Cabin Fever : Besoin d'un peu de compagnie - Chapitre 06

429Report
Cabin Fever : Besoin d'un peu de compagnie - Chapitre 06

Chapitre 6 – Dures vérités et chair molle

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Je ne possède aucun des films de la franchise Cabin Fever, ni aucun des personnages qu'elle contient. Je ne gagne pas d’argent en écrivant cette histoire.

Note de l'auteur : Juste un avertissement à ceux d'entre vous qui n'aiment que les trucs épicés : ce chapitre n'est en fait qu'une conversation entre les personnages principaux. Il n'y a pas de sexe en soi, mais il y a pas mal de jeux mammaires.

"C'était une erreur", a déclaré Marcy. "J'aurais dû m'en douter."

Elle but une grande gorgée de sa bière.

"Ouais," acquiesça Paul d'un ton sans enthousiasme. « C’est ce que nous sommes censés dire, n’est-ce pas ? Alors si nous savons que c’était une erreur, comment se fait-il que nous soyons ici en ce moment, au lit ensemble, nus ? » Marcy le regarda avec des yeux illisibles. "Je veux dire, nous avons baisé deux fois ce soir, nous allons probablement baiser encore, n'est-ce pas ?"

"Oh, putain ouais!" Marcy a confirmé avec une honnêteté impassible.

"On dirait que nous sommes pleins de conneries", a poursuivi Paul.

Marcy consomma le dernier centimètre de sa cigarette, laissant le reste de la fumée apaisante s'attarder à l'intérieur pendant une seconde avant de la faire rouler entre ses lèvres pendant qu'elle écrasait le mégot dans le cendrier. Paul en profite pour admirer ses fesses alors qu'elles lui sont brièvement visibles.

"Ouais, mais c'est différent maintenant", a-t-elle argumenté. "Le mal est déjà fait."

"Ouais," répondit Paul avec un rire amer. "Je suppose que les choses ne peuvent pas devenir plus foutues qu'elles ne le sont, n'est-ce pas ?" » demanda-t-il d'un ton pensif.

"Non," répondit doucement Marcy.

« Est-ce que tu y penses beaucoup ? » demanda-t-elle après un bref silence.

"Ouais," admit Paul avec un soupir. « Au début, j’essayais de ne pas le faire, mais au bout d’un moment, je ne pouvais plus m’empêcher d’y penser. J'essaie toujours de lui donner un sens, mais… » il s'interrompit. "Toi?" il tourna la question vers Marcy, sans la moindre trace d'accusation ou de jugement dans sa voix.

"Pareil", acquiesça-t-elle. «Je pensais que je pouvais simplement oublier ça et continuer, comme si cela ne s'était jamais produit. Mais cela revient vous hanter. C’est comme un putain de monstre de film d’horreur – il n’y a pas moyen d’y échapper. En vérité, Marcy avait réussi à faire un travail raisonnable pour sortir Paul de son esprit depuis leur sauvetage. Elle avait beaucoup d’expérience pour éviter les regrettables aventures d’un soir. Mais tout s’est effondré au moment où elle a commencé à soupçonner que sa semence avait pris racine en elle. Couplée à l'annonce de la mort de Karen au même moment, Marcy s'est retrouvée incapable de réprimer plus longtemps ses pensées de culpabilité et de honte.

Elle s'est roulée sur le côté et a regardé Paul droit dans les yeux tout en continuant : « Parfois, je ne peux même pas me regarder dans le miroir, et puis quand je le fais, j'ai l'air si misérable ou en colère et ça fait vraiment mal. J'ai l'impression que la femme de l'autre côté veut me gifler pour avoir autant merdé ; pour ce que je lui ai fait.

Paul tendit la main et posa sa main sur le côté de Marcy dans un geste réconfortant.

