Un retournement de situation

289Report
Un retournement de situation

Un retournement de situation

C’est drôle comme, en un instant, toute une programmation peut être bouleversée. Dans de bonnes circonstances, tout ce à quoi vous avez toujours cru, tout ce à quoi vous avez combattu, craint et résisté peut être déformé et transformé en la chose dont vous rêvez le plus. Tel a été le cas de Taja Crawford, qui a entrepris un voyage effrayant qui la laisserait à bout de souffle, satisfaite d’une manière dont elle ignorait l’existence et désireuse de bien plus encore.

Tout a commencé assez innocemment, lorsque Taja est rentrée chez elle tard dans la nuit après avoir fait du shopping. Elle traîna ses sacs à travers la porte d'entrée et les laissa tomber à ses pieds alors qu'elle tendait la main pour appuyer sur l'interrupteur. Elle était sortie faire du shopping comme d'habitude. C'était devenu son passe-temps ces derniers temps dans un effort continu pour se sentir précieuse et belle. Dès que la porte se referma derrière elle, elle comprit que quelque chose n'allait pas. Il faisait noir ! Elle se souvenait d'être entrée dans le lotissement et aucune des autres maisons n'était sombre, alors elle a pensé qu'il devait y avoir un fusible grillé quelque part. Son mari travaillait à la maison depuis quelques jours et elle pensait qu'il avait peut-être accidentellement renversé quelque chose.

« Phillip, es-tu là ? » Elle a de nouveau appelé son mari et il n'y a pas eu de réponse. "Je suppose juste que cet idiot ne serait pas là pour réparer le gâchis qu'il a fait," marmonna-t-elle à moitié dans sa barbe et à moitié à voix haute. La colère de Taja envers son mari était typique, même s’il n’avait rien fait de particulièrement mal ; elle allait trouver un moyen de lui reprocher quelque chose. Philip était un mari modèle, mais les normes irrationnelles de Taja étaient impossibles à respecter. Elle prenait plaisir à le dégrader chaque fois qu'elle en avait l'occasion et savait pertinemment qu'il la saisirait. Elle pensait que c'était rien de moins qu'un honneur et un privilège pour tout homme d'être avec elle, que les hommes avaient l'obligation de prendre tout ce qu'elle lui servait et de ne pas dire un mot. Plus elle pourrait le dégrader, plus elle se sentirait mieux dans sa peau.

Désorientée par l'obscurité, Taja chercha son sac à main pour récupérer son téléphone portable. C'était juste sa chance, la batterie était morte. Cela la rendait encore plus en colère et maudissait encore plus Phillip, même s'il n'avait clairement rien à voir avec son téléphone. Heureusement pour elle, elle venait d'acheter des bougies toutes neuves, alors tout ce qu'elle avait à faire était de laisser ses yeux s'adapter pendant une seconde et de trouver le briquet, qui se trouvait juste au-dessus de la cheminée du salon.

Avant même qu'elle ait eu la chance de prendre ses marques. . . l'inimaginable s'est produit. C’était le pire cauchemar de toute femme et cela se passait dans sa propre maison. Elle sentit les mains, la pression, la douleur, la peur envahir son corps en une fraction de seconde. Taja a été attrapée et immobilisée, ses bras passés derrière elle alors qu'elle criait : « Nooooooooo. STOP », mais ses cris ont été étouffés par une main gantée de cuir noir sur sa bouche. Elle a été poussée contre la porte d'entrée et elle a senti l'air expulsé de ses poumons. Elle s'est battue, luttant contre son agresseur, essayant de lui résister mais elle a été rapidement maîtrisée. Son esprit s'emballait, elle priait, elle planifiait une stratégie d'évasion en même temps. Elle était paniquée. Sa peur fut bientôt remplacée par la rage car elle détestait cette personne pour avoir envahi sa maison et était remplie du désir de se venger, même dans son état d'impuissance actuel. Elle s'est battue de toutes ses forces mais elle a été maîtrisée alors que ses membres commençaient à se fatiguer. Elle n'était pas à la hauteur de son agresseur.

En quelques secondes, elle s'était suffisamment calmée pour savoir qu'elle allait devoir faire preuve d'intelligence pour se sortir de cette situation. Avec sa main toujours fermement contre sa bouche, elle essaya de se faire une idée de ce à quoi ressemblait cette personne. Serait-ce quelqu'un qu'elle connaissait ? Était-ce un parfait inconnu ? La peur parcourait toutes les veines de son corps alors qu'elle imaginait qu'il s'agissait d'un de ses cyberamants. Elle avait passé de nombreuses nuits à tricher en ligne, à discuter avec des hommes dans un langage sexuel explicite dans le but d'ajouter un peu de piquant à sa vie, de narguer Phillip et de lui prouver qu'elle pouvait avoir n'importe quel homme qu'elle voulait. Elle avait été négligente, partageant des détails exagérés et intimes sur sa vie afin de paraître plus riche qu’elle ne l’était en réalité. Peut-être qu'un de ces hommes était venu pour lui commettre des actes sexuels indescriptibles. Les larmes lui brûlaient les yeux et une boule se formait dans sa gorge, la rendant presque impossible à avaler. L'adrénaline qui circulait dans son corps la faisait transpirer et ses jambes ressemblaient à de la gélatine.

