Une mélodie inoubliable Ch. 04

337Report
Une mélodie inoubliable Ch. 04

Pour ce chapitre, j'ai décidé de m'amuser un peu avec le fantasy de la première moitié, en le plaçant dans l'univers Star Wars. Au cas où ce ne serait pas clair, pour la première partie, Burke est Mike et Kana est Melody. Aucun titre de chanson pour ce chapitre, alors asseyez-vous et profitez-en !

Une mélodie inoubliable Ch. 04

Sable. Sable. Du sable partout. Telle était la vie de Burkateer Lark.

Il y a dix-huit ans, il était un jeune Padawan prometteur de sept ans dans l'Ordre Jedi de l'Ancienne République. Bien sûr, c’était avant la trahison de Dark Vador et la formation ultérieure de l’Empire Galactique. Ce jour fatidique, son maître, Cin Dralig, avait eu vent de la trahison et de l'attaque imminente du Temple Jedi. Bien que son maître ait essayé d'envoyer le garçon seul pour s'entraîner, Burke avait convaincu Dralig de l'accompagner. Il lui rappela que c'était une décision prudente, le convainquant finalement après avoir reçu une transmission d'urgence de Maître Yoda qu'un plan était en préparation et que le couple devait fuir. Ils se sont cachés sur Tatooine, dans le désert entourant Mos Espa. Pendant cinq ans, Dralig a enseigné à Burke tout ce qu'il pouvait, avant de finalement succomber à la maladie et à la vieillesse. Bien qu’il soit un Jedi talentueux, la formation de Burke était loin d’être terminée. Il improvisa du mieux qu'il pouvait, apprenant à utiliser la Force de toutes les manières imaginables. Dix ans après son arrivée sur la planète, l’expérience de Burke avec la Force s’était accrue au point qu’il pouvait sentir la présence d’autres personnes sensibles à la Force. Un jour, alors qu'il pratiquait cette capacité, il fut capable de détecter une forte présence sur la même planète, au-delà de la Mer des Dunes.

Décidé à enquêter, il voyage pendant trois jours avant de finalement détecter l'origine de la présence dans une minuscule cabane délabrée. L'occupant sentit clairement sa présence également, puisque Burke se retrouva bientôt attaqué, son sabre laser entrant en collision avec la lame de nul autre qu'Obi-Wan Kenobi, le grand général de la Guerre des Clones. Son humeur s'améliorant immédiatement à la découverte d'un autre survivant de la Grande Purge Jedi, Burke se présenta comme l'élève de feu Cin Dralig. La nouvelle de la mort de Dralig provoqua une grande tristesse chez le vieux Kenobi, qui avait servi à ses côtés à plusieurs reprises au fil des années.

Burke s'est entraîné pendant plusieurs mois avec lui, devenant rapidement plus compétent dans son utilisation de la Force. Malheureusement, tous deux savaient que, aussi dur que fût Burke, il ne serait jamais assez puissant pour tenir tête à l'Empire. Le potentiel brut n’a jamais été son point fort, pas comme Maître Yoda ou Anakin Skywalker. Kenobi lui a confirmé que le plan de Yoda était toujours en cours et impliquait un individu ayant un potentiel de sommeil dans la Force, supérieur même à Skywalker lui-même. Proclamant que sa formation était terminée, Kenobi fit ses adieux au jeune Jedi et retourna dans sa maison de fortune dans les canyons du désert près de Mos Espa.

Quelques années plus tard, Burke ne pouvait plus sentir la présence de Kenobi nulle part sur la planète. Lorsque la nouvelle arriva en ville quelques mois plus tard de la destruction de la super arme de l’Empire, l’Étoile de la Mort, Burke ne put s’empêcher de rire. Ce vieux chien rusé a quand même réussi à prendre le dessus sur eux.

Aujourd'hui âgé de vingt-six ans et satisfait de vivre une vie simple, Burke passait ses journées à travailler comme mécanicien pour un brocanteur local à Mos Espa nommé Watto. Il avait une carapace extérieure rugueuse, mais Burke l'aimait plutôt, et cela pouvait dire que le pauvre Toydarian avait vécu l'une des vies les plus malchanceuses imaginables. Il y a de nombreuses années, il était le brocanteur le plus prospère de la ville, jusqu'à ce qu'il perde son meilleur mécanicien et son esclave, ainsi que toutes ses économies, dans un pari peu judicieux sur le Podrace. Bien qu’encore bourru, le cœur de Watto s’est adouci avec beaucoup d’humilité dans les années qui ont suivi la perte. Il paya Burke du mieux qu'il pouvait, suffisamment pour qu'il puisse joindre les deux bouts.

En dehors de son travail et en gardant secrètement ses compétences de Jedi, Burke passait son temps libre à la cantine locale. Alors qu'il essayait normalement de ne pas s'associer avec les individus miteux fréquentant un tel établissement, il revenait sans cesse, principalement pour la propriétaire et barman, Kana Croft. Elle était une vision étonnante de beauté, gentille et accueillante en plus, et avait raison à propos de son âge. Il pouvait sentir qu'elle était très amoureuse de lui dès leur première rencontre. Cependant, Burke connaissait très bien le serment de célibat inhérent au fait d'être un Jedi, même si quelqu'un pouvait l'amener à se détourner de ce serment, ce serait bien elle. À de nombreuses reprises, il avait envisagé de faire exactement cela, ne voyant aucune raison pour qu'il reste fidèle aux principes Jedi, mais néanmoins, pour une raison qui lui était inconnue, il avait résisté.

Cette journée particulière semblait aussi sans incident que la précédente. Il venait juste de terminer son travail de la journée et entra dans la cantine de Kana. Elle lui fit signe de se diriger vers son tabouret de bar préféré, souriant et passant sa main dans ses magnifiques cheveux roux ce faisant.

"Comme d'habitude, chérie?"

« Pas aujourd'hui, merci, Kana. Il fait très chaud là-bas, alors juste un peu d'eau glacée pour l'instant," répondit-il.

À peine avait-elle livré son verre que Burke sentit une présence dangereuse approcher. Jetant un coup d'œil par-dessus son épaule, il vit un trio de Stormtroopers entrer dans la cantina. Gardant ses manières aussi décontractées que possible, il utilisa tranquillement la Force pour écouter leur conversation.