« Vous savez, j’aimerais vraiment pouvoir y retourner et ne pas le faire. Mais je ne peux pas. C’est tout simplement gâché », a fait remarquer Marcy. Ses angoisses sortaient d'elle avec un tel élan qu'elle se retrouva sur le point de révéler sa grossesse à Paul. Mais la partie raisonnable de son esprit est intervenue et l’a censurée. L'atmosphère confortable et sans jugement qui régnait dans la pièce existait uniquement parce que le linge sale qu'ils diffusaient n'était un secret pour aucun d'eux. Si Marcy lançait une bombe à laquelle Paul n’était pas préparé, cela gâcherait sûrement toute la nuit.

"Je ne sais pas quoi faire", a-t-elle poursuivi, voilant la véritable nature de sa situation difficile avec un langage vague. « Je n’ai aucune putain d’idée de comment gérer tout ça. Je ne peux certainement pas en parler à personne. Mon Dieu, la façon dont ils me regarderaient s’ils savaient ce que je ferais… les conneries qu’ils diraient sur moi dans mon dos. La seule chose que je peux faire, c'est essayer de trouver une solution moi-même. C'est vraiment un sacré coup de tête », lui dit-elle, un sentiment de mélancolie se glissant dans sa voix alors que son détachement par rapport à l'avenir incertain qui l'attendait s'amenuisait.

Paul lui caressa doucement le corps de haut en bas dans un geste instinctif de réconfort.

"Ça ira mieux..." lui dit-il d'une voix qui trahissait son manque de confiance dans ces mots. "...finalement. Il le faut, n'est-ce pas ?

"Merci", répondit Marcy d'un ton doux, émotionnellement épuisé, mais néanmoins sincère. Ils se regardèrent en silence pendant un moment, un faible sourire sur le visage de Marcy exprimant sa gratitude pour la consolation de Paul.

"Penses-tu que ce soir, ça va être tout aussi compliqué à gérer ?" Lui demanda Paul.

Marcy ne put s'empêcher de sourire devant son ignorance. Ce n'est pas comme si elle pouvait encore être en cloque.

"Eh bien, comme je l'ai dit, je pense que le mal est déjà fait", répondit-elle.

Paul semblait tirer un certain réconfort de ses paroles. Savoir que le bagage émotionnel qu'il portait ne serait pas aggravé par ses choix de ce soir était un soulagement.

Le talon de sa main effleura le côté de sa poitrine alors qu'il la caressait distraitement.

Rencontrant son regard, Marcy soupira doucement alors que le silence entre eux grandissait. Comme toute la soirée, rien dans le silence n’était gênant. Au contraire, c'était extrêmement apaisant, lui offrant l'opportunité de traiter tout ce qui avait été discuté à son propre rythme. Il y avait quelque chose dans le contact intime que Paul lui avait donné qui ajoutait une certaine fiabilité à ses paroles. Peut-être que les choses se passeraient pour le mieux.

"Tu aimes vraiment ça, n'est-ce pas ?" » demanda-t-elle d'une voix agrémentée d'une légère pointe de fierté. Elle fit un geste des yeux vers ses seins pour éliminer toute confusion sur ce qu'elle voulait dire.

Paul haussa les sourcils. La question le surprit un peu. Il aurait peut-être effleuré les seins de Marcy plusieurs fois en la caressant, mais ce n'était pas intentionnel.

Abaissant son regard sur les monticules impeccables, il déplaça toute sa main sur le sein qu'il contournait et testa sa souplesse avec une légère pression.

"Ils sont… vraiment impressionnants," répondit Paul avec un sourire narquois, d'un ton de voix qui donnait l'impression qu'il sous-estimait son opinion.

Marcy sourit chaleureusement, visiblement ravie de sa réponse.

"Eh bien, ici," dit-elle en se rapprochant simultanément du dossier du lit, en s'appuyant sur son oreiller et en tendant la main pour attraper Paul par l'arrière de la tête. Doucement, elle le rapprocha jusqu'à ce que son visage ne soit plus qu'à quelques centimètres de ses seins. "Devenir fou!" lui dit-elle d'une voix douce.