Son agresseur s'est penché et a murmuré : « Chut », et Taja a hoché la tête très calmement pour indiquer qu'elle comprenait. Dès qu'il a retiré sa main, quelque chose a été fourré dans sa bouche, puis un mouchoir ou une écharpe a été attaché en place. Sa première réaction a été d'essayer de crier pour avoir une idée de la quantité de son qu'elle pouvait émettre à travers le matériau, mais elle a résisté. Elle ne savait pas si cette personne avait une arme à feu ou un couteau et quelles étaient ses intentions, alors elle a joué cool jusqu'à ce qu'elle puisse élaborer un plan. Il lui plaça un bandeau de soie sur les yeux et elle fut frappée par son toucher doux. Elle remarqua comment il soulevait doucement ses cheveux pour fixer le bandeau et les douces touches persistantes qu'il apportait à son visage. Elle sentit le métal froid d'une paire de menottes qu'on lui mettait aux poignets. Elle avait besoin de savoir ce qu'il voulait faire pour gagner suffisamment de confiance en lui pour la laisser parler. Elle jouait donc le rôle d'une victime effrayée, mais elle utilisait en réalité ses talents d'actrice pour lui faire croire qu'elle était incapable de le faire. s'échapper.

L'étrange agresseur a conduit Taja dans le couloir jusqu'à la chambre d'amis, a fermé la porte et l'a verrouillée derrière eux. Son cœur se serra en pensant à ce qui était arrivé à son mari. Phillip n’était pas seulement un bon gars moyen ; C'était un gars bien. Il possédait sa propre entreprise de réparation, pas glamour, mais qui payait les factures. Il a acheté à Taja la maison de ses rêves et il ne s'est même pas plaint du fait qu'il n'avait pas son mot à dire dans le choix de quoi que ce soit, rien, pas une seule chose pour la maison. Il s’est mis en quatre pour être gentil avec les sœurs intrusives de Taja et sa mère. Phillip allait à l'église tous les dimanches même lorsque Taja avait l'impression qu'elle avait des choses plus importantes à faire, comme faire du shopping. Il cuisinait, faisait le ménage, il faisait même du bénévolat auprès de jeunes défavorisés, il ne trichait jamais et il travaillait dur pour subvenir aux besoins de sa femme. Son seul défaut, selon Taja, était de ne pas être assez nerveux. Elle a vu les bonnes qualités de Phillip mais elle voulait du flash, elle voulait un mauvais garçon. Certes, Phillip ne permettrait jamais que quelque chose lui arrive, elle savait qu'il l'aimait de tout son cœur. Elle chassa de son esprit l'horrible pensée sur la façon dont son mari et l'intrus auraient pu lutter et se battre, Phillip perdant seulement à cause d'une balle ou d'une blessure au couteau, luttant pour protéger sa femme. Elle ne détestait pas Phillip, elle ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose de mal, elle voulait juste qu'il ne prenne pas ses conneries tout le temps ; elle voulait être la femme de quelqu'un de dangereux. Ce n’était vraiment pas sa faute s’il était moyen.

L’adrénaline circulait dans les veines de Taja et elle était parfaitement consciente de tout ce qui se passait autour d’elle. Quoi qu’il arrive, quoi qu’il arrive, Taja a gardé ses esprits et a attendu l’occasion de s’échapper.

La chambre d'amis n'était même pas une pièce qu'elle et Phillip utilisaient habituellement. C'était pour les invités lorsqu'ils venaient passer la nuit ; la seule fois où il était vraiment utilisé, c'était lorsque Phillip y dormait de temps en temps pour éviter de mettre Taja en colère avec sa présence. L’étranger a conduit Taja au milieu de la pièce et, en une fraction de seconde, les bras de Taja ont été levés au-dessus de sa tête et attachés à une sorte de câble fixé au plafond. C'était la sensation la plus incroyablement douloureuse et inconfortable qu'elle ait jamais ressentie. Taja se tenait à peine sur la pointe des pieds et ses bras étaient tendus au point de ressentir une douleur atroce. Elle essayait de trouver son équilibre et se sentait se débattre comme une poupée de chiffon. Son instinct de combat ou de fuite a pris le dessus et elle s'est mise à pleurer de manière incontrôlable. Elle sentit ses larmes couler sur ses joues pour être absorbées par le mouchoir autour de sa bouche. Elle essaya de « sentir » sa présence dans la pièce. Il avait reculé et écoutait simplement ses cris étouffés. Elle crut un instant que la fin était proche et que tout serait bientôt fini. Dans son esprit, elle a fait ses adieux, s'est repentie de ses péchés et a attendu sa disparition prématurée. Ce qui aurait pu être des secondes, ce qui était probablement des minutes, mais qui ressemblait davantage à des heures passées. La douleur dans ses bras était insupportable ; ses jambes lui faisaient mal à force d'essayer de soulager la pression, mais ses pieds pouvaient à peine atteindre le sol. Peut-être qu'il allait la laisser mourir là-bas, pensa-t-elle ; victime de faim, de déshydratation et de torture.

De façon inattendue, il a relâché le câble qui la suspendait au sol et l'a laissée debout. Ses bras étaient toujours au-dessus de sa tête mais la tension avait été réduite au point où elle pouvait les bouger légèrement. Taja lui fut reconnaissante de lui avoir épargné une telle douleur et elle réalisa qu'il avait gagné une bataille ; il lui avait fait apprécier son petit acte de gentillesse.