« Qui recherchons-nous encore, Capitaine ? »

« Un Jedi. Vador a découvert que Kenobi se cachait sur cette planète, il doit donc y en avoir plus. Il a dit qu’il ressentait la présence d’un homme dans cette ville.

"Mort ou vif?"

« Il s’en fiche, et personnellement, je souhaite choisir l’option qui nous donne les meilleures chances de survivre. Alors, mort.

En se tournant vers le bar, Burke pouvait maintenant voir l'inquiétude et l'inquiétude se répandre sur le visage de Kana. Lui faisant négligemment signe de s'approcher, il lui murmura : « Ne t'inquiète pas, ils sont là pour moi.

Essayant de garder un visage aussi impassible que possible, elle répondit : « Vous ? Que te veulent-ils ?

En soupirant, il sentit qu'après l'avoir connue pendant trois ans, on pouvait confier à Kana son secret soigneusement gardé. "Je suis un Jedi."

Tandis qu'elle réfléchissait silencieusement à sa révélation, il poursuivit : « Je dois sortir de ce système le plus vite possible. J'ai un bateau caché dans les canyons. S'il vous plaît j'ai besoin de votre aide. Avez-vous une porte dérobée que je peux utiliser ?

Considérant momentanément ses options, elle prit sa décision. «Je vais te faire mieux. Je viens avec vous."

La regardant avec inquiétude, il dit : "Pas question, ce n'est pas ton combat."

Posant doucement sa main sur la sienne, elle se pencha encore plus près. Il pouvait sentir son doux parfum qui flottait dans son cou. « J’ai aidé deux espions rebelles à échapper à leur capture l’année dernière », a-t-elle révélé. « Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne viennent me chercher. S'il te plaît, prend moi avec toi."

Cédant, Burke hocha légèrement la tête. Il se leva, bougeant comme s'il allait faire ses besoins. Alors qu'il s'approchait de la porte arrière, il entendit Kana dire à sa collègue : « Prends ma place s'il te plaît, je pars en pause. Il l'entendit alors murmurer à l'ouvrier : « Les soleils jumeaux se couchent. »

En rattrapant Burke, Kana a expliqué : « Mon ami savait depuis un certain temps que je devrais m'évader à un moment donné. C'était mon au revoir. Avant qu'ils ne sortent par l'arrière, elle sortit un blaster DL-44 d'un tiroir de son bureau et le rangea à sa droite.

Alors que les deux hommes sortaient dans les rues poussiéreuses de Mos Espa, ils commencèrent à se diriger vers les portes de la ville où était garé le speeder X-34 de Burke. Les grandes foules d’acheteurs et de voyageurs de fin de journée ont cependant ralenti leur progression. À mesure qu'ils approchaient des portes, le nombre de troupes impériales patrouillant dans la zone augmentait considérablement. Cependant, ils gardaient leur sang-froid, marchant simplement comme s'ils étaient en voyage d'affaires. Malheureusement, alors que les portes étaient en vue, un passant a heurté Kana, la renversant de telle manière qu'elle a accidentellement ouvert la veste de Burke, révélant le sabre laser accroché à sa ceinture.

"Regarder! Voilà les Jedi ! Tirer pour tuer!" Cria un Stormtrooper.

En un clin d'œil, Burke dégaina son arme, enflammant la lame bleue. « Kana, vas-y ! Allez au speeder !

Alors qu'un trio de Stormtroopers ouvraient le feu, Burke dévia habilement leurs tirs vers eux, tuant instantanément l'un des trois. Profitant de leur surprise, il sauta directement sur les deux autres, atterrissant entre eux et les exécutant tous les deux avec une vrille horizontale. Il désactiva son arme et courut vers le speeder, se retirant avec Kana juste au moment où les renforts arrivaient.

Volant à travers le désert à toute vitesse, le speeder de Burke fut soudainement secoué par un quasi-échec de tirs de blaster. Kana regarda derrière eux pour trouver deux speeder bikes impériaux à leur poursuite.

Burke a prévenu : « Nous devons les perdre avant d’atteindre le canyon, sinon ils nous suivront jusqu’à mon navire. »

"Dessus!" Sortant son blaster, Kana visa habilement les speeder bikes, en jetant un coup d'œil à l'un d'entre eux dès son premier tir. Ces pilotes étaient cependant meilleurs que la plupart et ont réussi à rester facilement sur la cible. Changeant de tactique, elle tira maintenant une série rapide de coups de feu sur eux deux, les brisant et amenant l'un d'eux presque à côté du speeder. Fixant son objectif contre la coque, elle a visé le point mort et a tiré deux fois, faisant tomber le pilote de son véhicule.

"OUI!!!" Kana a crié.

« Beau tournage ! Le deuxième est sur nos six ! »

Alors qu'elle tentait d'obtenir un tir clair, le deuxième pilote a montré son extrême habileté, se balançant adroitement d'avant en arrière pour éviter sa visée. « Bon sang ! Je n’arrive pas à tirer net, il continue d’esquiver ! »

"D'accord, j'ai une idée." Burke abaissa le pare-brise et vira brusquement à droite. « Préparez-vous à tirer droit devant ! »

Il s'est rapidement stabilisé et a immédiatement freiné, ce qui a fait passer le motard directement devant eux. Burke est ensuite revenu à plein régime pour ne pas le perdre. "Ok, il est au point mort, attrape-le!"

Kana a visé soigneusement et a tiré deux coups directement dans son moteur arrière. Alors que de la fumée s'échappait du vélo, celui-ci a finalement explosé en une boule de feu. "J'ai compris!" Cria Kana.

« Grattez-en deux ! Nous sommes clairs, quittons cette planète.

En entrant dans l'embouchure du canyon, Burke a dirigé le speeder à travers le labyrinthe de formations rocheuses, pour finalement arriver à un affleurement isolé contenant son navire.

"Belle balade..." s'émerveilla Kana.

"Oui, c'est une classe Defender, construite sur mesure pour l'ancien Ordre Jedi. Après que mon maître et moi ayons échappé à la Grande Purge Jedi, nous avons travaillé pour modifier complètement ce bébé. Ajout d'un puissant système de camouflage, le rendant complètement indétectable. Une fois que nous serons dans l’espace, personne ne nous trouvera à moins que nous le souhaitions.