Paul croisa son regard un instant, exprimant d'abord son incrédulité puis une immense gratitude. Puis son regard se tourna vers les impressionnants oreillers de chair eux-mêmes. Ses yeux s'écarquillèrent, comme un animal sauvage qui vient d'apercevoir sa proie. Il regarda son mamelon rose gonflé alors qu'il dansait fluidement devant lui en réponse au pétrissage qu'il était encore en train de donner au sein. Puis il se pencha en avant, prit le mamelon dans sa bouche et la tétait avec impatience.

Il la tétait intensément pendant un bon moment, léchant lentement son mamelon avec sa langue et traçant des boucles sur la peau veloutée de son aréole. Lorsqu'il eut fini pour le moment, il déposa de nombreux baisers lents et adorables sur divers autres points de sa poitrine, avant de tourner la tête pour téter son jumeau. Il a continué à lui masser la poitrine avec des mouvements rythmés et détournés. Sans son visage, sa main était libre de jouer avec le monticule souple comme bon lui semblait.

Il prit un bref entracte après avoir allaité et embrassé ses seins pour presser son visage contre eux, se délectant de la façon dont sa chaleureuse générosité féminine se livrait si gracieusement devant lui. Puis il recommença tout le cycle, alternant entre téter son sein gauche, puis son sein droit.

Marcy sentit quelque chose effleurer le bas de sa cuisse. Elle baissa les yeux et fut surprise de voir sa virilité dépasser de ses reins aussi raide qu'une planche. De toute évidence, l’expérience était plus excitante pour lui qu’elle ne l’avait imaginé.

Elle passa doucement ses doigts dans les cheveux de Paul alors qu'il se réjouissait de ses seins. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire. L’obsession des hommes pour les seins l’a toujours amusée. Elle aimait ses filles ; elle était fière de leur taille et de leur forme parfaite. Ils représentaient un bel aspect de sa silhouette. Mais la fascination masculine pour eux, pas seulement la sienne mais celle de toutes les poitrines de femmes plantureuses, était absurde. Elle appréciait néanmoins l'attention qu'ils lui méritaient, du moins la plupart du temps. D'après la façon dont Paul flottait entre eux à ce moment-là, elle était certaine qu'ils avaient joué un rôle non négligeable en attirant une agréable compagnie dans son lit en cette journée sombre. Alors qui était-elle pour snarker ?

Marcy était en fait surprise de voir à quel point l'expérience était agréable pour elle. Paul savait ce qu'il faisait. Beaucoup de gars à qui on avait donné une audience avec ses seins les avaient pratiquement attaqués comme des guerriers berserkers : les saisissant comme s'ils essayaient de lui faire passer la graisse dans les côtes. L’approche de Paul pourrait être mieux décrite comme de l’adoration. Chaque geste qu'il faisait exprimait un respect pour ses seins. Il déposa d'innombrables baisers tendres sur leurs surfaces extérieures et traita ses aréoles comme des lieux saints, les oignant patiemment et minutieusement dans sa salive avec sa langue. Sa poigne pétrissante était ferme, mais aussi tempérée. Il prenait soin de ne pas abuser de ses précieux seins tout en expérimentant tous les plaisirs tactiles uniques qu'ils offraient.

Plus il leur accordait d’attention, plus ils fredonnaient d’excitation charnelle.

"Tu aimes ça?" Marcy a demandé à Paul, connaissant déjà la réponse.

"Oh ouais!" Paul grogna avec insistance, arrachant ses lèvres de son mamelon pendant seulement la fraction de seconde qu'il lui fallut pour répondre.

"Bien", a répondu Marcy. Elle continua à lui caresser doucement les cheveux.

"Je suis heureuse que tu aies décidé de venir ce soir", lui dit-elle quelques secondes plus tard. Il y avait un sentiment de sincérité dans sa voix qui ne correspondait pas à Marcy.

Paul fit une pause après avoir embrassé le large sein droit de Marcy et soupira pensivement. Elle sentit le souffle chaud de ses narines qui s'envolait dans son décolleté comme des vents déchaînés. Il enfouit la moitié de son visage dans la douce poitrine qu'il venait d'adorer avec ses lèvres, tandis qu'il frottait lentement l'autre dans un large mouvement circulaire.