Il se déplaçait devant elle et elle pouvait sentir la chaleur de son corps près d'elle. Elle sentit ses mains sur ses côtés et descendirent jusqu'à ses hanches. Il commença à lui caresser les seins et une pure terreur la parcourut. Sans préavis, il a déchiré son chemisier, le déchirant comme si de rien n'était. Sa respiration était lourde, sachant qu'il se tenait probablement devant elle, excité, mais elle était impuissante à faire quoi que ce soit. Le signe révélateur de la lame d'acier froide d'un couteau était pressé contre sa poitrine alors qu'elle se figeait. Il a coupé son soutien-gorge et les parties restantes de son chemisier jusqu'à ce qu'elle soit seins nus. Après avoir retiré ses gants, il commença à lui caresser le cou, déposant de doux et tendres baisers sur sa nuque et sa clavicule. Il lécha doucement, il embrassa doucement ; de ses oreilles à ses épaules et sans manquer un endroit entre les deux. Sa langue douce remonta jusqu'à son oreille et il commença à souffler doucement. Ses doigts caressèrent sa chair pendant qu'il suçait le point sensible qui rendait toujours Taja humide.

La rage parcourut le corps de Taja. L’indicible était sur le point de se produire. Il allait la violer, lui prendre quelque chose qu'il n'avait pas le droit de prendre. Depuis des années, elle fantasmait d’être « violée ». Sans se soucier de ce que le mot signifiait réellement, elle fantasmait sur ce sexe violent et agressif, qu'un homme la «prenait», symbolisait en réalité qu'elle était plus désirable que les autres femmes. La réalité était bien différente.

Son esprit tournait, essayant de concilier la peur pure qui parcourait son corps et son excitation. Elle cherchait un moyen de comprendre le fait que même si elle était en colère et effrayée, elle appréciait réellement cet homme qui l'embrassait. Il lui faisait l'amour dans le cou avec sa bouche, la léchant, l'embrassant et la caressant passionnément. Elle secoua la tête pour se débarrasser de l'idée qu'elle était là, debout, seins nus et retenue par un parfait inconnu, et à un certain niveau, elle appréciait ça. En fait, elle appréciait la sensation, cela lui procurait du plaisir et cela servait à la distraire de la douleur dans ses bras qui étaient toujours fixés au-dessus de sa tête et de la colère d'avoir été agressée. Elle avait désespérément envie de bouger les bras ; sa contention était douloureuse, tant physiquement que psychologiquement.

Dans un acte de gentillesse, son agresseur a détaché le mouchoir autour de son visage et a retiré le bâillon de sa bouche. Taja a immédiatement commencé à plaider pour sa vie, essayant de parler rationnellement avec l'homme. Il n’a pas dit un mot ; il posa doucement ses doigts sur ses lèvres pour lui indiquer qu'il voulait qu'elle se taise. Taja se figea et marchanda. « Je serai tranquille si tu baisses un peu mes bras, ils me font tellement mal. S'il te plaît."

Il ignora ses supplications alors que ses doigts commençaient à tracer doucement ses mamelons, encerclant doucement ses seins. Ses tétons dressés se détachaient de son corps, presque fièrement, trahissant le fait qu'elle appréciait réellement la stimulation. Lorsqu'il baissa la bouche jusqu'à ses seins, un petit gémissement se fit entendre émanant de sa gorge. Il remplit ses mains de ses seins et les porta à sa bouche. Taja était en reste et commença à se déplacer légèrement d'avant en arrière, montrant des signes d'excitation sexuelle à peine détectables. Elle appréciait un peu trop ses soins pour son confort. Il commença à sucer un peu plus fort et Taja se mordit la lèvre pour ne pas gémir. Il a commencé à lui mordre les tétons et c'était comme si cela envoyait des décharges électriques directement sur son clitoris. Son cerveau avait des ratés, ce qui lui faisait ressentir cette sensation comme du plaisir. Elle pouvait sentir l'humidité se développer entre ses jambes, le battement d'excitation dans sa chatte. Taja était confuse et déterminée à contrôler son propre désir. Elle avait toujours le contrôle et elle allait faire tout ce qu'elle avait à faire pour empêcher sa chatte de se mouiller.

Même les plans les mieux élaborés ont besoin de place pour les variables. Alors que Taja essayait de contrôler son excitation et que l'homme devant elle léchait, suçait et mordait ses tétons durs, elle éprouva une sensation qui ferait chanceler son esprit et son corps. Ses bras commençaient à s'engourdir, une douleur sourde s'était installée, et elle était presque capable d'ignorer la douleur lorsqu'elle fut secouée par une douleur qui transforma sa concentration. Des pinces à tétons ont été appliquées sur ses tétons excités alors que son ravisseur commençait à tirer une chaîne qui y était attachée. Il jouait avec elle, alternant entre caresser doucement ses seins et tirer brutalement sur la chaîne qui était attachée aux pinces. Taja n'arrivait pas à cacher son excitation, elle gémissait de plaisir et de douleur. Il a pris ce qui ressemblait à une cravache et a commencé à lui gifler doucement les seins. Taja était défait ; elle ressentait chaque piqûre comme un plaisir.