Burke activa la rampe d'entrée, impatient de monter à bord et de décoller. Cependant, dans la pire tournure des événements imaginable, le système hydraulique a mal fonctionné, la rampe étant bloquée à moitié ouverte. Alors que les deux hommes s'efforçaient de réactiver l'ascenseur, Burke sentit soudain une présence inquiétante approcher. "Faites fonctionner cette rampe, maintenant", prévint-il Kana. Elle hocha la tête, visiblement effrayée par son changement d'attitude.

Alors que Burke se tenait face à l'entrée étroite de l'affleurement, il entendit un son distinctif, qui s'amplifiait lentement. Plus on se rapprochait, plus ce qui approchait était clair. Reconnaissant la respiration particulière décrite dans les innombrables histoires de la cantine, il se retrouva bientôt face à face avec Dark Vador, le Seigneur des Sith.

"Fascinant..." fit la voix à l'intérieur du masque. « Si je ne me trompe pas, je m'adresse maintenant à Burkateer Lark. Il semble que le Padawan ait acquis quelques compétences.

Déterminé à ne montrer aucune peur, Burke a répliqué : « Dark Vador. Vous sentez meilleur que ce que vous décrivez dans vos histoires.

En se regardant momentanément, chacun était pleinement conscient des conséquences probables de cette rencontre. Alors que le regard de Vador se tournait vers Kana, travaillant frénétiquement à réparer la rampe, Burke dégaina instantanément son sabre laser. « Laissez-la en dehors de ça », a-t-il menacé. "Elle n'a rien à voir avec nous."

"Si c'est ce que tu souhaites", dit Vador en allumant sa lame cramoisie, "alors tu sais ce que tu dois faire."

Bien essayé, mais je ne joue pas à votre jeu.

Grâce à sa rapidité de réflexion, Burke commença à évaluer le duel à venir. Vador était réputé pour sa force et ses prouesses physiques. Sa portée serait également son avantage, et il avait un bon avantage de 8 pouces en hauteur sur Burke. Vador était cependant connu pour se déplacer plutôt lentement, du moins sur ses pieds. Sa combinaison l'empêchait également d'utiliser des acrobaties, même avec l'aide de la Force. Ce serait l’avantage de Burke : la mobilité.

Vador se précipita en avant, ouvrant avec une attaque aérienne commune à son style de combat. Burke se défendit facilement, même s’il sentit immédiatement à quel point même les frappes les plus simples de Vader étaient puissantes. Bon sang, il est vraiment fort. Sachant maintenant qu'un assaut frontal de l'un ou l'autre combattant se mettrait dans une position nettement désavantageuse, Burke a immédiatement commencé sa tactique de délit de fuite.

Alors que Vador accélérait le tempo de ses attaques, Burke commença à utiliser une stratégie simple mais efficace. Défendant chaque frappe avec légèreté, afin de rediriger plutôt que de bloquer avec la force brute, il esquiva continuellement, encerclant lentement Vador. Ce style était également courant chez le vieux Kenobi ; il était réputé pour ses capacités défensives à son apogée. Alors que Vador commençait à s'en rendre compte, changeant ses attaques en frappes de précision assistées par la Force, Burke fit immédiatement un saut périlleux sur son adversaire.

Frappant le dos de Vador avec une frappe horizontale, il fut étonné de voir avec quelle habileté le Seigneur Sith se défendait, retournant simplement son sabre laser par-dessus son épaule, exécutant efficacement un blocage à une main sans regard. Les histoires ne lui rendent pas justice. Pourtant, il savait que Vador aimait jouer avec sa proie avant de se rapprocher pour la tuer. Alors qu'il se tournait vers Burke, le jeune Jedi savait qu'il devait formuler une condition de victoire avant la fin de ce jeu.

Reprenant son assaut, Vador commença maintenant à frapper rapidement dans plusieurs directions successives, en s'inspirant des techniques de combat de sa jeunesse. Commençant à faire tourner son sabre dans sa main, la puissance de ses coups monta en flèche, obligeant Burke à utiliser des manœuvres acrobatiques complètes pour y échapper. Ayant besoin de quelque chose pour faire pencher la balance en sa faveur, il se souvint soudain du sac de fournitures dans son speeder.

Force rapide repoussant Vador pour se donner un moment de répit, il se concentra de toutes ses forces, faisant appel à la Force comme jamais auparavant. Il tendit la main et lui appela le vieux sabre laser de son maître depuis le sac. Juste au moment où Vador récupérait, il alluma la lame vert vif dans sa main gauche et adopta une position protectrice avec les deux sabres horizontaux, un haut et un bas.

Sans se laisser décourager, le Seigneur Sith poursuivit ses attaques puissantes. Burke, cependant, était désormais capable de se défendre beaucoup plus efficacement avec sa deuxième lame, reprenant sa stratégie d'encerclement. Désormais capable de lancer sa propre attaque, le Jedi commença à repousser Vador vers l'embouchure de l'affleurement. Pendant qu'ils se battaient, Burke entendit le son le plus paradisiaque au monde : la rampe d'entrée de son navire s'ouvrant complètement.

Réalisant que sa proie était sur le point de s'échapper, Vador repoussa son attaque, forçant Burke à s'échapper avec une série de backflips, gardant ses doubles sabres en position privilégiée pour se protéger lorsqu'il était dans les airs. Alors qu'il déplaçait lentement le duel vers le navire, Kana monta à bord et commença la séquence de décollage. Burke s'est retrouvé à défendre un barrage d'attaques frénétiques, entraînant la destruction du sabre laser de son maître. Maintenant contraint à un sabre avec Vader, il a finalement pu se désengager, retournant sur la rampe de son vaisseau alors qu'il décollait. Au cours du processus, cependant, Burke a reçu une vilaine entaille à la cuisse gauche du sabre laser de Vader.

Alors qu'il montait la rampe et pénétrait dans le cockpit, Burke commença à activer les systèmes de camouflage pendant que Kana programmait les coordonnées de l'hyperpropulsion. « J'ai un contact amical sur Corellia. Et si on y allait ? » Elle a demandé.