"Ouais, je suppose… je suppose que moi aussi", répondit Paul d'une voix indécise mais détendue. "Ce soir, c'était… eh bien, ça allait être plutôt mauvais. Mais c'est génial", a-t-il expliqué. Il a ponctué ce sentiment en plongeant sa bouche sur son sein gauche avec une énorme gorgée et en la tétant plus avidement que jamais.

Quelques secondes plus tard, quand il eut fini, il releva la tête pour regarder son visage pour la première fois depuis qu'elle lui avait offert ses monticules voluptueux.

"Tu te sens mieux?" » demanda-t-il avec une sincère inquiétude.

«Je suppose», répondit Marcy sans enthousiasme.

Elle pouvait sentir le changement dans l'alchimie entre eux. Paul lui massait toujours la poitrine, mais le geste avait perdu toute son intensité. Sa main était simplement posée sur elle. Elle baissa les yeux, rencontrant involontairement le regard de Paul. La profonde sympathie qu’elle voyait en elle la mettait mal à l’aise.

Avec beaucoup d'insistance, elle rapprocha sa tête de sa poitrine, dans l'espoir de retrouver l'attention mutuellement agréable qu'il lui accordait. Soit Paul a compris l'allusion, soit il a simplement succombé à ses pulsions les plus profondes. Quoi qu'il en soit, sa main devint instantanément plus engagée dans son massage et il continua à l'embrasser, mais sans téter son sein gonflé.

"Je ne suis pas contrariée", clarifia Marcy alors qu'elle laissait la chaleur montante dans sa poitrine dissiper sa tension comme des vagues sur une plage emportant des lignes griffonnées dans le sable. "Je n'arrive tout simplement pas à comprendre ce que je suis censé faire", sa bouche s'enfuit sans elle.

"'Censé faire'? Que veux-tu… Tu veux dire à propos de la cabane ? À propos de ce que nous avons fait ? » demanda doucement Paul. Une fois de plus, il s'appuya sur son sein droit, essayant de s'immerger dans sa chaleur séduisante. De son seul œil libre, il observait son jumeau avec un plaisir tranquille alors qu'il gonflait et se balançait en réponse à son pétrissage rythmé.

"Mmm, ouais," répondit doucement Marcy. Elle était trop épuisée émotionnellement pour détourner la vérité avec une réelle diligence. Elle se trouvait dans une situation très vulnérable en ce moment, et elle le savait. Ses défenses étaient baissées et si leur conversation dérivait naturellement dans cette direction, Marcy avait l'impression qu'elle admettrait être enceinte. De toute façon, elle s’en fichait.

« Nous ne pouvons rien y faire. C'est arrivé. Cela ne peut pas être annulé. Et ce n’est pas comme si c’était une de ces choses qui pouvaient être réparées », a fait remarquer Paul.

La torsion de ce téton rose et velouté devint trop forte pour qu'il puisse y résister et une fois de plus, il pressa ses lèvres autour et la suça intensément.

« Était-ce vraiment si grave ? Nous ne pouvons pas rattraper cela ? » demanda Marcy sereinement. "J'espère que non."

Paul prit son temps pour en finir avec sa délicieuse poitrine avant de répondre avec considération.

"Non, je ne voulais pas dire ça comme ça... Je suppose que ce que je voulais dire, c'est... je ne pense pas que ce soit quelque chose que nous... devons rattraper", commença-t-il ; parlant en rafales qui furent interrompues par lui déposant de lents baisers sur la surface de ses seins.

« Nous n’avons blessé personne. Personne d’autre n’est au courant, ce n’est donc pas comme si nous avions offensé qui que ce soit. Et Karen... "

La conversation est soudainement devenue suffisamment sérieuse pour que Paul retire complètement ses lèvres de la poitrine de Marcy afin de pouvoir se concentrer sur ce qu'il avait à dire. Il s'arrêta une seconde le temps de trouver les mots justes.

« Ce que nous avons fait n’a rien aggravé. Aucune des mauvaises conneries qui se sont produites là-haut n'est arrivée parce que nous avons fait l'amour. Et ce n’est pas comme si nous avions fait preuve de négligence ou quoi que ce soit ; nous avions fait tout ce que nous pouvions pour elle. Ce n’est pas comme avoir des relations sexuelles… Ce n’est pas comme si les choses se seraient mieux passées si nous n’avions jamais couché ensemble », raisonna Paul.