Sans préavis, il s’est arrêté, rendant l’esprit de Taja incontrôlable avec des questions. « À quoi pense-t-il, que projette-t-il, que faisait-il ? » Dès qu'il arrêta l'assaut sur ses seins, elle se souvint de la douleur dans ses bras, toujours suspendus au plafond. En quelques secondes, le câble qui maintenait ses bras en l'air s'est suffisamment relâché pour laisser ses bras tomber complètement. Il les massa pendant quelques minutes, profitant de l'occasion pour lui masser et lui lécher également les seins. Cette fois, sans le bâillon, il était impossible pour Taja de cacher le fait qu'elle était excitée ; ses gémissements étaient audibles et gutturaux. Ses bras étaient brûlants et douloureux et son massage était délicieux.

Il la poussa à genoux et l'entoura comme un lion traquant sa proie. Toujours incapable de voir quoi que ce soit, il n'y avait aucun doute sur les bruits de sa fermeture éclair abaissée. Taja attendit, impatiente d'être projetée dans la prochaine phase d'excitation et de stimulation. Elle ne pouvait pas nier qu’elle éprouvait du plaisir d’une manière qu’elle n’aurait jamais imaginé possible. La retenue, la douleur, le fait que c'était un parfait inconnu qui contrôlait son destin. . . tout excitait Taja et elle avait envie de plus de sensations. Quand tout serait fini, quand elle raconterait l'histoire plus tard, elle nierait désormais son excitation ; elle allait baigner dans les sentiments méchants et sensuels qui s'étaient éveillés en elle.

Elle sentit le bout de sa bite contre ses lèvres. Il le maintint là, aucun d'eux ne faisant le moindre geste pour initier une quelconque action. De manière très détectable, il commença à le frotter sur ses lèvres. Le liquide salé et mi-sucré qui s'était formé sur la tête de sa bite lui peignait les lèvres et son premier réflexe fut de lécher le liquide, mais elle resta comme une statue, ne voulant pas effrayer son ravisseur ou le rendre nerveux. Il a commencé à caresser sa bite dure et elle pouvait l'entendre gémir. Il a mis son pouce dans sa bouche et a continué à caresser sa bite. Taja était confuse. Il aurait facilement pu lui mettre sa bite dans la bouche et elle ne pouvait pas y faire grand-chose. Elle avala la salive qui s'était accumulée dans sa bouche et réalisa qu'elle simulait une succion. Il gémit bruyamment.

Il retira son pouce de sa bouche et attrapa une main pleine de ses cheveux. Taja poussa un cri et il tira ses cheveux encore plus fort dans sa prise. Sa respiration devenait de plus en plus difficile et il commençait maintenant à pousser la tête de sa bite entre ses lèvres. Pour la première fois, Taja voulait faire plaisir à son envahisseur. Elle voulait qu'il soit satisfait de ses compétences orales, qu'il la considère comme sexy et qu'il la désire. Être objectivée était sa drogue de prédilection et elle était défoncée et accro à cette sensation.

L'homme avec sa bite dans la bouche n'était pas intéressé par ses pensées et ses réflexions, il allait lui baiser la bouche et elle n'aurait pas grand-chose à dire en la matière. Il a poussé sa bite dans sa bouche et il est resté parfaitement immobile. Taja imaginait qu'il avait tout autant peur de perdre un appendice que de ce qu'il pourrait faire si elle le mordait accidentellement. Taja voulait contrôler l'action, elle voulait lui faire une pipe comme elle voulait le faire, mais ce n'était pas le cas. Il savait ce qu'il voulait et il le lui communiquait sans dire un mot. Il contrôlait le rythme ; il contrôlait l'action. Quand il voulait qu'elle lèche, il lui tirait la tête en arrière, quand il voulait qu'elle suce, il lui enfonçait sa bite dans la bouche jusqu'à la base. Il lui attrapa l'arrière de la tête et utilisa sa bouche pour son plaisir. Elle pouvait sentir chaque veine, chaque crête contre sa langue pendant qu'il la baisait au visage. Elle eut des haut-le-cœur et s'étouffa alors qu'il enfonçait la tête de son érection dans sa gorge et cela semblait les exciter tous les deux.

Taja appréciait ce traitement brutal. Elle était excitée par la façon dont cet homme l'utilisait et elle était stimulée par le fait qu'il ne la laissait pas vraiment contrôler l'action. Elle s'est lancée dans la pipe et a commencé à essayer de lui donner du plaisir comme elle ne l'avait jamais fait à personne dans le passé. Il était important pour son estime de soi de se considérer comme un objet de désir et elle s'est mise à sucer et à lécher comme jamais auparavant. C'était la pipe la plus bâclée, la plus humide et la plus bruyante qu'elle ait jamais faite et elle s'est même retrouvée à gémir et à l'apprécier. C'était comme si elle n'avait plus besoin de faire semblant d'être réservée, comme elle avait été conditionnée à l'être ; elle pourrait être une salope sexuelle gratuite, et cette pensée lui faisait froid dans le dos, normalement critique et conservatrice. Elle a expliqué qu'il la forçait à se comporter de cette manière putain et elle a abandonné toutes les croyances qui lui disaient qu'elle était une mauvaise fille, qu'elle voulait être méchante et, oserait-elle l'admettre, soumise.

