pieds 6. Ses cheveux sont blonds et ses yeux sont verts. Elle aime porter des vêtements amples et confortables, mais les jours où elle essaie de faire plaisir à son petit ami, elle porte un haut moulant. Je lui ai parlé un peu en cours, de son petit ami. Il s'appelle Charlie et il est assez beau pour un mec. La première fois que j'ai parlé à...

640 Des vues

Likes 0

Lorsque je ne projette aucune ombre

Quand un homme qui ne projette aucune ombre est de ce monde et Éthéré. Méfiez-vous de l'amour fatal qu'il apporte car c'est votre âme qu'il vient voler Nul ne marchera devant lui ni ne marchera sur ses pas. Car il habite parmi les vivants,……… aussi bien que les morts. -Michael Fletcher Le Prologue. Torbridge, Devon. 1973 . Quand Elaine Hamilton trouve un nouveau-né jeté sur le pas de la porte de l'église trois jours après les funérailles de son père, le révérend David Hamilton, elle y voit un signe de Dieu. Enveloppé dans une fine couverture et nu comme la nature...

439 Des vues

Likes 0

Jimmy, le garçon d'à côté

Gah, l'université est ridicule ! Je suis tellement prête à arrêter. Taylor Green a ouvert la porte de son dortoir et l'a claquée de façon dramatique. Max, sa colocataire, leva les yeux du livre qu'elle lisait pour la regarder. Mec, tu dis toujours ça chaque semaine. Taylor souffla et passa ses doigts dans ses cheveux noirs jusqu'aux épaules. Ouais, mais cette fois, je suis sérieux. Aujourd'hui, nous sommes vendredi, mais j'ai 3 devoirs à rendre le même jour la semaine prochaine, un test à emporter et 3 autres quiz. Je jure que cette charge de travail va me tuer ! Elle...

296 Des vues

Likes 0

Six-Mile High Club chapitre 8

Six-Mile High Club chapitre 8 Comme il se faisait tard et qu'ils devaient être chez Tomiko pour le dîner, ils s'habillèrent et quittèrent l'école. Elle conduisait un peu comme le chauffeur de taxi qui avait emmené Miyoko et Michael de l'aéroport à l'hôtel. Soudain, Tomiko s'est arrêtée dans un parking, a coupé le contact et est sortie de la voiture comme si elle participait à une course de Stock Car, et a dû faire un arrêt au stand, avec seulement la déclaration : Attends ici. Je reviens tout de suite. Elle a traversé le parking en courant jusqu'à une pharmacie. Trois...

224 Des vues

Likes 0

Asticot.

. Smack, Smack Deux gifles aiguës sur ses joues lui firent ouvrir les yeux et voir la forme de sa femme se tenant au-dessus de lui. « Hé la mouche, je vais travailler, ne reste pas dans ce putain de lit toute la journée ; et assurez-vous que cet endroit est nettoyé à mon retour ». Son ressentiment pour lui était au plus bas depuis plusieurs années maintenant. Son argent les gardait tous les deux car il était depuis longtemps devenu inemployable. Tout avait été paradisiaque lors de leur première rencontre ; elle pensait qu'il était M. Merveilleux. Comme il l'excitait avec tous...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.