"Faisons-le", a répondu Burke. Deux minutes plus tard, ils avaient atteint la vitesse lumière, indétectable par tous les vaisseaux hostiles. Haletant et en sueur dans le fauteuil du pilote, Burke ne pouvait pas croire qu'il avait réellement affronté le guerrier le plus redouté de toute la galaxie et qu'il avait survécu pour en parler.

Kana se tourna vers lui, son esprit fonctionnant à toute vitesse. "Je n'arrive pas à croire tout ça... toi, un Jedi... ces Stormtroopers... lui... c'est trop..."

En lui frottant doucement l'épaule, Burke répondit : « C'est bon. Vous êtes en sécurité maintenant.

Hochant la tête, elle remarqua soudain sa jambe. "Oh mon Dieu! Tu es blessé!"

"Non, ce n'est rien", essaya-t-il de la convaincre, mais sa grimace à son contact était trop évidente.

« Ce n’est certainement PAS rien ! Allez, au lit avec toi.

Le vaisseau étant désormais en pilote automatique, elle amena le Jedi blessé dans ses quartiers, l'asseyant sur le bord de son petit lit. En inspectant sa jambe, la coupure ne semblait pas trop profonde, mais la coupure elle-même avait presque coupé la jambe de son pantalon. Elle arracha le dernier morceau de tissu de la jambe, l'exposant jusqu'au milieu de la cuisse.

"Il y a un paquet de médicaments sur le mur contenant du liquide bacta", lui ordonna-t-il.

Elle enleva ses bottes et ses chaussettes, sortit les médicaments du pack médical et commença à soigner sa blessure. Cela piquait au début, mais les mouvements apaisants de sa main commencèrent lentement à le détendre. Sa blessure étant désormais propre, elle la pansa et s'assit à côté de lui sur le lit.

« Tu as beaucoup de chance, tu sais. La coupure n’était pas trop dommageable, mais un centimètre ou deux de plus, et il aurait pu complètement sectionner votre muscle », a-t-elle déclaré.

Il haussa les épaules. « Vient avec le territoire. Les Chevaliers Jedi, gardiens de la paix et de la justice, quoi qu'il arrive.

Elle regarda ses yeux d'un bleu profond, abasourdie. « Tu crois toujours ça après toutes ces années ? Après tout ce qui s’est passé ?

Il a souri. «C’est tout ce que j’ai toujours eu, tout ce que j’ai toujours voulu. Autrement dit, jusqu'à ce que… »

Sa main se déplaça lentement sur la sienne. "…Jusqu'à toi."

Alors que la tension entre eux atteignait son paroxysme, Kana ne pouvait plus se retenir. Passant ses bras autour de son cou, elle l'embrassa passionnément, ne voulant rien d'autre que l'aimer. Bien qu'il ait été hésitant au début, il a lentement commencé à lui rendre la pareille, passant sa main jusqu'au bas de son dos. Elle balança sa jambe pour le chevaucher sur le bord du lit, prenant son visage dans ses mains alors qu'elle continuait à serrer ses lèvres.

«Burke… je veux juste que tu saches. Cela n’a rien à voir avec le fait que vous soyez un Jedi. Je ne suis pas une fille évanouie qui veut se jeter sur toi à cause de ce que tu as fait pour moi aujourd’hui. Je… je te veux. Je te veux depuis le premier jour de notre rencontre. Elle commença à déboutonner lentement sa chemise de travail bleu foncé. "Et, si tu m'avais, je sais que tu ferais de moi la fille la plus heureuse de l'univers."

Alors qu'elle finissait de se déboutonner, elle laissa la chemise pendre librement, couvrant à peine ses seins alléchants. Reprenant son baiser, elle passa lentement ses mains sur son visage et jusqu'à son cou fort. Elle commença à frotter doucement ses hanches, en prenant soin de ne pas frotter contre la coupure sur le bas de sa cuisse, et pouvait sentir son énorme bite devenir dure contre elle.

Rompant momentanément leur baiser pour reprendre l'air, Burke haleta : « Je… te veux aussi. Mon Dieu, je te veux depuis si longtemps. Je sais que je ne suis pas censé le faire, que ce n'est pas la voie des Jedi, mais, de retour dans le canyon, honnêtement, tu étais la raison pour laquelle j'ai survécu. Pendant ce duel avec Vador, j'ai continué à penser à toi, sachant ce qui t'arriverait si j'échouais. Il passa ses mains sous sa chemise déboutonnée, caressant doucement le bas de son dos. «Tu étais ma force. Grâce à vous, j'ai pu faire des choses que je n'aurais jamais cru possibles. Si ce n’est pas la vraie nature de la Force, je ne sais pas ce que c’est.

Il l'attira contre lui, l'embrassant doucement. Passant lentement ses mains dans son dos, il commença à lui retirer sa chemise. Elle haussa les épaules tandis que le vêtement bleu tombait sur le plancher du navire. Ses seins nus étant désormais entièrement exposés à lui, elle prit sa main et la posa doucement sur son sein gauche. Alors qu'il commençait à la caresser, sa main gauche remonta pour parcourir ses cheveux roux foncé, lui provoquant un gémissement de plaisir. Elle rejeta la tête en arrière, lui permettant de commencer à l'embrasser dans le cou, descendant lentement jusqu'à sa poitrine.

Arrivé à son buste, il s'attarda brièvement dans la vallée de ses seins avant de prendre son mamelon gauche dans sa bouche. Il l'entendit haleter de désir, ce qui ne fit que le stimuler davantage, travaillant son mamelon droit avec ses doigts pendant qu'il suçait légèrement. Après plusieurs minutes de ces taquineries, elle n'en pouvait plus, décidant qu'elle devait l'avoir tout entier. Glissant doucement de ses genoux, elle se pencha sur lui et embrassa légèrement ses lèvres avant de glisser ses mains sous sa chemise marron poussiéreuse. Le tirant vers le haut et par-dessus sa tête, elle exposa sa forte poitrine, endurcie par ses années d'entraînement en secret.

Avec un rire séduisant, elle le poussa de manière ludique sur le dos et travailla sa ceinture avant de retirer doucement le reste de son pantalon noir ample. Maintenant, avec l'homme qu'elle désirait entièrement nu devant elle, elle pensa qu'elle devrait lui rendre la pareille. Souriant avec un regard séduisant, elle ôta ses bottes et défit sa ceinture avant de lui tourner le dos. En regardant par-dessus son épaule, elle pouvait voir à quel point il appréciait le spectacle. Décompressant son pantalon noir, elle se pencha pour le retirer d'elle, secouant légèrement ses fesses alors qu'ils tombaient.