Elle sentit la tête de sa bite lui marteler la gorge et elle ne se tendit pas, elle partit avec la sensation. Il est devenu de plus en plus épais dans sa bouche à mesure qu'il la baisait davantage. Les mains de Taja lui frottaient la chatte dans son pantalon et son agresseur faisait des bruits comme ceux d'un animal blessé. Il l'a attrapée à la gorge et lui a restreint l'air. Plus il la traitait durement, plus sa culotte était trempée d'humidité. Elle était retenue captive par un homme qu’elle ne connaissait pas et elle lui faisait plus confiance qu’elle ne l’avait fait avec tous ses amants précédents.

"Merde", cria-t-il, le premier mot qu'il avait prononcé toute la nuit, et il recula.

Taja était abasourdi et pris au dépourvu. Dans la frénésie de son excitation, elle avait presque oublié qu'il était un véritable individu. Pourquoi s'était-il arrêté ? Avait-elle fait quelque chose de mal ? Elle se détestait de vouloir qu'il ne s'arrête pas. Avait-il tiré sur sa charge et ne voulait pas le faire dans sa bouche ? Les visions de sa bite, tirant du sperme sur le sol alors qu'il se tenait au-dessus d'elle, la caressant, la mettaient en colère. « Bon sang, fils de pute. Lâchez-moi, MAINTENANT ! Vous allez le regretter. Elle avait vraiment envie de mendier son sperme dans sa bouche mais elle savait ne pas dire un mot de plus. Elle était en feu et il était impossible de le nier à ce moment-là. Elle a recommencé à le supplier de la laisser partir, mais au fond d'elle, elle voulait expérimenter un peu plus de torture érotique.

Il la releva et lui enleva son pantalon. Avec une lenteur minutieuse, il les fit descendre sur ses hanches pleines et les jeta sur le côté. Taja restait immobile, effrayé de bouger, sans savoir pourquoi. Son agresseur l'a conduite jusqu'au lit et a attaché les menottes à la tête de lit. Elle était allongée sur le ventre et il la fit se mettre à genoux. Taja était gênée d'être si exposée, si vulnérable et pourtant si excitée. Encore une fois, il la laissa là quelques minutes dans le silence et dans l'obscurité.

Elle sentit le lit bouger alors qu'il grimpait avec elle. Ses mains commencèrent à lui caresser doucement le dos, massant à nouveau les muscles endoloris de ses bras. Tout ce qu'il faisait, il le faisait avec tant de tendresse et de soin, et c'est à ce moment-là qu'elle a pensé pour la première fois que son agresseur pouvait en réalité être son mari. « Phillip, c'est toi ? Laisse-moi partir. Arrête ça, ce n'est pas drôle.

Si c'était son mari, si c'était Phillip, il la laisserait sûrement partir, il savait qu'elle avait vraiment le contrôle, il savait que quoi qu'elle dise était le dernier mot. Cette croyance a été brisée lorsqu’elle a ressenti la douleur d’une forte claque sur les fesses. La douleur a ébranlé son sens de la réalité et a parcouru sa colonne vertébrale. Phillip ne défierait jamais un ordre direct d'elle et encore moins se montrerait aussi agressif. Elle a recommencé à paniquer. Avait-elle sous-estimé cet agresseur ? La réalité s'imposa et elle se mit à sangloter de manière incontrôlable. "S'il vous plaît, s'il vous plaît, laissez-moi partir", a-t-elle crié.

« Comte », dit-il.

Tandis que Taja se demandait ce qu'il avait l'intention de lui faire compter, elle ressentit la vive piqûre d'un autre coup sur son cul. Il a fallu quelques secondes à son cerveau pour comprendre et elle a pu sortir « Un », sans savoir si c'était la bonne réponse ou non, en suivant simplement son instinct. Il suivit la gifle sur son cul avec de doux baisers sur sa chair disciplinée. Ses mains lui massaient les seins, frottaient son clitoris et apaisaient ses fesses rondes sexy. Elle sentit des mains résolument masculines caresser la chair tendre de son cul. Ses mains pétrissaient son corps et lui caressaient doucement les cuisses et le dos. Ses doigts écartèrent ses fesses et il les passa légèrement sur son trou de cul. Taja se figea de terreur. L'homme responsable de sa contention a ensuite glissé ses doigts jusqu'à sa chatte trempée et a frotté son clitoris gonflé. Taja était énervée, embarrassée et ennuyée contre elle-même d'être excitée. Elle voulait et avait besoin de reprendre le contrôle, alors elle recommença à parler, essayant de cacher ses vrais sentiments, implorant qu'on la lâche.

Le coup suivant est venu sans avertissement et elle a crié « Owwwww », alors que les larmes lui montaient aux yeux. Elle se souvint de dire « Deux » et de poser sa tête sur l'oreiller en signe d'épuisement, à la fois physique et mental. Ce qui suivit fut plus de caresses et plus de fessées, plus de doigtés et plus de comptages, des attouchements plus tendres et une douleur brûlante combinées. Elle sentit ses mains caresser la chair tendre et chauffée de son cul. Plus il le caressait, plus sa chatte devenait humide. Il lui frottait les mamelons douloureux et lui donnait une fessée sur les fesses et les cuisses. C'était une torture ; torture érotique, sensuelle et céleste. Sa tête tournait ; ce n’était pas censé être agréable. Elle n’était pas censée apprécier ça. La sensation de brûlure était enregistrée dans son cerveau comme un bonheur et elle était tourmentée par le fait que chaque gifle était suivie par un frottement doux de son clitoris jusqu'à l'orgasme. Elle commença à attendre avec impatience chaque gifle, qu'il la rapproche de plus en plus d'une violente explosion à chaque fois. À vingt ans, elle éprouvait chaque gifle comme un plaisir, chaque piqûre comme une extase. Sa chatte dégoulinait et son clitoris palpitait et elle avait désespérément envie de jouir.