Marcy regarda fixement au-delà de la tête de Paul, vers la fenêtre avant recouverte de rideaux de la chambre du motel.

"Tu crois vraiment ça?" elle a demandé. Son esprit ne parvenait pas à déterminer où se situaient les paroles de Paul sur la balance entre la sagesse et la connerie.

Paul soupira.

« Je pense que je sais que c’est vrai dans mon esprit. Mais je vais encore me sentir comme une merde demain," répondit-il en se fouillant aussi profondément qu'il le pouvait dans le décolleté de Marcy.

"Ouais," acquiesça Marcy avec mécontentement.

"Je sais. C'est de la merde – toute la culpabilité. Nous allons probablement nous sentir nuls pendant longtemps. Mais comme je l’ai dit, ce n’est pas comme si nous pouvions faire quoi que ce soit pour améliorer les choses, car cela n’affecte personne d’autre. Les seules personnes qui ont été blessées par ce que nous avons fait, c’est nous. Si les choses doivent s’améliorer, je pense que c’est juste une de ces choses que nous devons simplement attendre le temps de régler.

"Mais je pense que si vous commencez à vous soucier de trouver un moyen de compenser cela, vous deviendrez probablement fou en vous inquiétant de quelque chose que nous ne pouvons pas changer, et cela ne s'améliorera jamais", a suggéré Paul.

Pour la première fois depuis longtemps, Paul retira sa main de ses seins. Il caressa doucement le côté de ses côtes dans un geste réconfortant, comme il l'avait fait plus tôt.

Le silence envahit la pièce pendant plusieurs secondes. Tandis que Paul se prélassait avec bonheur dans la chaleur du support voluptueux de Marcy, l'esprit de Marcy s'emballait alors que la complexité de sa situation semblait croître de façon exponentielle.

« Cela n’aurait pas dû arriver. C’était mal », a-t-elle finalement répété d’un ton solennel. Malgré la confiance qu’elle feignait dans sa voix, c’étaient les paroles d’une femme confuse qui devait se faire l’avocate du diable contre l’avis de Paul, afin d’apporter un peu de clarté aux pensées et aux sentiments conflictuels en elle.

«Je sais», acquiesça fermement Paul. « Mais rien de tout cela n’aurait dû arriver. Ce foutu ermite n’aurait pas dû se pointer sur notre perron et gâcher nos vacances. Nous n’aurions pas dû le tuer en état de légitime défense. Karen n'aurait pas dû tomber malade. Jeff n'aurait pas dû s'enfuir. Tout était foutu dans cette cabane, pas seulement ce que nous avons fait.

« Faire l’amour avec nous, c’était mal. Bon sang, être ici ensemble comme ça n'est pas bien, et nous le savons tous les deux. Mais quand on y pense : où nous étions alors, où nous sommes maintenant... il n'y a rien que nous puissions faire qui soit « juste ». Vous voyez ce que je veux dire ? Il a demandé.

Marcy hocha doucement la tête.

« Qu'est-ce qu'on est censé faire un soir comme ce soir ? Aller dans un bar et boire jusqu'à s'évanouir ? Ou rester seul et souffrir comme un fou ? Je préférerais être ici en train de sucer tes incroyables seins", lui dit-il avec une franchise sans faille.

Il lui donna un baiser à bouche ouverte bien au-dessus du mamelon, tirant doucement sur la chair en la suçant juste un peu.

"Je n'en suis pas fier", a-t-il précisé, "bon sang, dans 24 heures, j'en aurai probablement un peu honte. Mais ce n’est pas comme si je serais mieux si je n’étais pas venu. Nous profitons simplement d’une situation vraiment merdique ici. Et c’est peut-être tout ce que nous avons fait dans la cabine.