Complètement exposée à lui maintenant, elle s'approcha du pied du petit lit simple, rampant lentement et avec convoitise vers lui. Elle plana au-dessus de lui, le taquinant momentanément avant qu'il n'attire rapidement son visage vers lui, son baiser montrant plus de passion et de désir qu'il n'en avait affiché jusqu'à présent. Gémissant de plaisir, elle fut agréablement surprise de sentir sa main descendre sur son ventre plat, arrivant bientôt aux lèvres de sa chatte. Alors qu'il stimulait doucement son clitoris, la trempant dans son propre jus, elle poursuivit leur baiser et commença à branler lentement sa bite.

Elle fut d'abord surprise par sa taille, facilement longue de sept pouces et assez large. Rompant momentanément le baiser, elle ne put s'empêcher de ronronner : "Maintenant, C'EST mon genre de sabre laser..."

En la giflant dans le dos de manière ludique, il a répondu sarcastiquement : « Très créatif. Depuis combien de temps attendez-vous pour utiliser celui-là ?

En riant, elle a répondu : « Le jeu de mots au sabre laser ? Depuis que tu m'as dit que tu étais un Jedi. Jouer avec ? Depuis que j’ai posé les yeux sur toi… »

Reprenant leur baiser, elle le chevaucha avec précaution, s'assurant de ne pas peser sur ses jambes. Alors qu'elle appuyait ses mains contre sa forte poitrine, il la guida soigneusement par la taille pour l'aligner avec sa queue. Abaissant lentement sa chatte dégoulinante sur lui, elle gémit de satisfaction. Un immense sourire s'étala sur son visage alors qu'elle commençait à rebondir doucement le long de son manche, ses incroyables seins se balançant à son rythme. Elle ouvrit les yeux et regarda les siens avec convoitise.

"Tu n'as aucune idée combien de fois j'ai imaginé ça," murmura-t-elle à bout de souffle. "Certaines nuits, quand je n'arrivais pas à dormir", dit-elle, commençant à jouer érotiquement avec ses propres mamelons, "je ne pouvais pas m'empêcher de me faire plaisir… avec toi. Entendre ta voix, imaginer tes mains partout sur moi… certaines nuits, c'était la seule chose qui m'a permis de m'en sortir.

Se penchant en avant, ses seins impressionnants pendant devant son visage, elle continua: "Mais la vraie chose est bien meilleure que ça…"

Incapable de se contrôler plus longtemps, il attrapa sa petite taille, la tenant au-dessus de lui, et commença à lui enfoncer sa bite à un rythme effréné. Ses gémissements de plaisir et d'extase ne faisaient que le stimuler, refusant de lui accorder ne serait-ce qu'un instant de répit. Elle avait besoin de lui, comme il avait besoin d'elle. Alors que le couple commençait à jouir ensemble, il a finalement pompé sa dernière semence, expulsant sa semence dans son ventre avec un gémissement guttural…

La regardant, haletante et en sueur, Melody se contenta de sourire à Mike. "Bienvenue," ronronna-t-elle.

Le saluant avec un doux baiser, elle s'émerveilla du fantasme que le couple venait de vivre. "Vous êtes un maître très amusant et créatif", dit-elle en lui fourrant le nez d'un air espiègle alors qu'elle s'allongeait sur lui.

"Quoi? À cause de mes fantasmes de nerd ? » demanda Mike d'un ton sarcastique, revenant lentement à sa propre conscience.

En riant, Melody a répondu : "Bien sûr. Beaucoup de ceux qui ont des fantasmes ne peuvent penser à rien en dehors de la partie sexuelle des choses. En revanche, vous aviez une histoire captivante, des personnages intéressants, sans parler d’une très bonne action.

En s'asseyant, il se frotta légèrement les yeux. "Alors, est-ce qu'on faisait réellement l'amour, puisque nos personnages étaient dans le fantasme ?"

"Non. Essentiellement, nous dormions tous les deux sur le canapé tout le temps. Maintenant que le fantasme est terminé, nous pouvons encore ressentir tous les effets du fantasme, comme vous pouvez probablement le constater. Par exemple…" Elle se pencha près de son oreille, murmurant: "Je peux encore sentir ta bite palpitante dans ma chatte."

Se tortillant devant l'image mentale, Mike a demandé : "Est-ce pour cela que mon caleçon est trempé dans mon propre sperme ?"

"Eh bien, je ne sais pas… vérifions et voyons." Glissant son short de sport jusqu'à ses genoux, elle révéla sa queue flasque, toujours recouverte de son caractère collant. Elle commença à lécher sa hampe comme une sucette, gémissant de plaisir. "Mmm… c'est définitivement ton sperme. C’est délicieux.

Voyant qu'il était presque 20h00, Mike a décidé qu'une petite détente en soirée s'imposait. "Je souhaite que mon énergie sexuelle soit complètement rechargée afin de pouvoir profiter d'une belle, longue et relaxante branlette de ma magnifique petite amie."

Picotement. Éclair.

Instantanément, la bite de Mike a attiré toute l'attention. Melody l'a poussé à s'asseoir droit sur le canapé, lui tendant la télécommande du téléviseur. "Pourquoi ne voyons-nous pas ce qui se passe pendant que j'exauce votre souhait ?"

"Ça me semble bien." Mike a parcouru les chaînes avant de s'installer sur la chaîne en diffusant les rediffusions de Seinfeld. Pendant qu'ils regardaient, il ne pouvait s'empêcher d'être impressionné par Melody, qui était capable de comprendre le ridicule de la série sans jamais manquer une miette de sa branlette magistrale. Elle le caressa lentement, prêtant parfois attention à sa tête bombée, avant de descendre plus bas. Il pouvait dire qu’elle faisait en sorte qu’il profite de la balade le plus longtemps possible, et il ne se plaignait certainement pas.

Mike a eu du mal à prêter attention à l'émission à la télévision, car la robe en satin noir de Melody avait commencé à glisser jusqu'à ses épaules, révélant le haut de ses incroyables seins. Ils tremblèrent et rebondirent légèrement alors qu'elle tendait la main vers la table, pompant du lubrifiant d'une bouteille posée sur la table basse. Ce n’était pas là il y a une minute, n’est-ce pas ? Elle sourit méchamment ; se frottant les mains et enduisant sa queue de gel frais et lisse.