Sans avertissement, elle sentit la douceur d'une langue léchant sa chatte trempée. « Non, s'écria-t-elle, ne sachant pas pourquoi elle disait cela ; elle ne voulait vraiment pas qu'il s'arrête. Elle essayait de l'empêcher d'avoir plus de contrôle sur elle et le fait qu'il la taquinait avec une telle expertise. Elle tirait sur ses attaches et essayait de lutter contre son propre orgasme alors qu'il la léchait d'avant en arrière.

Rien ne pouvait l’arrêter ; il allait la faire jouir et jouir fort. Elle luttait contre cela avec son esprit mais son corps trahissait ses intentions. Elle était tellement excitée depuis si longtemps qu'elle était sur le point de se libérer sensuellement. L'extase envahit son corps et ses lèvres aspirèrent doucement son clitoris pendant que sa langue lui baisait le trou. Il a lapé et léché, grignoté et sucé et lui a fait broyer la chatte sur son visage. Elle gémit dans l'oreiller et le supplia de ne pas s'arrêter.

Elle sentit la tête de sa bite lui frotter la chatte. Elle était au-delà du point de pensée rationnelle. Comme un interrupteur s'éteignant dans sa tête, elle réalisa que la vie de contrôle et les règles selon lesquelles elle avait vécu n'étaient que de simples illusions. Elle voulait se faire baiser, bien baiser, baiser fort et baiser longtemps. Elle avait besoin d'être baisée. Elle entendit les mots sortir de sa bouche mais on aurait dit qu'ils venaient de quelqu'un d'autre. On aurait dit qu'ils provenaient d'un animal blessé. "Fuuuuuck moieeee s'il te plait."

Le temps s'est figé. En un instant, les menottes ont été relâchées et une petite veilleuse s'est allumée. Elle pouvait dire que son ravisseur s'était levé du lit et s'était reculé, attendant qu'elle fasse un geste. Elle gardait la tête dans l'oreiller, les fesses en l'air, sans bouger d'un pouce. Elle savait qu’elle devait se lever et courir, mais elle n’y parvenait pas. Elle voulait se retourner et voir le visage de son ravisseur. Elle est restée figée. Elle le répéta, cette fois consciente qu'elle ne pouvait plus prétendre être obligée de faire quoi que ce soit. "Baise-moi."

Les bourdonnements dans ses oreilles et le désespoir dans sa chatte mouillée la poussèrent à prononcer des mots qu'elle n'aurait pas cru possibles deux heures plus tôt. Elle sentit la tête frotter de son clitoris à son trou de cul et elle se cambra en arrière, essayant de le faire pénétrer. Elle avait désespérément envie de ressentir cette sensation de lui toucher le fond d'elle-même. Elle avait besoin de se sentir pleine de sa dureté, de cette extase qu'une femme ne peut ressentir que lorsqu'une grosse bite bien dure la remplit, l'étire, la martèle. C'était un étrange coup du sort qui lui faisait désirer la sensation même qu'elle s'était battue toute sa vie pour nier. Elle voulait être soumise, abandonner tous les stéréotypes et normes qui lui disaient qu’elle devait être une femme noire forte qui ne supportait rien, qui menait la barque. Elle réalisa que sa liberté consistait à lâcher prise, à laisser quelqu'un d'autre prendre les rênes du contrôle et que cela n'avait rien à voir avec sa faiblesse, c'était simplement un changement de pouvoir. Elle en avait assez de prétendre qu'elle devait être tout pour tout le monde, elle en avait assez de devoir se sentir comme une garce. À ce moment-là, elle voulait s'abandonner à des sensations sur lesquelles elle n'avait aucun contrôle et elle avait envie de cette libération.

"Répétez-le," répéta-t-il calmement.

Dans une déclaration surréaliste, elle prononça les mots qui la libérèrent de ses liens invisibles. "Maintenant! S'il te plaît! Baise-moi ! »

Avec ces mots, il prit la tête de sa bite et la plaça à la tête de son trou de cul. Le sexe anal était quelque chose qu'elle avait déjà fait, mais c'était il y a longtemps, avec des petits amis qui insistaient pour qu'elle le fasse pour prouver qu'elle les aimait. Cela faisait de nombreuses années qu’elle n’y avait pas pensé et la peur paralysait son corps. Elle n’était même pas sûre de pouvoir le supporter. Il n’y avait aucun doute dans son esprit que ça allait faire mal. Pourquoi alors son corps criait-il à cet étranger de le faire ? Elle voulait avoir l'impression de lui donner le symbole ultime de sa soumission à lui.