Après avoir dit tout ce qu'il avait à dire sur le sujet, Paul se remit à téter vivement les mamelons de Marcy, s'occupant longuement de celui de gauche avant de porter son attention sur celui de droite pendant la même durée.

Marcy a simplement continué à caresser affectueusement les cheveux de Paul tout en appréciant les sensations de lui jouant avec ses filles. Cela servait de toile de fond merveilleusement apaisante pour la réflexion sérieuse qu’elle devait mener.

Paul avait laissé son esprit ébranlé par sa vision inattendue de leur liaison dans la cabine et de son incidence sur son avenir. Il n'avait visiblement aucune idée de l'impact que cela avait eu sur elle – aucune idée que cela avait laissé une progéniture en elle. Mais malgré son ignorance, ses paroles étaient à la fois perspicaces et convaincantes.

De mauvaises choses s'étaient produites pendant ces vacances. Beaucoup de mauvaises choses. Séduire Paul et coucher avec lui en faisait certainement partie. Dans d’autres circonstances, ce ne serait qu’un regret supplémentaire dans son histoire sexuelle mouvementée. Elle s’en débarrasserait et passerait à autre chose. Alors pourquoi laissait-elle cette petite aventure insignifiante la consumer ?

Paul avait raison : Karen n’est pas morte parce qu’ils ont eu des relations sexuelles. C'est la maladie qui l'a tuée. Marcy n'avait aucune part dans la mort de Karen, donc en aucun cas elle ne méritait de souffrir pour ce qui lui était arrivé.

Marcy s’est rendu compte qu’enterrer aujourd’hui son amie pleine d’entrain de 21 ans avait été un rappel poignant que la vie est courte. Trop court pour le gaspiller à cause d’une culpabilité déplacée. Trop court pour laisser une petite erreur gâcher sa vie si elle était capable de la corriger.

Elle a pris une décision : elle se ferait avorter.

Articles similaires

Brandi et Jessica, finale d'Halloween

Brandi est mon escorte, je la paie pour coucher avec moi. Il y a bien plus que cela, elle est comme ma petite amie. Depuis que j'ai commencé à l'utiliser, elle s'est limitée à un autre client, elle en voyait environ cinq. Honnêtement, je pourrais l'épouser et la sauver de cette vie. Nous faisons bien plus que simplement avoir des relations sexuelles. Je l'emmène à des rendez-vous, au cinéma, en vacances, elle reste chez moi et bien plus encore. C'est l'une des femmes les plus magnifiques que j'ai jamais vues. Elle n'est pas trop grande, environ 5'6. Ses yeux sont si...

610 Des vues

Likes 0

Les rêves deviennent réalité_(0)

J'emballais mes affaires en me préparant à dormir chez mon ami. Il s'appelait Lyall. C'était un garçon de ma classe. Nous avions 14 ans tous les deux. La chose est; Je l'aimais depuis la 6ème. J'ai su très tôt que j'étais gay, même si je le cachais bien. Cela n'a pas beaucoup aidé qu'il soit extrêmement chaud et très désireux de le montrer. Il enlevait souvent sa chemise lorsque nous jouions ou mettait un short révélant ses jambes et ses cuisses. Qu'il soit ou non gay aussi, je ne le savais pas. Il faisait toujours des commentaires sur les filles canons...

1.4K Des vues

Likes 0

Le compagnon d'un démon, partie 1 : Mes débuts

REMARQUE : Il n'y a AUCUN sexe dans CETTE PARTIE de l'histoire. Je promets que dans les chapitres à venir, il y aura beaucoup de sexe chaud et lubrique. Ceci n'est que l'introduction. J'étais juste assis sur le canapé, regardant un documentaire sur The Dark Ages. C'etait intéressant. Alors voyez pratiquement le monde entier aller en enfer. Soudain, mon téléphone faisait du bruit. C'était mon copain. Eh bien, il était en quelque sorte mon petit ami. Nous ne nous étions jamais rencontrés dans la vraie vie. Nous nous sommes rencontrés via un site Web correspondant. Et depuis, nous avions développé une...