"Ooh, ça fait du bien…" murmura Mike.

Reprenant ses caresses tranquillement, elle rigola. "Je pensais que ça pourrait te plaire."

Un instant plus tard, le prochain épisode de Seinfeld démarrait. De manière hilarante, c'était l'un des épisodes les plus célèbres de tous les temps, "The Contest". Alors que les personnages faisaient leur pari pour voir qui pourrait tenir le plus longtemps sans se branler, Melody ne put s'empêcher de rire. "Vous savez, vous gagneriez ce concours haut la main."

Levant un sourcil, Mike répondit : « Comment appelles-tu ce que tu fais en ce moment ?

« Masturbation du partenaire, idiot. Le pari est sur la satisfaction personnelle. Elle rigola, continuant : "Honnêtement, tu n'auras peut-être plus jamais besoin de te branler."

"Eh bien, je suis toujours un mec, mais avec un si beau génie du sexe comme petite amie, je suppose que tout est possible", réfléchit-il.

À la fin de l'épisode, Mike pouvait sentir son orgasme se développer lentement. Melody coupa le son de la télévision et s'agenouilla devant le canapé devant lui, le regardant de manière séduisante dans les yeux alors qu'elle augmentait la vitesse de ses pompes. Sa robe de satin pendait toujours sur ses épaules, masquant juste ses seins. Alors que Mike les regardait, elle eut une excellente idée en disant d'une voix sensuelle : "Tu veux les baiser ?" Abasourdi par sa suggestion coquine, Mike ne put qu'acquiescer de la tête en réponse.

Souriante, elle se redressa pour se mettre à genoux, tirant le nœud de sa robe et la laissant tomber au sol. Elle ramassa la bouteille de lubrifiant sur la table basse, en versa un peu sur ses mains, et commença à la frotter sensuellement sur ses magnifiques seins en bonnet D. Visiblement en train de s'amuser, elle ne put s'empêcher de serrer ses tétons pendant qu'elle se lubrifiait, haletant en réponse à ses propres mains. Mike pensa pendant une demi-seconde qu'elle avait peut-être exagéré cette réaction à son avantage, mais il se ravisa ensuite ; il savait par expérience directe à quel point ses mamelons étaient sensibles.

Ses seins étant désormais correctement lubrifiés, Melody le tira vers l'avant de son siège pour qu'il soit un peu affalé, ses fesses juste au bord du coussin du canapé. Alors qu'elle se penchait sur son aine, Mike se souvint soudain de sa pipe d'hier.

"Bandeau s'il vous plaît." Son bandeau noir réapparut, assurant une vision parfaite de ce qui allait se passer.

Déplaçant ses globes impressionnants sur sa queue, elle commença à la frotter doucement, d'abord avec sa droite, puis avec sa gauche. Augmentant progressivement la vitesse de ses alternances, elle fut bientôt pratiquement en train de motoriser sa queue avec ses seins. Ralentissant finalement son rythme jusqu'à l'arrêt alors qu'il gémissait de plaisir, elle plaça ensuite ses seins directement au-dessus de son membre engorgé. En les serrant ensemble à l'avant, elle a formé un petit tunnel dans son décolleté avec lequel elle pouvait le baiser. Elle appuya son buste sur la tête de sa queue, le prenant lentement entre ses glorieux seins. Quelques secondes plus tard, elle vit enfin sa pointe ressortir de sa vallée. Le tenant là momentanément, elle lui donna un rapide baiser, en riant, avant de décider qu'il était temps de l'emmener sur la lune.

Melody commença maintenant à faire glisser sa queue dans et hors de son décolleté à un rythme modéré, son regard ne quittant jamais le sien. Mike était complètement sans voix ; il ne savait pas ce qui était le plus sexy, la branlette espagnole, regarder la branlette espagnole, ou l'incroyable regard de luxure et de désir sur son visage. Ses yeux émeraude se fixèrent sur les siens, sa vitesse augmenta maintenant jusqu'à un rythme maniaque, provoquant ses yeux exorbités de surprise et de plaisir. Il n’osait pas détourner le regard ; il ne voulait pas manquer un seul instant de cette expérience époustouflante. Alors que sa respiration devenait plus profonde et plus rauque, ce sourire méchant continuant de s'agrandir sur son visage, Mike savait qu'il ne lui restait pas longtemps.

"Si vous continuez… ça… vous aurez un… sacré gâchis… à nettoyer," parvint à haleter Mike.

Souriant malicieusement, elle répondit simplement : "C'est l'idée."

En gardant un tempo élevé, Melody a finalement tiré son atout. Serrant ses seins aussi fort qu'elle le pouvait, faisant exagérer les yeux de Mike face à cette nouvelle oppression, elle baissa la tête et lécha de manière ludique le bout de sa queue à chaque fois qu'elle s'approchait d'elle. Les sensations visuelles et physiques combinées ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, poussant Mike à dépasser le point de non-retour. Melody, sentant que sa fin était proche, augmenta la férocité de ses mouvements à un point qu'aucun humain normal ne pourrait jamais espérer maintenir. Le regardant droit dans les yeux, les siens pleins de désir insatiable, elle était incapable de prononcer un seul mot d'incitation avant qu'il ne commence son éruption.

Mike grogna et gémit d'extase, sans jamais détourner son regard de la vue incroyable devant lui. As he spewed stream after stream of thick, juicy cum, coating Melody’s neck and gorgeous tits, his passion was only prolonged by her unbridled joy in causing his orgasm. Finally coming down from his climax, he managed a few breathless words.

“That’s one hell of a grin. Which do you love more? Making me cum, or being covered in it? I honestly can’t tell.”

Giggling lustfully, she wiped a dribble of his cum with her middle finger and licked it clean, her eyes never leaving his. “Both,” she replied in a husky voice.

“Well, I wish for a warm, moist towel so I can clean up my exceedingly dirty girlfriend. And once I’m done cleaning her up, it’s her turn…”

Picotement. Éclair.