D'une lenteur exquise et d'une habileté épuisante, son ravisseur a réussi à insérer la tête sans aucune douleur. Taja transpirait et son parfum musqué rappelait celui d'un animal sauvage mais il était sexy et primal. Le fait que seule la tête de sa bite était en elle la faisait perdre la tête. Elle a commencé à repousser et à conduire plus de viande à l'intérieur de sa porte arrière. La sensation d'être remplie ainsi la faisait grogner et gémir. C'était comme si elle ne pouvait plus respirer et chaque millimètre enfoncé en elle ressemblait à des kilomètres de plaisir orgasmique. Des traces de dents étaient incrustées dans la taie d'oreiller et ses mains agrippaient fermement les draps. Malgré tout cela, il ne bougeait pas ; il l'a laissé contrôler la pénétration. Ce n'est que lorsqu'elle passa la main entre ses jambes pour frotter son clitoris qu'elle réalisa qu'il était complètement enfoui en elle. Elle avait dépassé son seuil de plaisir et il était temps de se lancer dans une baise rapide et furieuse.

Taja a dû saisir la tête de lit pour éviter que sa tête ne soit percutée. En un instant, il la baisait sans raison. Elle a repoussé; il a pompé plus fort. Chaque centimètre de sa bite était enfoncé au plus profond d'elle et elle adorait cette sensation. Des fusées ont explosé dans sa tête et elle s'est retrouvée hors d'elle-même. Taja était désormais une autre personne, une autre femme qui n'avait ni peur ni inhibition. Elle avait besoin de se faire baiser et elle n'avait pas peur de le demander toute la nuit. Il lui attrapa les hanches ; elle s'est frotté le clitoris. Il gémissait, elle gémissait. Elle est venue sans qu'il manque une miette et il a continué à la baiser jusqu'à son orgasme. La sueur se formait sur eux deux et ils grognaient et gémissaient comme des animaux sauvages. Ils ont baisé toute la nuit jusqu'à ce que Taja s'évanouisse de plaisir et d'épuisement.

Le matin arriva et la lumière du soleil filtra à travers les stores. Taja s'est réveillée, ses bras, ses jambes et ses fesses étaient douloureux. Des odeurs d'œufs et de café montaient les escaliers. Phillip entra dans la pièce et lui tendit sa robe. "Le petit déjeuner est prêt."

Elle se tenait sur des pieds tremblants, encore faible à cause de l'incroyable baise qu'elle avait subie et de la contrainte que son corps avait endurée. "Il faut qu'on parle . . . " Ses mots furent coupés par le doigt familier qui l'avait fait taire la nuit précédente.

Phillip n'avait pas de mots pour expliquer son comportement ou ses actes. Lui aussi avait du mal à accepter son rôle de paillasson par rapport à celui d'un « homme » et il avait conçu ce plan pour montrer à sa femme qui était le patron. Pendant qu'il l'avait fait pour elle, il était parvenu à ses propres révélations personnelles. Si être le patron signifiait qu'il devait être quelqu'un qui ne lui était pas naturel, il ne voulait rien de cela. Il resta debout en attendant son agression verbale, sûr qu'elle allait revenir en mode salope.

N’ayant jamais eu l’occasion d’être humble, Taja resta sans voix. Son voyage vers la découverte de soi a commencé par une peur paralysante et s’est terminé par une révélation effrayante. Elle a laissé Phillip l'aider à enfiler sa robe. Elle posa sa tête sur son épaule et il passa ses bras autour d'elle. Elle avait perdu une partie d’elle-même et l’avait retrouvée en perdant le contrôle. Il n’y avait pas de retour en arrière, seulement l’abandon de vieilles croyances dans un étrange coup du sort.


Copyright 2008 AfroerotiK

Articles similaires

The Rogue's Harem Livre 1, Chapitre 2 : Le plaisir coquin de Catgirl

Le harem des voleurs Livre un : Les femmes sensuelles de Rogue Deuxième partie : Le plaisir coquin de Catgirl Par mon nom de plume3000 Droits d'auteur 2017 Chapitre quatre : Désirs réalisés Sven Falk – Contreforts du Despeir, Principauté de Kivoneth, Terres de conflits de Zeutch Je n'avais jamais été aussi abasourdi de ma vie alors que je regardais les lèvres de la chatte de ma sœur ouvertes par les doigts coquins de Zanyia. Ce tunnel rose et scintillant, se pliant et se crispant alors que ma sœur se tortillait sous la lamia, m'a fait signe. Je rêvais de me glisser...

201 Des vues

Likes 0

Six-Mile High Club chapitre 8

Six-Mile High Club chapitre 8 Comme il se faisait tard et qu'ils devaient être chez Tomiko pour le dîner, ils s'habillèrent et quittèrent l'école. Elle conduisait un peu comme le chauffeur de taxi qui avait emmené Miyoko et Michael de l'aéroport à l'hôtel. Soudain, Tomiko s'est arrêtée dans un parking, a coupé le contact et est sortie de la voiture comme si elle participait à une course de Stock Car, et a dû faire un arrêt au stand, avec seulement la déclaration : Attends ici. Je reviens tout de suite. Elle a traversé le parking en courant jusqu'à une pharmacie. Trois...