1.5K Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 1

Le lutteur, première partie Cette histoire parle d'un gars timide et d'un ami de la famille qui l'a aidé à surmonter ses blessures et sa timidité pour atteindre le sommet. C'est un peu une longue histoire. Je me suis laissé emporter cette fois. Encore une fois, j'utilise une bonne dose de correcteur orthographique pour ma dyslexie, mais les conseils et les commentaires sont les bienvenus. Faites-moi savoir si vous êtes arrivé à la fin les gars s'il vous plaît. The Silent Assassin était son nom de ring et ce n'était pas par hasard son vrai nom Adam, il était un produit...

1.2K Des vues

Likes 0

Le remplacement de maman

Ce n'est que dans mes rêves que je pouvais concevoir ce qui se passait. Je dois rêver, ça ne peut pas être réel, n'est-ce pas ? Je me réveille du rêve d'avoir des relations sexuelles avec ma femme. Un rêve que je réalise maintenant, car ma femme était décédée il y a deux ans. Le rêve est de ma femme vingt ans plus jeune, mais j'ai l'âge que j'ai maintenant. Je suis encore groggy de sommeil, mais le rêve semble continuer dans mon esprit, car je ressens un plaisir intense dans mon aine. Je passe ma main sous les couvertures voulant...

927 Des vues

Likes 1

Séduction estivale partie 1

Séduction estivale Pt 1 C'était l'été 1986 et je venais de terminer mes O'levels au collège international anglais de Marbella, en Espagne. Ma famille y avait déménagé 2 ans plus tôt. La plupart des gens de l'école étaient amis et se connaissaient quel que soit leur âge ou leur classe, donc évidemment j'étais amical avec mes amies jeunes sœurs, dont la plupart avaient 14 ans et avaient besoin de l'attention des garçons plus âgés. Les vacances scolaires venaient de commencer et l'amie de ma sœur Alesha organisait chez elle une fête au bord de la piscine à laquelle j'étais invité, c'était...

625 Des vues

Likes 0

Je n'avais pas de choix

Je n'avais pas de choix Par EFon (C'est une longue histoire et il y a une certaine accumulation, mais je pense que cela vaut la peine de vraiment définir l'intrigue.) Qu'est-ce que je vais faire maintenant? Je suis coincé dans une situation sans issue et le stress me tue. Je n'ai jamais voulu une vie compliquée, mais j'ai un temps que j'aime ou pas. Ce qui est étrange, c'est que même si je sais que c'est mal, je ne peux pas m'empêcher de l'aimer quand même. Maintenant, j'ai eu des moments sauvages à l'université, mais alors que j'étais encore jeune, je...

1.5K Des vues

Likes 0

Jake, Robby et une surprise

J'écrirai plus si vous l'aimez. Envoyez-moi un e-mail avec des commentaires/suggestions : [email protected] Jake Greenman est assis dans son cours de théorie musicale, s'ennuyant à en perdre la tête et jouant avec une guitare pour essayer de compenser la diffusion anxieuse de jeunes hormones dans son corps tonique et chaud. Ses cheveux bruns, raides et fins, effleurent légèrement son front et remontent sur son cuir chevelu, et il doit les retourner périodiquement. Son jeu de guitare est un peu sporadique, ses doigts blancs et lisses caressent la touche et glissent avec mépris de haut en bas de la guitare inférieure à la...

1.7K Des vues

Likes 0

Asticot.

. Smack, Smack Deux gifles aiguës sur ses joues lui firent ouvrir les yeux et voir la forme de sa femme se tenant au-dessus de lui. « Hé la mouche, je vais travailler, ne reste pas dans ce putain de lit toute la journée ; et assurez-vous que cet endroit est nettoyé à mon retour ». Son ressentiment pour lui était au plus bas depuis plusieurs années maintenant. Son argent les gardait tous les deux car il était depuis longtemps devenu inemployable. Tout avait été paradisiaque lors de leur première rencontre ; elle pensait qu'il était M. Merveilleux. Comme il l'excitait avec tous...

1.5K Des vues

Likes 0

Amour tendre II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la première partie de Tender Love. Désolé, cela a pris si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée de l'orgasme puissant qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris contre...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.