Instantly, Mike was holding a green towel, steamed to the perfect heat and wetness. Leaning forward on the sofa, he began wiping the valley of her cleavage, working straight up between them and up to her chin. Sweeping the front half of her neck gently, he then sensually began to clean her shoulders, kissing her forehead in the process. Making his way down to her tits, he cleaned each individually, paying extra attention to her nipples. As she squirmed in anticipation, he cupped her face in his hands. After a long kiss, he vigorously wrapped his arms around her torso, pulling her up and onto the sofa in one swift motion.

As Melody laughed in surprise and excitement from his sudden exercise of control, Mike knelt on the floor in front of the sofa, just as she had done a few moments before. Running his hands along her inner thighs, her eyes rolled back into her head, savoring the moment. He pulled her forward on the sofa, her pussy now resting at the edge of the cushion, and reached his hands up to fondle her breasts and nipples. Beginning to kiss her legs, slowly working his way toward her damp pussy, he could clearly see just how horny jacking him off had made her. Tracing her outer lips with the tip of his tongue, he took in her delicious juices, bringing a smile to his face.

“You taste… so good,” he whispered.

“R-really?” came her surprised reply.

« Mmm hum. It’s like honey, or sweet nectar. It’s intoxicating. Addictive.” He lightly licked her between his descriptions.

“Well, then… quit talking and make me cum already…”

Resuming his worshipping of her womanhood, he began lapping her steadily from the base of her lips all the way up to her clit. Although she squirmed and buckled, Melody did an admirable job of helping him stay on target, gently placing her hands on the back of his head and running her fingers through his hair. He smiled to himself, exceedingly proud of how much he was making her lose control, and slipped his middle finger into her dripping slit. Hearing her breathing become increasingly heavy at the dual sensations occurring, he then began flicking her clit with his tongue. Unfortunately, he soon realized that his tongue’s stamina wouldn’t allow him to keep this up much longer. Until, of course, he remembered that he was eating a sex genie.

I wish any time I pleasure you that my tongue would never run out of strength.

Picotement. Éclair.

Now reinvigorated, Mike’s tongue licked and flicked with drive and purpose, only to be satisfied when Melody became a moaning puddle of orgasms. Sensing from her vocalizations that she was extremely close, he now began sucking her swollen clit and curling his finger to massage her g-spot. Melody’s eyes bulged, her hands latching onto the backrest of the sofa in a death grip. With a few final tickles of her g-spot, he blew an intense stream of cool air on her clit, sending her over the edge, screaming and moaning all the while. Her sweet juices gushed from her womanhood, soaking the sofa and sticking to Mike’s stubble. She twisted and writhed, her words little more than incoherent babbling. After a solid five minutes, she finally came down to earth, seemingly in a trance-like state. Mike moved to sit next to her on the sofa, kissing her cheek.

“I love you,” he whispered. The words themselves were enough to send her spontaneously rocking into another mini orgasm.

“Holy shit! I came again, and you didn’t even touch me!”

Chuckling, he started, “Well, that’s because I lo-”

“Stop right there mister!” she interjected. “I believe you, I love hearing it, but I can’t really handle another one of those right now.”

Relenting, he sat back on the sofa as Melody rested her head on his shoulder. Sighing contentedly, she asked, “So, what’s going on for tomorrow?”

Going through things in his head, Mike responded, “Well, no formal rehearsals this week with my audition this Friday and… oh crap.”

“What’s wrong?”

Mike sighed, mad at himself. “I have the biggest audition of my life in less than a week and I haven’t practiced in two days. In professional music, that’s like a supermodel going to get a Big Mac. You just don’t do it.”

Running her fingers through his tussled hair, Melody purred, “Oh, my poor, poor Master. If only he could realize the full potential of his genie’s powers in order to balance his work and sex lives.”

“Wait, are you saying you can help fix this? I thought your powers were only for sexual purposes?”

Nodding, she replied, “They are.”

Now thoroughly confused, Mike asked, “Then what wish could you possibly grant that would help in my music career and the upcoming audition?”

“I’m sorry, but I’m not allowed to tell you that. You have to answer that question for yourself,” she said, frowning slightly.

“Ok, let me think…”

Mike pondered the situation for several minutes in silence, running through different scenarios in his head. Half a can of Coke later, he had arrived at a wish he thought might fit the bill perfectly.

“Alright, I think I have a wish. Let me know if any of this won’t work,” Mike said. “I wish for all of my musical abilities, range, stamina, tone, technicality, musicianship, and so on, would increase every time we have sex, experience a fantasy, or are intimate in any way, shape, or form. The increase would be no less than the benefits I would receive from a day of practicing, and potentially more, depending on the intensity of the sex. All of that within your parameters?”

With a sly look on her face, she responded, “Yep, I can do that.”

His eyes lit up, showing his extreme pride in having found the solution she had alluded to. “Oh, one other question. Is it possible to retroactively apply the effects of this wish to all of our encounters since I first met you?”

Melody closed her eyes for a minute, appearing to search for an answer in the deep recesses of her mind. “…Just barely,” she finally replied.

Picotement. Éclair.

Mike now felt the tingling envelope his lips, lungs, and mind. He felt great, as if he could perform a three-hour recital right then and there, no warm-up required.

This is gonna come in real handy…

“I take it you’re pleased?” Melody asked, running her hands over his chest.

Taking her hands in his, he kissed her knuckles sweetly, replying, “Very.”

Elle rigola. “Well then, it seems we have quite a bit of ‘practicing’ to do this week, don’t we?”

“Yes, yes we do,” he said, laughing. “Truthfully, though, there’s still no substitute for real honest hard work. Especially when it comes to career defining auditions.”

“I suppose that’s true. And step one is a restful night’s sleep, correct?”

Seeing that it was now nearing 10:00, and his plan had always been to get up early on Monday for a long day of preparation, he agreed. The pair strolled back to their bedroom, turning off all the lights in the apartment as they passed them. Melody hung her black robe up on a door hook, and Mike discarded his boxer briefs in the laundry hamper. Crawling into their king-sized bed, Melody snuggled up into her favorite position in the world: curled up in the crook of Mike’s arm, her head on his chest.

“Want me to wake you up again tomorrow?” she asked sweetly.

“Sure,” he said, smiling. “6:30 work for you?”

“Sounds wonderful,” she said with a contented sigh.