222 Des vues

Likes 0

Week-ends en alternance : partie 2

Jason était assis sur le canapé en train de regarder la télévision lorsque la porte d'entrée s'ouvrit. Mandy se balança en ayant l'air plus qu'un peu étrange. Ses vêtements, visiblement neufs et un peu étriqués, étaient mouillés de rosée. Bien sûr, il ne savait pas que c'était de la rosée et a simplement supposé qu'elle était passée par un arroseur ou quelque chose du genre. Qu'est-ce qui t'est arrivé? Il a demandé. Son ton révélait qu'il s'en fichait vraiment. Apparemment, j'ai laissé la voiture de papa rouler, a-t-elle répondu. Elle n'avait aucune idée depuis combien de temps il l'avait abandonnée sur...

357 Des vues

Likes 0

Jimmy, le garçon d'à côté

Gah, l'université est ridicule ! Je suis tellement prête à arrêter. Taylor Green a ouvert la porte de son dortoir et l'a claquée de façon dramatique. Max, sa colocataire, leva les yeux du livre qu'elle lisait pour la regarder. Mec, tu dis toujours ça chaque semaine. Taylor souffla et passa ses doigts dans ses cheveux noirs jusqu'aux épaules. Ouais, mais cette fois, je suis sérieux. Aujourd'hui, nous sommes vendredi, mais j'ai 3 devoirs à rendre le même jour la semaine prochaine, un test à emporter et 3 autres quiz. Je jure que cette charge de travail va me tuer ! Elle...

295 Des vues

Likes 0

L'humiliation hypnotique de Subby Hubby

Il est furieux de voir sa femme baiser un parfait inconnu dans leur maison, mais elle change ensuite d'avis. Littéralement. ******** Je suis rentré à la maison après le travail et je les ai trouvés en train de baiser sur le sol du salon. Ma femme et un gars que je ne connaissais pas. Il était au top. Je me souviens de ses talons et de ses orteils suspendus en l'air alors que ses fesses fléchissaient et qu'il la pompait. Le FUCK, dis-je. Le gars a regardé par-dessus son épaule et m'a souri. Puis il a vu mon expression et son...

194 Des vues

Likes 0

Séduit, transformé et dominé

J'ai 27 ans et j'ai mené une vie hétéro jusqu'à présent. Je suis considérée comme belle et j'ai eu de superbes copines tout au long de ma vie. Ma carrière, ma santé et ma vie sociale ont été très bonnes. On pourrait dire que je vis la vie parfaite. Je suis mince, 30 de taille, 44 de poitrine - je fais beaucoup d'exercice, j'ai une bite coupée de 7. J'ai une vie très épanouissante à tous égards sauf un. Depuis mon plus jeune âge, j'ai une imagination très active. et envie d'être séduite par un mec, mais je n'ai jamais eu...

201 Des vues

Likes 0

Le voyage à la plage_(3)

Le voyage à la plage Je ne me suis jamais considéré comme un spectateur. Je ne dirais pas que je suis moche, mais je n'ai jamais pensé que les filles parlaient de moi et je n'étais pas vraiment recherché. J'étais plus du copain gal. Je traînais toujours avec des filles, mais je ne pensais pas qu'elles s'intéressaient à moi. J'ai 15 ans, environ 5'11, 150 livres, et rien de vraiment spécial. Yeux bruns, cheveux bruns, presque entièrement moyens. J'étais plutôt en forme, grâce à ma pratique du football, et j'avais beaucoup de succès à l'école. J'étais allé jusqu'en neuvième année sans...

1.3K Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon Chapitre 12

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 12 : Fantasmes enfin réalisés Alors que je m'endormais profondément, je ne pus m'empêcher de penser à ce dont Bran et moi avions parlé. Je savais que j'étais plus expérimenté que Brandon dans le domaine du sexe, puisque j'étais sa première expérience sexuelle. Je pouvais aussi dire qu'il était assez intrigué par une expérience sexuelle multiple. Je pensais aussi que ce serait très amusant, mais je ne voulais pas trop forcer, car je ne voulais pas perdre l'amour de ma vie. J'étais sur le point de m'endormir quand j'ai entendu un bruit à côté du lit...

793 Des vues

Likes 0

Expérience de trio maladroite au collège

Il y a cette fille dans mon cours de chimie organique qui s'appelle Courtney. Ses jambes sont musclées, ses seins sont d'environ 36D si mes yeux disent la vérité, et elle mesure environ 5 pieds 6. Ses cheveux sont blonds et ses yeux sont verts. Elle aime porter des vêtements amples et confortables, mais les jours où elle essaie de faire plaisir à son petit ami, elle porte un haut moulant. Je lui ai parlé un peu en cours, de son petit ami. Il s'appelle Charlie et il est assez beau pour un mec. La première fois que j'ai parlé à...

640 Des vues

Likes 0

Lorsque je ne projette aucune ombre

Quand un homme qui ne projette aucune ombre est de ce monde et Éthéré. Méfiez-vous de l'amour fatal qu'il apporte car c'est votre âme qu'il vient voler Nul ne marchera devant lui ni ne marchera sur ses pas. Car il habite parmi les vivants,……… aussi bien que les morts. -Michael Fletcher Le Prologue. Torbridge, Devon. 1973 . Quand Elaine Hamilton trouve un nouveau-né jeté sur le pas de la porte de l'église trois jours après les funérailles de son père, le révérend David Hamilton, elle y voit un signe de Dieu. Enveloppé dans une fine couverture et nu comme la nature...

439 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.