Mike reached over to switch off the lights, curling up with the girl of his dreams in his arms. Minutes later, they were sound asleep.

Articles similaires

The Rogue's Harem Livre 1, Chapitre 2 : Le plaisir coquin de Catgirl

Le harem des voleurs Livre un : Les femmes sensuelles de Rogue Deuxième partie : Le plaisir coquin de Catgirl Par mon nom de plume3000 Droits d'auteur 2017 Chapitre quatre : Désirs réalisés Sven Falk – Contreforts du Despeir, Principauté de Kivoneth, Terres de conflits de Zeutch Je n'avais jamais été aussi abasourdi de ma vie alors que je regardais les lèvres de la chatte de ma sœur ouvertes par les doigts coquins de Zanyia. Ce tunnel rose et scintillant, se pliant et se crispant alors que ma sœur se tortillait sous la lamia, m'a fait signe. Je rêvais de me glisser...

202 Des vues

Likes 0

Séduit, transformé et dominé

J'ai 27 ans et j'ai mené une vie hétéro jusqu'à présent. Je suis considérée comme belle et j'ai eu de superbes copines tout au long de ma vie. Ma carrière, ma santé et ma vie sociale ont été très bonnes. On pourrait dire que je vis la vie parfaite. Je suis mince, 30 de taille, 44 de poitrine - je fais beaucoup d'exercice, j'ai une bite coupée de 7. J'ai une vie très épanouissante à tous égards sauf un. Depuis mon plus jeune âge, j'ai une imagination très active. et envie d'être séduite par un mec, mais je n'ai jamais eu...

201 Des vues

Likes 0

Le voyage à la plage_(3)

Le voyage à la plage Je ne me suis jamais considéré comme un spectateur. Je ne dirais pas que je suis moche, mais je n'ai jamais pensé que les filles parlaient de moi et je n'étais pas vraiment recherché. J'étais plus du copain gal. Je traînais toujours avec des filles, mais je ne pensais pas qu'elles s'intéressaient à moi. J'ai 15 ans, environ 5'11, 150 livres, et rien de vraiment spécial. Yeux bruns, cheveux bruns, presque entièrement moyens. J'étais plutôt en forme, grâce à ma pratique du football, et j'avais beaucoup de succès à l'école. J'étais allé jusqu'en neuvième année sans...

1.3K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

793 Des vues

Likes 0

Expérience de trio maladroite au collège

Il y a cette fille dans mon cours de chimie organique qui s'appelle Courtney. Ses jambes sont musclées, ses seins sont d'environ 36D si mes yeux disent la vérité, et elle mesure environ 5 pieds 6. Ses cheveux sont blonds et ses yeux sont verts. Elle aime porter des vêtements amples et confortables, mais les jours où elle essaie de faire plaisir à son petit ami, elle porte un haut moulant. Je lui ai parlé un peu en cours, de son petit ami. Il s'appelle Charlie et il est assez beau pour un mec. La première fois que j'ai parlé à...

640 Des vues

Likes 0

Lorsque je ne projette aucune ombre

Quand un homme qui ne projette aucune ombre est de ce monde et Éthéré. Méfiez-vous de l'amour fatal qu'il apporte car c'est votre âme qu'il vient voler Nul ne marchera devant lui ni ne marchera sur ses pas. Car il habite parmi les vivants,……… aussi bien que les morts. -Michael Fletcher Le Prologue. Torbridge, Devon. 1973 . Quand Elaine Hamilton trouve un nouveau-né jeté sur le pas de la porte de l'église trois jours après les funérailles de son père, le révérend David Hamilton, elle y voit un signe de Dieu. Enveloppé dans une fine couverture et nu comme la nature...

439 Des vues

Likes 0

L'humiliation hypnotique de Subby Hubby

Il est furieux de voir sa femme baiser un parfait inconnu dans leur maison, mais elle change ensuite d'avis. Littéralement. ******** Je suis rentré à la maison après le travail et je les ai trouvés en train de baiser sur le sol du salon. Ma femme et un gars que je ne connaissais pas. Il était au top. Je me souviens de ses talons et de ses orteils suspendus en l'air alors que ses fesses fléchissaient et qu'il la pompait. Le FUCK, dis-je. Le gars a regardé par-dessus son épaule et m'a souri. Puis il a vu mon expression et son...

195 Des vues

Likes 0

Six-Mile High Club chapitre 8

Six-Mile High Club chapitre 8 Comme il se faisait tard et qu'ils devaient être chez Tomiko pour le dîner, ils s'habillèrent et quittèrent l'école. Elle conduisait un peu comme le chauffeur de taxi qui avait emmené Miyoko et Michael de l'aéroport à l'hôtel. Soudain, Tomiko s'est arrêtée dans un parking, a coupé le contact et est sortie de la voiture comme si elle participait à une course de Stock Car, et a dû faire un arrêt au stand, avec seulement la déclaration : Attends ici. Je reviens tout de suite. Elle a traversé le parking en courant jusqu'à une pharmacie. Trois...

224 Des vues

Likes 0

Asticot.

. Smack, Smack Deux gifles aiguës sur ses joues lui firent ouvrir les yeux et voir la forme de sa femme se tenant au-dessus de lui. « Hé la mouche, je vais travailler, ne reste pas dans ce putain de lit toute la journée ; et assurez-vous que cet endroit est nettoyé à mon retour ». Son ressentiment pour lui était au plus bas depuis plusieurs années maintenant. Son argent les gardait tous les deux car il était depuis longtemps devenu inemployable. Tout avait été paradisiaque lors de leur première rencontre ; elle pensait qu'il était M. Merveilleux. Comme il l'excitait avec tous...

1.3K Des vues

Likes 0

La fille au tatouage de loup_(0)

Je me suis rapidement frayé un chemin à travers la foule d'autres étudiants en me dirigeant vers mon casier. C'était l'une des rares fois que je pouvais faire dans mon casier avant mon prochain cours et j'avais hâte de me débarrasser de la charge de livres que j'emballais dans les couloirs. Soudain, la foule est apparue mon ami Jeremy, juste au moment où j'ai commencé à travailler la serrure à combinaison de mon casier. Jeremy et moi étions amis depuis la quatrième année. Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pendant un certain temps au collège lorsque Jeremy a rejoint l'équipe...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.